Navigation – Plan du site
I. Les avatars du salariat et du marché de l'emploi

Commis, artisans, ouvriers. Les métamorphoses du salariat dans l’Égypte du XIXe siècle

Officers, Artisans, Labourers. The Metamorphoses of Wage Labour in 19th-Century Egypt
Pascale Ghazaleh
p. 47-68

Résumés

Cet article se propose d’analyser l’évolution du travail salarié en Égypte pendant la première moitié du XIXe siècle à la lumière des modifications apportées au système des charges vénales, qui permet aux sujets du sultan d’accéder au statut de ses serviteurs en achetant le droit de toucher une rémunération. Les réformes juridiques, militaires, économiques et administratives qu’institue Muhammad ‘Alî (r. 1805-1848) en Égypte vont ériger les instances de l’État naissant en source de rémunération et point de référence primaire des détenteurs de charges. Pendant la période 1840-1860, les recrutements de fonctionnaires et de travailleurs connaîtront un repli ; et, lorsque la question du travail salarié est abordée à part entière dans le discours public des années 1880, c’est sous son versant politique, comme métaphore de la tutelle coloniale.

Haut de page

Texte intégral

1Dans une note critique parue en 1996, Bernard Lepetit constatait, à propos du livre de R. Castel (1995) sur les métamorphoses de la question sociale, que le « point de départ de l’analyse, et le principe de sélection qui l’organise, c’est la situation présente, la manière dont la question se pose aujourd’hui » ; cela suffit d’ailleurs à justifier « le travail sur l’histoire à l’œuvre tout au long du livre » (Lepetit, 1996 : 526, 533). La réponse qu’apporte Castel à cette question s’ancre dans l’analyse historique de deux phénomènes, dont la relation l’un à l’autre scande sur le long terme le processus de la métamorphose : l’assistance et la délocalisation.

2Nous nous proposons de reprendre ici l’approche historisante de R. Castel, avec deux mises en garde : les mêmes questions ne se sont pas posées, en Égypte et en France, au sujet du lien social ; et nous examinons ici le passé non pour y trouver une valeur explicative portant sur le présent – c’est ce que préconise explicitement Castel, et l’approche qu’il adopte lui-même – mais en tant qu’objet à part entière. Dans un premier temps, nous mènerons une réflexion sur les conditions de l’apparition du salariat en Égypte au début du XIXe siècle : en retraçant l’évolution de l’emploi dans les services de l’État, nous tenterons de rendre compte du statut particulier accordé au salariat industriel par les contemporains. Dans la seconde partie du texte, consacrée à une période plus tardive, nous chercherons à mettre en évidence le rapport entre salariat et “question sociale” dans les polémiques concernant le colonialisme et l’éducation.

Conditions historiques d’introduction du salariat en Égypte

De la maison au majlis : le client et le commis

3Le salaire – dans son acception la plus large, c’est-à-dire en tant que rémunération régulière affectée à ceux qui fournissent un service ou un travail – ne naît pas, en Égypte, au XIXe siècle. C’est pourtant à cette époque que les premières manufactures sont établies et dotées d’un personnel salarié et que des salaires sont affectés, de manière systématique, aux nouveaux fonctionnaires de l’État. Auparavant, les principaux officiers de la Sublime Porte perçoivent, sous forme de saliyâne (traitement annuel), une portion des revenus de la province à laquelle ils sont affectés, portion retenue sur son Trésor impérial. Parmi les commis rémunérés de la sorte, l’on compte le gouverneur du pays, le juge militaire et la vingtaine de beys qui exécutent les tâches administratives requises par le sultan. Ces derniers redistribuent à leur tour une portion de leur traitement à leurs clients. En outre, un nombre restreint d’officiers ottomans touchent des indemnités de retraite (Shaw, 1962 : 184-188). Par ailleurs, certains groupes, de rang inférieur, sont autorisés – à titre collectif, c’est-à-dire en tant que jamâ‘a, chaque groupe ayant droit à un nombre déterminé de rémunérations – à percevoir des gages (mawâjibât) : membres des milices, greffiers au service du Trésor impérial, musiciens et personnel religieux affiliés aux corps militaires, orphelins et personnes à charge... Les milices disposent ainsi d’un ensemble de soldes (‘ulûfât) et les distribuent à des personnes qui achètent le droit de les encaisser, moyennant un montant renouvelé chaque année ou à l’accession d’un nouveau sultan (Shaw, 1962 : 189-202, 205-206).

4Parallèlement à cette structure redistributive existe une hiérarchie rémunérative privée, que chacune des grandes maisons de notables reproduit à sa façon. Les maisons, comme l’attestent abondamment les inventaires après décès, sont des marchés de main d’œuvre et rares sont ceux, parmi les négociants fortunés ou les grands commis de la Sublime Porte décédés en cette province de l’empire, qui n’ont pas de dettes envers un nombre important d’employés : porteurs d’eau, menuisiers, valets, jardiniers, maçons... À défaut d’étude consacrée à la structure de ce système de rémunération, il faut supposer que les sommes d’argent remises aux employés sont fixées par négociation avec les corps de métiers, le cas échéant, et varient en fonction de la qualification des travailleurs. Toujours est-il qu’au moins certains de ces fournisseurs de services, affiliés de manière durable à la maison d’un notable, se présentent pour réclamer des arrérages (mustajmad jâmikiyya) auprès de la succession d’un patron décédé. Le terme jâmikiyya désigne alors les gages réguliers que perçoivent les employés, mais également la solde des militaires ; il est à ce titre synonyme de ‘ulûfa et de murattab (traitement), montants qui peuvent être alloués en espèces ou en nature.

5Les maisons sont consommatrices d’emploi, et distributrices de salaires en contrepartie ; mais en tant que telles, elles ne se posent pas en alternative à l’État : en effet, hormis les traitements réservés aux officiers, celui-ci est géré en adjudication, selon la norme ottomane. Les concessionnaires achètent leur charge à titre temporaire ou viager ; ils touchent dans certains cas des honoraires, mais perçoivent leurs émoluments, par exemple dans le cas des juges, des frais des actes notariaux qu’ils certifient, ou encore, par exemple dans celui des employés à l’Hôtel de la monnaie, sur les allocations du Trésor. La composition des revenus d’un cadi illustre bien cet agencement : les frais de procédure sont réunis entre ses mains, et il en donne une portion,

« à titre d’émolumens [sic], aux hommes de loi employés dans son tribunal. Le reste lui appartient. Il reçoit aussi du trésor du vice-roi le montant des redevances que les principales mosquées étaient tenues de lui payer » (Mengin, 1823, II : 258).

6Comme en Europe au XVIIe siècle,

« la rétribution des officiers comportait normalement des gages payés par l’État (ou plutôt le Domaine [...]), et des profits de l’exercice payé par les usagers » (Descimon, 1996 : 151).

7Une certaine forme de salariat est, par ailleurs, largement diffusée, mais fragmentée : elle réunit en effet toutes sortes de rémunérations, désignées collectivement par le terme jâmikiyya. Ces rémunérations relèvent avant tout d’un titre, qui donne en principe accès à une paye régulière. On estime ainsi qu’au XVIIIe siècle, 5 ou 6 % de la population du Caire est inscrite sur les listes salariales des milices ottomanes ; 14 000 personnes perçoivent donc une rémunération mensuelle, sans pour autant servir sous les armes (Hathaway, 1997 : 14). Par le truchement de ces mêmes milices, les hommes des émirs reçoivent aussi des soldes déboursées par le Trésor impérial, tout en continuant de servir des maîtres qui affirment leur ascendant sur le pays contre celui de la Sublime Porte (Shaw, 1964 : 9-10). Thésaurisés, les titres constituent donc un capital que les notables locaux peuvent redistribuer à leurs fidèles. Un investisseur peut acheter auprès du gérant d’une mosquée, qui tire ses revenus d’une dotation foncière, une charge rémunérée (par exemple, le droit de percevoir le tiers d’un salaire affecté à l’entretien de l’édifice). En conservant une partie de cette rémunération sous forme de retour sur investissement, il cèdera le reste, sous forme de salaire, à un tiers qui, sans disposer du fonds initial nécessaire pour le placement financier, fournira en revanche le service requis. Par ailleurs, la transmission par héritage peut fragmenter ces charges - preuve supplémentaire qu’elles sont sujettes à l’ensemble des transactions atteignant la propriété privée (Afîfî, 1991 : 121-122). Être un salarié de l’État, en Égypte jusqu’en 1815 environ (date de création de l’Armée d’ordonnance), signifie percevoir la rémunération afférant à une charge, sans qu’y corresponde nécessairement un contenu professionnel spécifique. Le salaire est avant tout un droit qui peut être acheté et vendu.

8Il n’est pas fortuit, au demeurant, que le même mot, jâmikiyya, décrive aussi bien les gages perçus par les employés des maisons que la paye des soldats inscrits sur les listes salariales des milices ottomanes. À l’échelle de l’Empire ottoman, les ‘askar (littéralement militaires) sont définis, précisément, par leur rapport à la maison du sultan : les codes juridiques ottomans désignent de cette manière les « agents de l’État au sens large », ou encore « tous les serviteurs de l’État » : y sont compris « les soldats proprement dits, des officiers supérieurs au simple soldat [...] », ainsi que « les fonctionnaires civils, tous les agents de la bureaucratie, les membres de la cour impériale [...] mais aussi les ulema [...] », qui exercent une activité dans l’enseignement, l’administration judiciaire, les institutions religieuses ou la gestion des waqf-s ; et enfin « les esclaves appartenant aux membres de ces différentes catégories » (Veinstein, 1978 : 384). Cette définition perdure, sous certaines formes, pendant tout le XIXe siècle : à l’époque de ‘Abbâs (1848-1854), les eunuques et concubines de la maison régnante recevaient des traitements, consignés dans les dossiers de la section muwazzafûn ou “fonctionnaires” (Hilâl, 1999 : 234). La population s’organise ainsi en deux groupes, selon qu’elle est affiliée ou non à la maison du souverain ; au sein de la maison, une seconde hiérarchie affecte les serviteurs aux postes interne (les appartements privés) et externe (la cour, les salles de réception).

9Trois évolutions viennent cependant modifier cette relation, et mènent, en conséquence, à une nouvelle formulation de la “question du salariat” telle qu’elle se pose au XIXe siècle. À cet égard, l’époque de Muḥammad ‘Alî (1805-1848), qui instaure certains changements dans l’histoire du système judiciaire et administratif de l’Égypte, est décisive : les réformes qu’institue ce vice-roi vont remplacer la maison du sultan par les instances de l’État naissant comme source de rémunération et point de référence primaire des ‘askar. Avant tout, la création d’une armée d’ordonnance, en 1815, va peu à peu professionnaliser le parcours des soldats. La conscription est généralisée et, après les campagnes du Soudan, les derniers irréguliers sont éliminés ; dès le début des années 1820,

l’«adoption des codes militaires français, l’institution de pensions d’invalidité (1819), l’augmentation de la solde et des rations, donnent progressivement au soldat un véritable statut social » (Alleaume, 1998 : 55-56).

10Ensuite, un fonctionnariat salarié, formé dans les nouveaux bureaux de l’administration ou, après 1829, à l’École de gestion publique (Shalabî, 1989 : 35, 52), remplacera à terme les fermiers généraux des unités fiscales. Dès 1818 est promulguée la « première ordonnance définissant les règles du fonctionnement administratif » ; le Cabinet du vice-roi, remanié, est désormais « composé de “bureaux” spécialisés, correspondant aux diverses branches de l’administration » (Alleaume, 1998 : 53). L’établissement de conseils (majlis), véritables tribunaux à vocation juridique et consultative, de départements (dîwân) affectés à l’administration d’activités spécifiques (la marine, l’agriculture, l’armée, les manufactures, les bulletins et les archives d’État), et de services (maṣlaḥa) spécialisés dans la gestion de la production (à titre d’exemple : les armes, l’Arsenal, les bâtiments, les boulangeries, le café, la cire, les cuisines du vice-roi, les entrepôts, le fer, le salpêtre, la sellerie, la soie, le sucre et les tanneries) va notamment mobiliser une armée de gestionnaires salariés. Les tâches qui avaient été du ressort des notables sont ainsi distribuées parmi des agents spécialisés : les notables sont remplacés par des parents ou alliés du vice-roi, qui coiffent un appareil composé de fonctionnaires salariés. Ce processus passe par la redéfinition du statut des militaires ottomans, qui sont désormais divisés, en Égypte, entre l’armée et le fonctionnariat d’État ; il repose sur la systématisation et la généralisation de l’impôt, qui remplace l’emprunt forcé comme mode principal de prélèvement du surplus (Ghazaleh, 2004 : chapitre 3).

11Enfin –et c’est ce qui retiendra notre attention ici– l’aménagement d’un dispositif productif régi par l’État mobilisera une partie de la population, avec des conséquences pour deux sortes d’exclus : d’une part, les vagabonds, que de nouvelles ordonnances cibleront nommément ; et, d’autre part, les artisans qui continuent de travailler à leur propre compte. Leur intégration aux nouvelles catégories instituées par le salariat donnera lieu à de nouvelles modalités d’exclusion, définies à une époque plus tardive en terme d’invalidité et de chômage.

La fonctionnalisation du salariat

12Les recettes et dépenses de l’État égyptien, à partir de l’année 1816, prennent en compte des prévisions relatives à diverses rubriques, dont les deux plus importantes seront, assez systématiquement, la solde des troupes et les maisons du vice-roi et de ses enfants. Il n’y a en principe rien de surprenant à ce que la conquête de nouveaux territoires – à entendre au sens large, car l’armée fera également figure de moteur à la consommation, et permettra, du moins dans un premier temps, l’écoulement des produits des manufactures – et l’entretien du faste de la maison du souverain constituent de la sorte les éléments les plus importants du budget ; on pourrait même s’attendre à ce qu’un État patrimonial présente un tel profil économique. Néanmoins, l’existence même de ces budgets constitue une innovation, car elle entérine, à l’échelle du territoire de cette province ottomane, l’attention accordée depuis 1805 à des considérations d’ordre local, et notamment à une politique financière indépendante, sous certains angles importants, de celle de la Sublime Porte. La nouvelle comptabilité prend pour objet des domaines auparavant réservés à la gestion de particuliers (la production, l’entretien des mosquées) ou abandonnés aux soins d’Istanbul (la solde des troupes), et semble ainsi indiquer un engagement soutenu de la part de l’État à la fois dans les domaines public et privé, dont la définition s’en trouve d’emblée modifiée. Les données que fournissent les budgets exposent également la hiérarchie des priorités qui régit ces investissements, et qui ne reste pas inchangée au cours des années.

13Aux officiers de l’armée et aux directeurs des unités de production régies par l’État – ces deux catégories de salariés étant regroupées sous une même rubrique – sont ainsi réservés, en 1833, 10 % des dépenses totales : c’est une proportion considérable, qui dépasse, et de loin, les prestations annuelles destinées à la Sublime Porte. Les manufactures, dont la comptabilité comprend les salaires des ouvriers, reçoivent également une tranche importante : 5,5 % du total. Cependant, c’est la prise en charge de groupes disparates qui paraît frappante dans ces comptes : y sont inclus, à la charge de l’État, des auxiliaires militaires bédouins, dont la solde équivaut à 1,3 % des dépenses totales, mais également les anciens fermiers généraux, privés de leur affermage en échange d’une dotation (0,8 %)...

  • 1 Amîn Sâmî utilise les termes muwaẓẓaf et mustakhdam pour désigner les employés et fonctionnaires (...)

14Néanmoins, le gouvernement ne s’implique pas de manière homogène et linéaire dans les sphères qu’il commence à revendiquer comme relevant de son ressort. L’armée consomme évidemment le plus gros des budgets : en 1821, la solde des troupes représente presque 53 % des dépenses totales de l’État ; en 1833, cette proportion a diminué mais reste cependant très importante (30 %). Les appointements des employés civils, estimés à 8,4 % des dépenses totales de l’État en 1821, accuseront également une baisse légère dans la décennie suivante : en 1833, le budget consacre 5 % des dépenses aux employés de l’administration. L’entretien des fabriques et les salaires des ouvriers, en 1821, consomment environ 8 % des dépenses ; en 1833, 5,5 % leur sont réservés. D’autres catégories encore subissent une régression : en 1821, les pensions des fermiers généraux se montent à 3 % des dépenses ; douze ans plus tard, moins de 1 % leur sont alloués (Mengin, 1823 : II, 389 ; Sâmî, 1928 : II, 420, d’après Clot). Les priorités qu’expriment ces budgets subissent toutefois une transformation pendant la décennie suivante : en ordre décroissant, les cinq articles les plus onéreux pour l’État en 1821 sont la solde des troupes ; les dépenses des maisons du vice-roi et de ses enfants ; les appointements des employés civils ; l’entretien des fabriques et le salaire des ouvriers ; les envois faits à Constantinople. En 1833, l’Armée occupe la première place, suivie des traitements réservés aux employés et hommes de la Marine ; mais subséquemment, les articles les plus importants sont désormais les traitements des officiers et des directeurs d’unités de production ; l’entretien des fabriques et les salaires des ouvriers ; et enfin les travaux d’infrastructure, parmi lesquels sont comptées la construction et la réfection de palais, de manufactures, de ponts et de barrages. D’une part, les salaires et les soldes, sous une forme ou une autre, continuent d’absorber une part importante des dépenses de l’État au long des années 1820 et, d’autre part, les employés civils voient leur part du budget diminuer pendant cette époque1.

La création des manufactures

15La politique industrielle du vice-roi commence en effet à exercer sur le budget une pression soutenue : les années 1820 et 1830 constituent l’apogée de l’engagement de l’État dans la construction ou l’habilitation de bâtiments destinés à héberger la production, mais également dans l’embauche et la formation de travailleurs, le contrôle central de la gestion et la redistribution des produits. Les manufactures établies entre 1816 et 1835 sont essaimées à travers tout le pays. Au Caire, l’on trouve celles de Khurunfish ; Bûlâq (une blanchisserie, une manufacture de drap, une fonderie de cuivre) ; et Sayyida Zaynab (une manufacture de peignes à filer). Le dispositif de production s’implante également dans le delta : à Fuwwa (pour les bonnets et les textiles), Qalyûb, Shibîn al-Kawm, Maḥalla al-Kubrâ, Zifta et Mît Ghamr (filage du coton, manufacture d’indigo), Manṣûra (filage et tissage), Damiette, Damanhûr (laine et couvertures), Rosette (fabrication de voiles pour les navires, manufacture de savon et tannerie, verrerie, production de cire), ainsi que dans quelques villes de Haute-Égypte : Banî Suwayf, Asyûṭ, Minya, Farshûṭ, Ṭahṭa, Jirjâ et Qinâ (Râf‘î, 1989 : 499-512 ; Batou, 1991 : 183-189, 191).

16Ces industries, « précocement mécanisées et recourant largement au salariat, [...] contribuent à transformer l’organisation et la gestion du travail » (Alleaume, 1998 : 60). Les manufactures recrutent en effet des effectifs assez élevés : entre 1818 et 1830, 218 métiers à filer et plus d’un millier de métiers à tisser fonctionnent au Caire (Fahmy, 1954 : 22). En 1823, 48 personnes travaillent à la poudrière de la Citadelle ; 1 135 à la carrosserie et la fonderie ; 424 à la manufacture de carabines ; 227 greffiers, commis et ouvriers au Département du plâtre et des pierres ; 63 au Département de la chaux, du plâtre et des dalles ; 690 façonniers et agents administratifs au Bureau des textiles ; 728 ouvriers et commis à Khurunfish ; 409 à la filature du coton à Bûlâq... (Firda, 1823 ; Philipp et Perlmann, 1996, IV : 360). Deux types de salariés animent ces instances – les ouvriers (fu‘la ou ṣanây‘iyya), d’une part, et les individus chargés de la gestion quotidienne, d’autre part : greffiers, caissiers, intendants des entrepôts... L’impôt des patentes (firda) distingue peu, voire pas du tout, entre les deux catégories. Cet impôt, qui se fonde sur les revenus annuels des imposables, appréhendés par classes (fi’ât) dans le cadre de leurs corps de métiers ou des départements de l’État où ils exercent leur activité, semble bien renvoyer à une dualité de l’emploi rémunéré, puisque ses registres identifient les membres des corporations sous la catégorie ṭawâ’if, tandis que les employés des départements d’État sont désignés sous le terme madhkûrîn ou “susdits” (Ghazaleh, sous presse) ; toutefois, les madhkûrîn comprennent aussi bien les administrateurs que les ouvriers. Ce qu’ils partagent, selon cette classification – et ce qui les sépare des artisans des corporations – c’est l’affiliation à l’État. La nature du travail qu’ils effectuent, qu’il soit manuel ou bureaucratique, est moins important que le cadre dans lequel ils l’exercent.

17Dans les manufactures, les modalités d’embauche des travailleurs, et les conditions selon lesquelles ils sont employés, sont de surcroît assez diverses. Il existe peu de directives explicites nous permettant de savoir si le recrutement ne ciblait que les personnes ayant une compétence préalable dans le métier (c’est-à-dire des artisans qui avaient été débauchés et contraints à travailler exclusivement dans les manufactures), ou bien aussi une main d’œuvre n’ayant aucune compétence spécifique. Il est plausible que les deux types de travailleurs aient été affectés à des tâches différentes, le recrutement d’une main d’œuvre non spécialisée s’apparentant de très près à la conscription militaire. Gh. Alleaume (1988 : 73) rappelle que la conscription des enfants dans les écoles destinées à former la main d’œuvre fut particulièrement brutale : les soldats réunissaient, dans les villages, les enfants que les chefs de village avaient désignés pour fournir les contingents réquisitionnés par le pacha.

18Avant l’établissement de ces écoles et l’institution de campagnes de recrutement systématiques, les procédures d’embauche laissent apparemment inchangée la structure du travail artisanal traditionnel, mais lui imposent un cadre spatial et administratif destiné à faciliter l’extraction du surplus, les exécutants se contentant dans un premier temps de rassembler les artisans en un seul lieu, affecté à la fabrication des métiers à tisser, sous la direction d’un surveillant. Cette mesure préliminaire s’accompagne d’un monopole imposé sur les métiers à tisser et les tissus. Les chefs des corps de métiers font office de préposés au recrutement : dès 1811, ils sont chargés de fournir la main d’œuvre requise pour les grands travaux que le vice-roi entend mettre en œuvre. En 1818, 4 000 jeunes hommes sont recrutés de cette manière et mis au travail dans la première manufacture de textiles, où ils reçoivent un salaire journalier s’échelonnant entre une et trois piastres (Philipp et Perlmann, 1996 :  IV, 410-411). De tels appels deviendront plus méthodiques par la suite.

19La création de nouvelles manufactures entraîne une modification du processus de recrutement. Ces institutions sont d’abord dotées en personnel importé, chargé d’assurer le fonctionnement des machines, de les réparer et d’en expliquer le fonctionnement aux artisans recrutés pour la production (Marsot, 1984 : 169). En 1812, 500 artisans sont ainsi importés d’Istanbul ; en 1816, 200 Arméniens les suivent au Caire (Clerget, 1934, II : 230). Le recrutement se généralise peu après à la population locale. Des listes sont dressées, recensant le nombre de travailleurs requis par chaque établissement du Caire et de Bûlâq ; ces derniers sont classés par secteur administratif (thumn), et enrôlés avec l’assistance des chefs de quartier. Les mesures coercitives s’affermissent à mesure que s’étend le système manufacturier et, du point de vue des artisans, allient d’emblée la motivation que constitue le salaire à la menace du châtiment : vers la fin des années 1840, l’inspecteur des manufactures adressera également ses requêtes de mobilisation au chef de la Police. Une directive datée de 1829 recommande que les recruteurs – qui recevront, au besoin, l’assistance d’un soldat dans leurs efforts de mobilisation – évitent soigneusement de sélectionner “les vagabonds et les voleurs” ; les travailleurs doivent être des résidents permanents de la ville, et des garanties à cet effet sont obtenues auprès de leur famille (Ghazaleh, 1999 : 105-106, 122). Les travailleurs sont ainsi assignés « à une place en même temps qu’à une tâche » (Lepetit, 1996 : 527) : de fait, c’est à une double localisation que nous avons affaire, puisque seuls les citadins ancrés dans une communauté locale seront privilégiés de la sorte.

20Est-ce d’ailleurs d’un privilège qu’il s’agit ? Ne disposant d’aucun renseignement précis relatif aux artisans qui, interdits de travailler indépendamment dans les secteurs atteints par les monopoles, ne sont cependant pas recrutés dans les manufactures, nous sommes dans l’impossibilité de fournir une réponse définitive. Il est évident que le travail “au noir”, notamment dans le secteur du textile, le plus étroitement contrôlé par les agents de l’État, se poursuit. Par ailleurs, certains indices permettent de penser qu’à l’instar des “paysans du pacha” (Cuno, 1992), les ouvriers employés dans les manufactures du vice-roi jouissent de conditions de travail relativement favorables : leurs salaires sont sans doute moins dérisoires, eu égard au prix des denrées essentielles, que le furent ceux des artisans de la fin du XVIIIe siècle, signalés par A. Raymond (1999 : 384-386). Cependant, le soutien que prête l’État à “ses” ouvriers (y compris ceux qui ne touchent pas de salaire mais lui fournissent des produits selon des accords exclusifs) dans la fixation des prix de vente et la suppression de la concurrence constitue aussi un avantage substantiel. Aussi les ouvriers d’une indigoterie présentent-ils une doléance contre un teinturier qui vend son produit à des prix bien inférieurs à ceux qu’ils réclament ; l’administration ayant mené son enquête, le teinturier accusé est flagellé. Les artisans et commerçants – surtout ceux dont les produits ont une importance stratégique dans la politique d’approvisionnement du gouvernement – prennent d’ailleurs l’initiative pour solliciter l’intervention de l’administration contre les petits artisans travaillant à mi-temps et à leur propre compte : c’est ainsi, par exemple, que les boulangers boutiquiers présentent une pétition contre les femmes qui confectionnent du pain chez elles et le vendent au marché. Ils obtiennent gain de cause, citant les services qu’ils rendent à l’État, et demandent en outre que leurs rivales soient contraintes d’acheter le pain fabriqué en boulangerie (Damâṣî, 1994 : 63-64). Les comptes d’al-Khurunfish montrent encore que les manufactures n’absorbent pas toute la main d’œuvre disponible : les artisans les plus nombreux dans cette manufacture au début des années 1820 étaient employés à temps partiel, par tranches de jours ouvrables (un à six jours par mois), et se présentaient en “couples” maître-apprenti. Les manœuvres, quant à eux, sont divisés en trois catégories principales : les journaliers, les salariés au mois et à la pièce. Les journaliers se trouvent réunis dans des ateliers, qui correspondent, au vu de la forme, aux corps de métier, classés dans la majorité des cas selon le critère supplémentaire de l’ethnie – indigènes, turcs et européens, menuisiers, scieurs de long, forgerons, monteurs... La fabrication, enfin, se déroule simultanément selon des modalités que l’historiographie du travail associerait volontiers à des stades distincts dans l’évolution chronologique du processus productif : dans les ateliers, structures plus ou moins permanentes ; par des couples composés d’un contremaître et d’un apprenti ; et en sous-traitance (Khurunfish, 1819-1820).

  • 2 Au début du XXe siècle, Goldberg estime qu’il existait 400 000 “travailleurs industriels” en Égypte (...)

21Il est sans doute admissible de supposer que ces regroupements et hiérarchies, caractéristiques des corps de métier et intégrés aux manufactures selon une logique ad hoc, persistaient en dehors de leur cadre (Ghazaleh, 1999 : 121). A. Marsot (1984 : 173). souligne en particulier le caractère non linéaire de la constitution d’un marché du travail salarié : après 1834, le monopole imposé par l’État sur la production de fil et de tissus est levé et la production privée reprend, moyennant le paiement d’un impôt. Coexistent ainsi plusieurs modalités d’organisation du travail, de rémunération, de production et d’interaction entre État, gestionnaires, contremaîtres ou chefs de corporation et employés (artisans ou manœuvres). Les “petites entreprises” intégrées de la sorte au dispositif de la production contrôlée subissent d’ailleurs des dommages suite au recul accusé après les années 18502 (Clerget, 1934, II : 231).

Différencier les salariés

22L’affiliation à l’État offre vraisemblablement certains avantages, parmi eux le moyen de se distinguer vis-à-vis des concurrents hors statut (Grenier, 1996 : 68-70) ; c’est sans doute pour cette raison que Clerget (loc. cit.) estime que “les jalousies entre tisserands” ont facilité l’imposition d’un monopole sur les textiles et les métiers à tisser. Travailler dans certains secteurs gérés directement par l’État, et surtout ceux où il cherche à encourager la production, permet notamment aux employés d’éviter la conscription : en 1832, par exemple, les tisserands de la soie sont exemptés de service militaire. D’autres motivations sont directement liées au salaire : en 1841, une prime se montant à 5 % de leurs gages est distribuée aux employés des manufactures, tandis que 50 % des profits sont alloués aux contremaîtres dans le secteur des textiles « pour que s’ensuive la concurrence dans l’ouvrage » (Marsot, 1984 : 170, 176 ; Sâmî, 1928 : 515). C’est dans le domaine de la rémunération que la distinction entre artisans indépendants et travailleurs dans les manufactures se joue le plus clairement. L’impôt des patentes ou firda en offre un aperçu. Vraisemblablement fondé, du moins en partie, sur le revenu annuel des individus ainsi que peuvent l’estimer les greffiers ou les employeurs, il s’échelonne, pour l’ensemble des imposables, de 5 à 500 piastres. Or vers 1825, les salariés des manufactures paient une moyenne de 50 ou 60 piastres par personne ; c’est une moyenne médiocre mais acceptable. Un revenu modeste mais assuré, un emploi stable : voilà ce qui semble caractériser le travail de ces artisans-fonctionnaires et, sans doute, ce qui fera d’eux une aristocratie travailleuse, une fois surmonté l’obstacle de leur aversion initiale à la conscription.

23Le système manufacturier, tout comme le système administratif, est marqué dès sa constitution par le statut hybride des employés : de manière générale, les

« personnels de l’État ont, selon leur catégorie, des statuts hétéroclites, pouvant se marquer jusque dans le mode de rétribution » (Alleaume, 1988 : 72).

24La comptabilité des manufactures révèle effectivement la coexistence simultanée de plusieurs systèmes salariaux. À la diversité des modalités d’embauche et de rémunération correspond un large éventail de niveaux salariaux. Les administrateurs et les ouvriers, classés ensemble au sein de chaque département dans la classification que suivent les registres de l’impôt firda, s’avèrent toutefois appartenir à deux catégories bien distinctes lorsque nous examinons dans le détail la comptabilité interne d’une manufacture individuelle. Au sommet de la hiérarchie, les directeurs étrangers et le personnel administratif forment un dispositif d’encadrement et de surveillance dont la rémunération, mensuelle, est hors de toute proportion avec celle de la masse des façonniers. Les registres de comptabilité relevant de la manufacture d’al-Khurunfish montrent que, pour les mois de novembre à décembre 1819, les salaires des employés européens dépassent, et de loin, toutes les autres rubriques : ils se montent en effet à presque 17 000 piastres. Dans un ordre décroissant, cette dépense est suivie par les gages des journaliers indigènes (un peu plus de 12 000 piastres au total) ; les dépenses et salaires mensuels (presque 4 000 piastres) ; et enfin, les traitements des greffiers (à peine 1 000 piastres). L’intendant général des manufactures touche 2 500 piastres par mois, le directeur 500 et un forgeron appelé d’Istanbul, 450 piastres ; quant aux journaliers dans l’atelier métallurgique, ils perçoivent en moyenne 60 piastres par mois, et rares sont ceux qui ont travaillé trente jours (Khurunfish, 1819-1820).

  • 3 Il s’agit de services consacrés à la gestion de la production et organisés par produit : départemen (...)

25Les travailleurs dans tous les départements productifs (maṣla ḥa3) dirigés par l’État reçoivent ainsi un salaire, mensuel ou quotidien ; les primes ne sont pas négociées collectivement, mais semblent en revanche avoir été accordées de cette manière. Ainsi, en 1847, les menuisiers, scieurs de long et calfats à l’Arsenal de Bûlâq reçoivent, par exemple, un tiers de leur paie en supplément, parce que leurs collègues à Asyûṭ avaient obtenu ce privilège (Sâmî, 1928 : 544). Le salariat se constitue ainsi, d’une part, par le biais de mesures politiques et administratives – la circonscription, la classification, la levée de l’impôt sont autant d’occasions de contact entre les travailleurs et le dispositif d’État – mais également, dans certains cas, par l’expérience du travail collectif et des distinctions constitutives entre ouvriers salariés, toutes catégories confondues, et administrateurs. Il semble cependant difficile, à cette époque, de déduire de cette expérience partagée la naissance de solidarités, d’une conscience de classe.

26La précarité du travail à la journée, au demeurant – le salariat, en Égypte comme ailleurs, est bien un « provisoire qui dure » (Cottereau et Gribaudi, 1999 : 84) – est institutionnalisée au même moment et semble s’être généralisée à l’ensemble de la population active, puisqu’il atteint également le cadre corporatif. Vers la fin des années 1850, les commis chargés de régulariser les dénombrements destinés à permettre la levée du wirkû (un impôt sur le revenu) sont contraints de réviser leurs données à plusieurs reprises, et constatent que la structure des corps professionnels telle qu’elle est consignée dans leurs registres n’a plus le même contenu qu’auparavant : la population urbaine, que localise le processus d’enregistrement, absorbe malgré cela constamment des paysans venus au Caire à la recherche d’un emploi ; des masses d’artisans ont changé de métier, et sont à présent enrôlés dans de nouvelles corporations (Ghazaleh, 1999 : 97). Cette précarité se retrouve, pendant le premier tiers du XXe siècle, dans les industries du coton et du sucre, les plus demandeuses de main d’œuvre. Introduites dans les zones rurales, les égreneuses à coton et les raffineries mobilisent l’emploi à un rythme saisonnier. Jusqu’à la Seconde guerre mondiale, les ouvriers salariés dans les grandes usines constituent une minorité des travailleurs dans les secteurs de la production industrielle, du bâtiment et du transport. Dans les années 1940 encore, les établissements industriels, à Maḥalla al-Kubrâ et Kafr al-Dawwâr, par exemple, emploient une main d’œuvre composée majoritairement de paysans qui y travaillent à court terme, et n’y voient qu’une source de revenu supplémentaire (Goldberg, 1986 : 44 ; Beinin et Lockman, 1987 : 24, 46).

  • 4 Dans une étude consacrée à l’hospice d’Ibn Ṭûlûn, Ener constatait que vers le milieu du XIXe siècl (...)

27Pendant la première moitié du XIXe siècle, deux catégories — relevant du droit au travail et de l’aptitude à fournir le service que les salariés doivent à l’État — sont également mises en avant ; il s’agit de concepts qui ne sont pas nouveaux, mais qui acquièrent peu à peu une dimension économique conférée par un calcul relatif à la productivité. La première concerne les soldats “déchus” (saqṭ), c’est-à-dire mutilés au combat, et qui ne sont plus aptes à servir dans l’armée ; du moins en théorie, ils sont censés toucher une pension mensuelle, et absorbent donc des ressources qu’il est nécessaire de contrebalancer (Fahmy, 1997 : 255). La seconde désigne les individus sans profession (bi dûn ṣinâ‘a), qui sont distingués, dans le recensement effectué en 1846-48, de ceux qui exercent un métier : les premiers peuvent aussi bien comprendre les esclaves que les chômeurs, les enfants qui ne vont ni au kuttâb ni au travail, ou encore les personnes âgées. Cette catégorie n’a pas de contenu spécifique : elle ne confère à ceux qui s’y trouvent classés ni le droit à une assistance ni le devoir de transformer leur condition. Elle désigne éventuellement une main d’œuvre en puissance, mais ne se réduit pas à cela. La désignation baṭṭâl, qui se fonde sur une rupture implicite au sein de la population potentiellement active entre travailleurs valides et invalides, et introduit une nuance supplémentaire (le baṭṭâl est celui qui, capable de travailler, est cependant sans emploi), n’a pas encore acquis toute sa signification (Ener, 2002 : 634).

  • 5 Ceux-ci ne sont d’ailleurs pas employés exclusivement dans les établissements du quartier : si troi (...)

28De fait, les sans-emploi sont très présents dans la ville, même dans les quartiers où les manufactures absorbent un certain nombre d’actifs. À Darb al-Qaṣṣâṣîn, à Bûlâq, ils sont 46 sur un total de 125 habitants, contre 17 ouvriers manufacturiers5 ; quelques rues plus loin, à Darb al-Jayyâra (dont le nom rappelle la proximité des activités d’extraction de la chaux), ils sont 65 sur 213 habitants, contre 25 employés dans les manufactures. À Darb al-Maṣbagha, qui avoisine peut-être une blanchisserie, seuls trois des habitants revendiquent une affiliation aux manufactures, tandis que six sont inactifs (Recensement 1846-48). L’ubiquité de ces poches d’inactivité se révèle à l’échelle de la rue : ni “l’obligation disciplinaire de travailler” ni le libre accès à l’emploi n’a mobilisé toute la population valide, loin de là. On peut d’ailleurs penser que la présence des manufactures la polarise.

29D’autres métiers et d’autres quartiers produisent en revanche des configurations différentes. Au milieu du siècle, les métiers du textile sont dispersés partout à travers la ville ; les tisserands sont les plus nombreux (1 886).

« L’intervention de l’État infléchit cependant une situation très ancienne pour provoquer quelques regroupements. La création récente de la manufacture de Sayyida Zaynab a déjà recomposé le quartier du même nom et celui, voisin, de Nasriyya, en y concentrant des tisserands (14 % de ceux de la ville) : 83 % d’entre eux sont employés dans le secteur public »; Bûlâq, en revanche, « doit importer sa main-d’œuvre des villages de Guiza, de l’autre côté du Nil, du fait de l’absence, sur place, d’un bassin d’emploi qualifié » (Alleaume et Fargues, 1998 : 102-103).

La “classe fonctionnaire” : une expérience de l’État

La réforme par le salariat

30Secteur public, secteur privé : la division, au milieu du XIXe siècle, n’est pas encore claire. Elle commence cependant à se dessiner, introduisant au sein des configurations résidentielles, à l’échelle des îlots et dans les maisons, sinon de nouvelles professions, du moins de nouvelles affiliations professionnelles. Elle crée également de nouvelles occasions de conflit : entre artisans du privé et « ouvriers du pacha », d’une part, et entre ouvriers et administrateurs au sein des manufactures, d’autre part. Ces lignes de faille se creusent sans doute aux dépens d’autres antagonismes possibles, en introduisant notamment une dimension identitaire à la hiérarchie de salaire et de statut : les Européens occupent un nombre disproportionné de postes administratifs ou techniques, et sont payés en conséquence. Deux régimes sont ainsi mis en place simultanément : un régime de la « qualification reconnue » (Saglio, 1999 : 4-3), s’appliquant aux contremaîtres et aux administrateurs étrangers ; et un régime de rémunération soit aux pièces, soit au temps, s’agissant des travailleurs locaux.

31Le décès de Muḥammad ‘Alî (1848) sera pourtant suivi de réformes économiques et politiques importantes, tandis que des processus sociaux intrinsèques au dispositif même de l’État modifient les conditions d’accès à la fonction publique, d’une part, et le statut des salariés, d’autre part. Dès les années 1850, ‘Abbâs (r. 1848-1854) met en œuvre un repli délibéré : il réduit les effectifs de l’armée, ferme les écoles et les manufactures, et reporte le coût de l’administration rurale sur les détenteurs des grandes exploitations. Il est contraint à certaines économies, d’une part, par le traité de Paris (1841), qui limite « de façon drastique les effectifs de l’armée égyptienne », et, d’autre part, par la stabilisation des personnels au sein de l’appareil d’État, qui n’exige plus, pour se maintenir, la formation de nouveaux cadres (Alleaume, 1988 : 78). Initialement introduit dans le cadre du service d’État, du fonctionnariat (ce qui inclut, malgré les distinctions que l’on a évoquées, la proto-industrie d’État), le salariat s’en trouve subitement dissocié vers le milieu du siècle. Par la suite, et jusqu’au début du XXe siècle, le privé prendra la relève dans le secteur productif. Le salariat se développe alors dans le cadre des usines du textile, majoritairement dirigées par des investisseurs européens ; l’on comprend comment cette forme de rémunération peut se trouver associée, dans les écrits du journaliste ‘Abd Allâh al-Nadîm, à la houlette de l’occupation. On y reviendra.

32Avec l’accession de Sa‘îd (r. 1854-1863), et surtout pendant le règne de son successeur, Ismâ‘îl (r. 1863-1879), la politique du gouvernement à l’égard de l’emploi se focalise sur la corvée, dont les dirigeants envisagent initialement qu’elle mobilisera 20 000 hommes par an (Owen, 1993 : 123-125). Les recrutements massifs de fonctionnaires reprennent toutefois pendant les années 1860, « au moment où les promotions les plus nombreuses [...] commencent à prendre leur retraite » ; la fonction publique subit alors une nouvelle évolution, déjà entérinée au milieu de la décennie précédente par une loi qui accorde à ceux qui servent l’État un ensemble de garanties sociales, notamment le droit à la retraite et le versement des pensions aux héritiers des administrateurs. Ce n’est qu’en 1875 que les employés se voient proposer le versement de leurs pensions « sous forme de terres allouées en concession », dont l’usufruit, grâce à une loi promulguée en 1871, peut être rapidement converti en pleine propriété (Alleaume, 1988 : 79-80). Il semblerait que la protection accordée de la sorte aux fonctionnaires ne trouve aucun écho dans l’autre groupe de salariés dont il a été question jusqu’à présent : à savoir, les ouvriers. C’est sans doute à cette évolution qu’il faut attribuer les débats par lesquels les milieux ouvriers, pendant les années 1920, cherchent à éclairer la différence entre les associations d’assistance mutuelle et les syndicats (Goldberg, 1986 : 28-34).

33À la séparation entre ouvriers et fonctionnaires, consolidée par la protection dont jouissent ces derniers à partir de 1854, s’ajoute une scission entre travail artisanal autonome et travail délocalisé à domicile, d’une part, et travail salarié pour le compte de patrons étrangers, d’autre part. Le capital européen s’est frayé un chemin dès 1841 : le pays est alors constitué en zone libre et les importations – surtout les textiles, qui représentent un tiers des importations totales dans les années 1880 et 1890 – limitent l’essor d’entrepreneurs locaux. En province, les fileurs et tisserands travaillent chez eux ou dans des ateliers de trente ou quarante métiers. Les premières usines à vocation moderne sont administrées par des entrepreneurs étrangers ; après quelques échecs, la guerre de 1914 impose au marché égyptien la consommation de produits locaux, et offre à ces industriels la possibilité d’augmenter leur production, mais les investissements étrangers jouent un rôle essentiel dans le développement subséquent de l’industrie textile, à partir des années 1930 (Tignor, 1989 : 6, 8-12).

34En 1882, l’Égypte est soumise à l’occupation britannique : le gouvernement, composé de ministres autochtones et coiffé d’un khédive, reçoit cependant ses ordres de Londres. La dimension nationale de la question sociale, quant à elle, reçoit une impulsion supplémentaire : si l’Angleterre veut faire de l’Égypte « une plantation pour les fabriques du Lancashire », travailler pour les étrangers, par extension, signifie perpétuer l’assujettissement de la patrie. ‘Abd Allah al-Nadîm, journaliste et activiste fervent qui lance ses premières diatribes contre l’occupation anglaise dans le périodique al-Ustâdh au début des années 1890, fait ainsi passer la réforme sociale, qui seule permettra à l’Égypte de s’émanciper de la tutelle coloniale, par la substitution aux importations : en remplaçant les produits européens par les denrées (certes plus frustes et moins diverses) que produisent les travailleurs locaux, les consommateurs peuvent ressusciter une économie dont la morbidité a facilité l’occupation et perpétue l’assujettissement du pays.

35La critique sociale de Nadîm ne prend pas pour seule cible la présence de troupes étrangères dans le pays : c’est d’ailleurs avant tout la politique du khédive Tawfîq (r. 1879-1892) qui est visée, et le khédive qui exilera ce « chantre de la révolution de ‘Urâbî » pour la première fois. Auteur et rédacteur prolifique, Nadîm influence une génération de jeunes nationalistes militants, dont Muṣṭafâ Kâmil, mais son public est plus vaste, puisqu’il englobe tous les lecteurs de ses revues satiriques ou analytiques : al-Ṭâ’if, al-Tankît wal-tabkît, al-Ustâdh... (Jimî‘î et Ramaḍân, 1994 : 3-4). Il accorde par ailleurs une tribune à ce public, appelé à s’exprimer par le biais de questions auxquelles Nadîm fournit des réponses à vocation didactique ; et, si ces questions sont soumises à un processus d’abstraction analogue à celui qui exprime la velléité d’universalisme des recueils de fatwâ-s (responsa juridiques), elles n’en énoncent pas moins les soucis spécifiques d’une partie instruite et engagée de la population.

36Or le travail salarié bénéficie à cet égard d’une attention particulière et fait l’objet d’un exposé minutieux que Nadîm développe dans le cadre d’un projet de réforme sociale. Le déclin de l’industrie autochtone, selon l’analyse qu’il mène, constitue un aspect fondamental de la crise et mérite à ce titre des mesures de sauvegarde urgentes. Dans un premier temps, il recommande qu’une association d’assistance mutuelle soit créée pour chaque métier. Son projet fait également appel aux riches, dont le pouvoir de consommation devrait permettre d’établir des milliers de ménages. Il exhorte aussi l’État – qui, bien que compromis par son association à l’autorité du mandat anglais, est seul capable de fournir les ressources nécessaires – à étayer la production industrielle : la liberté des travailleurs est en cause, puisque, sans assistance, ils se transformeront en « laquais chez les entrepreneurs ». Nadîm préconise en réalité la création d’une banque nationale, dont la fonction principale sera de consentir des prêts aux artisans leur permettant de s’établir indépendamment, c’est-à-dire de se soustraire à l’emprise du système salarial. Le caractère nécessairement éphémère d’une telle solution ne semble pas poser problème au journaliste, et les aspects pratiques de la question le préoccupent d’ailleurs assez peu. C’est surtout une opposition entre deux formes du travail, salarié et indépendant, qu’il cherche à ériger : l’assistance sociale, envisagée sous la forme de prestations exceptionnelles, permettra aux artisans d’échapper à la condition servile qui est le lot des ouvriers. L’effet d’accumulation aboutira inéluctablement à l’indépendance, car le terrain où s’ancre cette question sociale est celle du colonialisme, et c’est de la tutelle des Anglais qu’il est question de s’émanciper (Jimî‘î et Ramaḍân, 1994 : 17-18). Dans sa vision du monde, le salariat est aussi une métaphore : l’économie constitue un moyen d’arriver à la solution d’un problème politique.

La question (sociale) de la consommation

37La place des travailleurs dans le processus de production est donc remise en cause par Nadîm dans la mesure où le salariat constitue une servitude : le patronat est ici synonyme du joug colonial. Emancipés, les travailleurs retrouveront le statut d’artisans autonomes, producteurs de marchandises locales. En conséquence, les denrées disponibles sur le marché, ainsi que les modalités de leur consommation, s’en trouveront transformées. Dans la conjoncture que Nadîm critique, la légitimité de l’ordre social a été fortement ébranlée, la structure politique remise en cause ; afin de régler les questions lancinantes de l’occupation militaire, il est nécessaire de retourner au statu quo ante de l’« économie orientale » : une économie dans laquelle le rang social donne accès à une consommation plus ou moins abondante, certes, mais une consommation portant, en définitive, sur un ensemble restreint de produits. Dans un article intitulé « Us et coutumes : l’économie orientale », Nadîm consacre un exposé acerbe à l’inventaire des ustensiles et des mets, nombreux et divers, qui ont été adoptés par les Égyptiens souhaitant imiter leurs maîtres européens. À la diversité des qualités dans l’unité des espèces qui caractérisait l’économie orientale s’est substituée une kyrielle de catégories, chacune déclinée sur tous les modes possibles ; les récipients d’antan, dans lesquels riches et pauvres plaçaient, à quelques différences près, les mêmes nourritures, ont été remplacés par des accessoires continuellement adaptés à la prolifération infinie des aliments. La course à la consommation, dispendieuse chez les riches, devient absurde dans les ménages nécessiteux (Nadîm, 1994 : 53-55).

  • 1 À titre comparatif, voir les remarques de C. Jirousek au sujet de la transition, dans l’Empire otto (...)

38C’est d’ailleurs la consommation qui fournit la clef à l’analyse de Nadîm : plus précisément, c’est à la consommation excessive de produits importés qu’il attribue la crise que connaît l’Égypte. Cette crise doit être mise en contraste avec la prospérité (‘umrân) qu’a connue le pays à l’époque de Muḥammad ‘Alî, et dont Nadîm énumère les causes : 1) un gouvernement fort et unifié ; 2) le recrutement de soldats et le renforcement des défenses du pays ; 3) l’expansion de l’agriculture ; 4) l’importation d’ouvriers et de contremaîtres européens, qui ont prodigué aux Égyptiens un savoir technique moderne ; 5) la perpétuation de ce programme par les premiers successeurs du vice-roi. Quelle est donc la cause de l’effondrement subséquent ? Les retards accusés par l’industrie, la propagation de la misère découlent des accords ratifiés entre l’Égypte et les puissances européennes – principalement l’Angleterre, puisqu’il s’agit avant tout de la convention anglo-ottomane de 1841 – et de la réaction populaire qui leur a succédé : les produits étrangers inondent le pays, et une frénésie se déclenche parmi le peuple, qui les préfère – c’est peu dire – aux articles de manufacture locale. À la détérioration de la demande correspond la contraction de l’offre, et la ruine des projets mis en œuvre par des souverains éclairés : les artisans indigènes, qui ne trouvent pas d’acheteurs pour leurs produits, voient leurs revenus se détériorer et abandonnent leur métier. Sous cette perspective, la consommation constitue une trahison, puisqu’elle porte nécessairement sur des marchandises étrangères, conçues pour être utilisées et remplacées rapidement, dont l’importation a évincé la production autochtone. L’autarcie à laquelle visaient les projets modernisateurs de Muḥammad ‘Alî a cédé le pas à un assujettissement, continuellement renouvelé, aux impératifs de la consommation de masse, dictés par les producteurs étrangers1. La réforme des modes de consommation doit donc apporter une réponse explicitement politique à la question sociale telle que la pose ‘Abd Allah al-Nadîm (Nadîm, 1994 : 185-186).

39Si Nadîm est capable de formuler en ces termes sa critique du pouvoir politique, qui a acquiescé à l’occupation et se trouve responsable de la crise sous-jacente, c’est parce que deux évolutions ont eu lieu dans le demi-siècle précédent. D’abord, la création d’un marché de masse, dans lequel le pouvoir économique des mieux nantis demeure prépondérant, mais stimule un effet d’émulation dans les classes dont le pouvoir d’achat reste limité. Ensuite, l’incapacité du gouvernement à limiter les importations – à supposer qu’il cherche à mettre en œuvre une telle politique. Ces deux facteurs permettent aussi de rendre compte des principes qui sous-tendent le programme éducatif mis en avant dans les écoles financées par le souverain. À la même époque, la pédagogie prend en effet le problème en amont, en commençant par la production, et plus précisément par la formation des jeunes artisans.

40C’est ainsi que le cheikh ‘Abd al-Mun‘im al-Milîjî al-Naqîb, enseignant en langue arabe, histoire et géographie à l’École khédiviale des arts et métiers (fondée en 1836), adresse le manuel scolaire qu’il rédige en 1892 tout d’abord à ses élèves, auxquels il cherche à insuffler le sens d’une supériorité fondée sur leur statut imminent de travailleurs : « Les gens des métiers sont plus dignes d’estime et de considération que ceux qui passent leur vie dans l’oisiveté » (Naqîb, 1894 : 10).

41Cette introduction annonce un texte didactique dont le contenu permet d’identifier plus distinctement le public pressenti du cheikh. Les premiers chapitres sont consacrés à des matériaux différents : le cuivre, le plomb, le zinc, l’aluminium ou le nickel, le charbon... ; le but de ces parties est de transmettre une connaissance pratique de ces substances et de leur transformation par l’industrie. Ainsi, la troisième section de l’ouvrage contient dix chapitres sur l’atelier des monteurs, la quatrième quatre chapitres consacrés à l’atelier des forgerons, et ainsi de suite. Au terme de leur formation, les élèves des Arts et métiers sont donc destinés à intégrer une manufacture en tant qu’ouvriers salariés. Grâce à un enseignement technique rationnel, que les écoles modernes posent implicitement comme alternative préférable à l’apprentissage conféré au sein des corps de métier, les producteurs de demain seront à même de lénifier les effets néfastes d’une économie de marché, impersonnelle mais impitoyable :

« La rareté d’un produit fait augmenter sa valeur, et même les riches ne peuvent l’obtenir qu’après des dépenses extraordinaires. Les pauvres se trouvent alors laissés pour compte, du fait de la cherté. L’abondance, au contraire, refoule la cherté, et les transactions peuvent alors foisonner. Les sources de la richesse augmentent ; les gens travaillent ensemble et s’entraident, et les manières de s’enrichir se diversifient. Ainsi les portes du profit s’ouvrent-elles en tout lieu » (Naqîb, 1894 : 14-15).

42Le problème de la pauvreté, que Nadîm attribue à une altération des modes de consommation, et qui, dans son analyse, concerne surtout les travailleurs, se trouve transposé, dans le manuel du shaykh al-Milîjî, du côté de la production : à elle seule, l’offre constitue un remède adéquat à une crise dont l’origine doit être recherchée non dans les distorsions de la distribution, ni encore dans l’inégalité des termes d’échange, mais dans le jeu de forces anonymes, qu’il convient d’équilibrer. Les ouvriers, en définitive, sont responsables de rétablir l’ordre social : c’est à eux qu’il revient d’instaurer une situation d’abondance, d’où découle l’assistance mutuelle. On voit donc comment l’action éducative a pu constituer « un enjeu de luttes tant pour la définition que pour l’appropriation de ce que devrait être la société et non comme un terrain neutre dont les changements seraient ceux induits par "la marche du progrès” » (Farag, 1995 : 192) – un trait intrinsèque à cette action étant, précisément, d’énoncer les effets auxquels elle tendait selon les termes inéluctables du progrès.

  • 2 Né en 1801, Ṭah†âwî fut l’imâm de la mission scolaire envoyée à Paris en 1826 ; de retour en Égypt (...)

43L’intérêt de l’ouvrage du shaykh al-Naqîb n’est par ailleurs pas limité aux seuls lecteurs qu’il cherche à former : ce manuel s’inscrit dans un effort à la fois plus ample et plus ancien, visant à promouvoir un système d’éducation moderne et à parfaire la formation de cadres techniques. Des auteurs mieux connus ont envisagé d’autres moyens d’atteindre ce but ; parmi les solutions qu’ils proposent, les institutions traditionnelles occupent une place privilégiée. Si Naqîb assigne à ses élèves le devoir individuel d’améliorer leur condition collective en perfectionnant leur métier, Rifâ‘a al-Ṭahṭâwî et ‘Alî Mubârak envisagent des prises en charge proprement sociales, qui libèrent cependant l’État de toute responsabilité dans le dispositif d’assistance2. Les réflexions qu’énonce Ṭahṭâwî dans ses Manâhij al-albâb favorisent la religion comme « moyen de mobiliser les forces sociales en vue de l’œuvre de réforme » ; l’auteur préconise ainsi que soient enrôlées les fondations pieuses (waqf) « au profit d’interventions nouvelles que l’État ne pouvait prendre en charge », et notamment le financement de « sociétés de secours mutuel ou de bienfaisance ». Ses idées connaîtront une mise en œuvre pratique grâce à ‘Alî Mubârak ; nommé ministre des travaux publics en 1864-1865, celui-ci ne tarde pas à mettre « systématiquement les waqf-s au service de ses projets scolaires ou urbanistiques ». Les propriétaires terriens qui constituent une partie de leurs terres en waqf se réfèrent de même à « des arguments hérités » des Manâhij (Alleaume, 1995 : 415). Ces projets de réforme sociale, formulés en termes endogènes, sont destinés, du moins initialement, à s’appliquer aux ouvriers des manufactures. Leur refonte n’en passe pas moins par un retour à l’idée d’une rémunération privée – conçue, cette fois, non pour secourir des ayants droit dont la condition exige la charité des musulmans mais pour améliorer le statut de travailleurs fragilisés par les insuffisances du salariat.

44Il convient sans doute d’inscrire sous le signe de la métamorphose le « projet de la piastre », vaste campagne animée par de jeunes étudiants au début des années 1930 et visant à construire des usines égyptiennes grâce à la collecte de contributions « volontaires et individuelles d’une piastre ». La banque Misr, initialement conçue comme vecteur de développement économique indépendant, s’étant rapprochée des autorités britanniques, les démarches visant à « doter l’Égypte des instruments de son propre progrès » furent reportés sur les acteurs individuels ; mais c’est à présent à travers leur mobilisation collective que « la nation [...] peut se réaliser » (Monciaud, 1995, 113 : 122-124).

45À aucun moment, pendant un XIXe siècle qui dure jusqu’au premier quart du XXe, le salariat n’est traité en tant qu’objet à la fois autonome et intrinsèque à la question sociale. Cette dernière passe par de profondes mutations tout au long de la période en question : abordée implicitement, dans le contexte ottoman, en terme d’action caritative visant à améliorer les conditions des musulmans démunis, elle se manifeste par la suite sous le jour des campagnes de conscription dont le but est de former des militaires, des ouvriers et des fonctionnaires. Le développement de la fonction publique, à son tour, aura pour résultat, d’une part, la prise en charge des employés administratifs et des militaires par le biais d’un « contrat moral » (Alleaume, 1988 : 79) dont les termes posent explicitement le service de l’État comme occasionnant le droit à la protection sociale. Pour d’autres groupes, en revanche - et notamment pour les ouvriers employés dans les manufactures de l’État - ce contrat n’est pas valide, peut-être en raison de l’intégration oblique et aléatoire des travailleurs aux instances contrôlées par l’administration. Il faudra attendre la fin du XIXe siècle pour que la condition des ouvriers fasse l’objet de desseins de réforme spécifiques et, à cette époque, elle est abordée sous trois angles différents : la consommation, l’amélioration de la production et les projets collectifs. Paradoxalement, c’est au moment précis où le statut de la main d’œuvre salariée acquiert une importance déterminante dans les discours de réforme qu’il est englobé, en tant qu’enjeu, par la question plus impérieuse de l’occupation étrangère.

Haut de page

Bibliographie

I. Sources inédites

Firdat al-’a‘tâb : Archives nationales d’Égypte, Intendance financière (provinces), registre 3144, mai-juin 1824.

Registre des dépenses effectuées à la manufacture d’al-Khurunfish, Archives nationales d’Égypte, 5150/591, registre 7591, (avril 1819-avril 1820).

Recensement de 1846-48, Archives nationales d’Égypte, registre 194 (Bûlâq : Darb al-Jayyâra, Darb al-Maṣbagha).

II. Ouvrages et articles

AFIFI M., 1991, Al-Awqâf wal-ḥayât al-iqtiṣdiyya fî Miṣr fîl-‘asr al-‘uthmânî, Le Caire, Al-Hay’a al-miṣriyya al-‘âmma lil-kitâb.

ALLEAUME Gh., 1995, « La réforme sociale vue par les dirigeants de l’industrie agricole », in ROUSSILLON A. (dir.), Entre réforme sociale et mouvement national. Identité et modernisation en Égypte (1882-1962), Le Caire, CEDEJ : 411-420.

— 1998, « Muhammad ‘Alî, pacha d’Égypte (1771-1849) », in Pascal Coste. Toutes les Égyptes, Éditions Parenthèse / Bibliothèque municipale de Marseille : 49-70.

— 1988, « La naissance du fonctionnaire », Égypte - Recompositions, numéro spécial de Peuples méditerranéens 41-42 : 67-86.

ALLEAUME Gh. et FARGUES Ph., 1998, « Voisinage et frontière : Résider au Caire en 1846 », in DAKHLIA J. (dir.), Urbanité arabe. Hommage à Bernard Lepetit, Paris, Sindbad : 77-112.

BATOU J., 1991, « Muhammad-‘Ali’s Egypt, 1805-1848. A Command Economy in the 19th Century ? », in ibid. (dir.), Entre développement et sous-développement. Les tentatives précoces d’industrialisation de la périphérie, 1800-1870, Genève, Librairie Droz : 181-218.

BEININ J. et LOCKMAN Z., 1987, Workers on the Nile. Nationalism, Communism, Islam, and the Egyptian Working Class, 1882-1954, New Jersey, Princeton University Press.

CASTEL R., 1999, Les métamorphoses de la question sociale, Paris, Gallimard.

CLERGET M., 1934, Le Caire. Étude de géographie urbaine et d’histoire économique, Le Caire, E. & R. SCHINDLER.

COTTEREAU A. et GRIBAUDI M., 1999, « Précarités, cheminements et formes de cohérence sociale au XIXe siècle », Rapport scientifique en réponse à l’appel d’offre Précarités, Trajectoires et Projets de vie du Ministère du travail et de la Caisse nationale des allocations familiales, Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales.

CUNO K., 1994, The Pasha’s Peasants. Land, Society, and Economy in Lower Egypt, 1740-1858, 2nde édition, Le Caire, American University in Cairo Press.

AL-DAMâṣI A., 1994, Al-Iqtiṣâd al-miṣrî fil-qarn al-tâsi‘ ‘ashr, tome I (1800-1840), Le Caire, Al-Hay’a al-miṣriyya al-‘âmma lil-kitâb.

DELANOUE G., 1982, Moralistes et politiques musulmans dans l’Égypte du XIXe siècle (1798-1882), Le Caire, Institut français d’archéologie orientale (2 vols.).

DESCIMON R., 1996, « Les élites du pouvoir et le prince : l’État comme entreprise », in REINHARD W. (dir.), Les élites du pouvoir et la construction de l’État en Europe, Paris, PUF : 133-162.

ENER M., 2002, « Getting into the Shelter of Takiyat Tulun », in ROGAN E. (dir.), Outside In. On the Margins of the Modern Middle East, Londres, I.B. Tauris : 53-76.

FAHMY K., 1997, All the Pasha’s men. Mehmed Ali, his army and the making of modern Egypt, Cambridge, Cambridge University Press.

FAHMY M., 1954, La Révolution de l’industrie en Égypte et ses conséquences sociales au XIXe siècle (1800-1850), Leiden, Brill.

FARAG I., 1995, « Enjeux éducatifs et réforme sociale », in ROUSSILLON A. (dir.), Entre réforme sociale et mouvement national. Identité et modernisation en Égypte (1882-1962), Le Caire, CEDEJ : 191-213.

GHAZALEH P., sous presse, « Organizing Labor : Professional Classifications in Late Eighteenth to Early Nineteenth-Century Cairo », in FAROQHI S. et DEGUILHEM R. (dir.), Crafts and Craftsmen of the Middle East. Fashioning the Individual in the Muslim Mediterranean, Londres, I.B. Tauris.

— 1999, Masters of the Trade : Crafts and Craftspeople in Cairo, 1750-1850, Le Caire, American University in Cairo Press, Cairo Papers in Social Science, XXII, 3.

— 2004, Généalogies patrimoniales. La constitution des richesses urbaines : Le Caire, 1780-1830, thèse de doctorat nouveau régime, sous la direction de S. CERUTTI et Gh. ALLEAUME, Ecole des hautes études en sciences sociales, soutenue le 25 juin 2004.

GOLDBERG E., 1986, Tinker, Tailor, and Textile Worker. Class and Politics in Egypt, 1930-1952, Berkeley, University of California Press.

GRENIER J.-Y., 1996, L’Économie d’Ancien Régime. Un monde de l’échange et de l’incertitude, Paris, Albin Michel.

HATHAWAY J., 1997, The Politics of Households in Ottoman Egypt. The Rise of the Qazdaglis, Cambridge, Cambridge University Press.

HILâL ‘I., 1999, Al-Riqîq fî Miṣr fil-qarn al-tâsi‘ ‘ashr, Le Caire, Al-‘Arabî, Al-Maktaba al-târîkhiyya.

JIROUSEK Ch., 2000, « The Transition to Mass Fashion System Dress in the Later Ottoman Empire », in QUATAERT D. (dir.), Consumption Studies and the History of the Ottoman Empire, 1550-1922. An Introduction, Albany, State University of New York Press : 201-241.

LEPETIT B., 1996, « Le travail de l’histoire (note critique) », Annales HSS, no 3 : 525-538.

LOUCA A., 1988, traduction et présentation, Tahtâwî. L’Or de Paris. Relation de voyace, 1826-1831, Paris, Sindbad.

MARSOT A., 1984, Egypt in the Reign of Muhammad Ali, Cambridge, Cambridge University Press.

MENGIN F., 1823, Histoire de l’Égypte sous le gouvernement de Mohammed-Aly, ou Récit des évènemens [sic] politiques et militaires qui ont eu lieu depuis le départ des Français jusqu’en 1823, Paris, Arthus Bertrand, 2 vols.

MONCIAUD D., 1995, « Le Projet de la Piastre et Jeune Égypte : entre réforme et conscience économique nationaliste », in ROUSSILLON A. (dir.), Entre réforme sociale et mouvement national. Identité et modernisation en Égypte (1882-1962), Le Caire, CEDEJ : 113-127.

AL-NADIM ‘A., 1994, Al-’A‘dâd al-kâmila li majallat al-Ustâdh. Introduction (JIMI‘I et RAMAḌâN, 1994), Le Caire, Al-Hay’a al-miṣriyya al-‘âmma lil-kitâb, 2 vols.

AL-NAQIB ‘A., 1894, Majma‘ al-badâ’i‘ fil-funûn wal-ṣanâ’i‘, 4e édition, Le Caire, Presses de l’École khédiviale des Arts et métiers.

OWEN R., 1993, The Middle East in the World Economy 1800-1914, Londres et New York, I.B. Tauris.

PERLMANN M. et PHILIPP T. (dir.), 1994, ‘Abd al-Raḥmn al-Jabartî’s History of Egypt. ‘Ajâ’ib al-Âthâr fî’l-Tarâjim wa’l-Akhbâr, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 4 vols.

AL-RÂF‘Î ‘A., 1989, ‘Asr Muḥammad ‘Alî, Le Caire, Dâr al-ma‘ârif.

RAYMOND A., 1999, Artisans et commerçants au Caire au XVIIIe siècle, Le Caire, IFAO (1ère édition Damas, IFEAD, 1973).

SAGLIO J., 1999, « Répartition des richesses et formes de salariat », texte de présentation pour un séminaire à l’Université de Grenoble, en ligne au http://www.upmf-grenoble.fr/cristo/membres/Saglio/index.htm

SAMI A., 1928, Taqwîm al-Nîl, II (‘Aṣr Muḥammad ‘Alî) Le Caire, Dâr al-kutub al-miṣriyya.

SHALABÎ H.A., 1989, Al-Muwazzafûn fî Miṣr fî ‘aṣr Muḥammad ‘Alî, Le Caire, Al-Hay’a al-miṣriyya al-‘âmma lil-kitâb.

SHAW S.J., 1962, The Financial and Administrative Organization of Ottoman Egypt, Princeton, Princeton University Press.

SHAW S.J.(traducteur), 1964, Ottoman Egypt in the Age of the French Revolution, by ßuseyn Efendi, Cambridge, Harvard University Press.

TIGNOR R., 1989, Egyptian Textiles and British Capital 1930-1956, Le Caire, American University in Cairo Press.

VEINSTEIN G., 1978, « Note sur les inventaires après décès ottomans », in M. NICOLAS M. et R. DOR (dir.), Quand le crible était dans la paille. Hommage à P.N. Boratav, Paris : 384-395.

Haut de page

Notes

1 Amîn Sâmî utilise les termes muwaẓẓaf et mustakhdam pour désigner les employés et fonctionnaires civils, qui sont distingués des ‘ummâl ou travailleurs dans les manufactures. Il utilise mîzâniyya pour désigner les sommes réservées à l’Armée et à la Marine (traitements des administrateurs et solde des combattants confondus) ; murattab (correspondant à la notion de grade) pour décrire les appointements aussi bien des hauts fonctionnaires que des fonctionnaires ; mâhiya pour désigner les traitements mensuels accordés aux auxiliaires bédouins ; et enfin ujra pour indiquer les salaires des ouvriers.

1 À titre comparatif, voir les remarques de C. Jirousek au sujet de la transition, dans l’Empire ottoman, vers un « système de mode généralisé » (mass fashion system), dont le trait caractéristique est « l’encouragement par l’industrie d’une obsolescence planifiée et de changements fréquents » (Jirousek, 2000 : 202-203).

2 Au début du XXe siècle, Goldberg estime qu’il existait 400 000 “travailleurs industriels” en Égypte, mais ils se trouvaient concentrés dans des industries de petite taille et étaient désignés sous le terme ṣâni‘, utilisé un siècle auparavant pour différencier les apprentis des maîtres et les artisans producteurs des fournisseurs de services (Goldberg, 1986 : 49).

2 Né en 1801, Ṭah†âwî fut l’imâm de la mission scolaire envoyée à Paris en 1826 ; de retour en Égypte en 1831, il proposa la création d’une École de traduction. Homme de lettres et pédagogue, il écrivit plusieurs ouvrages consacrés à la réforme sociale. ‘Alî Mubârak, né en 1823, fit des études de génie civil et militaire et fut nommé ministre des travaux publics par le khédive Ismâ‘îl ; il fonda également l’École des enseignants (Dâr al-‘ulûm). Voir par exemple Delanoue, 1982, 383-487 (Ṭah†âwî) : 488-564 (‘Alî Mubârak) ; Louca, 1988.

3 Il s’agit de services consacrés à la gestion de la production et organisés par produit : départements des métiers à tisser, de la soie, des textiles, des nattes en jonc, de la chaux, du plâtre, des dalles ...

4 Dans une étude consacrée à l’hospice d’Ibn Ṭûlûn, Ener constatait que vers le milieu du XIXe siècle, la politique de l’État envers les indigents se réclamait à la fois d’un “discours sur les droits” et d’un “discours sur l’action caritative” : les ayants droit méritants, c’est-à-dire les invalides, jouissent du droit à l’assistance, tandis que ceux qui sont capables de pourvoir à leurs propres besoins doivent être privés du secours offert par l’État.

5 Ceux-ci ne sont d’ailleurs pas employés exclusivement dans les établissements du quartier : si trois d’entre eux travaillent à Sabtiyya, et six à la Grande manufacture, quatre relèvent de la Turbine (Ṭulunba) de Shubrâ.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Ghazaleh, « Commis, artisans, ouvriers. Les métamorphoses du salariat dans l’Égypte du XIXe siècle », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 105-106 | janvier 2005, mis en ligne le 12 janvier 2012, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://remmm.revues.org/2711

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page