Navigation – Plan du site
I. Territorialisation des communautés confessionnelles

Les Arméniens de Constantinople au xixe siècle. Éssai de topographie urbaine.

Essay on Urban Topography: the Armenians of Constantinople in the 19th Century.
Taline Ter Minassian
p. 143-160

Résumés

Estimée à 161 000 habitants par le recensement du Patriarcat arménien (février 1913-août 1914), mais seulement à 84 093 personnes par le recensement ottoman de 1914, la présence arménienne à Constantinople est une composante essentielle de l’histoire de la ville en dépit de l’incertitude des statistiques. Siège du Patriarcat, centre de la vie politique et religieuse de la communauté arménienne, Constantinople, avec ses 47 paroisses, 42 écoles, une dizaine d’établissements secondaires, 415 journaux publiés entre 1839 et 1922, remplit à bien des égards à la fin du xixe siècle le rôle de capitale politique, intellectuelle et culturelle pour les Arméniens de l’Empire ottoman, « la Ville », Bolis, par excellence. Cet article évoque la démographie et la topographie de la présence arménienne à Constantinople. Il s’interroge ensuite sur les caractères spécifiques de l’inscription des Arméniens dans le territoire urbain. Il souligne enfin que les Arméniens ont joué leur rôle en tant que vecteurs d’une culture urbaine et de l’occidentalisation, notions qui semblent d’ailleurs concomitantes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce titre n’est pas un titre officiel désignant un rang ou une dignité dans la hiérarchie administra (...)

1L’inscription des Arméniens dans l’espace urbain de Constantinople au xixe siècle – thème vaste et au demeurant largement inexploré – peut être évoquée par le protocole d’une procession funéraire peu ordinaire organisée dans les rues de la capitale ottomane le 24 décembre 1863. Conduisant l’un des représentants de l’aristocratie financière arménienne des amira-s1, Boghos Amira Dadian mort à Paris un mois plus tôt après s’être, selon une fausse rumeur, converti au catholicisme, le cortège funéraire encadré par les troupes officielles de sécurité, les zabtiye, fut ainsi ordonné après une curieuse réception de la dépouille du célèbre amira au débarcadère de Constantinople par les deux patriarches, catholique et apostolique, de la ville.

  • 2 Cité dans Mermerian, 1910 : 132-133.

« […] Le cercueil sortira à 7h30 de l’église Sainte-Trinité de Péra. Deux gardes s’avancent en tête du cortège, portant chacun un cierge, les mains non gantées ; la fanfare, envoyée par la Sublime Porte ; vingt gardes portant chacun un cierge, les mains non gantées ; huit portiers de la commission de Péra, rien en main ; dix huissiers du Palais, rien en main ; un porte-croix et deux porte-crosse, mains gantées ; trente enfants de chœur portant chacun un cierge, gants blancs et cierges drapés de noir ; dix diacres, présentation identique ; des kahana-s (prêtres séculiers) sans chasuble, portant un cierge ; des vartabed-s (prêtres réguliers), deux par deux, en chasuble et portant un cierge ; le Suisse du Patriarche portant son grand cierge et encadré par deux kahana-s de haute taille et sans bougie ; des évêques en chasuble et croix en main ; le Patriarche en chasuble, portant crosse et croix et accompagné de deux jeunes enfants de chœur tenant les extrémités de la chasuble ; le cercueil porté sur les épaules de quatre bedeaux vêtus de noir et coiffés d’un fez ; de part et d’autre du cercueil, quatre torches portées par des fonctionnaires arméniens en uniforme et brassard noir ; les cordons du poêle, au nombre de six, tenus par des amira-s. Que les soldats qui viennent de la Porte se mettent des trois côtés du défunt et que ces soldats n’autorisent personne à entrer des deux côtés. Ne doivent en aucun cas entrer dans la procession ni celui qui est chargé d’allumer les bougies, ni le sacristain, ni le kehyasi du mahalle, étant des serviteurs. Quel que soit le nombre des zabtiye dépêchés par la Porte, leur arrangement doit être confié à Ahmet agha qui se trouve dans le merkez de Galata Saray à Beyoğlu. Les zabtiye et tout ce qui concerne les chantres et les gens du clergé, doivent être confiés à l’agha Apetik Navrouziants. Il faut confier la responsabilité de se déplacer en rang et d’avancer lentement conformément à ce qui a été écrit, cela il faut le confier à quelqu’un de respectable en tant que chef du protocole (tesrifatsi). 12-24 décembre 1863 […]2 ».

2Si l’on ne connaît pas le parcours géographique de cette procession au cœur du quartier « européen » de la ville, pas plus que les détails du programme musical de la fanfare (Musiki-i Humayün-i Osmani) qui, créée par Giuseppe Donizetti (Lewis, 2002 : 186) jouait très probablement de la musique occidentale, la démesure, voire l’insolence de cette pompe funèbre témoigne de la place prise par les Arméniens – certes issus dans le cas présent d’une classe sociale numériquement peu représentative – dans la capitale ottomane au xixe siècle.

3Loin du “culturalisme émotionnel” caractérisant bien des études historiques consacrées à Constantinople-Istanbul (Pérouse, 2000 : 2), il faut cependant constater que l’importance statistique relative de la communauté arménienne d’Istanbul -environ 60 000 personnes actuellement (Buchwalter, 2002 : 19-43)- et surtout sa discrétion dans le paysage politique et social de la Turquie contemporaine, témoignent mal de la fonction capitale qui fut celle de Bolis pour les Arméniens de l’Empire ottoman et probablement au-delà.

4Relativement négligée, l’historiographie des Arméniens de Constantinople semble avoir subi les effets d’une double occultation. D’une part, la présence arménienne à Constantinople, composante évidente du cosmopolitisme d’une capitale reniée par le kémalisme, pouvait difficilement être valorisée par l’historiographie officielle en Turquie. D’autre part, l’historiographie arménienne n’a pas non plus produit de véritable synthèse, si l’on fait exception du colloque Armenian Constantinople réuni en mai 2001 à UCLA sous la direction de Richard Hovannisian.

5Certes, les sources d’archives ottomanes et arméniennes sont difficilement accessibles, mais l’historiographie arménienne a surtout privilégié les vilayet-s orientaux désignés comme le cœur du territoire national. Relevant de la tradition de l’almanach, chroniques décousues mais pourtant foisonnantes d’informations, les rares monographies consacrées aux Arméniens de Constantinople à l’époque contemporaine, comme l’ouvrage de H. Sirouni ou encore les volumes riches en iconographie publiés par Pars Tuğlacı, sont néanmoins des sources indispensables.

6Le questionnement historique sur le rôle des Arméniens à Constantinople au xixe siècle outrepasse, et très largement, le strict domaine de l’histoire urbaine. Tout reste à faire cependant dans ce domaine. Que sait-on en effet des structures de la population et de la vie interne de la communauté ? De la vie quotidienne dans les familles et les maisons ? Quel était le degré de liberté d’action dans le domaine religieux, social, professionnel ? Comment se sont traduites dans l’espace urbain les rivalités entre non musulmans ? Ces questions peuvent fournir le cadre d’une approche préliminaire évoquant en premier lieu la démographie et la topographie urbaine. Les traits spécifiques de la présence arménienne dans l’espace urbain de Constantinople et enfin le rôle des Arméniens en tant que promoteurs d’une culture urbaine forgée sur le modèle de l’Occident seront ensuite évoqués.

Les Arméniens de Constantinople : démographie et topographie urbaines

Dénombrement

7Il semble que les structures démographiques du millet arménien en général et en particulier de la communauté arménienne de Constantinople, soient très mal connues. Aucune donnée précise concernant la natalité, la mortalité, la fécondité, les migrations n’est accessible, pas plus qu’il n’existe une étude générale sur la famille arménienne établie à partir du dépouillement des recensements, des registres paroissiaux, des inventaires après décès ou des registres de concessions des différents cimetières arméniens de la ville. Les archives du Patriarcat n’ont pas encore constitué la base d’une synthèse récente, une lacune qui souligne d’autant plus les enjeux politiques de la démographie ottomane mis en évidence par Kemal Karpat (1983 : 207-218) dont le jugement est d’ailleurs très réservé sur la fiabilité des sources produites par les institutions chrétiennes.

8Les statistiques de la population arménienne de Constantinople sont ainsi très variables d’un ouvrage à l’autre. Selon Robert Mantran (1996 : 299), Constantinople qui aurait compté un peu moins de 400 000 habitants en 1840, en compterait 873 000 en 1886 dont 44 % de musulmans, 17,5 % de grecs, 17,1 % d’arméniens, 5,1 % de juifs, 15,3 % d’étrangers. Selon la nouvelle géographie arménienne (Aslanian, 1886 : 154-156), destinée au cours élémentaire publiée à Constantinople en 1886, la population de la ville s’élèverait alors à 800 000 habitants dont 450 000 musulmans, 150 000 grecs, 130 000 arméniens, 25 000 juifs et enfin 50 000 étrangers. Si le chiffre de 250 000 arméniens pour Constantinople et sa région est couramment évoqué pour les années 1880, il s’agit d’un maximum atteint avant les restrictions de la période hamidienne. Le contrôle de l’immigration – 45 000 bantought-s (immigrés) auraient été présents dans la ville en 1870 – mais aussi les massacres d’août 1896 qui firent 10 000 morts principalement parmi les immigrés récents venus des provinces orientales expliquent ce déclin démographique. Au début du xxe siècle, la communauté arménienne de Constantinople compterait ainsi 150 000 personnes selon Arzrouni (1906). Le recensement du Patriarcat arménien (février 1913-août 1914) illustre l’attraction extraordinaire exercée par Constantinople qui, avec une communauté de 161 000 personnes, 47 églises et 64 écoles, apparaît comme la plus grosse agglomération arménienne de l’Empire ottoman (Kévorkian-Paboudjian, 1992 : 57) et du monde, aspect moins perceptible dans le recensement ottoman qui ne compte pour sa part, et toutes confessions confondues, que 84 093 Arméniens dans la capitale et sa périphérie immédiate.

Répartition

Robert H. Hewsen, Armenia, A historical Atlas.

Agrandir

University of Chicago press, Chicago & London, 2001.

  • 3 Cette carte a été dessinée d’après Murray’s Handbook for Travellers in Asia Minor, 4e édition, 1872 (...)
  • 4 On peut consulter l’annuaire du Conseil national d’enseignement publié en 1865 présentant une liste (...)

9De l’imprécision des données démographiques découle naturellement une cartographie approximative, fondée pour l’essentiel sur la localisation des églises arméniennes, apostoliques, catholiques et protestantes dans la capitale ottomane3 (cf. carte ci-dessus). Si l’on distinguait dans la communauté arménienne au milieu du xviie siècle les nrsetsi-s, ceux de l’intérieur, établis depuis des générations dans la ville intra muros, des tersetsi-s (ceux de l’extérieur), installés plus tardivement hors des enceintes byzantines, cette distinction ne suffit plus pour décrire la répartition des Arméniens dans la ville du xixe siècle, perceptible à travers la localisation des églises et des institutions scolaires4. Disséminé sur le littoral, au sud le long de la mer de Marmara, mais aussi sur les deux rives, asiatique et européenne, de la Corne d’Or, le peuplement arménien occupe les trois composantes de la ville, souvent dans la proximité immédiate des autres minoritaires. Ainsi, en 1871, la zone comprise entre les remparts comprenait 284 mahalle-s (unité organique ou communauté possédant son identité et établie autour d’une mosquée, d’une église ou d’une synagogue) musulmanes, 24 grecques, 14 arméniennes et 9 juives. Par ailleurs, les Arméniens devaient également être présents – mais on ne sait dans quelle proportion précise – parmi les 256 mahalle-s extra-muros le long du Bosphore et de la Corne d’Or, notamment à Üsküdar et Kadıköy (Inalcık, 1978 : 144). Le sud de la ville, en particulier le littoral, a constitué un lieu d’implantation privilégié autour des institutions religieuses, administratives, politiques de la communauté arménienne. Des quartiers arméniens se sont ainsi développés autour du Patriarcat implanté à Kumkapı, centre de la vie urbaine arménienne, ainsi qu’à Yedikule où fut édifié, à partir de 1832, l’hôpital national arménien, Sourp Pergitch (Saint-Sauveur, Yarman : 2001) ou encore à Psamatia (Samatya), village de pêcheurs arméniens. Au nord, Balat quartier juif, situé dans l’immédiate proximité de Fener (Phanar), comportait également une importante présence arménienne, signe du regroupement des non musulmans dans l’espace urbain. Sur la rive septentrionale de la Corne d’Or, les Arméniens étaient présents au xixe siècle à Hasköy, Kasım Pacha, Galata, Péra, Chichli ainsi que dans la plupart des villages du Bosphore, de Ortaköy à Yeniköy. Sur la rive asiatique à Üsküdar, les Arméniens se regroupaient dans les quartiers de Melamihe, Idjadie et Yeni-Mahalle, mais c’est seulement plus à l’est, dans les confins d’Alem Dagh, et tout à fait hors des limites de la ville qu’un unique toponyme signale explicitement une présence ou une fondation arménienne. Ermeniköy, le « village des Arméniens », rassemblait bûcherons et taverniers. Enfin, les Arméniens étaient également disséminés sur le littoral de la mer de Marmara, à Kartal et sur les îles des Princes, à Proti et Prinkipo, où les riches notables se sont fait construire de somptueuses demeures (Tuğlacı, 1989).

10Disséminé dans la ville et ses alentours, le peuplement arménien côtoie de près les autres minorités. Ainsi, dans les faubourgs suburbains, les frontières intérieures entre les territoires des différentes communautés correspondent souvent à une ligne de démarcation sociale comme le suggère, à propos d’Ortaköy, un observateur attentif.

« […] Ortaköy a conservé sa physionomie de grand village mixte arménien et juif avec une certaine proportion de Grecs et de Turcs. Il se signale au loin par sa blanche mosquée construite au bord de l’eau où se mire la grâce de son architecture néo-byzantine. Couverte de maisons de bois, la vallée qui le traverse dans son milieu forme un torrent presque toujours à sec et servant de chemin entre deux averses, aux voitures et aux chevaux. À droite, une rangée de maisonnettes en brique, cache un jardin potager cultivé par des Bulgares. À gauche, c’est le quartier juif avec son amas de masures délabrées. Plus haut, s’étagent de vieux konak-s arméniens entourés de jardins en terrasses, où à l’ombre des grands cyprès, s’épanouissent les lauriers roses et les rhododendrons […] » (Bareilles, 1918 : 202-204).

11Si l’aspect rural de certains de ces faubourgs s’est renforcé au début des années 1920 avec le départ des minorités, la question de la répartition du patrimoine foncier des communautés mériterait une étude fine dans les registres du cadastre ottoman ainsi que ceux du Patriarcat arménien. Les cimetières des non musulmans dont l’étude systématique reste à faire constituent également un indice de la proximité physique existant entre arméniens, grecs et juifs. Enfin, l’étude des documents cadastraux permettrait d’appréhender plus finement la cohésion spatiale de la communauté arménienne, organisée à l’échelle du quartier autour de l’église et de l’école.

Une inscription spécifique dans l’espace urbain ?

12L’aptitude légendaire des Arméniens à exercer tous les métiers est d’autant plus apparente à Constantinople où l’immigration en provenance des différentes régions de l’Empire contribue à l’apparition d’une variété de métiers spécialisés. Ainsi, l’extrême hiérarchisation sociale de la communauté arménienne de Constantinople – allant du humble hamal (porte-faix) ou employé de hammam jusqu’aux sphères les plus élevées du pouvoir ottoman – évoque l’image d’une société urbaine cohérente dans son extrême hétérogénéité.

Une communauté socialement hétérogène

  • 5 Pour cette étude, nous avons consulté l’année 1891 de l’annuaire oriental régulièrement publié depu (...)

13Orfèvres et bijoutiers, joailliers ou argentiers, boulangers ou tisserands, tailleurs ou cordonniers, charpentiers, menuisiers ou même pêcheurs, l’artisanat occupe une part considérable des Arméniens de la capitale ottomane. Ainsi, au début du xxe siècle, on compterait 1 850 échoppes tenues par des Arméniens parmi les 5 000 boutiques de Büyük Çarşı, Vezir Han, Cuhacı Han, Kürkçü Han et Çarşamba bazar occupant environ 15 000 maîtres artisans, compagnons et apprentis arméniens parmi 35 979 professionnels en activité (Kévorkian-Paboudjian, 1992 : 68). La spécialisation professionnelle souvent en fonction de l’origine régionale suscite par ailleurs la formation de corporations (esnâf) dont la plus puissante, celle des orfèvres, devait probablement être dominée par les Arméniens. Une étude approfondie de la composition ethno-confessionnelle des esnâf-s serait indispensable, même si l’appartenance à la même religion souvent à la base des corporations n’était pas une règle absolue (Mantran, 1989 : 217). Quant à la répartition géographique des métiers, trop souvent interprétée, selon Donald Quataert (2000 : 179), comme le reflet d’une division ethnique du travail, elle peut être appréhendée au travers des annuaires professionnels publiés à Constantinople à la fin du xixe siècle5. À Péra ou à Galata, les Arméniens exercent leur profession en côtoyant constamment les Grecs, les Juifs et dans une moindre mesure, les Turcs. Dans les han-s de Stamboul et de Galata, le métier de odabaci (Pamukciyan, 2002 : 124-130), gardien et loueur des différentes chambres du han exerçant à l’égard des employés les fonctions de contremaître, est presque exclusivement aux mains des Arméniens. Dans les ruelles du Grand Bazar, où se regroupent les bijoutiers, la concentration professionnelle arménienne est perceptible, renforcée il est vrai par une répartition sectorielle plus nette que dans les autres quartiers de la ville.

14Négociants, industriels, banquiers ou sarraf-s, qu’ils soient petits agents de change ou prêteurs sur gage à Commission Han ou grands financiers tels les amira-s (A. Ter Minassian, 1992 ; Barsoumian, 1980), l’élite commerciale et financière constitue un milieu socialement diversifié. Cependant, l’exception sociale représentée par la figure de l’amira dont les somptueuses résidences s’implantèrent dès les années 1820 à Kuruçeşme, est déjà sur le déclin à la fin du xixe siècle. La contribution des amira-s à l’histoire urbaine de Constantinople fut cependant remarquable du double point de vue de l’évergétisme communautaire mais aussi de l’urbanisme de la capitale. À la fin du xixe siècle, ils furent supplantés par un nouveau type social, celui de l’agha arménien dont l’ascension ostentatoire, mal jugée par les contemporains qu’ils aient été ou non des compatriotes, s’expose désormais sur la Grande Rue de Péra (Sirouni, 1987 : 418-419).

« […] X. Effendi était un homme d’affaires. Parti de rien, il avait amassé une fortune qu’on disait considérable pour Péra. Il avait débuté à Galata comme changeur, à la porte d’une boutique. Une opération dont personne ne connaissait la vraie nature et sur laquelle il ne s’était jamais expliqué l’avait promptement enrichi. Une fourniture d’armes pour le compte de l’armée ottomane qu’il devait à l’amitié intéressée d’un grand-vizir, avait accru sa fortune. Entre temps, il se livrait au trafic du havalé, toujours actif à Galata et autour de la douane de Stamboul […] » (Bareilles, 1918 : 114-115).

15Recrutés parmi les représentants de la finance, des professions libérales ainsi que dans la haute administration et dans le secteur de la presse, les députés à la Chambre arménienne fondée à la suite de la Constitution nationale (24 mai 1860, révisée en 1863) et les élus au Parlement ottoman à partir de 1908 forment une véritable élite urbaine. Ils sont architectes comme les célèbres Balian ou encore à la fin du xixe siècle les Aznavour dont les bureaux sont installés sur la Grande Rue de Péra, médecins comme Dikran pacha Pechdimaldji, président de l’Association ottomane de médecine en 1877-1878, député à la Chambre arménienne et bienfaiteur de son quartier natal de Hasköy, ou avocats comme l’écrivain Krikor Zohrab. Cette élite arménienne a-t-elle pris une part active dans les arrondissements municipaux de la ville en particulier dans le sixième, celui de Péra, le seul effectivement mis en place après la réforme municipale de 1857 ? La présence des Arméniens dans les bureaux de la municipalité du sixième arrondissement, en particulier au bureau de la comptabilité et des corporations ainsi qu’au service médical, semble l’attester. Une telle hypothèse coïnciderait alors avec la forte représentation des Arméniens dans la haute administration ottomane pendant la période des Tanzimat, en particulier au sein des différents départements du ministère des Affaires étrangères comme au sein du ministère des Finances à la Direction de l’hôtel impérial des monnaies ou à la Direction générale des mines et des forêts.

Communauté ouverte ou fermée ?

16L’hypothèse d’une inscription spécifique des Arméniens dans l’espace urbain de Constantinople reste difficile à formuler en l’absence d’études précises fondées sur les plans et les registres cadastraux. L’insertion des Arméniens pourrait être envisagée au regard de l’occidentalisation de l’espace urbain à Constantinople au xixe siècle, même si la régularité des lotissements ne constitue pas forcément un indice pertinent du mode d’habiter des non musulmans (Yerasimos, 1991 : 118). Par ailleurs, la définition des quartiers arméniens, préalable nécessaire à toute étude précise, est en elle-même problématique. En effet, la notion arménienne de tagh qu’elle désigne le quartier ou la paroisse ne coïncide pas nécessairement avec celle de mahalle, ce qui rend nécessaire de dresser à la fois la géographie paroissiale de l’Église arménienne à Constantinople tout comme celle des mahalle arméniens. La localisation des écoles, des églises et des fontaines constituées en vakf-s représente à cet égard une source intéressante. Fondamental pour l’étude de la vie politique interne de la communauté arménienne, le taghagan khorourt (conseil de quartier ou conseil paroissial) dont le siège se trouve dans la proximité immédiate de l’église est dominé par les notables locaux. Organe de gestion locale de la communauté et de ses écoles paroissiales établissant en premier lieu les registres de naissance et de baptême, les taghagan khorourt, cruellement brocardés par la presse satirique arménienne, mériteraient une étude détaillée. Ainsi, la méthode prosopographique permettrait de préciser l’image des élites locales ainsi que la couleur politique des différents quartiers arméniens de Constantinople.

17Si les mesures visant à limiter la hauteur des maisons ont été abolies à la suite des Tanzimat aussi bien en faveur des musulmans que des non musulmans, il semble qu’elles aient originellement favorisé l’installation des Arméniens par-delà les remparts, sur la rive septentrionale de la Corne d’Or et dans les bourgs suburbains du Bosphore. L’habitat arménien à Constantinople se prête certes à une typologie mais traduit-elle les distinctions sociales de l’habitat ottoman ou une quelconque spécificité arménienne ?

18Riches demeures palatiales des Dadian ou des Balian ou de Megerditch Amira Djezaïrlian (Jamgocyan, 1994 : 31-43) dont le somptueux palais de Yeniköy suscitait l’admiration et l’envie des notables turcs et arméniens, kiosques en bois des Azarian ou des Aznavour à Büyük Ada, yalı-s sur le Bosphore comme celui des Duz, traduisent une incontestable réussite sociale. Ainsi, le yalı des Duz

« […] avait les marches de marbre blanc de son entrée souvent caressées et mouillées par une petite lame. C’était contre ces marches que venaient aborder les caïques. Reçu à la descente par plusieurs serviteurs, on pénétrait dans le grand vestibule sur lequel s’ouvraient de nombreuses portes, y compris celle du jardin » (Damad, s.d. : 10-11).

19Par ailleurs, ces palais construits sur de grands domaines à Ortaköy ou à Hasköy, occupent parfois une colline entière sur les rives du Bosphore, comme celle acquise par les Duz à l’époque de leur apogée. Ainsi, pendant les mois d’été, les Duz quittaient leur habitation principale pour se transporter

« […] dans une sorte de villa construite sur la hauteur appelée La Vigne [...]. On ne changeait pas de place pour ainsi dire, ma vue était la même que du yalı mais au lieu d’être au pied de la colline, on se trouvait sur son sommet. Le regard dominait le ravissant paysage et allait loin : il pouvait contempler plus de ciel, de flots bleus et de verdure […] » (Damad, ibid.). 

20De tels domaines (Carmont, 1999) supposaient l’entretien de toute une maisonnée formée d’amuseurs professionnels (musiciens, clowns), de domestiques (cuisiniers, servantes, caméristes, échansons), de scribes et de prêtres, l’ensemble de ce personnel étant supervisé par un contremaître chargé de la direction du domaine.

21Aussi éphémères que la fortune des amira-s eux-mêmes, ces demeures palatiales représentent bien évidemment des exceptions, témoins d’une splendeur déjà révolue à la fin du xixe siècle. Ainsi, à Üsküdar,

« […] dans la partie qui menait à Selamsez se trouvaient quelques vieilles villas d’amira-s. Leurs occupants, plus ou moins dégénérés, qui avaient toujours vécu là, menaient dans ces vastes demeures délabrées une existence retirée et parcimonieuse, subsistant grâce aux derniers vestiges de leur fortune passée. C’étaient de vieux misanthropes au bec crochu et aux regards mornes et hargneux. Certaines de ces familles, abandonnant leurs maisons devenues vraiment inhabitables et qu’elles n’avaient pas les moyens de faire réparer, s’étaient réfugiées dans leurs anciennes écuries ou dans le logement jadis occupé par leurs domestiques […] » (Essayan, 1994 : 40-41).

22À la fin du siècle, les sarraf-s (changeurs de monnaie) nouvellement enrichis élisent plutôt domicile dans de spacieuses maisons du quartier occidental à Péra.

23Si l’on ne sait à peu près rien des gourbis qui devaient pourtant constituer un type d’habitat répandu pour les Arméniens récemment immigrés dans la capitale ottomane, la maison de l’artisan arménien aisé, représentant des “couches moyennes”, peut être considérée comme le type de l’habitation ordinaire bien décrit par Zabel Essayan dans Les jardins de Silidhar publié à Erevan en 1935. « Construction ordinaire à deux étages, en bois, peinte en rouge », il s’agit du type même de la maison stambouliote : intérieur dépouillé, parquets en bois et sofa au fond de chaque pièce. Cependant, la bipartition de l’espace ne correspond pas ici à la séparation entre haremlik et selamlık mais plutôt à celle entre côté rue et côté jardin, intéressant indice dans le cas présent des relations intercommunautaires.

« […] Les rideaux des fenêtres donnant sur la rue étaient presque toujours fermés, car juste en face se trouvait une boutique grecque qui était à la fois magasin d’alimentation et débit de boissons. Chez nous, on se tenait généralement dans les pièces de derrière dont les fenêtres donnaient sur une succession de vignobles au-delà desquels commençaient les quartiers turcs avec leurs magnifiques mosquées dont les minarets blancs s’élevaient vers le ciel en compagnie de cyprès noirs […] » (Essayan, 1994 : 26-27).

24Les souvenirs de Zabel Essayan (1994 : 42 et 46) à propos de ce quartier d’Üsküdar indiquent à la fois une cohésion communautaire et socioprofessionnelle mais aussi l’évidente mixité du quartier chrétien où Grecs et Arméniens cohabitent dans un climat de méfiance mutuelle. L’étagement social du quartier est apparent, car

« […] les rues du bas étaient toujours pleines d’enfants bruyants, de pêcheurs et d’ouvriers plus ou moins affamés, et dont la vie, du printemps à l’entrée de l’hiver, s’écoulait sur les pas des portes et dans la rue […] » alors que « […] vers le haut, la rue se terminait avec les tranquilles demeures des négociants nouveaux riches […] ».

Les Arméniens à Constantinople, vecteurs d’une culture urbaine ?

25Le lien entre minorités et occidentalisation est un trait connu de l’histoire ottomane. Le rôle des Arméniens en tant que promoteurs d’une culture urbaine à Constantinople n’a pas été négligeable si l’on considère leur action dans le domaine de l’urbanisme, de l’architecture et en général dans l’ensemble de la sphère culturelle.

Évergétisme et urbanisme : l’ère des amira-s

26Clairement lisible dans l’espace urbain de Constantinople par la présence de nombreux édifices à usage communautaire, la présence arménienne se manifeste également par des initiatives urbanistiques extra-communautaires. Pendant la première moitié du xixe siècle, l’initiative privée des amira-s arméniens s’est ainsi exercée à la fois au bénéfice de la communauté mais aussi en faveur de la capitale ottomane comme ce fut le cas de Megerditch Amira Djezaïrlian (1805-1861) dont la générosité légendaire permit à la fois la fondation du premier théâtre arménien à Hasköy, de nombreux établissements scolaires, d’institutions charitables en faveur des orphelins et des indigents, le développement des arts et de la culture mais aussi la construction d’ouvrages monumentaux d’utilité publique. Ainsi, Djezaïrlian réalisa-t-il à ses frais la construction de deux ponts, l’un achevé en 1843 reliant Sütlüce à Eyüb, l’autre appelé le Yahudi köprüsü traversant la Corne d’Or de Ayvansaray à Piri-Pacha. Confiée à un ingénieur grec de l’Arsenal impérial, Vassil Janide, la construction de ce pont à deux voies, long de 380 m, coûta un million de piastres à Djezaïrlian qui en fit l’inauguration en grande pompe. Édifice à péage servant à la population essentiellement juive du quartier de Balat, le pont privait cependant les bateliers d’une source importante de revenus, un aspect qui n’est peut-être pas tout à fait étranger à son incendie en 1862. Par ailleurs, on attribue également à Djezaïrlian la construction des quais de Hasköy, connus sous le nom de Kara Agaç Rıhtımı (Jamgocyan, 1994 : 43).

27Mais il est vrai que l’évergétisme des amira-s s’est en général exercé au sein même du millet arménien (Barsoumian, 1980 : 140), structurant ainsi l’espace urbain et communautaire des Arméniens de Constantinople par l’intermédiaire du Patriarcat dont les amira-s s’assurent le contrôle. Œuvre remarquable dans le domaine de l’action philanthropique et charitable, l’hôpital national arménien Surp Pırgiç fut édifié en 1832-1834 à Yedi-Kule, au-delà des enceintes, grâce à la générosité de Haroutioun Amira Bezdjian. Outre les bâtiments de l’hôpital à usage purement médical, le territoire de Surp Pırgiç comportait également un orphelinat, un asile pour vieillards ainsi qu’un asile d’aliénés. Le fonctionnement d’une telle structure supposait la philanthropie collective de nombreux autres amira-s donateurs, tels Canik Amira Papazian, Mikael Amira Pismisian ou encore Garabed Amira Balian qui conçut en partie l’architecture de l’édifice. Fondation communautaire par excellence gérée par les notables proches du Patriarcat, Sourp Pergitch a été dès le xixe siècle une institution de pointe, forgée d’après les concepts et les pratiques de la médecine occidentale.

28Dans la sphère éducative, l’action charitable des amira-s remonte à 1790, lorsque, grâce à la contribution financière de Megerditch Amira Miridjanian, une première école arménienne avait ouvert ses portes à Kumkapı. Cette initiative fut suivie par une série de fondations scolaires, de la part de Miridjanian lui-même qui fonda deux autres écoles à Langa et à Balat, quartiers comportant une importante population arménienne, puis par de nombreux amiras dans le courant du xixe siècle. Le plus remarquable d’entre eux fut sans doute Haroutioun Amira Bezdjian qui fonda, entre autres, une école professionnelle de broderie pour filles – destinée en particulier à l’ornement des vêtements ecclésiastiques – à Kumkapı ainsi que plusieurs autres écoles de garçons et de filles dans les quartiers de Kernavulo et Skordella à Péra où l’amira évergète fit également édifier, selon un usage répandu, deux fontaines. Typique également, l’initiative de Hovannes Amira Dadian qui, en 1844, fit ouvrir une école pour les habitants arméniens du quartier de Makriköy dont la majorité travaillaient aux poudrières impériales ottomanes. Enfin, il semble que l’évergétisme individuel des amira-s ait été par la suite relayé par la charité collective des guildes et des corporations. Ainsi, l’école de Langa était financièrement soutenue par la guilde des joailliers, celle de Topkapı par la guilde des fabricants de mousseline (dülbendci) tandis que dans le quartier de Yeni Mahalle à Psamatia l’école était financée par la guilde des marchands faisant commerce avec l’Europe (Avrupa tüccarı) et par les marchands de tabac (tütüncü).

29La construction et la rénovation des églises suscitèrent enfin la bienfaisance individuelle des amira-s pendant la première moitié du xixe siècle. Il est possible grâce aux plaques, inscriptions et monuments commémoratifs de dresser une topographie précise de ces fondations dont le coût de construction, d’entretien et de réparation était très élevé. Missak Amira Missakian finança ainsi la construction de deux églises à Boyaciköy (1840) et à Emirgün (1857) tandis que Haroutioun Amira Noradougian se chargea de la reconstruction de l’église de Kadıköy en 1814, pour ne citer que quelques exemples. Si l’entremise des amira-s s’avéra nécessaire sur le plan financier, elle l’était également pour des raisons politiques, car l’octroi du firman officiel permettant d’entreprendre les travaux était une affaire complexe et onéreuse. La position officielle des amira-s au service de l’État ottoman notamment dans le domaine des finances, des manufactures, de l’architecture, leur permettait ainsi d’accéder au Palais et aux échelons les plus élevés de l’administration. Considérées comme des biens vakf, les églises étaient administrées par un mütevelli chargé de l’administration des biens, nommé à vie par le patriarche et de manière officielle par le gouvernement. Ainsi, le patriarche était-t-il considéré comme le mütevelli en chef de toutes les institutions du millet et des propriétés qui entraient dans la réglementation des biens vakf.

Constantinople pour les Arméniens : théâtre de l’urbanité ?

30Source d’une certaine fierté nationale, la contribution des Arméniens à l’urbanisme et à l’architecture de la capitale ottomane est un fait généralement souligné par l’historiographie arménienne qui fait valoir, non sans un certain orgueil, une tradition ancienne remontant à Sinan (1495 ?-1588).

31Tout au long du xixe siècle, les Balian (Tuğlacı, 1990) formèrent une véritable dynastie d’architectes et inventèrent les formes les plus outrées de la nouvelle monumentalité ottomane. Leur contribution à l’histoire de l’architecture ottomane et à l’élaboration des formes de la culture urbaine, a donc été considérable même si H. Sirouni (1988 : 208-212) a raison de rappeler le rôle plus modeste des nombreux kalfa (maître assistant) arméniens de la capitale. « Architectes impériaux » pendant près d’un siècle, les neuf architectes de la famille Balian furent au service du pouvoir ottoman durant quatre générations et construisirent de magnifiques palais, des pavillons, des demeures luxueuses, des mosquées, mais aussi des bâtiments civils et militaires tels que des casernes, des hôpitaux ou des écoles. Architecte du fameux « palais-polder » de Dolmabahçe (1856) sur les rives du Bosphore, Garabed Amira Balian (1800-1866) conçut une nouvelle résidence impériale dans un style inqualifiable et éclectique opérant une synthèse audacieuse de l’ensemble des styles européens. Ainsi, selon Zeynep Çelik (1986 : 130), « le palais de Dolmabahçe fut l’ultime manifestation de la préférence impériale pour un style architectural importé d’Europe ». Avec sa façade principale donnant sur la rive du Bosphore, l’édifice longitudinal emprunte en effet aux principes de symétrie, de clarté, d’axialité et de régularité professés aux Beaux-Arts même si l’intérieur emprunte les structures de la maison turque. Audacieusement éclectique, peut-être sous l’influence du style « Empire français » et de Charles Garnier, le style composite à la fois occidental et oriental adopté par Garabed Balian à Dolmabahçe, et répété dans bien d’autres édifices de prestige de la capitale, procède d’un mélange singulier et baroque des ordres classiques et d’une ornementation “coloniale” évoquant les Indes lointaines ou l’Empire portugais.

  • 6 Penanrun, Roux, Delaire, 1907. Aucun Balian n’est en fait passé par les Beaux-Arts, le seul archite (...)
  • 7 Notons enfin, qu’en réaction aux expérimentations architecturales composites des Balian, les tentat (...)
  • 8 Né en 1850 à Constantinople, Antoine Vallaury fut à Paris un élève de Coquart aux Beaux-Arts. Archi (...)

32Plus encore, les mosquées de Dolmabahçe et d’Ortaköy (1864) dessinées par Nigoghos Balian avec leurs minarets d’ordre corinthien montrent le degré de pénétration des idées occidentales dans le vocabulaire architectural, quoique que l’on puisse considérer de telles idées comme le produit d’une synthèse locale. Le style néo-gothique adopté par Nigoghos Balian pour la mosquée Hamidiye (1886) constitue une meilleure démonstration à cet égard. Copié sur le style « Empire français », le style hybride appliqué par les Balian dans les monuments les plus prestigieux de Constantinople est parfois désigné sous le terme de « Empire turc » par les historiens de l’architecture (Çelik, 1986 : 143). La formation occidentale, et même française et parisienne, de quatre des neuf enfants de Garabed Balian qui devinrent également architectes du Sultan, Nigoghos (1826-1858), Sarkis (1831-1899), Hagop (1837-1875) et Simon (1864-1894) a nourri parmi les Arméniens une mythologie tenace selon laquelle ils auraient été diplômés des Beaux-Arts6. En fait, formés sur le tas au sein de l’entreprise familiale, les jeunes Balian qui allaient parsemer les deux rives du Bosphore de somptueux palais (Ilhamur, Çirağan, Göksu, Beylerbeyi), étudièrent au collège Sainte-Barbe et apprirent l’architecture grâce à l’enseignement d’un précepteur particulier. Cette formation architecturale en marge des institutions s’explique peut-être par la disparition après les réformes du Tanzimat de l’organisation des architectes royaux (Hassa Mımarları Teskilati) qui outre la construction et la réparation des édifices du palais et du gouvernement, avait également la vocation d’un établissement d’enseignement7. Aucune institution ne semble l’avoir remplacé avant la création en 1881 des Beaux-Arts de Constantinople dont Antoine Vallaury8, adepte quant à lui de la rigueur classique, deviendra le principal enseignant.

33Capitale culturelle arménienne avec ses nombreux journaux, imprimeries, maisons d’éditions, Constantinople a vu également, tout au long du xixe siècle, l’éclosion de nombreuses sociétés de culture dans diverses sphères culturelles tels que le théâtre, la musique, l’opéra, etc. Leur inventaire réalisé par Yeprem Vartabed Boghossian (1957) apporte un éclairage sur la culture urbaine des Arméniens de Constantinople sous le double aspect de la spécificité communautaire d’une part et du rapport à l’occidentalisation d’autre part. Qu’il s’agisse de fraternités (yeghpayroutioun), de sociétés (engeroutioun) puis à partir de 1908, d’unions (mioutioun), ces structures ont eu un large champ d’action : soutien aux écoles arméniennes, actions de bienfaisance, anciens élèves de l’école de médecine, théâtre, musique, il y aurait eu à Constantinople jusqu’en 1920, 350 sociétés de cultures arméniennes disséminées dans les quartiers (tagh) et sous-quartiers (entatagh) de Péra, Galata, Ortaköy, Üsküdar etc. Certaines d’entre elles, comme l’association du théâtre oriental fondée en 1861 au Café oriental de Beyoğlu, jouèrent véritablement un rôle de vecteur culturel. À la base de cette éphémère association, un théâtre de langue arménienne, dirigé par Rouben Garabedian, où Hagop Vartovian fit ses débuts. En 1868, ce dernier trouva un local à Gedikpacha, recruta quelques acteurs de second ordre et se mit à promener sa compagnie à travers les quartiers de la ville à Kadıköy, Péra et Gedikpacha devenu d’ailleurs le centre de la vie théâtrale de Constantinople après l’incendie du théâtre Naoum en 1870.

34À partir des années 1870, la troupe arménienne de Hagop Vartovian se mit à donner des représentations de Molière, Hugo, Dumas ainsi que des mélodrames et des drames historiques en langue turque (Sirouni, 1988 : 233). Jugé trop subversif, le théâtre ottoman sera néanmoins fermé sur l’ordre du sultan Abdül-Hamid en 1882. Dans le domaine musical, les Arméniens jouèrent également ce rôle de “passeurs culturels”, comme l’illustre l’action du compositeur Dikran Tchouhadjian (1837-1898) au sein de l’association musicale fondée en 1862 pour le soutien du journal Kenar Haygagan (La Lyre arménienne). Qualifié de “Verdi arménien” ou encore d’“Offenbach oriental”, Dikran Tchouhadjian composa Arsace II (1868) – premier opéra de l’histoire de la musique arménienne en version originale italienne sur un livret de Tovmas Terzian – ainsi que diverses opérettes telles L’imposture d’Arif (inspiré du Revizor de Gogol), Keusé-Kéhia (Le Notable imberbe) et Léblébidji Hor-Hor Agha inspirées par le folklore urbain arménien de Constantinople. Dikran Tchouhadjian puisait en effet la source de son langage musical dans les rues de la ville notant fragments de mélodies, motifs rythmiques et même bribes de conversations.

35La perception des transformations urbaines comme des calamités de Constantinople, notamment au travers de la presse satirique arménienne, est enfin un autre moyen de mesurer l’insertion de cette communauté dans un espace urbain où tremblements de terre, choléra, incendies sont des événements aussi redoutés que fréquents. Les problèmes de circulation et la modernisation des moyens de transport, la construction du tramway ou du Tünel de Galata, sources constantes de critiques, servent alors de substitut à une critique sociale interne lorsqu’il s’agit de la société arménienne, mais aussi externe s’agissant des mutations de la société urbaine ottomane. Preuve supplémentaire du fait que Constantinople a résumé pour les Arméniens jusqu’au début du xxe siècle tous les aspects de l’expérience de la ville.

36L’immense terrain de recherches que constitue en soi l’étude de la communauté arménienne de Constantinople reste donc à investir. Inséparable du champ de l’histoire urbaine, l’étude des Arméniens de Constantinople fait également partie intégrante de l’histoire politique, économique, sociale et même artistique de l’Empire ottoman. Le fonctionnement interne de cette communauté, son inscription dans le territoire urbain, sa géographie administrative ne sont pas connus avec une grande précision tout comme nous échappe la réalité sociale de cette communauté souvent masquée par quelques réussites exceptionnelles. Les recompositions actuelles de la communauté arménienne d’Istanbul où éditions et journaux en langue turque véhiculent de nouveaux modes d’expression et où les nouveaux arrivants venus d’Arménie confrontent les Arméniens locaux à la question de leur identité – sont-ils “diasporiques” ou dépositaires de l’identité “pré-étatique” arménienne ? – seront sans doute en mesure de susciter dans un proche avenir une volonté d’introspection historique.

Haut de page

Bibliographie

Arzrouni, 1906, Hayk i G. Bolis kesanerort tarou eskispe (Les Arméniens à Constantinople au début du xxe siècle), Paris, Hayg. Debaran.

Aslanian Ok. M., 1886, Nor Ashgharakroutioun (Nouvelle Géographie), Constantinople, éd. Baghdalian.

Bareilles Bertrand, 1918, Constantinople, Ses cités franques et levantines. Péra, Galata, Banlieue, Paris, Bossard.

Barsoumian Hagop Levon, 1980, The Armenian Amira Class of Istanbul, Columbia University, PhD. Dissertation.

Boghossian Yeprem V., 1957, Badmoutioun hay mechagouytayin engeroutiounnerou, Bolsahay mechagouytayin engeroutiounnere (Histoire des sociétés de culture arméniennes, Les sociétés culturelles arméniennes de Bolis), tome 1, Vienne.

Buchwalter Bertrand, novembre 2002, « Portrait de la communauté arménienne d’Istanbul », in Les relations turco-arméniennes : quelles perspectives ?, Les dossiers de l’IFEA 12, Programme de recherche « Turquie-Caucase-Mer Noire », Istanbul, IFEA.

Carmont Pascal, 1999, Les Amiras, Seigneurs de l’Arménie ottomane, Paris, Salvator.

Çelik Zeynep, 1986, The remaking of Istanbul. Portrait of an Ottoman City in the Nineteenth Century, University of Washington Press, Seattle and London.

Damad Marianne, s.d., Souvenirs de famille et d’Orient.

Essayan Zabel, 1994, Les Jardins de Silidhar, Paris, Albin Michel.

Inalcık H., 1978, « Istanbul », Encyclopédie de l’Islam, Leyden-Paris, Brill et Maisonneuve-Larose : 244.

Hewsen Robert H., 2001, Armenia, A Historical Atlas, The University of Chicago Press, Chicago, London.

Jamgocyan Onnik, 1994, « Meguerditch Amira Djezaïrlian : financier, entrepreneur et mécène ottoman (1805-1861), Revue du Monde Arménien Moderne et Contemporain 1 : 31-43.

Karpat Kemal, 1983, « The Ottoman demography in the Nineteenth century: sources, concepts, methods », in J.-L. Bacqué-Gramont et P. Dumont (dir.), Économie et sociétés dans l’Empire ottoman (fin xviiie-début xxe siècles), Paris, CNRS éditions: 207-218.

Kevorkian Raymond H. et Paboudjian Paul, 1992, Les Arméniens dans l’Empire ottoman à la veille du génocide, Paris, ARHIS.

Lewis Bernard, 2002, Que s’est-il passé ? L’Islam, l’Occident et la modernité, Paris, Gallimard.

Mantran Robert, 1996, Histoire d’Istanbul, Paris, Fayard.

2000, « Constantinople ottomane : structures de la population, peuplement et société (xvie-xviiie siècles) », in C. Nicolet, R. Ilbert, J.-C. Depaule (dir.), Mégapoles méditerranéennes, Géographie urbaine rétrospective, Paris, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, École Française de Rome.

Mermerian K., 1910, Masnakan Badmoutioun Hay Medzadounnerou (Histoire particulière des grandes familles arméniennes), Constantinople.

Pamukçiyan Kevork, 2002, « 1868’ de Mevcut Istanbul Hanları », (Les hans d’Istanbul en 1868), Ermeni Kaynaklarından Tarihe Katkılar-I, Istanbul Yazıları, Istanbul, Aras Yayıncılık.

Penanrun David de, Roux, Delaire, 1907, Les architectes élèves des Beaux-Arts, Paris(2e édition).

Pérouse Jean-François, octobre 2000, « La mégapole d’Istanbul 1960-2000, Guide bibliographique », Les Dossiers de l’IFEA 4, Observatoire urbain d’Istanbul, Istanbul, IFEA.

Quataert Donald, 2000, The Ottoman Empire, 1700-1922, Cambridge University Press, Cambridge.

2003, « Labor and the State in the Ottoman Empire during the Nineteenth Century », in W. Arbird, S. Kançal, J.-D. Mizrahi, S. Saul (dir.), Méditerranée, Moyen-Orient, Deux Siècles de relations internationales, Recherches en hommage à Jacques Thobie, Paris, L’Harmattan: 145-157.

Şeni Nora, 2003, « Figure du banquier /philanthrope. Grandes familles juives et grecques à Istanbul au xixe siècle », in W. Arbird, S. Kançal, J.-D. Mizrahi, S. Saul (dir.), Méditerranée, Moyen-Orient, Deux Siècles de relations internationales, Recherches en hommage à Jacques Thobie, Paris, L’Harmattan : 159-168.

Sirouni H. Dj., 1987 et 1988, Bolis yev ir tère (Le rôle de Bolis), vols 3-4, Antilias (Liban).

Ter Minassian Anahide, 1992, « A Family of Armenian Amiras: The Dadians », Armenian Review, vol. 45, 3/179: 1-16.

Tuğlacı Pars, 1989, Tarih Boyunca Istanbul Adaları (Les îles d’Istanbul à travers l’histoire) Istanbul.

1990, The role of the Balian Family in Ottoman Architecture, Yeni Gığir Bookstore, Istanbul.

1991, Istanbul Ermeni kiliserleri (Les églises arméniennes d’Istanbul), Istanbul, Yayın publisher.

Yarman Arsen, 2001, Osmanlı Sağlık hizmeterinde Ermeniler ve Surp Pırgiç Ermeni Hastanesi tarihi (Les Arméniens au service de la santé ottomane et l’histoire de l’hôpital Surp Pırgiç), Istanbul.

Yérasimos Stéphane, 1991, « Occidentalisation de l’espace urbain : Istanbul 1839-1871, les textes réglementaires comme sources de l’histoire urbaine », in D. Panzac (dir.), Les villes de l’Empire Ottoman, Activités et Sociétés, tome 1, Paris, CNRS éditions.

Haut de page

Notes

1 Ce titre n’est pas un titre officiel désignant un rang ou une dignité dans la hiérarchie administrative ottomane, mais un titre donné « par le peuple arménien » à partir du xviiie siècle, selon des règles non écrites, à quelques très grands financiers arméniens. Sarraf-s, changeurs ou banquiers, ils ont été les bailleurs de fond des sultans, des vizirs et des pachas, fermiers généraux des impôts et détiennent entre la seconde moitié du xviiie siècle et la première moitié du xixe siècle, un véritable monopole dans les finances ottomanes.

2 Cité dans Mermerian, 1910 : 132-133.

3 Cette carte a été dessinée d’après Murray’s Handbook for Travellers in Asia Minor, 4e édition, 1872.

4 On peut consulter l’annuaire du Conseil national d’enseignement publié en 1865 présentant une liste des établissements par quartiers. Cf. Deregakir Azkayin Ousoumnagan Khorourtoh, Constantinople, Ed. Hovan Miuhendissian, 1865. En 1865, il y avait à Constantinople, 32 écoles arméniennes de garçons, 14 de filles, regroupant un total de 4 007 élèves garçons et 1 472 filles. Une liste des quartiers et des établissements scolaires de Constantinople et sa banlieue en 1883 figure dans les archives publiées du Patriarche de Constantinople, Nerses Varjabedian. Cf. Vaiyerakrer Hay Yegeretsou Badmoutian, vol. 10, Nerses Arkebisgobos Varjabedian Gosdantnoubolsi Hayots Badriark (1837-1884) pasdaterteri yev niuteri jorovadzou, Documents rassemblés par Sandro Behboutian, Erevan, Hayastani Hanrabedoutian Mechagouyti Badmoutian Arkhiv, 2002 : 700-701.

5 Pour cette étude, nous avons consulté l’année 1891 de l’annuaire oriental régulièrement publié depuis les années 1870 jusqu’à la fin des années 1920. Cf. Raphael C. Cervati, Annuaire oriental du commerce, de l’industrie, de l’administration et de la magistrature, Cervati Frères et Cie, Constantinople, 1891 : 455-600.

6 Penanrun, Roux, Delaire, 1907. Aucun Balian n’est en fait passé par les Beaux-Arts, le seul architecte arménien diplômé et exerçant à Constantinople ayant été Aram Tahadadjian qui fut élève d’Odilon Redon dans la promotion 1895.

7 Notons enfin, qu’en réaction aux expérimentations architecturales composites des Balian, les tentatives de systématisation de l’architecture ottomane selon les standards occidentaux ont également été l’œuvre des non musulmans. Ainsi, l’Architecture ottomane (Usuk-u Mimari-i Osmani), ouvrage rédigé à la demande du sultan pour l’Exposition Universelle de Vienne en 1873 par Montani Effendi et Boghos Effendi Chachian cherchait à classifier les “ordres ottomans” sur le modèle classique créant ainsi trois ordres, échafriné, bréchiforme et crystallisé.

8 Né en 1850 à Constantinople, Antoine Vallaury fut à Paris un élève de Coquart aux Beaux-Arts. Architecte du gouvernement ottoman, du ministère de la guerre, des douanes et de la régie des tabacs, il réalisa la Banque impériale ottomane (occupée par un commando Dachnak dirigé par Armen Garo Pasdermadjian le 26 août 1896), le Cercle d’Orient, l’hôtel des wagons-lits, le Musée impérial, le Club Français, l’hôtel Tokatlian, le pavillon ottoman à l’Exposition universelle de 1889 et bien d’autres édifices à Constantinople.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Taline Ter Minassian, « Les Arméniens de Constantinople au xixe siècle. Éssai de topographie urbaine. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 107-110 | septembre 2005, mis en ligne le 06 janvier 2012, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://remmm.revues.org/2803

Haut de page

Auteur

Taline Ter Minassian

Historienne, Université Jean Monnet, Saint-Étienne.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page