Navigation – Plan du site
II. Lectures

André Raymond, Égyptiens et Français au Caire, 1798-1801, Le Caire, IFAO, 1998, 391 p.

Jean-Charles Depaule
p. 398-401

Texte intégral

1La Description établie par les savants que Bonaparte avait emmenés en Égypte offre, on le sait, un riche tableau, d'autant plus précieux qu'il fixe un moment charnière : dans les décennies qui suivront le pays entrera dans une ère nouvelle, celle de sa "modernisation" et de la construction d'un État progressivement indépendant. Procédant par coupes, la vision de la Description était statique. André Raymond, dès le premier chapitre de son livre, anime en quelque sorte le monde enregistré par les savants français, en en restituant l'épaisseur historique, la complexité et la consistance sociale.

2À la fin du xviiie siècle le système ottoman appliqué à l'Égypte connaît une grave crise économique et politique. La Sublime Porte ne parvient pas à mettre un terme à l'anarchie provoquée par les conflits qui opposent les émirs dominants, le pouvoir étant détenu par une aristocratie mamelouke, "vestige" de ce groupe militaire constitué d'esclaves affranchis d'origine étrangère, dont les Ottomans ont pourtant conquis l'empire au début du xvie. La société égyptienne, très inégalitaire, se compose des ulémas, petits et grands, et des "sujets" (ra‘iyâ) qui se répartissent entre grands commerçants, artisans, boutiquiers et "populace" (al-‘âmma). Parmi les minorités religieuses, traditionnellement "protégées" par les musulmans, à côté des coptes, qui sont égyptiens de souche et des juifs qui pour nombre d'entre eux le sont de très longue date, et à côté d'étrangers comme les Grecs et les Arméniens, les catholiques venus de Syrie à partir de 1730 vont jouer un rôle de premier plan en tant qu'intermédiaires.

3En faisant le portrait des membres de l'élite, à commencer par celui de l'historien Gabartî qu'il enrichit tout au long de son ouvrage, et en évoquant des mouvements collectifs, informels ou organisés, André Raymond rappelle la fonction médiatrice, souvent ambiguë que, entre les représentants du pouvoir ottoman et les diverses couches de la population locale, les ulémas égyptiens exerçaient, et il met l'accent sur la grande vivacité avec laquelle s'exprimaient les aspirations, frustrations et revendications du peuple cairote, au sein duquel les commerçants et artisans, mais aussi les étudiants étaient particulièrement actifs. « Ce qu'on a décrit comme le “sommeil” de l'Égypte d'avant 1798 était tout à fait relatif », note André Raymond, qui voit dans les mouvements des vingt dernières années du siècle « une sorte de répétition générale pour la mobilisation des masses populaires du Caire et l'engagement des ‘ulamâ' à laquelle on allait assister entre 1798 et 1805 » (73).

4Après avoir ainsi présenté le paysage social du Caire au moment où les troupes de Bonaparte vont s'y installer, et avant de revenir, dans un dernier chapitre, sur les relations entre "occupés et occupants", sur l'attitude des uns et des autres, et en particulier sur la position des notables, à qui incombait le rôle d'intercesseurs, quant à l'opportunité de "coopérer", André Raymond retrace, en concentrant son attention sur la capitale, les trois années de la présence des Français. À leur tête, vont se succéder trois hommes fort différents : Bonaparte, qui met en place un divan composé d'ulémas, établit un système d'imposition nouveau, crée un tribunal de commerce, un bureau d'enregistrement des propriétés, organise de grandes fêtes..., puis, lorsqu'il rentre en France en août 1799, Kléber, dont l'allure sévère contraste avec le caractère séducteur de Bonaparte, enfin, après l'assassinat de Kléber en juin 1800 par le Syrien Sulaymân al-Îalabî, Menou, militaire terne, mais administrateur animé de visées pédagogiques et réformatrices. Entre l'arrivée des troupes françaises en 1798 et leur repli imposé par les troupes anglo-ottomanes en 1801, le Caire aura connu deux révoltes, celle d'octobre 1798 et, beaucoup plus longue, organisée, encadrée, et impitoyablement matée, celle de mars-avril 1800.

5Égyptiens et Français au Caire - 1798-1801 constitue, notamment, une chronique des marques quotidiennes d'indiscipline, des indignations et rebellions de toute sorte, des révoltes petites et grandes, plus ou moins violentes (à deux reprises très violentes), des réactions d'antipathie et, parfois, de sympathie, des solidarités, des rumeurs, protestations, propos hostiles (que l'auteur ne manque pas de rapprocher de la tradition de la « nukta sarcastique et humoristique dont les Cairotes n'ont pas cessé de donner des exemples savoureux » - 352) et autres "émotions". Des actes de résistance et de soumission, de compromission, voire de "collaboration", notion que le lettré Gabartî qualifie de muwâla, “contrat de clientèle”, tandis que, à propos des "collaborateurs", Nicolas Turc, son contemporain, « dit “ceux qui penchaient pour les Français” : yamîl ilâ l-faransawiyya » (358). Parce qu'elle est toujours située dans l'espace urbain, cette chronique dessine une topographie de l'opposition à l'occupation, qui correspond à la géographie du Caire pauvre et populaire où s'étaient déroulés les mouvements antérieurs à l'Expédition, mais qui inclut également le centre de la ville où résidaient artisans et commerçants.

6Un tel éclairage est nouveau. En effet, sans doute à cause de l'énormité de l'entreprise scientifique que représenta la Description, la perception de l'Expédition qui a prévalu, et qui, André Raymond nous le rappelle, avait été habilement élaborée et diffusée par Bonaparte lui-même, a pu minimiser la nature guerrière (sanglante) de l'occupation française et la manière dont elle fut vécue par les Égyptiens. André Raymond construit une image plus complexe à partir de points de vue multiples. Il s'appuie pour cela, non seulement sur l'historiographie française "officielle", mais sur les archives ainsi que les notes, témoignages, mémoires et relations, publiés ou non, que rédigèrent militaires ou civils et auxquels, à son avis, « les auteurs égyptiens n'ont pas toujours porté un intérêt suffisant » (3). D'autre part il s'attache aux documents contemporains de l'Expédition en langue arabe. Il y a, évidemment, l'œuvre considérable, avec ses trois versions successives, de l'historien égyptien Gabartî qui, méprisant la "populace" et peu indulgent à l'égard de ses pairs de l'élite cairote, fut plus témoin qu'acteur, même s'il finit par siéger au divan mis en place par les Français. Est mobilisée également, mais à un degré moindre, la chronique de Nicolas Turc, Syrien et chrétien, donc plus extérieur aux événements.

7Déplorant à plusieurs reprises les limites de ses sources, André Raymond écrit notamment : « Aucun Gabartî, issu des couches populaires, ne nous a malheureusement transmis les sentiments qui avaient agité le peuple du Caire et que nous ne connaissons qu'à travers la chronique du cheikh et les documents de l'expédition » (208). Pourtant, et même si les personnalités qui se détachent véritablement sont celles de l'élite, il réussit, et ce n'est pas le moindre intérêt de son livre, à nous faire au moins entrevoir (et entendre), saisie dans son existence quotidienne à travers une complainte anonyme ou au détour d'un rapport de police, plus d'une figure "ordinaire", héroïque ou moqueuse, compatissante ou insurgée.

8Les Français s'étaient présentés comme les protecteurs des Égyptiens (et de la souveraineté ottomane) contre les exactions des Mamelouks. Ils finirent par s'allier à ceux-ci contre les Ottomans. Ils s'étaient proclamés défenseurs de l'Islam, ce qui semblait a priori peu crédible aux musulmans du Caire et que démentirent le bombardement et le sac de la mosquée d'al-Azhar en 1798, ainsi que l'installation de débits de boisson ou de quartiers de casernement dans des lieux de prière et le recours aux chrétiens comme auxiliaires.

9Propager la notion de modernité constituait « une des bases (en même temps qu'un alibi) pour la présence française en Égypte » (239). Cette ambition réformatrice allait de pair avec le projet affiché de former l'esprit public. Qu'il s'agisse de la tentative de créer un état civil, de promulguer des règlements d'hygiène et de prendre des mesures face aux épidémies, apparemment l'expérience ne fut guère concluante. De même, la diffusion de connaissances qu'étaient censés assurer l'Institut d'Égypte et l'imprimerie de Boulaq ne semble pas s'être véritablement développée, si l'on excepte quelques rares ulémas plus réceptifs comme Îasan al-‘A††âr, soucieux de la renaissance des sciences arabes, qui devint « un personnage majeur dans l'histoire intellectuelle de l'Égypte au xixe siècle et qui exerça une influence considérable » (348).

10Parmi les raisons de ce faible succès, on citera : une méfiance générale à l'égard d'innovations imposées par des chrétiens, la mise en cause par les réformes d'us et coutumes enracinés dans une tradition culturelle et religieuse, les arrière-pensées disciplinaires ou répressives que les Cairotes ne manquaient pas de prêter à diverses mesures "éclairées", comme celles, d'ordre sanitaire, qui impliquaient des inspections domiciliaires, ou la suppression des bancs de pierre dans les rues et la destruction des portes des quartiers, qui constituait par ailleurs une atteinte au caractère sacré de la vie familiale. Et le temps, qui a manqué pour que le changement et toute acculturation puissent "prendre", comme nous le rappelle à juste titre, en historien, André Raymond qui écrit : « Il est sans doute excessif de suggérer, comme le fait Gabartî, que l'occupation française constituait une sorte d'entreprise délibérée de démoralisation de l'Égypte, par l'abaissement du statut de l'Islam, par l'encouragement donné à la dissolution des mœurs, par le bouleversement de l'édifice social. Mais on ne peut dire que, dans sa pratique, l'occupation favorisait véritablement l'accession de l'Égypte à un stade de civilisation plus élevé, objectif déclaré des Français » (318).

11C'est sur le plan politique qu'il perçoit le véritable impact de l'Expédition sur la société égyptienne et une rupture. Un système de gouvernement à bout de souffle avait reçu le coup de grâce. D'autre part l'expérience du divan avait appris aux ulémas à participer au pouvoir. Quant aux masses populaires du Caire, « sous l'occupation, elles avaient fait le douloureux apprentissage du combat. La mobilisation des Cairotes se fit en 1805 autour du projet de l'établissement d'un gouvernement juste que MuÌammad ‘Alî s'engageait à mettre sur pied ». Et qu'il devait orienter « vers un effort de modernisation autoritaire » (368).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Charles Depaule, « André Raymond, Égyptiens et Français au Caire, 1798-1801, Le Caire, IFAO, 1998, 391 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 91-94 | juillet 2000, mis en ligne le 03 mars 2005, consulté le 20 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/2751

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page