Navigation – Plan du site
II. Lectures

Père Henri Péninou, aumônier parachutiste, Réflexions sur les devoirs du soldat. Notre vie chrétienne en Algérie (1959), présenté par Jean-Charles Jauffret, ESID, 1998, Université Paul Valéry-Montpellier III, Montpellier, 1998, 85 p. (texte plus annexes), 40 p. de photos.

Gilbert Meynier
p. 451-454

Texte intégral

1Notre collègue Jean-Charles Jauffret poursuit sa cueillette de documents inédits sur la guerre de 1954-1962 en Algérie. Avec la publication du texte de Henri Péninou, il apporte une nouvelle pièce à la construction d'un édifice moins conformiste et moins lénifiant que ne l'offrent tant de pièces officielles du dossier militaire français.

2Le texte de Henri Péninou, aumônier auxiliaire de la 25e division parachutiste, qui est de 1959, s'inscrit pour l'historien dans les thèmes abordés notamment par la Lettre, publiée par Temps Présent, à partir de début 1957, "pour un dialogue de chrétiens hors-chrétienté". Le numéro 316-317 de février-mars 1985 a pour titre Des chrétiens dans la guerre d'Algérie. Ce fut après avoir lu ce numéro que Henri Péninou, dans une lettre à son collègue aumônier Pierre Parcineau, rappela les circonstances et le sens de la rédaction de son texte et de sa mission en Algérie - celle d'un appelé, mais d'un appelé dont le service, à sa demande, ne dura pas moins de 40 mois.

3Or, dans le même numéro, Martine Sévegrand fait un historique de la torture pratiquée par des militaires français pendant la guerre de 1954-1962. Elle y met en cause, outre le fameux R.P. Delarue, aumônier médiatique de la non moins médiatique 10e division parachutiste, et qui justifia la torture, l'aumônerie militaire en général : en plus de sept ans de guerre, le vicariat aux armées ne produisit, dans sa publication officielle, Lettre aux séminaristes et religieux soldats, aucun texte, et ne relata aucune lettre sur le sujet central de la torture.

4Et pourtant, il exista un texte de 32 pages dactylographiées, de l'aumônerie aux armées, dû semble-t-il au P. Lucien Durand. Ce texte, dénommé le Dossier vert, posait le problème du comportement chrétien face à ce qui était alors dénommé la "guerre subversive". Il dénonçait la pratique courante depuis 1830 - de la responsabilité collective et celle - non moins courante de la torture1. Mais il fut seulement diffusé à usage restreint malgré l'appui que lui porta le P. François de l'Espinay, nommé aumônier en chef en Algérie au printemps 1958.

5De fait, 1958 fut peut-être bien un tournant. Alors même que la guerre allait s'intensifier sous les directives du plan Challe, on ne parla, certes, guère beaucoup plus officiellement, de la torture ; mais la pratique dut changer. Dans les bilans chiffrés des pertes "rebelles" conservées aux archives du S.H.A.T. à Vincennes, à partir du retour au pouvoir du général de Gaulle, les mentions "abattus lors d'une tentative de fuite" (alias les "corvées de bois") qui, en 1957, peuvent représenter jusqu'à 10 % des pertes (soit jusqu'à 500 personnes par mois) se réduisent tant qu'elles finissent par quasiment disparaître. Statistiquement s'entend. Mais tout laisse à penser que Malraux, Mauriac, Michelet... furent entendus alors qu'on se moquait officiellement davantage des émois humanistes quand avaient seuls voix au chapitre Mollet, Lacoste, Lejeune, Massu, sous la ive République.

6Pendant toute cette dernière période, l'aumônerie avait été sous la responsabilité du P. Vaugarni, fort lié aux fins et moyens de l'Algérie française. Des préoccupations de catholiques non conformistes avaient notamment été exprimées par Pierre-Henri Simon, auteur en 1957 de Contre la torture, et par le général parachutiste hors normes, et démissionnaire, Jacques Paris de Bollardière. Ces préoccupations, on les re­trouve dans Le Drame spirituel de l'Armée2 du P. François Casta, qui fut, à la 25e DP, le supérieur en aumônerie de Henri Péninou, chez le P. Alain Maillard de la Morandais3, qui fut capitaine de S.A.S. dans le Sud-Oranais. Et on ne mentionnera que pour mémoire les soucis convergents d'un non catholique, le jeune Michel Rocard, auteur en 1959 d'un rapport sans concessions sur le drame des camps de regroupement4.

7C'est donc un point de vue de chrétien, d'un catholique, mais non pas celui d'un antimilitariste, qui est dit, dans la lignée du Dossier vert, dans le texte de Henri Péninou. Dans ce dernier5, qui se présente comme une suite d'exhortations aux jeunes appelés des unités compo­sant la 25e DP, malgré tout, l'armée française est dite avoir une mission à accomplir. Pourtant, 24 ans après la fin de cette guerre, ce qui touche à l'Algérie est pour lui "une blessure quand je pense à l'ef­froyable gâchis qui a marqué cette guerre honteuse de dire son nom. Oui, en Algérie, "l'histoire est restée criminelle"6.

8La cause de la blessure : l'homme n'a pas été au centre (mais le peut-il dans une guerre, coloniale qui plus est ?). Il a été avili, voire nié : qu'on pense à ces mentions, rapportées par J. C. Jauffret, de journaux d'opérations, qui portent succinctement : tant de "mâles détruits" ou "ramassés" ; qu'on pense aux représailles collectives, aux destructions de villages, aux "corvées de bois", à l'exposition des cadavres pour faire "réfléchir" les populations. Et les mâter.

9Certes, la guerre fut partout cruelle. Des deux côtés. Mais ce fut une guerre inégale : le P. Péninou ressentit d'autant plus douloureusement ce qu'il voyait être des atteintes à l'Évangile qu'il vécut parmi et s'adressa à des combattants censés être des chrétiens. Ceci dit, il est plausible que le comportement des appelés de la 25e DP ne fut pas le même que celui des professionnels de la 10e DP, et que des hommes comme Casta ou Péninou - à l'opposé d'un Delarue - y furent peut-être pour quelque chose. Les hommes de la 25e DP tournèrent et lui offrirent un film, Panache comme Péninou, où ils mettaient en images l'évacuation d'un blessé algérien qui, sans son intervention, aurait peut-être bien été exécuté. Mais le texte de Péninou, polycopié, ne fut que peu diffusé.

10Qu'en doit penser l'historien ? Le comportement de gens comme Henri Péninou n'aida-t-il pas à abréger la guerre coloniale en en stig­matisant, chez les appelés, les horreurs et le caractère injuste ? Ou, à l'inverse, ne permit-il pas aux jeunes Français qui y étaient impliqués de leur mieux faire supporter l'insoutenable parce que l'insoutenable était critiqué au nom de Christ ?

11Quoi qu'il en soit, et quelles que soient les ambivalences portées par le texte de Henri Péninou, on sera d'accord avec ce qu'en dit J.-C. Jauffret il fut un juste. L'indiquent, outre le texte, les photographies récoltées par ce vicaire des âmes : cet authentique parachutiste sut aussi s'émerveiller de l'Algérie : de ses paysages - la corniche kabyle, les vallées trouées des Nemenchas, les lauriers roses des vallées sèches de l'Aurès, les ponts de Sidi M'cid et de Sidi Rached7... -, de son histoire - de la Legio Tertia Augusta à la visite de de Gaulle à Constantine, via le palais du Bey -, de sa dure réalité du temps présent - des enfants trachomateux de Touggourt au blessé algérien, sauvé, sur son brancard, des mechtas détruites en représailles à la suite d'embuscades, à cette image de trois enfants, pleurant leur village perdu après leur expulsion, ordonnée, vers un camp de regroupement. Ne serait-ce que pour cela, ce petite livre est un grand et beau livre.

Haut de page

Notes

1 cf. Annexe 2, "lettre à un ami", notes 2 et 3, p. 74
2 France-Empire, Paris, 1962
3 L'Honneur est sauf, Seuil, Paris, 1960
4 Sur toutes ces questions, cf NOZIÈRE André, Les Chrétiens dans la guerre d'Algérie, CANA, Paris, 1979. Il existe aussi sur ce sujet une thèse de doctorat, due à Malika El Korso, dirigée par Charles-Robert Ageron.
5 Le plan en est le suivant: Préliminaires (1 : Dans la diversité, un lien d'unité (Christ, NDLA), 2 : Notre vie en Algérie, 3 : Nos responsabilités, 4 : Méthode et mentalité), -I- Chrétiens adultes et responsables (1 : Sauveurs avec Jésus-Crucifié, 2 : Hommes de prière, 3 : Frères de tous les hommes, 4 : Serviteurs du Royaume de Dieu), -II- La Communauté humaine de nos régiments (1 : Solidaires et responsables, 2 : Quotidiennement, dans le détail, 3 : La démultiplication des responsabilités, 4 : La Communauté totale: vivants, blessés, morts, Annexes : la Communauté, l'Honnêteté), -III- Hommes de guerre (1 : Engagés dans une situation de guerre, 2 : Quelques impératifs permanents, 3 : La Recherche des renseignements, 4 : Contacts militaires avec la population musulmane), -IV- Pacificateurs (1 : Limites et nécessité de notre action de pacification, 2 : Connaissance des populations, 3 : Connaissance des civilisations, 4 : Connaissance des religions). Conclusion et révision de vie.
6 L'expression est de François Mauriac, Lettres, n° 316-317, p. 33
7 La légende dit "Gorges et viaduc du Rummel" On voit en fait ces deux ponts qui, à l'aval et à l'amont du Rhumel constantinois, traversent les gorges; entre les deux, se trouve le pont d'El Kantara, caché sur la photographie, par un méandre du Rhumel (p. 10 du cahier de photos).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilbert Meynier, « Père Henri Péninou, aumônier parachutiste, Réflexions sur les devoirs du soldat. Notre vie chrétienne en Algérie (1959), présenté par Jean-Charles Jauffret, ESID, 1998, Université Paul Valéry-Montpellier III, Montpellier, 1998, 85 p. (texte plus annexes), 40 p. de photos. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 91-94 | juillet 2000, mis en ligne le 09 janvier 2005, consulté le 24 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/2701

Haut de page

Auteur

Gilbert Meynier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page