Navigation – Plan du site
II. Lectures

C. Decobert (dir.), Valeur et distance. Identités et sociétés en Égypte, Maisonneuve et Larose, Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme, Paris, 2000, 362 p.

Samuel Fettah
p. 434-436

Texte intégral

1Après la somme consacrée aux mégapoles méditerranéennes1, la nouvelle collection de "l'atelier méditerranéen" nous propose un deuxième ouvrage, là encore collectif et ambitieux, mais cette fois-ci centré sur un espace, l'Égypte, et une question forte des sciences sociales, l'identité.

2Trois démarches fondamentales traversent le livre, le structurent et lui donnent vigueur. Une démarche pluridisciplinaire, d'abord, puisque anthropologues, sociologues et historiens se sont associés dans la même entreprise. Une démarche historique, ensuite, car les dix-huit articles qui suivent l'introduction de C. Décobert nous permettent de parcourir la question identitaire de l'Égypte des Ptolémées jusqu'à celle d'aujourd'hui. En suivant une progression chronologique, le livre nous fait ainsi mieux comprendre que l'identité n'est pas immuable, qu'elle a une histoire. L'identité appartient à son temps et c'est une construction dynamique, dont les apories sont elles-mêmes liées à l'état des sociétés considérées. L'ouvrage est donc aussi marqué par une démarche sociologique et anthropologique forte, dans laquelle l'identité n'est pas considérée en soi, mais pour ce qu'elle permet de comprendre sur la société égyptienne et ses évolutions. Ce faisant, ce livre ne suscitera pas seulement l'intérêt des spécialistes de l'Égypte, ni  même du monde arabe, mais plus largement de tous ceux qui s'interrogent sur les sociétés méditerranéennes et leur passé.

3S'il existe en Égypte, pendant presque toute la période considérée, une majorité musulmane et des minorités chrétienne et juive, il  apparaît que les identités de ce pays peuvent difficilement se laisser enfermer dans des cadres stricts. Non seulement parce que ces groupes religieux sont eux-mêmes subdivisés en sous-groupes parfois très individualisés, mais aussi parce que le critère religieux ne suffit pas à cerner la réalité identitaire. En outre, les mouvements de population, les conquêtes et les  conflits ont pu recomposer, retracer ou fragmenter des identités fortement marquées par les figures de l'altérité.

4Les identités sont donc complexes. Elles font d'ailleurs l'objet de dénominations multiples. Mais l'ouvrage évite le casse-tête des définitions en insérant leur étude dans les dynamiques sociales ou politiques qui traversent l'Égypte. Dés l'introduction, C. Décobert nous rappelle que les identités sont tout à la fois construites et génératrices de rapports sociaux.

5L'influence de Goffman et surtout de Barth traverse le livre : les identités évoquées apparaissent le plus souvent définies de manière interactionnelle, à la frontière des groupes. Plusieurs études montrent d'ailleurs que l'identité d'un groupe est fortement liée au regard d'autrui (sur les Juifs, S. Kramer : 199-208 ; sur les Coptes, J.-N. Ferrié : 307-317, les deux études soulignant le poids du regard de la majorité musulmane sur la position et l'évolution de ces minorités). De plus, les dénominations identitaires recouvrent différents usages (il en va ainsi du terme "turc", abordé par G. Venstein, p.105-119, à  propos de l'identité ottomane).

6Pour être pleinement intelligibles, identités et dénominations doivent être fortement contextualisées. Il en va ainsi de la perception qu'ont aujourd'hui les musulmans de la minorité copte : J.-N. Ferrié souligne qu'il y a un "temps froid" et un "temps chaud" dans cette perception, selon que l'on veuille laisser en sommeil ou activer les images de l'altérité copte (J.-N. Ferrié : 309).

7Mais la mobilisation des limites identitaires n'est pas seulement analysée afin de justifier le contour des groupes en question. Une des forces de l'ouvrage est de mettre en valeur la contingence de l'altérité et sa valeur créatrice. Plusieurs études montrent ainsi que les différences identitaires se recomposent lors des grandes mutations historiques (irruption de la modernité, émergence des nationalismes...). Dans le cas des Caraïtes, minorité dans la minorité juive, bien séparée des formes majoritaires du judaïsme mais bien intégrée dans la société égyptienne, la création de l'État d'Israël et l'essor du nationalisme arabe marquent un tournant : la pénétration du sionisme, longtemps limitée, s'accélère et entraîne une redéfinition rapide de la position des Caraïtes, rejetés dans l'ensemble juif puis forcés au départ (J.-F. Faü : 213-225). Dans les années trente, avec l'affirmation des valeurs occidentales, la communauté juive est elle aussi victime de ce durcissement de la frontière communautaire (F. Abecassis : 279-305), d'autant qu'avec le sionisme, la majorité musulmane la perçoit de plus en plus comme une communauté politique (G. Kramer : 204-205). Ainsi, la perception qu'à des Juifs le reste de la société tend à les enfermer dans un ensemble homogène, alors même que la réalité est plus complexe, pour un groupe davantage fragmenté et divisé, par ailleurs longtemps travaillé par des aspirations contradictoires.

8Pourtant, si les références identitaires ont pu parfois s'inscrire durablement dans la société égyptienne, c'est qu'elles s'étaient enracinées dans l'espace. Plusieurs contributions soulignent ainsi la forte inscription territoriale des identités (S. Björnesjö : 163-174, sur l'arabisation des paysages ; M. Chapoutot-Remadi : 175-188, à propos des Mamelouks bahrides ; J.-C. Garcin, M.-A. Taher : 189-197, sur l'inscription identitaire dans un wafq du xve siècle ; C. Décobert : 247-259, sur les tombes de Bahnasâ). Toponymie, quartiers, espaces sacrés, parcours... l'identité s'affirme et se prolonge sur une base territoriale.

9En outre, les identités valent par leurs fonctions et leurs usages. Plus que des différences réelles, qui ne sont pas toujours mobilisées dans l'activation de la frontière entre groupes, elles renvoient à un imaginaire distinctif qui attribue des valeurs et produit de la distance. La distinction identitaire est donc un moyen de pouvoir. Le livre montre ce lien entre identité et pouvoir. À propos de l'identité  juive, par exemple, il apparaît nettement qu'en situant le groupe et en lui conférant une position, elle n'est pas seulement moyen de subordination : elle permet d'être interlocuteur du pouvoir politique. À ce point, d'ailleurs, on aurait aimé avoir davantage de développement sur l'usage de l'identité au sein des groupes de minoritaires, en particulier sur son utilisation dans l'exercice du pouvoir notabiliaire.

10L'introduction de C. Décobert insiste pourtant sur l'importance des identités dans la mobilisation de ressources et dans le déploiement de stratégies propres à influer sur l'évolution de la société. Et c'est à juste titre que J.-N. Ferrié souligne, à propos des Coptes, un des intérêts majeurs de l'étude sociale des identités : non seulement elle permet de définir la position du groupe dans la société, mais aussi, lorsque elle se donne la peine d'observer le regard de la société sur le groupe, d'éclairer l'organisation d'ensemble de cette société. Il y  a donc des mécanismes de production du social dans lesquels s'inscrit l'identité, mécanismes dont il faut analyser le jeu pour comprendre les évolutions de la société égyptienne. Sans doute ce recours plus poussé à l'Histoire sociale aurait-il permis d'éclairer davantage le rôle des constructions identitaires.

11Il n'en reste pas moins que ce florilège de variations sur le thème identitaire permet de mieux comprendre l'identité de l'Égypte et son histoire, tout en soulevant nombre d'interrogations passionnantes quant à la place de l'identité au sein des formations sociales, présentes et passées. En cela, il suscitera largement l'intérêt, bien au-delà des spécialistes de l'Égypte.

Haut de page

Notes

1  Cf. compte rendu infra.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Fettah, « C. Decobert (dir.), Valeur et distance. Identités et sociétés en Égypte, Maisonneuve et Larose, Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme, Paris, 2000, 362 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 91-94 | juillet 2000, mis en ligne le 03 mars 2005, consulté le 29 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/2758

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page