Navigation – Plan du site
II. Lectures

-I- Alger 1860 - 1939, Le Modèle ambigu du triomphe colonial, Autrement, collect. "Mémoires", N° 55, mars 1999, 231 p.-II- Alger, 1940 - 1962, Une Ville en guerres, Autrement, collect. "Mémoires", N° 256, mars 1999, 261 p.

Gilbert Meynier
p. 444-449

Texte intégral

1Ces deux volumes réunissent 31 textes auxquels ont contribué – inégalement - 21 auteurs sous la direction, le premier, de Jean-Jacques Jordi et Jean-Louis Planche, le second de Jean-Jacques Jordi et Guy Pervillé. Ces trois auteurs sont aussi les plus féconds.

2Le premier volume1, qui porte sur la période 1860-1939, fait co­exister des récits, des analyses et des mises au point sur des sujets aussi divers que l'hivernage anglais à Alger, les soubresauts antijuifs de la fin du xixe siècle2, les prévalences culturelles de l'Alger des Européens, l'archéologie... Il offre aussi des flashes éclairants : Alger pendant la Grande Guerre, le Cheikh El Okbi, le Mouloudia Club Algérois. Ce dernier, dû à Youcef Fatès, est particulièrement neuf.

3Le deuxième volume traite de la période 1940-19623. Sans pour autant négliger quelques-uns des thèmes du premier - la vie culturelle, l'architecture -, par la force des choses, il est d'une tonalité plus politique : il traite d'une phase d'accélération de l'histoire, en épilogue tra­gique du séculaire conflit franco-algérien.

4Les deux volumes sont donc différents. Le premier se présente comme une suite d'évocations de la vie et de la société européennes de la capitale de l'Algérie. De fait, Alger fut assurément pour partie, et pratiquement jusqu'au milieu de notre siècle, majoritairement une ville européenne. Une ville française, aussi, qui nourrit une vraie ambition de métropole, mais qui ne put pas ne pas rester à son rang de ville de province sudiste : jusqu'au bout, l'attractivité de Paris demeura primor­diale, soulignant et nourrissant à la fois la créolité d'Alger.

5Cette créolité, il est normal, il est juste que les historiens -et d'autres qu'eux- l'évoquent. Même si l'on en parle d'un autre rivage, on ne peut rester insensible à l'évolution et au devenir d'une société que son triomphe précaire même voua à l'anéantissement. En terre coloni­sée, les solidarités communautaires exclusivistes, les inégalités et la discrimination structurelles, n'empêchèrent pas qu'existèrent, aussi, des liens d'une communauté à l'autre. Les contacts, qui ne furent pas toujours qu'à la marge, entre ce qui étaient bien deux sociétés com­plètes, marquèrent tant l'histoire que, aujourd'hui, si l'Algérie est, pour l'essentiel, arabe, elle n'est pas non plus un pays arabe comme les autres ; et pas seulement du fait de sa berbérité originelle.

6Les regrets et les nostalgies sont humains. Mais ils ne servent pas - surtout pas - l'historien. Disons que, sur ce chapitre, l'ouvrage a su résister à de trop vulgaires débordements. Certes, on notera "les Arabes" (cette dénomination fut celle de Camus, mais aussi celle de Feraoun) pour désigner le peuple algérien. Les hommes de ce peuple ne devien­nent, dans le livre, atténuativement "musulmans" chez J. L Planche que dès lors qu'ils meurent (I, 155, l. 11) ou qu'ils luttent et entrent en politique (I, 187, l. 24). Serait-ce que parce que morts, ils ne sont plus dangereux ou parce que, militants formés à Moscou, ils entrent dans des catégories intelligibles, donc rassurantes, pour des communistes français ? Ils accèdent à la dénomination d'"Algériens" chez G. Pervillé à partir du moment où la défaite de l'Algérie française se profile (II, 234, l. 12).

7On relèvera aussi parfois, surtout chez J.-L. Planche, le foison­nement et la hantise de tout dire. Cela donne un prologue hâtif et assez confus, un « 1919-1939 : Alger, espace de la France » (Planche, Jordi), lui aussi confus et impressionniste, quoique plein d'idées, mais aussi la bonne contribution intitulée « 1860 – 1930 : une certaine idée de la construction de la France » (Jordi, Planche). Prenant est le - trop bref - article de Ch. Porché sur la notation musicale4, de même celui sur le plan "Obu" de Le Corbusier5. Excellente est la contribution de X. Malverti "Entre orientalisme et mouvement moderne". Plus attendu, "Une capitale culturelle" de E. Caduc. Superbe dans sa concision, l'"Alger dans la grande guerre" de G. Crespo, qui fut sans doute tant saisi par son sujet qu'il en oublia de citer la thèse de doctorat dans la­quelle il puise6.

8Bien sûr, dans cet Alger français, les "indigènes" (sans guillemets dans le livre) ont la portion congrue. Il est vrai que coexistent à Alger « cette accumulation d'indigènes venus pour la plupart des montagnes aiguës, au loin d'Alger, et des espaces arides qui s'en vont au-delà » <et> « ce rassemblement d'hommes issus de contrées dont l'Européen d'Alger ne sait à peu près rien » (I, 181). "Indigènes" d'un côté, mais pas "allogènes" de l'autre, "indigènes" se situant en dis­tance sémantique par rapport à "hommes", d'une part; "accumulation" ressortissant de l'ordre réifié de la nature, et "rassemblement" de l'ordre de la volonté humaine, d'autre part.

9Parmi les "indigènes", d'autres figures que le cheikh El Okbi manquent à l'appel, même si le choix d'El Okbi est bon. Pourquoi n'avoir pas évoqué la personnalité emblématique de l'Émir Khaled, dont il est à peine fait mention. D'un côté, il électrisa ses compatriotes d'Alger, et de l'autre, il terrorisa l'establishment colonial dans les années vingt. Et il y eut des précédents à la manifestation du 12 février 1934 : il y eut celles des 1er mai de 1919 et 1920, où se produisirent d'exceptionnelles (re)trouvailles intercommunautaires qui auraient bien mérité un article. Et à la veille de 1914, un mouvement avait secoué les foules contre les projets de démolition de la Basse Casbah du conseiller de Redon de Colombier, lequel assimilait métonymioquement ces survivances "indigènes" aux "chiottes de la Casbah". La créolité peut être rude et vulgaire, si elle put être, aussi, raffinée et ouverte.

10Sur ce registre, pourquoi n'avoir même pas cité l'ample et rayon­nante image libertaire de Victor Spielmann, ce descendant d'optants alsaciens de 1871, qui figura à coup sûr, un anticolonialisme plus vrai que les émois humanistes - par ailleurs sincères- de Camus ? Ce porte-plume de l'Émir Khaled, qui fut dénommé "l'ange gardien du peuple al­gérien" par Ibn Bâdis, dirigea une maison d'éditions - le Trait d'Union -, la bien nommée. Et en politique, on aurait aimé quelques allusions aux anarchistes, en particulier si présents dans des milieux originaires d'Espagne, et pas seulement à l'inévitable parti communiste algérien...

11Le deuxième volume est précédé d'un prologue ferme, qui annonce franchement la couleur : les Algérois, ce sont les Européens.

12Excellente sur les jeux et les enjeux français, la contribution de J. Cantier, "une métropole coloniale en guerre (1939 - 1945)". Excellent aussi, le trop bref article de C. Zytnicki sur l'exclusion des enfants juifs des écoles publiques. Pénétrant et sans fioritures, l'entretien de J. Cantier avec José Aboulker, compagnon de la Libération. La gradation thématique du volume II est bien conduite jusqu'au dénouement vio­lent. C'en est bien fini, nous apprennent J. R. Henry et L. Martini, des prétentions culturelles d'Alger, comme si le ressac, dans ce territoire, fit partie du naufrage attendu de l'Algérie française. Cela même si J. J. Jordi veut voir en Alger une "capitale méditerranéenne" : de fait, médi­terranéenne, mais, signe des temps, plus française...

13Les fines notations de J.-L. Planche sur l'enjeu de la Casbah sont malheureusement trop brèves et elles auraient gagné à être mises en parallèle avec le P.P.A. - M.T.L.D. de Belcourt, dont l'importance et le sérieux militant contrastent, dans les mémoires d'Aït Ahmed7, avec les militants de la Casbah qu'il représente comme des braillards sans cer­velle. De bonne facture est "l'inconscience ou le péril" de J.-J. Jordi, mais, plus décevant, le "Ferhat Abbas et l'U.D.M.A. : un état-major sans troupes" (J.-L. Planche et A. Toumert). Excellents en revanche, le concis et fin "Jacques Chevallier" de J.-L. Planche, les "heurts et malheurs de l'architecture algérienne" de X. Malverti, architecture où "le meilleur côtoie le pire", et "l'exode des Français" de J. J. Jordi, sans trémolos et avec une juste retenue.

14Le gros du volume est occupé par les six articles politiques de G. Pervillé sur la fin de l'Alger français, qui débordent à vrai dire le titre de l'ouvrage, et qui sont pratiquement une fin de l'Algérie française8 (42 % du texte). Ces pages illustrent les habituelles qualités de cet auteur : le sérieux, l'exhaustivité de la documentation, le recoupement des sources, la confrontation des témoignages et des interprétations.

15Pour autant, les textes factuellement solides de Pervillé offrent surtout au lecteur une chaîne récitative - de grande qualité et de grande probité, répétons le. Pervillé a montré, dans sa thèse9, et dans ses ad­mirables contributions à l'Annuaire de l'Afrique du Nord, qu'il était hautement à même de mettre en œuvre des idées. Ici, il nous convie à da­vantage de faits que d'idées. Soit par exemple ses intéressantes trois pages sur "Monseigneur Duval, un évêque contesté" : oui, il est vrai que, dans le catholicisme, existe et triomphe souvent une propension à re­fouler tels intérêts nationaux - fussent-ils français - au profit de ceux de l'Église universelle (II, 176) : on n'explique pas autrement la figure de A. Ratti (le pape Pie XI) et la condamnation par lui de l'Action Française en 1926. Fut-ce donc pour témoigner de "la présence de l'Évangile" que Duval, Scotto, Bérenguer, et d'autres qu'eux, choisirent de s'algérianiser ? Ne fut-ce pas aussi pour prioritairement maintenir la pérennité de l'institution Église au-delà des avatars nationaux ? S'agissant d'une institution aussi structurée et à vocation aussi mondiale que l'Église catholique, n'est-ce pas là une thèse qui se tient ?

16Pour le reste, on contestera ici et là quelques formules et inter­prétations :

17- La discussion sur la comptabilité des disparus de la répression fran­çaise à Alger de 1957, ordinairement faite d'après un document connu (la lettre de démission de Paul Teitgen), peut-elle aboutir dès lors qu'on ignore ce que sont finalement devenus les 3 106 assignés dénombrés (II, 146) ? Quant au bilan évalué par le général Massu, on permettra à l'his­torien de le regarder d'un œil critique. Il faut le dire.

18- De même, si, bien sûr, les Algériens, pendant la "bataille d'Alger", n'ont pas tous été torturés, sera-ce forcer la réalité que d'alléguer qu'ils furent, en situation, tous torturables ? De toute façon, la torture a été utilisée, et systématiquement. Le reconnaître est le fait des historiens.

19- S'il est vrai que la wilaya 3 essaya, avec difficulté, de reconstituer dans Alger une organisation F.L.N. (II, 146), et que la reconstitution fut un peu plus efficace à partir de l'hiver 1960 (II, 210), il faut dire com­bien cette réorganisation se heurta, aussi, aux rivalités parfois vio­lentes entre les wilayas 3 (Kabylie) et 4 (Algérois), qui prétendaient cha­cune avoir le monopole du F.L.N. à Alger. La zone autonome d'Alger - G. Pervillé le note- ne retrouva guère de vraie consistance avant l'envoi par le G.P.R.A., au premier semestre de 1962, de la mission dirigée par Rabah Zerari - le commandant Azzedine -, assisté d'anciens officiers de la wilaya 4.

20- Ce n'est pas parce que la « commission de contrôle instituée par le gouvernement français » (II, 192) attesta de la fiabilité de la tenue et des résultats du référendum du 28 septembre 1958 qu'il faut la croire sur parole. Et même M. Feraoun, dont le témoignage est convoqué à l'appui par G. Pervillé, ne pouvait ignorer les deux couleurs des bulletins, respectivement oui et non. Toutes les sources en font mention.

21- "Rebelle" sans guillemets n'est pas utilisé (II, 155) en citation du discours militaire français. Tel quel, sans guillemets, le lecteur ne risque-t-il pas de penser que l'auteur adopte le langage et le point de vue de l'armée coloniale ?

22- G. Pervillé accumule les citations prouvant la contradiction entre la politique finale de de Gaulle et telles de ses affirmations conjoncturelles antérieures. Qu'en tirera le lecteur ? La conviction de la duplicité politique du grand homme ? "A peine installé, nous dit Pervillé, la Ve République tourne le dos à la révolution du 13 mai10 qui lui a frayé la voie (II, 196). Et alors ? Qu'en conclure ?

23- Page 213 (II), les manifestants algériens de décembre 1960 sont inévitablement « excités par les youyous des femmes ». Peut-on imaginer ce que serait la réaction d'un Européen d'Alger si l'on osait écrire : « Les manifestants pieds-noirs sont excités par le vacarme des casseroles martelées par leurs femmes » ? Ceci dit, sur décembre 1960, les explications données page 215 sont convaincantes, même s'il aurait valu mieux encore montrer que le F.L.N. prit le train des manifestants en marche. Tous les témoignages indiquent que les drapeaux algériens alors surgis furent cousus à la va-vite et dans l'improvisation artisa­nale.

24- Pourquoi "ses habitants, les vrais" (II, 236) pour désigner les seuls Algériens (musulmans11). Ce n'est pas parce que la formule est tirée d'une publication algérienne officielle de sept ans postérieure aux faits qu'elle dit le vrai - ou le seul vrai. Si son emploi par G. Pervillé vise à stigmatiser le nationalisme exclusiviste et xénophobe, en effet cultivé et instillé dans le peuple par le pouvoir algérien, alors pourquoi ne pas le dire?

25Tous les faits cités dans la plupart des contributions à ces deux volumes, tant par G. Pervillé que par les autres auteurs, sont, on l'a dit, vérifiés avec minutie. Et, Dieu sait si, de faits, ces volumes sont riches. Il faut le signaler en un temps où il n'est pas rare de voir tortu­rer les faits pour les ajuster à la mesure de l'idéologie, ce qui se confond d'ailleurs maintenant souvent avec la mesure du commerce. C'est dire que, même si le positivisme est le degré un de l'histoire, il est toujours indispensable de partir de ce degré. Ces deux volumes, contrairement à ce qu'on aurait peut-être pu redouter, ne rendent hommage au com­merce que dans les limites bien comprises de l'honnête vulgarisation.

26Ceci dit, pour la plupart, ils parlent d'un lieu, et ce lieu est fran­çais, nappé ici et là de fumets bénignement nostalgiques. Ce n'est pas un péché. Encore convient-il de le dire.

Haut de page

Notes

1 Il est divisé en quatre parties: Alger, capitale de l'Empire, le Pont culturel, la Porte de la France, les Voies de l'algérianité.
2 Il manque, me semble-t-il, à ce qu'analyse Geneviève Dermendjian, pour parfaire l'explication, le faire-valoir par transfert juif de la vraie menace, l'algérienne (musulmane). Notons aussi que l'antijudaïsme de Ferhat Abbas est dénommé fautivement "antisémitisme" par J. L. Planche (I, 150).
3 Il est composé lui aussi de quatre parties : de la Révolution nationale à la capitale de la France libre ; 1945-1954, un entre-deux guerres à soi ; 1954-1958: les batailles d'Alger ; 1958-1962 : chronique d'une fin annoncée.
4 Relevons toutefois (p. 123) la faiblesse sur la musique classique andalouse, ou encore la difficulté de com­prendre ce qu'est un dhikr si l'on ignore ce qu'est le ta◊awwuf, et aussi la bizarrerie qui fait composer au Caire les nachîd-s de Mufdi Zakariyya (p. 124).
5 Dommage que les auteurs (A. Gerber et J. L. Planche) aient cédé à l'air du temps néo-cartiériste du "Alger coûte trop cher à la France" (p. 167).
6 Parue sous forme résumée sous le titre L'Algérie révélée, Droz, Genève, 1981, 793 p.
7 AÏT AHMED Hocine, Mémoires d'un Combattant. L'esprit d'indépendance, Sylvie Messinger, Paris, 1984
8 Dans la partie "1954-1958": "Les Batailles d'Alger", "Une capitale convoitée", "Le Temps des complots" et "Monseigneur Duval, un évêque contesté; dans la partie "1958-1962 : "Chronique d'une fin annoncée", "Du triomphe à l'abandon", "Alger, Alger déchiré, Alger abandonné, Alger libéré ?"
9 Les Étudiants algériens de l'université française, Éditions du CNRS, Paris, 1984, réédit. Casbah Éditions, Alger, 1997.
10 Et si le 13 mai 1958 fut une "révolution", il faut alors revoir le sens commun français du mot "révolution". Et dans ce cas, le 6 février 1934, à Paris, fut une tentative révolutionaire. Pareillement, l'utilisation sans examen de "révolution", pour désigner l'entreprise indépendantiste conduite par le F.L.N. de 1954 à 1962, me paraît être un abus de langage. Il s'agit alors de la simple traduction approximative de thawra, terme dont le champ séman­tique est différent de "révolution". On ne peut en l'occurence valablement parler de "révolution" que si l'on pré­cise "révolution anticoloniale". "Révolution" implique une volonté de bouleversement de la société à laquelle on appartient. Ce ne fut, à l'évidence, pas le cas de la plupart des hommes du 1er novembre 1954. Ni de leurs des­cendants.
11 L'auteur de ces lignes a trop de respect pour les Algériens pour les réduire sans examen à leur seule islamité.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilbert Meynier, « -I- Alger 1860 - 1939, Le Modèle ambigu du triomphe colonial, Autrement, collect. "Mémoires", N° 55, mars 1999, 231 p.-II- Alger, 1940 - 1962, Une Ville en guerres, Autrement, collect. "Mémoires", N° 256, mars 1999, 261 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 91-94 | juillet 2000, mis en ligne le 03 mars 2005, consulté le 30 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/2764

Haut de page

Auteur

Gilbert Meynier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page