Navigation – Plan du site
II. Lectures

Hayîm Habshûsh, Yémen (trad. et prés. Samia Naïm-Sanbar), nlle éd., Arles, Actes Sud, 1998, 210 p.

Jean-Charles Depaule
p. 441-442

Texte intégral

1Publiée pour la première fois en 1995, voici rééditée avec quelques corrections la version française d'un curieux texte qui est beaucoup plus qu'une curiosité. Il s'agit de la relation de l'expédition effectuée au Yémen en 1869 par Joseph Halévy, membre de l'Institut, le premier voyageur européen à parcourir le Djawf et à atteindre Wâdî Nadjrân, rapportant plus de six cents copies d'inscriptions antiques. L'auteur n'en est pas le savant français lui-même, mais son guide, Hayîm Habshûsh, un juif yéménite originaire de Sanaa, chaudronnier de son état, qui assista également quelques années plus tard l'orientaliste autrichien Glaser. C'est sur les conseils de celui-ci que Habshûsh entreprit la rédaction de ce récit, plus de vingt ans après. Ainsi, comme le suggère Samia Naïm-Sanbar dans sa préface, il faisait la lumière sur ses mérites et sur la part décisive qu'il avait prise dans le succès d'Halévy, qui avait omis de le citer, et, par personne interposée, Glaser minimisait le rôle de son collègue et concurrent.

2Habshûsh met donc en avant son dévouement, son courage et son esprit d'à propos, dans des situations - face, notamment, aux pillards qui menacent l'expédition - dont la cocasserie confère des accents picaresques à ce texte agrémenté d'histoires rapportées, de commentaires et d'appréciations personnelles. Yémen se lit comme un captivant récit d'aventures, plein d'humour et de dérision, de crudité voire de cruauté. Mais aussi comme un témoignage précieux sur les us et coutumes des tribus, et spécialement des juifs, "protégés" dont Habshûsh évoque la condition souvent misérable. Il comprend en particulier de nombreuses et belles pages consacrées aux intérieurs et aux rituels de l'hospitalité.

3Un des intérêts de cette relation - en majeure partie composée dans l'arabe des juifs de Sanaa, le reste étant rédigé en hébreu - est d'ordre linguistique. Samia Naïm, qui en donne une traduction efficace et rigoureuse 1, analyse dans sa présentation la diversité des procédés rhétoriques utilisés par ce médiateur « entre le narrateur, l'acteur et l'auteur », la variété de son art de conteur et de dialoguiste, la manière dont il adapte « son style aux sujets traités et aux événements rapportés », dont il joue avec le langage, dont il mobilise tel registre lexical ou telle forme verbale selon qu'il décrit, narre ou porte un jugement.

Haut de page

Notes

1 Elle en a également établi l'édition en arabe, suivie d'une traduction des articles d'Halévy par Mounir Arbach (Rû'iyat al-Yaman, San‘â', Markaz al-dirâsât wa l-buΩûth al-yamanî, 1992).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Charles Depaule, « Hayîm Habshûsh, Yémen (trad. et prés. Samia Naïm-Sanbar), nlle éd., Arles, Actes Sud, 1998, 210 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 91-94 | juillet 2000, mis en ligne le 03 mars 2005, consulté le 25 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/2761

Haut de page

Auteur

Jean-Charles Depaule

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page