Navigation – Plan du site
II. Lectures

Rahal Boubrik, Saints et société en Islam. La confrérie ouest-saharienne Fâdiliyya, CNRS, 1999, 203 p.

Rachida Chih
p. 429-432

Texte intégral

1Les confréries musulmanes au Maghreb et en Afrique noire ont fait l’objet de nombreuses études. Après les enquêtes policières menées par l’administration coloniale au xixe et au début du xxe siècle, les études récentes appréhendent les confréries de l’intérieur selon une méthode de recherche qui fait appel à l’histoire, l’anthropologie et la sociologie religieuse. C’est cette méthode qu’a choisi R. Boubrik pour étudier l’histoire de la confrérie Fâ¥iliyya dans l’ouest saharien, l’actuel Mauritanie. La confrérie n’est pas étudiée per se : à travers elle, est retracée l’histoire sociale, religieuse et politique de cette région entre le xviie et le début du xxe siècle.

2L’originalité et l’intérêt de la démarche de l’auteur repose sur le recoupement de différents types de sources, ce qui lui permet d’analyser la confrérie à la fois de l’intérieur et dans ses relations avec son environnement social et politique. L’auteur a utilisé des sources littéraires en arabe, la quasi-totalité manuscrites, provenant de bibliothèques privées et publiques : ce sont des histoires locales (xviie-xixe siècles), des histoires de généalogies tribales (ansâb) et des récits hagiographiques (dont le plus important est la Vie de Muammad Fâ¥il, le fondateur de la Fâ¥iliyya écrite par un de ses disciples) ; des archives, la plupart de l’époque coloniale ; des informations obtenues par l’enquête orale. Chaque type de source est conditionné par un projet différent : l’attestation d’une généalogie prestigieuse, d’une élection divine, de la validité de l’entreprise coloniale ou la mise en œuvre de stratégies sociales et politiques actuelles des groupes. L’auteur, formé aux méthodes de la sociologie, démonte les discours et les repésentations et éclaire les enjeux et les stratégies des acteurs dans cette région ouest-saharienne à l’époque pré-coloniale et coloniale.

3L’ouvrage est court (188 pages de texte) mais dense. Il est divisé en trois parties, la première partie « Stratification sociale et modèle de religiosité » retrace le contexte historique dans lequel s’est développée la Fâdiliyya. Dans cette partie, le lecteur apprend que dans la deuxième moitié du xviie siècle des guerres intertribales marquent un tournant dans l’histoire socio-politique de la Mauritanie. À l’issue de ces conflits, un clivage apparaît dans la hiérarchie statutaire des tribus : les Hassân s’attribuent l’autorité des fonctions de guerriers, alors que le rôle des Zwâya se limite au religieux. L’islam sunnite malékite, imposé par les Almoravides, se propage en milieu rural et bédouin par le biais d‘écoles ambulantes, muhâdra, animées par des fuqahâ’. L’implantation de la confrérie Shâdhiliyya, venue du Maroc au xviie siècle, prépare le terrain à celle du soufisme confrérique au xixe siècle représenté par la Qâdiriyya (dont la Fâdiliyya se réclame) et la Tijâniyya. Ces confréries se sont appuyées sur la structure tribale pour s’imposer.

4La deuxième partie du livre, « De la fondation d’une confrérie à la chefferie tribale » porte sur l’accès à la sainteté de Muhammad Fâdil (m. 1869), la fondation de sa confrérie et son insertion dans la tribu. La reconnaissance du saint s’est faite grâce à l’accumulation d’un capital symbolique formé d’une généalogie chérifienne, de compétences dans le domaine du savoir scripturaire et d’une initation mystique. Muhammad Fâdil a reçu de son père le wird (litanies) qâdirî et définit sa confrérie comme Qâdiriyya, bien que sa chaîne de transmission comprenne des maîtres shâdhilî et qu’elle ait recours à d’autres wird. Un des fils et héritiers spirituels de Muhammad Fâdil, Ma’ al-‘Aynayn, considère d’ailleurs que toutes les uruq ont une seule origine, la voie du prophète (al-tarîqa al-muhammadiyya) : ce concept fit fortune au sein des confréries africaines, nouvelles ou rénovées, au xixe siècle. Dans une région (le Hawd), plongée dans les conflits sanglants entre tribus, le cheikh apparaît comme un saint protecteur, un sauveur dont la baraka permet de faire des miracles comme celui de ressusciter les morts. Grâce à son charisme, Muhammad Fâdil peut entreprendre ce que l’auteur définit comme une « (re)fondation » de sa tribu dont il devient le chef religieux et temporel ; appartenance confrérique et appartenance tribale se confondent. C’est en s’appuyant sur sa tribu qu’il peut affirmer son autorité religieuse, politique et sociale dans le Hawd, face aux tribus guerrières et religieuses qui la lui contestent.

5La troisième et dernière partie, « L’expansion de la Fâdiliyya, l’ordre colonial et la question de la succession » traite de l’expansion de la Fâdiliyya en dehors du Hawd, expansion qui vient bientôt se heurter à la conquête coloniale française dans la région ouest-africaine. La diffusion de la confrérie est assurée par deux des fils de Muhammad Fâdil, Sa‘d Buh et Ma’ al-‘Aynayn. Sous l’injonction de leur père, ils établissent la confrérie dans de nouvelles régions, Sa‘d Buh dans l’est du pays et Ma’ al-‘Aynayn dans le nord. L’errance est parfois longue et l’installation difficile. Leur présence attire l’animosité des chefs religieux et guerriers. Sa‘d Buh et Ma’ al-‘Aynayn réussissent à s’imposer soit grâce au soutien d’une autre confrérie (soutien apporté par la Tijâniyya à Sa‘d Buh), soit grâce à des alliances matrimoniales (Ma’ al-‘Aynayn aurait eu 116 femmes ! La plupart sont issues de tribus zwâyas), enfin, soit grâce à leur rôle d’arbitre ou d’enseignant. L’attitude des deux frères face à l’ordre colonial diverge : Sa‘d Buh préfère l’accommodation alors que Ma’ al-‘Aynayn se lance dans la résistance.

6La succession à la tête de la confrérie se fait, jusqu’à aujourd’hui, à l’intérieur de la famille ; même si Muhammad Fâdil ne désigne pas de successeur à sa mort, la fonction de khalîfa est restreinte à ses enfants. Cette transmission héréditaire de l’autorité spirituelle fait écrire à l’auteur que d’un modèle de fondateur, la confrérie passe à un modèle de gestionnaire. Il parle de « routinisation du charisme ». Or, un des fils de Muhammad Fâdil, Taqiyyu Allâh semble avoir autant de charisme spirituel que son père.

7La sociologie permet, certes, à l’historien des religions de mesurer l’insertion d’un message religieux dans la société. Cependant, l’auteur de cet ouvrage est parfois tenté de partir de concepts sociologiques et d’analyser les faits à leur lumière et non l’inverse. Mais peut-être est-ce dû à sa formation scientifique ? Cependant, il faut être vigilant à ne pas faire entrer les faits dans des modèles établis à l’avance et forcément réducteurs. Le parcours religieux et social de Muhammad Fâdil est expliqué en termes de manipulation et d’arrangement, d’enjeux et de stratégies. Le saint est perçu comme un dominateur qui a su s’imposer grâce à un contexte de crise, dans une société écrasée par les violences des tribus guerrières, à la recherche d’un protecteur et d’un sauveur. On n’aperçoit pas ce qui fait l’originalité du parcours de Muhammad Fâdil. À l’analyse froide des faits, on aurait aimé plus de récits hagiographiques vivants.

8Cette étude reste cependant un modèle du genre. L’approche théorique de l’auteur permet en effet d’aborder toutes les dimensions de la confrérie, religieuse, sociale et politique ; chacune de ces dimensions est, à chaque fois, remise dans son contexte historique apportant, ainsi, une importante contribution à l’histoire de cette région ouest-africaine à l’époque pré-coloniale et coloniale. Cet ouvrage vient, en outre, combler un vide ; en effet, la Fâdiliyya n’avait fait l’objet d’aucune étude depuis celle menée par P. Marty, chef de la section des affaires musulmanes au gouvernement général de l’AOF.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rachida Chih, « Rahal Boubrik, Saints et société en Islam. La confrérie ouest-saharienne Fâdiliyya, CNRS, 1999, 203 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 91-94 | juillet 2000, mis en ligne le 03 mars 2005, consulté le 21 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/2756

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page