Navigation – Plan du site
II. Lectures

Véronique François, Céramiques médiévales à Alexandrie, Contribution à l'histoire économique de la ville, Le Caire, IFAO, 1999.

Marie-Odile Rousset
p. 353-355

Texte intégral

1L'ouvrage de Véronique François est le second de la collection "Études Alexandrines", dirigée par Jean-Yves Empereur. Il s'agit d'un volume de 205 pages, accompagné de 18 planches photographiques dont 3 en couleur. C'est une publication de qualité, d'un format agréable à manipuler (20 x 27,5 cm) mais suffisamment large pour une bonne vision des planches de céramiques dont les dessins, entièrement réalisés par l'auteur, sont très soignés.

2Le premier chapitre intitulé "Alexandrie, port de transit", présente une synthèse sur les données textuelles concernant le commerce à Alexandrie à l'époque médiévale puis le contexte des découvertes des céramiques. Il est accompagné d'une carte de l'Égypte (sans référence et en anglais), de 2 plans de localisation des découvertes et d'une vue d'Alexandrie au début de l'époque ottomane (références p. 205).

3Les différents types de céramique représentés à Alexandrie sont ensuite décrits dans les chapitres 2 et 3, avec leurs principales caractéristiques (pâte, forme, dimensions, techniques de traitement de surface et procédé de décor) et abondamment illustrés (378 dessins). Après une présentation générale du type, chaque tesson est précisément décrit dans un catalogue qui renvoie aux illustrations. Viennent d'abord les productions syro-égyptiennes et perses, puis les vases importés de Méditerranée occidentale et orientale ainsi que de Chine.

4L'ouvrage se termine par une importante conclusion (27 p.), qui est en fait une synthèse sur la diffusion et la commercialisation des productions étrangères retrouvées à Alexandrie.

5La bibliographie est thématique et divisée en deux sections : historique et céramologique.

6Les conventions utilisées dans les descriptions sont présentées en annexe : diverses parties du vase, abréviations des formes et des dimensions, trames utilisées dans les dessins, ainsi qu'un glossaire des principaux termes relatifs à la céramique.

7Le matériel étudié par Véronique François provient de deux dépotoirs intra-muros, Kôm el-Dikka (fouillé à partir de 1947 et, depuis 1960 par une équipe polonaise) et Kôm el-Nadoura (ramassage de surface ancien), ainsi que de remblais dégagés lors de fouilles de sauvetage pratiquées par l'équipe de Jean-Yves Empereur sur les emplacements des cinémas Majestic et Diana. De ces différents points, seuls les pièces ou fragments les plus "beaux" ont été conservés : les glaçures, les lampes et les vases sphéro-coniques.

8Il n'est pas aisé de travailler sur un lot de céramique hétérogène, incomplet et en partie dépourvu de contexte stratigraphique. Cependant, l'analyse d'un tel ensemble, si elle n'apporte que peu de données nouvelles sur les céramiques elles-mêmes, est en revanche d'un intérêt indiscutable, vu sous l'angle des échanges et du commerce international au Moyen-Age.

9Alexandrie est une étape incontournable du commerce entre la Méditerranée et l'océan Indien ; ceci est bien connu par les textes historiques et les récits de voyageurs. C'est ce que révèle aussi l'étude de la céramique d'époque médiévale retrouvée dans cette ville portuaire. Ces découvertes rendent compte de la grande variété des productions égyptiennes (un peu plus de la moitié du matériel) mais aussi occidentales, orientales et extrême-orientales. Elles illustrent les principales techniques utilisées par les potiers, qu'ils soient chrétiens ou musulmans, et leurs styles décoratifs propres, du IXe au XVe siècle.

10Nous avons relevé quelques coquilles qui n'altèrent en rien la valeur de ce travail : dans l'introduction (p. 1), l'auteur, citant Fustât comme le plus grand ensemble de céramiques retrouvé en Égypte, omet de mentionner la mission française d'Is?abl 'Antar (chantier IFAO), dont les céramiques ne sont pas encore publiées mais dont les travaux sont connus par ailleurs (compte-rendus dans les Annales Islamologiques, de 1987 à 1994, par Roland-Pierre Gayraud).

11À la page 5, al-Muqaddasî aurait décrit Alexandrie au XIe siècle (il écrit aux environs de 985).

12Par ailleurs, il convient de manipuler avec circonspection les dénominations ou sigles couramment utilisés par les céramologues ou archéologues, parce que plus pratiques qu'une périphrase descriptive : dans le cas de FFS (p. 23), il ne s'agit pas de Fatimid Fustat Sgraffito mais de Fustat Fatimid Sgraffiato (voir par exemple à ce sujet l'article de George T. Scanlon " Fustat Fatimid Sgraffiato: Less Than Lustre " dans M. Barrucand, L'Egypte fatimide, son art et son histoire, PUPS, 1999, p. 265 - 283).
Un problème récurrent des travaux scientifiques sur le monde arabe est celui de la transcription des toponymes. Dans le cas de Rausâfa (p. 24), c'est la première fois que nous le voyons sous cette forme.

13Quelques incohérences ont été relevées entre le texte et le fichier : par exemple il est question (p. 30) d'imitations syro-égyptiennes de bleus et blancs chinois, avec, pour le n° 134, une identification comme une production de Damas. Or dans le fichier (p. 56), le même fragment est mentionné comme une imitation égyptienne.

14Pourquoi donner toutes ces dimensions (quel travail !) à la fin de la fiche descriptive de chaque objet alors que presque tous sont dessinés (au tiers) tandis que certains tessons non dessinés n'ont aucune mesure (par exemple 335 qui est un bord suffisamment grand pour prendre le diamètre ou plusieurs fonds, 40, 42, 56, 64, 69...) ?

15Enfin (p. 182), on peut déplorer une conclusion un peu pessimiste : " cette étude révèle certaines lacunes de la céramologie médiévale ". L'ouvrage témoigne en tout cas de la bonne connaissance qu'a l'auteur de ce matériel extrêmement varié.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Odile Rousset, « Véronique François, Céramiques médiévales à Alexandrie, Contribution à l'histoire économique de la ville, Le Caire, IFAO, 1999. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 91-94 | juillet 2000, mis en ligne le 09 janvier 2005, consulté le 30 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/2694

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page