Navigation – Plan du site
III. L'enjeu immobilier

À l’échelle de Chypre : “Européens indigènes” et réformes ottomanes au xixe siècle

Nineteenth Century ‘European natives’ and Ottoman Reforms on a Cypriot Scale.
Marc Aymes
p. 297-322

Résumés

Comment étudier les “identités confessionnelles dans l’espace urbain” de Tuzla, “échelle du Levant” de Chypre ? En soulignant que cette bourgade (plutôt que ville) se trouve au xıxe siècle orientée par une extraterritorialité consulaire, un “ailleurs” non musulman dont il s’agit de relever les empreintes urbaines. Cependant, plutôt que les consuls eux-mêmes, l’angle d’approche adopté privilégie leurs protégés, ces non musulmans soustraits à l’ordinaire des re‘â mais pleinement immergés dans le quotidien de la société provinciale ottomane. L’étude entrecroisée de sources ottomanes et consulaires permet d’éclairer la spécificité de leurs patrimoines habités, mais aussi les tensions que leur imprime le déploiement dans les provinces de la régularisation réformatrice voulue à cette époque par les administrateurs d’Istanbul.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le principe de transcription adopté ici est strictement littéral et ne prétend à aucune fidélité ph (...)
  • 2 Mon corpus de sources étant de langue turque ottomane, je choisis ici de privilégier les noms de li (...)
  • 3 à titre de comparaison, se reporter aux données concernant les principales villes de l’Empire ottom (...)

1Envisager une étude sur les “identités confessionnelles dans l’espace urbain” à Chypre, c’est un peu poser un problème à rebours. à rebours non pas essentiellement d’une importante tradition de recherches sur la place des non musulmans (dhimmî1) dans les “grandes villes arabes à l’époque ottomane”, c’est-à-dire dans des ensembles urbains à majorité musulmane (après tout, Salonique et Smyrne ont autant compté dans l’historiographie que Damas ou Le Caire). Mais à rebours surtout d’une intuition tenace : à Chypre, le fait urbain ne va pas de soi. Voyons (en les assortissant des réserves de rigueur) les données du recensement entrepris par le gouvernement ottoman en 1831, concernant la population masculine – enfants et adultes mêlés – des principales “villes” reconnues à Chypre jusqu’à nos jours : certes Lefkoşa (Nicosie), la capitale de la province, compte 5 775 personnes, et Tuzla (Larnaca) 2 137 ; mais on en dénombre 236 à Girinye (Kyrenia), 405 à Baf (Paphos), 586 à Mağosa (Famagouste), 648 à Leymosûn (Limassol) (Başbakanlık, 2000 : 94-121 ; İnalcık, 1997)2. Autant dire des villes modestes, tout au plus de gros bourgs3. Leur caractère proprement “urbain”, à supposer que des données d’ordre démographique en soient la pierre de touche, semble plus que relatif. Sans doute est-ce également le cas, dira-t-on, dans de plus grandes villes du monde méditerranéen à l’époque ottomane : ici comme là, le tissu bâti est souvent lâche, chaque quartier (maḥalle) est plus ou moins disjoint de son voisin, et entretient avec le “centre” présumé de la ville des relations qui ne vont pas toujours de soi. Mais à Chypre, à la différence d’Alep ou de Salonique, la faible extension géographique de ces maḥalle agglomérés rend dérisoire la notion de centre-ville même, et doit passablement limiter l’impression, parmi les habitants ou les passants, d’un “milieu” urbain bien distinct : ainsi, où que l’on se trouvât dans la Lefkoşa du xixe s., ne marchait-on pas cinq cents mètres en ligne droite sans se retrouver face à la campagne.

  • 4 Le nom Tuzla, en turc ottoman, fait référence aux salines avoisinantes ; le nom grec de la ville, r (...)
  • 5 Précisons démographiquement la dualité : le recensement de 1831 dénombre 1 223 hommes à Tuzla même (...)

2Encore, dans ce dernier cas comme à Mağosa, la sortie de la ville se traduisait-elle par le franchissement des remparts hérités de l’époque vénitienne. L’exemple privilégié dans cette étude ne présente pas même ce genre de garde-fou : il s’agit de Tuzla, point de contact entre le pays chypriote et le commerce du Levant. “Ville” d’autant plus dénuée de frontière ferme avec la campagne environnante qu’elle s’y insère en deux hameaux distincts, ainsi que l’indique le croquis cartographique ci-joint. L’un porte plus spécifiquement le nom de Tuzla4, et se situe légèrement dans l’intérieur des terres ; l’autre est appelé İskele, littéralement l’“échelle”, Scala en version gréco-franque, et dissémine ses murs le long du littoral de la rade : tout un symbole de l’“exterritorialité” (Ilbert, 1996 : 81 et suiv.) qui informe cette modeste cité portuaire, et qui est un enjeu de cette étude5.

Carte : Tuzla en 1878.

Agrandir

Extrait de Stanford's map of Cyprus, showing the administrative divisions and the identified ancient sites, 1878, Londres, 1878.

  • 6 Les rapports adressés au Foreign Office par les consuls britanniques à Larnaca permettent de se fai (...)

3Car Tuzla, petit archipel d’habitations cerné par les troupeaux de moutons et les gerbes marines, répond pourtant à d’autres critères possibles de l’urbanité. Soit par exemple l’idée que celle-ci est associée à une intensité particulière, en un espace bâti, des échanges et des sociabilités : Tuzla n’aurait sans doute été qu’un simple village sans son statut d’échelle du Levant (ce malgré la modestie, relativement à des “poids lourds” du Levant tels Smyrne ou Le Caire, des valeurs et des volumes qui vont et viennent sur son port6) ; surtout, les représentations consulaires qui s’y sont installées étaient, pourrait-on dire, des foyers d’animation sociale — tout particulièrement durant la période étudiée, ce xixe siècle devenu fameux pour sa “question d’Orient”. Voilà de quoi poser à Tuzla les jalons incertains d’une urbanité a minima, mais d’une urbanité malgré tout.

4Cette ouverture au commerce méditerranéen et à la présence consulaire imprime la spécificité de l’échelle : Tuzla est fréquentée ou habitée par des individus, des familles qui, étant d’origine aussi bien chypriote ou ottomane qu’européenne, ont en commun d’être placés sous la protection d’un ailleurs non musulman. Au sens strict, cette protection est

  • 7 cité par Smyrnélis, 1999 : 121 n. 3.

« un lien juridique qui rattache une personne à un État et la fait jouir de certains droits et privilèges dérivés de la qualité de national de cet État, sans lui conférer la qualité de national ni le statut personnel qui en dépend » (Arminjon, 1903)7.

  • 8 La protection (autrement plus insigne que celle des consuls) dont témoigne le sultan à l’égard de s (...)

5Cependant, face aux archives, il est délicat de donner à cette définition juridique (qui plus est postérieure à l’époque ici considérée) une effectivité distinctive : dans les documents ottomans, plus souvent que le terme müste’min (le plus proche équivalent de “protégé”), c’est le mot teba‘a, “sujet”, qui est utilisé. Aux yeux des autorités d’Istanbul il y a simplement, à côté des “sujets” du Sultan, les “sujets” de tel ou tel consul étranger. Il semble secondaire de savoir si ces individus jouissent ou non d’une “nationalité”. Je serais par conséquent enclin à estomper les frontières suggérées par cette catégorie – d’autant plus que le sens moderne de celle-ci, nous aurons plus loin l’occasion de le constater, n’en est à l’époque qu’à ses débuts –, et à opter pour une acception large, ottomane en somme, de la “protection”8.

6On constate alors que ces protégés appartiennent tous à « l’ensemble désigné dans les documents comme celui des hommes portant des noms non musulmans » (Erdoğru, 1987 : 84). C’est avoir à la fois peu et beaucoup en commun : peu, puisque « les éléments identifiés comme chrétiens à Chypre forment assurément une collectivité composée de familles levantines aux langues et religions variées » (ibid.) ; beaucoup, car par-delà une telle diversité tous les membres “protégés” de cette collectivité se réclament d’un horizon non musulman qui les soustrait à l’ordinaire ottoman – des non musulmans “au carré”, en quelque sorte.

7Pourquoi privilégier l’étude de ces non musulmans-là ? Qu’est-elle susceptible d’apporter à notre compréhension des espaces chypriotes, et plus particulièrement de l’espace urbain où leur présence est la plus marquée, celui de Tuzla et İskele ? Ce choix exprime un espoir de recherche, partagé avec bien d’autres études passées ou présentes : que le croisement des sources ottomanes et de la documentation consulaire permette des éclairages sur l’objet étudié. Or les non musulmans “au carré” représentent un cas d’école pour mettre cette espérance à l’épreuve : en tant que protégés, ils laissent derrière eux un sillage de paperasserie consulaire ; cependant, parce que leur statut est susceptible de remises en cause par les autorités ottomanes, ou plus généralement parce que leurs parcours les situent davantage au contact de la société locale que les Européens de passage (consuls ou voyageurs), leur présence “impressionne” fréquemment les sources d’origine ottomane.

8À la recherche des indices matériels et symboliques par lesquels cette présence se marque dans l’espace urbain de Tuzla, je me propose donc de tirer parti de plusieurs documents des archives ottomanes ou consulaires, dont chacun apporte un discret aperçu sur la place et les trajectoires de ces non musulmans-là. Navigation malaisée : un recensement foncier entrepris à Chypre en 1832-33 par les autorités ottomanes représente certes un amer aisément repérable, qui permet, de concert avec les remous qu’il provoque dans la documentation du consul de France, de proposer une mise en place des non musulmans “au carré” au sein du kaléidoscope foncier local. Mais passé ce point de repère, reste à se fier au clignotement de balises incertaines et éparses : leurs signaux esquissent les contours parfois flous des logiques qui, à l’époque des réformes ottomanes (tanîmât), viennent réformer ou reformer l’ancrage de ces non musulmans dans l’espace de l’échelle.

Une mise en place : le recensement foncier de 1832-33

  • 9 Je tiens à remercier Alp Yücel Kaya, qui joua un rôle décisif dans ma découverte des defter-i emlâk(...)
  • 10 BOA, ML.VRD.TMT. 16153, pp. 4-42 et 168-183 respectivement.

9Voici d’abord la source qui s’impose massivement : les 1 357 pages des quatre “registres des biens fonciers et terrains” (defter-i emlâk ve arâżi) de Chypre, établis par les administrateurs ottomans en 1832-33 (1248 de l’Hégire)9. Le deuxième volume de cet ensemble présente, en quelque quarante pages, la liste des habitants recensés dans le “bourg” de Tuzla, avec pour chacun d’eux le détail des propriétés foncières dont il est titulaire ou simplement bénéficiaire ; plus loin, une quinzaine de pages est consacrée aux consuls et à leurs “sujets”10. Les données de ces registres ont fait l’objet d’une publication par la Direction des Archives turques (Başbakanlık, 2000), mais le parti-pris statistique adopté ne rend pas justice à la richesse de la source, dont la précision nominative permet d’apercevoir des profils individuels ou familiaux. Par ailleurs, parce qu’elle traite de manière très succincte les pages consacrées aux patrimoines de l’orbite consulaire, cette publication oblitère la distinction entre protégés et non protégés. Un retour sur les données que les defter rendent accessibles à ce sujet s’impose donc.

Essai de mode d’emploi

  • 11 BOA, MD 248, n° 426 (evâ’il Rebî‘ü-l-âkhir 1247/9-18 septembre 1831). Une autre version du texte (a (...)
  • 12 « uûl-i qadîme üzere […] her biriniñ ḥiṣṣeleri taarruflarında bulunan emlâk ve arâżileriniñ taḥam (...)

10Tentons d’abord d’éclairer les conditions dans lesquelles un recensement aussi considérable, sans équivalent connu depuis les apu taḥrîr defterleri élaborés plusieurs siècles auparavant, a été entrepris par les dirigeants ottomans. Ce sont moins ici les motivations de ces derniers que les modalités locales concrètes du recensement qui doivent attirer notre attention. Les premières nous sont certes accessibles, sous leur version la plus officielle, dans l’ordre adressé à l’équipe des recenseurs (dont le principal est un haut dignitaire du sérail, le khâcegân Meḥmed Es‘ad Beg) et aux autorités locales de Chypre début septembre 183111. Il y est essentiellement fait état des inégalités fiscales croissantes qui, conjuguées aux dérèglements temporaires du moment (‘avârıżât-ı ḥâliyye), risquent de conduire les non musulmans de l’île à la ruine (re‘âyâya perîşânlıq gelmiş). Aussi la décision d’entreprendre un recensement foncier (tarîr-i emlâk) est-elle justifiée par la nécessité que, “conformément aux usages ancestraux”, chaque sujet du sultan habitant l’île acquitte un impôt proportionné à la capacité de ses propriétés et de ses terres12. Cependant, comme souvent en pareil cas, il y a loin de la coupe (les résultats obtenus) aux lèvres (l’ordre donné) ; en outre, l’étude de ces consignes renverrait davantage à l’ordre du jour de l’État ottoman à cette époque (la recherche de nouveaux équilibres militaires et fiscaux après l’abolition des janissaires et l’indépendance grecque) qu’à la perspective locale et “urbaine” de cette étude. La question à élucider prioritairement est donc plutôt celle-ci : par-delà la rhétorique sultanienne, suivant quelles procédures le recensement est-il entrepris sur le terrain ? Peut-on espérer qu’une meilleure perception de ces procédures fournisse en quelque sorte un “mode d’emploi” aux defter qui en ont été le produit ?

Les recenseurs à Chypre

11La documentation consulaire offre, sur ce sujet, un contrepoint précieux aux archives ottomanes. En effet, le consul de France Alphonse Bottu rend compte à plusieurs reprises de la mission de Meḥmed Es‘ad Beg à Chypre. La tâche de ce dernier et de ses assistants est résumée en une phrase lapidaire :

  • 13 MAE, CPC Turquie, Consulats divers, vol. 1, fol. 294 (Bottu à Sebastiani, n° 9, 4 janvier 1832).

« un relevé exact des propriétés immobilières, de leur valeur, et de leurs produits, calculé, pour les maisons sur les loyers, et pour les terres sur le nombre de charrues qui les exploitent ou d’après les diverses semences qu’elles reçoivent »13.

  • 14 MAE, CCC Larnaca, vol. 18, fol. 58 (Bottu à Sebastiani, n° 22, 27 avril 1832).
  • 15 MAE, CPC Turquie, Consulats divers, vol. 1, fol. 287 (Bottu à Sebastiani, n° 6, 21 décembre 1831) ( (...)

12Concernant Tuzla, on apprend que l’envoyé de la Porte a demandé aux drogmans (interprètes) de chaque consulat de lui transmettre une « note détaillée des possessions en maisons, terrains, troupeaux etc. de leurs nationaux »14. Bottu semble réticent à s’exécuter : nombre d’entre eux, il le reconnaît lui-même, sont des « propriétaires illégaux que cette qualité rend bien préjudiciables au pays », et dont « il serait nécessaire qu’ils fussent contraints à la dépossession »15 ; il se refuse cependant à abandonner au total “arbitraire” de l’autorité locale ces individus, placés sous sa protection. Or cette situation particulière de Tuzla semble retenir tout particulièrement l’attention côté ottoman : Meḥmed Es‘ad Beg, est-il rapporté dans un compte rendu ultérieur de sa mission, a pris soin de se rendre en personne sur place, tandis qu’il se contentait d’envoyer des recenseurs-assistants dans d’autres circonscriptions de l’île (Theocharidis et Andreev, 1996 : 138). D’ailleurs, avant même sa venue, Bottu avait eu l’occasion de s’entretenir avec lui à Lefkoşa, et de (croire) deviner ses intentions :

  • 16 Ibid., fol. 294 (Bottu à Sebastiani, n° 9, 4 janvier 1832) (c’est le consul qui souligne).

« Quelques réflexions qu’il a feint de laisser échapper au sujets des habitans de Larnaca en m’annonçant sa prochaine venue à cette ville, et quelques-unes de ses réponses, que l’on m’a citées, à des questions qui lui auraient été adressées au sujet des immeubles de propriété Franques [sic], m’ont prouvé qu’il savait parfaitement à qui il y aurait à faire, et quels seraient les abus crians qu’il y trouverait, en même tems que j’ai reconnu chez lui l’intention positive d’y mettre un terme »16.

13Mais la rouerie de quelques uns vient opportunément mettre fin aux embarras du consul :

  • 17 MAE, CCC Larnaca, vol. 18, fol. 59 (Bottu à Sebastiani, n° 22, 27 avril 1832).

« des démarches secrètes qu’ont faites auprès du Hodja Kian [khâcegân] quelques-uns des principaux propriétaires Européens, entre autres le Consul de Prusse, l’ont convaincu qu’il avait été trompé sur le compte des Européens propriétaires et qu’il reconnaissait maintenant que ceux parmi eux qui ont des terrains qu’ils [sic] ne les possèdent qu’à leur corps défendant pour se couvrir des sommes considérables dont ils sont créanciers des gens du pays »17.

  • 18 Ibid., fol. 1 (Bottu à Sebastiani, n° 9, 10 janvier 1832).
  • 19 MAE, CPC Turquie, Larnaca, vol. 1, fol. 177.
  • 20 Ibid., fol. 183 (Darasse, n° 8, 26 juin 1859) et fol. 257 (du Tour à de Moustier, n° 57, 17 janvier (...)
  • 21 MAE, CCC Larnaca, vol. 18, fol. 57 (Bottu à Sebastiani, n° 22, 27 avril 1832) ; et CPC Turquie, Lar (...)

14Un mot ici s’impose à propos de cette qualification d’“Européens” utilisée par Bottu : il ne semble pas impératif de l’entendre trop strictement au sens de “nationaux d’un État européen”. Ailleurs, le consul désigne ainsi les mêmes individus comme « des Européens établis depuis long-tems, et de père en fils sur le pays, ou que la nécessité de localité a contraints à devenir propriétaires »18 : la mention “de père en fils” renvoie à une “nonislamité” autant locale qu’européenne, tant il est fréquent de croiser ces “fils” avec à leur bras une épouse d’origine chypriote. Et de fait, dans la longue requête que des « Français notables de Chypre » (ainsi qu’ils se présentent eux-mêmes) adressent à Napoléon ııı le 28 mai 1859, il est souligné que « les Européens qui l’habitent [l’île] possèdent ici […] la presque totalité des héritages urbains qui composent la ville de Larnaca, le port le plus important de l’Ile »19 : “héritages”, le mot dit clairement un ancrage matrimonial et familial dans l’espace de l’échelle. Aussi le personnage du consul de Prusse, auquel Bottu voue une attention particulière, laisse-t-il affleurer un certain nombre de traits cruciaux afin de compléter le portrait esquissé de ces non musulmans “européens”. Ce consul, à n’en pas douter, jouit grâce à ses fonctions de la protection rapprochée d’un gouvernement européen – mais sa “nationalité” s’en trouve-t-elle plus déterminée pour autant ? L’homme appartient en fait à une famille, les Mattei, dont les consuls de France en poste à Larnaca quelque trente ans plus tard semblent bien en peine de retracer les origines : ils hésitent entre la Corse, l’Italie ou Raguse20. Autant dire que ces individus ne sont « ni des Ottomans à part entière, ni des Européens dans tous les sens du terme » (Smyrnélis, 1999 : 120). Bottu forge, pour les désigner, la belle expression “Européens Chypriotes”, à laquelle font écho les termes “Européens indigènes” utilisés par les pétitionnaires de 185921 : manière de souligner qu’ils sont davantage des Européens de Chypre que de simples Européens à Chypre.

  • 22 MAE, CPC Turquie, Consulats divers, vol. 1, fol. 409 (Bottu à Sebastiani, n° 5, 10 juin 1832).

15Au bout du compte, donc, ces “propriétaires illégaux” ne sont pas “dépossédés”. On peut bien sûr supposer d’autres accommodements, voire certaines irrégularités d’enregistrement, tant Bottu se plaît à souligner que le recensement a été entrepris « sous la direction de personnes bien connues pour leur sistème [sic] d’oppression »22. Le fait est, à tout le moins, que les propriétés de ces “Européens” n’auront pas échappé aux recenseurs : elles sont mentionnées, au même titre que celles des autres habitants de Chypre, dans les registres consultables aujourd’hui à Istanbul. Qu’elles aient été minorées par le jeu d’intrigues locales ou non, leurs valeurs estimées demeurent, on va le voir, significatives.

Principes d’enrôlement, pistes de lecture

16L’observation des defter eux-mêmes permet d’appréhender d’autres éléments relatifs à leur élaboration, et tus par les contemporains – relatifs, en particulier, à la méthode d’enregistrement adoptée par les recenseurs. Le principe d’enrôlement suivi semble avoir été simultanément nominatif et résidentiel : dans chaque lieu de résidence, les recenseurs ont enrôlé les individus domiciliés (müqîm) sur place ; l’identité de la personne est d’abord donnée, puis vient la liste de tous les biens dont elle est propriétaire ou bénéficiaire, ainsi que de ceux des membres de sa famille proche. Nous avons donc en quelque sorte affaire à un enregistrement nominatif des seuls “chefs de ménage” (ou, pour le dire à la mode ottomane, des “chefs de khâne”). En outre, tous les biens attribués à l’individu ou à sa famille sont enregistrés d’un bloc, qu’ils se situent dans la localité de domicile ou en d’autres lieux plus ou moins éloignés (on s’en tient néanmoins à la seule Chypre). Aussi les pages consacrées à Tuzla ne font-elles pas état, on l’aura compris, des individus éventuellement titulaires de propriétés dans cette ville mais résidant ailleurs ; voudrait-on prétendre à une approche plus exhaustive qu’il conviendrait de dépouiller intégralement les quatre registres (ce qui n’a pu être entrepris à ce jour). Cependant, les pages concernant les consuls et leurs protégés font exception à ce principe de recensement : Meḥmed Es‘ad Beg semble avoir passé en revue les différents États européens représentés, et enregistré à chaque fois les patrimoines des protégés afférents, que leur lieu de résidence habituel fût Tuzla ou non.

17Aussi l’étude de ces registres laisse-t-elle nourrir le sérieux espoir de mieux saisir la place des non musulmans “au carré” dans l’espace de l’échelle. à l’ordre du jour peut en effet être inscrite une comparaison entre les patrimoines des non musulmans protégés et ceux des non-protégés, non sans mettre ces données en rapport avec celles qui concernent l’ensemble des habitants de Tuzla. Encore faut-il composer avec la richesse de la source : éviter de transformer cette étude en puits sans fond, tout en s’attachant à mettre en lumière les aspects qui donnent la meilleure visibilité au marquage concret de l’espace bâti par les différents habitants du lieu. à cette fin, je choisis de concentrer mon attention sur les maisons d’habitation (khâne) recensées. Ce faisant je n’épuise pas, loin s’en faut, les autres indices de marquage urbain que le defter permettrait d’appréhender : les “celliers” (makhzen), “magasins” (mağaza) et autres “boutiques” (dükkân) sont nombreux. Mais la maison est en quelque sorte le plus petit dénominateur foncier commun des habitants de Tuzla : elle offre la fiction d’une unité de compte. Au demeurant, la source utilisée ne permet guère de prétendre à davantage que cette vision sèchement comptable : contrairement aux riches descriptions que recèlent, aux époques antérieures (Faroqhi, 1987 : 67 et suiv.) comme encore au xixe siècle, certains documents à caractère judiciaire, les recenseurs ne semblent guère s’être souciés de précision concernant les formes concrètes du bâti et l’économie domestique urbaine. Seul le nombre de pièces de chaque habitation est indiqué systématiquement, sans plus de détails concernant leur utilisation. Seules exceptions : la présence d’un étage (fevqânî ve takhtânî, fevqânîli) ou d’une alimentation en eau (ma‘ mâ’-ı cârî) semble avoir été jugée digne d’une mention.

  • 23 BOA, ML.VRD.TMT. 16153, fol. 168 : “kendi mülki olaraq” s’oppose en effet à “îcâr üzere iqâmet”.

18Au total, dans les pages concernant Tuzla, quelque 960 demeures ont été relevées : voici donc un bourg qui, sur le terrain, occupe un espace non négligeable. Il n’est généralement pas précisé si ces maisons sont la propriété (mülk) des individus auxquels elles sont attribuées, ou bien seulement en location (îcâr). Exception : les consuls, dont il est écrit que certains d’entre eux possèdent leur maison tandis que les autres y résident en simples locataires23. Par ailleurs, il arrive que certains individus soient crédités de deux maisons, voire (plus rarement) davantage : dans le cas le plus fréquent, cela renvoie au fait (expressément mentionné dans le registre) que la seconde maison recensée sous le nom d’un “chef de ménage” est la propriété de l’un de ses enfants, de son épouse (zevce) ou de sa mère (vâlide). Dans la présentation graphique qui suit, il m’a donc semblé opportun d’agréger les valeurs des différentes maisons mentionnées pour chaque chef de ménage, plutôt que de disséminer statistiquement les patrimoines familiaux.

Cloches, pyramides, profils

19Quels enseignements sommes-nous susceptibles de déduire d’un tel registre, concernant la part de l’urbain qui revient aux non musulmans protégés dans l’espace de Tuzla ? Une remarque d’abord : je dis “espace”, mais à la vérité le point focal de cette étude exclut une effective appréhension spatiale de la place de ces individus. Certes, les recenseurs ont distingué différents “quartiers” (maḥalle) dans la ville : trois à Tuzla au sens strict, auxquels s’ajoute İskele que la terminologie du registre désigne alternativement comme appendice portuaire de la ville, “échelle de Tuzla”, ou comme “bourg” à part entière. Cependant, les habitations des protégés ne font pas l’objet d’une localisation précise au sein de ces quartiers. Force est donc de centrer le propos sur une étude sociale, plus que spatiale, des patrimoines habités.

Des habitats différenciés

20L’enjeu est de parvenir à présenter, de manière significative, la dissémination des valeurs foncières qu’enrôle le registre : de 40 à 20 000 piastres, l’éclatement est en effet considérable, et les valeurs les plus représentées ne se concentrent pas toujours en “nuages” homogènes. Cependant, toutes catégories d’habitants confondues, une majorité des maisons recensées se voient attribuer une valeur inférieure à 1 000 piastres. Aussi une mise en évidence des profils fonciers sous forme graphique suppose-t-elle un choix : j’ai opté pour le biais d’une échelle logarithmique, le long de laquelle les valeurs recensées sont agrégées au sein d’intervalles déterminés. Un premier résultat possible se présente comme suit :

Graphique 1 : les propriétaires de maisons à Tuzla en 1832.

Agrandir

Source : BOA, ML, VRD, TMT. 16153.

21Cette présentation permet avant tout de traduire graphiquement un constat statistique simple : la répartition des valeurs foncières, au sein de la société urbaine dans son ensemble, est fortement polarisée, autour d’une médiane générale que l’on peut précisément situer à 450 piastres. Par-delà ce chiffre global, cependant, la pluralité s’impose : la valeur médiane pour les maisons de musulmans est de 300 piastres ; pour les non musulmans non protégés (re‘âyâ) elle se monte à la même valeur (450 piastres) que pour l’ensemble de la population (ce qui traduit statistiquement la majorité démographique nette de cette catégorie à Tuzla) ; à 2 500 piastres pour les habitations des protégés, et à 10 000 piastres pour celles des consuls. Le graphique 1 permet d’affiner la perception de cette pluralité : chaque série d’histogrammes présente une forme caractéristique de courbe de Gauss, “en cloche”. Cela signifie d’abord que médiane et moyenne, pour l’ensemble de la société locale comme pour chacune des catégories distinguées, sont des valeurs proches. Relativement à l’abscisse des valeurs, néanmoins, chaque “cloche” présente un positionnement particulier : se dégage ainsi une spécificité des profils fonciers propres à chaque catégorie examinée. Prenons acte, et tentons une redistribution des catégories statistiques (graphique 2) : ce qui était abscisse (l’échelle des valeurs des maisons) devient catégorie distinctive (en légende), et réciproquement. Aux “cloches” se substituent alors des sortes de pyramides des âges – comparaison qui me semble rendre expressive la lecture de ce graphe, et permettre de mieux saisir ce qu’il représente en termes de distribution sociale des patrimoines habités. étirée en partie basse dans le cas des non protégés, la pyramide se fait plus ventrue en partie haute à mesure que l’on approche de l’orbite consulaire. On constate ainsi que les habitants non-protégés de Tuzla, qu’ils soient musulmans ou non musulmans, sont majoritairement de petits ou moyens propriétaires urbains. Qu’en est-il des protégés ? L’éventail de leurs patrimoines est largement ouvert, et bon nombre d’entre eux se rangent également parmi les petits ou moyens propriétaires ; cependant, la majorité de ces non musulmans-là ont basculé dans la grande richesse urbaine, avec des maisons dont la valeur enregistrée se chiffre en milliers de piastres. D’un côté donc, une large diversité sociale ; de l’autre, le glissement vers un autre univers urbain, sans commune mesure.

Graphique 2 : la valeur des maisons à Tuzla en 1832 (en piastres)

Agrandir

Source : BOA, ML, VRD, TMT. 16153.

Ici et ailleurs : les demeures consulaires, une extraterritorialité non musulmane ?

  • 24 Ibid. : « Frânsız qonsolosı esbâqı [sic] paşanıñ uzla iskelesinde olan khânesinde ».
  • 25 MAE, CCC Larnaca, vol. 18, fol. 11 (annexe à la lettre de Bottu à Sébastiani, n° 9, 10 janvier 1832 (...)

22Détournons-nous un moment des simples protégés, pour dire quelques mots de l’habitat des consuls eux-mêmes. à vrai dire, la prise en considération de leurs patrimoines (encore ce terme n’est-il guère approprié, puisque la moitié des demeures concernées ne sont que louées) relève davantage de la mise en perspective que d’une analyse statistique significative : ultra minoritaire (quatorze maisons en tout, parmi lesquelles des demeures attribuées à des consuls décédés ou ayant quitté leurs fonctions à la date du recensement), incommensurable aux autres catégories de la population, l’ancrage foncier local des consuls apparaît comme l’éclat scintillant d’une autre société, d’un autre monde, loin au-delà des horizons chypriotes : il est “ailleurs”, cet ailleurs vers lequel déjà certaines habitations de protégés semblaient faire signe. Mais est-ce à dire que, dans la société urbaine de Tuzla, la richesse de l’habitat croisse avec l’extraterritorialité non musulmane des habitants ? Ne nous hâtons pas trop de considérer la haute société consulaire comme un idéal-type d’exotisme non musulman en pays ottoman. Car, apprend-on dans le registre, le consul de France en poste en 1832 réside dans « la maison de l’ancien paşa, à l’échelle de Tuzla »24. Il semble possible d’émettre l’hypothèse que le paşa en question soit Es-seyyid El-ḥâc Meḥmed Ağa, gouverneur de Chypre en 1822-1827 (Hill, 1972 : 149), et dont un voyageur des années 1830 nous apprend indirectement qu’il possédait « une boutique sur le petit bazar de Scala » (Burton, 1838 : 166) : ce même gouverneur, dont la documentation signale qu’il est d’origine chypriote et que son fils commence dans ces années à Istanbul une intégration brillante au sein des hautes élites de l’Empire, ne pourrait-il pas avoir possédé aussi une importante demeure à l’échelle de Tuzla, dans laquelle le consul de France aurait élu domicile ? Simple hypothèse, bien sûr – dont l’invalidation même n’oblitèrerait pas le fait constaté : un consul, et pas n’importe lequel, habite une demeure de paşa… dans tous les sens du terme. Dans la même veine, remarquons aussi que Jérôme Méchain, ancien consul de France à Larnaca (de 1820 à 1829), a acquis une maison à Larnaca : or on apprend qu’elle est « une de celles qui ont été confisquées par le gouvernement local sur les Grecs proscrits »25 en 1821. Dans les deux cas, l’ancrage urbain des consuls semble indissociable d’une étroite proximité, pour ne pas dire connivence, avec le pouvoir ottoman : la nécessité d’une demeure susceptible de

  • 26 Ibid., fol. 1 (Bottu à Sebastiani, n° 9, 10 janvier 1832) (souligné dans l’original).

« convenir à une personne qui, comme le consul de France, a le besoin réel de trouver un logement suffisant pour la représentation qui lui est impar[tie] et, en second lieu, en rapport avec son séjour instantané »26

– cette nécessité semble clairement marquer l’habitat consulaire du sceau de la grande société ottomane, par contraste avec la petite ville portuaire de province qu’est Tuzla. Aussi perçoit-on ici l’utilité d’un cas-limite tel celui des consuls : il permet de dénouer la relation fictive entre richesse de l’habitat urbain et extraterritorialité non musulmane, relation à laquelle nos graphiques, subrepticement, risquaient de prêter une automaticité.

La protection dans ses murs

23Doit-on alors tenir pour négligeable l’éventuelle empreinte de la protection consulaire sur l’habitat urbain à Tuzla ? Replaçons sur le métier l’ouvrage des recenseurs, mais affranchissons-nous cette fois d’un traitement “brut” du nombre de maisons recensées, en retranscrivant la rubrique statistique “effectif” sous forme de pourcentages (graphique 3) : il devient possible de saisir la part relative des différents types d’habitation dans chaque catégorie de population (la valeur estimée demeurant le critère distinctif de cette typologie). Apparaît alors dans toute sa netteté ce que l’on entrevoyait de manière plus incertaine sur les graphiques précédents : la vraie ligne de faille, en termes de présence habitée, ne court pas entre musulmans et non musulmans, elle découpe suivant les pointillés de la protection consulaire. On perçoit bien en effet la similitude qui unit les profils fonciers des non-protégés, quelle que soit leur appartenance religieuse : l’essentiel de leurs habitations se répartit en trois ou quatre blocs marmoréens, correspondant à des valeurs inférieures à 1 000 piastres. A contrario, dès que l’on glisse dans la catégorie des protégés, les demeures de valeur modeste ou moyenne ne représentent pas 30 % de l’habitat ; et l’essentiel de celui-ci consiste en propriétés dont on peut supposer que, sans être richissimes, elles marquent déjà différemment leur présence dans le cadre de vie urbain.

Graphique 3 : profits fonciers à Tuzla en 1832.

Agrandir

Source : BOA, ML, VRD, TMT. 16153.

  • 27 N’allons pas en déduire que la construction en pierre était fait exceptionnel à Chypre : Ioannis Io (...)

24Ce dernier point suppose d’en revenir à certains détails offerts par le registre : une valeur estimée supérieure à 1 000 piastres correspond fréquemment, par-delà une simple (et non systématiquement corrélée) augmentation du nombre de pièces (oa) de la maison, à la présence d’un étage et d’une alimentation en eau courante (mâ’-ı cârî). Outre « la valeur sociale dont est investi l’étage supérieur » (Faroqhi, 1987 : 2), on peut envisager l’hypothèse d’une différence dans le matériau de construction même : ainsi le visiteur Nathanael Burton (1838 : 172 et 166) peut-il écrire que « la petite ville de Scala est construite avec des briques crues, larges et plates, mélangées avec de la paille, et qui se détériorent rapidement » (ce que les mentions fréquentes d’édifices « en ruine » dans le registre de 1832 semblent corroborer) ; mais le même décrit ailleurs les toits inclinés, les cours intérieures et les balcons de certaines maisons, qui lui rappellent les « anciennes auberges, qui ont à présent disparu à Londres » – autant de traits qui laissent présumer une construction plus solide que le simple torchis, en pierre probablement. La lecture du registre, et sa relecture sous forme graphique, ont confirmé cette intuition. Une majorité de “non musulmans au carré” prenaient soin de manifester dans leurs murs la protection dont ils jouissaient27.

Demeures incertaines, voix plurielles

  • 28 Piémontais d’origine, l’homme s’est expatrié aux États-Unis, où ses bons services militaires pendan (...)

25Cette mise en évidence d’un habitat plus ou moins périssable rappelle opportunément la nécessité de ne pas prendre trop au sérieux la “mise en place” opérée par le recensement de 1832. Tuzla est aussi un ensemble urbain en évolution, et même en déplacement – phénomènes qui, au xıxe siècle, doivent beaucoup à l’influence d’un “ailleurs non musulman”. En témoigne, en 1878, l’ancien consul américain à Larnaca Luigi Palma di Cesnola28 :

« Il y a quelque quarante ou cinquante ans, tous les consulats se trouvaient à Larnaca [Tuzla] ; la “Marine” [Iskele] consistait à cette époque en quelques maisons et magasins épars. Mais depuis que, en particulier grâce à l’Angleterre, les pirates de l’Archipel grec, qui infestaient ces côtes, ont cessé d’exister, la “Marine” est devenue le centre commercial de toute l’île. La côte est aujourd’hui couverte, sur une demi-mile de longueur, de maisons d’habitat privées, elle possède un bazar étendu, plusieurs églises et mosquées, et s’accroît chaque année, tandis que Larnaca même se dépeuple dans les mêmes proportions » (Cesnola, 1878 : 45).

  • 29 MAE, CPC Turquie, Larnaca, vol. 1, fol. 121 (Saintine à Walewski, n° 2, 13 septembre 1856).

26Ce glissement spatial de la ville est particulièrement significatif : à sa manière, Cesnola souligne une polarisation croissante de Tuzla par la non musulmanité consulaire – polarisation à laquelle la dichotomie géographique propre à la ville donne une visibilité redoublée. La traduction symbolique d’un tel déplacement physique est tout aussi vigoureuse, et l’onde de choc se propage même jusqu’à Lefkoşa : certains consuls français, enhardis par la guerre de Crimée, n’adressent-ils pas aux autorités ottomanes la « demande de transférer la résidence du gouverneur de l’Ile, de Nicosie à Larnaca »29 ?

27De tels menus indices, lus au miroir épique de la question d’Orient en Méditerranée, ont tôt fait d’aiguiser des appétits braudéliens : pacifiée après la clôture des guerres égypto-ottomanes en 1841, la reine-mer déchue connaît une profonde inspiration commerciale, et ses ports de pavoiser sous les flons-flons de prospères sociétés consulaires. Cette lente transformation de la Méditerranée en “lac européen” n’est pourtant pas tout, et il semble périlleux d’affirmer que les remodelages de l’espace urbain constatés à Tuzla dans ces années aient été imprimés par cette seule dynamique. Ce disant, je souligne la nécessité de réintroduire dans le paysage local, d’une manière ou d’une autre, cette force de gravité ottomane dont nous avons déjà pu mesurer, dans le cas de certaines demeures consulaires, le champ d’attraction. Partant, il semble possible de mettre en évidence les tensions qui ébranlent, à l’époque où les réformes ottomanes (tanîmât) prennent leur élan, les beaux murs des non musulmans “au carré”.

Régularisons, disent-ils

28Pourquoi “tensions” ? C’est que le souci de donner toute sa place à des dynamiques stambouliotes, souvent lancées avec tambours et trompettes, impose de prêter l’oreille au chuchotement de leurs retombées locales. Notre approche consiste donc à décrypter non pas tant les initiatives réformatrices du “centre” ottoman que leurs diffractions provinciales – et celles-ci, dans le cas de Tuzla, concernent bien souvent l’orbite non musulmane (péri-)consulaire.

Le “rescrit impérial” de 1856 sur le vif

29Citons en exemple la revendication collective avancée par les “Français notables de Chypre” auprès de Napoléon III, en 1859 :

  • 30 Ibid., fol. 177 (lettre des “Français notables de Chypre” à Napoléon III, 28 mai 1859). De même pou (...)

« il faut qu’en exécution des promesses solennelles du hat humayoun et en vertu de deux siècles de possession, le droit de posséder des biens fonds nous soit reconnu, il faut que nous puissions les hypothéquer, les prendre en hypothèque et les transmettre à nos descendants d’après nos propres lois et non d’après les dispositions bizarres et illogiques du Coran »30.

30Ce “hat humayoun” (ou khaṭṭ-ı hümâyûn) auquel il est fait ici allusion est le “rescrit impérial” proclamé le 18 février 1856 à Istanbul. Il contient de fait la promesse d’un assouplissement de la législation foncière ottomane, allant dans le sens d’une autorisation de la propriété foncière privée aux “étrangers” ; néanmoins le gouvernement ottoman a pris soin de soumettre l’application de cette mesure à des négociations ultérieures avec les Puissances européennes concernées (Davison, 1963 : 260-261). L’aboutissement de ce processus, la légalisation de la propriété foncière “étrangère” en 1867, n’a pas peu contribué à ce que le rescrit de 1856 soit finalement reconnu par l’historiographie (sur la durée du “long xixe siècle” ottoman) comme la pierre angulaire d’une occidentalisation croissante de l’Empire. Or la lettre des “Français notables de Chypre”, qui permet de ré-inscrire ce texte dans l’instant local, en donne une vision plus contrastée, plus confuse aussi :

« depuis que le droit pour les Européens d’acquérir des immeubles a été solennellement reconnu en principe et son application promise, sauf arrangements préalables avec les puissances, ce droit qui depuis deux siècles n’avait jamais été contesté aux Français à Chypre, leur est totalement dénié ». 

31Le détour par Tuzla permet ainsi de faire apparaître le décret de 1856 sous son jour plus spécifiquement ottoman : moins une nouvelle concession aux pressions européennes que le quitte ou double des autorités d’Istanbul afin de régulariser des propriétés “européennes” acquises de facto, consacrées par l’usage mais devenues, dans les années 1840, intolérables à la Sublime Porte. De fait, l’application du rescrit signifie avant tout « la cessation, sans motif, d’une tolérance plus que séculaire, sur la foi de laqu’elle [sic] tant de familles, des familles qui forment aujourd’hui une population, ont engagé tout leur avoir » (ibid. fol.171). Régularisation contre “tolérance”, règlement (niâm) contre usages “séculaires” : le cas de Tuzla permet de mesurer combien il est nécessaire, pour déchiffrer le marquage non musulman des espaces urbains à cette époque, de prendre au sérieux la dynamique réformatrice de l’État ottoman dans ces années.

Des “règlements”, et après ?

32Encore les tensions suscitées par le khaṭṭ-ı hümâyûn ne concernent-elles en principe que les “étrangers” (ce qui implique, toujours, de supposer que cette catégorie ait été pratiquement définissable). Cependant, par-delà quelques “Européens” aux contours plus ou moins nettement découpés, et avant même que le rescrit de 1856 ne soit promulgué, ce sont l’ensemble des non musulmans “au carré” de Tuzla qui voient la volonté réformatrice des autorités ottomanes hanter leurs demeures. Car l’appropriation de l’espace par les non musulmans, et pas exclusivement par ceux qui sont venus d’ailleurs, semble poser problème aux autorités ottomanes dès les premières années des tanîmât. Ainsi, le 2 şevvâl 1261 (4 octobre 1845), le gouverneur d’une province accuse réception de règlements (niâmât) portant les stipulations suivantes :

  • 31 BOA, A.MKT. 28/67 : « aşralarda vâqi‘ ehl-i islâm ve re‘âyâ emlâkiniñ müste’min â’ifesi üzerlerin (...)

« dans les provinces les propriétés (emlâk) de musulmans et de re‘âyâ ne sont pas cessibles aux étrangers, pas plus que ne le sont aux re‘âyâ les propriétés de musulmans autres que les boutiques et jardins potagers »31.

33Il est précisé dans le document que ces niâmât ont été envoyés dans plusieurs “autres provinces”, qui plus est à titre “confidentiel” (maḥremâne). Chypre figure-t-elle parmi les autres destinations de l’ordre ? à lire l’état des lieux transmis l’année suivante à Istanbul par le gouverneur de l’île, c’est plus que probable :

  • 32 BOA, A.MKT. 58/5 (h. 1262/1846-47) : « Qıbrıs cezîresi sevâḥilinde vâqi‘ iskelelerde müste’min â’i (...)

« Dans les échelles qui se trouvent sur les rivages de l’île de Chypre, il est interdit aux étrangers de s’implanter en acquérant des propriétés et des demeures, et de prendre femme ou mari parmi les re‘âyâ de l’État sublime ; cependant c’est ce qu’ils ont la témérité de faire »32.

  • 33 I. Huhn (1989 : 254) signale une autre pratique de contournement matrimonial de la loi ottomane jus (...)

34L’ajout d’un volet matrimonial à l’interdiction proprement foncière est particulièrement éclairant, en ce qu’il renvoie au "bougé" des frontières censées marquer et circonscrire la place des “Européens” comme des protégés : par-delà l’interdiction aux müste’min eux-mêmes d’acquérir des propriétés, l’interdit matrimonial posé par les dirigeants ottomans vise à prévenir que des reâ‘yâ (et, partant, leurs possessions) soient promus dans l’orbite de la protection consulaire33. Ce souci n’est d’ailleurs pas, en soi, propre à la période des tanîmât, si l’on en croit le rappel adressé le 30 mars 1840 par Adolphe Thiers (alors président du Conseil) au comte de Clairambault, consul de France à Larnaca :

  • 34 Cité par Béraud, 1990 : 105-106.

« d’après la loi ottomane : « Tout étranger épousant une rayah est soumis à la juridiction de la Sublime Porte ainsi que l’épouse et sa progéniture ». Pour parer à ces difficultés, l’Arrêté du 3 mars 1781, défend aux français de se marier en Orient sans avoir pris, au préalable, la permission du Gouvernement Royal »34.

35Et les éclairages apportés par A. İ. Bağış (1983 : 42-43) ou M. S. Kütükoğlu (1992 : 111 et suiv.), concernant la fin du xviiie siècle, confirment que les questions d’appropriation foncière par les non musulmans au carré” ne présentent aucun caractère inédit à l’époque des réformes. Sans doute cependant peut-on envisager que, après le rescrit de 1856 et la promulgation (en 1858) d’un nouveau code foncier, ces enjeux soient investis d’une pertinence renouvelée au sein de la politique menée par la Sublime Porte dans les provinces.

Une passation de demeure : logiques floues de la protection et voix de la réforme

  • 35 Source : BOA, A.MKT.UM. 206/2. Ma lecture des principaux noms de personnes cités dans le document a (...)

36Un document servira ici plus particulièrement de révélateur : il s’agit d’un compte rendu de séance (mażbaa) émis par l’ “assemblée de district” (meclis-i livâ) de Lefkoşa, à destination des autorités d’Istanbul, en date du 9 Dhî-l-Ḥicce 1271 (23 août 1855). L’assemblée en question réunit les principales autorités locales de l’île : gouverneur (mutaarrıf), administrateurs des finances (müdîr-i mâl et kâtib-i mâl), responsables religieux (nâ’ib et müftî de Lefkoşa, archevêque) ainsi qu’une poignée de notables locaux – tous ont apposé leur sceau au bas de ce document. Le contenu de celui-ci est riche en péripéties35.

Histoire d’un tour de passe-passe

  • 36 Giuseppe Pascotini connaît par la suite un bel avenir sous la protection autrichienne : en 1908, on (...)
  • 37 « […] bu khâneniñ qapu khalqasını [sic] utub vekîl-i merqûma teslîm itdigini […] ifâde ü beyân bir (...)
  • 38 « […] merqûme dakhî bi-t-ab‘i zevcine teba‘iyetiyle devlet-i müârünileyhâ teba‘asından bulunmaq c (...)

37Au premier abord, une banale affaire de succession. Un dénommé “Pedro Qadîş”, protégé autrichien habitant l’échelle de Tuzla, est décédé six mois auparavant ; aucun héritier ne s’étant manifesté (vârith-i mevcûdı bulunmadığı cihetle), le consul d’Autriche a entrepris de saisir les biens de sa succession, et de les faire placer sous scellés de la chancellerie consulaire (qançellârya arafından temhîr itdirilerek). Cependant voici que s’est manifestée une certaine “Afrûla”, fille du consul des États-Unis “Mârîno Mâtte’î” (membre de la famille Mattei citée plus haut, donc on ne peut plus indigène”) et épouse d’un autre protégé autrichien, Giuseppe “Pasqoṭinî”36 : elle déclare avoir acheté au défunt, avant sa disparition, une demeure située sur l’échelle, pour un montant de 30 000 piastres. À l’appui de sa revendication, elle produit le certificat judiciaire (üccet) que le nâ’ib de Tuzla a établi lors de la vente (le document, daté d’evâ’il Rebîü-l-âkhir 1271 – 22-31 décembre 1854 –, est conservé aux archives sous la même cote). Convoqués, les témoins instrumentaires (şühûdü-l-ḥâl) présents lors de l’établissement de cet acte viennent confirmer, auprès de l’assemblée de district, la véracité des propos de l’intéressée : ils témoignent unanimement que, en compagnie du nâ’ib de Tuzla İbrâhîm Efendi, ils se sont rendus à la maison de “Pedro Qadîş”, et que là celui-ci, ayant reçu intégralement et parfaitement la somme de 30 000 piastres, a “remis” au représentant légal (vekîl) d’Afrûla « l’anneau de la porte de la maison »37. Notons en passant ce détail, qui pourrait exprimer de quelle manière symbolique se trouvait conclue la transmission d’une demeure à son nouveau propriétaire. Là n’est pas l’essentiel néanmoins, car la question fatidique posée à Afrûla par les autorités locales porte sur un autre versant de la procédure : son mari étant protégé de l’État autrichien, elle-même « fait naturellement partie, en vertu de sa sujétion conjugale, des sujets du susdit État38 » ; pourquoi alors n’est-elle pas allée déclarer l’achat de la maison auprès de la chancellerie autrichienne, comme il est de rigueur ?

  • 39 Une fois prise en considération la dévalorisation de la piastre entre les années 1830 et 1850 (une (...)

38Avant de découvrir la réponse de l’intéressée, arrêtons-nous un moment sur son profil social et foncier. Manifestement, Afrûla appartient à la frange supérieure des “non musulmans au carré” : par son père qui, fidèle à la tradition de la famille Mattei, occupe une charge consulaire ; par son mari, protégé autrichien ; par son représentant légal, enfin, un certain Giovanni, dont il est précisé qu’il est tercümân (drogman) du consulat de France. Mattei, Pascotini, Giovanni… des noms qui tissent les fils (passés ou présents) de quelque diaspora sarde, génoise ou ionienne : revoici ces “Européens Chypriotes” dont l’extraterritorialité non musulmane n’exclut pas, au contraire, une puissance intégration dans la vie sociale de la province ottomane. Aussi, dans le certificat (ḥüccet) de la vente, Afrûla est-elle désignée comme une “qoqona”, soit (selon la définition donnée par le dictionnaire de Sir James Redhouse) « a Greek lady, any Greek woman, elderly Greek woman » : pour un peu, on serait tenté de voir une re‘âyâ hellène percer sous le vernis de la protection… Quant à la maison dont elle dit s’être portée acquéreuse, sa valeur d’achat situe cette demeure dans la partie supérieure de la pyramide dessinée par le recensement de 183239. Sans doute faut-il avancer avec précaution : au même titre que les valeurs déclarées aux recenseurs, probablement minorées à dessein, le prix ici attribué à la maison de “Pedro Qadîş” est vraisemblablement, comme souvent en situation d’achat ou de vente entre particuliers, « plus ou moins fictif » (Faroqhi, 1987 : 16). Le certificat judiciaire joint comprend néanmoins un descriptif détaillé de la demeure, qui permet d’en constater l’importance effective : neuf pièces en rez-de-chaussée, autant à l’étage, une cour intérieure, une ou plusieurs terrasses (bir süûḥ [sic]), le tout flanqué de cabanons (undurmalar) et d’un poulailler (tavuqluq khâne), et alimenté en eau par une source (ber’-i mâ’ ). En tout état de cause, nous sommes en présence d’une demeure d’importance, dont la présence devait marquer l’espace et l’esprit des habitants.

39Mais revenons-en aux affaires de chancellerie d’Afrûla. Ne pas déclarer une acquisition foncière auprès du consulat dont elle est censée relever ne semble pas en soi devoir être considéré comme un comportement anormalement étonnant : à Smyrne, à la même époque, certaines familles protégées adoptent la même attitude (Smyrnélis, 1999 : 122). L’intérêt particulier du document ici étudié est que, prise de vitesse par le décès de “Pedro Qadîş” et la procédure réglementaire lancée par le consul d’Autriche, l’intéressée se voit sommée de répondre de sa propriété. Voici sa réponse, telle que formulée dans le document à notre disposition :

  • 40 BOA, A.MKT.UM. 206/2 : « her ne-qadar pederi Amerîqâ devleti qonsolosı ve zevci merqûm dakhî Avustu (...)

« bien que son père soit consul de l’État d’Amérique et qu’en outre son mari sus-mentionné soit sujet de l’État d’Autriche, sa mère se trouve être Qaterîna, fille de Frâncesqo, re‘âyâ de l’État sublime, et de par cette affiliation maternelle elle est elle-même naturellement re‘âyâ de l’État sublime. De plus cette question, en tant qu’elle relève d’affaires intérieures relatives à la propriété privée, est de celles qui ressortissent à la juridiction canonique. C’est pourquoi, déclare-t-elle, elle n’a pas eu recours à la chancellerie sus-citée » 40.

  • 41 Ibid. : « Avusturyâ qonsolosuna kelimât-ı münâsebe ve mülâyeme serd olunmuş ise de iqnâ‘ olunamamış (...)

40Confirmation d’une intuition : en désignant Afrûla comme une “qoqona”, les auteurs de la ḥüccet sus-mentionnée visaient probablement moins à dire son origine “grecque” qu’à signaler son ascendance (maternelle) re‘âyâ. Ces alliances matrimoniales tant redoutées par la Sublime Porte, les voici donc qui miroitent à présent devant nous, soudainement portées à incandescence par les explications qu’Afrûla s’est trouvée sommée de donner. Mais contre-pied : ainsi une personne que tout, de prime abord, rattache aux happy few de l’orbite consulaire, se réclame sans détour de l’exclusive autorité ottomane. Clairement, cette position traduit le souci d’éviter que, pour un simple non respect de la procédure consulaire, une propriété chèrement acquise lui soit contestée. Le paradoxe semble néanmoins ici poussé à son comble : le père d’Afrûla lui-même, lit-on dans le compte rendu d’audience, a transmis à l’assemblée locale une “déclaration officielle” (tarîrât-ı resmiyye) pour certifier que sa fille est sujet ottoman. “Officielle” : sans doute doit-on imaginer que sa lettre porte l’en-tête du consulat américain – mais depuis quand un consul ès qualités atteste-t-il du statut d’une personne qui en l’occurrence ne prétend pas à sa protection ? C’est sans doute bien plus en tant que père, mais sans négliger de s’auréoler (fût-ce à contre temps) de son autorité de consul, que Mattei vient se porter garant des déclarations de sa fille. Quant aux membres de l’assemblée locale, ceux-là même qui (à juste titre eu égard aux législations ottomanes sur le sujet) semblaient tenir pour “naturellement” acquise la protection autrichienne d’Afrûla, ils ne trouvent pourtant rien à redire à la réponse de l’intéressée, où se voit tout aussi “naturellement” affirmé son statut de re‘âyâ. Du moins le procès-verbal dont ils sont signataires ne trahit-il aucun étonnement de leur part face à ce retournement. Les seules objections dont il soit fait état émanent (et pour cause) du consul d’Autriche lui-même : « bien que des paroles convenables et agréables lui aient été adressées, il n’a pas pu être convaincu »41. Ce sont les résistances de ce dernier qui, en imposant aux autorités locales un recours à la Sublime Porte, ont figé sur le papier un tour de passe-passe qui sinon aurait disparu sans laisser de traces.

Loyautés en filigrane

  • 42 Telle celle que suscite, en 1846, le projet du consul de France de faire bâtir, sur un terrain répu (...)

41Par bien des aspects, cette affaire laisse transparaître une “logique floue” de la protection consulaire dont d’autres études, de Smyrne à Alexandrie, ont mieux mis en évidence les lignes de fuite : Afrûla, comme tant d’autres, sait jouer et déjouer ses statuts. Mais est-ce seulement et essentiellement ainsi que le document doit être compris ? Le registre d’argumentation, la terminologie choisis sont-ils, sans mélange, ceux de l’opportuniste protagoniste de cette affaire ? S’il est impossible d’exclure cette possibilité, il semble tout autant pertinent d’y percevoir comme un “bruit” rhétorique, une empreinte des autorités de l’assemblée locale (ou, plus prosaïquement, des simples scribes ayant rédigé le procès-verbal). Ces autorités, au demeurant, ne cherchent nullement à se faire oublier : bien que le recours au style direct ne soit pas rare dans les comptes rendus ottomans de séances judiciaires, le style indirect le plus strict règne sur le présent document. En outre, la présentation de l’affaire ne s’embarrasse ni d’arguties juridiques (et pour cause : elles entraveraient l’argument d’Afrûla), ni de détails concernant les motivations des individus en cause. En revanche, la référence aux “affaires intérieures” et aux “questions qui ressortissent à la juridiction canonique” exprime la volonté des rédacteurs du texte de mettre en valeur, par-delà les questions proprement juridiques, les enjeux politiques inhérents à l’affaire. Sans doute se souvient-on, au palais de gouverneur à Lefkoşa, des “règlements” reçus quelque dix ans plus tôt ; sans doute, entre-temps, d’autres affaires ont-elles mis à l’épreuve la capacité des autorités locales à les appliquer42. Nous ne lisons donc pas ici seulement la réponse d’Afrûla à l’interrogatoire de l’assemblée, mais, en dernière instance, sa pénétrante reformulation par les autorités locales, en des termes choisis pour épouser la rhétorique de régularisation qui s’impose tous azimuts à l’époque.

  • 43 Ce n’est cependant qu’en 1858 qu’est officialisée, dans les articles 110 et 111 du nouveau code fon (...)

42Cette remise en mots traduit un double souci. Souci, d’abord, de prévenir les suites d’un éventuel recours du consul d’Autriche auprès de son ambassadeur à Istanbul : un objectif probable des auteurs du document sus-cité est de proposer en quelque sorte des “éléments de langage” pour couper court à la trop prévisible intervention de la diplomatie autrichienne auprès de la Porte. Mais, par-delà la prévention de ce risque immédiat, par-delà cette anticipation de tractations diplomatiques somme toute routinières, le document exprime aussi un omniprésent souci de fidélité aux “règlements” : ses rédacteurs tiennent à montrer à leurs supérieurs d’Istanbul qu’ils appliquent à la lettre les consignes reçues, et qu’il ne saurait donc être question de tolérer le passage dans l’orbite consulaire d’une demeure appartenant à une présumée re‘âyâ. On comprend mieux alors leur insistance à faire valoir que la question examinée, parce qu’elle a trait à la propriété foncière privée (mülke dâ’ir olaraq), relève des “affaires intérieures” de l’Empire : cette insistance traduit le mimétisme recherché entre leur discours et le mot d’ordre de régularisation foncière qui, de “confidentiel” encore dans les années 1840, est en 1855 sur le point d’être officialisé quelques mois plus tard dans le khaṭṭ-ı hümâyûn43. Enfin, le ressort rhétorique de la mażbaa peut impliquer autre chose encore que ce simple témoignage de conformité des autorités locales à la “ligne” de l’État central : la reformulation des propos d’Afrûla, cette mise en scène d’une qoqona à laquelle on prête un discours d’efendi rompu aux usages bureaucratiques de la Sublime Porte, tout cela accrédite l’idée que, par-delà la bonne volonté des responsables locaux, c’est toute la population de Chypre qui a compris la teneur des “règlements”, et s’emploie loyalement à faciliter leur application. La figure choisie ici pour incarner cette loyauté doit-elle surprendre ? Ou bien, quasi-allégorie d’une “Marianne ottomane”, ne donne-t-elle pas à voir et à interroger les enjeux suivant lesquels, tandis que lentement se réforment les liens entre la Sublime Porte et ses sujets, une ottomanité “européenne” pourrait être imaginée ?

Conclusion : espaces dans l’ombre

43Sur les murs de la demeure d’Afrûla se projette ainsi tout un petit théâtre d’ombres. Ombre, d’abord, de ce mystérieux objet d’histoire baptisé, conformément à l’usage de l’époque, tanîmât-ı khayriyye, les bienheureuses réorganisations : le cas d’Afrûla permet de lire en filigrane la manière dont une dynamique venue d’Istanbul a imprimé sa marque dans l’habitat urbain d’une petite bourgade de province. Mais faut-il qualifier cette dynamique de “réformatrice” ? Seulement à condition de souligner qu’à Tuzla la volonté de “remise en place” des patrimoines habités a tenté de s’imposer par recensement dès les années 1832-33, soit quelque sept ans avant l’avènement officiel des réformes, et ce au nom des “usages ancestraux”. Ombre aussi, la catégorie “non musulman au carré” dont il m’a semblé pertinent de rechercher une traduction dans l’espace urbain de Tuzla : les “logiques floues” d’une protection consulaire somme toute bien réversible ont opportunément rappelé l’évanescence d’une telle catégorisation. Et pourtant, par-delà les stratégies sociales propres à l’échelle de Tuzla, qu’est-ce qui se joue dans les murs d’Afrûla ? C’est bel est bien aussi la tentative de rompre avec une extraterritorialité auparavant tolérée, avec l’attraction centrifuge d’un ailleurs non musulman, afin de ré-instituer une territorialité (et peut-être, bientôt, une “nationalité”) ottomane dans l’espace urbain.

44Théâtre d’ombres, ai-je dit : car Tuzla, modeste échelle du Levant, est un prisme bien fragile pour déchiffrer les enjeux de telles évolutions. Cette fragilité affecte d’abord les archives que j’ai travaillées : elles sont par nature “périphériques”, épars méandres de fleuves documentaires prenant leur source à Istanbul, Paris ou Londres. Et puis la relative minceur du tissu urbain de Tuzla doit également se rappeler ici à notre souvenir : entre mer et campagne, les patrimoines des habitants de l’échelle ne sont pas principalement urbains ; aussi Tuzla apparaît-elle finalement comme une “aspérité” pour commencer à appréhender les dynamiques d’un espace non plus seulement urbain : chypriote, insulaire, méditerranéen.

Haut de page

Bibliographie

Arminjon P., 1903, Étrangers et protégés dans l’Empire ottoman, Paris.

BağıŞ A. İ., 1983, Osmanlı ticaretinde gayri müslimler. Kapitülasyonlar – Avrupa tüccarları - Beratlı tüccarlar - Hayriye tüccarları (1750-1839) [Les non musulmans dans le commerce ottoman. Capitulations – Commerçants “européens”, barataires, “hayriye”], Ankara, Turhan Kitabevi, coll. "Ekonomik ve sosyal araştırmalar" 6.

Barkan Ö. L., 1940, « Türk toprak hukuku tarihinde Tanzimat ve 1247 (1858) Arazi Kanunnâmesi » [Les Tanzimat et le code foncier de 1247 (1858) dans l’histoire du droit foncier turc], in Tanzimat I. Yüzüncü yıldönümü münasebetiyle, Istanbul, Maarif Matbaası : 321-421.

Babakanlık Devlet Arşivleri Genel Müdürlüğü, 2000, Osmanlı İdaresinde Kıbrıs (nüfusu-arazi dağılımı ve Türk vakıfları) [Chypre sous administration ottomane (population, distribution foncière et vakıfs turcs)], Ankara.

Béraud S., 1990, La Culture française dans l’espace chypriote (de 1192 à 1971), Nicosie, Ministère de l’éducation.

Burton N., 1838, Narrative of a Voyage from Liverpool to Alexandria, touching at the island of Malta, and from thence to Beirout in Syria ; with a journey to Jerusalem, Voyage from Jaffa to Cyprus and Constantinople and a pedestrian Journey from Constantinople, through Turkey, Wallachia, Hungary, and Prussia, to the town of Hamburgh, in the years 1836-1837, Dublin, John Yates.

Cesnola (Palma di) L., 1878 (3e éd.), Cyprus. Its ancient Cities, Tombs and Temples. A narrative of Researches and Excavations during ten years’ residence in that island, New York, Harper and Brothers.

Davison R., 1963, Reform in the Ottoman Empire 1856-1876, Princeton, Princeton University Press.

Erdoğru M. A., 1987, « Kıbrıs adası’nın 1831 tarihli bir Osmanlı nüfus sayımı » [Un recensement ottoman de l’île de Chypre en date de 1831], Tarih İncelemeleri Dergisi 12 (1987) : 81-93.

Faroqhi S., 1987, Men of modest Substance. House owners and House Property in seventeenth-century Ankara and Kayseri, Cambridge, Cambridge University Press, coll. Cambridge studies in Islamic civilization.

Hill G. R., 1972 (1ère éd. 1952), A History of Cyprus, vol. ıv : The Ottoman province - The British colony, 1571-1948 [éd. par Sir Harry Luke], Londres, Cambridge University Press.

Huhn I., 1989, Der Orientalist Johann Gottfried Wetzstein als preussischer Konsul im Damaskus (1849-1861) dargestellt nach seinen hinterlassenen Papieren, Berlin, Klaus Schwarz Verlag, coll. "Islamkundliche Untersuchungen" 136.

Hutchinson Joseph Turner (sir), Cobham Claude Delaval, 1909, The Handbook of Cyprus, Londres, Edward Stantford, [9e éd.].

Ilbert R., 1996, Alexandrie 1830-1930. Naissance d’une communauté citadine, Le Caire, Ifao, 2 vol.

İnalcık H., 1971, « Imtiyâzât – ii. Empire ottoman», EI2 vol. ııı : 1208-1219.

—, 1997, “ A note on the Population of Cyprus”, Journal for Cypriot Studies 3/1 : 3-11.

Ionas I., 1992, « Pour une ethnoarchéologie chypriote », Epetiris tou Kentrou Epistemonikon Erevnon xıx : 681-735.

Kütükoğlu M. S., 1992, « Tanzimat devrinde yabancıların iktisâdî faaliyetleri » [Activités économiques des étrangers pendant la période des Tanzimat], in Hakkı Dursun Yıldız (dir.), 150. yılında Tanzimat, Ankara, Türk Tarih Kurumu Yayınları : 91-138.

MaranĞou A. G., 2000, Life and Deeds. The Consul Luigi Palma di Cesnola 1832-1904, Nicosie, Popular Bank Cultural Centre.

Pamuk SI., 1994, “Money in the Ottoman Empire, 1326-1914”, in H. Inalcık et D. Quataert (dir.), An Economic and Social History of the Ottoman Empire 1300-1914, Cambridge University Press : 945-985.

Quataert D., 1994, “The Age of reforms 1812-1914”, in H. İnalcık et D. Quataert (dir.), An Economic and Social History of the Ottoman Empire 1300-1914, Cambridge University Press : 759-943.

Schacht J., 1960, “Amân”, EI2 vol. i : 441-442.

Smyrnélis M.-C., 1999, « Européens et Ottomans à Smyrne (de la fin du xvıııe siècle à la fin du xıxe siècle) », in M. Anastassiadou et B. Heyberger (dir.), Figures anonymes, figures d’élite : pour une anatomie de l’Homo ottomanicus, Istanbul, Isis, coll. Travaux du CeRATO n° 4 : 119-133.

Theocharidis I. P. et Andreev, S., 1996, Tragodias 1821 sinechia, Othomaniki pigi gia tin Kipro 1822-1832 [Les suites de la tragédie de 1821, une source ottomane concernant Chypre 1822-1832], Nicosie, Kentro Meleton Ieras Monis Kikkou.

Haut de page

Annexe

Sources : abréviations utilisées

BOA : Başbakanlık Osmanlı Arşivi (Istanbul)

A.MKT. : Bâb-ı ẓlî Sadâret evrakı – Mektubî Kalemi

A.MKT.UM. : Bâb-ı ẓlî Sadâret evrakı – Mektubî Kalemi, Umum Vilâyât

MD : Mühimme Defterleri

ML.VRD.TMT. : Mâliye Nezareti – Temettuat Defterleri

MAE : Ministère des Affaires Étrangères (Paris)

CCC : Correspondance Consulaire et Commerciale

CPC : Correspondance Politique des Consuls

PRO : Public Record Office (Kew)

FO : Foreign Office

Glossaire

Le classement adopté suit l’ordre alphabétique du turc moderne. Par défaut, le sens indiqué s’entend eu égard au vocable administratif ottoman du xıxe s.

defter : registre.

dhimmî : sujet non musulman de l’Empire ottoman.

khâcegân : (pluriel persan de khâce) titre donné aux plus éminents employés de la chancellerie ottomane.

khâne : (sens littéral) maison ; (sociologie de la famille) ménage.

khaṭṭ-ı hümâyûn : (nom commun) rescrit impérial ; (nom propre) édit réformateur promulgué par le sultan le 18 février 1856 ("ıslahat fermanı" en turc moderne).

ḥüccet : document de certification juridique, délivré par un cadi (ou un nâ’ib – voir ce mot).

qaaba : petit centre urbain, bourg.

livâ : district d’une province (eyâlet) de l’Empire.

mażba: procès-verbal de séance d’une assemblée, signé par l’ensemble des membres de celle-ci.

meclis : assemblée.

müste’min : étranger présent dans l’Empire ottoman.

nâ’ib : “suppléant” du juge religieux (cadi) dans une province ou une circonscription de province.

niâm (pl. niâmât) : ordre, régulation, règlement.

re‘âyâ : (sens d’origine) sujet du sultan assujeti à la fiscalité ottomane ordinaire ; au xixe s., le terme ne désigne plus que les sujets non musulmans de cette qualité, et devient équivalent de dhimmî.

tanîmât : (nom commun) mises en ordre, réorganisations ; (nom propre, généralement sous la forme tanîmât-ı khayriyye, “bienheureuses réorganisations”) réformes mises en œuvre par l’État ottoman durant la période 1839-1876.

tapu taḥrîr defterleri : registres de recensement cadastral entrepris par l’État ottoman aux xve-xvie siècles.

Haut de page

Notes

Se reporter en fin d’article pour un glossaire des termes turcs ottomans utilisés (ainsi que pour une liste des abréviations).

1 Le principe de transcription adopté ici est strictement littéral et ne prétend à aucune fidélité phonétique avec la langue du xixe siècle. Les caractères utilisés sont ceux de la translittération arabe préconisée par la revue, à l’exception des lettres dont un équivalent spécifique a été créé en turc moderne.

2 Mon corpus de sources étant de langue turque ottomane, je choisis ici de privilégier les noms de lieux en vigueur dans ces documents.

3 à titre de comparaison, se reporter aux données concernant les principales villes de l’Empire ottoman à cette époque (il s’agit cette fois de chiffres de population totale) : quelque 70 000 habitants à Salonique, 110 000 à Izmir ; Lefkoṣa serait plutôt comparable à Serres et Erzurum (15 000 habitants) ou à Priştina (10 000) (Quataert, 1994 : 781).

4 Le nom Tuzla, en turc ottoman, fait référence aux salines avoisinantes ; le nom grec de la ville, retenu aujourd’hui, est Larnaca ce qui signifie littéralement “urne funéraire”.

5 Précisons démographiquement la dualité : le recensement de 1831 dénombre 1 223 hommes à Tuzla même (274 musulmans et 949 non-musulmans), et 914 à İskele (341 musulmans, 573 non-musulmans) (Baṣbakanlık, 2000 : 120-121). Cependant mes sources ne permettent guère de mener une étude affinée qui distingue de manière significative les deux “hameaux”. Par la suite, sauf mention contraire, j’utiliserai le nom “Tuzla” pour désigner l’ensemble constitué par le “bourg” (qaaba) et son “échelle”.

6 Les rapports adressés au Foreign Office par les consuls britanniques à Larnaca permettent de se faire une première idée du commerce de l’échelle relativement à l’ensemble du commerce extérieur ottoman, dans les années 1840 : la valeur des importations tourne autour de 50 000 £ (contre environ 7 millions pour l’ensemble de l’Empire), celle des exportations se situe dans une fourchette 85-110 000 £ (contre 6 millions) (sources : PRO, FO 78/497, fol. 188-205 ; FO 78/621 vol. 2, fol. 151-161 ; et, sur le commerce extérieur ottoman en général, Quataert, 1994 : 829).

7 cité par Smyrnélis, 1999 : 121 n. 3.

8 La protection (autrement plus insigne que celle des consuls) dont témoigne le sultan à l’égard de ses hôtes étrangers au dâr al-Islâm est traditionnellement désignée par le terme amân (Schacht, 1960 ; İnalcık, 1971). D’où le mot müste’min (musta’min en arabe) utilisé pour qualifier les étrangers présents sur le sol ottoman.

9 Je tiens à remercier Alp Yücel Kaya, qui joua un rôle décisif dans ma découverte des defter-i emlâk aux archives d’Istanbul.

10 BOA, ML.VRD.TMT. 16153, pp. 4-42 et 168-183 respectivement.

11 BOA, MD 248, n° 426 (evâ’il Rebî‘ü-l-âkhir 1247/9-18 septembre 1831). Une autre version du texte (avec une date plus précise : 3 Rebî‘ü-l-âkhir 1247/11 septembre 1831) est disponible en fac-similé dans Theocharidis et Andreev, 1996 : 142-148.

12 « uûl-i qadîme üzere […] her biriniñ ḥiṣṣeleri taarruflarında bulunan emlâk ve arâżileriniñ taḥammülüne göre ta‘dîl ü tesviye şurûuna ri‘âyeten tevzî‘ […] ».

13 MAE, CPC Turquie, Consulats divers, vol. 1, fol. 294 (Bottu à Sebastiani, n° 9, 4 janvier 1832).

14 MAE, CCC Larnaca, vol. 18, fol. 58 (Bottu à Sebastiani, n° 22, 27 avril 1832).

15 MAE, CPC Turquie, Consulats divers, vol. 1, fol. 287 (Bottu à Sebastiani, n° 6, 21 décembre 1831) (c’est le consul qui souligne).

16 Ibid., fol. 294 (Bottu à Sebastiani, n° 9, 4 janvier 1832) (c’est le consul qui souligne).

17 MAE, CCC Larnaca, vol. 18, fol. 59 (Bottu à Sebastiani, n° 22, 27 avril 1832).

18 Ibid., fol. 1 (Bottu à Sebastiani, n° 9, 10 janvier 1832).

19 MAE, CPC Turquie, Larnaca, vol. 1, fol. 177.

20 Ibid., fol. 183 (Darasse, n° 8, 26 juin 1859) et fol. 257 (du Tour à de Moustier, n° 57, 17 janvier 1862). L’identité du consul de Prusse est donnée en BOA, ML.VRD.TMT. 16153, fol. 176.

21 MAE, CCC Larnaca, vol. 18, fol. 57 (Bottu à Sebastiani, n° 22, 27 avril 1832) ; et CPC Turquie, Larnaca, vol. 1, fol. 171.

22 MAE, CPC Turquie, Consulats divers, vol. 1, fol. 409 (Bottu à Sebastiani, n° 5, 10 juin 1832).

23 BOA, ML.VRD.TMT. 16153, fol. 168 : “kendi mülki olaraq” s’oppose en effet à “îcâr üzere iqâmet”.

24 Ibid. : « Frânsız qonsolosı esbâqı [sic] paşanıñ uzla iskelesinde olan khânesinde ».

25 MAE, CCC Larnaca, vol. 18, fol. 11 (annexe à la lettre de Bottu à Sébastiani, n° 9, 10 janvier 1832).

26 Ibid., fol. 1 (Bottu à Sebastiani, n° 9, 10 janvier 1832) (souligné dans l’original).

27 N’allons pas en déduire que la construction en pierre était fait exceptionnel à Chypre : Ioannis Ionas (1992) en a au contraire souligné le caractère courant dans certaines régions de carrières, telle celle de Paphos (Baf).

28 Piémontais d’origine, l’homme s’est expatrié aux États-Unis, où ses bons services militaires pendant la guerre de Sécession lui ont valu la naturalisation (Marangou, 2000 : 147-48).

29 MAE, CPC Turquie, Larnaca, vol. 1, fol. 121 (Saintine à Walewski, n° 2, 13 septembre 1856).

30 Ibid., fol. 177 (lettre des “Français notables de Chypre” à Napoléon III, 28 mai 1859). De même pour la citation suivante.

31 BOA, A.MKT. 28/67 : « aşralarda vâqi‘ ehl-i islâm ve re‘âyâ emlâkiniñ müste’min â’ifesi üzerlerine ve ehl-i islâm emlâkinden dakhî dekâkîn ve besâtînden mâ‘adâsınıñ re‘âyâ ‘uhdelerine geçürilmemesi niâmâtı ».

32 BOA, A.MKT. 58/5 (h. 1262/1846-47) : « Qıbrıs cezîresi sevâḥilinde vâqi‘ iskelelerde müste’min â’ifesiniñ istimlâk-ı emlâk ve menâzil ile tavaṭṭun itmeleri ve re‘âyâ-yı devlet-‘aliyyeden qız alub virmeleri memnû‘ iken â’ife-i medhkûreniñ khuûât-ı muḥarrereye cür’et itmekde olduqları […] ». L’emploi du pluriel “les échelles” renvoie au rôle commercial du port de Leymosûn qui, à en croire les sources consulaires, demeure néanmoins très inférieur à celui de Tuzla.

33 I. Huhn (1989 : 254) signale une autre pratique de contournement matrimonial de la loi ottomane juste avant 1856 : le consul de Prusse à Damas, Johann Gottfried Wetzstein, acquiert des biens fonciers par l’intermédiaire de son épouse Ernestine. Du seul point de vue du droit foncier (c’est-à-dire qu’elle conserve par ailleurs les privilèges de sa nationalité” prussienne), celle-ci passe alors pour une re‘âyâ aux yeux des autorités ottomanes.

34 Cité par Béraud, 1990 : 105-106.

35 Source : BOA, A.MKT.UM. 206/2. Ma lecture des principaux noms de personnes cités dans le document a tenté de concilier le vraisemblable et le littéral, mais reste très réservée : cas typique du sort réservé aux noms propres dans les archives (ottomanes ou consulaires) de l’époque, leur orthographe demeure éminemment fluctuante selon les occurrences. Ainsi notre “Afrûla” se lit plutôt, au premier coup d’œil, “Aqlûda”. En l’état, cette lecture ne correspond à aucun prénom connu qu’il soit d’origine grecque ou italienne , le plus proche serait éventuellement, côté italien, « Flora ».

36 Giuseppe Pascotini connaît par la suite un bel avenir sous la protection autrichienne : en 1908, on le découvre vice-consul d’Autriche-Hongrie, en charge également des intérêts allemands (voir Hutchinson, Cobham, 1909 [9e éd.] : 117).

37 « […] bu khâneniñ qapu khalqasını [sic] utub vekîl-i merqûma teslîm itdigini […] ifâde ü beyân birle edâ-yı şehâdet itmiş olduqları ».

38 « […] merqûme dakhî bi-t-ab‘i zevcine teba‘iyetiyle devlet-i müârünileyhâ teba‘asından bulunmaq cihetle […] ».

39 Une fois prise en considération la dévalorisation de la piastre entre les années 1830 et 1850 (une perte de près du quart de sa valeur) (Pamuk, 1994 : 967-968).

40 BOA, A.MKT.UM. 206/2 : « her ne-qadar pederi Amerîqâ devleti qonsolosı ve zevci merqûm dakhî Avusturyâ devleti teba‘asından ise de vâlidesi re‘âyâ-yı devlet-i ‘aliyyeden Frâncesqo’nuñ qızı Qaterîna olmaq ve vâlidesine teba‘iyetle kendüsi dakhî bi-t-ab‘i devlet-i ‘aliyye teba‘asından bulunmaq ve bu mâdde mülke dâ’ir mevâdd-ı dâkhiliyyeden olaraq şer‘en görülecek khuûâtdan olmaq cihetleriyle qançellârya-ı medhkûreye mürâca‘at itmedigini der-miyân eylemiş ».

41 Ibid. : « Avusturyâ qonsolosuna kelimât-ı münâsebe ve mülâyeme serd olunmuş ise de iqnâ‘ olunamamış ».

42 Telle celle que suscite, en 1846, le projet du consul de France de faire bâtir, sur un terrain réputé appartenir à un re‘âyâ, un établissement où les enfants des consuls et de leurs protégés recevraient un enseignement en français : BOA, A.MKT. 42/90 (11 Rebîü-l-âkhır 1262/8 avril 1846).

43 Ce n’est cependant qu’en 1858 qu’est officialisée, dans les articles 110 et 111 du nouveau code foncier ottoman, l’interdiction de toute transmission foncière entre des ascendants et des descendants ne partageant pas le même statut de sujet ottoman (Barkan, 1940 : 391 ; Kütükoğlu, 1992 : 117).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Aymes, « À l’échelle de Chypre : “Européens indigènes” et réformes ottomanes au xixe siècle », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 107-110 | septembre 2005, mis en ligne le 11 janvier 2012, consulté le 30 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/2817

Haut de page

Auteur

Marc Aymes

Iremam-Université de Provence.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page