Navigation – Plan du site
I. Territorialisation des communautés confessionnelles

Formes spatiales d’expansion urbaine et le rôle des communautés non musulmanes à l’époque des Réformes.

Études de cas dans les villes des provinces européennes de l’Empire ottoman (1839-1912)
Urban Spatial Development and the Role of non-Muslim Communities at the Time of the Reforms. Case Studies of European Cities under Ottoman Domination (1839-1912).
Alexandra Yerolympos
p. 113-142

Résumés

Le présent texte étudie les formes d’expansion urbaine dans les provinces européennes de l’Empire ottoman depuis la moitié du xixe siècle. Dans le cadre des réformes entreprises par l’Empire, l’octroi de droits civiques et politiques à tous les sujets ottomans, le “décollage économique” et la croissance démographique encouragent l’émergence de nouveaux comportements socio-économiques : grâce à la réforme du droit foncier et l’afflux d’investissements dans le secteur immobilier de la part des particuliers, des communautés ou des organismes publics, l’espace urbain est réaménagé et “modernisé”. L’expansion des villes préoccupait les officiers ottomans de bonne heure. La première réglementation moderne d’urbanisme mise en place entre 1848 et 1891 définit les règles selon lesquelles de nouveaux quartiers urbains peuvent être formés. D’après des études sur les villes côtières, ainsi que sur la plupart des villes de l’intérieur des provinces européennes de l’Empire, l’accroissement urbain s’accompagne d’une forte activité de groupes minoritaires pour leur installation résidentielle dans de nouveaux quartiers, très souvent encouragée par les autorités locales. L’installation prend des formes variées, parfois créant des quartiers non pas étanches mais à dominante chrétienne ou juive, parfois parfaitement mixtes. Les variantes rencontrées évoquent les particularités historiques et géographiques de chaque ville ; elles s’expliquent aussi par des stratégies des autorités locales et des besoins ou aspirations des groupes sociaux et ethniques qui les revendiquent. On étudiera l’extension planifiée de trois villes côtières et fortifiées : Volos et Kavala, petites villes dotées d’une importante fonction portuaire où la communauté grecque orthodoxe suscita la création de nouveaux quartiers ; Salonique (Thessalonique) qui connut une expansion impressionnante grâce aux initiatives concertées des autorités municipales et des communautés non musulmanes. Les trois cas illustrent éloquemment la dynamique engendrée par les Réformes, ainsi que l’exploitation immédiate des nouvelles institutions par les élites communautaires. Le caractère des nouveaux quartiers urbains, les moyens disposés par les groupes intéressés, l’appui des autorités municipales en matière de plans d’urbanisme, l’implantation de nouvelles fonctions urbaines, les types et les formes du paysage urbain qui surgit, seront étudiés à l’appui de sources écrites, de documents d’urbanisme, de matériel iconographique et du patrimoine architectural existant.

Haut de page

Texte intégral

1Les bouleversements géopolitiques qu’ont connus les Balkans au cours du xixe siècle et les efforts de modernisation qui les ont accompagnés ont nécessité une réorganisation à multiples facettes (sociale, économique, technologique) et à dimension urbaine intense. Les mêmes processus dans le cadre plus large de la Méditerranée orientale entre 1870 et 1920 marquent la transition de la ville traditionnelle préindustrielle vers la ville moderne contemporaine. L’étude de la formation de nouveaux espaces urbains par l’intervention publique associée aux initiatives privées et communautaires peut contribuer à la compréhension des nouvelles données sociales, par l’examen des voies qu’emprunte le changement spatial et des formes qu’il revêt.

2Le présent texte tente de déceler les formes d’expansion urbaine dans les provinces européennes de l’Empire ottoman depuis la moitié du xixe siècle. Les variantes rencontrées évoquent les particularités historiques et géographiques de chaque ville ; elles s’expliquent aussi par des stratégies des autorités locales et des besoins ou aspirations des groupes sociaux et ethniques qui les revendiquent.

  • 1 Les réformes ottomanes, connues sous le nom de Tanzimat, ont été promulguées en 1839 et visaient l’ (...)

3En général, les chercheurs s’accordent sur le fait que la réorientation de l’économie vers le marché extérieur prépare le “décollage économique” de la deuxième moitié du xixe siècle, parallèlement à la croissance démographique observée notamment après les années 1860-1870 (deux phénomènes directement corrélés). En même temps, dans le cadre des réformes entreprises par l’Empire ottoman1, l’octroi de droits civiques et politiques à tous les sujets ottomans encourage l’émergence de nouveaux comportements socio-économiques : grâce à la réforme du droit foncier et à l’afflux d’investissements dans le secteur immobilier de la part des particuliers, des communautés ou des organismes publics, l’espace urbain est réaménagé et “modernisé”. De l’autre côté de la mer Égée, la Grèce accélère l’urbanisation amorcée depuis son l’indépendance à la fin des années 1820, et un monde de villes “modernes” voit le jour progressivement.

4Les changements sont manifestes et comparables dans les villes du bassin oriental de la Méditerranée, vérifiant pourtant l’existence d’une « ligne de démarcation très nette séparant les villes côtières des villes de l’intérieur ». S’esquisse ainsi l’importance des routes maritimes de communication dans le développement de l’économie du marché d’où découle le développement urbain. Bien que cette dichotomie soit « très ancienne », elle s’est enrichie au fil du xixe siècle de données nouvelles : les villes portuaires – villes commerciales et maritimes – profitent mieux du phénomène industriel (Agriantoni, 1986 ; Panayotopoulos, 1980). Leur essor est accompagné du renforcement des couches urbaines qui adoptent de nouveaux modes de vie et de nouvelles formes et typologies architecturales. Au tournant du xixe siècle, un corps hégémonique s’est déjà constitué : il est composé de commerçants, d’industriels, de banquiers, de propriétaires terriens qui voyagent, entretiennent des échanges dans les métropoles européennes, introduisent de nouveaux modes d’habiter, de vie sociale, d’activité politique, d’éducation et de loisir.

L’expansion urbaine : aspects historiques et institutionnels du phénomène

  • 2 Voir les écrits de Blanqui 1843, Boué 1840 et 1854, Guys 1857, von Hahn 1861, Rolland 1854, Ubicini (...)

5Les descriptions d’espaces urbains nous parvenant d’écrivains et consuls de pays européens dans la première moitié du xixe siècle sont brèves, porteuses de sombres images de pauvreté, d’effondrement, de dépression et d’insécurité. Elles mettent en lumière l’absence de services urbains, les conditions sanitaires précaires, le mauvais état des bâtiments, l’inexistence de réseau routier carrossable, les obstacles rencontrés dans le déroulement des transactions économiques. On y note l’hostilité des populations musulmanes face aux réformes qui restent lettres mortes et le comportement opprimant face aux non musulmans. Les auteurs des rapports sont surtout des militaires, géographes, ethnologues, hommes d’affaires ou hommes politiques, dépêchés en observateurs pour rendre compte de la situation sur place et permettre à leurs gouvernements de prendre position sur les multiples aspects de la Question d’Orient. Il y a également des ingénieurs et des technocrates qui prospectent les possibilités d’investissements qu’offre la région. Le canevas général des descriptions comprend le recensement et l’analyse des structures socio-économiques de l’Empire, les options et perspectives de réformes, les sources de production de richesse et le potentiel de développement2.

6À l’évidence, le bouleversement général dans les Balkans (révolutions nationales et indépendance de la Serbie, de la Grèce, guerres russo-turques, crises, etc.), les nouvelles orientations dans le fonctionnement des relations interrégionales ne favorisent pas l’adaptation de l’économie traditionnelle frappée de plein fouet par la concurrence internationale. Destruction de villes (Naoussa, Jannina), déplacements de populations, climat d’insécurité sont le lot quotidien pendant les années 1820-1840. Ceci précipite le déclin des villes de montagne de Macédoine, de Thessalie et d’Épire, très actives au xviiie siècle. Déclin pareillement observé dans le port de Salonique, pourtant prospère au siècle précédent, qui entraîne la stagnation du développement local (Svoronos, 1956). L’élément commun à la majorité des descriptions est l’image d’abandon et la faible densité du bâti que présentent les villes :

« […] la ville telle qu’elle s’étend de part et d’autre de la forteresse occupe une superficie plus importante que celle qu’occuperait la même population dans une autre région d’Europe […] »,

7écrit en 1812-13, se référant à Jannina, Henry Holland (1815) qui notait l’étrange impression du mélange de bâti et de boisé qui s’en dégageait.

« […] Les maisons de torchis à un étage, notamment les maisons turques divisées en appartements réservés aux hommes et aux femmes, sont très spacieuses. De plus, elles sont construites à distance les unes des autres. Ce qui explique la grande étendue de la ville capable d’accueillir une population cinq fois plus nombreuse que la population actuelle […] »

commente une description ancienne de Larissa.

« La ville ne manque pas d’espace, puisqu’on ne rebâtit pas les maisons lorsqu’elles s’effondrent », observe le diplomate français Guys parlant de Salonique. La ville de Monastir constitue une exception en la matière à en croire Boué qui, en 1836, constate avec stupéfaction l’existence de rangées de maisons aux murs mitoyens et donc une densité de population inhabituelle dans l’Empire ottoman (Guys, 1857 ; Boué, 1840).

8Pendant la première période d’application des Réformes, deux phénomènes parallèles obligent les autorités à considérer l’aménagement de l’espace urbain d’un œil nouveau. Tout d’abord, les vagues migratoires vers les villes qui s’intensifient pour des raisons économiques mais aussi politiques ; en second lieu, l’octroi de droits aux non musulmans facilite la liberté d’installation et favorise les investissements immobiliers à usage résidentiel ou professionnel. Cela incite les communautés non musulmanes, grecques et juives notamment, à ériger des édifices religieux, des écoles et des établissements pieux.

9Au tout début, la faible exploitation de l’espace permet une reconstruction progressive et plus dense. Bientôt, des pressions sont exercées pour que les villes s’étendent. La demande accrue fait monter la valeur du terrain, négligeable jusqu’alors, et elle entraîne la mise en place d’une réglementation et de services d’édilité (Yerolympos, 1997a).

  • 3 Collections de textes de A. Refik et de O.N.Ergin traduits et commentés par Yerasimos 1992.

10L’expansion des villes préoccupait les officiers ottomans de bonne heure, même s’il semble, selon les données disponibles, que la question fût souvent liée à l’activité des populations non musulmanes. De nombreux textes3 font état d’une amélioration pendant le xviiie siècle des conditions économiques qui permit aux « Européens, Arméniens, Grecs et Juifs » de s’installer à Constantinople et dans sa banlieue, en y acquérant systématiquement terrains et maisons. La destruction par l’incendie du parc bâti servait habituellement de prétexte aux transactions, malgré l’existence d’une série de décrets interdisant expressément de vendre les maisons « du Seuil de Félicité et de sa banlieue ». Il était strictement prohibé aux non musulmans de construire à l’extérieur des fortifications de Constantinople et tout fonctionnaire, propriétaire, ouvrier ou chef maçon encourait une lourde peine s’il construisait sur « des parcelles vierges… à l’extérieur de la muraille […] de nouvelles maisons appartenant aux mécréants »… (en distinguant naturellement les maisons intra-muros, mais restées vides au milieu de jardins ou bien les parcelles bâties à une époque mais détruites par un incendie à un moment donné) (Yerasimos, 1992).

11Pourtant il a fallu réitérer les interdits à plusieurs reprises en raison de leur inefficacité qui résultait « de la tolérance, de la négligence ou de l’avidité » des responsables. Au début du xixe siècle, les autorités revenaient avec insistance sur le fait que

« en particulier tout terrain n’ayant jamais porté de constructions auparavant et tout terrain vide ne pouvait être construit par décret ordinaire ou autre autorisation ou certificat, à moins qu’il soit délivré par ordre impérial un permis précis […] ».

Ceci parce qu’en dépit des interdictions précédentes,

« […] à Büyükdere, et dans tous les villages du Bosphore, pas une maison ou villa de bord de mer n’appartenait plus aux musulmans. Tout était passé, contrairement à ce que préconisait la Loi sacrée, aux mains des Francs, des Arméniens et des Grecs, même les yalı-s, habitations des cheikhs, des oulemas et des officiers turcs, avaient été vendues de la même façon, ici et ailleurs » (décret du 16 décembre 1802 ; Ergin 1914 et Yerasimos 1992).

12Un changement d’esprit s’amorce avec un décret de 1828 (Yerasimos, 1992 : 25-28). Ce dernier, après avoir fait un rappel des interdictions précédentes, citant les dates et en résumant le contenu, décrit la procédure par laquelle un groupe d’Arméniens (dont les habitations ont été précédemment détruites par un incendie) ont demandé et obtenu l’autorisation impériale de s’installer dans un quartier vierge de bâtiments à côté d’Ortaköy, et de l’exploiter en construisant des maisons destinées à la vente à des tiers éventuellement intéressés.

13La première réglementation des Tanzimat reprend cette formule. L’article 9 de la loi de 1848 stipule :

« L’autorisation de construire des khans en maçonnerie ainsi que des habitations, boutiques ou autres bâtiments en bois ou en maçonnerie sur des terrains vagues ou des potagers ne comportant aucune trace de construction, situés à l’intérieur ou à l’extérieur du Seuil de Félicité et sur le territoire des Trois Faubourgs, sans qu’il y ait d’autre empêchement, sera soumise à un ordre particulier de Sa Majesté Impériale » (Yerolympos, 1997 : 52-56).

14La loi considère à l’évidence la construction sur la terre agricole vierge jusqu’alors comme une activité privée et elle se borne à contrôler ce qui est à bâtir.

15La loi suivante de 1864 est rédigée dans le même esprit, avec un ajout intéressant :

« […] Au cas où une personne ou une société souhaite établir un nouveau quartier (par la construction de bâtiments sur des terrains et des jardins ne portant pas de trace de construction), elle établira auparavant un plan de ce quartier et le présentera au ministère du Commerce. Le ministère examinera en correspondance avec les services et autorités compétentes l’opportunité ainsi que les avantages et inconvénients de celui-ci et, après avoir établi les conditions nécessaires à l’intérêt public, soumettra le plan en question, accompagné d’un rapport, à la Sublime Porte. L’approbation de ce plan et l’édification du quartier seront soumises à un décret impérial spécifique. Et en cas de construction de bâtiments sur de tels terrains vierges, que ceux-ci appartiennent à l’État ou aux Wakfs, les bâtiments seront considérés comme des propriétés et seront soumis à un loyer pour le sol […] » (Nicolaidis, 1869 : 809-824).

16Ainsi la procédure de création d’un nouveau quartier est précisée : un plan est demandé ; la notion d’intérêt public est introduite ; les avantages et inconvénients sont examinés (même si les critères ne sont pas explicités) et l’approbation est consentie toujours par décret impérial. Le ministère du Commerce est l’unique agent administratif à intervenir, ce qui laisse penser que l’extension des villes est perçue comme une entreprise lucrative du domaine privé. En effet, même la loi sur les municipalités provinciales de 1877 ne donne pas de compétence aux mairies en matière d’extension des villes.

17Légèrement modifiée en 1882, cette réglementation restera en vigueur jusqu’à la fin de l’Empire ottoman en 1923. L’article 16 de la loi sur les constructions stipule que la vente de terrain en cas de création d’un nouveau quartier est soumise à une contribution en terre pour la construction d’une école et d’un poste de police (Nicolaidis, 1890 : 3120). Les propriétaires sont aussi tenus à la construction d’un réseau complet pour les eaux usées et au versement d’une somme de 4 paras par pique carré de terrain à la Préfecture pour financer la construction de chaussées en pierre. Après avoir convenu de l’emplacement de l’école et du bureau de police, un plan complet indiquant également le tracé des rues est soumis au ministère de l’Intérieur et le plan est adopté par décret impérial. À noter que, suivant la même loi, les matériaux non inflammables – imposés dans la vieille ville – ne sont pas obligatoires dans les nouveaux quartiers (Nicolaidis, 1890 : 3143).

18Il ressort de ce qui précède qu’avant le xxe siècle l’extension urbaine était considérée comme une affaire privée et que l’administration centrale se réservait simplement le droit de contrôler le choix du site et d’imposer quelques normes d’aptitude, ainsi que de taxer les terres qui changent d’affectation. La contribution des propriétaires en argent liquide était demandée pour construire la voirie et le réseau des égouts ainsi que la cession de quelques parcelles pour édifier des équipements (école et poste de police). En même temps, les municipalités qui fonctionnaient depuis 1870 restaient dépourvues de moyens pour intervenir et planifier l’extension des villes.

19On verra ensuite l’application de ces dispositions sur le terrain dans le contexte plus général des transformations urbaines qui peuvent se résumer comme suit :

  • construction intense soumise à des règlements à l’intérieur de la ville existante de la part des particuliers et des autorités (densification) ;

  • nouvelles constructions ad hoc à la périphérie de la ville quand elle n’est pas fortifiée ;

  • extension organisée des villes entourées par une enceinte ;

  • activité systématique des communautés pour la construction d’équipements sociaux (écoles, églises et établissements pieux et à but non lucratif etc.) ;

  • réaménagement des quartiers après incendie, notamment des marchés.

20L’expansion des villes s’est faite donc tantôt spontanément, tantôt de manière organisée. Si l’on juge d’après les exemples dont on dispose, l’existence ou non de fortifications autour de l’agglomération a joué un rôle déterminant. Dans les cas des villes fortifiées, l’installation des habitants extra-muros était interdite avant l’époque des Réformes (exemples : Salonique, Kavala, Volos, Chania, toutes des villes portuaires). Dans d’autres cas, la ville s’était développée autour des fortifications érigées avant la conquête ottomane (Andrinople, Serrès, Veria, Jannina…) et les murs – ou ce qu’il en restait – servaient de frontières entre les quartiers. Enfin, il y avait aussi les villes qui n’ont jamais été dotées de remparts (Komotini, Karditsa, Naoussa, Kozani…).

21Au début de l’insurrection grecque (1821-1828), les autorités ottomanes locales se sont empressées de fortifier certaines villes (Larissa, Serrès, Mytilène), pour les protéger des assauts des insurgés (Halaçoglu, 1973-1974 ; Pennas 1966 ; Sifnaiou, 1996). Ces enceintes, simples murs de protection, ont été vite démolies sans entraver le développement ultérieur.

22L’expansion des villes non fortifiées se fait en général sans plan. À Trikala par exemple, le quartier chrétien de Varos(h) connaît un essor considérable. Il se modernise et devient le quartier aristocratique de la ville. La configuration actuelle ne permet cependant pas de déceler les traces d’un aménagement organisé. L’amélioration de la situation de la communauté chrétienne se lit simplement dans le nombre accru et la meilleure qualité de construction des maisons (Tsapala-Vardouli, 1988).

  • 4 Karditsa s’est trouvée à côté des frontières après la création du nouvel État grec au sud de la The (...)

23À Karditsa, ville peuplée exclusivement de musulmans, qui en furent probablement les fondateurs au xve siècle, le processus est différent. Selon les sources écrites, autour de 1840 une famille riche et cultivée (la famille Lappas), originaire d’Épire qui avait émigré dans cette région agricole, est parvenue à convaincre le pacha de Trikala d’autoriser l’installation des familles chrétiennes dans la ville qui comptait de nombreuses maisons vides abandonnées par leurs propriétaires musulmans à leur départ pour l’Asie mineure (Lappas, 1974)4. Après de nombreuses démarches et voyages à Constantinople, Anagnostis Lappas a réussi à faire émettre un décret impérial permettant l’installation des chrétiens à Karditsa et un deuxième décret relatif à la construction d’une église aux alentours. Il a lui-même acheté des maisons dans le quartier Hodja de Karditsa en 1845. C’est de cette période que date la création du nouveau quartier de Varos(h) au-delà de l’ancien chenal de la ville (unique “fortification” du site) et l’implantation des chrétiens dans la région, comme d’ailleurs la construction de deux églises en 1843 et en 1856.

24Ci-après, sera examinée l’extension planifiée de trois villes côtières et fortifiées : il s’agit de Volos et Kavala, deux petites villes dotées d’une importante fonction portuaire où la communauté chrétienne suscita la création de nouveaux quartiers, et de Salonique (Thessalonique) qui connut une expansion impressionnante grâce aux initiatives concertées des autorités municipales et des communautés non musulmanes. Les trois cas illustrent éloquemment la dynamique engendrée par les Réformes, ainsi que l’exploitation immédiate des nouvelles institutions par les élites communautaires.

La planification de la nouvelle Volos par des commerçants grecs

  • 5 Archives du Ministère des Affaires étrangères de France, CCC, vol. 24, Salonique, décembre 1850.
  • 6 Le texte fut publié à l’origine par Tsopotos, 1933 ; traduction en français Yerolympos, 1992a : 70.

25L’expansion de l’ancienne ville fortifiée de Volos semble être la première opération urbanistique des Réformes dans le territoire des provinces européennes de l’Empire. Le développement de Volos, escale commerciale, s’amorce en 1830 à l’issue de la guerre et avec l’établissement de la souveraineté grecque au sud de la Thessalie. D’après les rapports consulaires français5, la ville était confinée à l’intérieur du château à 250 m de la mer, peuplée d’environ 150 familles turques et desservie par quelques boutiques et dépôts. Il existait une autre bourgade, Haut Volos, implantée sur une colline, à quatre kilomètres de la mer. Dans la bande de terrain comprise entre la muraille sud et la mer, 150 dépôts et magasins avaient poussé. Des « constructions misérables », tout près des fortifications, connues aujourd’hui encore comme « Palia » (anciennes), appartenaient toutes à des musulmans locaux, dont le plus puissant, Yakub Ağa. Leur incapacité à desservir les flux commerciaux croissants a entraîné la création spontanée d’un petit quartier entre 1833 et 1841 à côté de la rade. En 1841, les habitants intéressés, exploitant l’esprit du décret fondateur des Tanzimat adressent une requête sous la forme d’un rapport au sultan, qui constitue un texte particulièrement intéressant pour l’histoire de l’urbanisme de l’époque6.

26Par cette démarche, les Grecs de Thessalie semblent être les premiers (dans les provinces européennes du moins) à saisir ce que ces réformes sont susceptibles d’offrir aux reayas. Ils se hâtent de profiter du nouveau vent qui souffle sur le pays ayant peu confiance en sa durée. Leurs arguments sont clairement économiques mais, indirectement, politiques aussi. « Les habitants errant sans patrie et sans maison » désirent constituer une communauté organisée de citoyens responsables pour développer l’économie et le commerce de la région, contribuant ainsi par des sommes importantes aux recettes de l’État. Le consul anglais préfère mettre l’accent sur l’avantage politique :

  • 7 Archives britanniques PRO, FO 195/ 586 1-E, 1st March 1859.

« Même si le gouvernement avait le moindre doute quant au dévouement des habitants de cette région, la politique à recommander serait de toute façon d’encourager la construction de la ville pour y regrouper les familles et leur fortune qu’un seul navire de guerre suffira à contrôler. Alors qu’ils sont aujourd’hui dispersés dans les villages des alentours, difficiles d’accès pour la plupart »7.

  • 8 FO 195/ 723, 27 August 1862 ; v. aussi AMAEF, CCC, vol. 24, Salonique, décembre 1850.
  • 9 FO 195/586 1-E (112), Colonel Stuart, 31 Dec. 1858.

27La requête des commerçants est acceptée par le sultan. D’après les informations de l’agent consulaire H. Suter, les hommes d’affaires locaux grecs furent particulièrement prudents, demandant que la Porte dépêche un ingénieur pour établir le plan topographique de la région et élaborer « un plan régulier, orthogonal, digne d’une ville européenne »8 (Fig. 1). En même temps, une importante somme d’argent est déposée dans les caisses privées du sultan. Selon le plan, une bande de terrain de 600 mètres environ est laissée vierge entre le nouveau quartier et l’enceinte urbaine, une borne de pierre est érigée pour marquer cette distance, et les extensions ultérieures sont prévues dans la direction opposée. Après l’approbation du plan par firman impérial, les travaux de construction ont commencé immédiatement, le long et de part et d’autre de l’artère principale de la ville. 70 à 80 bâtiments en pierre à usage résidentiel ou professionnel étaient déjà achevés et 30 autres étaient en chantier, quand une interdiction totale des travaux fut imposée9.

Fig. 1. Plan de la nouvelle Volos.

Agrandir

À l’ouest, la vieille ville intra muros.

Plan établi par l’auteur à partir des relevés du fond du plan de 1881.

  • 10 FO 195/586 1-E (112), Jan. 1859.

28Les problèmes s’étaient en fait posés plus tôt. Bien avant 1850, la perspective de développement de Volos avait incité tous les commerçants de la région, mais également les investisseurs-spéculateurs, à acheter tous les terrains de la ville nouvelle, malgré la réaction des notables turcs de la région (propriétaires terriens et fonctionnaires), qui ne toléraient de voir s’étaler sous leurs yeux la prospérité grecque – et celle de Yakub en particulier qui craignait la dévaluation de ses dépôts10. Face à leurs pressions sans doute, le gouvernement avait au début refusé de délivrer le permis de construction d’une église qui constituait un élément indispensable au fonctionnement de la communauté. En attendant leur église, les habitants avaient différé l’emménagement de leurs familles, demeurant seuls à Volos les jours ouvrables et rentrant dans les villages du mont Pélion d’où la plupart étaient originaires du samedi au lundi. Le permis fut finalement obtenu et la messe inaugurale de l’église Saint-Nicolas a eu lieu en avril 1856, trois ans après l’ouverture de la première école (Haritos, 1985).

  • 11 FO 195/586, 1 March 1859.

29La nouvelle ville s’organise en même temps que son église. Le 8 mars 1856, est créé le conseil (eforeia) chargé de gérer la nouvelle communauté (Tsopotos, 1933). Parmi les principaux objectifs qui figurent dans le règlement fondateur de cette instance : servir l’« intérêt général » et le « progrès » de la ville récemment fondée. Dans cette optique, les affaires commerciales ainsi que la propriété foncière et immobilière seraient soumises à une imposition en vue d’embellir et entretenir la ville. Il n’est pas impossible que le désir d’autogestion des habitants ait inquiété les autorités. C’est cette année-là (1856) que le gouvernement interdit la poursuite des constructions. Cette interdiction prenait appui sur le règlement qui imposait, pour des raisons stratégiques, une zone non aedificandi de 600 mètres autour des fortifications11. L’agent consulaire anglais, le colonel Stuart, considérait que cette justification était un faux prétexte. Le château en question ne pourrait guère résister aux armes modernes : « les remparts ont pu être efficaces avant l’invention de la poudre », écrit-il. « Il [le château] s’effondrerait plus sûrement au seul bruit des détonations de ses propres armes ». De plus, « il ne contrôle aucun carrefour routier et la mer étant si peu profonde à cet endroit, les bateaux mouillent à une distance qui les met hors de portée de ses armes ». Ce même colonel estimait que l’interdiction avait en revanche un lien certain avec les intérêts économiques des propriétaires terriens turcs de la région affectés par l’expansion. Il pensait aussi que le nouveau quartier pouvait représenter malgré tout une menace pour la forteresse : les temps étaient difficiles et la frontière avec la Grèce bien proche.

30L’interdiction a duré sept ans et a porté atteinte au développement économique de la région. L’ancienne Volos continuait d’être sévèrement gardée, les portes du château restaient closes du coucher au lever du soleil. L’insuffisance des capacités de stockage entravait le libre développement du commerce et le fonctionnement du port. Le problème du logement s’aggravait.

  • 12 FO 195/756, 4 April 1863 et 5 April 1863.

31Ces impératifs ont prévalu et l’interdiction a été levée en 1863. Les efforts considérables, la pression des habitants et des consuls européens, peut-être aussi les allusions à l’adresse des officiers turcs selon lesquelles un avenir aussi brillant pour la région leur serait également profitable, ont eu raison de cette interdiction. La visite du vali (gouverneur) Ismail pacha en août 1862, au cours de laquelle il déclarait assurer son soutien à la nouvelle ville de Volos, fut décisive. C’est en réalité un peu plus tard que le vali annonçait la levée de l’interdiction et la liberté de construction tous azimuts excepté dans la direction nord-est vers la forteresse, alors qu’il devenait déjà propriétaire avec quelques fonctionnaires turcs de Larissa de terrains dans la nouvelle Volos12.

32À partir de cette date, le développement s’accélère. Dès 1862, le vice-consul anglais transfère ses bureaux de Larissa à Volos. L’évolution démographique est à ce titre indicative : de 1 500 habitants en 1860, la population passe à 3 000 en 1865 pour atteindre 5 000 en 1881, année de son annexion à la Grèce. En 1879, le maire grec Kartalis entreprend d’embellir la ville, avec l’aide du gouverneur et de l’eforeia de la ville. Les dirigeants ottomans ont bel et bien pris conscience du grand intérêt financier que présente l’urbanisation de la région, à en croire les témoignages de Tsopotos (1935) et du journal grec de Salonique Ermis (no 383/1879). Six mois avant de quitter la ville, les autorités turques vendent en toute hâte, aux propriétaires grecs des terrains situés en bord de mer, les 50 mètres de mer qui se trouvent devant leur terrain avec le permis de remblayer cette superficie (il s’agit de l’actuelle première ligne d’îlots sur la mer). Les contrats sont rédigés très rapidement de façon à ce que le gouvernement grec ne puisse en contester la propriété.

33La nouvelle extension de Volos connaîtra un essor considérable. Aujourd’hui la « nouvelle » ville dépasse les 100 000 habitants et abrite les fonctions tertiaires. L’ancienne ville intra muros est devenue un quartier périphérique résidentiel, entouré d’entrepôts et d’établissements industriels.

Un nouveau quartier grec à Kavala

34Un deuxième cas qui attire l’attention, concerne l’extension de la ville de Kavala au-delà du quartier médiéval de la péninsule de Panaghia. Le mode d’extension, sur l’initiative des habitants grecs orthodoxes de la ville, rappelle l’extension de Volos, la différence étant qu’existe ici un cadre institutionnel clair.

Fig. 2. Extension de Kavala 1864.

Agrandir

À l’est, la vieille ville fortifiée sur la péninsule de Panaghia.

Plan établi par l’auteur à partir des relevés du fond du plan de 1923.

  • 13 CCC vol. 24, lettre 18 juin 1860 ; Stefanidou, 1991.

35La petite ville implantée sur la péninsule étouffait dans l’enceinte de ses remparts et s’était dès le xvie siècle déployée vers le nord par la construction d’un marché fortifié. Depuis 1860, grâce au développement de la navigation à vapeur, elle attirait une activité commerciale grandissante. L’installation d’une ligne télégraphique, la présence des agences consulaires de pays européens, la croissance vertigineuse des exportations de tabac à partir de son port témoignent d’un développement économique basé principalement sur l’activité des chrétiens orthodoxes. À l’extérieur des remparts on trouvait des bâtiments de stockage. La population ne dépassait pas 3 000 habitants13.

  • 14 FO 195/685, 8 August 1862.

36Le 31 juillet 1862, le marché (50 magasins et dépôts à l’extérieur des remparts) est ravagé par un incendie qui franchit également la porte de la ville et y détruit deux habitations. Les correspondances consulaires mentionnent que la ville n’a été épargnée que par chance, étant donné qu’y étaient stockés 2 000 barils de poudre et qu’une des deux portes était en feu, empêchant la fuite des habitants14.

  • 15 Texte publié à l’origine par Skaltsas, 1930 ; traduction en français Yerolympos, 1992a : 70-71.

37En 1864, les habitants grecs de Kavala prennent une initiative importante. En accord avec les articles du règlement de voirie de 1864 relatifs à l’extension de la ville dans de nouveaux quartiers (cf. supra), ils remettent au Patriarcat œcuménique de Constantinople une demande d’intervention auprès du sultan, pour obtenir une autorisation d’installation à l’extérieur de la ville fortifiée15 (Fig. 2).

38Ce texte explique que l’extension est devenue nécessaire, en raison d’une part de l’émigration en ville des commerçants et de leurs familles, et d’autre part du désir des anciens habitants d’améliorer leur environnement résidentiel et professionnel. Ces derniers notent avoir déjà demandé à de multiples reprises, mais en vain, la possibilité de s’établir extra-muros pour pouvoir développer leurs activités sans entrave. Ils attribuaient ce refus au fait que leurs concitoyens musulmans craignaient la dévaluation de leurs propres biens immobiliers loués à des prix élevés jusqu’à présent. Ils ajoutent que l’endroit choisi, « rocailleux, escarpé et sablonneux », se trouve à 400 m environ à l’ouest de la ville, qu’il s’agit d’un terrain impropre tant à l’agriculture qu’à l’élevage, qui ne peut être mis en valeur qu’en espace urbain. D’autre part, pour éviter la spéculation, ils demandent la vente de ce terrain appartenant à l’État en parcelles plutôt que la vente de l’ensemble à une ou deux personnes. La mise en valeur d’une terre infertile mais aussi l’augmentation des impôts prédisent, selon eux, de grands profits pour l’État.

  • 16 Archives du Ministère des Affaires Étrangères de Grèce (AYE) 1866, 21/36 Consulat de Salonique, 3 j (...)

39La demande est acceptée par la Porte qui émet un décret impérial autorisant l’extension. Une église dédiée à Saint-Jean sur l’emplacement des anciens cimetières chrétiens est inaugurée en 186616. Le nouveau quartier organisé autour de l’église, de l’école et d’un espace vierge destiné à des fonctions d’intérêt général, évolue rapidement. Il semble certain que le développement se fasse selon un plan, lequel n’a toutefois pas été retrouvé. L’existence d’un plan est également attestée par le fait que le terrain a été découpé en parcelles comme demandé et par la présence, facilement identifiable dans les relevés préparés pour la rédaction du plan d’urbanisme de Kavala daté de 1939, de parcelles aussi régulières et uniformes que le terrain le permettait.

  • 17 AYE 1866, op. cit.

40L’octroi par le sultan du permis de construction d’un nouveau quartier chrétien déclenche un afflux de commerçants grecs qui s’y installent. L’agent consulaire grec P. Kretikos, prévoyant en 1866 que Kavala soit en passe de devenir la deuxième ville de Macédoine après Salonique, s’empresse de proposer que l’agence consulaire soit convertie en vice-consulat17.

41En 1882, le métropolite de Kavala demande au mutessarıf de Drama d’autoriser le transfert des cimetières chrétiens de manière à ne pas faire ombrage au « nouveau et très beau quartier de la ville », lequel formant un faubourg résidentiel attire les acheteurs qui investissent sur des terres jadis improductives (« mortes ») de l’État (Neologos, no 3845). Il s’agit là d’une requête qui atteste de la rapide prise de conscience des habitants quant aux possibilités d’investissements sur les terrains urbains, de même que du désir de préserver la valeur des terres dont les usages s’avèrent incompatibles avec la salubrité et l’amélioration de l’environnement urbain.

42L’extension de la ville est rapide, également assurée par l’implantation d’autres groupes ethno-confessionnels (quartiers musulmans au nord et au nord-est, quartier juif au nord et quartiers chrétiens à l’ouest) (Stefanidou, 1991) ; par la création également, entre les nouveaux faubourgs et le long de la côte, d’une zone intermédiaire réservée aux fonctions de secteur tertiaire dont les plus « internationalisées » (banques, hôtels, clubs et tous les consulats) constituent le nouveau front de mer. Des immeubles remarquables par leur taille et par leur architecture éclectique, comme les dépôts de tabac, complètent le paysage urbain. Avant la fin du xixe siècle, les fonctions publiques emménagent dans de nouveaux édifices imposants (palais du gouverneur, prisons, bureaux de postes, etc.).

43À la fin de l’époque ottomane, Kavala compte plusieurs nouveaux quartiers étanches du point de vue de la composition ethnico-confessionnelles de leur population à côté d’un secteur central multiethnique. On voit s’y reproduire la disposition ‘classique’ de la ville portuaire ottomane (e.g. Izmir, Beyrouth etc.). Aujourd’hui, la ville compte plus de 100 000 habitants. Protégé et « classé », le centre historique est un petit quartier résidentiel et touristique.

Salonique : un exemple de planification municipale

44Une multitude d’initiatives de la municipalité, de la vilayet (province), et également des communautés non musulmanes font de Salonique un cas d’étude exemplaire. La démolition des murailles entamée à partir de 1870 et la liberté de s’établir dans les faubourgs ont généré de nouveaux modes d’appropriation de l’espace urbain (Fig.3). L’action concertée des autorités municipales et des communautés juive et grecque-orthodoxe a crée, en l’espace de trente ans (1880-1912), de nouveaux quartiers à l’extérieur de l’ancienne enclave, qui ont triplé la superficie de la ville et provoqué l’apparition de diverses stratégies spéculatives.

Fig. 3. Salonique 1850.

Agrandir

La ville entourée de fortifications n’a pas de faubourgs

Collection de l’auteur.

45Thessalonique connaît un développement considérable à la fin du xixe siècle, sa phase “cosmopolite” par excellence. Hormis son rayonnement commercial, la ville était un gros centre militaire et administratif à caractère international développé, réglant la pénétration européenne et les transactions économiques. Elle était un nœud de communications grâce à son port et à son réseau ferroviaire et constituait un centre de transit pour l’arrière-pays balkanique. Elle fonctionnait également comme un foyer intellectuel, où circulaient les idées nouvelles de renouveau et démocratisation. Le dynamisme de la ville se mesurait également à l’évolution démographique, la population passant de 80 000 habitants en 1870 à 135 000 en 1905, soit une augmentation de 60 % en 35 ans (Yerolympos, 1997a : 222-224).

  • 18 En août 1879, selon la correspondance consulaire britannique, 6 600 immigrés sont arrivés et ont dû (...)

46Qui sont les nouveaux venus dans la ville ? Le développement économique attire certes les hommes d’affaires, les commerçants, des employés du secteur privé, pour la plupart chrétiens et juifs, de même que des Européens. À côté de ceux qui cherchent à faire fortune, il y a aussi les vagues des réfugiés – musulmans, chrétiens et juifs – qui se déplacent en fonction des changements de frontières dans les Balkans (date butoir : le traité de Berlin de 1878). En effet, 1878 marque la date du premier afflux massif de réfugiés musulmans en provenance de Bosnie et Bulgarie, et chrétiens en provenance de Litohoro et de leur installation dans un faubourg qui s’organise ad hoc sur des terrains malsains, à l’ouest de la Porte du Vardar. Fonctionnant depuis lors comme réceptacle naturel de toutes sortes de réfugiés victimes de souffrance, d’incendies ou d’inondations, ce quartier peut être considéré comme le premier “ghetto des pauvres” de la ville18.

47Dans les années 1870-1880, les nouveaux terrains gagnés par la démolition de la muraille maritime et la création d’un quai et d’une série d’îlots “constructibles” sur l’emplacement de la muraille absorbent la demande des nouvelles activités de prestige et le front de mer du centre historique s’embellit et s’européanise. Cependant, des pressions nouvelles se font vite sentir. Elles réclament une exploitation plus rentable des parcelles du centre afin d’abriter les activités commerciales et entrepreneuriales modernes qui se multiplient.

48La recherche des terrains à usage résidentiel se dirige à l’extérieur des remparts à l’est, où la terre est abondante, de bonne qualité et bon marché.

49Ainsi, après la construction du front de mer, la deuxième extension de Thessalonique intervient sur des terrains publics qui sont libérés par la démolition de fortifications à l’est et sur les terrains privés voisins. Nous disposons d’un plan daté de 1879, préparé par un ingénieur ottoman et conservé dans les Archives municipales de Thessalonique, dressé, conformément au règlement de voirie et de construction de 1280 (1864), sur une superficie de 12 hectares du côté extérieur des remparts est de Thessalonique (Fig. 4). Un petit texte anonyme en légende nous informe qu’il s’agit d’un plan d’urbanisation de la terre incluse dans ses limites (Yerolympos, 1992a : 66). Il fait mention des limites de propriétés qui sont de trois sortes : terrain public dans une bande s’étendant le long des remparts (d’environ 40 m de large et 400 m de long) et appartenant en substance au sultan ; terrains privés appartenant au Cheikh Abdül Kadir efendi et ses frères (partie supérieure du triangle) ; terrain du vakıf d’Akçe Mescid et « d’une église ». Plus à l’est s’étendent les cimetières.

50L’ingénieur anonyme, qui agit sur l’ordre du sultan et/ou d’Abdül Kadir (dont on ne connaît que le nom), passe ensuite au tracé de l’avenue (bulvar Hamidiye) qui se trouve presque entièrement sur des terrains publics. Il trace des îlots et des rues de 15, 12, 9 et 7,5 mètres de largeur, qui traversent les remparts pour joindre les rues du centre historique. Les îlots de construction sont des rectangles, d’environ 60 mètres sur 100.

  • 19 La lettre de Mustaphâ Rechîd Pacha au sultan, écrite en 1836, est entièrement consacrée aux questio (...)

51Les autorités ont suivi la réalisation du plan avec un intérêt tout particulier, désirant encourager les Thessaloniciens à adopter de nouvelles idées en matière d’habitation. En effet, quarante ans après la lettre de Mustaphâ Rechîd pacha à Mahmûd ii19, ses recommandations à l’adresse des autorités pour la construction d’habitations contemporaines sur des terres publiques à vendre ou à louer à des particuliers aisés, trouvent un écho positif à Thessalonique. Une série d’habitations élégantes est réalisée à partir de plans d’architectes de Constantinople. S’installent dans les nouveaux bâtiments les consulats de Roumanie, de France, d’Autriche-Hongrie, d’Italie et d’Angleterre, l’Agence bulgare, le médecin Zannas, etc. (Colonas, 1991 : 114-117). Hormis ces bâtiments, restés gravés dans l’histoire récente de Thessalonique sous le nom de “sultaniques”, les relevés topographiques de 1898 révèlent la construction de tous les terrains appartenant à Abdul Kadir ; par contre, les terrains du vakıf demeurent non bâtis. Les îlots à bâtir sont divisés et lotis. Ce sont habituellement de petits terrains de 10 mètres sur 12, destinés à des revenus moyens. Ce seront des chrétiens qui s’y installeront massivement, appelant le quartier “nouveau, grec”. Le recensement de 1913 y enregistre 1 842 habitants dont 80 % sont des chrétiens (Dimitriadis, 1983a : 88-116). L’amélioration des revenus des couches moyennes pousse les gens à rechercher leur logement en dehors de la ville encombrée et insalubre.

52Les rues sont plantées d’arbres et le sultan exprime sa satisfaction aux Thessaloniciens en offrant au quartier une fontaine, connue aujourd’hui encore sous le nom de « syndrivani » (şadırvan, fontaine). La cérémonie d’inauguration de la fontaine, à laquelle assistent des personnalités importantes de la ville en cours de modernisation illustre avec éloquence cette phase de transition dans l’évolution de la société locale.

Fig. 4. Plan d’urbanisation du premier quartier intra-muros de Salonique, 1879.

Agrandir

Archives de la Municipalité de Thessalonique.

53Dans les années 1880, le centre de la ville intra-muros change rapidement. Des nouvelles activités tertiaires y emménagent régulièrement ; de même que des fonctions productives. Un exemple parmi d’autres : la filature Saïas ouverte en 1879 sur le quai, à côté des terrains de l’église cathédrale orthodoxe (Métropole).

54À l’extérieur des remparts ouest, un petit noyau d’habitations est créé en 1879 pour les ingénieurs qui travaillent à la pose de nouvelles installations ferroviaires, près de la ligne déjà en service Thessalonique-Vienne-Paris. Les chemins de fer attirent à leur proximité des établissements industriels et des dépôts et cohabitent avec les usages traditionnels d’accueil des agriculteurs et visiteurs de Thessalonique – auberges, silos, étables. La faible mise en valeur de la région et les terres marécageuses inquiétantes font de l’accès ouest de la ville une zone naturelle d’accueil des couches sociales défavorisées, des réfugiés et des émigrés de l’intérieur dans des conditions d’habitation misérables.

55Les habitations des techniciens européens du chemin de fer seront progressivement expulsées, de même que le lieu de loisir le plus populaire de Thessalonique, le jardin de Bechtchinar qui s’éclipse au profit des élégants cafés du côté est de la ville. La spécialisation fonctionnelle entraîne une stratification sociale dans l’espace de la ville.

56À l’est, au-delà du « bulvar Hamidiye », des maisons de villégiature destinées aux couches aisées apparaissent à partir de 1878. En 1884, les propriétaires demandent à la Municipalité l’élaboration d’un plan concernant le « quartier des Campagnes » pour éviter la construction anarchique, mais aussi pour organiser les voiries et réseaux publics (éclairage, etc.) (Yerolympos, 1997a : 201).

57Nous avons retrouvé ce plan, datant de 1889 et projetant les deux extensions de la ville, dans les archives britanniques (Fig. 5). Les nouveaux quartiers couvrent une superficie de 150 hectares à l’est et 60 hectares à l’ouest. Le plan est signé par Achille Campanakis « ex-ingénieur en chef de la mairie » et il a été imprimé à Péra (Istanbul) à l’aide d’un permis émis par le ministère de l’Éducation ! Il a dû être élaboré entre 1884 et 1887. Il couvre des terrains encore vierges de construction (Yerolympos, 1997a : 201-203).

Fig. 5. Plan d’extension de la ville, 1889.

Agrandir

Collection de l’auteur.

58Les tracés sont simples : du côté ouest de la ville, au nord des lignes de chemin de fer sur une longueur de 1 200 mètres et une largeur de 500 mètres, s’étend une trame orthogonale parfaitement régulière.

59À l’est, le plan présente une variété plus grande dans la mesure où les rues suivent les chemins agricoles existants. Après avoir incorporé le nouveau quartier de 1879 et avoir réservé un grand espace pour les installations militaires, le nouveau plan de la ville est élaboré avec une régularité plus ou moins rigoureuse dans le quartier compris entre les torrents Kisla Deressi (Compagnie d’électricité) et Defterdar (ou de l’Ancienne quarantaine en 1878). Plus à l’est, la géométrie devient moins stricte.

  • 20 En 1893, est élu maire de Salonique le deunmé Hamdi Bey, un des plus dynamiques hommes d’ affaires (...)

60Le développement très rapide du faubourg est – communément appelé « faubourg des Campagnes » et baptisé « Hamidiye » en l’honneur du sultan Abdülhamid ii – est un des chapitres les plus importants de l’histoire de la “ville moderne” (Fig. 6-10). Les acteurs principaux en sont les communautés grecque et juive, et quelques personnalités locales éminentes comme Nemli Zade Hamdi bey qui domine la scène urbaine jusqu’à son décès en 1906. La modernisation de la ville et les perspectives de développement économique qui en résultent suscitent l’intérêt de Hamdi très tôt, dès la fin des années 1870, alors qu’il occupe diverses fonctions publiques et qu’il siège dans les comités d’achèvement des travaux du quai en sa qualité de président du Conseil provincial. Hamdi s’appuie pour ses exploits financiers sur l’existence de grands biens fonciers situés dans les quartiers ouest et est de la ville. Il fait fructifier ses biens, quand s’amorce après 1885 le développement du faubourg des Campagnes auquel il contribue énergiquement en tant que maire élu de la ville à partir de 1893, en l’équipant et le dotant d’infrastructures (réseau routier, éclairage, ponts, transport avec la construction d’une ligne de tramway, etc.)20.

Fig. 6. Plan de remblayage de la mer entrepris après 1890 et avant 1898 entre la Tour Blanche et les torrents Kisla et Defterdar.

Agrandir

L’ancien bord de mer apparaît avec un trait léger

Colonas 1991.

Fig. 7. Relevés topographiques du faubourg des Campagnes 1898-1900.

Agrandir

Le quartier de l’Ascension, au centre l’église et la villa Kapancı.

Archives de la Municipalité de Thessalonique.

61Le faubourg des Campagnes n’est pas seulement un quartier d’habitation. Comme dans les cas de Volos et de Kavala, il constitue un nouvel espace urbain exempt des contraintes que les anciens quartiers imposent : des usages complètement nouveaux peuvent s’y établir sans qu’il soit besoin d’attendre ou de provoquer le déplacement de fonctions traditionnelles ; de nouvelles formes d’organisation de l’espace et de nouvelles formes d’occupation des terrains peuvent s’y développer, sans qu’il soit besoin de respecter celles qui existent à proximité. Les habitants proviennent de toutes les communautés présentes en ville et deviennent voisins. La ségrégation traditionnelle par confession ou origine ethnique n’est pas la règle ici, même si l’on observe des concentrations d’habitants de la même appartenance.

  • 21 Suivant la recherche détaillée de Colonas, 1991, dans le quartier Aghia Trias (l’église de Sainte T (...)

62La présence d’édifices religieux en est en principe un indice, sans pour autant impliquer que ceux-ci fonctionnent de façon dissuasive pour les croyants d’autres confessions. D’après la thèse de V. Colonas, sur les 150 habitations qu’il identifie le long de l’avenue principale des Campagnes et qui appartiennent aux habitants de revenus les plus élevés de la ville, alternent, en se répartissant à peu près également, des propriétaires chrétiens, juifs et musulmans21.

Fig. 8. Relevé topographique du faubourg Ouest 1898-1900.

Agrandir

Les logements sociaux de la communauté israélite au quartier Vardar.

Archives de la Municipalité de Thessalonique.

63Dans ces nouveaux quartiers, de grands complexes industriels, demandeurs d’une main-d’œuvre abondante, se développent et les établissements hospitaliers et scolaires – privés et communautaires – prospèrent. Toutefois, contrairement à Volos et à Kavala, où les activités économiques délaissent les noyaux historiques fortifiés au profit des nouveaux quartiers de la ville, le centre de Thessalonique conserve son rayonnement, réussissant à attirer et accueillir de nombreuses nouvelles entreprises.

64Cependant, le succès du faubourg des Campagnes ne se dément pas. Les terrains situés en bord de mer à courte distance de la ville s’arrachent, confirmant le bien-fondé des travaux de remblayage de la mer entrepris après 1890 et avant 1898 entre la Tour blanche et les torrents Kisla et Defterdar. Il semble que ces travaux aient permis de gagner environ six hectares sur la mer, de créer donc de nouveaux terrains à offrir à la vente de préférence aux propriétaires des terrains bordant précédemment la mer (Yerolympos, 1997 : 232).

  • 22 Pour le succès du faubourg, voir aussi Anastassiadou, 1997 : 127-134.

65La spéculation extrême dont le quartier fait l’objet encourage la municipalité à procéder à d’autres extensions du plan d’urbanisme de la ville dans la campagne environnante – mais qui ne se peupleront qu’après la Grande Guerre. Si le plan d’urbanisme de 1906, qui s’étend sur un secteur d’environ 500 hectares, dépassant la superficie de la ville intra muros (300 hectares), et le décret impérial (irade) du 29 juin 1911, fixant les limites du faubourg des Campagnes, avaient prévu des espaces destinés à des services d’intérêt général et qu’ils avaient réservé des terrains pour des usages à venir, nous serions en droit d’accorder une clairvoyance inouïe aux autorités ! En réalité, le principal intérêt pour l’élaboration de ces plans était la revalorisation foncière des terres incorporées au plan d’urbanisme, incorporation qui augmentait la fortune des grands propriétaires fonciers et multipliait les revenus de la mairie22.

Fig. 9. Plan de Salonique 1909.

Agrandir

Collection de l’auteur.

  • 23 D’après des recherches effectuées par l’auteur dans le bureau des hypothèques de Thessalonique (reg (...)

66La propriété de la terre : dans les premières années (aux alentours de 1885), ce sont principalement les propriétaires fonciers musulmans qui se mobilisent, lotissant leurs champs, leurs vignobles et leurs potagers pour les convertir en terrains urbains. On connaît l’activité d’Abdül Kerim efendi, de même que celle du maire Nemli Zade Hamdi bey. Cependant, ils sont rapidement rejoints dans cette exploitation spéculative de la terre par les chrétiens (grecs) et en particulier les juifs détenteurs de gros capitaux, comme les familles Modiano, Allatini et autres23. Dimitriadis (1983b : 222) mentionne aussi la présence de sociétés foncières. Le développement du faubourg est également attesté par le nombre et la taille des livres tenus par les services de l’imposition foncière, lesquels étaient renouvelés tous les cinq ou six ans : en 1885, 52 pages sont consacrées au faubourg est ; en 1895, 229 pages ; en 1907, 6 fascicules ; et en 1911, 173 fascicules !

67Les initiatives des autorités ottomanes en faveur de la modernisation urbanistique de la ville qui se multiplient sans interruption après 1870 ne prévoient pas de programmes « sociaux ». Les gros travaux de modernisation de l’ancien centre ville provoquent une hausse importante du coût de la terre et des constructions ainsi que la conversion de l’usage de plusieurs édifices. Les incendies permettent le réaménagement complet de l’espace, mais aussi le renouvellement de la population : les habitants de faibles revenus sont transférés, non pas temporairement, jusqu’à ce qu’ils puissent être relogés, mais définitivement dans le cadre de la rénovation de leur quartier dont ils ne seront pas les bénéficiaires. Ainsi l’“affinage” fonctionnel s’accompagne d’un “affinage” social.

68En 1890, après un violent incendie au centre de la ville qui ravage une vingtaine d’hectares, 20 000 habitants se retrouvent sans abri. Parmi ceux-ci, 15 000 sont juifs, 5 000 chrétiens et 150 musulmans. Ces chiffres traduisent une densité de population de 1 000 personnes par hectare, indicateur révélateur de l’insalubrité du quartier. Les témoignages écrits des citadins et des voyageurs étrangers confirment les conditions misérables qui régnaient dans les édifices et les espaces de vie quotidienne. Aux sinistrés de 1890, s’ajoutent, un an plus tard, 2 000 réfugiés juifs de Russie. La communauté israélite décide d’agir pour remédier au problème et fait construire deux complexes de logements populaires, à l’est et à l’ouest de la ville. À l’échelle locale, c’est incontestablement une initiative avant-gardiste : c’est la première fois qu’un programme de logement social est réalisé.

69Les plans des complexes ont été dessinés en collaboration par la communauté et le Bureau central de l’Alliance Israélite Universelle à Paris. Le quartier à l’est, dit de Kalamaria, d’une superficie de 1,55 hectares, comportait 164 maisons individuelles avec cour (aménagées par groupe de quatre cellules de deux chambres/cuisine) et prévoyait en son centre des espaces destinés à une synagogue, deux écoles (de filles et de garçons), deux boutiques et une boulangerie. Le quartier de Vardar, d’une superficie de 3,4 hectares, comprenait 153 maisons, une école de garçons (pour les filles le plan prévoyait un espace peu approprié), huit magasins et une boulangerie. En réalité, s’y entasse malheureusement le double de la population prévue à l’origine (Yerolympos, 1997b : 623-650 et Anastassiadou, 1997 : 124-125).

Fig. 10a. Plan de Salonique, dressé par le Service topographique de l’armée d’Orient en 1916.

Agrandir

BNF, cartes et plans.

70Même si les données du recensement de 1913, réalisé par l’administration grecque, n’incluent pas des musulmans ayant quitté la ville, elles esquissent la répartition spatiale des groupes ethno-confessionnels par circonscription de recensement au début de la deuxième décennie du xxe siècle. Sur une population de 157 889 personnes, 73,27 % habitent dans le centre historique, 10,67 % dans les banlieues ouest et 16 % dans le faubourg est (Dimitriadis, 1983a : 88-116).

71Dans la banlieue ouest qui totalise une population de 16 854 personnes, les juifs sont les plus nombreux (32,87 %), suivis des chrétiens (27,7 %), des musulmans (12,2 %) et autres (Bulgares, « étrangers » : 13,5 %).

72Dans le faubourg des Campagnes, sur une population de 25 349 personnes, les chrétiens dominent (50 %), suivis des juifs (23 %) et des musulmans (17 %). Les sept circonscriptions de recensement ont une population mixte, mais de différente composition : une prédominance numérique nette des juifs se dégage dans le quartier Aghia Trias (Sainte-Trinité) ; ceux-ci sont également nombreux dans le quartier Papafis, où dominent pourtant les chrétiens.

  • 24 Dans la ville intra muros, le quartier délimité par le nord de la rue Egnatia et les remparts nord, (...)

73Grâce à la faible densité et aux espaces libres (jardins), l’environnement urbain et le parc bâti était en meilleur état que dans le reste de la ville, comme le montrent certaines données économiques recueillies pour la taxe foncière de 1916, pour autant que celles-ci correspondent à la valeur réelle des biens immobiliers (Loucatos, 1999 : 322-325). En effet, le faubourg est qui regroupait 16 % de la population totale, comptait 26 % des personnes imposées et versait 21 % de la taxe foncière. À l’autre extrémité de la ville, le faubourg ouest, avec 10,67 % de la population totale, comptait seulement 8,5 % des personnes imposées et contribuait pour 7 % à la taxe foncière. 73,27 % de la population, deux-tiers des personnes imposées et 72 % de contribution à la taxe foncière sont les pourcentages correspondant à la partie ancienne de la ville24. Il apparaît qu’une plus forte concentration des personnes imposées par rapport à la population recensée n’est enregistrée que dans la partie est de la ville.

Fig. 10b. Le faubourg des Campagnes, avec la grande avenue des Campagnes, parallèle au front de mer.

Agrandir

Apparaissent les nouveaux quartiers suivant les circonscriptions du recensement de 1913 (ajoutés par l’auteur).
(1) Quartier de Aghia Trias, où se trouvait le Yeni Cami
(2) Quartier de l’établissement Papafis
(3) Quartier entre les torrents Defterdar Deresi et Aslan Deresi (Hôpital israélite, synagogue Beth Saul et grandes propriétés de Saul Modiano)
(4) Quartier de l’église de l’Ascension ou Kara Agaçlar (briquetterie)
(5) Dernier quartier rencontré à l’est (résidence Allatini, dépôt de tramways et premier aéroport de la ville)
(6) Cimetière israélite
(7) Concentration des Arméniens autour de leur église Panaghia

74Pourtant les riches ne monopolisent pas le faubourg des Campagnes lequel abrite aussi des revenus moyens, ainsi qu’une population ouvrière. Riches et pauvres, juifs, musulmans et chrétiens, cohabitent dans ce faubourg, où l’on trouve également écoles, bâtiments publics, villas, petits pavillons et usines. Pourtant l’usage résidentiel domine, desservi par un maximum de services et de petits commerces destinés à l’habitation.

75Avec la présence de l’Armée d’Orient à partir de 1915, le paysage urbain du faubourg des Campagnes se transforme : les espaces libres qui s’étendent entre le cap du Petit Karabournou et la Villa Allatini sont aménagés en aéroport, le premier à Thessalonique. À l’extrémité sud-est de la ville s’installent de nombreux hôpitaux militaires. De grands espaces sont réquisitionnés pour le stationnement des véhicules militaires. L’avenue des Campagnes et les grandes demeures qui la bordent de part et d’autre constituent l’épine dorsale de la ville dans la mesure où elles abritent désormais toutes les fonctions civiles, militaires et diplomatiques.

  • 25 L’incendie, survenu quand la ville était pratiquement occupée par l’Armée d’Orient en août 1917 a r (...)

76Une comparaison des trois villes côtières de Thessalonique, Volos et Kavala permet de constater que dans le cas des deux dernières, la nouvelle extension urbaine s’est transformée en un centre moderne tandis que si l’ancienne ville intra muros demeure « centrale » de par sa position, elle ne l’est plus d’un point de vue fonctionnel. À Kavala, elle est devenue un site touristique, alors qu’à Volos elle a perdu toute caractéristique spécifique, architecturale ou autre. À Thessalonique on ne saura jamais ce qu’aurait été l’évolution des quartiers intra muros si le grand incendie de 1917 n’avait pas éclaté25. L’adaptation du tissu urbain aux impératifs contemporains se révélait difficile. Il y a même eu un plan signé par un ingénieur français, préconisant l’extension des installations portuaires le long du quai vers l’est, presque jusqu’à la rue Sainte-Sophie (plan Poird).

77Quand Thessalonique rejoint la Grèce en 1912, le morcellement excessif de la propriété, l’organisation irrationnelle du réseau viaire, de la construction et des usages et le manque d’un centre administratif regroupant les services publics et les sièges du gouvernement préoccupent profondément les autorités. Même les quartiers entourant Sainte-Sophie qui avaient été massivement rebâtis à la fin du xixe siècle sont incapables de répondre aux nouveaux besoins en infrastructures, installations de réseaux et de nouveaux usages, ou même à la circulation automobile qui deviennent impératifs en ville. À l’ouest, l’installation des fonctions de transport (port, chemins de fer), le développement d’activités gênantes et la mauvaise qualité des terres font obstacle à l’expansion des usages centraux.

78En 1913, les autorités grecques confient à un comité dirigé par l’architecte Aristote Zachos l’élaboration d’un plan d’embellissement de la ville (Yerolympos, 1998 : 331-348). La Grande Guerre empêche la réalisation du plan, lequel illustre pourtant bien les intentions des spécialistes et la dynamique de la ville. Dans le centre historique densément construit, le plan Zachos proposait la création de petites places publiques devant les édifices religieux, etc. Par contre, les principaux espaces publics étaient localisés dans le site entre le centre historique et le faubourg est. Un centre administratif – nouveau point fort – était prévu sur le même site, choisi pour sa forte valeur symbolique, notamment à côté de la Tour blanche et en contact direct avec le faubourg le plus “européanisé” de la ville. La carte de la ville établie par les services militaires de l’Armée d’Orient en 1916 montre que toutes les fonctions de l’état en 1916-17, la plupart des états-majors militaires de l’Armée d’Orient ainsi que les consulats étrangers étaient déjà répertoriés dans l’avenue des Campagnes.

  • 26 La ‘reconquête’ du centre-ville par les Grecs, hypothèse discutée par Darques, 2000 : 72, pourrait (...)

79On peut formuler l’hypothèse selon laquelle les nouvelles fonctions centrales auraient été transférées dans la partie est de la ville si le grand incendie de 1917 n’avait pas eu lieu26. Elles sont finalement restées dans l’ancien centre rénovées et renforcées, parce que l’incendie a “libéré” le noyau historique des traces et usages de son histoire, lui permettant de répondre, par un plan nouveau très dynamique, aux impératifs du nouveau siècle.

80L’histoire de l’extension des trois villes ports depuis la deuxième moitié du xixe siècle exprime en termes spatiaux la dynamique engendrée par les réformes et la poussée des populations urbaines non musulmanes, jusqu’alors sans droits civils et politiques. L’administration ottomane parfois suit les initiatives communautaires, parfois les devance, comme ce fut le cas à Thessalonique. Des phénomènes semblables ont été observés dans les villes portuaires de Mytilène (Lesbos), Chio, Crète, Samos etc. En général et à l’exception de Thessalonique, il paraît que les nouveaux quartiers ont attiré les fonctions économiques et administratives modernes. La persistance de ces dernières dans le vieux centre historique de Thessalonique jusqu’à aujourd’hui est due sans doute à la grande opération urbanistique qui a entièrement réaménagé la ville intra muros après l’incendie de 1917.

Haut de page

Bibliographie

Agriantoni Chr., 1986, Les débuts de l’industrialisation en Grèce, XIXe s., Athènes, Ekdoseis Emporikis Trapezas [en grec].

Anastassiadou M., 2001, « Des musulmans venus d’ailleurs : Les “fils d’Abdullah” dans la Salonique du XIXe siècle », Anatolia Moderna - Yeni Anadolu, IX : 113-169.

1997, Salonique 1830-1912. Une ville ottomane à l’âge des Réformes, Leiden, Brill.

Blanqui Aug., 1843, Considérations sur l’état social des populations de la Turquie d’Europe, Paris.

Boué A., 1840, La Turquie d’Europe, ou observations sur la géographie, la géologie, l’histoire naturelle, la statistique, l’archéologie, l’agriculture, l’industrie, le commerce, les gouvernements divers, le clergé, l’histoire et l’état politique, Paris, 2 vols.

1854, Recueil d’itinéraires dans la Turquie d’Europe. Détails géographiques, topographiques et statistiques sur cet empire, Vienne.

Colonas V., 1991, Salonique extra muros. Iconographie du faubourg des Campagnes (Hamidiyye) 1885-1912, Thèse de doctorat, École d’Architecture, Université Aristote de Thessalonique [en grec].

Darques R., 2000, Salonique au XXe siècle, Paris, CNRS Éditions.

Dimitriadis V., 1983a, « La population de Thessalonique et la communauté grecque en 1913 », Makedonika, vol. 23, Thessalonique [en grec].

1983b, Topographie de Salonique sous les Ottomans, Thessalonique, Etaireia Makedonikon Spoudon, Thessalonique [en grec].

Dumont P., 1989, « La période des Tanzimat », in R. Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman, Paris, Fayard.

Georgeon F., 1989, « Le dernier sursaut (1878-1908) », in R. Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman, Paris, Fayard.

Georgiades N., 1880, La Thessalie, Athènes [en grec].

Guys Ch. E., 1857, Guide de la Macédoine, Paris.

Hahn J.G. von, 1861, Reise von Belgrad nach Salonik, Wien.

Halaçoglu Y., 1973-74, « Teselya Yenişehiri ve Türk eserleri hakkında bir araştırma » (Une recherche à propos de Yenişehir de Thessalie et des œuvres turques), Güney-Doğu Avrupa Araştırmaları Dergisi 2-3.

Haritos Ch., 1985, « Histoire de l’éducation en Magnésie à la fin de l’Empire ottoman (1860-1880) », Archives d’Études Thessaliennes, vol. VII, Volos 1985 [en grec].

Holland H., 1815, Travels in the Ionian Isles, Albania, Thessaly, Macedonia etc during the Years 1812 and 1813, London, Longman, Hurst, Rees, Orme and Brown.

Lappas B.D., 1974, Histoire de la ville de Karditsa, Athènes [en grec].

Loucatos S., 1999, « L’incendie de Thessalonique, août 1917. Deux rapports inédits » in Thessaloniki, annuaire scientifique du Centre d’Histoire de Thessaloniki, tome 2 [en grec].

NicolaÏdis D. (ed.), 1869, Codes Ottomans. Collection de l’ensemble des Lois, Règlements, Décrets et Directives de l’Empire ottoman, Constantinople [en grec].

1890, Codes Ottomans. Collection des Lois en vigueur de l’Empire ottoman, Constantinople [en grec].

Osman Nuri Ergin, 1914, Mecelle-i Umuru Belediye, Istanbul.

Panayotopoulos V., 1980, « La révolution industrielle et la Grèce, 1832-1871 », Modernisation et révolution industrielle dans les Balkans, XIXe s, Actes du colloque de l’AIESEE, Athènes, Themelio [en grec].

Pennas P., 1966, Histoire de Serrès, Athènes [en grec].

Rolland Ch., 1854, La Turquie contemporaine, Paris.

Sifnaiou E., 1996, Lesbos. Histoire économique et sociale, 1840-1912, Athènes, Trohalia [en grec].

Skaltsas K., 1930, Histoire de Kavala, Kavala [en grec].

Stefanidou E., 1991, La ville portuaire de Kavala 1391-1912, thèse de doctorat, École d’Architecture, Université Aristote de Thessalonique [en grec].

Svoronos N., 1956, Le commerce de Salonique au xviiie s., Paris, Presses Universitaires de France.

Tsapala-Vardouli F., 1988, « Trikala », Architecture traditionnelle grecque, vol. 6, Athènes, Melissa [en grec].

Tsopotos D., 1933, Volos. Fondation de la ville et activités commerciales pendant les dix premières années 1833-1843, Athènes [en grec].

1935, « Province de Volos », Thessalika Chronika, Volos [en grec].

Ubicini A., 1853, Lettres sur la Turquie, Paris, Librairie militaire de J. Dumaine.

Urquhart D., 1833, Turkey and its Resources, its Municipal Organization and Free Trade, London.

Veinstein G., 1991, « Villes des provinces centrales, villes des provinces arabes : Les facteurs d’unité de la ville ottomane », La culture urbaine des Balkans, xve-xixe siècles, Belgrade et Paris, Académie Serbe des Sciences et des Arts.

Yerasimos S., 1989, « Réglementation urbaine et municipale (1839-1869) », in A. Borie, P. Pinon, S. Yerasimos (dir.), L’occidentalisation d’Istanbul au xixe siècle, Paris, École d’ Architecture de Paris-La Défense.

1992, « La réglementation urbaine ottomane (XVIe-XXe siècles) », in A. Borie, P. Pinon, S. Yerasimos (dir.), L’occidentalisation d’Istanbul au xixe siècle, Paris, École d’architecture de Paris-La Défense.

Yerolympos A., 1992a, « Urbanisme et modernisation en Grèce du Nord à l’époque des Tanzimat », in P. Dumont et F. Georgeon (dir.), Villes ottomanes à la fin de l’Empire, Paris, L’Harmattan.

1992b, « La part du feu », in G. Veinstein (dir.), Salonique, La ‘ville des Juifs’ et le réveil des Balkans, Paris, Autrement.

1995, La reconstruction de Thessalonique en 1917, Thessalonique, University Studio Press [en grec].

1997a, Entre l’Orient et l’Occident. Villes de Grèce du Nord à l’époque ottomane, Athènes, Trohalia [en grec].

1997b, “New data relating to the spatial organization of the Jewish communities in the European provinces of the ottoman Empire (19th c.)”, in The Jewish Communities of Southeastern Europe. From the 15th c. to the end of World War II, Thessaloniki, Institute for Balkan Studies.

1998, « Utopies des architectes. Le plan de Thessalonique de A. Zachos », in S. Zafeiropoulos (dir.), Orion, Mélanges offerts au professeur D. Fatouros, Annales de l’École d’Architecture de l’Université Aristote de Thessalonique, tome 15, Thessalonique [en grec].

Haut de page

Notes

1 Les réformes ottomanes, connues sous le nom de Tanzimat, ont été promulguées en 1839 et visaient l’occidentalisation de l’ensemble des structures de l’Empire (Dumont 1989, Georgeon 1989).

2 Voir les écrits de Blanqui 1843, Boué 1840 et 1854, Guys 1857, von Hahn 1861, Rolland 1854, Ubicini 1853, Urquhart 1833, entre autres. Voir aussi Veinstein 1991.

3 Collections de textes de A. Refik et de O.N.Ergin traduits et commentés par Yerasimos 1992.

4 Karditsa s’est trouvée à côté des frontières après la création du nouvel État grec au sud de la Thessalie.

5 Archives du Ministère des Affaires étrangères de France, CCC, vol. 24, Salonique, décembre 1850.

6 Le texte fut publié à l’origine par Tsopotos, 1933 ; traduction en français Yerolympos, 1992a : 70.

7 Archives britanniques PRO, FO 195/ 586 1-E, 1st March 1859.

8 FO 195/ 723, 27 August 1862 ; v. aussi AMAEF, CCC, vol. 24, Salonique, décembre 1850.

9 FO 195/586 1-E (112), Colonel Stuart, 31 Dec. 1858.

10 FO 195/586 1-E (112), Jan. 1859.

11 FO 195/586, 1 March 1859.

12 FO 195/756, 4 April 1863 et 5 April 1863.

13 CCC vol. 24, lettre 18 juin 1860 ; Stefanidou, 1991.

14 FO 195/685, 8 August 1862.

15 Texte publié à l’origine par Skaltsas, 1930 ; traduction en français Yerolympos, 1992a : 70-71.

16 Archives du Ministère des Affaires Étrangères de Grèce (AYE) 1866, 21/36 Consulat de Salonique, 3 juin 1866.

17 AYE 1866, op. cit.

18 En août 1879, selon la correspondance consulaire britannique, 6 600 immigrés sont arrivés et ont dû être hébergés à Salonique (Anastassiadou, 2001 : 116). Selon le journal grec de Salonique Ermis des 20 janvier 1878 (n° 262) et 21 mars 1878 (n° 279), tous les khans et moulins à l’extérieur de la Porte de l’ouest de la ville ont été réquisitionnés par les autorités afin de loger les réfugiés ; aussi quelques grandes demeures au faubourg est.

19 La lettre de Mustaphâ Rechîd Pacha au sultan, écrite en 1836, est entièrement consacrée aux questions urbaines et se présente par son contenu comme le « texte fondateur » du renouveau de l’urbanisme à l’époque des Réformes (Yerasimos, 1989).

20 En 1893, est élu maire de Salonique le deunmé Hamdi Bey, un des plus dynamiques hommes d’ affaires de la ville. Ce personnage entreprenant, qui est très bien vu de toutes les communautés de la ville, introduit les ‘business principles’ à la gestion de l’espace urbain. Pour sa propriété foncière au faubourg voir Dimitriadis, 1983b ; pour le faubourg ouest, v. journal Faros, 20 mai 1892 (n° 1605). Il est mentionné en 1887 par Morawitz en tant que représentant des Turcs détenteurs de titres de reconnaissance de la Dette Publique Ottomane.

21 Suivant la recherche détaillée de Colonas, 1991, dans le quartier Aghia Trias (l’église de Sainte Trinité a été érigée en 1888) et celui de l’établissement Papafis (orphelinat de la communauté grecque, 1894, dont le terrain fut acheté chez Hamdi bey), les grecs constituaient le troisième groupe en nombre d’habitants avec 24,2 %, contre 36,3 % pour les juifs et 32,5 % pour les musulmans. C’est dans ce même quartier que se trouvait le Yeni Cami (1900-1902), seule mosquée située hors du centre. Dans le quartier voisin, en direction de l’est où se trouvait l’unique synagogue de la « nouvelle ville » construite au début du siècle (Beth Saul), dominaient les grecs (45,8 %), suivis des musulmans (19 %), des bulgares (16,7 %) et des juifs (13,8 %). Les bulgares s’étaient regroupés autour de l’église de Saint-Georges, construite en 1907 à côté de l’orphelinat Papafis et les arméniens, autour de leur église Panaghia (érigée en 1903) à côté du Bulvar Hamidiye.

22 Pour le succès du faubourg, voir aussi Anastassiadou, 1997 : 127-134.

23 D’après des recherches effectuées par l’auteur dans le bureau des hypothèques de Thessalonique (registres des biens immobiliers). Les plans du début du XXe s. indiquent deux rues perpendiculaires à la mer qui portent les noms de Kerim efendi et de Hamdi bey, tracées sur des terres loties leur appartenant.

24 Dans la ville intra muros, le quartier délimité par le nord de la rue Egnatia et les remparts nord, abrite 39 % de la population et 39,5 % des personnes imposées, contribuant pour 23 % seulement à la taxe foncière. À l’opposé, le quartier situé entre la rue Egnatia et le quai abritait 33,8 % de la population et avec 27 % des personnes imposées payait 49 % de la taxe foncière totale (répartie de façon homogène dans les quartiers du côté du quai).

25 L’incendie, survenu quand la ville était pratiquement occupée par l’Armée d’Orient en août 1917 a ravagé 120 hectares du centre historique ; parmi eux, les quartiers des affaires et la façade moderne de la ville sur la mer.

26 La ‘reconquête’ du centre-ville par les Grecs, hypothèse discutée par Darques, 2000 : 72, pourrait être reconsidérée sous cet angle. Pour le plan de Thessalonique, dressé après l’incendie de 1917 par l’urbaniste français Ernest Hébrard et adopté en 1921, voir les travaux de Yerolympos, 1995 et 1992b.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Yerolympos, « Formes spatiales d’expansion urbaine et le rôle des communautés non musulmanes à l’époque des Réformes. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 107-110 | septembre 2005, mis en ligne le 06 janvier 2012, consulté le 20 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/2801

Haut de page

Auteur

Alexandra Yerolympos

Historienne de l’architecture, École d’Architecture, Département d’Urbanisme, Université Aristote de Thessalonique (Grèce).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page