Navigation – Plan du site
II. Lectures

The Arab Development Report 2003, Building a knowledge Society. Sponsored by the UNDP Regional Bureau for Arab States. Arab Fund for Economic and Social Development, New York, 2003, 168 p.

Blandine Destremau
p. 349-354

Texte intégral

1Le rapport arabe sur le développement humain 2003, rédigé par une équipe de chercheurs et d’experts du Fonds arabe pour le développement économique et social dirigée par Nader Fergany, et sponsorisé par le bureau régional du PNUD pour les États arabes, est le second du genre. Le premier est paru en 2002 sous le titre français : Créer des opportunités pour les générations futures.

2Le rapport précédent était assez conventionnel. Son champ de référence était le cadre du développement humain, tel que le PNUD l’a mis en place depuis le début des années 1990. Le savoir y était essentiellement abordé sous l’angle du capital humain : facteur de production, d’accroissement de la productivité et de lutte contre la pauvreté.  Il préconisait de façon classique une meilleure liaison entre l’éducation, la formation et la demande des marchés du travail public et privé.

3Le rapport 2003 rompt assez radicalement avec ce cadre d’analyse. Il s’intitule : Building a knowledge society. Le knowledge (savoir) y est abordé sous bien des facettes qui couvrent l’étendue du champ : connaissances, information, formation, compétences, éducation.

4Le rapport affirme et analyse la dimension politique du savoir, et avance que les obstacles politiques à l’acquisition du savoir pèsent plus dans le retard de développement de la région que les structures socio-économiques, qui à leur tour pèsent plus que les traits culturels si souvent mis en avant. Plus que des principes, le rapport exprime une position politique, une revendication de changement. Certains points semblent particulièrement novateurs, intéressants et significatifs.

Le savoir est un rapport de pouvoir

5C’est la ligne qui traverse tout le rapport et qui le rend remarquable et très courageux : il aborde de front la question politique, et ce non seulement sous l’angle du manque de transparence ou de gouvernance, mais bien sous celui de la domination, du droit et de la loi, et de la reproduction des inégalités.

6Le savoir – tout autant que l’information – est un rapport de pouvoir : il l’exprime et contribue à le reproduire (p. 147). La polarisation du pouvoir, qui reflète dans une large mesure la polarisation des richesses, a sa contrepartie dans la distribution du savoir. Elle débouche sur l’instrumentalisation de la diffusion du savoir dans la reproduction du pouvoir. Ainsi, il existe une relation entre le système éducatif et le système de pouvoir (p.53) ; l’école peut ne pas contribuer au savoir mais à sa caricature : l’apprentissage par cœur. Quant au système légal, qui devrait protéger l’accès au savoir, il tend à devenir un instrument du pouvoir dans ses stratégies d’oppression et de restriction, au nom de la sécurité nationale.

7Les structures de pouvoir sont verrouillées et le mode d’accès principal n’en est pas le savoir. L’inégalité d’accès à l’école, mais aussi aux étages supérieurs du système éducatif, et surtout aux établissements de qualité, peut et devrait être analysée en termes de rapport de domination : elle exprime la domination, la renforce, la permet, la reproduit et la reconduit aux générations suivantes. Ceci est une clé de lecture pour les inégalités entre les sexes, entre les groupes ethniques, religieux, claniques, tribaux ou régionaux, peut-être entre aînés et cadets. La répression et la marginalisation de certains groupes sociaux ont émoussé le désir de compétence, de performance. Il en résulte une apathie et une indifférence politiques qui ont leur pendant dans la sphère de l’action.

8Le rôle de l’État a été fondamental dans la croissance du niveau éducatif dans la région, mais aussi dans le contrôle, la maîtrise et la limitation du savoir (p.39). En effet, la nature de l’État fonde sa légitimité sur l’ignorance du peuple, et ce rapport de domination traverse l’ensemble de la société. La censure explicite est l’une des expressions les plus claires du poids du pouvoir sur le savoir. Non seulement elle conduit à limiter la production, et à la circonscrire à la doxa officiellement admise, mais elle freine la circulation des ouvrages et autres produits culturels entre pays arabes, et de l’extérieur de la région vers elle. L’influence du pouvoir sur le savoir se reflète également dans la production de statistiques, dont le rapport souligne la faiblesse (p.21) et l’indigence. Ceci est un enjeu majeur, non seulement de la capacité d’intervention, mais aussi de la connaissance des problèmes : le blocage de cette connaissance, qui s’apparente souvent à des formes de censure, compromet la capacité de mobilisation sur des problèmes dont l’ampleur est inconnue, et dont la place dans l’espace public est contrôlée par des organes de presse ou des instances administratives et politiques peu transparentes.

Le savoir ne doit pas être instrumentalisé au service du marché

9Le rapport insiste sur le fait que la dimension “capital humain” du savoir reflète la structure du marché du travail et les modes de recrutement (p.134). Or, dans la plupart des pays arabes, on note une forte segmentation entre la fonction publique et les activités privées, elles-mêmes structurées selon l’origine nationale : les travaux manuels les plus pénibles sont souvent confiés à des travailleurs immigrés, dont le statut et l’image sont dévalorisés. Le corps régional de personnes hautement qualifiées est très réduit, ce qui ouvre la porte à la dépendance à l’égard de l’extérieur. Le rapport pose la question des incitations à l’acquisition du savoir, non seulement en terme de rémunération des personnels qualifiés, y compris les professeurs, instituteurs, etc., mais aussi de liberté d’acquérir un savoir, de le choisir. Cette question de la relation du savoir au marché concerne également la recherche scientifique (p.74). Le rapport mentionne que l’évolution des valeurs sociales vers la richesse et la fortune ont affecté le statut de la connaissance et de ses émissaires.

10Toutefois, il est clairement affirmé que le concept de savoir ne saurait se limiter à une analyse, une contribution, et une accumulation en termes de capital humain, orientée vers le seul marché du travail. Le savoir est beaucoup plus qu’un facteur de production (p.35). Le rapport aborde le savoir comme facteur d’épanouissement humain, de liberté, d’autonomie, de créativité. Il est donc le principal facteur d’émancipation politique du monde arabe, non seulement face aux pouvoirs politiques qui le dominent, mais par rapport aux barrières mentales et sociales qui sont la base des divers obscurantismes et qui l’enferment.

L’acquisition de savoir débute par le désir d’apprendre et de comprendre, engendré au sein de la famille

11Le rapport mentionne le rôle de la famille dans l’acquisition et la transmission du savoir. Avant le savoir, il doit y avoir un désir de savoir, et celui-ci se construit principalement dans la famille, par la curiosité des enfants qui ont besoin d’être accompagnés sur leur chemin de découverte. Or « le mode dominant d’éducation des enfants au sein des familles arabes est autoritaire et sur-protecteur, ce qui est une combinaison des pires. Ce mode réduit l’indépendance, la confiance en eux et l’efficacité sociale des enfants ; il conduit à des attitudes de passivité et à des difficultés dans la prise de décision. Il affecte les modes de pensée des enfants en supprimant le questionnement, l’exploration et l’initiative1 » (p.3).

12Ainsi, la production, l’utilisation et l’acquisition du savoir sont intimement liés à la construction de la famille, à son rôle et à sa reproduction hiérarchique (p.51). C’est en son sein que s’intériorise la place de chacun dans la société et le système de valeurs dominant. C’est au niveau de la famille que la structure autoritaire de la société se produit et se reproduit. La famille se présente comme productrice d’inégalités – notamment entre filles et garçons -, comme relais et unité de reproduction des idéologies inégalitaires dominantes. En outre, les métaphores familiales s’étendent au système politique et à la gestion des entreprises, dont le mode fréquent d’organisation sociale et politique est l’autoritarisme paternaliste. Or le savoir est subversif, il menace de remettre en cause ces formes de domination ; c’est la raison essentielle pour laquelle il est muselé et étouffé.

Chacun peut et devrait être producteur de savoir

13Le savoir n’est pas une masse inerte et verrouillée. Le rapport insiste sur la construction et la nature du savoir comme sur son mode d’acquisition (p.35). Le savoir n’est pas une vérité, une orthodoxie, c’est une activité, des flux, des questionnements, des remises en cause. Le savoir n’est pas monolithique, il doit être contestable. Plus qu’une richesse ou un capital, dont certains acteurs sociaux auraient le monopole, il est un cheminement, une façon d’exister (p.37 et 86). Or, dans le monde arabe, l’on constate une dichotomie entre producteurs et consommateurs de savoir, qui produit et renforce des relations de pouvoir et de monopole et affaiblit la capacité de responsabilité sociale. La relation d’extériorité de la majorité des individus par rapport au savoir, qui les exclut de sa production et les réduit à une place de consommateurs passifs, est corrélée au mode dominant des économies de la région : le système rentier (p.134). Le savoir subit le biais de ces formes économiques : plutôt que d’être produit, il tend à être importé, ce qui contribue à reproduire non seulement la dépendance (technologique, d’expertise…), mais aussi l’aliénation et l’exclusion des personnes et groupes qui ne parviennent pas à être en interface avec le savoir global. Reconnaître le rôle actif que chacun peut jouer valoriserait tous les individus, affaiblirait les relations de pouvoir et dynamiserait la société.

14La question de la langue est cruciale à cet égard. La langue arabe a peu absorbé de termes techniques, et montre des limites dans sa capacité à véhiculer des formes modernes de savoir. Mais ce problème n’est pas inhérent à la langue elle-même. C’est plutôt l’appropriation de l’orthodoxie de cette langue par des groupes qui refusent sa modernisation qui engendre le problème. Le fossé entre langue savante et langue courante se répercute en termes sociaux : les enfants expriment souvent de grandes difficultés à l’acquisition de l’arabe “classique” à l’école, ces cours sont rébarbatifs, et la maîtrise qui en découle est fortement structurée en termes de classe. Il est important que la langue arabe évolue avec les besoins de la société et avec les mouvements de démocratisation.

Le savoir est piégé dans l’alternative entre modernité et tradition

15L’image qui est souvent donnée de cette région est que la période actuelle manifeste un retour vers l’arrière, ou alors que rien ne change. De fait, le rapport souligne que la relation entre savoir et histoire y est construite sur une fétichisation du « traditionnel », de ce qui vient des ancêtres (pp.43 et 115). Un exemple intéressant est donné en relation avec l’artisanat (p.128) : dans ce domaine, il existe peu d’innovations, si l’on compare avec la créativité débordante de l’Afrique ou de l’Amérique latine. Entre le retour à des broderies “traditionnelles”, la production de bibelots touristiques peu ou prou globalisés et l’importation de produits manufacturés bon marché, peu d’explorations sont conduites, peu d’innovations tentées.

16Or l’on ne peut que constater l’existence d’un paradoxe entre, d’une part, l’image de maintien des traditions, l’utilisation de la peur du changement dans des discours populistes, les crispations identitaires et, d’autre part, les grands bouleversements que la région a vécus depuis 40 ans (le pétrole, l’éducation, l’urbanisation, la modernisation technique, les migrations…). Alors que la région est ouverte à d’intenses flux de personnes, d’images et de produits, l’idée d’une culture arabe et/ou musulmane “pure” et pratiquement immuable fait plus que jamais flores.

17Pour les auteurs de ce rapport, le verrouillage des changements de contenus, de modes de production et d’acquisition du savoir sont renforcés par certaines dérives du système religieux qui l’instrumentalisent dans des rapports de pouvoir similaires à ceux mis en œuvre par l’État. Contrairement à ce que préconisent ces courants fondamentalistes qui prétendent détenir la clé du “vrai” savoir, l’équipe de chercheurs affirme que le savoir promu par la religion “pure”, celui qui fait progresser l’homme, n’est pas un stock figé de dogmes à apprendre par cœur, qu’il est vivant, mouvant, en permanente reconstitution, qu’il est une attitude plutôt qu’un contenu.

Il faut promouvoir un système arabe de savoir

18C’est probablement le point sur lequel la position du rapport pose le plus de questions de fond, inhérentes aux bouleversements identitaires et culturels à l’œuvre. Celui-ci encourage à rassembler les facettes lumineuses de l’héritage culturel arabe pour les incorporer dans un système arabe de savoir, un modèle arabe de savoir, qui s’installe dans les esprits et institutions arabes…2 (p. 12). Pour cela, il préconise la valorisation et la promotion de la diversité culturelle au sein des pays arabes, et l’ouverture vers d’autres cultures.

19Toutefois, l’on peut se demander si la promotion d’un système pan-arabe, d’un renforcement de l’identité collective du monde arabe, est encore de mise. En effet, non seulement les pays arabes ont montré leurs divergences et leurs difficultés à dépasser leurs différents et conflits mais, essentiellement du fait de courants migratoires parfois très anciens, les ouvertures vers d’autres régions sont fortes, qu’il s’agisse de l’Europe, des États-Unis, du sous-continent indien et du reste de l’Asie, ou de l’Afrique de l’est. A quel point l’identité arabe constitue-t-elle un réel ciment sur lequel asseoir la construction d’un système de savoir, a fortiori quand quasiment tous les pays subissent des États qui bloquent, plutôt qu’ils ne promeuvent, le développement des connaissances et des savoirs ?

20De surcroît, le rapport exprime à plusieurs reprises un glissement entre arabe et musulman. Ainsi, la tradition plusieurs fois mentionnée serait également musulmane ? Mais l’ouverture réclamée ne pourrait-elle pas, déjà, se manifester dans l’acceptation au sein des pays arabes du fait que de nombreux arabes sont porteurs d’une autre culture que musulmane ? La prise en compte de ces différences religieuses, comme de beaucoup d’autres, souvent niées dans l’image homogène construite, ne pourrait-elle pas engendrer une vision davantage plurielle du champs du savoir ? En outre, des millions de non-arabes, souvent résidents dans les pays depuis de nombreuses années, mais niés dans leur identité, sont porteurs de savoir et de culture, alors qu’ils sont souvent utilisés comme main-d’œuvre, mais rejetés comme personnes. Promouvoir un discours et des représentations qui acceptent, se fondent sur la mixité sociale, qui reconnaissent la richesse de la diversité apportée par les mariages avec des étrangers, par les voyages, les migrations et les diasporas, ne pourrait-il pas déverrouiller une partie de l’accès au savoir, en faisant tomber le bastion de la “culture arabe” ? Faire accepter l’idée que l’ “Autre” est déjà là, au cœur du “chez soi” ?

21Pour les auteurs, le savoir est lié à la participation, à la démocratie, à la liberté (p.147). Est laissée ouverte la question de la reformulation, dans ce contexte régional spécifique, d’une posture de principe en faveur des libertés publiques et individuelles. Qu’y aurait-il de spécifique dans le système arabe de savoir qui est préconisé (p.172) ? L’ambiguïté demeure : comment arbitrer entre un culturalisme, soutenu par le rapport, et un universalisme, également prôné ?

Haut de page

Notes

1 - Ma traduction.
2 - Souligné par moi.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Blandine Destremau, « The Arab Development Report 2003, Building a knowledge Society. Sponsored by the UNDP Regional Bureau for Arab States. Arab Fund for Economic and Social Development, New York, 2003, 168 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 105-106 | janvier 2005, mis en ligne le 03 mars 2005, consulté le 25 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/2778

Haut de page

Auteur

Blandine Destremau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page