Navigation – Plan du site
Lectures

Anastasiadou M., Salonique, 1830-1912. Une ville ottomane à l'âge des Réformes, Leiden, New York, Koln, Brill, 1997.

Jean-Luc Arnaud
p. 340-345

Texte intégral

1Directement tiré d'une thèse soutenue à l'école des Hautes études en sciences sociales, sous la direction de G. Veinstein, ce livre traite des mutations de la ville de Thessalonique au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, soit durant la période des réformes (tanzimat) de l'Empire ottoman. Il constitue un document de référence à la fois sur la question de la mise en oeuvre des tanzimat en milieu urbain (le premier règlement explicitement urbain date de 1848) et aussi, de manière plus générale, sur la modernisation qui touche alors les plus importantes agglomérations de l'Empire. C'est durant la période étudiée que Thessalonique est dotée (à l'instar d'Istanbul, d'Izmir, de Beyrouth et d'Alexandrie) d'installations portuaires renouvelées et qu'une voie de chemin de fer à vocation internationale place la ville entre l'Europe et la capitale de l'Empire. Grâce à cette voie, à partir de 1883, la malle des Indes, qui est alors embarquée à Thessalonique et non plus à Brindisi, contribue au développement des activités portuaires et de la ville (172).

2A travers quatre parties découpées en dix-sept chapitres, l'auteur rend compte des mutations urbaines par la présentation de tableaux détaillés et de descriptions à différentes échelles, depuis celle, du géographe, de l'inscription de la ville dans son territoire jusqu'à celle de l'organisation de l'habitat.

3Le premier tableau, à la veille des réformes, présente une ville fragilisée par des conditions climatiques et géographiques défavorables. Les épidémies de peste et de choléra se développent à la faveur d'un environnement proche insalubre (marécages) tandis que les fréquents incendies, qui trouvent dans les constructions en bois un terrain favorable, sont attisés par le vent du nord.

4Cette ville de la première moitié du XIXe siècle serait le lieu de fortes ségrégations ethniques et confessionnelles. Les musulmans habitent plutôt en haut et les autres plutôt en bas. Au-delà de cette dichotomie, l'archevêché et trois des quatre grandes mosquées sont situés en quartier juif, en outre, plusieurs lieux de culte sont mixtes. Ainsi, comme le note non sans naïveté l'auteur, " les choses ne sont pas aussi nettes qu'on le voudrait " (227). Si on soupçonne des mixités, voire des hétérogénéités à travers les descriptions, la question de l'échelle des ségrégations n'est pas abordée et les outils conceptuels pour en rendre compte de manière précise font défaut.

5Malgré les mauvaises conditions, la croissance du volume des affaires à partir des années 1840, la guerre de Crimée (1854-55) au cours de laquelle Salonique se substitue aux ports russes alors fermés et la crise du coton aux États-Unis (début des années 1860) donnent lieu à un développement qui fait de la ville un terrain favorable à la mise en oeuvre des tanzimat. L'auteur reste cependant prudente et, si elle note que la croissance économique et démographique rend nécessaire les travaux d'édilité, elle propose aussi un renversement du point de vue : ce serait parce que les autorités ottomanes ont bien fait les choses, par les tanzimat, que la ville grandit et s'enrichit. A plusieurs reprises, elle montre que ce sont les initiatives des pouvoirs publics qui alimentent le changement, voire qui le provoque.

6Ainsi, les autorités ne se contentent pas toujours de répondre au coup par coup aux problèmes, comme le montre les exemples de la rénovation du lazaret et la construction de fontaines, les pouvoirs locaux font preuve d'une nouvelle capacité d'anticipation (158). Cependant, les travaux d'édilité, qu'il s'agisse de la démolition de la muraille maritime à partir du début des années 1870, du percement de nouvelles voies de circulation et de l'alignement des plus anciennes, sont toujours des travaux ponctuels et partiels ; à aucun moment ils ne relèvent d'une volonté urbanistique globale qui prendrait en compte l'ensemble de l'espace urbanisé.

7En outre, l'absence de municipalité jusqu'en 1869 (139), et, au-delà de cette date, les interventions récurrentes de l'administration impériale dans les affaires édilitaires locales, telles que la négociation des concessions avec les entreprises privées chargées de l'éclairage au gaz ou de l'organisation du réseau de tramways, multiplient les intervenants et ne favorise pas la coordination des travaux (162-163). Sur cette question des compétences, entre pouvoir local et pouvoir impérial, la présentation des données par des tableaux descriptifs des choses et des lieux que, faute de sources administratives, l'auteur tire de la presse, trouve ses limites ; les mécanismes de montage des opérations et de prise de décision restent souvent mal explicités.

8Le développement économique est accompagné par des migrations massives vers la ville mais les autorités municipales ne disposent pas de beaucoup de moyens pour soutenir l'installation des nouveaux arrivants ; pour leur part, les structures communautaires ont plutôt tendance à les éloigner de l'agglomération. Ainsi, aussi bien pour les juifs de Russie dont la première vague arrive en juillet 1882 que pour les Circassiens, Salonique est plutôt un point de passage qu'un lieu d'ancrage. Mais toutes les communautés ne sont pas accueillies de la même manière, pour la fin du siècle, l'auteur note que la population slavophone (Bulgare) connaît une forte croissance.

9Jusqu'au milieu du XIXe siècle, la ville est assez peu dense, surtout dans sa partie haute, on y compte encore de nombreux jardins. Avec le développement des affaires, au cours du dernier quart du siècle, elle s'étend plus qu'elle se densifie. Les extensions ont lieu dans deux directions. Vers l'est, Hamidiye créé au cours des années 1870, est un quartier chic construit de villas ; cette caractéristique est confirmée et renforcée par la mise en place du premier tramway dans cette direction en 1893 (128). A l'opposé, vers l'ouest, c'est-à-dire du côté des marécages, l'urbanisation qui démarre une dizaine d'années plus tard est destinée à une population plus modeste que celle de Hamidiye. Il s'agit cependant d'anciens habitants de la vieille ville qui améliorent leurs conditions d'habitat en faisant ce déplacement (127). Dans ces nouveaux quartiers où l'auteur note que dès leur fondation ils correspondent chacun à un groupe socioprofessionnel restreint, les ségrégations ethniques semblent moins marquées que dans la ville ancienne (127).

10Si les extensions de l'urbanisation constituent les transformations les plus visibles du tissu urbain, la ville se modifie aussi " de l'intérieur ". Le recensement minutieux des migrations internes et surtout du " mobilier urbain " de la modernité - école, banque, café, grands magasins, hôtels, usines - auquel l'auteur se livre permet de restituer ces transformations avec précision. Ainsi, le quartier Franc, qui était celui de la résidence des Occidentaux et des catholiques avant les tanzimat, devient à la fin du siècle celui des banques, des hôtels et de nombreux édifices à vocation économique. Pour sa part, le quai établi sur les ruines de la muraille maritime devient l'axe privilégié d'installation des établissements de nouvelles catégories. On y trouve en particulier plusieurs cafés (où, au contraire de ceux de la ville, les femmes ont accès(190)), des grands magasins, de nombreux hôtels, des banques et, plus tard, les premiers cinémas (148).

11Les travaux d'édilité accompagnent ces mutations. Ce sont les questions d'hygiène et d'assainissement qui sont traitées les premières : les rues sont balayées, on pave les plus fréquentées et on installe des toilettes publiques. Mais ces travaux restent très circonstanciés, ce n'est pas avant l'extrême fin du siècle que l'on commence à réfléchir au revêtement de l'ensemble des voies (152). De la même manière on perce plusieurs rues à partir de 1867 mais il s'agit plus de mettre en relation des lieux remarquables du tissu urbain que de constituer un réseau organisé de circulation.

12Les chapitres 10 à 13, qui constituent la troisième partie du livre, trouvent leur origine dans le traitement d'une source très différente des autres. A partir de plusieurs séries d'inventaires après décès, l'auteur construit des tableaux relatifs à l'organisation et aux pratiques de l'habitat. Mais ces inventaires ne livrent pas seulement des informations sur les biens matériels puisqu'ils mentionnent aussi les dettes. Leur répartition par type de prêteur montre que les professionnels du prêt ne disposent pas du monopole dans ce domaine. Les proches sont souvent sollicités ; il s'agit soit de membres de la famille, soit de collègues de travail, c'est-à-dire de membres de la même corporation que l'emprunteur, cela sans distinction de confession (225).

13La première série date des années 1840, l'impression principale qui s'en dégage est l'extrême dénuement de la plupart des décédés (229). Cependant, l'auteur remarque que les inventaires des hommes, au contraire de ceux des femmes, comptent peu d'objets relatifs à la vie courante. Elle en infère un partage de la participation à l'équipement du foyer entre les membres d'un couple (233-235). La seconde série date de la fin du siècle. La comparaison montre que le mobilier change : les articles européens ou de facture européenne, qui apparaissent au cours des années 1890, deviennent plus fréquents à la fin du siècle (259). L'auteur note par exemple une recrudescence des armoires au détriment des malles et aussi l'apparition des tables hautes (261). Mais elle rend compte de ces transformations en termes de décor plus qu'en termes de pratiques, elle ne distingue pas les deux niveaux et n'envisage pas les pratiques de représentation (262 et 282). Ainsi, la dualité tradition/modernité suivant laquelle l'auteur décrit les transformations des intérieurs saloniciens ne semble pas toujours en rendre compte de la manière la plus satisfaisante ; les décalages, les résistances, les accélérations... échappent à cette dualité. En outre, l'exploitation des données numériques des inventaires n'est pas toujours aussi rigoureuse qu'on le souhaiterait. Par exemple, les seuils retenus dans le texte ne correspondent pas à ceux adoptés pour les graphiques (221), on note aussi des valeurs moyennes calculées à partir de séries qui présentent une forte dispersion. Enfin, ces quatre chapitres apparaissent dans le déroulement du livre comme un collage, comme s'ils avaient été rédigés de manière indépendante.

14La partie suivante (chapitres 14 à 16) traitent des activités économiques et de l'organisation sociale relative à ces activités. Comme pour la partie précédente, l'auteur procède par comparaison diachronique. Au milieu du XIXe siècle, si la ville compte encore de nombreux jardins et si l'élevage des animaux domestiques est fréquent (312), les principales activités économiques sont artisanales. C'est surtout dans les nombreux caravansérails (khans) dont les revenus sont le plus souvent affectés à l'entretien d'établissements pieux, par le système des waqfs, que les artisans exercent leurs métiers. Les informations relatives à leurs confessions montrent que peu de métiers sont monopolisés par une confession ; l'auteur remarque cependant de fortes concentrations. Ainsi, les fabricants de feutre sont plutôt grecs-orthodoxes, les ferblantiers sont juifs tandis que les Turcs sont plutôt artisans et les Grecs plutôt commerçants (318-320). Ces activités sont fortement dispersées dans le tissu urbain, sauf pour celles qui nécessite d'importants volumes d'eau douce telles que la teinturerie.

15La tannerie compte alors pour une grande part dans la production artisanale de la ville (308), ce n'est plus le cas à la fin du siècle où, avec le textile, la tannerie semble avoir fortement déclinée (334). A l'inverse, la menuiserie en ameublement s'est développée à la faveur de l'introduction dans les logements de nouveaux types de meubles tels que les consoles, les bibliothèques ou encore les tables (338). Mais les mutations de l'artisanat au cours de la seconde moitié du XIXe siècle sont de bien moindre importances que celles provoquées par le développement de deux nouvelles catégories d'activités. D'une part, à la faveur de l'industrialisation, de la fabrique des cigarettes en particulier, les prolétaires apparaissent en masse (200) ; l'auteur évalue leur nombre à 25 000 (pour une population totale d'environ 90 000 habitants), au début du XXe siècle (339). D'autre part, le personnel des services édilitaires, privés ou publics, connaît lui aussi une forte croissance. Que ce soit à la municipalité, aux chemins de fer, aux tramways ou à la compagnie des eaux, les employés (qui constituent alors une nouvelle catégorie) sont de plus en plus nombreux (341-343). Enfin, l'auteur note aussi l'apparition de nouvelles professions au cours de la seconde moitié du XIXe siècle : les médecins (diplômés et organisés en conseil de l'ordre dès 1884 (350)), les pharmaciens, les avocats et aussi les architectes (344). En outre, les banquiers, qui représentent la finance internationale, ont remplacé les agents de change dont l'activité était cantonnée au marché local (362).

16Alors qu'au milieu du XIXe siècle, chaque quartier avait ses notables, cette nouvelle " élite " a plutôt tendance à se regrouper dans les quartiers récents (de l'est de la ville), autour du boulevard Hamidiye et dans le quartier des Campagnes en particulier. Pour sa part, la population la moins bien nantie, lorsqu'elle ne réside dans le tissu ancien où elle remplace des migrants en situation ascendante, habite dans les nouveaux quartiers de l'ouest. La bienfaisance communautaire qui se met soit au service de la pauvreté soit à celui de l'enseignement et de la diffusion de la modernité (375) constitue alors une sorte de contrepoint à la ségrégation spatiale opérée à la faveur de l'homogénéité de chaque nouveau quartier (381).

17Cette partie s'achève avec un chapitre consacré à la place occupée par la ville dans le cadre des recompositions qui animent les Balkans à la fin du XIXe siècle. Salonique n'est pas seulement le foyer des nationalismes des multiples communautés chrétiennes, il est aussi un des hauts lieux de la constitution du mouvement Jeunes Turcs en 1908 (412). Les rivalités entre les communautés grecque, bulgare et serbe se manifestent dans l'espace urbain par d'importants investissements dans le secteur de l'immobilier. Chacun espérant faire valoir un droit sur la ville au moment du partage (398). Ainsi, à la faveur de l'incendie de 1890, les grecs-orthodoxes regroupent dans un nouvel ensemble architectural, doté de passages secrets, leur archevêché, un lycée et le consulat grec (400). Dans ce contexte, chaque communauté cherche à accroître son importance ; la promotion des langues, vecteur des nationalismes, confère aux écoles le statut de lieux de propagande (183 et 402). En outre, les cimetières - lieux d'inscription patrimoniale des communautés dans l'espace urbain - constituent aussi de nouveaux points de discorde (403). A la veille du tournant du siècle, la guerre gréco-turque révèle une nouvelle ligne de césure. Les juifs de Salonique qui se mettent alors à la langue turque, soutiennent le sultan (407). Pour sa part, le mouvement Jeunes Turcs déçoit rapidement les minoritaires. Dès l'été 1909, ils réalisent que les promesses ne sont pas tenues et qu'ils sont évincés des processus de décision (414). En novembre 1912, les Grecs s'emparent de la ville.

18Pour conclure, l'auteur dresse le bilan des mutations. Elle note que les effets des réformes ottomanes ont été très ponctuelles et que, si le premier plan d'urbanisme date de 1889, c'est à la faveur des incendies que la plupart des projets en ont été réalisés (422). En outre, les changements qui ont animé la société et l'espace urbain ne résultent pas tant d'une " politique ambitieuse de rénovation " que de la demande en infrastructures provoquée par les investissements étrangers. Ce sont d'abord les équipements à vocation économique tels que les voies ferrées et le quai maritime qui ont été l'objet de travaux importants. Cette orientation explique pourquoi les principales opérations de développement urbain ne se sont pas déroulées au moment des réformes mais, plus tard, à la fin du siècle (422). En fin de compte, en 1912, les nouveaux quartiers dotés des attributs de la modernité sont très restreints, le centre a été remodelé à la faveur de l'incendie de 1890, le quai n'est qu'une vitrine sans beaucoup d'épaisseur ; c'est la démographie et la prospérité économique qui ont fait le reste (423). Comme ce résumé en rend compte de manière très partielle, ce livre est une mine de renseignements sur les transformations de Salonique au cours de la seconde moitié du XIXe siècle. Mais, si l'organisation thématique des chapitres facilite la recherche des informations, elle a en contrepartie pour effet de laisser les problématiques au second plan. Enfin, on regrettera la quasi absence de documents cartographiques, pas un seul plan ne permet de repérer l'abondante toponymie des quartiers périphériques. Cette lacune rend souvent difficile la compréhension des topographies en mouvement (de population et d'activités) dont le texte rend compte de manière détaillée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Arnaud, « Anastasiadou M., Salonique, 1830-1912. Une ville ottomane à l'âge des Réformes, Leiden, New York, Koln, Brill, 1997. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 89-90 | juillet 2000, mis en ligne le 18 décembre 2004, consulté le 25 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/2685

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page