Navigation – Plan du site
II. Le lieu de culte : symbole identitaire fort

Un grand chantier communautaire en Macédoine : l’église Saint-Démètre de Bitola / Manastır (1830)

A Large Community Worksite in Macedonia: the Saint-Demetrius Church in Bitola/Manastır (1830)
Bernard Lory
p. 245-257

Résumés

La population chrétienne de la ville de Manastır/Bitola (actuellement en République de Macédoine) s’est considérablement accrue au tournant du xixe siècle. Elle ne disposait cependant que d’une seule église de petites dimensions. En 1825, un évêque entreprenant est nommé et le chantier de la nouvelle église commence en 1830. L’analyse des comptes montre que les contributions des corporations sont loin de couvrir la dépense. Outre une forte contribution de la part de l’évêque, il faut admettre une participation significative de la part des autorités ottomanes, ce qui s’explique par le contexte historique du chantier. Le grand vizir réside précisément à Manastır et réprime violemment des mouvements centrifuges parmi les Albanais musulmans et les Bosniaques. Il semblerait qu’il ait eu besoin du soutien financier de la population locale chrétienne et que sa générosité et le permis de construire une très grande église en plein centre-ville soient la contrepartie de ce soutien. Le chantier est mené très rapidement, en quatre mois, grâce au recours au vieux plan basilical byzantin, qui revient à la mode vers cette époque. L’identité de l’architecte reste problématique, on peut vraisemblablement lui attribuer l’église du monastère de Rila en Bulgarie, ainsi que la première caserne de Manastır.

Haut de page

Texte intégral

1Située au cœur des Balkans, à mi-chemin de l’antique Via Egnatia, la transversale joignant le versant adriatique au versant égéen, la ville ottomane de Manastır (aujourd’hui Bitola) ne s’affirma comme métropole régionale qu’au début du xixe siècle (Lory et Popovic, 1992 : 75-93). Plusieurs facteurs contribuèrent à cette émergence tardive. Durant les troubles provinciaux qui dévastèrent les Balkans à la fin du xviiie et au début du xixe siècle, la ville se trouvait à peu près à équidistance des trois principaux ayan-s en compétition pour l’hégémonie régionale : Ali de Tepelen, pacha de Janina en Épire, Ismail pacha de Serres en Macédoine orientale, et la famille Bushati de Shkodra en Albanie du Nord. Elle offrait donc une bonne base d’action pour le rétablissement de l’autorité du pouvoir central sous le sultan Mahmud ii. Vers 1818-1820, Manastır remplace Sofia comme résidence habituelle du beylerbeyi (gouverneur général) de Roumélie. Les fonctions militaires de la ville se renforcent, et, en 1838-41, elle est désignée comme siège permanent de la iiie Armée ottomane (Rumeli ordusu).

  • 1 Aroumains : Roumains du sud. Désignés comme Valaques (Vlachos) par les Grecs, Tchobans par les Alba (...)

2En même temps, Manastır et ses environs servent de pôle de fixation à la population aroumaine1 d’Épire, chassée par les affrontements entre Ali pacha et ses rivaux. Cette population dynamique et entreprenante étend bientôt ses réseaux commerciaux sur l’ensemble des Balkans. Elle entend aussi affirmer sa présence en ville, et l’édification d’une église de vastes proportions est l’occasion de marquer que les rapports de force entre chrétiens et musulmans sont en train d’évoluer en faveur des premiers.

3Malgré son nom éminemment chrétien, Manastır est, à l’époque ottomane, une ville à très forte dominante musulmane. Son parcours pose un problème complexe de continuité historique. Si l’antique Heraclea Lyncestis est attestée par de beaux vestiges archéologiques à une demi-heure à pied environ de Bitola d’aujourd’hui, l’emplacement de la ville médiévale (aussi désignée comme Pelagonia) reste incertain. Les monuments les plus anciens de la Bitola actuelle datent tous de la période ottomane. Ceci laisse penser que la ville s’est déplacée après la conquête. On aurait donc paradoxalement une continuité dans la présence d’une agglomération urbaine significative dans la microrégion et une ville nouvelle, de fondation ottomane.

4Ce paradoxe transparaît clairement dans le fait que nous connaissons la succession des métropolites de Pelagonia depuis le Moyen Âge et que, simultanément, ce siège épiscopal manque singulièrement de lieux de culte. Alors que des villes épiscopales proches, comme Ohrid ou Kastoria abondent en églises et en chapelles, Manastır ne compte au début du xixe siècle en tout et pour tout qu’une église. Dédiée à Saint-Démètre, elle fut restaurée en 1727 ; on peut se faire une idée de ses proportions, car c’est probablement son iconostase, remaniée, qui a été utilisée pour les deux chapelles d’étage de l’église actuelle : cette iconostase ne faisait guère que huit ou neuf mètres de large. La population chrétienne de la ville ne devait donc pas être bien nombreuse. Cette déduction doit cependant être nuancée : il existait une chapelle funéraire dans le cimetière de Dövlecik, le monastère de Bukovo est à une heure à pied de la ville et le gros village purement chrétien de Magarevo est également très proche. Une partie de la vie religieuse pouvait sans doute être ainsi délocalisée hors de la ville.

5Ces palliatifs ont permis à la communauté chrétienne orthodoxe de fonctionner vaille que vaille au xviiie et au début du xixe siècle. À l’époque qui nous intéresse, vers le premier quart du xixe siècle, l’immigration aroumaine s’étant accrue et l’essor économique de la ville s’accentuant, il n’en allait plus de même. Les chrétiens cessent de se considérer comme une population un peu marginale dans une ville fondamentalement musulmane et se décident à affirmer leur présence.

6Le promoteur de ce chantier majeur est le métropolite Grégoire, un personnage hors du commun. Alors que l’usage était, lors de vacances épiscopales, de procéder à des mutations en cascade, afin de multiplier les peškeš (dons de joyeux avènement) dont bénéficiaient le Patriarcat de Constantinople et les autorités ottomanes, Grégoire Fortuniadis est directement nommé en 1825 depuis Constantinople, où il occupait la fonction de protosyncelle (grand chancelier) du patriarche. Ce “parachutage” est indicateur de l’importance que prenait Manastır dans l’échiquier orthodoxe balkanique. Ce prélat de haut vol tient le siège de Pelagonia jusqu’en 1833, puis, pendant deux ans, celui de Serres, avant d’être élu patriarche (il occupa cette fonction éminente de 1835 à 1840, puis à nouveau de 1867 à 1871). Ce métropolite, jeune et dynamique, a été au contact des milieux officiels de l’Empire et saura donc négocier en haut lieu les intérêts de son évêché. Il est entouré d’un clergé important : dix prêtres, dont neuf chargés de fonctions paroissiales. Cela fait beaucoup de monde pour une église unique !

  • 2 Nous n’avons pas consulté ces registres et nous appuyons ici sur l’information qu’en a extrait Arsi (...)
  • 3 Spomenici na kulturata na Makedonija, Skopje 1980 : 200.

7Le chantier de la cathédrale Saint-Démètre est bien documenté par les registres paroissiaux2. Ceux-ci nous révèlent le coût global de l’entreprise : 185 000 piastres. C’est une somme considérable. Nous savons que l’église Saint-Nicolas de Pleven (Bulgarie du nord) édifiée en 1833 ne coûta que 93 700 piastres (Gavrilova, 1999 : 125) ; en 1839, l’église de la Vierge de Tatar Pazarcık (Thrace bulgare), édifice ambitieux et luxueux, coûta 238 000 piastres (avec son mobilier) (Dimov, 2001 : 37). Dans la brève notice qu’il consacre à Saint-Démètre, D. K’ornakov affirme que l’église fut payée « exclusivement par les contributions volontaires des commerçants locaux et des corporations d’artisans de Bitola »3 (Balabanov, 1980 : 200). Cette affirmation fleure bon l’époque socialiste et “l’enthousiasme des masses laborieuses”. Les registres de la métropolie fournissent le détail des contributions des corporations (esnaf) de la ville. Nous les classons ici par ordre d’importance. Nous recoupons cette information avec une liste de 53 métiers pratiqués à Bitola en 1827, liste qui indique le nombre de patrons indépendants (Turski dokumenti, 1958, V : 24). Elle ne recourt pas exactement à la même terminologie, ignore huit catégories de notre liste et, surtout, ne distingue pas les artisans orthodoxes des musulmans ou des juifs, si bien que la répartition de la somme par tête que suggère la troisième colonne ne saurait être qu’une approximation grossière.

Tableau 1. Les contributions des corporations de Bitola à la construction de Saint-Démètre

Métiers

Total en piastres par corps de métier

Artisans et commerçants : occurrences

Contribution (en moyenne) par artisan

Commerçants

8814

Commerçants en drap de laine

6262

Commerçants en tissus précieux

5668

3

1890

Épiciers

4232

Fabricants de babouches

2774

77

36

Aubergistes

2504

17

147

Fourreurs

1520

22

69

Orfèvres

1300

28

46

Teinturiers

1111

20

55

Tisserands

811

Étameurs

691

27

25

Marchands de simit-s

665

35

19

Barbiers

549

31

18

Boulangers

500

Revendeurs

484

Marchands d’huile de lin

460

8

57

Bourreliers

450

Bouchers

327

Fabricants de clous

254

5/7

36/51

Maraîchers

210

6

35

Fondeurs de sonnailles

200

8

25

Fabricants d’édredons

200

7

28,5

Chaudronniers

200

7

28,5

Cardeurs

165

25

7

Artisans de la cire

150

2

75

Ferblantiers

130

7

19

8La confrontation entre les deux sources est assez peu concluante. En effet, parmi les gros contributeurs, seul le métier de commerçant en tissus fins (čohadıž) nous permet de nous faire une idée de la contribution individuelle d’un commerçant aisé. En revanche, il ressort assez clairement que la contribution d’un petit maître artisan devait se situer entre 30 et 75 piastres. De toute façon, en additionnant les contributions des esnaf-s chrétiens de Bitola on arrive à la somme de 40 631 piastres, soit seulement 22 % de la dépense totale. L’image du bel effort de générosité des chrétiens de la ville ne tient pas.

9Le chantier de l’église métropolitaine est un montage financier complexe. Nous savons que certains esnaf-s puissants ont consenti des prêts au taux, très modéré pour l’Empire ottoman, de 8 % : les épiciers pour 100 livres turques, soit environ 10 500 piastres ; les cordonniers pour 10 livres turques (1 050 piastres) ; les changeurs pour 1 200 piastres, soit un total d’environ 12 750 piastres (6,9 % du financement).

10Les capitaux chrétiens ne suffisant pas, il faut recourir à des prêteurs musulmans, qui exigent certainement des intérêts beaucoup plus élevés, mais qu’il peut être opportun, sur le plan politique, d’intéresser au chantier. Le kaymakam Hacı Ibrahim ağa prête 5 000 piastres ; le médecin du grand vizir, Mahmud ağa offre 9 400 piastres ; Haci Ali Kâsif ağa contribue à hauteur de 15 000 piastres. La somme avancée par des musulmans s’élève à 29 400 piastres, soit 15,9 % du total.

11Mais en additionnant dons et prêts, nous n’arrivons encore qu’à la moitié de la somme mise en jeu. Il faut donc admettre que le métropolite Grégoire a contribué de façon importante au financement. Sachant qu’il a versé en 1825 un peškeš de 16 500 piastres, que son éparchie est riche et qu’il y réside depuis cinq ans, on est en droit de penser qu’il a accumulé un capital conséquent. Nous verrons plus loin qu’il a aussi reçu une aide provenant de haut lieu, dans un contexte tout à fait particulier.

12Venons-en au chapitre des dépenses. La somme de 9 901 piastres (soit 5,3 % de la dépense totale) est consacrée à l’achat de quatre parcelles destinées à élargir l’enclos de l’église. Les matériaux nécessaires au chantier sont ceux que la région propose : pierre, chaux, bois. Les lauzes pour la toiture proviennent d’un village de la montagne voisine ; le marbre d’une carrière située à une cinquantaine de kilomètres. Le détail des dépenses se présente comme suit : chaux 20 552 piastres ; planches et poutres 36 238 ; étain 2 156 ; fer et clous 5 973 ; marbre de Pletvar 2 396 ; lauzes de Nižopole 413 ; briques et tuiles 4 743. Pour les matières de construction, 72 471 piastres sont dépensées (soit 38,7 % du total). Nous ignorons le montant des salaires versés aux ouvriers, maçons et artisans, mais, dans le cas du chantier de Tatar Pazarcık en 1839, il s’élevait au tiers de la dépense totale. En revanche, nous connaissons le détail des pots-de-vin versés par la communauté orthodoxe pour obtenir la construction de son église. Ceci nous amène à parler du contexte historique précis dans lequel se place ce chantier.

  • 4 Le séjour de Re‚id Mehmed pacha devait se prolonger, avec diverses excursions militaires, jusqu’en (...)

13Après six années de guerre, l’armée ottomane, appuyée de contingents égyptiens, était presque parvenue à écraser l’insurrection grecque lorsque advint la bataille de Navarin, le 20 octobre 1827, qui marqua l’internationalisation de la crise. La guerre russo-turque de 1828-29 s’en suivit ; l’armée russe pénétra jusqu’à Andrinople, où fut signée la paix (14 septembre 1829). Après cette chaude alerte, et faisant la part du feu en Hellade, le gouvernement ottoman entreprit de stabiliser la situation intérieure dans ses provinces balkaniques. Le grand vizir Gürcü Reşid Mehmed pacha se chargea de cette tâche. Après avoir, semble-t-il, hésité à s’installer à Janina, il choisit de faire de Manastır son centre d’opération. Il arriva dans la ville vers la fin du mois de mai de 1830 (Matkovski, 1983 : t. IV, 739)4. Le séjour du plus haut responsable de l’Empire dans sa ville constituait pour le métropolite Grégoire une occasion à ne pas manquer. Le 14 août la communauté chrétienne procéda à un « arrosage » judicieux : 1 500 piastres au trésorier du grand vizir ; 800 au divan efendi (secrétaire de cabinet) ; 1 000 au cadi « à la demande du grand vizir » ; 1 500 au kaymakam Hacı Ibrahim ağa.

14On ménageait donc simultanément les hautes autorités venues de la capitale et les responsables locaux. Il est révélateur que le cadi fût soudoyé « à la demande du grand vizir », car, selon la pratique ottomane, c’était à lui d’autoriser ou non la réparation d’une église ; il y avait pourtant une certaine ambiguïté en la matière et les instances du pouvoir central intervenaient souvent dans ces questions éminemment délicates ; l’Empire ottoman connut des phases de rigorisme et des phases de souplesse ; à partir du xviiie siècle, il semble bien que l’aspect financier de la question (la corruption) soit devenu primordial (Gradeva, 1994 : 14-36). On peut penser que le bakchich versé au kaymakam le prédisposa à avancer de l’argent à la communauté chrétienne, lorsque celle-ci se trouva à court de liquidités.

  • 5 Tsallis (1932 : 11-15) dont le récit tardif s’appuie plus sur la tradition orale que sur des docume (...)

15Le lendemain, 15 août, le grand vizir édicta un document autorisant la construction. Le préambule mentionnait « les grands dommages qu’ont subis les raya-s de Bitola au cours des huit ou dix dernières années », « leur mérite et leur zèle envers l’auguste et éternel Empire » et enfin le fait que l’église était en mauvais état et trop exiguë (Turski Dokumenti, 1958 : t.V, 49)5. Il permettait de commencer le chantier sans attendre l’autorisation formelle qui devait venir de l’administration centrale à Istanbul.

16La bénédiction solennelle du chantier eut lieu le 18 août 1830. Arsić rapporte, un siècle plus tard, que ReÒid Mehmed pacha avait vu Saint-Démètre en songe et qu’il posa lui-même la première pierre. Pure légende ? Peut-être pas : rappelons que Saint-Démètre est vénéré par les musulmans balkaniques sous le nom de Kasım et que son tombeau, à Salonique, fait l’objet d’un culte partagé. Son icône, un guerrier à cheval terrassant son adversaire, a pu inspirer le grand vizir, dans la mission difficile qui lui était confiée.

17Mais il y avait eu passe-droit et les musulmans locaux (le cadi insuffisamment soudoyé ?) firent suspendre le chantier jusqu’à l’arrivée de l’autorisation formelle d’Istanbul. La forte somme de 7 500 piastres fut remise « sur ordre du grand vizir » au courrier tatar qui apporta le permis de poursuivre les travaux ; de hauts fonctionnaires de la capitale profitèrent donc aussi de l’occasion. Au total, les chrétiens de Manastır versèrent 16 309 piastres en bakchich et en protection armée pendant la durée du chantier (soit 8,8 % du coût global).

18Peu avant ou peu après l’autorisation définitive, un des épisodes les plus dramatiques de l’histoire de Manastır se produisit. Au cours des trois mois de son séjour dans la ville, le grand vizir était entré en contact avec les principaux chefs traditionnels d’Albanie du Sud. Son émissaire, Köse Ahmed (qui sera beylerbeyi de Roumélie quelques années plus tard) avait laissé entendre qu’il s’agissait de récompenser leurs mérites lors de la campagne contre les insurgés grecs. Flattés, des chefs comme Arslan bey, Kaplan bey, Veli bey ou Veliko Juco répondirent à l’invitation. D’autres, plus méfiants, comme Zylyftar Poda, Zejnel Gjoleka ou Çebo Picari, préférèrent s’abstenir. Le 26 août 1830, un grand banquet en plein air fut organisé sur la prairie de Dövlecik, à l’ouest de la ville. Les notables albanais, brillamment escortés, s’y rendirent en cortège. Mais les soldats du grand vizir étaient embusqués derrière un mur et firent feu par surprise. Ce fut un massacre, dans lequel périrent, dit-on, quatre à cinq cents personnes.

19On peut imaginer l’impact d’un tel événement sur la population musulmane de Manastır. Les volontés d’un grand vizir aussi brutal et dénué de scrupules devaient être respectées. Il avait décidé que les chrétiens auraient, en plein centre-ville, une église de dimensions extraordinaires ; cela allait à l’encontre de la pratique musulmane et heurtait la population locale, habituée à considérer comme sien l’espace urbain ; celle-ci n’avait cependant pas le choix et dut se plier à la force implacable. 

20Les liens entre Reşid Mehmed pacha et la communauté chrétienne furent encore plus étroits. Un observateur britannique contemporain, Urquhart, affirme : « Le Grand Vizir lui-même souscrivit 80 000 piastres en vue de l’érection de l’une d’elles [églises] à Monastir » (cité sans référence par Leo, 1949 : 129). Cette assertion paraît a priori peu croyable, tant le thème de l’obstruction ottomane à l’édification de lieux de culte chrétiens est récurrent chez les auteurs balkaniques. Elle est pourtant confirmée par une autre source occidentale, le missionnaire catholique Faveyrial, qui résida à Bitola de 1867 à 1893. Il écrit :

« Pour ce qui est de Rechid pacha, n’ayant pas même de quoi acheter du pain à ses troupes, il s’adresse aux Monastiriotes chrétiens et en obtient 200 000 piastres, moyennant la promesse d’un firman, qui les autorisât à bâtir une église plus grande, l’ancienne étant trop petite » (Faveyrial, 2001 : 297).

21Tardive et reposant sur un témoignage oral, cette information est moins sûre ; elle se rapporte peut-être plutôt à l’année 1831, quand Reşid Mehmed pacha eut à combattre les forces de Mustafa Bushati de Shkodra et celles de Husein Gradaščević, chef de la révolte bosniaque. Il est somme toute moins paradoxal qu’on ne pourrait le penser que, à peine tournée la page de l’insurrection des chrétiens de Grèce, le grand vizir recherche l’appui de l’élite citadine chrétienne en Macédoine, afin de briser les mouvements centrifuges musulmans en Albanie et en Bosnie. Dans le contexte de 1830-31, les intérêts des deux parties sont très clairement convergents. Le montant de 80 000 piastres apporté par le grand vizir vient compléter, au niveau de 43,2 %, la lacune que nous avions relevée dans le financement du chantier de Saint-Démètre.

22Ajoutons enfin que des cas de financement d’églises chrétiennes par des représentants du pouvoir ottoman, quoique rares, sont connus. Lorsqu’en 1857 le monastère de Sveta Troica près de Pljevlje, dans le nord du Monténégro actuel, souffrit d’un incendie, le sultan offrit 50 000 piastres pour sa réparation (Kosanović, 1871 : 16) ; en 1863, l’historien Ahmed Cevdet, en mission officielle en Bosnie, obtint du sultan 25 000 piastres pour la construction d’une église catholique à Mostar et autant pour une église orthodoxe (Wassa efendi, 1999 : 86). Par ailleurs, il est clair que plusieurs années avant la proclamation officielle des Tanzimat en 1839, l’attitude des autorités ottomanes envers la construction des lieux de culte chrétiens s’était libéralisée (voir annexe).

  • 6 Le souvenir de ce chantier fiévreux, qui ne respecta ni dimanches, ni jours de fêtes, est préservé (...)

23La bienveillance du grand vizir en résidence dans leur ville et la tétanisation de la population musulmane suite au massacre du 26 août offrent aux chrétiens de Bitola une occasion unique de réaliser leur projet. Mais il leur faut agir vite, car nul ne sait combien durera cette embellie. Le chantier de Saint-Démètre est mené tambour battant : commencé le 16 août 1830, il est achevé le 24 décembre !6

24Cette rapidité d’exécution tient à un choix architectural novateur. L’église Saint-Démètre de Manastır adopte en effet le plan d’une basilique à trois nefs, sans voûte maçonnée ni coupole, ce qui écarte d’un coup les principales difficultés techniques du chantier. Le plafond des nefs latérales est horizontal, celui de la nef centrale est doucement incurvé. Les hautes colonnes séparant les nefs sont fabriquées de planches de bois ajustées, recouvertes d’un stuc dur et luisant évoquant la pierre. Le travail de maçonnerie extérieure est d’une grande simplicité, les trois absides sont dépourvues d’ornementations particulières. Tout montre que la rapidité d’exécution était une des contraintes majeures imposées à l’architecte.

  • 7 Exonarthex : narthex extérieur.

25Pourtant Saint-Démètre de Manastır n’a rien d’un édifice bâclé. De l’extérieur, le bâtiment paraît fort massif et trapu. La galerie qui l’entoure sur trois côtés en guise d’exonarthex7 est portée par des piliers carrés un peu lourds ; les fenêtres rectangulaires qui les dominent à l’étage évoquent plutôt une architecture civile utilitaire ; un grand toit à deux pentes écrase le tout.

26Mais l’espace intérieur ne manque pas de surprendre le visiteur par l’élégance des proportions, l’ampleur du volume et la douceur de la lumière. Comme dans beaucoup d’églises balkaniques, le niveau de l’église est inférieur à celui de la cour (ici de 90 cm), procédé qui permet de gagner de la hauteur de voûte, sans que l’extérieur du bâtiment n’entre en compétition avec les lieux de culte musulmans voisins. Certains auteurs parlent d’églises “enterrées” ou “semi-enterrées” sur un ton d’indignation et de rancune envers le pouvoir ottoman. L’exemple de Saint-Démètre nous montre qu’un architecte peut fort bien tenir compte des limitations qu’imposent les règlements d’urbanisme de son temps et réaliser une œuvre qui n’évoque en rien la soumission ou la clandestinité.

  • 8 Les auteurs macédoniens désignent cette galerie d’étage comme zenska crkva, les auteurs bulgares co (...)

27Les dimensions de l’église sont en effet tout à fait exceptionnelles, 36 x 34 m et environ 10 m de hauteur dans la nef principale. Une vaste galerie d’étage8 court sur trois côtés ; elle repose sur la galerie ouverte que nous avons appelée exonarthex ; cette dernière est “à l’extérieur”, alors que la galerie d’étage est “à l’intérieur” : les deux galeries d’étage au nord et au sud fonctionnent un peu comme une quatrième et une cinquième nefs ; c’est à leur niveau que le jour pénètre dans l’église ; à l’ouest, la galerie d’étage s’épanouit en trois balcons curvilignes.

28L’innovation de Saint-Démètre de Manastır est le retour au plan basilical byzantin. (Les histoires de l’art nous disent que ce plan est progressivement abandonné après l’époque de Justinien, mais ne nous disent rien sur sa réintroduction dans l’architecture balkanique ; il nous semble que Bitola est un des premiers cas de ce retour à une forme ancienne ; ce qui est sûr, c’est qu’après 1830, ce plan connaît une grande vogue.) L’importance de la galerie d’étage est une seconde caractéristique qui mérite l’attention. À la différence des balcons assez mesquins ménagés au fond d’un grand nombre d’églises balkaniques, elle permet un vaste déploiement de la congrégation féminine, tout en respectant une stricte séparation des sexes. Cette répartition spatiale n’est pas sans implications sociologiques qu’il conviendrait d’étudier.

29L’église de Manastır nous semble donc innovante à bien des égards. Son modèle n’est pourtant pas difficile à identifier : c’est l’église Saint-Démètre de Salonique, transformée en mosquée au xve siècle, mais où, par tolérance des musulmans, la tombe du mégalomartyr continuait d’être fréquentée par les chrétiens.

30Au terme de cette étude se pose la question : qui fut l’architecte de ce bâtiment novateur dans sa conception et exécuté avec virtuosité en à peine plus de quatre mois ? L’étude d’Arsić est laconique à ce sujet ; il s’agit du maître Pavle Alegrija, natif du village de Bogacko (aujourd’hui Vogatsiko au sud de Kastoria). Le nom de famille a une consonance aroumaine ; il est attesté dans la population “grecque” de Bitola au début du xxe siècle. Tsallis, pour sa part, parle de Pavlos Zagorieos, architecte autodidacte qui aurait remporté l’adhésion du métropolite et des autorités chrétiennes en présentant une maquette en bois. Le terme slave de Zagori, qui signifie simplement “Outremont”, désigne plusieurs régions différentes dans les Balkans ; nous inclinons à croire qu’ici il désigne le canton montagneux situé au nord de Janina, derrière le Mitsikeli.

31On ne donnait certainement pas la maîtrise d’œuvre d’un chantier de 185 000 piastres à un inconnu. Nous avons recherché les chantiers chrétiens importants vers la même époque et nous sommes tombés sur la construction du catholicon du monastère de Rila, de 1834 à 1837, qu’on nous dit simplement être l’œuvre d’un Pavel Jovanovič du village de Krimin, éparchie de Sisanija. La forme slave Jovanovič ne doit pas nous tromper, il s’agit probablement d’un patronyme (Paul fils de Jean) et le personnage a pu avoir un nom de famille différent ; le village de Krimin se trouve au sud-ouest de Neapolis/Lapsista, au sud de la Macédoine grecque. Le moine Neofit Rilski (1982 : 47) précise laconiquement que « son art était confirmé par d’autres églises remarquables qu’il avait réalisées dans d’autres lieux ». Enfin le missionnaire Faveyrial (2001 : 299) affirme que l’auteur de la Caserne rouge édifiée à Manastır en 1837 sur ordre de Köse Ahmed Zekiriya pacha était « un Janiote du nom de Pavliou, qui la construisit sur un plan dressé, assure-t-on, par l’Ambassade française de Constantinople ».

  • 9 Athonite : du Mont Athos.

32Trois architectes dénommés Paul, originaires de Macédoine du sud ou d’Épire, chargés entre 1830 et 1837 de chantiers importants et lucratifs, c’est un peu fort pour une simple coïncidence ! Nous avons vraisemblablement affaire ici à un artiste important du xixe siècle balkanique, capable consécutivement de réintroduire un modèle architectural abandonné depuis un millénaire, de réaliser un véritable chant du cygne de l’architecture byzantine athonite9 et de construire un des premiers bâtiments de conception occidentale dans la péninsule. Nous n’avons cependant pas encore trouvé de preuve formelle que ces chantiers sont bien l’œuvre d’un même homme.

33Il est en tout cas certain que “maître Paul” exerça une forte influence sur l’architecture de son temps : les années 1830 voient fleurir les églises dans les villes balkaniques. Le plan basilical triomphe ; parfois de fausses coupoles aveugles sont aménagées dans le plafond, afin de permettre les représentations canoniques, mais elles n’ont plus de fonction architecturale. À la différence des églises sur plan en croix inscrite, ces églises offrent peu de surfaces murales pour les fresques. La décoration se concentre alors sur l’iconostase et la sculpture sur bois, art très balkanique, se déploie avec un faste inégalé. Chronologiquement, Saint-Démètre de Manastır se situe parmi les toutes premières réalisations de cette nouvelle vague de construction religieuse. Peut-être est-ce même un prototype ?

34La communauté chrétienne de Manastır disposait dorénavant d’un lieu de culte digne de sa prospérité économique et capable de réunir la congrégation de ses fidèles. Il restait pourtant unique de son espèce, face à plus d’une vingtaine de mosquées. Une chapelle catholique fit son apparition en 1857. Il fallut attendre 1863 pour l’édification d’une seconde église orthodoxe, à l’extérieur de la ville, sur la route de Prilep ; elle fut affectée à la liturgie slavonne, la communauté orthodoxe s’étant séparée en deux camps antagonistes, les “Bulgares” et les “Grecs”. Cette division, qui dérivera vers une guerre civile larvée (au tournant du xxe siècle, il ne se passe guère de semaine sans assassinat à Bitola) permettra à l’élément musulman de préserver sa prééminence politique et sociale, alors même que son poids démographique et économique n’a cessé de reculer au cours du xixe siècle. Cette bulle crèvera brusquement en 1912 et Manastır/Bitola basculera du jour au lendemain hors de la sphère ottomane.

Année de construction

Lieu

Vocable

Type

Dimensions

Architecte

1828-1830

Tǎrgovište

1829

Šumen

Ascension

1830

Bitola

Saint-Démètre

basilique

34x36

Maître Paul

1830

Malko Tǎrnovo

Dormition

1830

Pirot

Nativité

basilique

1830

Plovdiv

Saint-Démètre

14x19,5

1830-1832

Plovdiv

Saints Constantin

et Hélène

3 nefs (nef centrale voûtée)

1831

Peštera

Saint-Démètre

3 coupoles

18x29,5

1831

Sliven

Saint-Démètre

1832

Plovdiv

Sainte Nedelja

3 nefs, 1 coupole

1832

Kruševo

Saint-Nicolas

basilique

1832-1833

Bracigovo

Saint-Jean Baptiste

2 coupoles

1832-1838

Lazaropole

Saint-Georges

coupoles

Maître Stojan de Lukovo

1832-1837

Haskovo

Dormition

1833

Kriva Palanka

Saint-Démètre

1833

Elbasan

Dormition

basilique coupoles aveugles

1833-1834

Čirpan

Présentation de la Vierge

sans coupole

1834

Sliven

Saint-Nicolas

1834

Drjanovo

Saint-Nicolas

1834

Pleven

Saint-Nicolas

basilique

19x32

1834

Mehomija

Saint-Georges

basilique

1834

Sevlievo

Saint-Élie

basilique 1 coupole

1834

Široka Lăka

Dormition

basilique

10x17

1834

Pavelsko

Ascension

1834

Šumen

Église arménienne

1834

Loveč

Dormition

basilique

8x19

1834

Loveč

Sainte-Nedelja

1834

Monastère de la Transfiguration près de Tǎrnovo

Transfiguration

une nef une coupole

Dimitar Sofijalijata puis Koljo Fičeto

1834-1835

Čepelare

Saint-Athanase

1834-1837

Kotel

Saints Pierre et Paul

16x27

1835

Bansko

Sainte-Trinité

basilique

20x35,5

1835

Ihtiman

Dormition

182?-1835

Skopje

Dormition

basilique

27x38

Damjan puis Andreja Rengozov

1835

Samokov

Présentation de la Vierge

1835

Struga

Saint-Georges

basilique

1835

Svištov

Saint-Élie

1835

Trojan

Sainte-Petka

1835

Monastère de Kapinovo

Saint-Nicolas

une nef

Maîtres Penčo et Račo

1835

Monastère de Trojan

Dormition

croix inscr. 1 coupole

Konstantin de Peštera

1835-1837

Monastère de Rila

Nativité de la Vierge

croix inscr. 5 coupoles

14x31

Maître Paul

Haut de page

Bibliographie

Arsić Velemir, 1930, Crkva Sv. Velikomučenika Dimitrija, Bitolj, 64 p.

Balabanov K. et al., 1980, Spomenici na kulturata na Makedonija, Skopje, Misla.

Dimov Nedjalko, 2001, Kodeks (kondika) na cǎrkvata Sv Bogorodica, Sofia 2001.

Faveyrial Jean-Claude, 2001, Histoire de l’Albanie, Prishtina.

Gavrilova Raina, 1999, Bulgarian Urban Culture in the Eighteenth and Nineteenth Centuries, Selingsgrove and London.

Gradeva Rositza, 1994, « Ottoman Policy towards Christian Church Building », Études balkaniques : IV,14-36.

Kosanović Sava, 1871, « Srpske starine u Bosni », Glasnik srpskog učenog društva, XII, 19, Beograd 1871 : 16. Cité par Nilević Boris, 1996, « O uticaju islamske umetnosti na pravoslavnu u Bosni i Hercegovini », Anali Gazi Husrevbegove biblioteke, XVII-XVIII, Sarajevo : 194.

Kryengritjet popullore në vitet 30 të shekullit XIX. Dokumente osmane, 1978, Tirana.

Leo Michel, 1949, La Bulgarie et son peuple sous la domination ottomane tels que les ont vus les voyageurs anglo-saxons. 1586-1878, Sofia, 129 p.

Lory Bernard et Popovic Alexandre, 1992, « Au carrefour des Balkans : Bitola (1816-1918) », in Dumont Paul et Georgeon François (dir.), Villes ottomanes à la fin de l’Empire, Paris, L’Harmattan : 75-93.

Matkovski Aleksandar, 1983, Otporot vo Makedonija, t. IV, Skopje.

Rilski Neofit, 1879, Opisanie bolgarskago svjaštennago monastirija Rilskago, Sofia. Cité dans Pǎtišta i pǎtešestvenici XIV-XIX vek, Sofia 1982.

Tsallis Pantelis, 1932, To doxasmeno Monastiri, Thessaloniki.

Turski dokumenti za istorijata na Makedonija, t. V, 1827-1839, Skopje 1958.

Urquhart D., 1833, Turkey and its resources, its municipal organisation and free Trade, London. Cité sans référence précise dans Leo Michel, 1949.

Wassa Efendi, 1864, La Bosnie et l’Herzégovine pendant la mission de Cevdet efendi, réédité 1999, Istanbul, Isis.

Haut de page

Annexe

Le tableau ci-dessous s’efforce de montrer de façon synthétique les chantiers d’églises réalisés dans les Balkans vers la même époque que celui de Saint-Démètre de Bitola. Il complète et modifie la recherche faite par Rajna Gavrilova. Il souffre du même défaut : privilégiant les sources slaves, il néglige les églises construites dans la zone hellénophone. Les mesures des dimensions ne sont qu’indicatives, car il peut s’agir de dimensions extérieures ou intérieures.

Haut de page

Notes

1 Aroumains : Roumains du sud. Désignés comme Valaques (Vlachos) par les Grecs, Tchobans par les Albanais, Tsintsars (ou Tzantzarii) par les Serbes, Vlassi par les Slaves et Macédo-roumains par les Roumains.

2 Nous n’avons pas consulté ces registres et nous appuyons ici sur l’information qu’en a extrait Arsić, 1930.

3 Spomenici na kulturata na Makedonija, Skopje 1980 : 200.

4 Le séjour de Re‚id Mehmed pacha devait se prolonger, avec diverses excursions militaires, jusqu’en septembre 1832 (cf. Kryengritjet popullare në vitet 30… Tirana, 1978 : 46, note de l’édition).

5 Tsallis (1932 : 11-15) dont le récit tardif s’appuie plus sur la tradition orale que sur des documents, parle d’un incendie qui aurait privé les chrétiens de leur unique lieu de culte. Si cela avait été le cas, on peut penser que le grand vizir aurait mentionné le fait dans son document. Le grand incendie de 1835 dévasta le rive gauche du Dragor et épargna par conséquent le quartier de Saint-Démètre.

6 Le souvenir de ce chantier fiévreux, qui ne respecta ni dimanches, ni jours de fêtes, est préservé chez Tsallis, 1932. Il fait commencer le chantier au début de juillet et terminer à la fin de septembre de sorte que, pour la fête du saint, le 26 octobre, tout ait été terminé, ce que ne confirment pas nos autres sources.

7 Exonarthex : narthex extérieur.

8 Les auteurs macédoniens désignent cette galerie d’étage comme zenska crkva, les auteurs bulgares comme emporija.

9 Athonite : du Mont Athos.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Lory, « Un grand chantier communautaire en Macédoine : l’église Saint-Démètre de Bitola / Manastır (1830) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 107-110 | septembre 2005, mis en ligne le 06 janvier 2012, consulté le 20 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/2813

Haut de page

Auteur

Bernard Lory

Historien, Inalco, Paris.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page