Navigation – Plan du site
Première partie – Figures mythiques des mondes musulmans

Un « nouvel Alexandre » mamelouk, al-Malik al-Ashraf Khalïl et le regain eschatologique du XIIIe siècle

A “Mamluk Alexander”, al-Malik al-Ashraf Khalil and the revival of eschatology in the 13th century.
François de Polignac
p. 73-87

Résumés

Dans la longue inscription qui exalte ses hauts faits à l'entrée de la citadelle d'Alep, le sultan mamelouk al-Malik al-Ashraf Khalil (689/1290-692/1294) est qualifié d'« Alexandre de son temps ». Bien que l'épithète ait été utilisée avant lui par des émirs turcs et par Baybars, elle reçoit une signification particulière en raison de ses victoires éclatantes remportées contre les Francs et les Arméniens et, en conséquence, de ses espoirs de reconquête de l'Irak sur les Mongols. La dynastie mongole des Ilkhans, qui régnait sur la Perse, se réclamait d'un Alexandre devenu un héros national iranien. L'Alexandre qu'évoque al-Malik al-Ashraf est plus proche de l'« Homme aux deux cornes » qui, dans le Coran, édifie le mur contre Gog et Magog. Les exploits du sultan, dont l'ambition était de restaurer le califat à Bagdad, acquéraient ainsi une dimension eschatologique qui faisait de lui à la fois un conquérant universel et le fondateur d'une nouvelle ère de l'islam.

Haut de page

Notes de la rédaction

Avertissement :
Ce document est issu d'une numérisation par OCR (reconnaissance optique de caractères), il peut contenir des erreurs.

Texte intégral

À la mémoire du Docteur Adolphe Poché éminente figure de culture et de tradition alépines

1Dressée sur son tell comme un haut navire amarré au rivage de la steppe syrienne, la citadelle d'Alep témoigne de la valeur stratégique de l'antique cité et des vicissitudes que connut l'ancienne capitale des Hamdanides, des Zenkides et des Ayyoubides. Maintes fois assiégée, parfois enlevée et démantelée, ou mise à mal par des tremblements de terre, toujours elle fut relevée dès qu'un nouveau pouvoir, local ou lointain, rétablissait son autorité sur la Syrie du Nord et sur les routes qui s'y croisent de la Méditerranée à l'Euphrate et de l'Anatolie à la Damascène. Aussi ses monuments, en particulier les deux grands bastions qui en défendent l'accès, portent-ils de nombreuses inscriptions qui, pour commémorer ces reconstructions successives, déroulent l'ample titulature des princes qui en furent les instigateurs.

  • 1  La traduction présentée ici diffère de celle d'Ernst Herzfeld sur quelques points où je reprends l (...)

2L'intérêt historique de ces titulatures, élaborées avec soin selon des règles diplomatiques et stylistiques précises, sortes de manifestes politiques aux termes pesés, a été démontré depuis longtemps. Les commentaires des auteurs de corpus épigraphiques et les travaux des historiens ont élucidé, par-delà la constante inflation et l'apparente redondance des titres depuis le Xe siècle, la signification des choix opérés dans la sélection et la disposition des épithètes évoquant les qualités personnelles, les vertus religieuses, civiles ou guerrières, les dignités et les fonctions, les hauts faits ou les prétentions des titulaires, ainsi que l'évolution qui les affectent, d'une dynastie ou d'un prince à l'autre, en fonction de l'image qu'ils entendaient donner de leur autorité. Il semblerait donc difficile de tirer encore parti de ces documents, sauf à rencontrer un élément insolite. Or, c'est ce qui se produit quand on lit l'inscription monumentale en naskhi mamelouk dont le bandeau court sur toute la façade du second et principal bastion, du saillant oriental au saillant occidental en passant par le vestibule de l'entrée, au-dessus de la porte, inscription qui commémore la restauration de la forteresse saccagée par les Mongols de Hülegu en 658/1260, par les soins du sultan mamelouk bahride al-Malik al-Ashraf Khalil (Herzfeld, 1954-55, p. 89-91)1

  • 2  Coran, Le Fer, 57, 16.

« Au nom d'Allâh , le clément, le miséricordieux. Sachez qu'Allâh rend la vie à la terre morte. Nous vous avons déjà expliqué ces miracles, afin que vous les compreniez2. A ordonné sa reconstruction, en raison de sa vétusté, notre maître le sultan suprême al-Malik al-Ashraf, le sage, le juste, le guerrier, le combattant de la guerre sainte, le champion de la foi aux frontières, le gardien des marches, l'assisté, le victorieux, le secouru, l'intégrité de ce monde et de la religion, l'unique parmi les princes, le protecteur de l'islam et des croyants, le soutien de l'empire, le pilier de la religion, la gloire de la nation, l'appui du califat, le défenseur de l'imamat, le maître des princes et des sultans, le sultan des armées de ceux qui confessent l'unicité [d'Allâh], le défenseur de la vérité par les preuves, le vivificateur de la justice dans les mondes, l'exterminateur des révoltés, le subjugueur des rebelles, le tueur des infidèles et des hérétiques, le vainqueur des dissidents et des renégats, le dompteur des adorateurs de la croix, l'Alexandre de son temps, le conquérant des régions, l'anéantisseur des armées des Francs, des Arméniens et des Tatars, le destructeur d'Akka [Acre] et des places du littoral, le vivificateur du noble empire des Abbassides, le protecteur de la communauté des musulmans, Khalil, fils du sultan al-Malik al-Mansûr Qalâwûn, qu'Allâh glorifie ses victoires, et cela en l'an 691 / (ligne inférieure) avec le haut conseil de notre maître le grand émir Shams al-din Qarasunqur, porte-crosse d'al-Mansûr, officier d'al-Ashraf, gouverneur de la province d'Alep, qu'Allâh glorifie ses victoires. »

  • 3  Quelques années après al-Malik al-Ashraf Khalil, le sultan Muhammad b. Qalâwûn utilisa à son tour (...)

3Iskandar al-zamän, l'Alexandre de son temps  autant l'histoire de l'Antiquité hellénistique et romaine abonde en figures de rois, dynastes, généraux ambitieux et imperators qui, des Ptolémée à Alexandre Sévère, se sont réclamés du souvenir du conquérant macédonien pour prétendre à l'héritage de sa monarchie charismatique et universaliste, autant il est rare de rencontrer un « nouvel Alexandre » médiéval, en Orient comme en Occident — du moins jusqu'au XIIIe siècle  car la seconde moitié du siècle, et plus encore le siècle suivant, voient au contraire cet épithète fleurir dans l'islam oriental, aussi bien dans le domaine mamelouk que dans le domaine mongol. Le premier souverain à l'adopter est le sultan mamelouk Baybars, dans une série d'inscriptions des années 664-668/1266-1270 (Cohen, 1943, n° 4554, 4556, 4557, 4612)  le titre est ensuite repris par al-Malik al-Ashraf Khalil en 691/1292, puis beaucoup plus tard par al-Malik al-Ashraf Barsbây (Van Berchem, p. 366-368)3. Le souvenir d'Alexandre connut un regain de succès encore plus spectaculaire chez les souverains mongols de Perse au tournant des XIIIe et XIVe siècles, au point de devenir une figure dominante dans le processus de leur islamisation après la conversion de Ghāzān Khān en 1295. En 713/1313, l'ilkhan Ôljeitü se fit à son tour appeler « second Alexandre » sur une inscription de Bastäm (Iran oriental) ; mais le signe le plus remarquable en est le célèbre Grand Shâh-nâma mongol (ou Shâh-nâma Demotte) commandité vers 1330 par l'ilkhan Abû Sa'id, où Alexandre occupe une place privilégiée en raison du nombre exceptionnel d'illustrations relatives à ses exploits (Hillenbrand, 1996, p. 206-212). Une légende inspirée de celles qui mettaient en scène la conception divine d'Alexandre finit même par faire des Ilkhanides les descendants d'Olympias fécondée par une lumière céleste, tandis que l'exemple mongol suscitait à son tour des émules chez maints souverains en Asie centrale et en Inde (ibid., p. 222-223).

  • 4  Le phénomène est sensible dès la fin du XIIIe siècle dans le palais de Takht-i Suleymân, décoré de (...)

4Étant donné le rôle prépondérant que jouèrent les traditions iraniennes, en particulier le Shāh-nāma de Ferdowsi, dans la diffusion de la légende d'Alexandre chez les Mongols4, qui n'est qu'un aspect particulier du processus classique d'adoption de la culture et de la religion des peuples conquis par leurs conquérants, il peut paraître logique d'y voir la source de toute cette floraison de « nouveaux Alexandre ». De fait, dans sa publication de l'inscription d'Alep, Ernst Herzfeld voyait dans Iskandar al-zamân un titre d'origine persane, analogue au Khusrau Irân (le Chosroes de l'Iran) et au Rustam al-waqt (le Rostam de son époque) que l'on rencontre parfois dans les titulatures de dynastes turcs des XIIe et XIIIe siècles comme les Zenkides d'Alep (Zenki lui-même, puis son fils Nür aldin dans les inscriptions du tout début de son règne), les Artuqides de Diyarbakir ou l'atabeg de Mossoul Badr al-din Lu'lu' (Herzfeld, 1954-55, p. 90, 191-192 Élisséeff, 1953-54, p. 178). Il est vrai qu'Alexandre, depuis le Shâh-nâma de Ferdowsi ou la version révisée par le Persan Bal'amï des Annales de Tabari, était totalement intégré aux traditions nationales iraniennes où il était devenu le demi-frère de Darius, ce qui permettait d'effacer la rupture de l'ordre cosmique et des lignées royales introduite par sa conquête, et faisait de lui l'héritier légitime du roi qu'il avait vaincu (Kappler, 1996). Mais autant Rostam, le héros par excellence, et Chosroes, le modèle du roi parfait, sont deux figures emblématiques d'une histoire exclusivement persane, autant il paraît réducteur d'interpréter les mentions d'Alexandre dans le monde musulman à la seule lumière des traditions iraniennes. L'insertion du conquérant dans ces traditions au cours du IXe ou du Xe siècle n'est qu'un exemple, parmi d'autres, des phénomènes d'appropriation du héros caractéristiques de la shu 'ūbiyya, la rivalité culturelle entre les différentes nations rassemblées dans l'islam ; et dès auparavant, la figure du conquérant, ses origines, la signification de ses exploits, étaient dans la littérature arabo-musulmane l'objet de nombreux récits souvent inspirés de la tradition du Pseudo-Callisthène mais également influencés par la présence, dans le Coran (La Caverne, 18, 83-98), de l'énigmatique « homme aux deux cornes », Dhü 1-Qarnayn, dont la conquête du monde, d'inspiration divine, présentait de frappantes analogies avec celle d'Alexandre (Polignac, 1982). Et c'est bien parce qu'il était ainsi devenu une figure majeure de la culture islamique que le Macédonien, conquérant universel guidé par la volonté divine, fut adopté comme héros national dans l'Iran islamisé, après avoir été longtemps honni dans les traditions zoroastriennes.

5Il convient donc d'analyser chaque aspect de ce « retour d'Alexandre » en fonction de son contexte historique propre, quelles qu'en aient été les sources. Les motifs assez clairs qui poussèrent les Mongols à se réclamer du conquérant qui, avant eux, avait envahi la Perse tout en incarnant la continuité de la lignée royale légitime du pays — devenant ainsi un héros national avant d'entreprendre de soumettre la terre entière — ne peuvent valoir de la même manière pour les sultans mamelouks de l'Egypte et de la Syrie. Et même à l'intérieur du domaine mamelouk, on ne peut se contenter d'expliquer la répétition du thème du « nouvel Alexandre » par un simple phénomène d'imitation, sans tenir compte des variations du contexte historique et culturel. On pourrait être tenté, ainsi, de considérer l'emploi du titre Iskandar al-zamān par al-Malik al-Ashraf Khalil comme une banale réitération de l'usage qu'avait introduit Baybars. Cependant, les inscriptions de Baybars mentionnant ce qualificatif ne figurent que sur des monuments religieux et funéraires de Syrie et de Palestine (mosquée de Qârä, mausolée de Khālid à Homs, « tombeau de Moïse » à Nabi Mûsä), tandis que celle d'al-Malik al-Ashraf s'étale sur une citadelle qui, davantage encore qu'une place forte, était devenue le symbole de l'autorité souveraine (Sauvaget, 1941, p. 166) les premières accolent systématiquement à Iskandar al-zamân l'épithète de sâhib al-qirân, « privilégié des conjonctions stellaires », absente de la seconde  enfin il conviendrait de comprendre pourquoi Baybars ne semble s'être réclamé d'Alexandre qu'en Syrie, dans ce groupe d'inscriptions étroitement circonscrites aux années 1264-1268. Toutes ces particularités appelleraient une analyse spécifique, à laquelle on ne procédera pas ici, mais suffisent à montrer qu'on ne peut parler de transmission d'un modèle sans tenir compte des variations qui l'affectent  pas plus que l'aspect à première vue stéréotypé de l'exposition des vertus royales dans les biographies (Holt, 1980), la répétition des titres ne doit donc masquer la possible diversité des intentions qui président à leur emploi. C'est donc en fonction du contexte de la fin du XIIIe siècle et du bref règne d'al-Malik al-Ashraf Khalil (689-692/1290-1294), fils et successeur de Qalāwūn, que l'on doit étudier l'inscription d'Alep pour comprendre la signification de la mention d'Alexandre.

6Une lecture attentive de l'inscription montre ainsi que cette mention marque le passage entre deux parties bien distinctes de la titulature. Jusqu'au binôme « dompteur des adorateurs de la croix / Alexandre de son temps », unifié par la rime (qāmi' 'abadat al-sulbān/Iskandar al-zamān), la titulature s'inscrit dans une tradition éprouvée qui permet de déceler les modèles et les héritages dont le sultan entendait se réclamer. On y trouve donc les titres les plus courants, repris et amplifiés de dynasties en dynasties, disposés en groupes thématiques aisés à différencier

7- Évocation de qualités personnelles  'ālim (savant), 'ādil (juste) ;

8- Titres guerriers associés à la défense de la religion ghāzï (guerrier), mujāhid (combattant de la guerre sainte), murābit (champion de la foi aux frontières), muthāghir (gardien des marches)

9- Épithètes évoquant la protection divine  mu'ayyad (assisté), muzaffar (rendu victorieux), mansūr (secouru)

10- Conjonction des titres en al-dawla, al-milla et al-umma  'imād al-dawla (soutien de l'Empire), rukn al-milla (pilier de la religion), majïd al-umma (gloire de la communauté), et les titres précisant les sources et les formes du pouvoir  zahir al-khilâfa (appui du califat), nāsir al-imāma (défenseur de l'imamat), sayyid al-mulùk wa al-salātin (maître des princes et des sultans), sultan juyûsh al-muwahhidïn (sultan des armées de ceux qui confessent l'unicité d'Allâh).

11On y relève aussi des affinités plus marquées avec le souvenir de certains princes ou certaines lignées. Ainsi, le titre salāh al-dunyā wa-l-din (intégrité de ce monde et de la religion) avait été repris du protocole ayyoubide par les sultans mamelouks depuis que Baybars avait restauré au Caire le califat abbasside chassé de Bagdad par les Mongols. De même, parmi les titres de défense de l'islam et de l'orthodoxie, qui vont de mubid al-khawārij (exterminateur des révoltés) à qāmi' 'abadat al-sulbān (dompteur des adorateurs de la croix), celui de qāhir al-tughāt wa I-māriqin (vainqueur des dissidents et des renégats) est également une reprise, par les sultans mamelouks, d'un titre fréquent un siècle auparavant mais abandonné depuis lors (Élisséeff, 1953-54, p. 188). Mais c'est avec la titulature de Nūr al-din que celle d'al-Malik al-Ashraf offre les analogie les plus poussées, au point qu'on est en droit d'y voir une imitation consciente. Elle est particulièrement nette dans les formules relatives à l'exercice de la justice : nāsir al-haqq bi-I-barāhīn (défenseur de la vérité par les preuves), muhyi al- 'adl fi 1- 'ālamīn (vivificateur de la justice dans les mondes), sont en effet des titres particuliers de Nūr al-din qu'al-Malik al-Ashraf fut le premier souverain à reprendre, et le seul à reprendre intégralement dans d'autres inscriptions (Élisséeff, 1953-54, p. 181). Cette reprise, particulièrement significative dans la capitale zenkide qui avait beaucoup souffert des attaques mongoles, avait sans nul doute une forte valeur symbolique, étant donné tout ce que l'ancien souverain d'Alep pouvait incarner de restauration politique, de reconquête et de reconstruction matérielle, de stabilisation et de défense de l'orthodoxie sunnite (Élisséeff, 1967). On se contentera de relever ici, pour le point qui nous intéresse, que c'est précisément Nür al-dïn qui, dès la troisième année de son règne, en 1148, avait éliminé de sa titulature tous les titres d'origine turque ou iranienne, fréquents dans les inscriptions de son père Zenkï. Seuls les titres arabes furent maintenus en Syrie, les titres étrangers ne survivant que dans les émirats turcomans du nord de l'Irak (Herzfeld, 1954-55, p. 214  Élisséeff, 1953-54, p. 178). Ce changement, qu'accompagna l'abandon de l'écriture coufique au profit de l'écriture naskhi en épigraphie, paraît préfigurer l'ensemble de ses réformes politiques  mais il symbolisait sans doute aussi le désir du prince de marquer son passage du rang de simple émir, délégué d'un seldjoukide, à celui de véritable souverain de la Syrie du Nord, qualifié par les titres arabes concédés par l'autorité califale. Il serait donc assez étrange que la mention d'Alexandre par un Mamelouk ait été perçue comme la réintroduction d'un titre étranger dans une région où toute la titulature publique était exclusivement arabe depuis près de cent cinquante ans.

  • 5  La restauration de la citadelle s'était achevée en 690/1291, et la gravure de l'inscription direct (...)

12En revanche, les titres qui suivent, introduits par le qualificatif « Alexandre de son temps », rendent un son tout à fait différent. Ils renvoient aux exploits personnels du sultan ; conquérant des régions (fātih al-amsâr), anéantisseur des armées des Francs (hāzitn juyùsh al-faranj), destructeur d'Acre et des places du littoral (hāzim 'Akkâ wa 1-bilād al-sāhiliyya) font en effet directement allusion aux victoires décisives remportées par al-Malik al-Ashraf dès 690/1291  la prise de Saint Jean d'Acre, suivie en cascade par celles de Tartous, Sidon, Tyr et Beyrouth, qui mettaient fin à la présence des croisés au Proche-Orient et concluaient ainsi l'œuvre de reconquête entreprise par Saladin un siècle auparavant et reprise par les sultans mamelouks, Baybars et Qalâwün en particulier. La mention des Arméniens semblerait de même, à première vue, se rapporter à la campagne que le sultan entreprit en 691/1292 sur le haut Euphrate, au cours de laquelle il réussit à s'emparer de la puissante forteresse de Qal'at al-Rūm, tenue par les Arméniens depuis 1150, et à faire prisonnier le Catholikos ; néanmoins, il paraît impossible de dater la rédaction de la titulature après cette expédition. En effet, dès son retour de Qal'at al-Rûm, le sultan révoqua l'émir Shams al-din Qarasunqur de son poste de gouverneur d'Alep (Maqrizi, p. 141 Jazari, p. 92)  l'inscription, qui le mentionne encore dans cette charge, était donc achevée à ce moment, ce qui implique qu'elle avait été composée bien avant et que la victoire sur les Arméniens n'y avait encore qu'une valeur programmatique5. Cela est d'autant plus vraisemblable qu'al-Malik al-Ashraf ne pouvait non plus se prévaloir d'aucun succès sur les Mongols à cette date, contrairement à ce que la mention des « Tatars » laisserait penser  la dernière victoire était celle que Qalāwīn avait remportée à Homs en 680/1281. Cependant, c'est bien à la lumière de l'extermination annoncée des Mongols que toute cette partie de l'inscription doit être lue, comme on peut s'en rendre compte en se référant aux textes des chroniqueurs de cette période.

13On sait en effet quel traumatisme l'invasion de l'ilkhan Hülegü et la chute du califat abbasside de Bagdad ont représenté pour l'islam oriental, soudainement privé de l'institution et de la capitale qui, en dépit de toutes les vicissitudes, incarnaient la permanence d'une tradition religieuse, politique et culturelle. Il se sentit pris en tenaille entre les forces hostiles des Francs, des Arméniens et des Mongols dont la conjonction, à la fois militaire et religieuse (les Mongols étant dans un premier temps plus réceptifs au christianisme qu'à l'islam), semblait constituer une menace qui pouvait devenir fatale. Quels qu'aient été les succès remportés par Baybars et Qalāwūn lors de leurs campagnes répétées, les victoires d'al-Malik al-Ashraf Khalil étaient celles qui brisaiènt définitivement cet encerclement aussi bien stratégique que psychologique. L'élimination des dernières places fortes franques, qui résistaient depuis l'époque de Saladin, la prise de Qal'at al-Rūm qui, d'abord aux mains des comtes d'Édesse, puis du patriarche arménien, avait jusque-là nargué tous les assauts (le dernier en date étant celui de Qalāwûn en 1280), frappèrent d'autant plus les esprits qu'elles se succédaient à un rythme extrêmement rapide  en deux ans, le nouveau sultan réussissait là où ses prédécesseurs avaient peiné ou échoué pendant des décennies, et restaurait l'intégrité territoriale du Dār al-islām dans les régions où elle avait été la plus entamée depuis deux siècles. Il existe de nombreux témoignages de cet état d'esprit, dès les premières victoires. Ainsi, peu après la prise de Saint-Jean d'Acre, on trouva dans une église de la ville un sarcophage de marbre rouge sur lequel était fixée une plaque de plomb portant une inscription « en lettres romaines ». L'émir 'Alam al-dïn Sanjar al-Dawādāri, un des grands officiers mamelouks qui avait accompli à plusieurs reprises des missions de confiance pour le sultan Qalāwūn (Maqrizi, p. 21, 30, 37, 41, 43), s'empara du document et se chargea de le faire « traduire »  ce qui n'était sans doute qu'une épitaphe grecque ordinaire devint ainsi une glorieuse prophétie de conquête (ibid., p. 126)

« Cette contrée sera foulée par des hommes appartenant à la nation d'un prophète arabe, auteur d'une religion qui domptera tous ses ennemis. Sa religion sera la plus importante de toutes les religions du monde  son peuple subjuguera toutes les provinces qui composent l'Empire de Perse, toutes les nations soumises à celui de Rome. Vers l'an 700, cette nation conquerra tous les pays habités par les Francs et ruinera les églises. »

14Il n'est donc pas surprenant que des prémices si éclatantes aient fait naître l'espoir d'une reconquête aussi rapide de l'Irak tombé au pouvoir des Mongols. Le projet semble en être apparu dès 690/1291 des préparatifs furent entrepris à Damas cette année-là (Jazari, p. 45), et une khatma (cérémonie publique de lecture intégrale du Coran) solennelle eut lieu au Caire près du mausolée de Qalāwūn, où le calife prononça en présence du sultan un sermon (khutba) très éloquent dans lequel il recommandait fortement la conquête de l'Irak (Maqrizi, p. 139). Mais c'est la prise de Qal'at al-Rûm qui l'autorisait concrètement. Dans les missives triomphales que le sultan envoya aux autorités des villes et forteresses de Syrie pour annoncer sa victoire, celle-ci apparaît clairement comme le prélude à de plus vastes opérations

  • 6  Nuwayrî, ms. Leyde, fol. 58, cité par Honigman  une autre lettre du sultan, adressée au grand cadi (...)

« Le chemin nous est ouvert pour la conquête de tout l'Orient, de l'Asie mineure et de l'Irak, si bien que, avec la volonté de Dieu, nous deviendrons les maîtres de tous les pays, depuis le Levant jusqu'au Couchant. »6

15Et lorsque l'ilkhan Geikhetü, petit-fils de Hülegü, prétendit se faire livrer Alep et la Syrie en 692/1293, al-Malik al-Ashraf répondit qu'il projetait lui-même de reprendre Bagdad pour y rétablir la capitale de l'islam et saisissait cette occasion pour entrer en guerre contre les Mongols  il entama aussitôt des préparatifs militaires (Maqrizi, p. 150). En même temps, le sultan recevait des hommages exceptionnels qui paraissent anticiper sur cette reconquête, par exemple lors de son entrée à Damas après sa victoire sur les Arméniens (Jazari, p. 88)

« On étendit des étoffes sous les pieds de son cheval, comme c'était la coutume lorsqu'il arrivait d'Egypte  mais les habitants de Damas n'avaient point coutume d'agir ainsi quand le sultan revenait de la direction de l'Orient c'était seulement quand il revenait d'Egypte qu'on lui étendait des étoffes. On ne l'avait pas fait pour son père Qalāwūn quand il était revenu de Homs après avoir écrasé les Mongols en 680 ni pour Baybars, en 675, alors qu'il venait d'assujettir le pays de Rūm et d'écraser les Mongols... C'était le vizir Ibn al-Sal'ūs qui avait pris l'initiative de cette innovation. »

16Innovation tout à fait significative, et pleinement consciente des ambitions du souverain, car elle marque bien la distance entre son triomphe, annonciateur d'offensives futures, et ceux que ses prédécesseurs avaient obtenus à la suite de victoires strictement défensives  cette inversion des signes — accueillir le sultan à son retour d'Orient avec les manifestations de bienvenue qui accompagnaient ordinairement son arrivée du Caire — revenait en effet à agir comme si le centre de l'Empire était d'ores et déjà, au moins idéalement, revenu à l'Est, à Bagdad.

17Les deux parties de l'inscription d'Alep qui s'articulent autour de la mention d'Alexandre sont donc nettement différenciées par le rapport au temps et à l'espace qui les caractérise  la première, plus générale, se réfère à une tradition, à des modèles du passé islamique pour les réactualiser, et concerne les affaires (politiques, juridiques, religieuses) du souverain à l'intérieur de son royaume, ou sa tâche de défenseur des frontières  l'autre, beaucoup plus personnalisée, se réfère au présent et plus encore au futur immédiat, à un programme en cours d'accomplissement, qui est l'action conquérante du sultan vers l'extérieur, hors des frontières dont il avait hérité. On peut donc comprendre les deux derniers qualificatifs  vivificateur du noble empire des Abbassides (muhyi al-dawla al-sharifa al-'abbâsiyya), protecteur de la religion de Muhammad (nāsir al-millat al-muhammadiyya), non comme une simple allusion à l'installation des Abbassides au Caire sous la protection des Mamelouks, qui appartenait à un passé, à une époque de repli défensif que le nouveau sultan entendait clore par ses offensives, mais bien comme une proclamation du but ultime des succès obtenus ou anticipés par le sultan : la restauration du califat de Bagdad et de l'unité politique de l'islam.

  • 7  Où il était en conflit avec le roi du Yémen  en 691/1292 et 692/1293, la khutba fut prononcée à La (...)

18Les analogies entre al-Malik al-Ashraf et Alexandre sont dès lors explicites  comme le conquérant légendaire qui parcourut et soumit tous les pays jusqu'aux extrémités orientales et occidentales de la terre, le sultan se représente volant de victoire en victoire à l'Ouest, au Nord, au Sud où il rétablit son autorité sur La Mecque7, et bientôt à l'Est — ce qui donne aussi son sens au choix d'Alep, point de départ de la reconquête de l'Irak, pour se proclamer « nouvel Alexandre ». Même l'affaire de la « tablette prophétique d'Acre » présente une ressemblance troublante avec un épisode bien connu de la Vie d'Alexandre de Plutarque, peu avant la grande bataille d'Issos (XVII, 4) : en Lycie, une source déborda alors qu'Alexandre traversait la région dans sa marche vers l'Est :

« il rejeta une tablette de bronze qui portait des caractères archaïques, où l'on voyait écrit que l'Empire des Perses allait finir, détruit par les Grecs. Exalté par cette prédiction, Alexandre se hâta de nettoyer le littoral jusqu'à la Phénicie et la Cilicie. »

  • 8  En particulier dans les légendes sur la fondation d'Alexandrie et sur les confins du monde (Polign (...)

19Assurément, les porteurs de bonnes nouvelles sont toujours mieux entendus des princes  la rédaction sans risque d'une prophétie partiellement post eventum était pour l'émir al-Dawādāri une bonne carte à jouer pour conforter sa position auprès du nouveau sultan, et la connaissance de Plutarque n'était pas absolument nécessaire pour recourir au stratagème de la traduction d'une inscription antique. Mais la légende d'Alexandre était riche en découvertes d'avertissements en tous genres inscrits sur des monuments8, et on ne peut pas exclure totalement l'idée d'une comparaison avec le conquérant dans cet épisode.

  • 9  BnF, ms Arabe 6598, qui contient plusieurs traités de ce style, sans doute fortement influencés pa (...)

20On ne saurait cependant saisir toutes les implications, et l'une des raisons essentielles de ce recours au souvenir d'Alexandre, sans prendre en considération le regain d'inquiétudes eschatologiques que déclencha l'irruption des Mongols. Comme la plupart des peuples envahisseurs depuis l'Antiquité tardive, ceux-ci furent en effet identifiés à leur tour aux peuples impurs de Gog et Magog dont le déferlement sauvage annoncerait la fin des temps, et que le Dhū 1-Qarnayn du Coran avait enfermés derrière une haute barrière de fer et d'airain pour les contenir jusqu'au jour où Dieu les laisserait pratiquer une brèche et se répandre sur le monde (Coran, La Caverne, 18, 93-98). Cette identification influença les Mongols eux-mêmes  dans les illustrations du Shāh-nāma « Demotte », la représentation de Gog et Magog évoque les Mongols nomades (Hillenbrand, 1996, p. 218), et dans l'Histoire universelle que Rashîd al-din composa au début du XIVe siècle pour l'ilkhan Ghâzân, le procédé qui permet au peuple mongol de sortir de la vallée escarpée où il était enfermé (la fusion d'une montagne de fer) est l'exacte réplique inversée de la construction du mur de Gog et Magog (Boyle, 1975, p. 269). La diffusion d'angoisses millénaristes est donc perceptible en Syrie et en Egypte à cette époque. Fondée sur la très ancienne croyance de la division de l'histoire humaine en millénaires ou cycles d'égale durée, fondamentale dans le mazdéisme mais aussi dans l'apocalypse syriaque du Pseudo-Méthode, et sans doute dans tous les milieux musulmans qui vivaient le temps sur le mode de l'attente (Anderson, 1932, p. 44 Hultgärd, 1992), l'idée que le cycle historique de l'islam ne durerait que 900 ou 999 ans se trouve exprimée dans plusieurs opuscules de la période9. L'un d'eux, rédigé à Alep, prend le sac de la ville en 658/1260 comme date charnière  chaque cycle en effet, pouvait être lui-même divisé en une phase d'essor, une phase de stabilité et une phase de déclin, de durées égales, comme l'atteste une tradition similaire qui voulait que la ville d'Alexandrie ait été bâtie en 300 ans, qu'elle ait prospéré pendant 300 ans, et qu'elle ait été détruite en 300 ans (Ibn 'Abd al-Hakam, p. 42  Ibn al-Faqih, p. 87).

  • 10  Je remercie le père Michel Lagarde (PISAI, Rome) pour cette référence. Pour Alexandre et Gog et Ma (...)

21Il ne fait dès lors guère de doute que le recours à la figure d'Alexandre par les sultans mamelouks dans la seconde moitié du XIIIe siècle, et tout particulièrement par al-Malik al-Ashraf Khalil, était déterminé par la forte connotation eschatologique du personnage. Le thème de l'enfermement des peuples barbares derrière une porte lointaine était depuis l'Antiquité associé à la légende du conquérant dont il était un des exploits accomplis aux limites du monde (Anderson, 1932, p. 8)  il constituait de ce fait un de ses points communs et un des arguments de son identification avec le « Bicornu » du Coran, identification qui est encore présentée comme première proposition dans le commentaire coranique de Fakhr al-din al-Rāzi (Rāzi, Tafsir, p. 21, 164-165)10. Les paroles mêmes avec lesquelles le sultan annonça ses ambitions conquérantes  « avec la volonté de Dieu, nous deviendrons les maîtres de tous les pays, depuis le Levant jusqu'au Couchant », résonnent comme un écho des versets du Coran consacrés à Dhü 1-Qarnayn, qui reçut de Dieu le pouvoir sur la terre entière et la parcourut de l'extrême Ouest à l'extrême Est (Coran, La Caverne, 18, 85-90). S'apprêtant à chasser les Mongols, « nouveaux Gog et Magog », al-Malik al-Ashraf se proclama « nouvel Alexandre » en jouant sur l'ambiguïté constante d'un héros qui pouvait passer à la fois pour identique au Bicornu coranique et distinct de lui, et qui se trouvait ainsi à la charnière de l'histoire des grands conquérants et de l'histoire des prophètes et envoyés de Dieu (Polignac, 1996). Prendre Alexandre pour modèle, ce n'était pas seulement afficher des visées de conquête universelle, mais également se donner les moyens d'insérer ces conquêtes dans la perspective eschatologique de l'accomplissement d'un plan divin dont dépendait la venue des temps derniers et du jour du Jugement. De même que Dhü 1-Qarnayn, dans le Coran, inaugure un cycle prophétique en unifiant et en clôturant l'espace terrestre préparé pour la Révélation, ainsi la restauration du califat de Bagdad serait-elle apparue comme l'ouverture d'un nouveau cycle historique dans l'espace réunifié de l'islam, dont al-Malik al-Ashraf Khalil aurait été le champion.

22Mais il est des imitations qui dépassent le but qu'on leur assigne  assassiné au début de l'année 1294, al-Malik al-Ashraf, à l'instar de son illustre modèle, ne règna que brièvement et ne put entreprendre toutes les vastes conquêtes qu'il projetait. Le portrait que Maqrïzï (p. 153) a brossé de lui mérite quelque attention :

« Le monarque, malgré l'impétuosité de son caractère, se distinguait par le charme de sa conversation et montrait, dans ses entretiens avec les gens de lettres, un esprit supérieur, un talent plein de finesse. Il n'apostillait jamais un écrit sans l'avoir lu en entier et il ne manquait pas d'y faire toutes les corrections qui lui paraissaient convenables. Toutefois, vers la fin de sa vie, mû par un sentiment d'orgueil, il ne signait plus de son nom, se contentant d'en écrire la première lettre. »

  • 11  Outre les épisodes déjà mentionnés, plusieurs anecdotes trahissent l'idée particulièrement élevée (...)

23Impétuosité, culture, orgueil de plus en plus débridé11  ces traits conviendraient aussi bien à un portrait d'Alexandre lui-même, et expliquent les succès rapides du sultan autant que la multiplication des complots qui ponctuèrent son règne et en accélérèrent la fin. L'accent mis sur l'érudition et la finesse lettrée du souverain le distingue à nouveau de ses prédécesseurs, par exemple d'un Qalāwūn dont Maqrizi rapporte qu'il « parlait élégamment la langue des Turcs, mais savait fort peu d'arabe », et le rapproche en revanche d'un autre passionné d'Alexandre  l'ilkhan Abu Sa'id, le commanditaire du Grand Shāh-nāma mongol, dont les talents poétiques et l'ample culture tranchaient également sur le caractère plus fruste des souverains précédents (Hillenbrand, 1996, p. 216). Pour l'un comme pour l'autre, l'érudition personnelle joua sans doute un rôle important non pas dans la décision de recourir au souvenir du conquérant pour soutenir leurs propres entreprises, puisque d'autres l'avaient fait avant eux, mais dans l'union de la pertinence de l'idée à la précision de la forme, dans l'alliance d'efficacité et d'élégance, pour tout dire dans l'esthétique qu'ils surent donner au choix du moment, du lieu et du moyen d'expression de ce recours. Al-Malik al-Ashraf ne devint pas, comme Baybars, le héros d'un Roman populaire  mais le grand bastion de la citadelle d'Alep porte aujourd'hui encore le témoignage particulièrement éloquent des ambitions d'un « nouvel Alexandre » que l'inachèvement de ses projets, bien plus que ses exploits, rapproche en définitive de son modèle.

Haut de page

Bibliographie

1. Sources publiées

IBN 'ABD AL-HAKAM, 1922, Ch. Torrey (éd.), Futūh Misr. The History of the Conquest of Egypt, New Haven, Yale Oriental Series, 3.

IBN 'ABD AL-FAQÏH, 1973, H. Massé (trad.), Abrégé du Livre des Pays, Paris.

IBN ABIL FADAIL, 1920, E. Blochet (éd.), Histoire des sultans mamelouks, Patrologia Orientalis, XIV.

AL-JAZARI, 1949, J. Sauvaget (trad.), La chronique de Damas d'al-Jazari, Paris.

MAQRIZI, 1840, Quatremère (trad.), Kitāb al-sulūk li ma'rifat duwal al-mulūk. Histoire des sultans mamelouks de l'Égypte, II, vol. 1.

2. Études

ANDERSON, A.R., 1932, Alexander's Gate, Gog and Magog, and the inclosed nations, Cambridge, Mass.

AYALON, D., 1977, Studies on the Mamluks of Egypt, Londres, Variorum Reprints.

BOYLE, J.A., 1975, “The Alexander Romance in Central Asia”, Zentralasiatische Studien, 9, p. 265-271.

COHEN, M. et al., 1943, Répertoire chronologique d'épigraphie arabe, E. Combe, J. Sauvaget et G. Wiet (dir.), Le Caire, vol. XII.

ÉLISSEEFF, N., 1953-4, « La titulature de Nûr ad Dïn d'après ses inscriptions », Bulletin d'Études Orientales, 14, p. 155-196.

1967, Nūr ad-Din, un grand prince musulman de Syrie au temps des Croisades (511-569/1 U8-lÏ74), Damas, IFEAD.

HERZFELD, E., 1954-55, Matériaux pour un Corpus Inscriptionum Arabicarum, Syrie du Nord 1/1, Le Caire (MIFAO, 76).

HILLENBRAND, R., 1996, “The Iskandar Cycle in the Great Mongol Šāh-nāma”, dans M. Bridges, J.Ch. Bürgel (dir.), The Problematics of Power. Eastern and Western Representations of Alexander the Great, Berne, Peter Lang, p. 203-229.

HOLT, P.M., 1980, “The virtuous ruler in thirteenth-century mamluk royal biographies”,Nottingham Medieval Studies, 24, p. 27-35.

HONIGMAN, E. [BOSWORTH, CE.], « Rum Kal'esi », dans EI, VIII.

HULTGÄRD, A., 1992, « Mythe et histoire dans l'Iran ancien  cosmologie et histoire du monde », dans From Mazdeism to Sufism. Recurrent Patterns in Iranian Religions, Paris, p. 37-55.

KAPPLER, Cl., 1996, « Alexandre dans le Shah Nama de Firdousi », dans M. Bridges, J. Ch. Biirgel (dir.), The Problematics of Power. Eastern and Western Representations of Alexander the Great, Berne, Peter Lang, p. 165-190.

MELIKIAN-CHIRVANI, A. S., 1991, « Le Livre des Rois, miroir du destin. II. Takht-e Soleymân et la symbolique du Shah-Name », Studia Iranica, 20, p. 33-148.

POLIGNAC, F. de, 1982, « L'image d'Alexandre dans la littérature arabe », Arabica, 29, p. 296-306.

1987, « L'imaginaire arabe et le mythe de la fondation légitime », dans R. Ilbert (dir.), Alexandrie entre deux mondes, REMMM, 46, p. 55-62.

1996, « Cosmocrator. L'Islam et la légende antique du souverain universel », dans M. Bridges, J.Ch. Biirgel (dir.), The Problematics of Power. Eastern and Western Representations of Alexander the Great, Berne, Peter Lang, p. 149-164.

SAUVAGET, J., 1941, Alep. Essai sur le développement d'une grande ville syrienne des origines au milieu du 19e siècle, 2 vol., Paris.

VAN BERCHEM, M., 1903, Matériaux pour un Corpus Inscriptionum Arabicarum, Égypte, I, Le Caire (MIFAO).

Haut de page

Notes

1  La traduction présentée ici diffère de celle d'Ernst Herzfeld sur quelques points où je reprends la terminologie utilisée par Élisséeff dans son étude de la titulature de Nûr al-din (Élisséeff, 1953-54).

2  Coran, Le Fer, 57, 16.

3  Quelques années après al-Malik al-Ashraf Khalil, le sultan Muhammad b. Qalâwûn utilisa à son tour le titre dans son protocole, mais apparemment pas sur ses inscriptions.

4  Le phénomène est sensible dès la fin du XIIIe siècle dans le palais de Takht-i Suleymân, décoré de scènes tirées du Shāh-nāma (Mélikian-Chirvani, 1991).

5  La restauration de la citadelle s'était achevée en 690/1291, et la gravure de l'inscription directement sur les pierres de la façade, et non sur des blocs rapportés, qui dut prendre un certain temps, ne permettait aucune « retouche ».

6  Nuwayrî, ms. Leyde, fol. 58, cité par Honigman  une autre lettre du sultan, adressée au grand cadi de Damas (Nuwayri, B.N. ms. arabe 1579, fol. 101), est reproduite dans Jazari, appendice I. On retrouve mention de ces lettres et des manifestations qui suivirent dans Ibn Abil Fadail (p. 552-553).

7  Où il était en conflit avec le roi du Yémen  en 691/1292 et 692/1293, la khutba fut prononcée à La Mecque au nom du sultan et non plus du roi (Maqrizi, 1840, p. 145, 149).

8  En particulier dans les légendes sur la fondation d'Alexandrie et sur les confins du monde (Polignac, 1987 et 1996).

9  BnF, ms Arabe 6598, qui contient plusieurs traités de ce style, sans doute fortement influencés par la conception chiite du temps. Van Berchem, p. 603 et 710, avait relevé le caractère originellement chiite des expressions en al-zamān, exprimant l'idée de l'existence d'un imam propre à chaque période historique, et voyait dans le soufisme égyptien le biais par lequel les titres d'abord religieux formés sur ce modèle avaient fini par pénétrer jusque dans le protocole de souverains sunnites.

10  Je remercie le père Michel Lagarde (PISAI, Rome) pour cette référence. Pour Alexandre et Gog et Magog, voir dans ce volume le dossier à propos du texte du Cihān-Nüma présenté par J.-L. Bacqué-Grammont. On peut se demander également si une relation a pu exister entre la présence d'un oratoire d'al-Khidr, autre maître des passages, gardien des seuils et guide initiatique associé à la légende d'Alexandre (par exemple dans la quête de la source de vie), dans le même bastion de la citadelle d'Alep, près de la dernière porte, et la portée eschatologique de la mention du conquérant dans l'inscription de la façade.

11  Outre les épisodes déjà mentionnés, plusieurs anecdotes trahissent l'idée particulièrement élevée que ce souverain grisé par ses succès avait de lui-même  ainsi, lors de l'un de ses départs de Damas, tous les commerçants durent se placer à la sortie de la ville avec un cierge qu'ils allumèrent au moment où le sultan monta à cheval  «  c'était là une chose que nul souverain n'avait faite jusque-là » (Jazari, p. 102).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François de Polignac, « Un « nouvel Alexandre » mamelouk, al-Malik al-Ashraf Khalïl et le regain eschatologique du XIIIe siècle », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 89-90 | juillet 2000, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 25 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/273

Haut de page

Auteur

François de Polignac

C.N.R.S., Paris.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page