Navigation – Plan du site
II. Lectures

Jean-Luc Arnaud, Le Caire, mise en place d'une ville moderne 1867-1907. Des intérêts du prince aux sociétés privées, Arles, Sindbad Actes Sud, 1998, 444 p.

Nora Lafi
p. 401-404

Texte intégral

1Jean-Luc Arnaud offre avec ce bel ouvrage, fruit d'une recherche scientifique menée au Caire (CEDEJ), une contribution importante à l'histoire de l'urbanisation de cette ville de 1867 à 1907. L'auteur, architecte de formation, tente avec ce livre une étude d'histoire urbaine, consacrée à une période clef dans le processus de modernisation des cités du monde arabe et des provinces ottomanes. Cette quarantaine d'années correspond, en effet, à la mise en place de la ville moderne dans une cité millénaire. D'emblée les césures chronologiques et les protagonistes de cette modernisation sont repérés par l'auteur : le prince, dans un premier temps, puis les sociétés immobilières privées et leurs réseaux de pouvoir et d'influence respectifs. Mais ce n'est pas tout. L'intérêt majeur de ce travail est bien l'analyse morphologique des espaces urbains qui s'appuie sur un corpus riche et varié : en plus des sources écrites émanant pour une grande part des Archives nationales égyptiennes (de Dâr al-wathâ'iq pour les documents non publiés - 346 cartons et la collection de registres de recensements - et du Service du Tanzîm entre autres pour celles publiées), l'auteur exploite d'importantes sources cartographiques - par exemple des documents du Service du cadastre Maslahat al-Misâha -), ce qui constitue à la fois l'originalité et la force de ce travail. L'ensemble des sources cartographiques consultées est présenté à la fin de l'ouvrage et a été en outre analysé avec une grande rigueur scientifique. Certaines des sources cartographiques les plus intéressantes sont de plus publiées dans ce livre, ce que met en valeur un travail éditorial de qualité. Le support cartographique est là pour étayer la thèse d'une modernisation caractérisée, selon l'auteur, par "un faux départ" puis par « une reprise avant la chute » qui correspondent en fait aux deux grandes parties du livre. Ces deux parties sont, chacune, découpées en quatre chapitres, qui amènent cependant à une constatation finale unique : « deux périodes opposées, un même phénomène », la prééminence des intérêts privés (princiers puis capitalistes) dans l'évolution de l'espace urbain.

2Tout d'abord, pourquoi « un faux départ » pour une agglomération qui connaît une croissance notable à la fin du xixe siècle ? La première partie est essentiellement consacrée au programme de travaux publics et d'urbanisation mené sous la férule khédiviale du prince Isma‘il. En quelques décennies, la surface urbanisée du Caire et sa population doublent, mais Jean-Luc Arnaud montre à quel point ce programme urbain est fragile, et repose sur un certain nombre d'hypothèques politiques et foncières qui ne faciliteront guère son développement même et le maintien de la tutelle publique sur l'évolution de la ville.

3L'auteur parvient à suivre avec perspicacité le devenir d'un éventuel modèle haussmannien dans le Caire modernisé et à montrer combien ce programme de modernisation manque souvent de certains des instruments administratifs ou juridiques qui avaient fait le succès du modèle parisien. Il décrit également l'emprise limitée sur l'espace urbain de ce programme de travaux, et la manière dont le Khédive reste à l'origine de chaque impulsion significative, et échoue à trouver les relais nécessaires à la mise en place de programmes de plus vaste ampleur. Jean-Luc Arnaud étudie également le processus décisionnel en matière de politique urbaine, exposant la manière dont la mainmise princière sur la modernisation de la ville a sans doute retardé la mise en place d'institutions de gestion urbaine modernisées. Les retards de la municipalité, puis ses faiblesses, seraient ainsi dus à la volonté princière. Cette thèse, extrêmement séduisante, aurait sans doute plus de force encore dans une étude plus approfondie de la mise en place du pouvoir municipal, et surtout dans une comparaison avec ce qui a pu se passer à ce sujet dans les autres villes arabes de l'Empire ottoman à la même époque. Le cas de l'Égypte, et son éventuelle singularité, n'en apparaîtrait qu'avec plus de clarté. Refusant toute histoire finaliste, l'hypothèse selon laquelle Le Caire était encore, à la fin des années 1860, un terrain potentiel d'expérimentation des réformes ottomanes en matière urbaine, mériterait d'être formulée et confrontée à ce que l'auteur constate, impasses ou réussites, dans l'évolution de la ville qu'il étudie.

4Jean-Luc Arnaud suit en revanche avec précision l'action du personnel administratif choisi par le Khédive. Au travers de la figure d'un personnage aussi important que ‘Alî Mubârak, nommé par Isma‘il à d'importantes charges urbaines à partir de 1868, il montre à la fois l'évolution des techniques de gestion de grands travaux urbains, mais aussi les limites d'un tel phénomène. On peut seulement regretter, peut-être, que cette analyse ne remonte pas davantage aux caractéristiques antérieures de la gestion urbaine, afin de mieux repérer à la fois les césures et les continuités relevées pour le dernier tiers du xixe siècle et de mieux relier l'analyse de la forme de la ville à la compréhension du fonctionnement de la société urbaine. En ce qui concerne l'aménagement de la vieille ville et son adaptation aux contraintes de la modernité technique, l'auteur consacre de belles pages au travail de l'administration khédivienne.

5Une des principales richesses de l'ouvrage est également son apport en matière d'analyse du parcellaire urbain, de son évolution et de l'inertie des structures antérieures. S'inscrivant dans la meilleure des perspectives d'histoire de la forme urbaine, Jean-Luc Arnaud parvient à livrer de passionnantes descriptions de l'évolution de l'espace urbain et de l'emprise au sol du bâti et de la voirie.

6La lecture de ces passages est un grand plaisir, et la démarche de l'auteur est d'une réelle nouveauté pour une ville comme le Caire.

7De même, Jean-Luc Arnaud livre une tentative de production d'une typologie architecturale et d'une typologie des étapes de la vie d'une parcelle et de sa densification immobilière. Il révèle dans cet exercice une grande vision de l'évolution de l'espace urbain et de la forme de la ville. Après cette démonstration, c'est le lien entre parcellaire, propriété foncière et planification urbaine sous forme de programme de travaux d'une part, et société urbaine d'autre part qui intéresse l'auteur. Dans ce domaine, la démonstration est certes moins complète, mais le type de sources choisi explique sans doute cette relative lacune. J. L. Arnaud parvient cependant à montrer le poids des notabilités et des réseaux d'influence proches de l'administration du Palais.

8La seconde partie du livre est consacrée à une période légèrement postérieure, à partir de la seconde moitié des années 1870. Dès 1876 (mise en place de la Caisse de la dette publique et nomination de ressortissants étrangers à la tête des principaux ministères), l'auteur décrit un renversement de situation par rapport à la première période (1867-1876). D'une part, les interventions de l'État en matière d'édilité sont minimes, au profit du secteur privé, et, d'autre part, les formes urbaines, réalisées dans un contexte modifié (libéralisme anglais par exemple) sont très différentes de celles de la période d'Isma‘il. Ce type de situation dure jusqu'en 1907. L'auteur remarque d'ailleurs que, si la première période produit de la ville, la seconde à la fois fonde de nouveaux quartiers, et consolide les quartiers existant. Il présente, dans une démarche comparative entre ces deux périodes, la nouvelle gestion de la ville ainsi que les nouvelles institutions, et consacre une grande attention aux nouveaux instruments cartographiques produits. Il s'agit bien, pour Jean-Luc Arnaud, de « l'introduction en Égypte des méthodes modernes d'organisation administrative ». De nouveaux découpages urbains sont institués, de nouvelles catégories dans les espaces urbains sont définies ; on classe, compte, désigne et contrôle. Cette « prise de pouvoir » sur l'espace urbain, est analysée de manière remarquable, avec force cartes, démonstrations et illustrations. On peut juste regretter que cette démarche ne soit pas doublée d'une réflexion sur les modalités de la gestion de l'espace urbain, avant un phénomène de modernisation qui est peut-être décrit comme une nouveauté trop radicale.

9L'auteur montre de plus comment l'État se désengage durant les trente années qui suivent la mise en place de la Caisse de la dette publique (1876), diminuant fortement le budget destiné à la nouvelle administration de la ville, et laissant place libre au jeu des investisseurs privés et aux compagnies immobilières. La ville qui en naît en porte la marque dans sa forme même, démonstration qui est encore une fois le point fort de l'analyse de Jean-Luc Arnaud. Celui-ci montre d'ailleurs aussi comment les instruments juridiques de planification de l'évolution du bâti urbain évoluent à un rythme toujours trop lent par rapport à l'impulsion privée, faisant du Caire une ville à la réglementation urbaine toujours inadaptée. Il décrit également la manière dont la notabilité locale trouve son intérêt dans la spéculation foncière et immobilière, et parvient à suivre en parallèle l'évolution de la forme de la ville et le jeu des réseaux de notabilité.

10Il s'attache ensuite, avec la même logique et la même rigueur, à une étude de la formation des quartiers des affaires, de l'extension des périphéries, et du développement de lotissements. À chaque fois il parvient à exposer avec force le lien entre forme de la ville produite et contexte juridique, économique et social de cette production. Dès lors, même si les « gestes urbanistiques » du prince ont peu de choses en commun avec l'optimisation de la rente foncière des sociétés et des intervenants privés, l'auteur tient à conclure sur un constat de convergence, paradoxale, dans l'évolution de la ville pour les deux périodes.

11Ce livre constitue donc à la fois une étude précieuse sur le cas cairote, et un modèle stimulant tant pour la comparaison que pour la réflexion sur la ville en général. Jean-Luc Arnaud contribue avec force à fonder pour le monde arabe l'étude de la forme avec la méthode la plus rigoureuse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nora Lafi, « Jean-Luc Arnaud, Le Caire, mise en place d'une ville moderne 1867-1907. Des intérêts du prince aux sociétés privées, Arles, Sindbad Actes Sud, 1998, 444 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 91-94 | juillet 2000, mis en ligne le 03 mars 2005, consulté le 26 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/2752

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page