Navigation – Plan du site
Première partie – Figures mythiques des mondes musulmans

Shams et Toghrā. figures romanesques de l'Iran mongol

Shams and Toghrā, romance figures of Mongol Iran.
Christophe Balaÿ
p. 169-175

Résumés

Dans cet article, l'auteur montre comment, à travers le roman historique, qui naît en Iran au début du XXe siècle, Mohammad Bâqer Khosravi fait une relecture romanesque de l'histoire iranienne.

Haut de page

Notes de la rédaction

Avertissement :
Ce document est issu d'une numérisation par OCR (reconnaissance optique de caractères), il peut contenir des erreurs.

Texte intégral

1Une des fonctions de la littérature est de relire un patrimoine culturel et en particulier un patrimoine historique. C'est ainsi qu'à chaque « renaissance », une littérature interroge les grands événements du passé et leur donne une figure à la mesure, à la hauteur, au goût de son époque.

2La littérature persane, à l'aube du XXe siècle, se donne une nouvelle définition, de nouveaux genres. En revisitant l'histoire glorieuse de l'Iran ancien et en lui donnant des formes nouvelles empruntées à l'Europe, elle contribue à ce double travail de transformation et de pérennisation qui constitue une culture. Le roman historique, première forme de ce nouveau système littéraire, puise dans le trésor de l'histoire iranienne pour offrir à une société modernisée les figures nécessaires à sa nouvelle définition.

3Après une période de gestation, au siècle de Nāsir al-din Shāh Qājār (1848-1896), pendant laquelle on avait abondamment traduit Alexandre Dumas, Victor Hugo, Fénelon, Voltaire, Ponson du Terrail et bien d'autres romanciers — surtout français — dans un éclectisme assez surprenant, mais explicable historiquement et littérairement, le roman historique apparaît en langue persane durant la première décennie de ce siècle.

  • 1  Selon Adamiyyat (1978) et nous souscrivons à cette thèse (Balay, 1997), il faudrait plutôt attribu (...)

4Même éclectisme dans le choix des thèmes et des figures historiques. On puise alternativement dans la période achéménide : c'est la figure de Cyrus roi de Perse (551 -529 av. J. G), dans la trilogie de Sheykh Mūsā (Eshq-o saltanat, 1918), reprise par Hasan Badi' dans Dāstān-e bâstân ; c'est la figure de Māni (216-274) dans le roman de San'atizâde Kermāni (Māni-e naqqâsh, 1926) ou, du même auteur, la figure de Mazdak (m. 529) ou celle de Yazdegerd III (632-651) dans Dāmgostarān1, 1920; ce sont, jusque dans les années 1950, d'immenses romans-fleuves comme Torkân Khātūn ou Dah nafar Qezelbāsh, de Hosayn Masrūr, publié en feuilleton à partir de 1941 dans le journal Ettelā'āt, ou encore la très intéressante histoire de la chute des Ismaéliens d'Alamut dans Ashyāne-ye Owqāb, de Mosta'ān.

5Le premier en date de ces romans historiques, celui qui nous intéresse ici, est la trilogie de Mohammad Bâqer Khosravī, Shams-o Toghrā, roman paru en 1909-1910.

6Khosravi choisit comme toile historique la période ilkhanide. L'histoire de Shams et Toghrā s'étend sur une petite partie de cette Histoire ; très exactement de 1268, lorsque Shams, âgé de 18 ans, vient à Chiraz pour accompagner son père à la cour de l'Atabeg qui, à l'époque, était une femme : Abesh Khâtûn. Il y séjourne jusqu'à la mort de Sa'di, le célèbre poète persan, en 1291. Le fils de Shams, Toghrul a alors 18 ans ; vingt-trois années, donc, de cette histoire des Mongols en Perse qui dura près d'un siècle. Au début du roman, Bagdad est conquise depuis dix ans et Alamut depuis quinze ans. Hiilegu (1256-1265), le frère du grand khan Möngke (1251-1260), a étendu la domination mongole sur tout le plateau iranien et jusqu'en Syrie, mais il a été arrêté à ces confins par le Mamelouk Baybars Ier (1260-1277). Pour marquer leur indépendance, les souverains mongols de Perse prennent le nom d'Ilkhan.

7À la fin du roman de Khosravi, le Khan de Chine, Qubilai (1260-1294) est encore en vie. À l'origine chrétiens nestoriens, chamanistes, ou bouddhistes, les Mongols deviennent progressivement musulmans sunnites, avec plus tard certains passages au chiisme. Sous les Ilkhans, la Perse retrouve son unité territoriale et politique, regagne un haut niveau de culture dans les sciences et les arts. Pourtant la situation est complexe car, sous l'autorité du pouvoir mongol, continue à se développer dans le Fars la dynastie des Atabegs salghurides qui gouverna la région pendant un siècle et demi. D'origine turkmène, cette dynastie fut fondée par Sonqur. Ce dernier sut tirer parti des querelles entre rivaux seljoukides pour consolider sa position dans le Fars puis se rendre indépendant des Seljoukides auxquels il paiera tribut comme aux Khwārazm-Shāhs puis aux Mongols. En 1268, quand commence le récit de Khosravi, Abesh Khātūn, la fille de Sa'd II (1260), petit-fils de Sa'd Ier b. Zangī (1203-1231), à qui Sa'dī doit son nom de plume, est sur le trône par la grâce des Mongols depuis 1265 ; après un an de règne, elle est épousée par Mengü Temür, le quatrième fils d'Hülegü, qui règnera en son nom. En 1284, elle participe à un complot contre les Ilkhans, est emprisonnée, puis meurt en 1286-87, à l'âge de 26 ans ; elle est enterrée à Tabriz.

8Mais le roman de Shams-o Toghrā, dégage encore une autre couche d'histoire en faisant descendre son héros, Shams, de l'ancienne dynastie iranienne des Daylamites, peuples du nord-ouest de l'Iran entre le Gilan et le Tabaristan. Leur expansion atteint son apogée sous la dynastie bouyide, en particulier dans le Fars, où ils deviennent des chefs militaires incontestés. Ils se maintiennent jusque sous les Seljoukides. À l'époque où se déroule l'histoire de Shams et de Toghrâ, ils ont perdu leur pouvoir et leur fortune.

9Le génie du romancier, c'est incontestablement de savoir croiser, en les réinterprétant, ces courants historiques et de reconstruire, dans l'intrigue romanesque, la complexité culturelle d'un pays et d'un peuple. Khosravi a l'intelligence de saisir l'efficacité qui résulte du croisement de deux lignes : la fin de l'indépendance politique de l'Iran face à la domination mongole et l'amour impossible d'un jeune prince iranien pour une princesse mongole. Shams est le prince daylamite, issu de la dynastie déchue. Toghrâ est l'héritière du pouvoir des Ilkhans. Mais le romancier interpose entre les deux amoureux la figure d'Abesh Khātūn, la Turque, elle-même dernier atabeg du Fars. Tombée amoureuse du prince iranien, elle joue, au plan politique, le rôle de la rivale qui deviendra la complice.

  • 2  Balay, 1997, partie III, « ordre et structure ».

10Mais le romancier ne se satisfait pas encore de cette complexité déjà considérable et rajoute, au deuxième tome de la trilogie, la figure de Marie la Vénitienne, qui apporte dans cette fresque historique sa touche européenne. Pourquoi une telle complexité d'écriture ? Pure prouesse technique du romancier ? Pas seulement. Et c'est là, probablement, que se joue le destin du roman, par cette particularisation de l'Histoire dans des histoires, des événements historiques dans des aventures individuelles ; le chronos universel se réduit aux proportions du temps humain. « Ainsi, le lecteur bourgeois du  début du XXe siècle peut-il, à Téhéran comme ailleurs, s'intéresser à son histoire ancienne, mieux, la faire sienne « aujourd'hui », et par la pure fiction, lire son expérience présente à la lumière du passé »2. En faisant du Shaykh Sa'dī le confident de la famille de Shams, Khosravi, redouble les marques de l'histoire par l'intertextualité. La figure historique du grand poète accompagne le jeune héros dans les moments les plus critiques de sa vie ; par ses poèmes, abondamment cités (ou peut-être sous son haut patronage, des vers de l'auteur lui-même, ou encore d'autres poètes plus obscurs), le romancier inscrit son œuvre dans un nœud inter-systémique complexe, à la mesure de l'histoire de la Perse, antique et moderne. Car c'est bien là l'enjeu littéraire du travail de configuration du temps comme le définit Paul Ricœur (1983-85).

11L'histoire de Shams et Toghrā suit pas à pas le cours de l'Histoire. Ce qui ne va pas sans quelque arbitraire. Quand on a épuisé le chapitre des amours de Shams l'Iranien avec Toghrâ la Mongole, on sort comme du chapeau le personnage de Marie la Vénitienne. Quand ce récit touche à sa fin, on rappelle la figure d'Abesh Khâtūn qui réinjecte la matière historique tout en corsant l'intrigue amoureuse. Puis, quand les acteurs du drame ont fait leur temps, celui de leur histoire, le temps de l'Histoire vient les engloutir dans des tremblements de terre (celui de Chiraz qui fait périr Toghrâ et le père de Shams) ou des assassinats (celui d'Abesh Khâtùn en 1286). Hautement symbolique est la conclusion du roman dans la mort paisible du poète Sa'di qui finit avec le siècle et avec qui est tournée une page d'histoire et de culture.

  • 3  A l'exception des poèmes de Sa'di et de la traduction en persan de la Rihla d'Ibn Battûta, les sou (...)
  • 4  Les premiers romans persans historiques héritent en droite ligne du roman français abondamment tra (...)
  • 5  Kont do Monte Keristo, traduit en persan par Mohammad-Tâher Mirzâ, publié à Tabriz en 1891, 846 p. (...)

12Décrivons brièvement les traits caractéristiques de cette « configuration » de l'Histoire par le récit. Premier trait : le roman commence par un long développement historique qui occupe tout le premier chapitre, dans lequel l'auteur interprète les faits selon sa propre vision. Citant ses sources, il écrit « une histoire » de la ville de Chiraz sous les Seljoukides et les Atabegs du Fars3. Le « roman » proprement dit ne commence en réalité qu'au deuxième chapitre avec l'apparition de Shams. On fera sans difficulté le rapprochement avec les techniques narratives utilisées par les romanciers français du XIXe siècle, par exemple, dans le roman historique de Balzac, la description du château de Fougères au début des Chouans4. La figure de Shams doit beaucoup à celle d'Edmond Dantès dans le Comte de Monte Crista d'Alexandre Dumas5. Le récit s'ouvre sur la description de son personnage paré de toutes les qualités et de toutes les vertus ; ouverture in medias res, typique des romans européens du XIXe siècle. Shams est déjà un jeune homme accompli quand s'ouvre le récit et l'on apprendra au fur et à mesure de la bouche des autres personnages, toute son histoire passée.

13Les deuxième et troisième tomes reprennent la même structure introductive : Marie la Vénitienne débute par une longue histoire de la République de Venise et Toghul et Homāy par un rappel historique sur les événements politiques survenus à la fin des années 1270, époque où le noyan Soghunčaq Aqā était venu remettre de l'ordre dans les affaires du Fars, vingt ans après le début du récit.

14Pour évaluer les figures de l'histoire dans le discours, il convient de s'interroger sur les divers niveaux de récit. Autrement dit, qui assume la narration de l'histoire ? Dans le roman de Khosravi, le narrateur intervient de deux façons. Tantôt, il se considère comme historien, tantôt comme romancier. C'est-à-dire qu'il se dédouble constamment pour croiser les voix narratives ; il est soit extra-diégétique (comme dans le premier chapitre, où il codifie ses sources) soit intra-diégétique (comme au second chapitre, où Shams lui-même, conversant avec Khorram, son précepteur, complète nos informations sur l'histoire du Fars, en ce qu'elle intéresse l'histoire de ces personnages). C'est du croisement des voix narratives que naît la perception des grands mouvements historiques, dans cette œuvre de figuration de l'histoire qui est le propre du fictionnel.

15Arrêtons-nous enfin sur un des aspects fondamentaux de ce travail de configuration qu'est le récit de fiction. Celui-ci repose essentiellement sur une maîtrise du temps et de l'espace qui met en jeu non seulement la technique romanesque, mais surtout une vision du monde et de la place que l'homme y occupe dans le temps et l'espace. L'expérience narrative se situe au creux de cette double question : qu'est-ce que le monde et que vient y faire l'homme ? Avec pour corollaire la question de savoir pourquoi celui-ci éprouve l'impérieux besoin de raconter cette expérience vive. C'est tout le travail de la mimèsis, décrite depuis Aristote jusqu'aux formalistes et à Paul Ricœur.

16Dans Shams-o Toghrā, l'espace est marqué, fonctionnel et indiciel. La géographie y est nettement donnée : Le Fars, avec Chiraz, où est installé le pouvoir de l'atabeg et l'Azerbaïdjan avec Tabriz, centre du pouvoir mongol qui rayonne dans la région en déplaçant son camp. Ces lieux symbolisent la lutte du pouvoir entre les Turcs et les Mongols. Autour de Chiraz, Firūzābād symbolise le pôle iranien. À ces lieux d'Iran, il faut ajouter Damas et le Caire, plus la Grèce : ils inscrivent le roman dans un espace international typique du roman européen de mœurs et d'aventure.

17Certains lieux du roman sont décrits avec plus de minutie encore : ils jouent un rôle particulier dans le fonctionnement de l'espace. On observera par exemple le contraste entre le flou avec lequel est décrite la ville de Chiraz et la profusion de détails dans la description des jardins de l'ancien palais d'Abû Nasr dans lesquels est située la grotte au trésor qui fait la fortune de Shams, équivalent de l'île de Monte Cristo pour d'Edmond Dantès. Pour ce dernier, il s'agit de se venger d'une série de personnes influentes qui l'ont ruiné et l'ont séparé de sa fiancée, en disposant, grâce à l'Abbé Faria, d'une fortune colossale. Pour Shams, c'est reconquérir le pouvoir perdu par ses ancêtres daylamites et s'assurer une position décisive à la cour de l'atabeg et dans le camp mongol. La découverte du trésor d'Abû Nasr fait du petit prince sans fortune et sans pouvoir, un homme puissant qui pèse d'un poids considérable dans la vie politique et économique de la région et du pays. Le trésor joue à la fois un rôle fonctionnel et un rôle emblématique : il est la vengeance d'une petite noblesse déclassée (celle à laquelle appartient la famille de l'auteur) et le symbole d'une aristocratie qui veut relever la tête devant les Nations étrangères (problèmes de l'endettement des Qajars et de la dépendance de la Perse, fin XIXe-début XXe siècle).

18La description de l'espace joue enfin un rôle indiciel. On en prendra pour exemple le palais à l'italienne construit par le marquis vénitien, oncle de Marie, qui apporte à l'espace du roman de Khosravī sa touche européenne tout à fait dans le goût de l'époque qajare. On y voit en particulier comment évolue l'architecture impériale et bourgeoise après les voyages de Nāser al-din Shāh ainsi que de nombreux princes et grands marchands : depuis la forme des fenêtres, des toits, des balustres et des jardins jusqu'à la décoration intérieure, tableaux, mobilier, tentures et tapis.

  • 6  Ultime modèle de ce récit traditionnel : Amir Arslan (Balay, 1997).

19Dans Shams-o Toghrā, le voyage constitue le paramètre du chronotope, selon le modèle narratif de la tradition iranienne6. L'intrigue amoureuse, fondement de la quête qui pousse Shams à travers le monde, est la mesure de l'espace et du temps. De Chiraz à Tabriz, de Tabriz à Damas, puis au Caire et enfin Athènes, avant de retourner dans le Fars, le roman se déploie dans un espace qui est aussi la vraie mesure du temps, plus que les événements historiques.

20C'est que dans le roman, le temps est simulé, figuré, fictif. L'histoire de Shams-o Toghrā se déroule sur vingt-trois ans. Au début du roman, Shams est âgé de dix-huit ans tout comme son fils Toghrul, à la fin du troisième tome. Le récit s'appuie donc sur une génération. L'observation des marques temporelles du récit ne permet pourtant pas d'établir un rapport logique avec la structure temporelle générale. C'est qu'en principe, ces marques, purement fictives, n'ont pas d'autre fonction que d'établir un contrat réaliste. Mais les formules sont celles qu'on trouve d'ordinaire dans la besace du conteur plutôt que les techniques à l'œuvre dans le roman réaliste que le roman de Khosravi cherche à imiter.

21En conclusion, le roman persan du début du siècle, quand il réécrit l'histoire de l'Iran, cherche à opérer une synthèse entre des éléments venus d'une tradition — un patrimoine historique, un héritage culturel, un univers de formes — et une nouvelle vision du monde importée de l'étranger. Cette synthèse est opérée par le travail de configuration. En forgeant de nouvelles figures, à partir de l'histoire, le littéraire contribue à une redéfinition de la culture. Le destin du genre romanesque, au tournant des deux siècles, est directement lié à l'entrée de l'Iran dans la modernité.

Haut de page

Bibliographie

ADAMIYAT, F., 1978, Andishe-hā-ye Mirzā Aghā Khān Kermānī, Téhéran.

ARYANPUR, Y., 1971, Az Sabā tā Nimā, 2 vol., Téhéran.

BALAY, C, 1997, La genèse du roman persan moderne, Téhéran-Paris-Louvain.

BERTHELS, E.E., 1931, Persidskij istoricheskiy Roman XX veka, Leningrad.

KOMISSAROV, D.S., I960, Ocherki sovremennoj persidskoj prozi, Moscou.

LESCOT, R., 1942, « Le roman et la nouvelle dans la littérature iranienne contemporaine », BEOIFD, 9, Beyrouth.

MACHALSKI, F.,  1956, « Shams et Toghra, roman historique de M.B.  Khosravi », Charisteria Orientalia, Prague.

NIKITINE, B., 1933, « Le roman historique dans la littérature persane actuelle », Journal Asiatique, 223, p. 297-336.

RICŒUR, P., 1983-85, Temps et Récit, 3 vol., Paris.

Haut de page

Notes

1  Selon Adamiyyat (1978) et nous souscrivons à cette thèse (Balay, 1997), il faudrait plutôt attribuer la paternité de ces ouvrages de San'atizâde à Mirzā Aghā Khān.

2  Balay, 1997, partie III, « ordre et structure ».

3  A l'exception des poèmes de Sa'di et de la traduction en persan de la Rihla d'Ibn Battûta, les sources utilisées par Khosravi sont toutes très tardives par rapport à la période ilkhanide.

4  Les premiers romans persans historiques héritent en droite ligne du roman français abondamment traduit en persan au siècle de Nāser al-dīn Shāh Qājār, cf. Balay, 1997.

5  Kont do Monte Keristo, traduit en persan par Mohammad-Tâher Mirzâ, publié à Tabriz en 1891, 846 p., lith.

6  Ultime modèle de ce récit traditionnel : Amir Arslan (Balay, 1997).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Balaÿ, « Shams et Toghrā. figures romanesques de l'Iran mongol », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 89-90 | juillet 2000, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://remmm.revues.org/278

Haut de page

Auteur

Christophe Balaÿ

INALCO, Paris.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page