Navigation – Plan du site
II. Lectures

Marie-Noëlle Bourguet et alli, L’invention scientifique de la Méditerranée, Paris, Éd. de l’EHESS, 1998.

Thierry Fabre
p. 359-360

Texte intégral

1Comment appréhender la Méditerranée comme un objet scientifique ? Loin du prêt-à-penser, loin des discours convenus et des rhétoriques creuses qui ont trop souvent cours à propos de la Méditerranée, ce travail collectif est, à bien des égards, exemplaire.

2Fruit d’un vaste programme de recherche intitulé « Intelligence de l’Europe. Méditerranée : échanges et affrontements », réalisé entre 1992 et 1995, ce livre donne un large aperçu des recherches engagées autour des expéditions scientifiques du xixe siècle : expéditions d’Égypte (1798), de Morée (1829-1831) et d’Algérie (1839-1842). Il ne rassemble d’ailleurs qu’une partie des textes produits à cette occasion et un deuxième tome aurait tout aussi bien pu être publié, tant la richesse des travaux a été grande.

3L’idée de centrer ce travail sur les expéditions scientifiques s’est avérée particulièrement fertile. Elle permet en effet de situer la question de la Méditerranée dans une perspective politique et militaire dans laquelle elle s’est alors « inventée ». Le mot peut sembler curieux ou surprenant, mais il est tout à fait justifié. La Méditerranée, définie comme un ensemble construit et singulièrement comme un nom propre, n’a pas toujours existé. Elle est bien le résultat d’une « invention », au xviiie siècle. Cette naissance de la Méditerranée, comme forme du monde et ensemble construit, est étroitement liée au politique. Les expéditions scientifiques, que ce soit en Égypte, en Morée ou en Algérie, ont en effet été entreprises pour des raisons politiques, notamment pour justifier le rôle de la France, et pour définir les termes d’une « mission civilisatrice ». L’expansion politique, après le siècle des Lumières et la Révolution française, ne pouvait plus être seulement légitimée par un discours religieux. La « civilisation », mot inventé lui aussi au xviiie siècle, a servi de contrepoint profane à une politique de rayonnement international.

4Dans son introduction, très charpentée et argumentée, Marie-Noëlle Bourguet (p. 27) observe que :

« la construction d’un discours scientifique sur la Méditerranée et le déploiement d’une ambition géo-politique dans ces régions ou, pour le dire autrement, l’élaboration des images savantes de la Méditerranée et la construction des identités culturelles et nationales - ne sont pas des termes disjoints et autonomes, simplement juxtaposés ».1

5À cette idée de juxtaposition du scientifique et du géopolitique, qui laisse supposer une possible neutralité, il nous semble plus juste d’introduire la notion d’interaction, qui ne subordonne pas un terme à l’autre, mais qui souligne le jeu des interpénétrations et des influences croisées. La curiosité scientifique pour la Méditerranée a quelque chose à voir avec l’intérêt stratégique défini par la France dans cette région du monde. Talleyrand, dans un échange de lettres avec Bonaparte, considérait en effet que « La Méditerranée doit être exclusivement la mer française ».

6Ce travail scientifique sur la Méditerranée prépare t-il à la colonisation ? Il serait réducteur et univoque de répondre simplement par oui à cette question, mais on peut tout au moins constater qu’il accompagne un mouvement de projection de forces françaises vers l’autre rive.

7Le livre, qui rassemble quatorze contributions toutes fort riches, se découpe en trois parties : le terrain ; les savoirs  et la Méditerranée.

8Dans la première partie, Bernard Lepetit, à qui ce livre est dédié et qui fut un des principaux inspirateurs de ce travail de recherche, explore très précisément les « modalités d’articulation » entre missions scientifiques et expéditions militaires. Il montre combien ces liens ont pu être distincts selon les expéditions scientifiques :

« Trois entreprises se succèdent donc. La première, en Égypte, associe projet des Lumières, forte agressivité de l’environnement guerrier et communauté affichée des savants et des militaires. La seconde, en Morée, est plus détachée des buts locaux spécifiques d’aménagement et est menée dans un environnement pacifique. La troisième, en Algérie, requiert la science pour soutenir une entreprise de contrôle territorial, se développe sous la menace des armes et dans une atmosphère de suspicion des militaires à l’égard des civils de la Commission scientifique. » (Lepetit : 103).

9Dans la deuxième partie, intitulée « Les Savoirs », des figures majeures de l’histoire de la connaissance telles que - Geoffroy de Saint Hilaire, Jomard, Nicolas Desmarest, Bory de Saint Vincent ou Augustin Pyramus de Candolle - sont étudiées. Leur apport dans la façon d’appréhender « la » Méditerranée est décisif car ce sont eux qui inventent la notion de « climat méditerranéen », de « botanique méditerranéenne » et qui dessinent peu à peu les contours d’une « région méditerranéenne ». Grâce à leur intervention, la Méditerranée se charge d’un contenu scientifique dont elle était jusqu’alors dépourvue.

10La troisième partie, curieusement intitulée « la Méditerranée », alors que tout le livre traite directement de cette question, est à la fois très pointue et ouvre sur des questions plus larges à propos de l’anthropologie méditerranéenne (Ann Thomson), du paysage méditerranéen (Serge Biffaud) et de la géographie méditerranéenne (Maroula Sinarellis).

11Reste que cet ensemble divers, parfois trop fragmenté, nous donne un des livres les plus documentés et les plus pertinents sur « la question de l’historicité de la Méditerranée, en tant que catégorie du discours savant ». (Bourguet : 27).

12Un repère, désormais indispensable, pour tous ceux qui veulent comprendre la Méditerranée, plutôt que la célébrer ou la dénigrer.

Haut de page

Notes

1 Marie-Noëlle Bourguet, De la Méditerranée, in L’invention scientifique de la Méditerranée, Ed de l’EHESS, 1998, p 27
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Fabre, « Marie-Noëlle Bourguet et alli, L’invention scientifique de la Méditerranée, Paris, Éd. de l’EHESS, 1998. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 91-94 | juillet 2000, mis en ligne le 03 mars 2005, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/2745

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page