Navigation – Plan du site
III. Compromis sociaux et configurations d'acteurs

Travail et déni de travail : les Palestiniens de Tripoli et des camps de réfugiés (Nahr al Bared, Beddawi) au Nord du Liban

Work and denial of work: Palestinians in Tripoli and in Northern Lebanon refugee camps
Souha Tarraf-Najib
p. 283-305

Résumés

Que signifie aujourd’hui être Palestinien au Liban ? À partir de cette question, l’étude présente de façon synthétique la situation sociale, politique et économique des réfugiés palestiniens au Liban, qui habitent encore en majorité dans des “camps”, depuis 1948. D’une période de relative sécurité sociale, économique et politique, durant les “années OLP” (1969-82), la population palestinienne du Liban est passée après 1982 et plus encore après 1993 (accords d’Oslo), à une réelle insécurité à tous points de vue, travail, santé, etc. Marginalisés voire rejetés par la société et l’establishment libanais, soumis à la forte concurrence d’une main-d’oeuvre étrangère très présente dans le marché du travail libanais, les Palestiniens du Liban sont dans l’impasse.

Haut de page

Texte intégral

« Tu verras, les soldats disparaîtront du paysage, nous serons librement chez nous, l’air sentira différemment. Mais il faut parler bas. A côté, il y a ceux de Jérusalem, ceux qui vivent dans les camps depuis 1967. Plus loin, ceux de 1948, réfugiés à Gaza, au Liban, en Syrie, en Jordanie, les vrais dépositaires du sentiment. On préférerait pour l’instant ne pas croiser leur regard. (…)

Pour l’instant, on reste dans l’entre-deux, épuisés, incrédules, contents, dans la seconde interminable où il est donné aux Palestiniens ce sentiment simple, désespérément attendu, d’être enfin admis au monde. (…)
À celui qui prétend qu’on laisse tomber les réfugiés de 1948, je réponds qu’on ne les aidera pas plus en s’enfonçant avec eux. A celui qui croit que la Palestine sera l’entremetteur d’Israël, je réponds que si le monde arabe est une putain, il n’a pas besoin de maquereau. Voilà, c’est tout ».
Sélim NASSIB, « Palestine, état d’esprit » (Le Monde Diplomatique, décembre 1993)

  • 1 Depuis la fameuse visite musclée et provocatrice d’A. Sharon sur l’Esplanade des Mosquées à Jérusal (...)
  • 2 384 918 personnes de nationalité palestinienne étaient enregistrées à l’UNRWA à la fin de l’année 2 (...)
  • 3 Du Président E. Lahoud au premier-ministre R. Hariri et au leader du Hezbollah (Sayyid Hassan Nasra (...)

1Ces lignes écrites par S. Nassib après la signature des accords d’Oslo en 1993 semblent d’un autre temps. L’air ne sent pas différemment ni à Gaza, ni à Ramallah, ni à Jénine, il est de plus en plus oppressant et irrespirable dans les territoires palestiniens, d’opérations militaires israéliennes en attentats, représailles et autres assassinats « ciblés »1. Quant à « ceux de 1948 » qui vivent au Liban, leur situation est « lamentable », leurs camps sont des « brûlots »…ce pays qui sort de 15 ans de guerres « n’a pas à payer le prix » (de l’un des plus douloureux aspects) du conflit israélo-palestinien en offrant la naturalisation aux quelques 400 000 réfugiés présents sur son territoire2, son équilibre confessionnel en pâtirait : telle est la position des officiels libanais3 (El Azzi, 2003). Les Palestiniens sont tolérés mais pas intégrés à la société et à l’espace libanais (Ugland, 2003) et la politique du spatial containment (Haddad, 2003) est la plus ou « la mieux » pratiquée au Liban, parmi les différents pays arabes d’accueil de populations palestiniennes réfugiées.

2Dès son retrait de la scène libanaise en 1982 puis de manière encore accentuée avec le début des discussions de Madrid (1991) - initiées au lendemain de la première guerre américaine en Irak - l’OLP (Organisation pour la Libération de la Palestine) s’était presque totalement déchargée de sa responsabilité d’assistance matérielle et sociale des Palestiniens du Liban. Et depuis la signature des accords d’Oslo en 1993, l’UNRWA (United Nations for Relief and Works Agency in the Near East), l’organisme des Nations-Unies chargé depuis 1949 d’apporter aide et assistance aux populations civiles palestiniennes «provisoirement réfugiées», voit régulièrement baisser son budget pour le Liban.

  • 4 Voir le mémoire de DEA de Krista Armstrong, en cours de préparation à l’IREMAM (Aix en Provence) so (...)
  • 5 Délivrée par la Direction des Affaires Palestiniennes hébergée dès sa création en 1959 dans les loc (...)

3Dans un tel contexte, à partir du début des années 1980 et plus encore dans les années 1990, le soutien d’ONG locales (palestiniennes) et internationales devient indispensable pour une population qui doit faire face à des problèmes matériels et sociaux de plus en plus délicats4. Au cours de cette période, les possibilités de travailler hors de l’espace des camps de manière légale se sont considérablement réduites, au point qu’il est aujourd’hui interdit à tout porteur de la carte de réfugié5 de travailler au “Liban” sans une autorisation de travail en bonne et due forme, délivrée au compte-gouttes aux Palestiniens. Trouver un emploi dans des conditions salariales décentes devient une gageure ; les Palestiniens sont le plus souvent contraints d’accepter d’être engagés “au noir”, d’être sous-payés, de ne pas être pris en charge par un système de sécurité sociale ou de protection syndicale et de rester dans l’impossibilité de toute plainte, de tout recours… ou bien de se replier dans leurs espaces-camps (où les possibilités de revenus sont limitées) et de compter éventuellement sur les envois d’argent de parents vivant dans des pays occidentaux ou dans l’un des États du Golfe. Le seul droit qui ne leur soit pas (encore) contesté est celui de résider dans les camps.

4Ainsi, même enregistrés à l’UNRWA, les Palestiniens réfugiés au Liban ne bénéficient pas de protection sociale, encore moins d’un statut juridique reconnu internationalement : ils n’ont pas le statut de réfugié défini par la convention de Genève (1951), que le Liban refuse toujours de ratifier (Rapport de la FIDH, 2003). Au nom du principe de réciprocité, ils ne bénéficient pas de droits civiques égaux et reconnus (puisque l’État palestinien n’existe pas). Récemment, une loi sur la propriété a été votée au Liban (loi n° 296 du 3/4/2001), déniant aux Palestiniens la possibilité d’acquérir des biens immobiliers. Et dans le domaine du travail, les arrêtés ministériels empêchant quasiment les étrangers d’origine palestinienne de trouver un emploi légal au Liban sont régulièrement mis à jour (voir annexes).

5C’est dans ce domaine de l’emploi que se manifeste de manière évidente l’encadrement (enfermement) juridique de la résidence des Palestiniens au Liban. La question du travail ou plus précisément du déni de travail, tel que nous proposons de l’aborder dans ce texte, nous permettra en effet de lire selon une perspective socio-historique les différents niveaux d’insécurité auxquels devront faire face peu à peu les Palestiniens réfugiés au Liban. Un terme qualifie précisément la situation dans laquelle se trouvent maintenus les Palestiniens du Liban aujourd’hui : insécurité. Il s’agit d’une insécurité plurielle : juridique, économique, politique et sociale, qui se traduit par une marginalisation de plus en plus poussée, « crue », des réfugiés de 1948 et de leurs descendants.

6Au total, au regard de la question du travail et de la protection sociale, les Palestiniens du Liban représentent le cas particulier d’une population à la fois étrangère (au pays d’accueil) – juridiquement classée sous la catégorie générale “étrangers”, sans droits civiques et en tout cas sans la protection d’un pays d’origine – et qui, en outre, prend de plein fouet l’aggravation du chômage et de la précarité. D’une part, la concurrence est en effet de plus en plus sévère sur le marché du travail pour les emplois sous qualifiés employant d’autres populations étrangères, les Syriens, Sri-Lankais, Pakistanais, Africains, etc. ; d’autre part, la situation économique du pays d’accueil, le Liban, plus d’une fois au bord de la banqueroute depuis sa sortie de guerre en 1990, est incertaine.

7Au cours des enquêtes effectuées à l’automne 2003 dans les deux camps du nord du Liban (Nahr al-Bared et Beddawi) et dans un quartier de la ville de Tripoli (Abi Samra), une interrogation principale nous guidait : que peut signifier aujourd’hui au Liban être Palestinien et travailler ? Cette question a été laissée volontairement ouverte : en priorité, nous avons voulu éviter de tracer un tableau économique et social à gros traits, alors forcément un peu misérabiliste, sur la situation actuelle des Palestiniens au Liban - même si tout semble orienter vers l’impasse ou le containment territorial, politique, social, économique, voire culturel.

8Quelques interrogations précisaient notre question de départ :

  • comment fait-on, lorsque l’on est Palestinien et souvent très qualifié professionnellement pour trouver un emploi au Liban ?

  • quelles sont les principales possibilités de travail, dans quels lieux (dans, hors du camp), quels types d’entreprises et dans quelles conditions (salaire, couverture sociale, cotisation pour la retraite…) ?

  • en quoi les structures d’encadrement et de « fonctionnement » (écoles, dispensaires et centres de soins, instituts, ONG, etc. dépendant ou non de l’UNRWA) de la société palestinienne vivant dans les camps peuvent-elles aider les demandeurs d’emploi ? Plus largement, en quoi permettent-elles de comprendre comment se gère ou « fonctionne » cette société palestinienne interdite de fait de travail (officiel, légal) et par suite, sans droits civiques et sociaux, en territoire libanais?

9Notre propos est centré sur la question du travail et plus exactement du déni de travail chez les réfugiés palestiniens au Liban, nous en suivrons sur la longue période les évolutions jusqu’aux années actuelles (partie I). Nous suivrons ensuite les stratégies individuelles et collectives des Palestiniens pour « réagir », se réorganiser socialement et matériellement dans un contexte de marginalisation, voire de ghettoïsation, qui se développe à partir de 1982 (partie II).

Des tentes de l’UNRWA à un relatif "welfare" puis à la marginalisation et au rejet : des hôtes encombrants

1948-1969 : « Ni étrangers ni citoyens » : une profonde insécurité sociale accompagne l’installation et le travail des Palestiniens au Liban

10120 à 140 000 Palestiniens entrent au Liban en 1948 : de ces milliers de réfugiés en territoire libanais, « le gouvernement ne savait que faire »… « plus encore, le Liban ne savait qu’en penser (…) [mais il] prenait conscience (…) du fait que son équilibre démographique autant que politique était déjà mis en péril » (Tuéni, 2003 : 188).

11Dans la pratique, « les autorités libanaises “communautarisent” les réfugiés palestiniens, en installant de préférence les familles chrétiennes dans deux camps de la banlieue nord de la capitale, Dbayé et Jisr el-Bacha » (Picard, 1988 : 130). Et en accordant par décret présidentiel la naturalisation à la grande majorité de ceux qui sont de religion chrétienne – 10% environ de l’ensemble des Palestiniens du Liban - dès le mandat du président Camille Chamoun (1952-58) puis encore sous le général Fouad Chéhab (1958-64). Ainsi dès les années 1960, la question des Palestiniens du Liban devient implicitement celle de musulmans (sunnites) palestiniens - même si « l’affaire de l’Intra montre la méfiance, voire l’hostilité, que soulève souvent l’installation au Liban des Palestiniens, fussent-ils frères dans l’arabité et dans la confession religieuse » (Picard, 1988 : 131) (voir Ben Mahmoud, 2002); et même si un certain nombre de réfugiés sunnites mais aisés, souvent issus de la bourgeoisie urbaine palestinienne, sont eux aussi naturalisés.

12Une partie de cette nouvelle population d’immigrants réfugiés – qui fait suite à l’entrée au Liban de groupes d’immigrants arméniens et kurdes au cours des années 1920-1930 – est originaire de quelques villes côtières palestiniennes (Haïfa principalement), mais les plus nombreux viennent de la région agricole du nord de la Galilée (Jalîl). Ces familles de paysans se sont rapidement trouvées dans la nécessité absolue de travailler, les hommes comme les femmes, quel que soit le salaire qu’on voulait bien leur payer. L’aide financière directement versée par l’UNRWA (6 dollars US/mois/personne) était en effet dérisoire pour subvenir ne serait-ce qu’aux besoins vitaux immédiats des familles nombreuses vivant sous les tentes, les premières années (Sayegh, 1980 : 141).

13D’un point de vue purement économique, le Liban n’a pas eu à souffrir de l’arrivée de la nouvelle main-d’œuvre palestinienne massive et peu coûteuse dans les domaines de l’industrie et des services en plein développement au cours des années 1960 ou encore dans les travaux agricoles ; d’autant plus qu’en ville s’est installé un important nombre de familles venues avec leurs capitaux à investir.

14Et pourtant :

« [Dès] 1951, des restrictions furent introduites dans le droit du travail libanais concernant l’emploi des étrangers et tout particulièrement des réfugiés palestiniens. Ceux-ci continuèrent toutefois de bénéficier de conditions préférentielles, notamment du droit implicite de travailler sans permis, jusqu’en 1962. À partir de cette date, les réfugiés palestiniens perdirent ce statut spécial et furent considérés comme les autres étrangers en regard du droit du travail. Leur occupation d’un emploi se voyait désormais soumise à l’octroi d’un permis de travail » (Destremau, 1993 : 58).

15Mais ce permis est très difficile à obtenir dans les faits : c’est un véritable « parcours du combattant » que doit suivre le demandeur de ce sésame si peu accessible (Sayegh, 1980 : 175, note 40 sur les détails de ce parcours). À partir de 1962, les actifs palestiniens (infirmières, enseignants, employés de commerce, ouvriers du bâtiment, des industries, ouvriers agricoles, etc.) qui n’obtiennent pas de permis de travail sont donc de facto employés de manière illégale « au Liban », avec ce que cela implique notamment en terme de salaires bas.

16Ni étrangers « comme les autres » selon la rhétorique de l’époque ni citoyens (puisque d’emblée les emplois dans tous les établissements et services publics leurs étaient fermés), très tôt, les Palestiniens n’ont plus eu accès légal aux emplois dans les banques, dans l’hôtellerie, dans les grandes entreprises étrangères (ces différents secteurs d’emploi étaient réservés aux Libanais) ainsi que, par exemple, au métier de conducteur de taxi pour lequel il faut être affilié à un syndicat – être Libanais, donc.

17En outre, un système de racket est institué par les employeurs, différents témoignages convergent sur ce point : le montant de la contribution à la sécurité sociale libanaise (fondée en 1963) est déduite des salaires des travailleurs palestiniens, même si ces derniers n’ont pas de permis de travail, sont donc embauchés « au noir » et ne tirent aucun profit de leur contribution forcée (au titre de la réciprocité entre États !).

18Une enquête par sondage effectuée par l’Administration Libanaise des Statistiques en 1971 permet de fixer, à l’orée des années 1970, la situation générale du travail dans les camps : signe d’une précarité chronique, près des deux tiers (58,4 %) des employés palestiniens habitant les camps sont toujours payés à la journée en 1971. Ceux qui bénéficient d’un contrat de travail de longue durée, synonyme d’une certaine sécurité sociale, ne dépassent pas les 8 %.

19La répartition des emplois par secteurs d’activité montre que 21,1 % des employés des camps travaillent encore dans l’agriculture en 1971, 14,4 % dans le commerce et l’hôtellerie, 13,6 % dans le bâtiment et les travaux publics, 11,8 % dans l’industrie et un petit nombre, 2,4 %, dans des entreprises et comme conducteurs de véhicules. Il reste cependant un taux important, 36,7 % de personnes répertoriées dans une large catégorie « autres services » ou « non précisé ». Enfin, dans l’échantillon observé, l’étude n’a comptabilisé que 40 % d’actifs, parmi les personnes en âge de travailler (Sayegh, 1980).

20De manière générale, c’est à la charnière des années 1950 et 1960 (sous la présidence Chéhab) que les Palestiniens ont vu leurs conditions légales de travail se détériorer de façon importante et définitive. Dans le même temps, le contrôle et la sécurité sont resserrés dans les camps – où vivent à cette époque près de la moitié des Palestiniens du Liban - avec l’entrée des services libanais de renseignements (Deuxième Bureau) ; ceux-ci s’ajoutent aux postes libanais de gendarmerie déjà présents dans des espaces-camps (Destremau, 1993) soumis à couvre-feu sévère. L’insécurité sociale se double d’une réelle insécurité politique.

1969-1982 : Une entité sociale-spatiale en voie de reconstruction : la nouvelle extraterritorialité des camps, ou l’OLP en lieu et place de l’État libanais

  • 6 La Résistance palestinienne a créé un nombre important de petits centres de formation à des métiers (...)
  • 7 Un élément est révélateur : la grande institution sunnite de bienfaisance des Maqassed ferme peu à (...)

21Les années soixante sont des années clé pour la cause palestinienne (Francos, 1968) : l’OLP créée en 1964 sous l’égide de la Ligue arabe est rapidement dominée par le courant du Fath de Y. Arafat avec dès 1965 les débuts de la lutte armée au Liban. Avec la signature des accords du Caire en 1969 entre l’OLP et un haut représentant de l’armée libanaise, une nouvelle étape majeure est franchie : l’OLP gère désormais la population des camps dont elle a reçu le contrôle total. Les postes libanais de gendarmerie sont fermés, de même que les bureaux des renseignements libanais. Cette situation d’extraterritorialité des camps sera notamment mise à profit par l’organisation palestinienne pour développer des centres de formation professionnelle - quoique tardivement, au milieu des années 19706 – et pour investir et développer un certain nombre d’activités artisanales, commerciales et de services. L’OLP devient un important employeur pour les Palestiniens, notamment à travers l’institution SAMED (Association des entreprises des fils de martyrs de Palestine) créée en 1970, dans la période même où le monde “libanais” du travail se ferme progressivement aux réfugiés7. SAMED emploie 3500 personnes réparties dans 34 coopératives et ateliers de fabrication de textiles, meubles, produits artisanaux ; il a développé dans les camps un réseau de locaux de commercialisation d’une partie des productions par le biais de coopératives de ventes et a regroupé trois secteurs économiques de production, l’industrie et l’artisanat, l’agriculture, les médias et le cinéma (Zaaroura, 1994 : 37).

22Le Fonds national palestinien est une autre institution majeure créée par l’OLP, directement lié à la gestion financière du quotidien dans les camps du Liban. Plus généralement, ce sont différentes structures sociales, politico-économiques et culturelles qui seront créées et/ou gérées par l’OLP au Liban, elles s’ajoutent à un vaste réseau d’écoles secondaires développé à travers les camps du Liban par la centrale palestinienne qui relaie efficacement les écoles élémentaires de l’UNRWA. La capacité d’accueil des petits élèves des camps par les établissements de l’UNRWA est en effet rapidement devenue insuffisante. Au total,

23« L’OLP avait graduellement pris en charge la totalité des besoins quotidiens et sociaux dans les camps. [Et durant la guerre du Liban] la centrale palestinienne avait assumé les coûts de la reconstruction des camps à chaque fois qu’ils subissaient des destructions, tout comme elle avait financé les infrastructures (puits, réservoirs d’eau potable, générateurs électriques…) » (Salah, 2000 : 9).

  • 8 Salah SALAH est membre du Front Populaire de Libération de la Palestine, FPLP, au sein du Mouvement (...)

24Même s’il est brossé par un homme du sérail8, ce tableau de la situation traduit bien deux éléments majeurs de la vie dans les camps jusqu’à l’invasion israélienne du Liban en 1982 : premier point, l’organisation palestinienne était l’autorité supérieure, en lieu et place de l’État libanais qui s’était retiré des affaires des camps en 1969. Deuxième point : le premier employeur dans les camps était bien l’OLP, la centrale palestinienne y employait près des deux-tiers des personnes actives et assistait littéralement les réfugiés dans tous les aspects de la vie quotidienne, éducation, santé, culture, travail, etc.

25Dans l’ensemble, de 1969 à 1982, une relative sécurisation sociale se conjugue à une relative sécurisation politique.

Depuis 1982 : une population et des espaces-camps mis à la marge, voire rejetés

  • 9 Nous empruntons à R. Sayegh (1994) cette analyse en terme d’étranglement (khanq).

26Le départ pour l’exil à Tunis de Y. Arafat et d’une partie des cadres dirigeants de l’OLP durant l’été 1982 est vécu comme une véritable catastrophe, dramatiquement accentuée par le massacre en septembre de plusieurs milliers de personnes civiles dans les camps de Sabra et Chatila à Beyrouth. L’OLP jouait un rôle de quasi État pour la population palestinienne des camps entre 1969 et 1982 : à ces « années OLP » d’un certain welfare vont succéder des années difficiles, avec une politique d’étranglement économique continue (khanq)9 de la part de l’État libanais, sans parler d’une marginalisation sociale et spatiale qui devient parfois rejet, de la part de la société libanaise. C’est dans cette période que se développent les comités populaires, institutions légitimes qui forment jusqu’à aujourd’hui à la fois le cadre officiel de la quasi-direction civile des camps et qui assurent la médiation indispensable avec l’extérieur, les institutions libanaises notamment.

27SAMED ferme ses portes, suivie par les coopératives de commercialisation, les ateliers de confection textile, les garages de réparation de voitures, les ateliers de travail du fer… Les départs de réfugiés vers l’étranger sont de plus en plus nombreux, les habitants des camps réapprennent à se gérer au quotidien, ce qui veut dire en priorité retrouver un emploi, des rentrées régulières d’argent. Dans ces années 1980 au cours desquelles le Liban en guerre s’enfonce dans la crise économique, l’air n’est plus à la révolution et surtout pas au soutien de la cause palestinienne : non seulement le Liban n’est plus le sanctuaire politique et militaire qu’il a pu être, mais ce pays devient même un pays repoussoir pour les Palestiniens.

  • 10 Dans le but d’asseoir sa suprématie militaire au cœur de ce que Nabih Berri (dirigeant de ce parti (...)

28Dès 1983, l’extraterritorialité n’est plus possible dans les espaces-camps palestiniens dans le Nord, la mainmise militaire et politique syrienne fait suite au retrait forcé d’Arafat, défait après deux mois de combats fratricides. Et elle n’est plus possible dans le sud et à Beyrouth-ouest depuis la guerre lancée par le mouvement Amal (allié des Syriens) contre les camps palestiniens entre 1985 et 198710, en pleine résistance à l’occupation militaire israélienne. Enfin, l’extraterritorialité des camps n’est politiquement plus une réalité dès lors que les accords du Caire ont été dénoncés par le Parlement libanais (1987) ; cela sera très officiellement inscrit dans les accords de Ta’ef (1989), qui marquent un tournant en introduisant des variations dans les équilibres politico confessionnels. À Ta’ef est notamment signé l’arrêt officiel de la guerre au Liban.

  • 11 Même si une institution internationale comme l’UNRWA n’hésite pas à écrire sur son site internet, à (...)
  • 12 Voir en annexe 1 et 2 les textes (traduits de l’arabe) de ces lois, respectivement celle de 1983 (a (...)

29L’effet repoussoir se trouve jusque sur le front de l’emploi : des années 1980 aux années 1990, l’espace de travail légal potentiel des demandeurs d’emploi non-Libanais se réduit comme peau de chagrin spécifiquement pour les personnes de nationalité palestinienne. La politique libanaise révèle en effet une constante historique - quels que soient les gouvernements qui se succèdent – de protection des demandeurs d’emploi libanais du marché du travail versus les non-Libanais, en réalité essentiellement les Palestiniens. Dans les faits et non dans la loi (qui est en l’occurrence une loi non écrite11), le constat est celui d’une marginalisation toujours plus poussée à l’égard des actifs palestiniens, jusqu’au déni. Deux lois viendront limiter de jure, à nouveau, les possibilités d’emploi des étrangers et essentiellement des étrangers palestiniens au sein du marché du travail libanais, d’abord en pleine guerre (décision n°138/1 du 05/04/1983) puis en 1995, au tournant d’une forte récession économique (décision n°621/1 du 15/12/1995)12.

  • 13 Les Syriens constituent de loin la catégorie la plus importante de travailleurs étrangers : dans le (...)

30Les chiffres parlent d’eux-mêmes : durant la décennie 1990, alors que le ministère des Affaires Sociales et du Travail délivre un nombre toujours plus important de permis de travail à d’autres étrangers, les Palestiniens ne se voient pas accorder plus de 300 à 400 (dans le meilleur des « crus » annuels) autorisations légales de travail. Dans le même temps le marché local de l’emploi s’ouvre à des centaines de milliers de personnes d’origine syrienne (qui travaillent sans permis préalable)13, sri lankaise, éthiopienne, philippine, égyptienne, nigériane, etc. dans des « créneaux » auparavant occupés partiellement par la main-d’œuvre palestinienne (ouvriers à la tâche, employées de maison, ouvriers du bâtiment et des travaux publics, ouvriers agricoles, pompistes dans les stations d’essence, gardiens d’immeubles, etc.). S’ajoute un effet direct de la guerre du Golfe (1991) : l’expulsion des travailleurs palestiniens du Koweït. Or un nombre important de Palestiniens du Liban travaillaient dans ce pays et aidaient financièrement leurs familles, leur retour au Liban a signifié à la fois l’arrêt brutal de cette aide financière et l’accroissement du nombre de chômeurs dans les camps (Salah, 2000).

31Selon Al-Madi et Ugland, auteurs des chapitres 5 et 6 d’une récente étude (effectuée au printemps 1999 sur un échantillon de 4000 ménages palestiniens) sur les conditions de vie de la population palestinienne au Liban (Ugland, 2003) : même s’il y a sous-emploi des personnes d’origine palestinienne, y compris celles éduquées et très qualifiées, le chômage dans les camps et les autres lieux de regroupements palestiniens à travers le Liban n’est pas beaucoup plus important que le chômage au Liban en général (p. 128). Les mêmes auteurs soulignent cependant, quelques lignes plus loin, que 37 % des actifs d’origine palestinienne ont moins de 15 ans, un chiffre plus élevé que celui des 28% d’actifs libanais âgés de moins de 15 ans. Ils avancent le chiffre de 17 % de chômage en milieu palestinien au Liban, chiffre qu’ils rapprochent de celui (14 %) du chômage libanais : un Palestinien même très qualifié peut-il aujourd’hui avoir les mêmes exigences en terme d’emploi, de salaire, d’assurance retraite, etc. qu’un Libanais – surtout s’il est employé « au noir » ? S’il semble difficile de comparer, à conditions et perspectives très inégales de travail, les taux de chômeurs libanais et palestiniens, il faudrait certainement comprendre que ce chiffre avancé dans l’étude citée (17 % de Palestiniens au chômage) est lié aux normes internationales de décompte du travail. Il s’agit enfin de se demander ce que signifie pour un réfugié palestinien se déclarer chômeur : la raison statistique « pure » peut-elle être calquée de manière universelle ? Quel sens peut-il y avoir pour un habitant d’un camp, vivant dans un milieu défavorisé et marginalisé, à se dire inactif ? N’est-ce pas une autre manière de déclarer qu’il ne trouve pas de travail notamment en raison de ses origines, ou bien que l’emploi qu’il occupe est largement sous-payé ?

  • 14 Sachant que le salaire mensuel minimal au Liban est actuellement de 200$ (300 000 LL).

32Dans le même rapport, on mesure l’écart important de niveau de vie entre les ménages palestiniens et les ménages libanais. Le revenu moyen annuel actuel des ménages palestiniens est de 5,5 millions de LL, soit près de 4 000 $. Cela fait un revenu de 350$/mois (500 000 LL) pour des ménages ayant en moyenne 4 enfants, soit 350 $/mois de revenus pour 6 personnes au moins par ménage (mais souvent, un ménage cohabite avec les grands-parents ou les parents ou un frère, etc.…). La conclusion est claire : « quelques ménages [palestiniens] atteignent le niveau de revenus de la classe moyenne libanaise, alors que la majorité des ménages se situent dans la frange des plus pauvres ménages du Liban »14 (Ugland, 2003 : 155).

  • 15 Les chiffres de l’UNRWA sont bien sûr plus importants, le total de la population enregistrée au Lib (...)

33Sans perspectives d’avenir, avec de plus en plus de difficultés pour trouver des rentrées d’argent régulières et suffisantes : on l’a constaté, la marginalisation voire le déni et le rejet de droits de la population palestinienne du Liban ne font que se développer, des années 1980 aux années 1990 et jusqu’à aujourd’hui. À nouveau, mais de manière plus accentuée que dans les années 1950 et 1960, l’insécurité sociale se double d’une insécurité politique. On comprend dans ces conditions le mouvement lent mais continu de départs (légaux et illégaux) des Palestiniens du Liban : de 470 000 personnes environ en 1982 (chiffre maximal de la présence palestinienne au Liban), soit 1/5ème de la population libanaise, on estime en l’an 2000 que 280 000 Palestiniens résident encore au Liban, soit moins de 8 % de la population totale du pays – cela fait un important écart avec les chiffres officiels de la population enregistrée dans les registres de l’UNRWA, plus de 380 000 personnes (Nasr, 2003 : 147, sur la base d’un recensement effectué conjointement par le ministère des Affaires Sociales et du Travail et l’United Nations Population Fund)15.

« S’en sortir » quand même : stratégies individuelles et collectives

  • 16 L’OLP n’assure quasiment plus ni aides ni services depuis 1982, sauf pour un petit nombre de foncti (...)
  • 17 L’UNRWA prend en charge des cas sociaux difficiles, sous la forme notamment d’une aide aux familles (...)

34Les camps palestiniens sont restés des espaces de non-gestion, des sortes d’espaces-morts de la reconstruction du Liban de l’après-guerre impulsée par l’État : la reconstruction des années 1990 est passée littéralement à côté des camps, pas de rénovation de la voirie (même pas un simple asphaltage de routes souvent défoncées), ni du réseau électrique, ni du réseau téléphonique, encore moins de celui indispensable de l’eau potable, etc. En ce qui concerne les camps de Nahr al-Bared et de Beddawi : s’ils « tiennent » toujours malgré l’absence de l’OLP de la scène sociale et matérielle16, c’est grâce au travail des comités populaires, des comités de villages, d’ONG et d’associations locales et internationales, de l’UNRWA17 dans ses moyens de plus en plus réduits après 1993 et plus généralement grâce à une mobilisation de la société civile palestinienne locale pour se prendre en main, à côté d’une société libanaise qui les ignore.

35Dans cette seconde partie, nous essayerons d’abord de comprendre comment le tissu social s’est maintenu via notamment une dynamisation de la formation professionnelle des jeunes, à la suite de la débâcle de 1982. Nous verrons ensuite comment a évolué l’offre des services de santé, les difficultés d’accès des réfugiés palestiniens aux soins médicaux étant l’une des questions majeures de la gestion de l’après 1982. Enfin, à travers l’analyse de quelques histoires de vies, nous verrons l’importance de l’émigration dans un quotidien rendu difficile par des conditions et des possibilités de travail de plus en plus réduites.

Emploi et réinsertion sociale : exemples de formations mises en place

36La baisse du niveau de l’enseignement dans les écoles de l’UNRWA (classes surchargées, matériel insuffisant, etc.) n’est pas seule en cause : les jeunes Palestiniens se découragent de plus en plus de faire des études supérieures, parce que l’OLP ne propose plus de bourses et en raison d’une législation libanaise du travail jugée dissuasive. En outre, les adolescents des camps se trouvent souvent dans la nécessité d’arrêter leurs études et de chercher rapidement un emploi même illégal et sous-payé pour contribuer aux revenus de la famille. Dans ce contexte, on comprend le succès actuel des formations professionnelles courtes et pointues. De nouvelles institutions associatives sont créées ou redynamisées, parmi lesquelles :

  • Quelques petits ateliers d’entraînement professionnel (couture, etc.), créés avant guerre par l’UNRWA et disséminés dans les différents camps du pays.

  • Une association palestinienne, financée par la Norwegian People’s Aid, spécialisée dans la formation de la comptabilité et la gestion des bureaux qui accueille près de 100 étudiants chaque année dans le camp de Mar Elias à Beyrouth.

  • Beit atfal al-sumoud (Maison des enfants de la résistance) : créée en 1977 pour la prise en charge des petits orphelins à la suite du massacre de Tell al-Zaatar mais hébergée en Syrie, elle « retourne » au Liban en 1984 et y développe l’éventail de ses activités sociales.

  • Le centre de formation technique de Sibline : créé en 1963 et entièrement géré par l’UNRWA, jusqu’au logement des étudiants, il accueille de 650 à 700 étudiants palestiniens de niveau brevet et baccalauréat chaque année et maintient une réputation de sérieux. Il constitue un recours véritable pour les jeunes palestiniens des camps et des villes libanaises ayant suivi une scolarité complète ; il permet d’accéder à des emplois généralement bien rémunérés, au Liban voire dans les pays pétroliers arabes, avec le relais du Bureau de l’Emploi de l’UNRWA à Beyrouth, qui centralise pour les Palestiniens les offres d’emploi sur place ou à l’étranger.

  • L’Association pour le développement social et l’enseignement professionnel : créée en 1983, le but de cette association privée (dont la direction centrale se trouve dans le camp de Mar Elias à Beyrouth) a été au départ de « recycler » les anciens miliciens, souvent très jeunes et sans formation professionnelle, sans préparation au monde du travail. Elle se charge plus généralement de l’intégration sociale de jeunes sans qualifications et ouvre plusieurs centres à travers le pays dans la décennie 1980 : dans les camps al-Bass (près de Tyr, au sud-Liban) et Borj-al-Barajneh (Beyrouth) en 1983 puis dans les camps de Nahr al-Bared (au Nord) et Mar Elias (Beyrouth) en 1985. Un dernier centre est ouvert à Aïn el-Héloué (près de Saïda) en 1987, au lendemain d’une « guerre des camps » dévastatrice (Bazzi, 2004).

  • 18 Il reçoit des dons financiers de la part de plusieurs institutions internationales, parmi lesquelle (...)
  • 19 Les camps palestiniens du nord du pays ne sont pas surveillés comme ceux de Beyrouth et du sud, ils (...)

37Prenons l’exemple du VTTC (Comité pour la Formation Professionnelle et Technique), situé dans le camp de Nahr al-Bared : il forme chaque année, après acquittement de frais d’inscription modiques de 100 à 150 $, près de 120 étudiants sortis du système scolaire. Ces étudiants obtiennent des diplômes reconnus par l’État libanais, avec le sceau de l’UNRWA, dans des domaines de formation assez diversifiés : secrétariat, menuiserie, électricité industrielle et réparation de moteurs, installations électriques, informatique, réparations d’appareils frigorifiques et d’air conditionné, dessin industriel, coiffure, soins infirmiers, etc. Le VTTC ne couvre évidemment pas toutes les spécialités, il essaie d’aider matériellement, en finançant une partie des mensualités18, les étudiants qui vont se former dans des établissements libanais privés. Très « consensuel » dans sa présentation des liens nombreux du centre avec les institutions (ONG et associations, fondation René Mouawwad notamment) et les entreprises libanaises de BTP (bâtiments et travaux publics), le directeur du VTTC reconnaît cependant que ces entreprises embauchent désormais plus souvent des travailleurs syriens que des travailleurs palestiniens même formés. Les premiers reviennent en effet moins cher (10$ maximum par journée de travail) et surtout, ils n’ont pas besoin d’un dossier de prise en charge sociale par leur employeur ni de permis officiel de travail… Selon notre interlocuteur, le commerce en libéral, c’est-à-dire ouvrir une boutique et vendre tous types de produits, est l’un des seuls créneaux qui restent légalement ouverts aux Palestiniens, dans les camps et en dehors19.

L’accès aux soins de santé ou la chronique d’une insécurité sociale « ordinaire »

  • 20 Se soigner au Liban, lorsqu’on est sans aucune protection sociale, est très onéreux ; parmi les soi (...)

38Voici un autre exemple de ce que nous appelons l’autogestion de la nécessité en milieu palestinien, sur le terrain de la santé cette fois : cette entrée par le secteur de la santé révèle l’insécurité particulière dans laquelle sont maintenus les Palestiniens du Liban. En effet, outre les problèmes liés aux difficultés d’une embauche légale ils sont - salariés ou non, actifs ou non actifs - sans aucune couverture sociale et quasiment aucune aide médicale depuis les années 80 ; en dehors de la distribution de quelques médicaments, l’UNRWA n’est plus d’aucun soutien financier, de même pour ce qui concerne l’OLP. Les personnes malades doivent s’en remettre à elles-mêmes et à leur entourage lorsque des soins hospitaliers sont nécessaires, sans parler des soins à long terme pour des dialyses par exemple ou pour des accouchements nécessitant une hospitalisation de plusieurs jours ou encore pour le traitement de maladies graves20.

39Sur le plan médical, le camp de Nahr al-Bared où vivent plus de 25 000 personnes s’est « adapté » : en plus des dispensaires de l’UNRWA et de l’OLP, anciens et gratuits mais très peu équipés en appareillage technique, plusieurs centres de soins privés ont vu le jour au cours des années 1990, « centre de soins » étant parfois un bien grand titre lorsqu’il s’agit en réalité d’un simple cabinet médical peu ou non équipé ! Ces différents centres médicaux privés (souvent caritatifs) sont créés dans le camp sans autorisation officielle, comme tout ce qui se fait dans un camp palestinien, à la fois dans le but de pallier un manque, celui de services de santé de proximité et peu onéreux, et pour trouver littéralement un “exutoire” professionnel aux nombreux médecins palestiniens revenus après leur formation dans les pays est européens (et parfois en Syrie, Égypte, Tunisie). Le plus important centre en termes de qualité des soins, de spécialités proposées et d’équipement technique est sans conteste Bayt al Maqdas.

40Ce petit dispensaire coquet bâti sur deux étages a été créé par une association caritative, celle de « Bayt al-Maqdas », en 1992. C’est elle qui a financé l’achat du terrain, situé à la lisière externe du camp, à un particulier libanais et c’est elle qui assure la gestion et le suivi de l’équipement du centre. Le personnel technique est fort de 30 personnes (dont quelques personnes d’origine libanaise) : infirmières, techniciens de différentes spécialités, aides-soignantes et 5 médecins palestiniens (ceux-ci travaillent en alternance à Bayt al-Maqdas et dans un hôpital du camp de Beddawi). Toutes ces personnes n’ont évidemment pas de couverture sociale, mais leurs soins médicaux (accouchement, soins dentaires, radios, etc.) sur place sont gratuits. 25 médecins libanais participent régulièrement au fonctionnement de ce centre, qui reçoit plus de 1600 patients par mois (dont 25 % environ de Libanais, venant de la région voisine du Akkar) et qui possède l’unique ambulance du camp. Ce dispensaire privé est administré par une secrétaire (diplômée en littérature anglaise, après des études à l’Université libanaise de Tripoli), un comptable de formation et Haj Mahmoud, un jeune infirmier (38 ans) qui travaille de nuit dans un hôpital privé de Tripoli et de jour à Bayt al-Maqdas.

  • 21 A côté de la prise en charge par la sécurité sociale libanaise des employés libanais (déclarés) du (...)

41Insuffisamment rémunéré à Tripoli et bien sûr non couvert socialement, sans parler de la cotisation retraite, inaccessible, ce travail de gérance dans le camp est pour Haj Mahmoud, père de 4 enfants, une manière de compléter ses revenus. Il s’agit aussi d’une façon de participer à la prise en charge de la santé des habitants du camp par eux-mêmes, ainsi qu’il le souligne. Son épouse, également infirmière à Tripoli (dans le même établissement hospitalier privé), est libanaise : elle est prise en charge par la sécurité sociale libanaise, cotise « normalement » pour sa retraite21. À eux deux, ils ont pu acheter un appartement neuf non loin du dispensaire, à la lisière du camp, dans un petit immeuble récemment construit : Haj Mahmoud se sent favorisé, parce qu’il ne vit pas véritablement dans le camp, là où les ruelles sont très étroites, les routes et chemins défoncés les jours de pluie, les logements humides… S’il arrive à scolariser deux de ses enfants dans des écoles privées libanaises onéreuses (à Halba), les deux autres sont restés dans le camp, à l’école (gratuite) de l’UNRWA. Quant à son appartement, il a été mis à son nom auprès d’un notaire : cela n’est pas tout à fait légal … mais la loi libanaise ne permet pas plus aux Palestiniens. S’ils peuvent acquérir une (et une seule) propriété, depuis 2003 ils n’ont même plus la possibilité légale de l’inscrire auprès des services du cadastre, toujours au nom du « droit au retour »… manière de lutter contre « l’implantation » définitive ?

Destins parallèles : Palestiniens des camps, Palestiniens de la ville

42La ligne de fracture géographique entre les Palestiniens des camps et ceux de la ville était, à l'origine, économique, entre d'une part un petit nombre de familles aisées s'installant (ayant la capacité financière de s'installer) dans l’espace de la ville en 1948 et, d'autre part, des familles démunies n'ayant d'autre recours que l'installation dans l’espace-camp. La présentation de quelques biographies permettra d’introduire des réflexions sur ce thème ville/camp ainsi que sur d’autres entrées : (a) les conditions de travail et de la protection sociale des personnes salariées ; (b) les exigences (les possibilités d’exigence) en matière d’emploi ; (c) le rôle de l’émigration dans un « schéma territorial » individuel et familial flou, du moins éclaté.

Conditions de travail et protection sociale

43La question de la non couverture sociale devient un problème central pour les Palestiniens du Liban, nous l’avons plusieurs fois relevé, en particulier dans le domaine de la santé, puisque l’accès aux centres hospitaliers libanais n’est possible qu’à titre “privé” comme on le dit communément, pour cette catégorie d’habitants. Or, l’exemple de Farid va le montrer, les soins sont de plus en plus onéreux, au sein d’une population dont les ressources financières se raréfient. La non protection sociale des salariés palestiniens (illégaux), qui sont sans recours vis-à-vis des abus de leurs employeurs, est une autre question importante ; nous l’évoquons à travers les cas de deux personnes rencontrées, l’une dans un camp, l’autre à Tripoli.

44Mohammad est ingénieur mécanique, il a fait ses études en URSS grâce à une bourse de l’OLP ; parti travailler aux Émirats arabes unis, il se résout, après une longue période sans emploi, à revenir (début 2003) au camp de Beddawi. Il a récemment obtenu une place d’ouvrier dans une fabrique de briques à Tripoli : il est payé à la journée, 13 000 LL (moins qu’un ouvrier syrien, qui reçoit en général 15 000 LL, 10$, par journée de travail). Lors de notre seconde rencontre, Mohammad marchait avec difficulté, il avait en effet subi un petit accident de travail. Avec trois collègues libanais il est tombé d’un camion, « alors, le patron les a pris à l’hôpital pour les soigner, eux ; et moi, il m’a renvoyé chez moi… » dit-il, exemple ordinaire de la différence de traitement entre un Libanais et un Palestinien devant une même situation de travail. Les trois Libanais seront soignés et pris en charge par leur sécurité sociale, et les jours de repos ne seront pas déduits de leur salaire par l’entreprise, alors que Mohammad (ingénieur mécanique de formation !) a dû retourner seul, par ses propres moyens, se faire soigner dans un dispensaire du camp. Il ne recevra plus de salaire tant qu’il ne retournera pas travailler.

45Quant à Sami, ce jeune Palestinien de 23 ans habitant le quartier d’Abi Samra à Tripoli a suivi une formation dans l’équipement et la maintenance de bureaux au centre de Sibline. Après un stage (non payé) de 4 mois dans une entreprise privée de la ville, il a rapidement trouvé du travail, dans une importante société de vente de matériel de bureaux à Tripoli. Le salaire était bon sur le papier, 500$/mois, mais l’entreprise s’est révélée être très mauvaise payeuse, ne versant qu’irrégulièrement les salaires de (tous) ses employés. Après un an sans travail, Sami n’a pas trouvé mieux qu’un emploi d’aide à la vente dans un commerce de téléphones portables (payé 200$/mois) à Abi Samra ; aucun de ces deux emplois n’a bien sûr été déclaré, aucun n’ouvre droit à aucune couverture sociale, etc.

46Voyons enfin Farid : il habite à Tripoli (quartier Abi Samra) où il possède un local de commerce et travaille pour son propre compte. Célibataire, il est en charge de sa mère malade du cœur (son père est décédé) : elle a subi entre autres actes médicaux onéreux une coronarographie et une angioplastie en 1998 (plus de 4000 $ de frais). L’unique aide matérielle de l’UNRWA est de fournir un (seul) des nombreux médicaments d’un traitement médical au long cours. Pour faire face financièrement aux frais générés pour soigner sa mère, Farid est très seul : il a dû vendre un terrain qu’il avait acquis près du camp de Beddawi à la suite de quelques années de travail à Abu Dhabi (où vit l’une de ses sœurs).

Des ingénieurs simples ouvriers ou bien payés comme ingénieurs palestiniens

47Lorsqu’on est Palestinien (avec la seule nationalité palestinienne) au Liban, il est difficile d’être exigeant en matière d’emploi, de type d’emploi, de niveau de salaire, etc. même si l’on est diplômé de l’enseignement supérieur.

48Retrouvons Mohammad, l’ingénieur ouvrier : resté au chômage durant près de deux ans à son retour d’URSS, en 1990, il avait fini par trouver en 1992 un emploi dans l’enseignement, dans une école privée de Tripoli, payé 150 000 LL (100 $, le salaire minimum libanais) moins 12 000 LL, somme qui était retirée au nom de la couverture sociale. Mohammad n’était évidemment pas inscrit à la Sécurité sociale libanaise puisqu’en situation de travailleur illégal, mais il recevait de temps à autre une « aide » financière de la part de l’établissement, via une caisse alimentée par les parents d’élèves. Resté plusieurs mois sans emploi à son retour des Émirats (en 2003), il se trouve aujourd’hui « chanceux » d’avoir tout de même un emploi, même pour un salaire de misère – « c’est toujours 13 000 LL que je ramène chaque jour à la maison : c’est bien sûr mieux que rien », que l’on soit ingénieur ou pas !

49Le parcours de Fouad est un autre exemple de l’impossibilité fréquente, pour un Palestinien du Liban même diplômé de l’enseignement supérieur, à prétendre choisir son emploi ou pire, à négocier son salaire. Fouad a fait ses études en Ukraine (bourse d’études du FDLP) et, son diplôme d’ingénieur civil en poche, est revenu au Liban, dans “son” camp de Beddawi. Il n’a pas trouvé d’autre emploi que celui d’ouvrier du bâtiment à Tripoli, qu’il a exercé pendant deux ans, jusqu’en 1994. Par l’intermédiaire d’un collègue libanais ingénieur, il est engagé comme contremaître pour un salaire de 500 $/mois dans une entreprise libanaise de travaux publics à Beyrouth de 1994 à 1996, en pleine période de reconstruction de la capitale. Il est ensuite recruté à Baalbek, également dans une entreprise des BTP, en tant qu’ingénieur civil cette fois (mais toujours au noir) et pour un salaire un peu plus élevé, 600 $/mois, salaire que refuserait un ingénieur libanais : il est désormais marié et a un enfant, son logement (près du camp palestinien de Jalîl) lui coûte 100 $/mois, il envoie la même somme (100 $) tous les mois à ses parents à Beddawi, il lui reste tout juste 400 $.

50En 1998, Fouad retourne s’installer dans le camp de Beddawi, après avoir trouvé du travail dans une entreprise libanaise de construction de routes, qui avait obtenu un contrat pour les infrastructures du nouveau réseau de téléphones dans la région voisine du Akkar. Il était là aussi engagé, de façon illégale, pour travailler en tant qu’ingénieur (mais ingénieur palestinien), payé 730 $/mois. Le chantier était un peu éloigné et, le transport et le téléphone portable (indispensable outil de travail) étant à ses frais, Fouad calcule que son salaire réel était de 500 $ par mois : ce salaire n’a été versé que très irrégulièrement la première année, puis plus du tout la deuxième année. L’entreprise a déclaré faillite : les collègues libanais de Fouad ont porté plainte, soutenus par l’Ordre des Ingénieurs, et ont obtenu gain de cause, c’est-à-dire le paiement complet de leurs arriérés de salaires. Mais à qui peut s’adresser un ingénieur palestinien employé au noir pour se plaindre ? Actuellement, faute de mieux, Fouad travaille dans le central téléphonique de son frère, dans le camp de Beddawi.

Émigration et « schéma territorial » familial

51Tout comme dans la société libanaise, l’émigration internationale de travail prend de plus en plus d’importance, pour les individus et pour leurs proches, dans une sorte de réorganisation diasporisée de l’espace familial et social, quel que soit le niveau d’études des candidats au départ.

52Ainsi Mohammad, ingénieur mécanique, va travailler aux Émirats arabes unis ; il est d’abord simple ouvrier dans une entreprise d’aluminium, avant de trouver une place comme contremaître chez un entrepreneur saoudien de travaux publics (construction de routes), payé 700 $/mois. Sa présence durant quelques années à Sharja est mise à profit par deux de ses frères, eux aussi ingénieurs (formés l’un en Turquie, l’autre aux États-Unis), pour aller travailler dans les Émirats. Mohammad repart au Liban, ses frères restent à Sharja : du camp du Liban aux Émirats, une porte est ainsi laissée ouverte à une nouvelle extension de l’espace de la famille en situation migratoire.

53Quant à Fouad, l’ingénieur civil : sans emploi « réel » depuis 2000, avec 6 personnes à sa charge [sa femme et ses deux enfants, son père et ses deux sœurs], il pense qu’il va lui être de plus en plus difficile de pouvoir partir travailler à l’étranger même s’il a déjà tenté d’aller aux États-Unis auprès d’une de ses sœurs, en vain. Il a aussi tenté de frapper à la porte des différents consulats européens, afin d’obtenir un visa de travail… peine perdue, malgré son diplôme. Le prix d’un visa illégal est de plus en plus dissuasif, à près de 5 500 $.

54Pour ces deux diplômés, Mohammad et Fouad, partir reste une éventualité ouverte ; partir ou accepter tout type de travail, tout revenu aussi minime soit-il, telle semble être en effet l’alternative, très limitée, qui reste aux ingénieurs de Beddawi.

55Au total, les cas présentés sont trop restreints pour nous permettre plus que d’ouvrir des ébauches de réflexion, en particulier sur le rapport des Palestiniens avec l’espace libanais : Farid et Sami ne se sentent pas mis à l’écart dans Abi Samra, un quartier relativement récent de Tripoli. Mais d’un autre point de vue, résider dans le camp plutôt qu’en ville peut être un atout : les loyers y sont peu élevés, l’entourage social plus accueillant (ou moins stigmatisant, quoiqu’en disent nos deux jeunes interlocuteurs). Enfin et pour relativiser, la séparation sociale n’est pas si importante avec “ceux des camps”, des liens familiaux restent entretenus jusque dans les nouvelles générations : la jeune sœur (architecte, sans emploi) de Sami est fiancée à un Palestinien (laborantin travaillant dans un hôpital de Tripoli) du camp de Nahr al-Bared. Et sa sœur aînée est mariée à un Palestinien du camp de Beddawi.

56Des enquêtes poussées sont bien sûr nécessaires pour étudier de manière approfondie les relations entre les familles palestiniennes des camps et les familles palestiniennes des villes, une question importante dans l’éventualité d’une installation à long terme des Palestiniens (ou d’une partie d’entre eux) au Liban… même si nous avons souligné le poids de plus en plus important de l’émigration avec son corollaire, un “détachement” du territoire qui paraît important d’abord pour les habitants des camps.

Conclusion : « Demande-moi en visa » !22

  • 22 Titre d’un petit article du journal L’espoir, publié sur internet (disponible à partir du site http (...)

57« “Don’t worry about coming to Beirut (…), it’s quiet”. The shunned continue to languish in unnamed despair ». (« Les pestiférés se languissent toujours dans un désespoir sans nom »). Jennifer Loewenstein, Banishment : The Palestinian Refugees of Lebanon, p. 279 (in CAREY ed., 2001)

58Comment trouver une issue à l’impasse actuelle ? Une question concrète est posée avec de plus en plus d’acuité, celle de la nécessité de travailler au quotidien pour vivre, pour les populations palestiniennes, même en attendant un retour ou un éventuel « droit au retour ». Or cette question n’est jamais posée en ces termes, ceux de l’urgence, dans le débat public libanais. Le seul point qui semble importer est : quand vont-ils partir ? Ce « eux » répond, comme en écho, au même terme, « eux », utilisé spontanément par l’un de nos interlocuteurs (Haj Mahmoud, infirmier et gérant d’un centre de soins dans le camp de Nahr al-Bared, marié à une Libanaise) pour désigner les autorités libanaises, l’État libanais.

59La question du travail – et, plus justement, du déni de travail – des Palestiniens au Liban a souvent servi comme un révélateur : révélateur de la position ambiguë de l’État libanais (ou plus exactement de l’establishment libanais, hommes politiques, hommes d’affaires, journalistes), révélateur des fragilités d’un État construit sur une base confessionnelle, révélateur enfin d’un espace (libanais) du travail fonctionnant aux marges d’une légalité tordue (ou adaptée) aux besoins du politique et non pas des logiques économiques.

60Et que dire d’un espace social libanais qui s’est fermé à l’espace social palestinien, quand il ne l’a pas combattu ? Sur ce point, l’enquête ouvre vers deux interrogations majeures :

  1. comment une société (ou bien une communauté sociale), transformée en enclave au sein d’une autre, peut-elle organiser une vie sociale et économique et des modes de protection sociale, sans le soutien d’instances étatiques ou paraétatiques ?

  2. comment la société englobante conçoit-elle, tolère-t-elle une telle enclave ? Jusqu’à quel point en tire-t-elle profit (économique, politique) ? Quel est le seuil au-delà duquel il y a rejet physique (via une émigration accélérée) ou bien absorption/intégration (ce qui est loin d’être le cas pour le moment) ? Enfin, est-il trop tôt de poser la question de l’avenir concret des espaces-camps de Nahr al-Bared et Beddawi, dont les terrains ont été loués pour 99 ans par l’UNRWA auprès de particuliers libanais ? Que va-t-il se passer dans 45 ans ?

61Nous sommes dans une région moyen-orientale soumise à une forte insécurité politique (attentats, guerres, etc.) ; dans un pays (le Liban) ne présentant pas lui-même une offre de santé et de protection sociale publique très ample, en dehors des canaux politiques et confessionnels traditionnellement clientélistes ; dans un pays qui refuse de garantir un minimum de sécurité sociale (par l’emploi, par l’exercice de droits civiques) à “ses” réfugiés palestiniens depuis près d’un demi-siècle. L’insécurité sociale (au sens de Robert Castel, 2003) devient celle de la survie “ordinaire” dans laquelle sont maintenus au Liban les Palestiniens et notamment ceux des camps, marginalisés à l’extrême et comme poussés à partir.

Haut de page

Bibliographie

ARMSTRONG Krista, 2004, Interactions entre ONG et population réfugiée, le cas des camps de Chatila et de Beddaoui au Liban. Mémoire de DEA en science politique comparative, IEP d’Aix-en-Provence, Université d’Aix-Marseille.

BAZZI Youssef, 2004, Ayn el-Îelweh, capitale des réfugiés palestiniens au Liban. Copyright Babelmed.

BEN MAHMOUD Fériel, 2002, « Le rôle des Palestiniens dans le secteur financier au Liban (1948-1967) », Revue d’Études palestiniennes 82 : 80-95.

CAREY Roane (ed.), 2001, The New Intifada. Resisting Israel’s Apartheid, London, New York, ed. Verso : 354 p.

CHESNOT Christian et LAMA Joséphine, 1998, Palestiniens 1948-1998. Génération fedayin : de la lutte armée à l’autonomie, Paris, éd. Autrement, coll. Mémoires 52 : 241p.

COURBAGE Youssef, 2002, « La démographie des Palestiniens : l’invraisemblable légèreté des chiffres », F. MARDAM-BEY et E. SANBAR (eds.), Le droit au retour, Paris, Sinbad/Actes Sud : 176-206.

DESTREMAU Blandine, 1993, « Le statut juridique des Palestiniens vivant au Proche-Orient », Revue d’Études Palestiniennes 48 : 35-62.

EL AZZI Ghassan, 2003, « La reconstruction du Liban…un chantier semé d’embûches », Confluences Méditerranée 47 (automne 2003).

FRANCOS Ania, 1968, Les Palestiniens, Paris, éd. Julliard : 318 p.

HADDAD Simon, 2003, The Palestinian Impasse in Lebanon. The Politics of Refugee Integration, Sussex academic press, Brighton-Portland : 179 p.

LACOUTURE Jean, TUENI Ghassan, KHOURY Gérard, 2003, Un siècle pour rien. Le Moyen-Orient arabe de l’Empire ottoman à l’Empire américain, Beyrouth, Dar an-Nahar et Albin Michel (fac-similé de l’édition originale parue en 2002 à Paris, éd. A. Michel), 370 p + cartes.

NASR Salim, 2003, « The new social map », in Th. HANF et N. SALAM (coord.), Lebanon in limbo. Post war society and state in an uncertain regional environment, Baden Baden, ed. Momos Verlagsesellschaft : 143-158.

PICARD Élizabeth, 1988, Liban état de discorde. Des fondations aux guerres fratricides, Paris, Flammarion : 264 p.

Rapport de la FIDH (Fédération Internationale des Droits de l’Homme), 2003 : Les réfugiés palestiniens : discriminations systématiques et désintérêt total de la communauté internationale. Rapport de mission 356, mars 2003 : 20 p. http://www.fidh.org/magmoyen/rapport/2003/lb356f.pdf

SALAH Salah, 2000, « Les réfugiés palestiniens au Liban », Revue d’Études Palestiniennes 23 : 7-15.

SAYIGH Rosemary, 1980, Min al-iqtillâ’ ilath-thawra, Beyrouth, Institute for Arab Research (titre original : From Peasants to Revolutionaries, 1979, Zed Press, London) : 235 p.

— 1994, Too many enemies. The Palestinian Experience in Lebanon. London, Zed Books Ltd : 369 p.

UGLAND Ole (ed.), 2003, Difficult past, uncertain future. Living Conditions Among Palestinians Refugees in Camps and Gatherings in Lebanon. Rapport FAFO (n°409), Imprimé en Norvège : 298 p.

http://www.fafo.no/pub/rapp/409/index.htm

ZAAROURA Mahmoud Raja Hussein, 1994 : Al-awda’ ad-dimughrafia wa–l iqtiṣâdiyya wa-l ijtimâ’iyya li-l-falistiniyyîn fî mukhayyam Nahr al-Bâred (La situtation démographique, économique et sociale des Palestiniens du camp de Nahr al Bâred). Mémoire de magistère, Faculté de l’Imam Uzâ’i, Études Islamiques, Beyrouth : 320 p.

Haut de page

Annexe

Annexes

N°1 : Arrêté n°1/138 du 5/4/1983. La pratique limitée aux Libanais de certaines professions et activités.

Article 1 : Le droit d’exercer les professions et activités suivantes est limité aux Libanais uniquement :

  1. Les employés : les activités administratives et bancaires et surtout le poste de directeur, d’adjoint au directeur, de responsable des ressources humaines [des employés], trésorier, comptable, secrétaire assermenté, métiers liés à l’ordinateur, vendeur, changeur (de monnaie), bijoutier, coiffeur, laborantin, gardien, responsable de dépôt, concierge, veilleur, installateur électrique, plombier, vitrier, mécanique et entretien.

  2. Les Chefs d’entreprise : les activités commerciales et surtout commerce général et import-export, « commissions » et représentations commerciales, nouveautés et prêt-à-porter, bureau de change, bijouterie, commerce de l’or, joaillerie et pierres précieuses, commerce des voitures et activités liées, commerce de produits du bâtiment.

  3. Le ministère peut passer outre les décisions de l’article premier de la loi n°1/289 en date du 17-12-1982 ; l’étranger marié à une femme libanaise ou bien dont la mère est libanaise ou d’origine libanaise, doit en fournir la preuve par le biais d’une attestation qui lui est délivrée par la direction générale des affaires personnelles ou par l’une de ses administrations ou par un jugement légal définitif.

Article 2 : Cette décision sera applicable à partir de la date de sa publication sur des demandes de permis de travail.

[Signé par le ministre du travail et des affaires sociales, Dr. Adnan Mroueh, le 5 avril 1983]

N° 2 : Arrêté n°1/261 du 15-12-1995. Les professions et métiers réservés aux Libanais.
Le ministre du travail,
Sur la base du décret n°6812 en date du 25-5-1995 (formation du gouvernement),
Sur la base de la loi en date du 10-7-1962 liée à l’entrée, au séjour et à la sortie du Liban,
Sur la base du décret n°17561 en date du 18-9-1964 et ses rectifications (l’organisation du travail des étrangers), notamment l’article 9,
S’appuyant sur les besoins de l’intérêt général et en prenant en compte le principe de réciprocité,
S’appuyant sur une proposition du directeur général,
Décide :

Article 1 : Le droit d’exercer les professions et activités suivantes est réservé aux seuls Libanais :

  1. Les employés : les activités administratives et bancaires dans toutes leurs variantes et en particulier le poste de directeur général – directeur adjoint au directeur – directeur du personnel – trésorier – comptable – secrétaire – secrétaire assermenté – responsable des archives - informaticien – représentant commercial – représentant à la vente – conseiller commercial – contremaître – gérant de dépôt – vendeur – changeur (de monnaie) – artisan bijoutier - pharmacien - installateur électrique – métiers de l’électronique – artisan peintre – vitrier - mécanique et réparation – veilleur - concierge – gardien – chauffeur (de voiture) - cuisinier – serveur - coiffeur – enseignement en classe élémentaire, complémentaire et collège à l’exception de l’enseignement des langues étrangères, si nécessaire – les activités d’ingénierie dans toutes leurs spécialités – les travaux du cadastre - et de manière générale, les métiers et activités qui peuvent être exercés par les Libanais.

  2. Les chefs d’entreprises : les métiers du commerce dans toute leur diversité, les métiers du change, la comptabilité – les commissions – les métiers d’ingénieur dans toutes leurs spécialités – les contrats de construction et de commerce de bâtiments – la bijouterie – la confection de chaussures et de vêtements – les ateliers et galeries de meubles – la pâtisserie – l’imprimerie, l’édition et la diffusion – la coiffure – la blanchisserie et le repassage – la réparation de voitures (tôle, mécanique, montage des vitres, fauteuils et électricité).

Et de manière générale toute activité qui peut faire concurrence aux Libanais.

Article 2 : Certains étrangers peuvent être exemptés de l’application de cette décision, il s’agit de ceux qui se plient à au moins l’une des conditions établies dans l’article 8 de la loi n°17561 datée du 18-9-1964 (organisation de l’emploi des étrangers) et en particulier :

Si l’étranger est :

  • résidant au Liban depuis sa naissance

  • d’origine libanaise ou née de mère libanaise

  • marié à une Libanaise depuis plus d’une année.

Dans ces cas-là, en réponse aux demandes formulées, il revient au ministre de prendre la décision définitive.

Article 3 : Cette décision annule tout texte qui contredirait ou s’opposerait à ses articles.

Article 4 : Cette décision sera publiée et diffusée en fonction de la nécessité.

[Signé : le ministre du travail Assad Hardân, 15 novembre 1995.]

Haut de page

Notes

1 Depuis la fameuse visite musclée et provocatrice d’A. Sharon sur l’Esplanade des Mosquées à Jérusalem en septembre 2000, qui a remis le feu aux poudres, déclenchant l’Intifada Al Aqsa.

2 384 918 personnes de nationalité palestinienne étaient enregistrées à l’UNRWA à la fin de l’année 2001 (soit 10% de la population libanaise) ; s’y ajoutent près de 10 000 personnes d’origine palestinienne qui résident au Liban mais n’ont aucune pièce d’identité, et ne sont pas répertoriées à l’UNRWA.

3 Du Président E. Lahoud au premier-ministre R. Hariri et au leader du Hezbollah (Sayyid Hassan Nasrallah), la position commune de l’establishment politique libanais est claire : contre le « tawtîn », l’installation définitive des réfugiés palestiniens sur le sol libanais (S. Haddad, 2003 : 45).

4 Voir le mémoire de DEA de Krista Armstrong, en cours de préparation à l’IREMAM (Aix en Provence) sous la direction d’É. Picard, sur les ONG dans le camp de Beddawi (près de Tripoli).

5 Délivrée par la Direction des Affaires Palestiniennes hébergée dès sa création en 1959 dans les locaux du ministère libanais de l’Intérieur, cette carte de réfugié a laissé depuis l’année 2000 (décret n°4082, novembre 2000) la place à une carte d’identité, délivrée par une administration nouvelle, la Direction Générale pour les Affaires politiques et les Réfugiés (sans mention spécifiquement liée aux Palestiniens).

6 La Résistance palestinienne a créé un nombre important de petits centres de formation à des métiers techniques (couture, soins infirmiers, travail en laboratoire, etc.) (Sayegh, 1980 : 174, note 32).

7 Un élément est révélateur : la grande institution sunnite de bienfaisance des Maqassed ferme peu à peu les portes de ses écoles et hôpitaux aux étudiants et aux demandeurs d’emploi d’origine palestinienne autour de 1970, parallèlement à la montée en puissance de l’OLP (Sayegh, 1980).

8 Salah SALAH est membre du Front Populaire de Libération de la Palestine, FPLP, au sein du Mouvement de Résistance Palestinienne et membre de la Direction des Affaires des Réfugiés Palestiniens du Liban.

9 Nous empruntons à R. Sayegh (1994) cette analyse en terme d’étranglement (khanq).

10 Dans le but d’asseoir sa suprématie militaire au cœur de ce que Nabih Berri (dirigeant de ce parti et actuel président du Parlement) considère comme un/son « territoire chiite ».

11 Même si une institution internationale comme l’UNRWA n’hésite pas à écrire sur son site internet, à propos des Palestiniens du Liban : “Considered as foreigners, Palestine refugees are prohibited by law from working in more than 70 trades and professions. This has led to a very high rate of unemployment amongst the refugee population”.

12 Voir en annexe 1 et 2 les textes (traduits de l’arabe) de ces lois, respectivement celle de 1983 (annexe 1) et celle de 1995 (annexe 2).

13 Les Syriens constituent de loin la catégorie la plus importante de travailleurs étrangers : dans les meilleures années de la reconstruction, entre 1990 et 1995, ils étaient près d’un demi million de personnes, certains auteurs avançant le chiffre de 600 à 700 000 immigrés syriens au Liban pour cette période. Ce chiffre a décru parallèlement à la baisse des opportunités de travail dans le marché libanais, jusqu’à 250 000 personnes en 2000 (Nasr, 2003 : 147).

14 Sachant que le salaire mensuel minimal au Liban est actuellement de 200$ (300 000 LL).

15 Les chiffres de l’UNRWA sont bien sûr plus importants, le total de la population enregistrée au Liban en 2002 étant de 387 043 personnes (dont plus de la moitié, 217 211 personnes, vivant dans les camps) ; ceux qui partent se font très rarement barrer des listes de l’UNRWA, afin de conserver la possibilité soit du retour (chimérique ?) soit d’indemnisations. Voir l’étude de Y. Courbage (2002) sur « l’incroyable légèreté des chiffres » concernant les réfugiés palestiniens dans les différents pays arabes et en Cisjordanie.

16 L’OLP n’assure quasiment plus ni aides ni services depuis 1982, sauf pour un petit nombre de fonctionnaires et pour les familles de martyrs. Une famille de shahîd (martyr) reçoit aujourd’hui 50 000 LL/mois (près de 33$) d’aide, cette somme dérisoire variant en fonction de la position occupée par le défunt dans la Résistance (témoignage d’une épouse de martyr, qui travaille pour assurer les besoins quotidiens de ses enfants, camp de Biddawi). Selon le directeur du bureau de l’UNRWA à Tripoli, dans le meilleur des cas, l’aide mensuelle maximale est de 100 000 à 150 000 LL (de 70$ à 100$) pour les familles des martyrs les plus gradés. Près de 30 000 familles de martyrs au Liban reçoivent ainsi une aide mensuelle de l’OLP (Salah, 2000 : 12).

17 L’UNRWA prend en charge des cas sociaux difficiles, sous la forme notamment d’une aide aux familles en situation de grande pauvreté qui se matérialise dans le camp de Beddawi par exemple par une distribution trimestrielle de produits de première nécessité (riz, farine, huile, lait, etc.) pour 836 familles (choisies après étude approfondie au cas par cas), qui reçoivent également une aide financière directe (10$ par enfant). Il y a près de 4 000 familles (dont 182 non enregistrées) dans ce camp : c’est donc près du quart des habitants de Beddawi qui sont ainsi directement approvisionnés par l’UNRWA (source : entretien avec le directeur de l’Agence pour le camp).

18 Il reçoit des dons financiers de la part de plusieurs institutions internationales, parmi lesquelles : la Welfare Association (Suisse), la Norwegian People’s Aid, l’Union Européenne, le Fond Canadien, la YMCA (Young Men Christian Association) section libanaise, le Quaker peace and service.

19 Les camps palestiniens du nord du pays ne sont pas surveillés comme ceux de Beyrouth et du sud, ils sont, de notoriété publique, les lieux de nombreux trafics (importation illégale de produits en provenance de l’étranger par la mer, écoulement de nombreux produits venus de la Syrie voisine, etc.) : manière indirecte de laisser une « soupape de sécurité » à ces Palestiniens du nord, même si des « coups de filet » de la gendarmerie libanaise sont effectués de temps à autre ?

20 Se soigner au Liban, lorsqu’on est sans aucune protection sociale, est très onéreux ; parmi les soins médicaux les plus courants, les prix moyens demandés par les hôpitaux privés sont : 5 000 $ pour une chirurgie à cœur ouvert, 3 000$ pour une angioplastie, 500 $ pour une coronarographie, 90 $ par séance de dialyse (sans hospitalisation), 150 à 200$ pour un accouchement simple, 900 $ pour un accouchement avec césarienne (qui nécessite quelques jours d’hospitalisation). Certains rares hôpitaux concèdent de légères réductions des frais facturés lorsque les malades sont des réfugiés palestiniens.

21 A côté de la prise en charge par la sécurité sociale libanaise des employés libanais (déclarés) du secteur privé, les autres actifs libanais cotisent à différentes institutions de prise en charge, selon le « corps de métier » auquel ils appartiennent : gendarmes, militaires, enseignants de l’éducation nationale, enseignants de l’université libanaise, etc.

22 Titre d’un petit article du journal L’espoir, publié sur internet (disponible à partir du site http://www.asiles.com/) par une association franco-palestinienne du camp de Beddawi : « Visa, le mot qui fait rêver, le mot qui donne l’espoir, mais aussi celui qui sonne comme un cauchemar aux oreilles des jeunes Palestiniennes du camp dont on vient voler les princes charmants… » (L’espoir, n°9, 2001).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Souha Tarraf-Najib, « Travail et déni de travail : les Palestiniens de Tripoli et des camps de réfugiés (Nahr al Bared, Beddawi) au Nord du Liban », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 105-106 | janvier 2005, mis en ligne le 13 janvier 2012, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://remmm.revues.org/2731

Haut de page

Auteur

Souha Tarraf-Najib

Géographe et sociologue, IFPO, Beyrouth

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page