Navigation – Plan du site
II. Lectures

Tal Shuval : La ville d'Alger vers la fin du xviiie siècle. Population et cadre urbain, Paris, CNRS Éditions, 1998, 282 p.

Daniel Panzac
p. 397-398

Texte intégral

1Tal Shuval, actuellement enseignant à l'Université Ben Gurion en Israël, présente ici la version remaniée de sa thèse préparée et soutenue à Aix-en-Provence. Peu de villes, surtout en France, sont à la fois aussi porteuses de fantasmes et aussi peu connues qu’Alger. La crainte ancestrale des corsaires barbaresques, prolongée jusqu'à nos jours sous différentes formes, se conjugue à une méconnaissance certaine de cette ville du sud de la Méditerranée. Le grand mérite de Tal Shuval est d'avoir abordé l'étude d'Alger sur des bases archivistiques sûres permettant d'offrir au lecteur une présentation objective et chiffrée face aux nombreux ouvrages fondés essentiellement sur des estimations subjectives et des a priori passionnels. La base de sa documentation est constituée par les registres des inventaires après décès du Bayt al-mâl au xviiie siècle. Cette administration des finances d'Alger était chargée de la gestion de la succession des personnes mortes sans héritier ou sans héritier mâle, ainsi que de celle des biens des personnes disparues et des condamnés à la peine capitale. L'auteur a sélectionné trois périodes, 1699-1701, 1786-1791 et 1799-1803 pour constituer un corpus total de 2975 successions. La richesse et la variété des informations qu'elle contiennent lui ont ainsi permis de dresser un portrait de la société et du paysage urbain de d'Alger.

2La première partie de l'ouvrage traite des différentes composantes de la population de la ville, et tout particulièrement du groupe social dominant, la milice des janissaires, l'odjak. L'apport de Tal Shuval réside moins dans l’exposé de son organisation, qui est connue depuis longtemps, que dans celui de l'origine géographique de ses membres, de leur fortune en fonction de leurs grades, de leurs campagnes terrestres ou maritimes, de leurs investissements, comme de leur résidences en caserne ou en ville. En principe, les janissaires, d'origine turque, sont considérés comme célibataires et les enfants issus de leur mariage avec des femmes indigènes, les kuloghlu, ne sont théoriquement pas admis dans les rangs de la milice. L'auteur montre, preuves à l'appui, qu'il n'en est rien et qu'un certain nombre d'entre eux parvenaient aux plus hauts grades de la milice. Toujours à travers les inventaires après décès, Tal Shuval aborde ensuite les composantes civiles de la population algéroise, les ulémas, les artisans, les commerçants, ce qui nous vaut un très intéressant tableau de la moyenne des fortunes selon les métiers (p. 142). Le lecteur tirera grand profit au rapprochement de ce tableau avec ceux situés aux pages 94 et 104 qui fournit les fortunes des militaires.

3La seconde partie de cet ouvrage est consacrée à la structure de la ville. Adossée à une colline, qui forme la pointe élevée du triangle urbain dessiné par les murailles, Alger comprend une partie basse, au bord de la mer où se trouvent le centre politique et militaire, avec le palais du dey, les principales mosquées, les bâtiments administratifs et les casernes des janissaires. C'est également dans la partie inférieure de la ville que se trouvent les souks autours desquels s'organise la vie économique. C'est dans la partie haute que se situent les quartiers résidentiels caractérisés par un réseau viaire composé de rues étroites dont 60 % finissaient en impasses. Cette partie de l'ouvrage est complété par quelques cartes dont la taille souvent réduite ne permet que difficilement la consultation.

4Au total, un livre qui enrichit la collection des ouvrages consacrés aux villes arabes, en réglant leur compte à un certain nombre d'idées reçues et en apportant une moisson d'informations nouvelles puisées aux meilleures sources.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Panzac, « Tal Shuval : La ville d'Alger vers la fin du xviiie siècle. Population et cadre urbain, Paris, CNRS Éditions, 1998, 282 p.  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 91-94 | juillet 2000, mis en ligne le 13 janvier 2009, consulté le 30 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/2750

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page