Navigation – Plan du site
Première partie – Figures mythiques des mondes musulmans

De 'Alī Shāmī à Turpal Nokhtcho, ancêtres arabes dans les légendes tchétchéno-ingouches

From 'Alī Shāmī to Turpal Nokhtcho: Arab ancestors in Checheno-Ingush legends.
Alexis Koudriavtsev
p. 205-216

Résumés

Chez les Tchétchènes et les Ingouches, deux peuples cousins, musulmans du Caucase du Nord, des légendes rattachant familles, tribus, voire les deux peuples même, à des ancêtres fondateurs « issus de l'Arabie », circulèrent pendant des siècles. Produits de l'époque de l'islamisation du monde nord-caucasien, ces légendes ont survécu jusqu'à nos jours ; le mérite en revient surtout aux ulémas locaux. Aujourd'hui, alors que les nationalismes post-soviétiques au Caucase du Nord se nourrissent largement des mythes généalogiques plus « scientifiques » (et laïcisants), l'ancienne tradition, semble-t-il, n'est pas tout à fait abandonnée : certains enthousiastes tchétchènes s'en vont déjà à la recherche des « Alides caucasiens », inspirés par les légendes nationales publiées par les auteurs russes du XIXe siècle.

Haut de page

Notes de la rédaction

Avertissement :
Ce document est issu d'une numérisation par OCR (reconnaissance optique de caractères), il peut contenir des erreurs.

Texte intégral

1La « grande découverte ethnographique » du pays tchétchène et Ingouche commence, pour la Russie, au milieu du XIXe siècle. À cette époque, la longue guerre du Caucase approchait de sa fin. La Tchétchénie, ce bastion de l'imam Shāmil, célèbre chef des montagnards caucasiens, tombait progressivement entre les mains des Russes. Il fallait donc mieux connaître toutes ces belliqueuses « peuplades indigènes », leurs sociétés, leurs us et coutumes, pour mieux gouverner le Caucase « pacifié ».

2C'est alors que les observateurs russes (souvent officiers et fonctionnaires d'administration coloniale) commencent à recueillir et à publier, entre autres matériaux ethnographiques, des légendes tchétchènes et ingouches racontant les origines des deux peuples cousins, qui se reconnaissent aussi sous le nom commun de Vaïnakh (« notre peuple », « nos gens »). Depuis, ce travail se poursuit et si la plupart de ces publications datent de la seconde moitié du XIXe et du début du XXe siècle, certaines de ces légendes ont été enregistrées à l'époque soviétique.

3La première rencontre des ethnographes russes avec le folklore historique vaïnakh leur a permis de remarquer que, parmi les fondateurs légendaires de multiples familles ou tribus (taipa), à qui la tradition attribuait toujours une origine étrangère (géorgienne, daghestanaise, kabarde, russe etc.) figurent très souvent des personnages « issus de l'Arabie » ; il en va de même pour des ancêtres communs des branches ethniques essentielles dont se compose la super-ethnie vaïnakh : Nokhtchi et Ghalghaï (Tchétchènes et Ingouches proprement dits), Arstkhoï, Akkiï.

4Certains auteurs ont jugé cette version vraisemblable, jusqu'à trouver, parmi les Tchétchènes, « un type sémite » (Ivanenkov, 1910, p. 13, 15). Mais la plupart des spécialistes s'accordèrent sur sa nature purement mythique. La prétendue arabisation de ces ancêtres-fondateurs fut expliquée par la pénétration de l'islam dans le pays tchétchène, à partir des XVe-XVf siècles, sous l'influence du Daghestan voisin, où l'islam fut effectivement apporté, au VIIIe siècle, par les armées omeyyades.

5Il se peut que cette explication, qui a pris racine dans la littérature russe et soviétique sur le Caucase, soit trop catégorique. À notre avis, il serait injuste d'exclure a priori toute participation d'éléments arabes dans l'histoire ethnique des Vaïnakh. Et cela pour deux raisons principales : d'une part, la rareté des sources ne permet pas, aujourd'hui, de reconstruire clairement cette histoire avant l'invasion mongole (XIIIe siècle) ; d'autre part, on peut difficilement supposer que la présence historiquement prouvée des Arabes au Caucase (en Transcaucasie et surtout au Daghestan) n'ait pas eu de conséquences sur les échanges ethniques, toujours très intenses, dans la région.

6Le but de cet article n'est pourtant pas d'établir si, ni dans quelle mesure, le « mythe arabe » répandu, par ailleurs, assez largement au Caucase du Nord, du Daghestan à l'Est et jusqu'au pays kabarde à l'Ouest, a ou non des fondements historiques réels. Ce qui nous intéresse dans ce mythe, c'est surtout son contenu, qui peut nous apporter de nombreuses informations sur un phénomène identitaire bien connu dans le monde islamique, dans sa variante nord-caucasienne. Dans les lignes qui suivent, nous tenterons de montrer, par l'étude du cas tchétchéno-ingouche, la fonction qu'assument des « fondateurs » arabes dans des généalogies légendaires, et la manière dont la tradition les rattache à des personnages proprement ethniques, réels ou mythiques. Nous montrerons aussi combien tout ce qui concerne les « fondateurs arabes » est capable, aujourd'hui, de servir de base à une création mythique d'un type nouveau.

Légendes locales

7Les légendes de taipa, qui sont souvent celles d'un village, appartiennent en règle générale à la tradition orale. Il est à noter que, contrairement à des généalogies proprement familiales que chacun connaît (la coutume obligeant chaque Tchétchène ou Ingouche à savoir énumérer, au minimum, huit générations de la lignée patronymique) ces légendes ne sont pas connues de tout le monde. Dans un village, il y a toujours quelqu'un qui peut les raconter, mais les autres n'en savent rien (Ivanenkov, 1910, p. 10).

8On y trouve des généalogies, relevant d'une tradition épique, qui peuvent n'avoir aucun rapport avec le passé arabo-musulman. Certaines se réfèrent, par exemple, aux Nartes. Ainsi, à la fin du XIXe siècle, bien des familles ingouches se disaient leurs descendants ; un des observateurs de l'époque a connu un vieillard qui a su lui énumérer les vingt générations qui le séparaient d'un Narte (Dumézil, 1930, p. 14-15).

9Parallèlement, on trouve des généalogies qui remontent aux ancêtres arabes les plus prestigieux. Ce peut être Abū Muslim (Abu Buslo dans une prononciation locale), personnage semi-légendaire à qui l'on impute la propagation de l'islam au Daghestan et dont se réclament plusieurs dynasties féodales daghestanaises (Istoria Dagestana, 1967, p. 158). Très souvent, parmi les fondateurs figurent les ressortissants du Shām (la Syrie). Le grand connaisseur des Tchétchènes montagnards, N. Ivanenkov, en cite quelques exemples intéressants, qui datent tous du début du XXe siècle.

10Ainsi, les habitants de deux villages voisins du bassin de la rivière Argun, Nakhtchi-Keloï et Tchebah-Keloï, se rattachent à Hasan et Husayn, descendants d'un ressortissant syrien. La légende raconte qu'un certain roi ou prince syrien décida d'introduire une nouvelle loi interdisant la vendetta et punissant de mort tout assassin. Malheureusement, le fils du prince, Nasho, doit subir ce sort le premier. Sa mère intervient alors pour le sauver : « Moi aussi, j'ai des droits sur mon fils ; que les juges prononcent leur verdict ! »Condamné à l'exil, Nasho quitte le pays ; finalement, il se retrouve à Nashkha (plateau au sud de la Tchétchénie, foyer légendaire de toutes les tribus tchétchènes). Là, il devient père de sept fils ; de l'un d'entre eux sont issus Hasan et Husayn, fondateurs des villages susnommés (Ivanenkov, 1910, p. 10). Des habitants d'autres villages de la même localité rapportent des histoires semblables sur les « frères issus du Shām ». Tel le village de Zumsoj, dont une partie des habitants se disent descendants de Shāmil Khān, l'un des cinq frères « issus de la maison du Prophète », qui auraient émigré pour fuir la colère du souverain syrien (Ivanenkov, 1910, p. 11-12).

11La taipa d'Ersanoj, dans l'Itchkérie (sud-est du pays tchétchène), fait remonter son histoire à Qulāb, habitant de la ville de Shām en Turquie. Selon la légende, Qulāb se retire à Boukhara avec son fils Kusay, où ce dernier enlève Huzeymat, fiancée à un certain Ahmat. Avec elle, il se réfugie à Nashkha, où elle lui donne un fils, Mulku. Ahmat retrouve son offenseur à Nashkha et le tue ; Huzeymat retourne à Boukhara avec Mulku, chez ses frères. À l'âge de quinze ans, Mulku, qui encore tout petit faisait preuve d'une force et d'une endurance hors du commun, devient un adolescent audacieux et insolent. Les vieillards boukhariotes persuadent Huzeymat de quitter la ville. C'est ainsi que Mulku se retrouve en Itchkérie et construit sa maison en pierre, juste en face du village d'Ersanoj (Popov, 1870, p. 9-10). On peut remarquer l'absence de toute indication sur l'islamité du fondateur, qui pourrait, en principe, être païen ; en tout cas, les Ersenoj sont porteurs d'une tradition particulière, selon laquelle ils doivent leur conversion à l'islam à un certain Bersan, un Daghestanais qui serait venu chez eux à la huitième génération à partir de la venue de Mulku (Popov, 1870, p. 13).

Légendes sur les origines communes

12Les légendes sur les origines communes des Vaïnakh ressemblent beaucoup à celles des taipa, ce qui révèle l'état embryonnaire d'une communauté proprement nationale. Même l'identité ethnique n'y apparaît pas comme entièrement séparée des solidarités tribales ; « notre peuple », dans les esprits de ses représentants, n'est qu'un arbre dont plusieurs petites « branches » — familles, lignages et tribus — se rassemblent pour former des « branches » plus épaisses qui se rattachent, tout en bas, à un « tronc » généalogique commun.

13De même que les généalogies de taipa ou de village, certaines légendes sur les origines communes des Vaïnakh sont dépourvues de toute connotation arabo-islamique ; ainsi l'histoire des trois frères : Gha, Akho (Ako) et Shoto (Shato), fondateurs légendaires des trois grands sous-groupes ethniques, respectivement Ghalghaï (proprement Ingouches), Akkiï (Tchétchènes du Daghestan) et Shatoï (groupe de tribus en Tchétchénie du sud) ; les noms des frères varient : parfois ce sont Gha, Arstkho et Nokhtcho etc. (Dalgat, 1972, p. 41, 113).

14Mais, en règle générale, la mythologie « ethnogénétique » tchétchéno-ingouche va au-delà, en instaurant des liens entre ces fondateurs proprement « ethniques » et un ou des ancêtres plus anciens, (ancêtres « de base »). Comme nous l'avons déjà vu, ces derniers sont réputés être venus d'Arabie ou, plus souvent encore, de Syrie.

15En fait, la version arabe des origines des Vaïnakh se compose de multiples traditions folkloriques qui l'interprètent selon plusieurs variantes. Certaines de ces variantes, qui nous ont été accessibles, permettent de se faire une idée sur les différentes manières de rattacher son histoire propre à un contexte arabo-musulman, dont le folklore garde une image tout à fait fantasmatique ; on voit aussi clairement que ces traditions ne donnent pas toujours la même importance à ce contexte et à ses personnages, non plus qu'à leur « islamité », tantôt soulignée, tantôt présumée, parfois ignorée ou même niée.

16Les prétendues Chroniques tchétchènes présentent l'une des versions les plus « arabisées » des origines du peuple nokhtchi. Datant de l'année 1828 et publié à la fin du XIXe siècle par l'ethnographe russe N. Semenov, ce document est un manuscrit en arabe que le cadi de l'Itchkérie prêta à l'époque à l'éditeur. Nous en donnons ici un résumé.

17Il y avait à Shām un homme, nommé Sayyid 'Ali Shāmi qui, en son temps, portait le titre de Sayyid al-umarā' wa-sultān al-salātin (Seigneur des émirs, Sultan des sultans) Il vécut cent ans et laissa trois fils : 'Abdul Khān, Rashid Khān et Hamzat Khān. Après sa mort, des « fils d'injustice » usurpèrent le pouvoir et devinrent princes et sultans ; c'est pourquoi les trois frères durent quitter le pays et se réfugier à Nakhchuvan (Nakhitchévan ?). Ils passèrent ensuite à Qigizman (dans la province de Kars, selon N. Semenov), où habitaient les parents de leur père. Ils y vécurent dix ans, et l'un des frères (Hamzat Khān) y mourut. Les deux frères restant émigrèrent à Arzuman (Erzerum), où ils passèrent six ans ; Rashid Khān, qui était zāhid (ascète), y mourut à son tour. Le dernier, l'aîné des frères, 'Abdul Khān, passa avec sa famille à Galib (N. Semenov situe le lieu au bord de la mer Noire), où il se maria avec la fille d'Albulat, « le prince des infidèles ». Ayant laissé son neveu, le fils de Rashid Khān, à Galib, il se retira dans un coin désert au bord du Baskhan (rivière du bassin du Terek) et érigea de nombreuses tours en pierre.

18'Abdul Khān mourut à l'âge de 90 ans, en laissant trois fils : Shāmkhān, Sayyid 'Ali et Fakhruddin, et quatre filles : Zāhidat, Fātimat, Habisat et Zaynab.

19Shāmkhān marie ses sœurs avec les princes d'Abazak (Abadzeh) et épouse une fille du pays. Mais la querelle avec les Abazak, qui éclate à cause de leurs sœurs, contraint les trois frères à quitter Baskhan. Chacun d'eux reçoit sa propre terre ; Shāmkhān s'installe à Nashkha où, après sa mort, se succèdent treize générations... On peut omettre l'exposé des événements qui suivent l'histoire mouvementée des descendants de 'Abdul Khān : migrations et unions de parenté, invasions étrangères et batailles entre musulmans et infidèles. Les « Chroniques » évoquent les noms de Cheikh Ahmad, 'Abdullah et Abu Muslim, tous Qurayshites, qui instaurèrent l'islam, par la guerre, dans les montagnes du Daghestan. Les noms de la plupart des descendants de Sayyid 'Ali Shāmi indiquent bien la continuité de l'islam chez eux. Mais est-ce le cas de tous les Nokhtchi ? On pourrait plutôt supposer que non, si l'on en croit Semenov : « l'islam est venu chez nous de l'Est. »(Semenov, 1895, p. 214-221).

20En 1926, V. Pozhidaev cite pratiquement la même légende, avec quelques variations insignifiantes. On y trouve ainsi le même nom de fondateur (Sayyid 'Ali Shāmi) lequel, dans cette légende, réside non pas en Syrie, mais directement à Nakhitchévan ; après sa mort, ses trois fils ne veulent plus rester au pays et partent en voyage « en quête de bons pâturages pour leurs troupeaux  ». L'un d'eux, toujours 'Abdul Khān, se sépare des autres et s'installe finalement avec ses proches et ses troupeaux sur les rives de l'Argun. Dans ce pays inhabité, les nouveaux venus s'accoutument vite à la nature encore sauvage et peuplent progressivement vallées, forêts et plateaux. Bien que devenus adeptes de Muhammad, ils oublient la religion et, peu à peu, reviennent au paganisme primitif (Pozhidaev, 1926, p. 16).

21Comme on peut le constater, ces deux histoires instaurent un rapport direct entre les Tchétchènes et les fondateurs arabes légendaires. Mais il y manque un personnage très important qui, dans le folklore tchétchène, occupe une place particulière, Turpal Nokhtcho, fondateur légendaire et éponyme des Tchétchènes :

« Comme les étincelles jaillissent d'un coup de sabre sur la pierre /
Nous nous sommes séparés de Turpal Nokhtcho. Nous sommes venus au monde dans la nuit, quand la louve faisait ses petits /
On nous a donné notre nom à l'aube, quand le cri de la panthère réveillait les alentours. Voilà qui nous sommes, nous descendants de Turpal Nokhtcho !  »... (Golovinskij, 1878, p. 243).

22Nous retrouvons ce lien entre 'Ali Shāmi et Nokhtcho dans deux autres traditions.

23Selon la première, un Arabe nommé 'Ali, originaire du Shām, se trouve à Istanbul. Un jour, il commet un crime involontaire. Pour éviter une punition sévère, il s'enfuit sur un bateau marchand, vers le Caucase, et après une longue errance s'installe dans le pays des Ghalghaï. De son mariage avec une fille ghalghaï naît un garçon, dans la main duquel, au moment de sa naissance, on trouve un petit morceau de fromage (nekhtch). À cette occasion, le nouveau-né reçoit son nom : Nokhtcho. Devenu grand, il impressionne tout le monde par sa force inouïe et sa vaillance, c'est pourquoi on l'appelle Turpal (vaillant, preux).

24Un jour, Nokhtcho enlève une princesse (khane) et sa servante, qui se baignaient dans une source d'eau sulfureuse et épouse les deux. Ses cinq fils — trois nés de la princesse et deux de la servante — se querellent et se divisent en deux groupes. Les fils nés de la servante s'installent dans les montagnes, dans le vallon de Maïsty, tandis que les trois fils nés de la princesse quittent le pays ghalghaï et descendent dans la plaine ; l'aîné, Nokhtcho, choisit un endroit sur la pente de la Chaîne Noire, dans la haute Gekhi (depuis, ce lieu porte le nom de Nashkha) ; ses deux frères s'installent non loin de lui... Ces trois frères qui ont gardé le nom de leur père, donnent naissance à tous les Tchétchènes (Golovinskij, 1878, p. 243).

25La seconde tradition raconte l'histoire d'un « jeune Arabe borgne », nommé 'Ali, qui arrive à Constantinople depuis l'Arabie. Ayant infligé un coup mortel au fils d'un notable, il fuit la punition, toujours sur un bateau de marchand, au Caucase, où vivent à l'époque trois peuplades cousines : Ghalghaï, Akiï et Shatoï. Attiré par la simplicité et l'esprit d'indépendance des Ghalghaï, ainsi que par la beauté du pays, il décide d'y rester à jamais. Quant aux Ghalghaï, ils l'apprécient pour ses qualités, propres à tous les Arabes, habileté, intelligence et éloquence... La suite est toujours la même : mariage, naissance de Nokhtcho, enlèvement d'une princesse et de sa servante etc. (Berzhe, 1895, p. 44).

26On voit bien qu'au-delà de l'établissement d'un rapport entre 'Alï et Nokhtcho, ces légendes donnent une image un peu modifiée de l'ancêtre arabe : ainsi, 'Ali se voit privé de ses titres honorifiques, il est « rajeuni » et, ce qui est plus important, il participe activement aux événements. Il faut noter que, dans cette variante, contrairement à la première, l'ancêtre arabe légendaire retrouve au Caucase des groupes vaïnakh de référence déjà existants ; son rôle se réduit donc à les « arabiser ».

27Il existe une autre légende qui rattache Turpal Nokhtcho à la Syrie, mais où « la ville de Shām en Arabie  » est présentée comme un « khanat indépendant  », dont les habitants seraient des « idolâtres ». L'un des trois fils du khān, Nokhtcho-Turpal, est un grand aventurier ambitieux et agressif. Dans le Caucase, où il arrive finalement, il s'installe dans le pays kabarde. Dérangés par ce voisinage, mais impuissants à le chasser par la force, les princes kabardes utilisent la ruse : ils envoient chez lui leur sœur sous prétexte de mariage... Une nuit, Nokhtcho s'endort épuisé par les jeux de l'amour et... se retrouve entre les mains des princes, ligoté. Ces derniers veulent le tuer, mais sa jeune femme intervient : elle dit qu'elle porte déjà dans son sein le futur fils de Nokhtcho et que, quand il grandira, il voudra certainement venger la mort de son père. Elle arrive à en persuader ses frères, et les princes lui laissent la vie, à condition qu'il quitte leur pays et s'installe au-delà du Terek, sur la Sunja. (Berzhe, 1895, p. 45).

28Dans son livre sur les Ingouches, N. Yakovlev (1925) cite une légende où le personnage folklorique central se dédouble : Nokhtcho y figure comme le fils de Turpal, tandis que ce dernier est dit « issu de l'Arabie, de la famille des Qurayshites  ». La légende, tout en suivant la tradition épique, dote Turpal de qualités surhumaines (il dort pendant sept jours et ne dort plus pendant une semaine), mais lui dénie toute morale religieuse : Turpal « était un homme ambitieux qui opprimait les gens ». C'est pourquoi les Qurayshites l'avaient amené sur un bateau dans un pays ingouche, et l'y avaient laissé... La suite du récit rappelle l'histoire de Nokhtcho avec son épouse kabarde, mais ici les princes kabardes font place aux Géorgiens qui ont recours aux mêmes ruses. Ils font trois tentatives : Turpal refuse deux filles qu'on lui envoie, une esclave puis une paysanne libre, et n'accepte que la fille du prince comme épouse ! Prisonnier du prince, il est sauvé par sa femme, qui menace son père d'une vengeance de la part du futur fils de Turpal. Cependant, dans cette légende, la princesse donne naissance à trois fils : Nokhtcho, Gha et Arstkho (Yakovlev, 1925, p. 41).

29Il existe d'autres variantes rattachant les fondateurs légendaires des Vaïnakh à des ancêtres arabes « de base ». Selon l'une d'entre elles, Nokhtcho lui-même est un Arabe, il se marie avec une Tcherkesse qui lui donne treize fils ; une autre dépeint les montagnes du Caucase comme un pays désert que les Arabes viennent coloniser ; la troisième raconte l'installation de trois frères arabes dans un lieu nommé Nokhch-Haz, où l'un d'eux est offensé par un des habitants ; l'offenseur est tué sur place, mais les frères se considèrent comme déshonorés : ils se retirent dans les montagnes et deviennent ancêtres-fondateurs des Tchétchènes (Dahkilgov, 1978, p. 30-37).

30On voit que toutes ces légendes ont quelques traits communs. Ainsi, en général, les fondateurs arabes sont d'origine syrienne ; parfois, il se rattachent directement à la famille du Prophète, mais ils appartiennent presque toujours à l'aristocratie. Dans la généalogie folklorique tchétchèno-ingouche, cette notion de noblesse semble être beaucoup plus importante que celle d'islamité qui, dans beaucoup de légendes, n'est pas évidente. Il faut remarquer que les circonstances de l'émigration des Arabes vers le Caucase sont souvent liées soit à un délit (offense, meurtre) soit à une conduite orgueilleuse ou égoïste qui s'accorde peu avec les prescriptions coraniques, mais s'inscrit parfaitement dans l'esprit d'indépendance de la société tribale. On peut dire que la tradition ne fait que doter généreusement ces ancêtres arabes de qualités purement tchétchéno-ingouches issues du « code d'honneur » traditionnel d'une société tribale. L'élément islamique y est, en fait, réduit à une sacralisation de tout ce qui est arabe et qurayshite en tant que symbole de la religion musulmane. Le caractère arabe des fondateurs légendaires ne sert donc qu'à ennoblir l'histoire ethnique, dont les personnages agissent en parfaite concordance avec les canons épiques.

31Il ne faut cependant pas sous-estimer le rôle du mythe des « ancêtres arabes » dans la formation de l'identité musulmane des deux peuples vaïnakh. Dans les années 1980 encore, la littérature soviétique attribuait la grande vitalité des survivances religieuses dans la république tchétchéno-ingouche, à une large circulation de récits d'essence mythico-religieuse de deux sortes :

  1. manuscrits arabes de généalogies, rattachant les ancêtres des Vaïnakh à l'Arabie ancienne ;

  2. traditions orales affirmant que les Tchétchènes et les Ingouches ont été musulmans dès que Dieu les a créés.

32Ces récits, destinées à « convaincre les croyants de l'éternité de la religion et à leur faire croire que les Tchétchènes et les Ingouches ont toujours été et doivent rester musulmans », partaient de l'hypothèse d'une  » unité inséparable du religieux et du national « (Umarov et Shamilova, 1984, p. 32).

A la recherche des Alides caucasiens

Qu'en est-il aujourd'hui ?

33Dès le début des années 90, dans le Caucase du Nord, comme ailleurs dans l'ex-URSS, on assiste à l'essor des nationalismes, essor qui pousse les « nations-ethnies » vers la recherche fiévreuse d'ancêtres prestigieux. D'où cet intérêt hypertrophié pour les problèmes d'ethnogenèse que l'on constate actuellement dans toutes les républiques nord-caucasiennes. Certaines découvertes récentes, faites par des spécialistes du domaine, sont oblitérées par une production pseudo-scientifique très engagée dans la cause nationale. Les notions de pérennité, de localisation et de culture, souvent utilisées comme argument majeur dans les conflits territoriaux qui déchirent la région, s'avèrent plus importantes dans la création mythique contemporaine que toutes les connections — réelles ou inventées — avec le passé arabo-musulman. Le fait que l'islam soit la religion dominante du Caucase du Nord n'y change rien. Même la Tchétchénie qui, depuis 1991, évolue de plus en plus vers un État islamique « par excellence », n'échappe pas à la règle. En 1992, l'ancien président de la république, Djokhar Doudaïev, flattait l'orgueil national des Tchétchènes en soulignant la parenté de leurs ancêtres avec les fondateurs des plus anciennes civilisations d'Asie antérieure, alors que des historiens tentaient de prouver que l'Ancien Testament a été écrit en langue vaïnakh « langue d'Abraham », que les Vaïnakh étaient les vrais fondateurs de l'ancienne Égypte etc. (Shnirelman, 1995, p. 100, 104-105).

34À première vue, le développement de cette nouvelle mythologie d'obédience laïque marque une nette rupture avec le mythe arabe traditionnel. Mais est-ce bien le cas ?

« Nous sommes tous prisonniers des vieux schémas usés [me dit Apti Sar-Aliev, Tchétchène vivant à Moscou]. D'abord, on nous « scythisait » et « sarmatisait », puis « alainisait », et voilà qu'on nous présente comme descendants des Ourartéens et des Hourrites. Quelles bêtises que tout cela ! »

35Apti n'est pas historien de profession. Petit employé quadragénaire, il fait de l'histoire en amateur passionné. Depuis quelques années il travaille dans les bibliothèques, en lisant tout ce qu'il trouve sur les Caucasiens, les Arabes et l'histoire de l'islam. Il pense y avoir trouvé sa raison d'être. L'ouvrage qu'il est en train de préparer doit renverser toutes ces « fausses » théories modernes sur les origines des peuples du Caucase du Nord et sur l'histoire de l'humanité en général. En voici les grandes lignes :

36Les Tchétchènes (Nokhtchi) peuvent faire remonter leur histoire au Prophète Noé (Nūh des Arabes). À travers les prophètes Ibrahim (Abraham) et Ismâ'il, ils appartiennent à la tribu arabe des Quraysh et, plus précisément, à la famille de 'Ali b. Abï Tālib. Quand, après l'assassinat du calife 'Uthmān, les Qurayshites se sont déchirés dans une querelle meurtrière, 'Ali, qui était leur chef, a décidé de quitter le pays avec la plupart des siens. Partout où ils passaient, on les accueillait avec la plus grande hospitalité ; mais eux désiraient qu'on les laisse en paix pour vivre tranquillement et prier Dieu. C'est ainsi que les Alides ont atteint les montagnes caucasiennes. À l'époque, ce pays était vide de toute population ; seuls les loups, peut-être, s'y abritaient... Toutefois, sans trop le vouloir, les Alides-Qurayshites ont commencé à se mêler à des peuples vivant dans les vallées, prenant des femmes uniquement au sein des familles nobles — dignes de leur statut. Ces Alides élargissaient ainsi leur espace de vie, combattaient leurs ennemis, descendaient dans la plaine et retournaient dans les montagnes quand une invasion étrangère mettait en péril leur existence même. Naturellement, au fil des siècles, leur langue a beaucoup changé. Mais les Alides, surtout ceux qui ont préféré aux séductions des plaines la vie dure dans les montagnes, ont conservé, dans leur pureté originelle, toutes les nobles coutumes et le mode de vie des Qurayshites d'Arabie. Ainsi les Vaïnakh, descendants directs de 'Ali par 'Abd Allah, frère de Husayn. Ainsi les Ingouches, qui appartenaient à la même lignée par le douzième imam caché. Dans le monde, il existe d'autres peuples descendant des Qurayshites, mais la plupart se trouvent au Caucase du Nord.

37Cette création mythique personnelle me paraît tout à fait remarquable. Cette synthèse brillante de toutes les légendes sur les « ancêtres arabes », que son auteur a tirées des livres ou des récits de sa grand-mère, n'illustre-t-elle pas l'étonnante vitalité du folklore historique national ? Certes, ce cas singulier ne permet pas encore de parler d'une tendance. Mais, au fond, cette théorie fabuleuse bien tournée correspond parfaitement à la demande mythologique des Tchétchènes, en servant de relais entre deux notions fort importantes pour la conscience nationale actuelle : celle de pérennité (descendants de Noé) et celle d'islamité (Qurayshites). Reste à savoir si les Vaïnakh, sunnites rigoureux, seront capables, un jour, de se reconnaître dans la lignée des Alides, et de manifester ainsi un certain chiisme.

Haut de page

Bibliographie

BERZHE, A.P., 1859, « Chechnia i chechency », dans Chechnia i chechency v materialah XIX veka, Tiflis, 1990, Elista, « Sanan ».

DAHKILGOV, LA., 1978, Istoricheskij folklor chechencev i ingushej, Grozny.

DALGAT, U.B., 1972, Geroicheskij epos chechencev i ingushej, Moscou, Nauka.

DUMÉZIL, G., 1930, Légendes sur les Nartes, Paris, Librairie ancienne Honoré Champion.

GOLOVINSKIJ, P.A., 1878, « Zapiski o Chechne i chechencah », dans Sbornik svedenii o Terskoj oblasti, I, Vladikavkaz.

Istoria Dagestana, 1967, Moscou, Glavnaja redakcija vostochnoj literatury.

IVANENKOV, N.S., 1910, Gornie chechency, Vladikavkaz.

POZHIDAEV, V.P., 1926, Gorcy Severnogo Kavkaza, Moscou-Léningrad.

POPOV, I.M., 1870, « Ichkenja (istoriko-topograficheskij ocherk) », in Sbomik svedenii o kavkazskih gorcah, 4/1, Izdanie Kavkazskogo gorskogo upravlenija, p. 1-7.

SEMENOV, N., 1895, Tuzemcy Severo-vostochnogo Kavkaza, Saint-Pétersbourg.

SHNIRELMAN, V.A., 1995, « Bitva za alanskoe nasledie », Vostok, 5, Moscou, Nauka.

UMAROV, S.C. et SHAMILOVA, M.Sh., 1984, Muridizm pered sudom istorii, Grozny., N., 1925, Ingushi, Moscou-Léningrad.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexis Koudriavtsev, « De 'Alī Shāmī à Turpal Nokhtcho, ancêtres arabes dans les légendes tchétchéno-ingouches », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 89-90 | juillet 2000, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://remmm.revues.org/281

Haut de page

Auteur

Alexis Koudriavtsev

Institut d'Études Orientales, Moscou

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page