Navigation – Plan du site
Lectures

Jean-Paul Chagnollaud, Relations internationales contemporaines. Un monde en perte de repères (2e édition revue et augmentée), L'Harmattan, coll. Logiques Politiques,  Paris, 1999, 320 p.

Gilbert Meynier
p. 353-354

Texte intégral

1Jean-Paul Chagnollaud a été dans les années 80 doyen de la faculté de droit et sciences économiques de Nancy. Il est aujourd'hui professeur de sciences politiques à l'université de Cergy-Pontoise. Parmi ses multiples activités, il dirige la re­marquable revue Confluences-Méditerranée, éditée par l'Harmattan. Il nous propose aujourd'hui la nouvelle édition de son ouvrage, paru en 1997, qui avait alors représenté un exemple de la nécessaire mutation que connaît depuis quelques années la conception des relations dites internationales.

2Ce livre s'inscrit dans la lignée de travaux récents, comme les ouvrages de Monique Chemillier-Gendreau1 ou le remarquable Un monde privé de sens de Zaki Laïdi2, ou, dans un autre registre, des réflexions d'économistes suscitées par cette tentaculaire extension planétaire du capitalisme que l'on nomme euphémiquement la mondialisation.

3En effet, il est bien dépassé le paradigme réaliste -alias l'école classique- qui ne voulait voir dans les relations "internationales" que des relations interétatiques; mais en un sens, dépassés aussi les paradigmes -idéalistes ou révolutionnaires- qui, chacun à sa manière, contestaient la thèse de la primauté des États.

4Force est de constater que les États pèsent moins lourd, sous la pression de la "mondialisation de l'économie". Ce thème fournit d'emblée la matière à une riche information dès le premier chapitre, même si l'avenir de l'État fait, dans la suite de l'ouvrage, l'objet de questionnements problématiques. A l'heure de la réunion de Seattle, à l'heure de la recomposition du Tiers-Monde3, à l'heure de l'union européenne, à l'heure de l'émergence des terroirs et des régions -de la Wallonie et de la Catalogne à l'Uzbekistan et au Kossovo...-, à l'heure, encore,  des polémiques sur le droit d'ingérence, l'auteur dessine une fresque vaste, fine, nuancée, pédagogique,  des nouvelles données des relations planétaires à l'aube du 3e millénaire.

5Les tensions y sont souvent de plus en plus à vif; les risques encourus sont angoissants -le terrorisme impersonnel des riches, le terrorisme anthropologique des pauvres, la prolifération nucléaire...-, depuis la disparition du bloc socialiste, de voir s'accroître une "violence dispersée" contre laquelle les institutions pénales internationales constituent un pare-feu conjoncturel encore bien peu efficace.

6On l'aura compris, avec un livre comme celui de Jean-Paul Chagnollaud, on ne pourra plus étudier et enseigner les "relations internationales" comme on le faisait naguère encore. En mettant en valeur les démarcations avec un passé encore proche, en nous invitant à considérer la diachronie, il fait oeuvre d'historien. Ce n'est pas sous cette plume un petit compliment.

7Plus que jamais, à l'heure de la "mondialisation", des relations planétaires n'ont paradoxalement peut-être jamais autant justifié leur dénomination d'"internationales". C'est un truisme de souligner que lesdites relations ont, jusqu'à une date récente, été plus interétatiques que vraiment internationales. Or, sous des apparences souvent trompeuses, certaines données révèlent une nouvelle vivacité des nations: l'islamisme à prétentions universelles recouvre  en fait une politisation de l'islam qui en signe dialectiquement l'évolution vers une sécularisation. Or, la nationalisation des sociétés s'inscrit nécessairement dans la sécularisation. Actuellement, les diverses incarnations -algérienne, égyptienne...- de l'islamisme sont autant de protestations nationales contre l'emprise de l'implacable ordre mondial dominant4.

8Manière de dire, que si l'État est dépassé, la nation devient maintenant un acteur peut-être plus effectif des relations mondiales.

Haut de page

Notes

1 Humanités et souvernainetés. Essai sur la fonction du droit international, La Découverte, Paris, 1995
2 Fayard, Paris, 1994
3 l'auteur dit de sa "fin"
4 par le biais des ajustements structurels, il y a aujourd'hui, par exemple, en Égypte, accroissement de l'analphabétisme et du travail des jeunes enfants...
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilbert Meynier, « Jean-Paul Chagnollaud, Relations internationales contemporaines. Un monde en perte de repères (2e édition revue et augmentée), L'Harmattan, coll. Logiques Politiques,  Paris, 1999, 320 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 89-90 | juillet 2000, mis en ligne le 18 décembre 2004, consulté le 25 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/2688

Haut de page

Auteur

Gilbert Meynier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page