Skip to navigation – Site map
Identités confessionnelles et espace urbain

107-110 | September 2005
Identités confessionnelles et espace urbain en terres d'islam

Edited by Méropi Anastassiadou-Dumont
ISBN 2-7449-0545-3

Quels sont les modes d’occupation de l’espace urbain en terres d’islam ? Comment s’y positionnent les communautés confessionnelles ? Où passe la ligne de démarcation entre les différents groupes ? Par quels moyens les communautés confessionnelles affirment leur présence dans le tissu urbain et marquent le territoire citadin de leur sceau ? Comment les mémoires collectives appréhendent-elles la ville et sa topographie ? Vaste sujet, les contacts et échanges, en pays d’islam, entre populations d’appartenances religieuses différentes ont déjà fait couler beaucoup d’encre. Pourquoi revisiter ce terrain ? D’abord, parce que la multiplication, au cours de ces dernières années, des études de cas appelait à une confrontation des avancées enregistrées par la recherche. Mais aussi parce qu’il a semblé utile de rassembler des travaux rendant compte de la diversité des situations et de la récurrence de certains traits, à travers des temps et des espaces ayant pour point commun d’avoir été — et d’être encore — marqués par l’islam tout en accordant une place à la diversité religieuse. De l’Asie centrale aux rives de la Méditerranée et des Balkans à la frontière indo-pakistanaise, les spécificités locales sont faciles à identifier. À travers la diversité des cas, émergent toutefois des traits communs dont on peut penser qu’ils dérivent de la vocation universaliste de l’islam et des religions qu’il côtoie. Reste à savoir si ceux que l’on désigne sous le terme générique de « non musulmans » manifestent leur différence de la même manière au XIIe et au XXe siècles ; s’ils s’inspirent, où qu’ils soient, de mêmes modèles pour gérer leur cohabitation avec les musulmans. Musulmans et non musulmans se côtoient aussi bien en milieu urbain que dans les campagnes. Toutefois, seuls les environnements citadins sont pris en compte dans ce volume : la rencontre des religions présente en effet souvent, dans le cadre exigu de la ville, un caractère paroxystique qui favorise l’observation. La plupart des contributions portent sur le passé proche du monde musulman. Marqués par la montée des nationalismes et l’exacerbation des rivalités entre communautés, les XIXe et XXe siècles donnent à voir les difficultés de la cohabitation, les affrontement identitaires, les conflits d’intérêt, mais aussi, au-delà des flambées de tensions, la permanence d’un savoir-vivre en commun façonné par plusieurs siècles de partage. Quelques études concernent des périodes plus anciennes et permettent d’enchâsser les évolutions récentes dans l’épaisseur de l’histoire.