Navigation – Plan du site
II. Lectures

Etienne Copeaux, (2000), Une vision turque du monde à travers les cartes de 1931 à nos jours, Paris, CNRS Éditions, 240 p., 49 figures (ISBN 2-271-05700-0)

Régis Darques
p. 442-444

Texte intégral

1Les manuels scolaires ne sont pas seulement des ouvrages de vulgarisation destinés à un public jeune, peu versé dans l’analyse critique. En tant qu’objet d’étude, ils constituent pour l’historien une source d’informations riche et aisément accessible. Dans un contexte nationaliste, les leçons d’histoire deviennent pour le pouvoir politique un moyen efficace d’instiller l’idéologie officielle dans les esprits malléables des enfants.

2Etienne Copeaux publie ici la seconde partie de sa thèse, dont le premier volume est paru en 1997 aux éditions du CNRS sous le titre « Espace et temps de la nation turque. Analyse d’une historiographie nationaliste (1931-1993) ». Son objectif est de passer au crible un corpus de six cents cartes extraites des manuels scolaires turcs depuis les débuts du kémalisme. Sa méthode d’approche est innovante et rigoureuse.

3Loin des périphrases, l’auteur va à l’essentiel. Le discours des manuels est d’emblée qualifié de nationaliste, et l’endoctrinement patriotique présenté comme un des principes de base de la république turque. La vision kémaliste de l’histoire, inspirée de thèses émises à partir du début du xxe siècle par des turcophones tatars et azéris fuyant l’Empire russe, prône en effet l’antériorité absolue de la civilisation turque sur celle de tous les autres peuples.

4Cette « vision » du monde reconnaît trois territoires de la nation turque : l’Anatolie, lieu d’implantation de l’État turc actuel ; le Proche-Orient, théâtre historique de l’islam ; l’Asie intérieure, région des origines. Le territoire mythique de la Turquie s’étend donc au-delà des frontières nationales. À l’espace vécu s’ajoute celui, rêvé, dont les horizons ultimes épousent ceux de la planète. La Turquie devient ainsi le centre du monde, en même temps que la turcité de tous les continents se trouve démontrée.

5Il suffit de jeter un œil sur la cinquantaine de figures publiées en fin de volume pour cerner la pertinence de cette approche sémiologique. Les cartes scolaires brillent par leur médiocrité. Un cartographe novice y perdrait son latin. Des titres tapageurs et flous côtoient des légendes confuses ou inexactes. Les erreurs de graphisme sont monnaie courante. Les échelles sont fausses ou absentes. Sous prétexte d’économies budgétaires ou de manque de temps pour finaliser les représentations, les rédacteurs s’émancipent de toutes les conventions cartographiques.

6Le résultat attendu est évident. Bien que destinées à des regards, les cartes paraissent illisibles. Le lecteur se trouve dans l’incapacité d’interpréter les documents sans guide. La représentation graphique devient un prétexte, un support déformé, dont la seule fonction est d’appuyer un discours politiquement orienté. En arguant d’une simplification pédagogique, la carte se mue en outil de propagande.

7Malgré cela, l’auteur parvient à faire parler les cartes avec une incroyable dextérité. Aucun détail ne lui échappe : ses classifications scrupuleuses contrastent avec la pauvreté intrinsèque d’un support hâtivement constitué. Sa démarche, inspirée de la linguistique, le pousse à dénombrer, trier et organiser inlassablement. L’insignifiant prend immédiatement, sous sa plume, une consistance inédite. Son parti pris de considérer la recherche des erreurs comme une tâche futile est facilement compréhensible : un regard plus « euclidien » préconiserait une refonte complète du corpus.

8La vision turque du monde est mégalomane. Mais c’est loin d’être une exception dans la région. Etienne Copeaux considère que « le récit historique actuel peut être considéré comme un plaidoyer répondant à un violent réquisitoire prononcé par l’Occident – porte-parole des Grecs et des Arméniens – au début du xxe siècle » (p. 11). A l’impérialisme turc, les Grecs opposent effectivement un hellénisme dont les frontières dépassent largement celles de l’Hellade. La Grande Idée développée jusqu’à la Catastrophe d’Asie Mineure de 1922 visait la reconstitution d’un empire grec à l’échelle de l’Empire byzantin. L’hellénisme se projette lui aussi sur plusieurs territoires, réels ou rêvés.

9Dans ces querelles, la cartographie est toujours dénaturée et instrumentalisée à des fins politiques. Les Hellènes sont eux aussi fiers de clamer que le monde est grec. Mais plutôt que de se référer à des migrations de peuplades nomades vieilles de quelques millénaires, ils souligneront l’héritage conceptuel immense légué par leur civilisation à l’ensemble de l’humanité. Débarrassée de la Grande Idée, leur omniprésence est aujourd’hui moins territorialisée.

10L’enseignement sous-jacent de cette étude pourrait concerner la production scientifique dans les Balkans, tant dans le domaine historique que cartographique. Etienne Copeaux amalgame presque indifféremment les manuels scolaires et les atlas publiés. L’un comme l’autre sont tellement orientés, que leur utilisation s’avère souvent très délicate, à moins de les soumettre au préalable à un filtre critique serré.

11La lecture de ce texte concis pourra difficilement se passer du recours à un atlas géographique. Le territoire mental des Turcs ainsi découpé est presque hors sol. Sans aucun support physique, l’espace géographique est totalement éclipsé. Malgré une retenue remarquable face à de telles négligences, l’auteur n’occulte pas les constats les plus crus : l’absence de cartes mentionnant la présence grecque et arménienne en Anatolie, l’oubli systématique des données linguistiques, religieuses, démographiques ou économiques, etc. Ses conclusions, brèves, sont souvent claquantes.

12À l’heure où l’ambition européenne de la Turquie s’affirme avec virulence, Etienne Copeaux nous livre une réflexion magistrale sur les ancrages territoriaux de ce pays, en l’émancipant d’une vision occidentale dichotomique : la frontière de l’Europe ne passe pas forcément au milieu du Bosphore.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Régis Darques, « Etienne Copeaux, (2000), Une vision turque du monde à travers les cartes de 1931 à nos jours, Paris, CNRS Éditions, 240 p., 49 figures (ISBN 2-271-05700-0) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 91-94 | juillet 2000, mis en ligne le 03 mars 2005, consulté le 23 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/2763

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page