Navigation – Plan du site
I. Les avatars du salariat et du marché de l'emploi

Diplômés chômeurs : l'expérience de l'infortune sociale et les nouveaux dispositifs de l'insertion en Égypte

Unemployed graduates : the experience of social misfortune and the new mechanisms of occupational integration in Egypt
Karine Tourné
p. 91-108

Résumés

Dans un contexte de chômage et de promotion de l’auto-emploi, l’attachement des jeunes diplômés égyptiens au secteur public est perçu comme paradoxal par le gouvernement. Dans cet article, nous montrons que leurs attentes, historiquement construites, se heurtent à la réorientation des politiques de l’emploi. Du point de vue des jeunes diplômés rencontrés, les nouveaux dispositifs d’insertion – en s’appuyant sur le secteur privé – rendent l’accès à un emploi stable plus aléatoire et nécessitant un privilège, une wasta (un piston). Le maintien de “chômeurs actifs” sur les listes de placement répond à la suspension de facto d’un droit, celui de la garantie de l’emploi, qui est vécue comme une expérience de l’infortune sociale

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Alors qu’il est estimé au niveau national à 9 %, 21 % des jeunes actifs âgés de 20 à 30 ans sont au (...)

1En 1998-1999, une controverse entre la Banque Mondiale et le gouvernement égyptien concernant l’évaluation du chômage illustre à quel point il est un objet subjectivement construit par les différents acteurs et institutions. Alors que, selon la première, 13,6 % de la population active est au chômage, ce taux ne dépasse pas 8,2 % d’après le second (al-Ahrâm, 04/07/99). Même dans leur dimension réputée objective, les statistiques sur le chômage renvoient aux catégories produites pour en penser la mesure : ce qui relève ou non de la catégorie, qui est inclus ou exclus, autrement dit qui est occupé et qui ne l’est pas. Faire retour sur les diverses acceptions et représentations du chômage, et corollairement des formes d’activité, permet alors de mettre en évidence les points de vue et les enjeux contradictoires qui s’affrontent autour de la question du chômage des jeunes en Égypte, plus de deux fois supérieur à la moyenne nationale globale1.

  • 2 Le recensement de la population active définit deux catégories intégrées à la population inactive e (...)

2Pour le gouvernement égyptien, il s’agit de compter les “vrais” chômeurs2 selon la définition de référence du Bureau International du Travail (BIT) : un chômeur est un actif inoccupé qui a entrepris des démarches effectives dans une période déterminée sans trouver à s’employer. À ce titre et au regard des lois leur garantissant un emploi dans le secteur public, tous les diplômés inscrits sur les listes en attente de placement sont comptabilisés comme actifs inoccupés, pour autant qu’ils n’aient pas d’autre activité rémunérée (Richards, 1992 : 17). Les arguments du ministre de la Main d’Œuvre, Ahmad al-‘Amawy, questionnent néanmoins les attentes professionnelles des khirrîgîn (litt. “sortants”, c’est-à-dire les diplômés). Ils procèdent d’une déconsidération des rapports à l’activité des jeunes femmes, qui au-delà du diplôme « souhaitent se marier et ne rentrent pas toutes sur le marché du travail » (al-Ahrâm, 19/11/99 ). Ils mettent également en avant l’irrationalité des pratiques des jeunes actifs diplômés et le nécessaire ajustement de leurs attentes, jugées paradoxales. La réorientation des politiques de l’emploi vers une participation croissante du secteur privé à la création d’emploi se manifeste notamment par la suspension de facto des dispositifs d’embauche automatique promulgués dans les années soixante. Malgré l’augmentation des délais qui atteignent plus de dix ans et les incitations à l’auto-emploi, les jeunes diplômés continuent de s’inscrire sur les listes en attente de placement dans le secteur public ou gouvernemental (Assaad, 1997 : 91). En 1996, 95 % des chômeurs recensés sont des “nouveaux chômeurs” : ils entrent pour la première fois sur le marché du travail et demeurent sans emploi.

3A contrario, les arguments de la Banque Mondiale mobilisent une définition plus large du chômage : ils incluent le sous-emploi ou le chômage déguisé, tenant compte ainsi des processus de déqualification et du constat d’inadéquation entre les formations et les emplois. Cela se justifie selon R. Assaad parce que dans des contextes sociaux où il n’existe pas d’assurance contre le chômage, les populations les plus démunies travaillent, et n’ont pas les moyens d’être au chômage, au sens du terme établi par le BIT (Assaad et al., 2000 : 2). C’est bien ce que souligne Michel (24 ans) : « si tu attends, t’es au chômage, et je n’ai pas les moyens d’attendre, d’être sans rentrée financière. Les conditions de la famille sont dures, j’ai besoin d’économiser, aussi ». Cette conception est par ailleurs inopérante au regard du brouillage des statuts observés sur les marchés du travail (K. Tourné, 2003). On est ainsi amené à considérer, dans un contexte historiquement situé, « la diversité des constructions sociales sous-jacentes aux pratiques que recouvrent les catégories de travail, d’activité et d’emploi » (El-Aoufi, Roulleau-Berger, 1998 : 8), afin d’appréhender le chômage au regard des processus de (dis)qualification des formes d’activité qui sous-tendent les pratiques sociales et professionnelles des acteurs impliqués. On retiendra ici deux niveaux de représentations, celui des jeunes actifs et celui des dispositifs de l’insertion professionnelle, qui formulent des réponses différentes à la double question : « qu’est-ce que le chômage, qui est actif inoccupé ? » et « comment définir un “bon emploi” ? ».

  • 3 Du point de vue méthodologique, la démarche adoptée supposait de diversifier les matériaux utilisés (...)

4À partir des matériaux recueillis lors d’un travail de terrain réalisé en vue d’une thèse3, nous mettrons en perspective, d’une part, les dispositifs de l’insertion professionnelle qui traduisent les modalités du processus de mise au travail, les orientations des politiques de l’emploi et leurs objectifs ; et d’autre part, les expériences du processus de socialisation professionnelle et la construction des rapports à l’activité des jeunes actifs qui sont révélatrices des représentations des marchés du travail, des différents types d’activités et des statuts professionnels.

5En confrontant ces deux approches, nous montrerons que les nouveaux diplômés sont confrontés

« à une conjoncture historique qui impose la double contrainte d’une insertion problématique : contrainte de mobilité et d'intégration d'un côté, blocage et fermeture des issues et des accès connus de l'autre » (Marie, 1997 : 11).

6Ils sont en situation de double bind, « pris entre l'injonction de travailler et l'impossibilité de travailler selon les formes prescrites » (Castel, 1995 : 89) et les attentes portées par le projet familial qu’ils endossent (celui de la mobilité sociale par l’éducation).

7La reconfiguration des possibles sociaux (Desrosières et Pialoux, 1983 : 77) qui sous-tend cette insertion problématique sera l’objet de la première section : nous mettrons en évidence la construction historique de l’accès à l’emploi par le diplôme et la réorientation des politiques de l’emploi, ce qui permettra de comprendre à la fois les attentes des jeunes diplômés, leur maintien sur les listes et la mise en scène du chômage par les pouvoirs publics, qui sont l’objet de la seconde section. Nous reviendrons ensuite sur la disjonction des modalités de (dis)qualification des formes d’activités et des représentations des mondes professionnels entre les différents acteurs. Dans la dernière section enfin, nous montrerons comment la situation professionnelle des jeunes diplômés (chômeurs) révèle les transformations d’une question sociale (J.-L. Laville, 1996 : 63). Ce dont il est question ici c’est de la reformulation d’un “contrat social” appréhendé par les jeunes comme la mise à l’épreuve d’un projet national de mobilité par l’éducation, investi par les familles, qui génère un sentiment d’épreuve et est énoncée comme une expérience de l’infortune sociale.

Reconfiguration des possibles sociaux et insertion problématique des diplômés : vingt ans de réorientation des politiques de l’emploi

8La réorientation des dispositifs de l’insertion professionnelle, visible dès les années 1970, met progressivement en porte-à-faux la construction de l’accès à l’emploi par le diplôme. Alors que la remise en cause du droit d’embauche automatique des diplômés intervient une nouvelle fois au début des années 2000, les rapports à l’activité des diplômés apparaissent construits historiquement par des dispositifs d’insertion antérieurs, mais ils sont également l’indice d’un projet familial de mobilité sociale.

9L’emploi gouvernemental a longtemps constitué un débouché majeur pour les diplômés : dès 1911, la totalité d’entre eux est recrutée dans le secteur public (Cochran, 1986 : 11). L’engagement de l’État à recruter les diplômés du supérieur est entériné en 1961 par l’ensemble des décrets socialistes, concernant essentiellement les nationalisations (juillet 1961/1962). De débouché, l’emploi gouvernemental devient un droit des diplômés, étendu aux diplômés du secondaire technique et des instituts par les Lois 4 et 14 de 1964 (Handoussa, 1989 : 92). Cette disposition deviendra permanente avec son extension aux appelés démobilisés, quel que soit leur niveau éducatif, par la Loi 85 de 1973, abrogée en 1976 (Hansen, Radwan, 1982 : 44).

  • 4 Ce ratio (demandeurs/postes) atteint 5,1 en 1981, contre 1,2 en 1977 (Fergany, 1991).

10À l’exception des diplômés de médecine et des enseignants (pris en charge par leurs ministères respectifs, le ministère de la Santé et celui de l’Éducation), le ministère de la Main-d’œuvre et de la Formation Professionnelle étaient en charge du placement des diplômés en fonction des demandes émanant des entreprises publiques et des agences gouvernementales. É. Longuenesse souligne la dimension unilatérale de cette législation, notamment la faible participation des syndicats, et remarque que ces dispositions en émanant “d’en-haut” n’ont pas été le jeu de négociations collectives (Longuenesse, 1998 : 133). Ces conclusions confirment les modalités discrétionnaires et la non-planification des affectations notées par R. Assaad : les entreprises et les agences gouvernementales n’étaient pas incitées à limiter leurs demandes dans la mesure où le placement des diplômés s’accompagnait d’une allocation budgétaire (Hansen, Radwan, 1982 : 44-45). En outre, lorsque l’excès de demandeurs est devenu manifeste4, les placements se faisaient à la discrétion des administrations locales (Assaad 1997 : 87-91).

11Dès lors, le développement du système éducatif formel recoupe celui du secteur public. Il s’agissait pour l’État de former une main-d’œuvre qualifiée, notamment des techniciens et d’assumer une fonction distributive (Awad, 1998 : 53 ) en « assurant la garantie à l’emploi à des catégories facilement revendicatrices » (Longuenesse, 1998 : 130). En garantissant un emploi stable, doté de droits (assurance, retraite, congés payés, primes, revenu régulier), le secteur public est devenu attractif et a contribué à promouvoir l’accès à l’éducation, notamment secondaire et supérieure.

12La croissance simultanée de l’emploi public ou gouvernemental et du nombre de diplômés s’explique par la forte corrélation entre politiques éducatives et politiques de l’emploi, selon un schéma qu’illustrent A. Richards et J. Waterbury (1991 : 125) :

« une séquence fatale était alors établie : tous les diplômés du primaire pouvaient entrer dans le secondaire, tous les diplômés du secondaire à l’Université, et tous les diplômés de l’Université avaient droit à un emploi gouvernemental ».

13Comme le souligne M. Abdel-Fadil (1980 : 9-10),

« cela a conduit à une énorme pression pour l’expansion du système éducatif, comme tous les parents de la classe moyenne faisaient tout ce qui était en leur pouvoir pour assurer à leurs enfants l’éducation nécessaire pour obtenir ces emplois ».

  • 5 C’est d’ailleurs parmi les jeunes diplômés du cycle secondaire que les taux de chômage sont les plu (...)

14À tous les niveaux du système scolaire, le nombre d’inscrits augmente, mais la demande la plus forte se situe à celui du secondaire, niveau d’instruction minimal pour accéder à l’emploi public5, dont la gratuité est assurée dans les années soixante. Le nombre d’élèves se présentant à l’examen de la thanawiyya ‘amma (secondaire général) est passé ainsi de 79 000 en 1971 à 143 000 en 1981 (Richards, 1992 : 10). Dans les années 1990, l’attrait du cycle secondaire s’est traduit par une augmentation toujours très importante du nombre de diplômés : de 156 000 à 262 000 diplômés du secondaire général entre 1992-1993 et 1998-1999, et de 134 000 à 245 000 sur la même période pour les diplômés du secondaire technique (ministère de l'Information, 1998 : tableaux 8-4-3 et 8-4-4). Entre 1983 et 1991, la répartition des diplômés s’est infléchie : ceux de l’université représentent 27 % en 91 (contre 33 % en 1983), ceux du secondaire 63 % (contre 59 % en 1983).

  • 6 Dans le détail, le secteur gouvernemental recouvre cinq branches : l’administration centrale (notam (...)

15Le rôle du secteur public et gouvernemental6 dans la croissance de l’emploi est considérable dans les années soixante : avec un taux annuel de 6,9% entre 1962-63 et 1971-72, le nombre d’emplois est multiplié par près de deux, passant de 700 000 à 1,3 million (Abdel-Fadil, 1980 : 11). La croissance de l’emploi dans le public se maintient dans les années 1970 –plus 7,5 % entre 1960 et 1976 (Handoussa, 1989 : 92)– et dépasse la croissance de la population active (2,2 % sur la même période). L’État participe à près de la moitié de la création des emplois. Entre 1976 et 1986, la croissance annuelle de l’emploi public et gouvernemental est moindre (3,7%) mais toujours supérieure à celle de la population active (1,5%). En 1986, l’emploi dans le secteur public et gouvernemental atteint près de 5 millions, soit un dixième de la population égyptienne totale (Springborg, 1991 : 16) et près de la moitié de la population active. Selon la dernière enquête emploi (1998), il ne représente plus qu’un quart de la population active (Awad, 1998 : 54).

16Alors que la crise pétrolière survient, la charge budgétaire que représentent les salaires du secteur public est en pleine augmentation. Par ailleurs, la croissance du nombre de diplômés dépassant celle de la population active, la garantie de l’emploi n’est plus tenable dès la fin des années soixante-dix (Handoussa, 1991 : 7). Différentes mesures ont été prises au cours des vingt dernières années pour remédier à ce problème sans toutefois suspendre de jure la garantie d’embauche.

  • 7 On est entré dans la période de l’infitâh, ou Politique de Libéralisation, d’ouverture économique, (...)

17Une des premières solutions a résidé dans l’assouplissement de l’obligation faite aux entreprises publiques d’embaucher les diplômés. Jusqu’en 1978, interdiction était faite aux entreprises publiques et aux agences gouvernementales d’embaucher, de manière permanente, en dehors du système de placement centralisé par le ministère de la Main-d’Œuvre. Dès lors7, les entreprises publiques n’y sont plus soumises et peuvent embaucher et sélectionner leur main-d’uvre. La garantie de l’emploi n’est plus assurée que par le secteur gouvernemental. Pour autant, le nombre d’employés des entreprises publiques continue d’augmenter, passant de 1 million en 1976 à 1 200 000 en 1986 (Richards, 1992 : 9), ce qui peut s’expliquer selon A. Richards par la faible possibilité de licenciement des entreprises publiques, comme dans l’ensemble du secteur public dans les années 1980. Par contre si les licenciements ne sont pas à l’ordre du jour, on assiste à un blocage des salaires dans la fonction publique, d’autant que l’inflation augmente dès le milieu des années 1970. En 1992, le salaire réel ne représente plus que 50 % de celui de 1973 (Said, 1996 : 15).

18Une seconde mesure vise à limiter le nombre potentiel d’ayants droit par l’élévation du niveau exigé, à savoir des pourcentages requis à l’examen du secondaire et à en réguler l’orientation vers les spécialisations les plus demandées dans le secteur privé, c’est-à-dire moins vers le commercial que vers l’industriel.

  • 8 La durée du service militaire est inversement proportionnelle au niveau éducatif atteint : trois an (...)

19Une troisième mesure vise, par l’allongement du délai d’obtention d’un poste, à décourager les jeunes diplômés qui s’inscrivent sur une liste de plus en plus longue. En 1982, l’attente est en moyenne de dix mois au-delà du délai légal (Richards, 1992 : 16). Cette disposition prend acte de l’obligation du service militaire pour les jeunes hommes8. Le délai légal minimum est de deux ans pour les diplômés du supérieur et de trois ans pour ceux du secondaire et des instituts, avant qu’ils ne puissent s’enregistrer pour obtenir un emploi dans le secteur public (Hansen, Radwan, 1982 : 45). Dès 1984, l’attente, au-delà des délais légaux, entre l’obtention du diplôme et l’affectation a atteint un minimum de trois ans et demi pour les diplômes du supérieur et de quatre ans pour ceux du secondaire ; en 1987, elle est respectivement de cinq et six ans (Handoussa, 1989 : 110). Elle dépasse sept ans en 1992 (Richards, 1992 : 16) et huit ans en 1997 (Korayem, 1997 : 19). S’il n’a pas été aboli de jure, dans les faits, le recrutement par affectation a été suspendu. Les délais atteignent jusqu’à treize ans : la dernière cohorte affectée en 1995 est la promotion de 1983 pour les diplômés du supérieur et de 1982 pour le secondaire et les instituts. En 1995, 36,5 % des jeunes ayant obtenu leur diplôme entre 1984 et 1990 demeurent sans affectation, et c’est le cas de la moitié au moins des diplômés du secondaire (Assaad, 1997 : 88, 91).

20Dans les années 1990, le programme d’ajustement structurel entérine, de facto, si ce n’est de jure, une évolution qui date de la fin des années 1970 : la suspension progressive du recrutement des diplômés et leur réorientation vers le secteur privé. Par la Loi 203/1991, le secteur public devient le “secteur des affaires” ; le mot d’ordre est triple : dégraisser (par la mise en place de retraites anticipées), geler les recrutements et promouvoir l’emploi productif dans le secteur privé par la promotion des micro crédits et des petites entreprises. Le désengagement progressif de l’État concerne non seulement l’emploi mais également la formation. Pour ce qui est de la création d’emplois, on tente de réorienter les jeunes diplômés vers le secteur privé, soit par le recrutement des entreprises soit par le financement de projets, l’établissement de petites entreprises de taille artisanale. Mais il s’agit aussi d’infléchir les représentations de l’éducation en proposant de nouveaux cadres de formation qui s’appuient sur le secteur privé. La réforme de l’enseignement supérieur, et sa privatisation, doivent progressivement modifier la représentation de l’éducation supérieure comme un droitet la poser en termes de “ressources humaines” ou de “capital humain” (Awad, 1998 : 51-52).

  • 9 Le nombre de candidats est démesuré par rapport au nombre de postes à pourvoir (al-Ahâly, 9/02/00)  (...)

21Pourtant, malgré l’augmentation des délais, les allures de compétition que prennent l’accès à l’emploi public9 et les incitations au privé (micro-crédit…), les jeunes diplômés restent inscrits sur les listes tenues par le ministère de la Main-d’Œuvre (mais ils doivent se réinscrire tous les ans). Ils sont radiés s’ils sont placés par le ministère ou s’ils trouvent ailleurs un emploi. Si les jeunes restent sur les listes, manifestant ainsi leur attachement aux droits que recouvre de jure le diplôme, nombre d’entre eux sont par ailleurs actifs, forcément dans le privé (en entreprises ou en indépendant). Au quotidien, ils se trouvent alors pris dans une tension entre ce qui est une promesse intenable, la stabilité, qui a été construite socialement, et une réalité quotidienne qui s’exprime par la diversité des situations professionnelles qui forment un continuum allant de la plus grande stabilité à la plus grande mobilité.

(Dis)qualification des formes de l’activité : madmûn (garanti) ou munâsib (convenable)

  • 10 Contrairement à ce que montre notre terrain, les responsables politiques considèrent qu’un nombre i (...)

22En 1999, Ahmed al-‘Amawy, ministre de la Main-d’Œuvre et de l’Immigration, s’étonne : « pourquoi, alors qu’ils peuvent être payés 400 £e dans le secteur privé, les jeunes préfèrent-ils l’emploi public payé 80 £e ? » (al-Ahrâm, 19/11/99). Largement relayé par la presse, cette interrogation ministérielle questionne le non-ajustement des pratiques professionnelles des chômeurs diplômés, qui s’inscrivent encore sur les listes ou renouvellent tous les ans leur inscription. Elle se structure autour d’un argument essentiel, le salaire, qui à lui seul démontrerait l’irrationalité des attentes des jeunes actifs inoccupés. Simultanément, la mise en scène du chômage tend à démontrer que les maux de la jeunesse, incarnés par le jeune diplômé chômeur, sont une conséquence de l’irrationalité de leurs attentes. Ces arguments prennent acte de l’injonction au mariage, en ce qu’il concernerait essentiellement les jeunes hommes10 : ils tendent à mettre en avant la responsabilité des jeunes chômeurs dans leur incapacité à s’en sortir au quotidien ou à plus long terme. En fait, la tension se situe au niveau des processus de définition, de qualification des formes de l’activité et corrélativement des représentations des mondes professionnels : on observe une dissension dans la définition d’un bon travail ou d’un bon emploi.

  • 11 En me situant dans une approche diachronique, j’ai appréhendé les pratiques professionnelles en ten (...)

23Faire retour sur les formes de qualification de l’activité professionnelle revient notamment à poser la question de ce qui est défini comme un bon emploi. Qualifier l’activité, c’est l’évaluer au regard des attentes, des injonctions, des besoins… qu’elle doit permettre de satisfaire. Les motifs de l’action sont multiples, ils ne sont pas uniquement professionnels et peuvent être contradictoires. Les pratiques professionnelles et la construction des rapports à l’activité sont compréhensibles dans un système de références multiples : références aux dimensions strictement professionnelles telles que le niveau de salaire, les représentations de l’activité, du “bon emploi” et du marché du travail dans son ensemble, référence aux possibilités liées à l’éducation…, mais interviennent aussi « des stratégies sur le futur (d’acquisition d’une qualification, par axe, mais aussi matrimoniales ou d’accès au logement), des relations d’amour ou de haine, ou des facteurs en apparence totalement irrationnels » (Lautier et Marques Pereira, 1994 : 311). Ainsi, les pratiques et les choix professionnels peuvent paraître irrationnels à un observateur, dès lors qu’il ne considère pas l’ensemble des conduites sociales et des injonctions (professionnelles et extra-professionnelles). Les récits professionnels11 mettent en évidence le fait que les pratiques professionnelles sont en tension avec d’autres conduites, par exemple familiales et notamment matrimoniales.

24L’impossibilité à rester inactif que souligne ‘Atef (29 ans) :

« même si tu ne travailles pas, il faut te débrouiller… Tu ne peux pas sinon, tu ne peux pas rester comme ça quoi (…) », signifie qu’il « faut que tu trouves quelque chose parce qu’il faut de l’argent pour la famille et puis pour toi, pour après. » « Tu n’as pas le choix » insiste Mervat (29 ans) « surtout… mes frères, par exemple, il faut qu’ils travaillent, sans rien tu ne peux pas te marier, la famille elle voudra jamais et la fille non plus ».

25Il s’agit de s’en sortir individuellement et collectivement sur des horizons temporaires différents (au quotidien, financer le mariage, participer à l’économie familiale, prendre en charge des parents…). Loin de se considérer comme chômeur, les jeunes actifs diplômés multiplient les stratégies pour faire face et vivent l’épreuve de la déqualification clairement énoncée par Marie (25 ans). Ces multiples injonctions obligent les jeunes actifs

« à travailler dans des boulots qui ne leur conviennent pas du tout » explique Marie qui donne l’exemple du « frère d’une copine (qui) est ingénieur agricole, il travaille où ? Il travaille comme homme à tout faire à l’Ambassade du Pérou, il travaille comme homme à tout faire, un ingénieur… J’ai lu il y a quelques jours qu’il y a des jeunes femmes docteurs et avocates qui travaillent comme femmes de ménages à cause de l’argent… pour l’argent… le travail c’est peut-être le plus gros problème parce que si t’as un bon travail y aura pas de problème, un bon travail que tu puisses compter dessus quoi… pour t’organiser…parce qu’il y a l’appartement aussi… l’appartement ça aussi c’est un gros problème ! » (Marie, 25 ans).

26Ces injonctions et les accommodements quotidiens traduisent l’importance du salaire dans la définition du rapport à l’activité et d’un équilibre professionnel. Mais d’autres critères sont également mis en avant par les jeunes actifs. Il s’agit notamment des conditions de travail, de l’environnement professionnel au sens large : le lieu de travail, les relations avec les collègues, le statut professionnel, les distances et les transports, l’existence d’un contrat, d’une assurance, les intérêts et les contreparties, la moralité et la décence (surtout pour les jeunes femmes), les qualifications, les expériences précédentes des mondes professionnels, scolaires et familiaux, par exemple. Leur pondération respective et leur conjugaison définissent un rapport subjectif à l’activité.

27Dans le cas des diplômés, le rapport à l’activité se construit autour d’une stabilité minimale, d’un ancrage qui devient de plus en plus inaccessible, et renvoie systématiquement au nombre d’heures travaillées quotidiennement. Michel, 24 ans, est diplômé du secondaire technique. Depuis plusieurs années, il change régulièrement de travail, de manière à trouver le meilleur équilibre entre le salaire, qu’il dédie au mariage, et la distance, en ce qu’elle conditionne les possibilités de recours à d’autres activités, parce qu’elle « limite le nombre d’heures de travail (qu’il) peut acccumuler ». Au-delà du seul cas des diplômés, la question professionnelle est énoncée en référence au temps de travail, déplacements compris, qui mobilise parfois plus des deux-tiers d’une journée.

28Cela renvoie au fait que la situation professionnelle est énoncée comme un équilibre, objet d’ajustements et non pas comme le fait d’un travail, stable et rémunérateur. La pluriactivité qui en est la traduction la plus courante n’est pas un phénomène récent, mais sa forme idéale est de plus en plus difficile à mobiliser comme stratégie professionnelle. Fortement répandue parmi la population active (essentiellement masculine), elle n’est pas caractéristique de cette génération (celle des 20-30 ans dans les années 1990). Elle est notamment le résultat d’un accès plus difficile à l’emploi public avec la rationalisation des recrutements et de « l’inflation, qui s’est accélérée à partir du milieu des années 1970, [et qui] a eu tôt fait de rendre une telle garantie bien dérisoire » (Longuenesse, 1998 : 133). La pluriactivité est, en ce sens, une des modalités d’ajustement des revenus au coût de la vie et au budget familial (Westley, 1999 : 20-21). Elle prend une forme particulière pour les diplômés : celle de l’obtention d’un emploi dans le secteur public – permettant de bénéficier d’une couverture sociale, de la retraite et de primes – et la recherche de rentrées supplémentaires, dans le secteur privé, notamment en indépendant dans l’économie dite informelle. Alors que le salaire de la première activité dépasse rarement 150 à 200 £e, les rentrées d’argent associées aux activités supplémentaires (shughl idafî) doivent permettre de doubler ou de tripler le revenu.

29Une approche diachronique permet d’affirmer que si la recherche d’un équilibre professionnel n’est pas un phénomène nouveau, la pluriactivité répond dans les années 1990 (et sûrement dès la fin des années 1980) à une reconfiguration des possibilités et des injonctions. D’une époque à l’autre, la différence réside dans le fait que l’attente est plus longue et les espoirs qu’elle débouche sur un emploi de plus en plus réduits. S’il était nécessaire de compenser, les jeunes diplômés des années soixante-dix ne se trouvaient pas dans « la file des morts », à savoir, la liste des chômeurs en attente de placement (al-Wafd, 14/11/98), mais dans le secteur public ; la régularité des rentrées n’était pas espérée mais réelle. Si l’emploi dans le secteur public était insuffisant (en termes de revenu déflaté), il participait à un équilibre – précaire, certes – de la situation professionnelle ; rôle qui, aujourd’hui, n’est pas rempli par le secteur privé. Dans les années 1990, on observe l’impossibilité à trouver un emploi stable dans le privé, sans qu’il y ait pour autant une possibilité de se garantir une stabilité (fût-elle précaire) par un emploi dans le secteur public. Alors même que la pluriactivité devient une norme sur le marché matrimonial (comme le montrent les attentes des parents face aux prétendants), les possibilités de migrations se sont restreintes et les opportunités dans le secteur privé se caractérisent par une forte mobilité (d’une activité à une autre), des statuts instables (travail de porte à porte, vendeur ambulant, développement de l’économie dite informelle) et des conditions de travail difficiles (difficulté à obtenir un contrat, une assurance, concurrence…) (Amer, 2002 : 233-242). Il ne s’agit plus maintenant de compléter mais de compenser des attentes insatisfaites (face à des injonctions perçues comme croissantes) dans un contexte de transition des dispositifs de l’insertion, où le secteur privé est loin d’assurer la stabilité que permettait le secteur gouvernemental. Ce que les jeunes diplômés veulent, ce à quoi ils estiment avoir droit, c’est un emploi madmûn (garanti, stable) avec des droits sociaux ou plutôt, c’est au moins une activité madmûna.

30Les récits et cheminements professionnels sont construits sur l’opposition entre cette impossible stabilité et les nécessaires compromis dans la recherche d’un travail munâsib, convenable, qui est l’enjeu d’ajustements entre la gestion des contraintes et la satisfaction des attentes. Munâsib veut également dire acceptable, compatible, conciliable ; on est bien là dans la gestion de la complexité des attentes et des prescriptions.

Les expériences de l’infortune sociale : la stabilité dans l’emploi public ou la promesse intenable

« Le problème, c’est qu’il n’y a plus d’emploi dans le gouvernement, ça c’était un emploi bien, je veux dire décent, un emploi du bureau, t’es pas à l’extérieur et tout ça… et puis pour les horaires, c’est bien, tu peux tout faire, travailler et travailler… »

31souligne Dora (27 ans). L’accès problématique à un emploi décent ou garanti renvoie dans les récits professionnels à la détérioration d’une situation, d’une part, parce que le secteur public devient une promesse absente ou insuffisante ; d’autre part, parce que la réalité du secteur privé – qu’ils connaissent – ne correspond pas aux représentations qui en sont promues à la fois dans le salariat (dans l’industrie, par exemple) et parmi les jeunes entrepreneurs.

32Dans la construction de leurs rapports à l’activité, l’importance accordée à la garantie ou la stabilité ne recouvre pas a priori les seules activités du secteur public ou gouvernemental. Cependant l’accès à de bons emplois – dotés de droits sociaux – dans le secteur privé, comme dans le public, nécessite une wasta (un piston). Distinguée des réseaux qu’ils mobilisent régulièrement, la wasta est présentée par les jeunes diplômés comme un privilège, qui leur est inaccessible. C’est un piston permettant d’accéder à une position stable et garantie, un emploi qui devrait leur revenir de droit, assuré par l’obtention du diplôme. Cependant, si cette dimension des attentes, historiquement construite, est toujours activée, l’image du fonctionnaire (comme figure du diplômé placé) n’est plus depuis les années 1980 un modèle de réussite sociale, plus en tout cas tel qu’il a pu l’être dans les années 1970 (K. Tourné, 2002).

« On m’a dit qu’on n’avait pas d’autre place pour moi, c’est ça ou tu pars… Les études, hein… elles ne m’ont servi à rien… On te dit, ça te plait tu prends, ça te plait pas… tu restes dans la rue ou t’attends l’année prochaine »

33explique Muhammad (30 ans) à propos de son affectation dans une imprimerie nationale alors qu’il a été formé dans le bâtiment (secondaire technique). Si les avantages principaux résident dans la stabilité, la garantie, son salaire est passé de 41 £e (1986) à 145 £e (1998) en 12 ans. Il reste insuffisant pour qu’il puisse penser au mariage ou participer régulièrement au budget familial. La préoccupation de Muhammad est celle de son statut familial, il est l’aîné. Tout l’entretien s’organise (de son fait) autour d’une justification : il n’a pas de deuxième activité, de shughl idafî, pour des raisons de santé. En 1987-1988, il a essayé de travailler avec un de ses collègues. Mais le travail était loin, il partait à 7h du matin et rentrait à 1h du matin. Il a travaillé dans un bureau dans le secteur privé pour 150 £e par mois (soit trois fois son salaire dans le public à la même époque). Il n’a tenu que quelques mois. Il ne peut se plier à ce qu’il présente comme une injonction familiale et sociale : « si tu travailles dans le public, tu dois être pluriactif ».

34Cette angoisse n’a d’égal que l’ambivalence du regard qu’il porte sur le travail dans le secteur public. Le secteur public, il ne songe pas à le quitter, malgré tous les inconvénients qu’il lui trouve : « le secteur public c’est n’importe quoi, j’y vais, y a du travail, je travaille… y a pas de travail, je reste et j’attends », le salaire « est dérisoire mais il y a des avantages qui compensent ». À savoir, des primes, la prise en charge des transports, des aides et la sécurité de l’emploi, sans compter la sécurité sociale (même si la qualité des soins dans les hôpitaux publics est faible) et l’assurance d’une retraite.

35Les récits professionnels collectés montrent que l’importance accordée à la stabilité traduit leur attachement aux droits qui caractérisent un travail stable, madmûn, plus qu’au secteur public en lui-même. La question n’est donc pas tant celle de l’attachement des diplômés à un secteur, le public, que celle des droits sociaux, ouverts par le diplôme. Malgré les réorientations des politiques qui œuvrent à un marché du travail dynamisé par le secteur privé, l’attachement au diplôme reste très fortement associé à celui de l’emploi dans le secteur public. En effet, les créations d’emploi dans le privé recouvrent plutôt, selon les jeunes adultes, de nouvelles formes de précarité (légale) : difficulté à obtenir un contrat, des droits sociaux et une couverture médicale ; précarité des salariés exacerbée par la fragilité des entreprises ; nécessité d’une expérience longue pour les grandes entreprises et déqualification dans les petites ; difficulté à trouver un travail correspondant à la formation ; “formation sur le tas” dans l’entreprise (synonyme de travail gratuit pendant deux ou trois mois) ; concurrence entre les jeunes actifs quel que soit leur niveau de qualification ; mise en compétition rendant de manière générale toute négociation sur le contrat ou les conditions de travail difficile si ce n’est impossible. Au-delà des effets d’annonce des créations d’emplois, l’essor du secteur privé reste synonyme de développement des activités qualifiées d’informelles (travail journalier, vendeur ambulant, vente de porte à porte).

36Cela renvoie au problème de la précarité des statuts, en termes de revenu et de protection sociale.

« Le fait de fournir des offres d’emploi dans le secteur privé ne va rien résoudre (en termes de chômage). La plupart des jeunes craignent de travailler dans le secteur privé, car ils ne jouissent d’aucune assurance et n’ont pas de droits »,

  • 12 Parti National Démocratique, au pouvoir.

37commente Amin Hammad, député du PND12. En effet, ces nouvelles modalités de mises au travail sont appréhendées par les jeunes diplômés comme productrices d’une plus grande précarité et non d’une plus grande stabilité comme l’entend Dora (27 ans) :

« dans le privé c’est des horaires pas possibles et le salaire n’est pas forcément très intéressant par rapport aux conditions de travail, aux garanties quoi et puis à tes droits et tout ça… Non le mieux pour nous, les femmes diplômées, c’est le public mais c’est fini tout ça, t’attends des années c’est pas possible, dix ans plus tard t’attends toujours une place, mais c’est sûr c’est des emplois qui sont bien. Pour les horaires et tout ça, surtout après avec les enfants… ».

38Même si elle n’attend pas de place, Dora qui travaille comme secrétaire dans une entreprise d’habillement du secteur privé, est inscrite sur les listes de placement, mais elle n’y croit pas à cause de la compétition. Pour trouver un emploi décent, un travail « avec des facilités, comme ça », il faut une wasta : « il faut savoir le trouver, faut toujours connaître quelqu’un, pour le privé, et pour le public aussi, si tu connais quelqu’un qui travaille, tu vois c’est mieux, c’est plus simple…». Mervat, 29 ans, qui travaille aussi dans le privé confirme que « si tu n’as pas de relation (wasta), c’est impossible de trouver… Les opportunités de travail sont rares, il faut du piston… ». Elle constate cependant qu’il y a dans le privé un fort turn over, « les gens vont et viennent, mécontents de leur salaire » et notamment parce que le système de l’ancienneté ne fonctionne pas : « mon salaire, c’est comme celui de quelqu’un qui vient d’arriver depuis un jour ou deux ». Les salaires ne sont que rarement suffisants dans le secteur privé, si l’on tient compte des déplacements, de la nécessité de faire garder des enfants pour Dora qui conclut que « travailler coûte de l’argent ».

39À la différence des autres jeunes actifs, les diplômés avaient une possibilité d’accès à la stabilité perçue non comme un privilège, mais comme un droit. L’attachement des diplômés au secteur public ne signifie pas qu’ils ne sont pas actifs dans le privé. Les pratiques professionnelles s’adaptent mais les expériences de la vie active se structurent toujours par rapport à cette stabilité impossible. Dans ce contexte, l’attachement des jeunes diplômés au secteur public traduit un sentiment d’infortune sociale et se comprend comme une des manifestations contre le désengagement de l’État. Ce qui est mis en cause par les jeunes, c’est précisément la réorientation des politiques de l’emploi vers un secteur privé qui ne permet pas la satisfaction des attentes portées par les jeunes et portées sur les jeunes (notamment par leurs familles). Il signifie pour les diplômés un désaveu, celui du projet de mobilité sociale par l’éducation que leurs familles ont investi, comme le montrent l’évolution des statistiques éducatives (Fargues, 1994) et l’observation ethnographique réalisée auprès de quinze familles.

40Quelle que soit l’appréciation de leur réussite individuelle, les récits des jeunes diplômés rendent compte d’un sentiment d’infortune sociale. Ces récits renvoient à la perception qu’ils ont d’eux-mêmes, à l’appréciation de leur position en regard « du degré de réussite sociale qu’ils ont atteint (en) fonction de leur point de départ, de la position de leurs parents dans la structure sociale et du type de “ ressources ” (économiques, culturelles, sociales,…) dont disposait la famille » (Desrosières et Pialoux, 1983 : 77). Ils se construisent aussi en écho à ce qu’il est souhaitable de réaliser, aux efforts entrepris, et à leur capacité à concrétiser le projet familial et le projet matrimonial.

41Lorsque l’insatisfaction des attentes (non strictement professionnelles) est stigmatisée comme une inconséquence de la jeunesse, le quotidien professionnel est vécu comme une mise à l’épreuve et les récits professionnels prennent le sens (et les différentes formes) d’une résolution des contradictions. Les cheminements observés traduisent alors des carrières diverses construites autour de compromis et de solutions apportées aux différentes injonctions. La mise en attente des injonctions sociales peut alors conduire selon le sentiment plus ou moins grand de réussite professionnelle à des sentiments de mises à l’épreuve « d’individus affrontés à des expériences d’échec (scolaire ou professionnel, surtout) et à des difficultés à tenir leur rang ou à en conquérir un » (Marie, 1997b : 252). Dans le cas des diplômés, ce sentiment de mise à l’épreuve est énoncé comme une infortune sociale précisément parce que la promesse de l’État se désagrège et que leur perception des possibles sociaux rend plus difficile leurs « capacités à jouer l’ouverture des schémas sociaux » (Veltz, 1983 : 36-37).

42Au-delà de leur inscription sur les listes, le sentiment de trahison se traduit par des manifestations fortes et un dialogue assez violent entre l’État et les jeunes diplômés, qui ne sont politiquement pas organisés. Malgré la suspension progressive de facto, le gouvernement reste théoriquement responsable du placement des diplômés et le ministère de la Main-d’Œuvre a le monopole de l’affectation. Le gouvernement évite de suspendre de jure cette garantie de l’emploi et continue à envoyer des signaux contradictoires. La position de l’État est donc dédoublée, signalant par l’allongement des délais d’affectation « qu’un diplôme d’université n’est plus un chemin sûr vers un emploi, mal payé, mais stable », alors que par ailleurs l’allocation de terres bonifiées aux diplômés peut être perçue comme un signal signifiant que « le gouvernement prend en charge » (Richards, 1992 : 16, 22).

  • 13 Rappelons qu’en 1995, 75 % des chômeurs sont diplômés du secondaire, 8 % des instituts techniques s (...)

43Cette prudence s’expliquerait selon A. Richards (1992 : 22) et J. Waterbury (1983 : 241) par la crainte d’émeutes, similaires à celle de janvier 1977 en réaction à la suspension de la subvention de certains produits de première nécessité. Et de fait cette crainte n’est pas injustifiée comme le montrent les manifestations de juillet 2001. Des manifestations faisant plusieurs morts, ont éclaté dans le Delta à l’annonce du gouvernement de suspendre de jure l’embauche automatique (ou du moins de limiter à une cohorte spécifique). L’enjeu de la suspension était aussi celui de la radiation des listes, c’est-à-dire la question de la statistique du chômage13. Quelques jours plus tard la mesure était annulée. Déjà en 1992, une campagne de radiation des listes s’était soldée par une vague de démissions du secteur privé telle, que les médias s’en étaient faits l’écho (al-Ahrâm, 10/09/92).

Conclusion

44Répondre à la question formulée par les pouvoirs publics, « mais que veulent les diplômés ? », implique un retour sur l’histoire sociale qui permet de comprendre la construction des attentes et les pratiques professionnelles.

45Fût-il dans le secteur privé ou public, ce qu’ils veulent c’est un emploi madmûn, c’est-à-dire stable, donc avec un contrat, mais aussi assorti de droits sociaux. Le développement conjoint du système éducatif et du secteur public a mis en place une figure sociale, qui aujourd’hui ne serait plus attractive ou ne devrait plus l’être selon les responsables politiques et les experts : l’aura du fonctionnaire devrait être remplacée par celle de l’entrepreneur. En faisant du chômage des diplômés une priorité nationale, le gouvernement de ‘Atef Ebeid désengage progressivement l’État en faveur d’une participation plus grande du secteur privé à la création d’emploi. Il s’agit d’adapter la structure de la population active aux besoins du marché du travail définis selon les priorités du secteur privé, moteur de la croissance et du développement (Evans-Klock, Leam, 1998 : 35). Mais ces incitations au secteur privé s’organisent essentiellement autour de la promotion de l’auto-emploi (Al-Mahdi, 2001) et des petites entreprises via les micro-crédits alloués entre autres par le Fonds Social de Développement (Handoussa, 2002 ; Galâl, 2002).

46Cependant le rapport des jeunes adultes à l’activité ne suit pas ces prédictions. D’une part, parce qu’elles sont en tension avec l’histoire politique et sociale. On a montré que le diplôme comme accès à l’emploi est une construction historique forte. La garantie de l’emploi pour tous les diplômés du supérieur (depuis 1961/1962) et du secondaire (depuis 1964) dans le secteur public assurait, jusqu’à sa progressive remise en cause, une stabilité (dotée de droits sociaux) que le secteur privé ne permet pas. Postuler que vingt ans (1978-1999) ont suffi à l’ajustement des attentes des actifs ne serait pertinent que si l’emploi dans le secteur privé n’était pas fortement connoté de précarité (par les jeunes adultes). D’autre part, parce que la stabilité est une valeur non seulement professionnelle mais également et surtout familiale.

47Toutefois la question n’est pas tellement de savoir si les jeunes « font la queue pour les rares emplois dans le public » (al-Ahrâm, 19/11/99) et si, en individus rationnels, ils choisissent ce qui leur coûte le moins (notamment en temps) mais de donner à voir ce qu’ils font dans cette nouvelle configuration et de comprendre leurs rapports à l’activité comme s’inscrivant dans un processus long, non limité à la seule valeur du diplôme, aux seules attentes d’un individu. On peut comprendre ainsi l’attachement, jugé paradoxal, des jeunes au secteur public même lorsque ce débouché devient impossible ou intenable. En effet, la contraction des possibles sociaux ne signifie pas la disqualification des formes d’activité qui leur étaient associés. En faisant la promotion du jeune entrepreneur, les politiques de l’emploi présument à tort que les individus ajustent immédiatement leurs attentes, comme le reflètent l’inscription sur les listes et les manifestations. Au contraire, dans un contexte où les injonctions, notamment matrimoniales, semblent être plus difficiles à satisfaire, et où les mises en tensions et les inégalités se multiplient, la définition du rapport à l’activité se structure de plus en plus autour d’une stabilité “idéale”.

Haut de page

Bibliographie

AMER M., 2002, « Youth Labor Market Trajectories : a Comparison of the 1980s and the 1990s », in R. ASSAAD (dir.), The Egyptian Labor Market in an Era of Reform, Cairo, The American University in Cairo Press, Economic Research Forum Edition : 223-256.

ABD AL-FADIL M., 1980, The Political Economy of Nasserism, A study in Employment and Income Distribution Policies in Urban Egypt, 1952-72, Cambridge, University of Cambridge, Department of Applied Economics, Cambridge University Press : 140 p. (Occasional Papers Series 52).

AL-MAHDI A., 2001, « The Role of the Informal Business versus the Welfare State : The Case of Egypt », Paper presented at the Second Mediterranean Social and Political Research Meeting, Workshop IX, Family and Welfare State in Mediterranean Labor Markets, IUE - Florence, March, 21-25 mars, Mediterranean Programme, Robert Schuman Center for Advanced Studies, European Institute (non publié).

ASSAAD R., 1997, « The Effects of Public Sector Hiring and Compensation Policies on the Egyptian Labor Market », The World Bank Economic Review, Vol. 11, n°1, january 1997 : 85-118.

ASSAAD R. et al., 2000, The Determinant of the Employment Status in Egypt, Cairo, IFPRI : 107 p. (FCND Discussion Paper Series 88).

AWAD I., 1998, « Employment Policy under Economic Transformation », Cairo Papers in Social Sciences, “ Twenty Years of Development in Egypt ”, Vol. 21, n°3 : 50-72.

CASTEL R., 1995, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard : 490 p. (Collection “L’espace du politique”).

COCHRAN J., 1986, Education in Egypt, London, Croom Helm : 161 p.

DESROSIERES A., PIALOUX M., 1983, « Rapports au travail et gestion de la main-d’œuvre : problèmes de méthodes », Critiques de l’économie politique 23-24, avril-septembre : 66-85.

EL-AOUFI N., ROULLEAU-BERGER L., 1998, « Travail, activités, emploi : transformations salariales en France et au Maroc », Annales marocaines d'économie 22-23, printemps-été : 7-16.

EVANS-KLOCK C., LEAM LIM L., 1998, Options for Human Resources Development in Egypt :The Labour Market Context, Geneva, International Labour Office Geneva, Employment and Training Department, Employment and Labour Market Policies Branch : 74 p. (Employment and Training Paper 35)

FARGUES P., 1994, « Note sur la diffusion de l’instruction scolaire d’évolution », Égypte/Monde arabe 18-19, 2e et 3e trimestres : 115-131.

— 1998, « La montée du chômage en Égypte (1960-1995) », Égypte/Monde arabe 33, 1e trimestre : 146-179.

FERGANY N., 1991, « A Characterization of the Employment Problem in Egypt », in H. HANDOUSSA, G. POTTER (dir.), Employment and Structural Adjustment : Egypt in the 1990s, Cairo, American University in Cairo Press : 25-56.

— 1998, Dynamics of Employment Creation and Destruction, Egypt 1990-1995, Cairo, al-Mishkat Center : 20 p. (Almishkat Research Notes 11).

GALAL A., 2002, « The Paradox of Education and Unemployment in Egypt », Cairo, The Egyptian Center for Economic Studies (ECES), March 2002 : 19 p. (Working Paper Series 67).

HANDOUSSA H., 1989, « The Burden of Public Service Employment and Remuneration : The Case of Egypt », in Wouter Van GINNEKEN (dir.), Government and Its Employees, Geneva, International Labor Office : 83-111.

— 1991, « Crisis and Challenges: Prospects for the 1990s », in H. HANDOUSSA, G. POTTER (dir.), Employment and Structural Adjustment : Egypt in the 1990s, Cairo, American University in Cairo Press : 3-21.

— 2002, Employment, Budget Priorities and Microenterprises, Cairo, The Egyptian Center for Economic Studies, June : 14 p. (Working Paper Series 69).

HANSEN B., RADWAN S., 1982, Employment Opportunities and Equity in a Changing Economy : Egypt in the 1980s, Geneva, International Labour Office : 293 p.

ISSAWI Ch., 1963, Egypt in the Revolution, London, NY, Toronto, Oxford University Press : 343 p.

KORAYEM K., 1997, « Egypt’s Economic Reform and Structural Adjustement (ERSAP) », Cairo : Egyptian Center for Economic studies (ECES) : 28 p. (Working paper Series 19).

LAUTIER B., MARQUES PEREIRA J., 1994, « Représentations sociales et constitution du marché du travail. Employées domestiques et ouvriers de la construction en Amérique latine », Cahiers de Sciences Humaines, Vol. 30, n°1-2 : 303-332.

LAVILLE J.-L., 1996, « Jeune, travail et identité sociale », Sociologie et sociétés, Vol. 28, n°1, printemps : 63-71.

LONGUENESSE É., 1998, « Les diplômés du technique à l’heure des réformes économiques », Égypte/Monde arabe 33, 1e trimestre : 125-146.

MARIE A. (dir.), 1997, L’Afrique des individus, Paris, Karthala : 438 p. (Collection “ Homme et société ”).

— 1997b, « Les avatars de la dette communautaire. Crise des solidarités, sorcellerie et procès d’individualisation (itinéraires abidjanais) », in L’Afrique des individus, Paris, Karthala : 249-328. (Collection “ Homme et société ”).

MINISTERE DE L'INFORMATION, 1998, Statistical Yearbook 1992-1998, Le Caire, Service de l’État pour l'information.

RICHARDS A., WATERBURY J., 1991, A Political Economy of the Middle East. State, Class, and Economic Development, Cairo, The American University in Cairo Press : 495 p.

RICHARDS A., 1992, Higher Education in Egypt, Washington D.C, World Bank, Population and Human Resources Department : 40 p. (Policy Research Working Paper Series 862).

SAID M., 1996, Public sector employment and labor market in Arab country : recent developments and policy issues, Cairo, ERF : 52 p. (Working Paper Series 9630).

SPRINGBORG R., 1991, « Economic Liberalisation and its Social and Political Effects in Egypt », Paper presented for the symposium on Economic Liberalisation and its Social and Political Effects in the Middle East, RUSEL, University of Exeter, 26-28 September : 27 p.

TOURNE K., 2002, « Fils d’ouvrier, jeune fonctionnaire », Les Soucis du citoyen 1976, Le Caire : CEDEJ : 121-143. (Études et documents du CEDEJ 3-4).

— 2003, Expériences de la vie active et pratiques matrimoniales des jeunes adultes égyptiens dans les années 1990, Thèse de Doctorat en Sociologie, sous la direction de Bruno LAUTIER, Université de Paris I - IEDES, juin 2003 : 442 p.

VELTZ P., 1983, « Fordisme, rapport salarial et complexité des pratiques sociales : une perspective critique », Critiques de l’économie politique 23-24, avril - septembre : 30-42.

WATERBURY J., 1983, The Egypt of Nasser and Sadat : the Political Economy of Two Regimes, Princeton, NJ, Princeton University Press : 475 p.

WESTLEY J. R., 1999, « Change in the Egyptian Economy », Cairo Papers in Social Sciences, Vol. 21, n°3, fall 1999 : 18-41.

Haut de page

Notes

1 Alors qu’il est estimé au niveau national à 9 %, 21 % des jeunes actifs âgés de 20 à 30 ans sont au chômage (36 % des jeunes femmes et 17 % des jeunes hommes).

2 Le recensement de la population active définit deux catégories intégrées à la population inactive et parmi lesquelles les jeunes sont nombreux : 59 % des personnes qui “ne cherchent pas d’emploi” (et qui ne sont ni étudiants, ni “au foyer”) sont âgées de 15 à 30 ans ; 36% de celles qui sont “dans l’incapacité de travailler” ont entre 15 et 30 ans. Les 20- 30 ans représentent respectivement 30 % et 22 % de ces deux catégories.

3 Du point de vue méthodologique, la démarche adoptée supposait de diversifier les matériaux utilisés. J’ai notamment travaillé à partir de données statistiques issues des recensements (1976, 1986, 1996). Je me suis intéressée à la construction de la catégorie socio politique de la jeunesse et à son traitement médiatique pour les années 1998-2000, à partir de dossiers de presse disponibles au CEDEJ. J’ai par ailleurs choisi de réaliser des entretiens ethnographiques impliquant une présence régulière et une observation conduite auprès de jeunes et de leurs familles, dont quinze ont été suivis pendant deux ans.

4 Ce ratio (demandeurs/postes) atteint 5,1 en 1981, contre 1,2 en 1977 (Fergany, 1991).

5 C’est d’ailleurs parmi les jeunes diplômés du cycle secondaire que les taux de chômage sont les plus importants : 22,3 % d’entre eux sont au chômage en 1996. Au même moment, le taux de chômage des individus illettrés ou sachant lire et écrire est de 1,1%, il est de 4,2 % pour ceux qui ont achevé la scolarisation obligatoire, et de 8,7 % pour les diplômés de l’université (CAPMAS, Recensement de la population, 1996).

6 Dans le détail, le secteur gouvernemental recouvre cinq branches : l’administration centrale (notamment les ministères), les administrations locales (gérées au niveau régional des vingt-six gouvernorats), le service public, les entreprises publiques et les autorités publiques (organisations semi-autonomes qui couvrent des activités ou des services dont elles ont le monopole, telles que les chemins de fers, les ports, l’électricité, l’approvisionnement en eau, les communications ou les postes ou encore l’administration du Canal de Suez).

7 On est entré dans la période de l’infitâh, ou Politique de Libéralisation, d’ouverture économique, initiée par Anwar al-Sadate en 1974.

8 La durée du service militaire est inversement proportionnelle au niveau éducatif atteint : trois ans pour ceux qui n’ont pas atteint le secondaire, deux ans pour les diplômés du secondaire et un an pour ceux du supérieur.

9 Le nombre de candidats est démesuré par rapport au nombre de postes à pourvoir (al-Ahâly, 9/02/00) : plus de 7 000 candidats se sont présentés pour les 44 postes qui avaient été annoncés par l’organisation des awqâf (Biens religieux) sur l’ensemble du territoire de la République.

10 Contrairement à ce que montre notre terrain, les responsables politiques considèrent qu’un nombre important de jeunes femmes diplômées ne veut pas travailler mais se marier (al-Ahrâm Weekly, 4-10/05/00, n°480). Pour autant la prise en compte de stratégies extra-professionnelles, lorsqu’il s’agit de jeunes hommes, tend à résumer, dans l’argumentation des pouvoirs publics, la construction du rapport à l’activité à la seule dimension du salaire (comme synonyme d’accumulation).

11 En me situant dans une approche diachronique, j’ai appréhendé les pratiques professionnelles en tenant compte de leur épaisseur temporelle (Veltz, 1983 : 37). Une approche longitudinale m’a permis de recueillir des récits professionnels qui ne soient pas des reconstitutions biographiques a posteriori, mais qui permettent d’observer les changements d’activité et de statut, les processus de repositionnements sur les marchés du travail, les périodes d’inactivité ou de recours à la pluriactivité.

12 Parti National Démocratique, au pouvoir.

13 Rappelons qu’en 1995, 75 % des chômeurs sont diplômés du secondaire, 8 % des instituts techniques supérieurs et 13 % sont diplômés de l’enseignement supérieur (Assaad, 1997).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karine Tourné, « Diplômés chômeurs : l'expérience de l'infortune sociale et les nouveaux dispositifs de l'insertion en Égypte », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 105-106 | janvier 2005, mis en ligne le 12 janvier 2012, consulté le 25 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/2715

Haut de page

Auteur

Karine Tourné

Sociologue, Centre d’Études et de Documentation Économique et Juridique (CEDEJ), Le Caire (Égypte)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page