Navigation – Plan du site
Lectures

Maria Pia Di Bella (sous la direction de), Vols et sanctions en Méditerranée, Éditions des archives contemporaines, 1998, 261 p.

Hélène Claudot-Hawad
p. 350-353

Texte intégral

1Cet ouvrage regroupe neuf articles auxquels s’ajoute en annexe la traduction d’un texte rédigé en 1959 en termes juridiques par A. Pigliaru : "Le code de la vengeance en Barbagia (Sardaigne)".

2Dans l’introduction, M. P. Di Bella  tente une typologie des sociétés méditerranéennes en fonction de leur rapport au "vol" : sont ainsi distinguées les sociétés qui permettent le vol uniquement à l’extérieur d’elles-mêmes et celles qui le permettent en leur sein sous certaines conditions. Les sociétés "bédouines", terme employé ici dans le sens de "nomades", sont classées dans le premier type. Au fil des pages, cependant, la frontière classificatoire ne semble pas vraiment se justifier dans la mesure où les règles de gestion de ce qui est appelé "vol" sont très comparables entre les deux catégories de sociétés. En fait, une confusion s’est instaurée ici entre espace tribal et "intérieur" de la société dont les contours ne peuvent se réduire, sous peine d’asphyxie, à ceux d’une seule tribu mais, au contraire, englobent un - et généralement plusieurs - ensembles de tribus articulées entre elles. Autre écueil de type conceptuel : aucune définition n’est proposée du terme "vol" utilisé à des fins descriptives. Cela pose un problème à la fois de traduction et d’analyse. Les exemples envisagés sont-ils toujours qualifiables de "vols", c’est-à-dire, en français, du fait répréhensible qui consiste à "s’approprier ce à quoi on n’a pas droit" (Littré, le Robert) ? Si toutes ces actions se concrétisent de manière identique : un dommage patrimonial causé à autrui, leur sens et leurs conséquences sociales sont très différentes comme le donne à comprendre explicitement l’ouvrage. Dans certaines situations, ces faits sont dévalorisants alors que dans d’autres ils apparaissent non seulement légitimes mais honorables. Ces significations variées renvoient généralement à des distinctions linguistiques locales que certains auteurs tentent de cerner en soulignant cependant le caractère souvent ambivalent, mouvant et manipulable des concepts dégagés, offerts à des réinterprétations multiples en fonction des situations.

3En fin de compte, le lecteur a souvent l’impression que les auteurs ne parlent pas nécessairement des mêmes réalités, ni d’objets comparables. Ainsi, l’action qui est associée au code de l’honneur et de la vengeance n’appartient pas au même champ sémantique que le "vol". Elle ne met en jeu ni les mêmes acteurs, ni les mêmes positionnements sociaux, et n’a pas les mêmes conséquences. Bref, elle relève d’une autre catégorie conceptuelle et, à ce titre, n’est pas nécessairement traduisible par le terme "vol". Un certain flou s’instaure également dans l’usage plus ou moins équivalent mais pas toujours explicitement défini que les auteurs font de notions connexes, comme celles de "banditisme" ou de "brigandage". Enfin, l’utilisation de certains termes, par exemple "abigéat"  au sujet des vols de bétail (assimilés par les acteurs à une série d’emprunts et de remboursements) en Sardaigne ou en Crète, ne favorise pas vraiment la compréhension des notions en jeu.

4En fait, les auteurs, qu’ils travaillent sur des documents écrits ou oraux, sur des affaires judiciaires issues de régions et de périodes différentes (Toulouse au xviiie siècle, Castille au xviiie siècle, Sardaigne des années soixante-dix, Chypre à la fin du xixe siècle, Crète au xxe siècle, Tsiganes en Italie au xxe siècle), s’efforcent pour la plupart de mettre au jour le système de valeurs et de normes qui dans chacun des contextes envisagés définit le juste et l’injuste, le digne et l’indigne, le moral et l’immoral…, ordre social implicite auquel renvoie la notion de "vol".  Le vol, en effet, comme l’écrit P. Sant Cassia (p. 159) "parle des relations sociales, il parle également des personnes et de leur identité". M. Herzfeld, à propos d’un village de Crète, montre bien comment le vol et ses rationalisations a posteriori permettent d’exprimer les relations entre la communauté locale, l’État et même le contexte international. Dans les périodes de changement social, le vol peut ainsi prendre une dimension politique plus claire et apparaître comme "l’anticipation (…) et la redéfinition des droits existants" (Sant Cassia, p. 160). Ce dernier auteur propose une définition originale du vol comme étant "le transfert ou la création de valeur d’un groupe de négociateurs potentiels situés dans une sphère d’échange,  à un autre, qui n’a pas été sanctionné par les personnes qui ont précédemment sacrifié quelque chose pour l’obtenir et/ou la garder, et qui peut affecter ou transformer l’identité des personnes impliquées directement ou indirectement dans ce transfert" (p. 162).

5Dans un article substantiel sur la mise en scène du vol par les juristes musulmans, B. Johansen, de son côté, montre que l’appréciation juridique du vol se réfère à des systèmes normatifs qui relèvent de conceptions fort différentes concernant le statut des lieux, des personnes, des biens, de l’action de voler et de la punition à infliger aux voleurs. Ainsi les doctrines hanéfite et malékite renvoient à des modèles de solidarité sociale opposés : si la première doctrine s’appuie sur l’idée d’une maisonnée aristocratique à forte cohésion sociale, la seconde au contraire part d’une maisonnée à faible cohésion sociale, où les solidarités se dessinent à travers les relations contractuelles et clientélaires davantage que parentales. L’intervention de l’autorité judiciaire et politique n’a donc pas le même impact dans les deux situations.

6Exposant les pratiques sardes en la matière, D. Moss montre que au début du xxe siècle, le vol était une forme d’échange direct pratiqué sur l’ensemble de l’île et qu’il représentait un moyen de restaurer l’égalité entre des hommes de statut identique. Les développements de l’économie pastorale (privatisation des pâturages, commercialisation  intensive du lait de brebis, augmentation du nombre de moutons, rentabilisation  du cheptel, nouveaux modes d’accumulation du bétail…) ont entraîné une évolution des traits caractéristiques du vol et donné naissance à un nouveau système de responsabilité sociale.

7Dans leur étude de la pratique et de l’idéologie du vol chez les Roma, J. Dick Zatta et L. Piasere relient ces phénomènes à l’affirmation et à la construction de l’opposition entre soi et les autres incarnés par les Gadjè. Dans ce contexte, "le vol fait partie du processus d’inversion des fonctions de la richesse caractéristique des Gadjè" (231) et le rôle d’un tel acte "n’est pas d’accumuler de la richesse". L’idéal rom se dessine en contrepoint des valeurs Gadjè qui représentent l’altérité absolue ; il caractérise donc par la destruction et la dispersion des richesses, le refus du travail stable et des distinctions sociales. En somme, est ici clairement manifestée la valeur créative (et créatrice d’identité) du vol.

8Pour finir, cet ouvrage collectif, qui revendique à juste titre "une optique pluraliste", fournit indiscutablement de nombreuses pistes, riches et intéressantes, pour la compréhension de ce phénomène que représente le vol, en le situant non pas aux marges mais "au cœur des sociétés qui l’engendrent". Cependant, pas plus que les publications déjà existantes qui avaient déjà occasionné de vifs débats, il n’épuise le sujet ni la difficulté à le traiter, car, comme le dit l’un des auteurs, le vol reste décidément "un concept délicat pour l’anthropologue comme pour l’homme de la rue".

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Claudot-Hawad, « Maria Pia Di Bella (sous la direction de), Vols et sanctions en Méditerranée, Éditions des archives contemporaines, 1998, 261 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 89-90 | juillet 2000, mis en ligne le 18 décembre 2004, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://remmm.revues.org/2687

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page