Navigation – Plan du site
II. Lectures

Wafik Raouf, L'Europe vue par l'Islam. Une perception ambivalente, L'Harmattan, coll. Histoire et Perspectives Méditerranéennes, Paris, 2000, 239 p.

Gilbert Meynier
p. 449-451

Texte intégral

1Un peu différemment de ce que promet le titre, cet ouvrage est une réflexion, ondoyante et diverse, sur les rapports entre civilisations : entre le monde musulman - en fait, surtout le Proche-Orient - et l'Occident - surtout européen. Il rend honnêtement compte de l'imaginaire, bien réel, du contentieux islam-chrétienté, des traumatismes des croi­sades, et du colonialisme. Sans cacher les obstacles et les préjugés, M. Raouf tente de se situer au-delà en composant un péan aux relations interculturelles.

2Sa troisième partie, qui répond assez exactement au titre, est originale en ce qu'elle dresse le portrait, sans complaisance autant que sans acrimonie, de quatre théori­ciens de l'"islamisme" du xxe siècle : le Pakistanais Mawdoudi, l'Iranien Shari'ati, l'Égyptien Qutb, l'Algérien  Bennabi.

3Cet essai, en forme de réflexion et de notes de lectures, qui témoignent d'une culture du sujet étendue, sera utile à tous les Européens et à tous les Arabes qui ne désirent pas s'enfermer dans des ghettos respectifs.

4Pourtant, le livre tend parfois à trop insister sur des différences qui sont moins es­sentielles qu'il n'est allégué. Le rationalisme n'est pas une propriété exclusive de l'"Occident", et l'apport de la philosophie grecque moins décisif qu'il ne fut prétendu. C'est pourquoi la réfutation de M. Raouf, comme cause du déclin musulman, des auteurs qui met­tent en avant le retrait d'Aristote et le triomphe d'Al Ghazalî, ne me paraît pas d'une pertinence décisive.

5Il est dommage que l'auteur, pour expliquer des phénomènes maintenant assez bien connus des historiens, n'ait pas eu recours à la lumineuse et maintenant classique thèse de Braudel sur la Méditerranée : il existe, dans toute civilisation, une trame complexe qui relie le spirituel, le matériel et l'économique, et ce fut cette trame qui commença à se distendre avec la perte des circuits marchands mon­diaux par les Islamo-Arabes du fait de l'offensive atlantique des xve-xvie siècles, succédant à la victoire, à partir du xie siècle, par croisade et par foi interposés, du capitalisme marchand italien sur le capita­lisme marchand arabe en Méditerranée. Et la perte ou la reprise de Jérusalem ne fut de ce point de vue qu'une péripétie de l'histoire.

6On pourrait ajouter, contrairement aux idées reçues, que le mot arabe "ilhâd" existait probablement plusieurs siècles avant son équivalent français "athéisme" (à la différence du néologisme 'almâniyya qui traduit généralement laïcité ou laïcisme), et cela dans un cadre islamo-arabe bien endogène qui est loin de s'expliquer seulement par l'apport grec.

7En témoignent les mu‘tazilites, les zanâdiq et Ibn Rawandî, MuÌammad Ibn Zakariyya RaÂî, Îamdan Qarmat, ‘Abd al-Qâdir al-Baghdâdî - auteur du fameux Al-Farq bayna l-firâq -, sans compter le grand poête du xie siècle Abû l-‘Ala l-Maarî, authentique athée et soi­gneusement expurgé dans les morceaux choisis de littérature pour écoliers... jusqu'au xxe siècle, où un penseur illustre comme l'Égyptien ‘Alî ‘Abd al-Râziq, authentique azharien, emprunta assez peu au monde occidental, qu'il connaissait probable­ment moins bien que Sayyid Qub...

8Le livre passionnant de M. Raouf aurait gagné en force de per­suasion s'il avait plus résolument encore dépassé les essentialismes classiques. Il nous administre lui-même la preuve de l'existence de lu­mineuses connexions interculturelles en célébrant - à juste titre - le grand islamologue Maxime Rodinson... qui est un authentique athée, mais qui est aussi porté à une grande tendresse envers les Arabes et l'homme MuÌammad. Et l'"islamisme" est loin de se réduite à un "islam intransigeant" : il est bien éloigné de ce mythique "temps des vieux, d'antique bonhommie", chanté en langue d'Oc par Mistral au xixe siècle, car il est manipulation du sacré à des fins mondaines. Donc, et à l'insu même des "islamistes", il est évidemment itinéraire dialectique vers la sécularisation.

9Et le topos d'une démocratie qui serait issue de la cité grecque est à beaucoup re­lativiser - car cela fait partie d'un arsenal légitimatoire historique occidental - à la lumière de Mircea Eliade, et surtout des tra­vaux récents sur la cité grecque où les comportements - politiques, so­ciaux, sexuels... - des humains et leur rapport au sacré ressemblaient sans doute, beaucoup plus qu'au parlementarisme anglo-saxon, à la gérontacratie masculine des qabâ’il maghrébines.

10On relèvera enfin ce qui est, à notre sens, une relative incongruïté : il est pour le moins étrange, tout en reprochant à Mohammed Arkoun d'avoir, en laudateur du rationalisme, daubé sur l'éloignement par les islamo-Arabes d'un fond rationaliste grec, de sou­ligner en même temps l'influence des Pères Blancs sur le même Arkoun : comme si les Pères Blancs catholiques avaient été des parangons de rationalisme...

11Et, même si la plupart des remarques de M. Raouf sur le "matérialisme" occidental sonnent juste, il faut aussi dialectiquement souli­gner que, en histoire, tout phénomène produit son contraire : toute l'histoire de l'"Occident", de l'énergie spirituelle de Bergson, en plein triomphe du capitalisme classique, aux vastes mouvements plané­taires qui se dessinent aujourd'hui contre la "mondialisation", en pas­sant par les combats, en France notamment, contre le colonialisme, des "porteurs de valises", pour ne pas parler de l'extraordinaire florai­son actuelle des mouvements caritatifs..., tout cela est là pour témoi­gner que, en histoire, rien n'est jamais simple ni univoque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilbert Meynier, « Wafik Raouf, L'Europe vue par l'Islam. Une perception ambivalente, L'Harmattan, coll. Histoire et Perspectives Méditerranéennes, Paris, 2000, 239 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 91-94 | juillet 2000, mis en ligne le 03 mars 2005, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/2765

Haut de page

Auteur

Gilbert Meynier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page