Navigation – Plan du site
III. L'enjeu immobilier

Les Grecs d’Istanbul après la conquête ottomane.

Le repeuplement de la ville et de ses environs (1453-1550)1
The Istanbul Greeks after the Ottoman conquest.The repopulation of the city and its surroundings (1453-1550).
Stéphane Yerasimos
p. 375-399

Résumés

La tradition, et parfois même l’historiographie récente, se plaisent à imaginer une continuité quasi ininterrompue dans la communauté grecque-orthodoxe de la capitale ottomane depuis la conquête jusqu’au début du xxe siècle. Les sources disponibles semblent toutefois indiquer une réalité différente. Le repeuplement de la ville après 1453, se fait pratiquement à partir de zéro, dans le cadre d’une politique qui entend donner un aspect multiconfessionnel à la ville. Parmi les non musulmans, l’élément grec orthodoxe reste prédominant, comme il apparaît du dénombrement de 1478 qui marque la fin du repeuplement. Cette population baisse toutefois considérablement, aussi bien en chiffres absolus qu’en pourcentage de la population totale pendant la première moitié du xvie siècle. Ainsi, le siècle qui suit la conquête de la ville paraît assez atypique par rapport à l’évolution ultérieure de la communauté grecque-orthodoxe et l’extrapolation vers l’arrière faite à partir des données du xviie et du xviiie siècle ne semble pas correspondre à la réalité, aussi bien en ce qui concerne le poids démographique que l’importance économique de cette communauté.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article est une version revue, remaniée et augmentée d'un travail précédemment paru sous le tit (...)
  • 2 Ca’fer Çelebi fait dire à Mehmed II, exhortant ses soldats le matin de la conquête : « La terre et (...)

1Y a-t-il eu rupture dans la population de Constantinople avant et après la conquête ottomane de 1453 ? La prise de la ville par la force a privé ses habitants aussi bien de leur liberté personnelle que de toute capacité de posséder des biens. Les biens immeubles ainsi que le sol urbain devenaient propriété du souverain, les biens meubles et les personnes restaient à la disposition de l’armée conquérante, le sultan se réservant le droit de conserver un cinquième des prises dans cette deuxième catégorie2.

  • 3 Doukas (XLII,2) raconte que le cinquième jour après la conquête de la ville, c’est-à-dire le 2 juin (...)

2Font exception les membres de la colonie génoise de Péra, située sur la rive nord de la Corne d’Or. Rendus à Mehmed II les premiers jours de juin 14533, ceux-ci reconnaissent être désormais sujets du sultan et soumis au versement de la capitation. En échange de cette reddition, ils conservent le statut d’hommes libres et la jouissance de leurs propriétés. Ils bénéficient aussi de quelques privilèges concernant notamment la gestion de leur communauté et de leurs églises (Inalcık, 1991).

  • 4 Les deux chroniqueurs officiels de Mehmed II, Kritovoulos (A73.4) et Tursun Beg (fol. 54 v.), affir (...)
  • 5 « Ils ont pillé pendant trois jours. Après le troisième jour, ils ont interdit le pillage » (Oruç B (...)

3L’ensemble des chroniqueurs contemporains font état de la volonté du sultan de repeupler immédiatement la ville4. Sphrantzès écrit que le troisième jour de la conquête, c’est-à-dire après la fin des trois jours réglementaires de pillage5, Mehmed II ordonna que tous ceux, petits ou grands, qui s’étaient cachés dans les recoins de la ville sortent, qu’ils soient libres et que personne ne les importune. De la même façon, il prescrivit que tous ceux qui s’étaient enfuis pourraient revenir et vivre chez eux selon leur religion et leurs coutumes (Sphrantzès, Lib. III, Cap. XI ). Ainsi, ceux qui n’avaient pas été faits prisonniers pendant les trois jours où la ville était livrée aux soldats, demeuraient des hommes libres.

4Kritovoulos ajoute que le sultan a installé sa part de captifs, avec femmes et enfants, sur la rive à côté du port. Ceux-ci étaient des marins et se faisaient auparavant appeler Stenites (A73.5). Le nom de Stenon (étroit) était donné à la partie la plus étroite de la Corne d’Or où se faisait le passage d’une rive à l’autre. Les Stenites étaient probablement des passeurs regroupés à proximité de la concession vénitienne, près de la Porta Pescaria (Balıkpazarı). D’après le même Kritovoulos, Mehmed II souhaitait repeupler la ville – pour une bonne part – avec ses anciens habitants. La réinstallation des Stenites au bord de la Corne d’Or allait dans ce sens. Dans le même objectif, le sultan annonça que ceux qui s’acquittaient de leur rançon dans un délai défini pourraient rester à Istanbul et habiter même leurs propres maisons : un appel qui s’adressait à l’évidence aux habitants aisés de la ville, capables de payer les sommes dues. En même temps, le souverain ottoman encourageait ses proches et les dignitaires du régime à y élire domicile, en leur offrant des belles maisons, des jardins et des églises (A73.4).

  • 6 L’empereur a été tué au combat le jour de le conquête. A73.6-7.

5Désireux de maintenir à Istanbul certains membres de l’aristocratie byzantine, Mehmed II prévoyait de nommer gouverneur de la ville, avec la charge de la repeupler, le grand duc Lucas Notaras, deuxième personnage après l’empereur dans l’Empire byzantin6. Mais son entourage réagit vivement. Une telle décision, lui fut-il objecté, comportait le risque de voir, tôt ou tard, la ville à nouveau entre les mains des Byzantins. Le sultan dut se rendre à cet argument et exécuter Notaras et ses deux fils. Kritovoulos attribue ce revirement au grand-vizir Çandarlı Halil Pacha, qui fut d’ailleurs emprisonné rapidement après la conquête et également exécuté quelques mois plus tard (A73.8-13, 76.1-2).

6Même s’il y a eu – comme le soutient Kritovoulos – le projet de faire revenir les anciens habitants, celui-ci a fait long feu, quelques jours seulement après la conquête. Le 18 juin, Mehmed II part pour Edirne, sa capitale, après avoir nommé comme gouverneur militaire (subaşı), Karıştıran Süleyman Bey, chargé entre autres d’organiser le repeuplement. Une mesure importante est prise alors dans ce but. Selon Ca’fer Çelebi, tous ceux parmi les habitants des territoires ottomans qui auraient souhaité s’installer à Constantinople, seraient libres d’y choisir une maison à leur convenance et d’en demander un permis à Süleyman Bey en vue d’un titre de propriété qui leur serait accordé par le souverain (Ca’fer Çelebi, 1331 : 24). À son départ, le Conquérant n’avait transformé en mosquée – comme le précise Doukas (XLII.3) – qu’une seule église, Sainte-Sophie ; les autres restaient inoccupées.

  • 7 « Mais, cette classe qui constitue le pilier des villes – c’est-à-dire les négociants possédants – (...)
  • 8 Cela ressort du passage suivant d’Aşıkpaşazâde (Ch.124) : « Quand le sultan Mehmed Han Gazi conquit (...)

7Revenu à Constantinople en automne, Mehmed II a pu constater que le repeuplement n’était pas en bonne voie : ce n’était pas des gens de « qualité souhaitable », pour reprendre l’expression de Tursun Beg, qui s’installaient dans la ville7. Il fut alors décidé de procéder à un peuplement forcé au moyen de déportations8. Kritovoulos précise que parmi les déportés il n’y avait pas seulement des chrétiens, mais aussi des musulmans ainsi qu’un grand nombre de juifs (B.1.1).

  • 9 Recopiée en 1578 par Théodosios Zygomalas, publiée dans Martinus Crusius, Turcogræciæ, 1584 : 13.
  • 10 Başbakanlık Osmanlı Arşivi (BOA.), Tapu Tahrir (TT) 210 et TT 240.

8Des sources et indications éparses nous permettent de reconstituer partiellement leurs origines. L’Histoire politique de Constantinople9 donne ainsi les noms des bourgades d’où furent déportées des populations grecques : Agathopoli, Messimvria, Silimvria, Iraklia, Panadhos, Orestias, se trouvent en Thrace, les deux premières sur le littoral de la mer Noire, les trois autres au bord de la mer de Marmara. À l’exception d’Orestias (située sur la rive droite de la Maritza au sud d’Edirne), qui était ottomane depuis près d’un siècle, elles ont été conquises la même année que Constantinople. On peut penser que le nombre de déportés originaires de ces petites localités était assez limité : aucune trace de ces communautés n’apparaît, un siècle plus tard, dans les registres de la capitation de 1540 et 154410.

  • 11 Cinq d’entre elles sont originaires d’Anatolie : Ayasolug (Ephèse), Tire, Eǧridir, Borlu et Antalya (...)
  • 12 Eliyah Kapsali, Seder Eliahu Zita cité par Joseph Hacker : 6-7.
  • 13 Izdin (Lamia) (100), Thessalonique (92), Nikboli (83), Kastorya (76), Karaferya (Verroia) (54), Tir (...)

9En revanche, dans ces mêmes registres, on trouve recensées une quarantaine de communautés juives originaires de villes conquises bien avant Constantinople11. Citons à cet égard le neveu du grand rabbin de la ville Kapsali (m.1496) qui affirmait que les Juifs des différentes villes ottomanes avaient répondu favorablement à l’appel du sultan à venir habiter Constantinople ce qui avait porté à quarante le nombre des communautés juives de la ville12. Telles qu’elles figurent dans les registres du xvie siècle, ces communautés sont petites et il n’y a pas de raison de penser qu’elles pouvaient être sensiblement plus grandes au moment de la déportation. Une seule, celle d’Edirne dépasse la centaine d’hommes adultes imposables avec 116 personnes, six comptent entre 51 et 100 personnes13 et les autres restent en dessous de ce chiffre.

  • 14 Poème d’Abraham Ankivrats, Colophons of Armenian Manuscripts (1301-1480), Harvard University Press, (...)

10Quant à la communauté arménienne, une lamentation sur la chute de Constantinople nous apprend la déportation de quatre Arméniens à partir d’Ankara14. Les déportations des années 1453 et 1454 semblent donc avoir affecté de petits nombres, du moins en ce qui concerne la population non musulmane.

  • 15 D’après Kritovoulos (B.3.1-3), Mehmed II quitta en janvier-février 1454 Constantinople pour Bursa p (...)

11La situation n’était probablement pas différente dans le cas des musulmans. Ayant fait le choix de la qualité et peu intéressé par le grand nombre, Mehmed II a voulu déporter des négociants depuis Bursa, ce qui suscita des oppositions violentes15.

12En même temps, il s’est agi de créer un cadre d’accueil susceptible d’enraciner les déportés dans leur nouveau milieu. Plusieurs synagogues, qui portent le nom de communautés installées à Constantinople en ces années, comme celle d’Ohrid ou de Kastorya, datent sans doute de cette époque. Toutefois, l’acte le plus important dans cette direction fut assurément le rétablissement du patriarcat grec orthodoxe. Mehmed II avait enquêté dès l’été précédent, durant son séjour à Edirne, sur une personne – de préférence anti-unioniste – capable de se mettre à la tête des chrétiens orthodoxes. Le nom de Georges Scholarios lui avait été suggéré par son entourage. Celui-ci s’était fait prisonnier et se trouvait dans un village près d’Edirne. Le sultan l’a fait aussitôt racheter et emmener à Constantinople. Scholarios fut intronisé le 6 janvier 1454 avec le nom de Ghennadios II (Kritovoulos B.2.1-2). Le sultan l’installa aux Saints-Apôtres, puisque Sainte-Sophie, le siège précédent du patriarcat, avait été transformée en mosquée. Mais d’après Sfrantzès, ce lieu était désert et la découverte un matin dans la cour du corps d’un Turc décida le patriarche à se retirer dans l’église de Pammakaristos, dans un quartier chrétien. Pammakaristos étant alors occupée par un monastère des femmes, celles-ci se déplacèrent dans l’église voisine de Saint-Jean Baptiste, et l’église de la Vierge fut affectée au patriarcat grec-orthodoxe (Sfrantzès, Lib. III, Cap. XI ). Ce témoignage est intéressant à plusieurs titres : il indique notamment que le couvent des nonnes de Pammakaristos et le quartier chrétien qui l’entourait avaient pu traverser la période trouble des lendemains de la conquête.

  • 16 BOA., TT 1086.
  • 17 Le registre TT 1086 a la particularité de recenser nominativement femmes et enfants et pas seulemen (...)

13En été 1454, Mehmed II part en campagne contre la Serbie. Il assiège Smederevo et prend quelques villes aux environs. Il y fait un grand nombre de prisonniers qu’il compte utiliser pour peupler les environs de Constantinople. Doukas évalue à 4 000 hommes et femmes les personnes déportées à cette occasion. Une chronique anonyme turque précise que la majorité des non musulmans des alentours de la ville sont issus de cette déportation (Doukas, XLII (11) et Anonyme de Giese, 111). Si les habitants de Constantinople ont un statut d’hommes libres et sont même parfois exemptés de certaines redevances, ceux qui sont dispersés dans les villages de la grande banlieue européenne de Constantinople conservent leur statut servile. Métayers, il doivent verser la moitié de la récolte aux greniers de l’État. Sur 180 villages de métayers (ortakçı) recensés en 1498 dans les environs de la ville16, 110 sont chrétiens. Les habitants d’une quarantaine d’entre eux portent exclusivement ou majoritairement des noms slaves et semblent être les descendants des déportés de la campagne de 1454. Ils totalisent, femmes et enfants compris, environ 2 500 personnes17. Nous reviendrons plus loin sur la répartition de cette population dans les villages. D’après Kritovoulos (B.22.2), qui reste laconique sur ces déportations vers les environs de la ville, la colonisation de la campagne constantinopolitaine avait le double objectif de fournir la ville en denrées et d’assurer la sécurité des routes qui y menaient.

  • 18 Témoignages recueillis par Hacker, 11-12. Les registres de 1540 et de 1544 précisent que les commun (...)

14Les déportations vers Constantinople continuent durant toute l’année 1454 et pendant une partie de l’année suivante. Kaleb Afendopoulo et Shabbetai ben Eliyah rapportent que les juifs karaïtes de Pravadi et d’Edirne sont déportés en 145518. Ces déportations, opérées à partir des villes annexées depuis longtemps aux territoires ottomans, ne pouvaient pas avoir le caractère expéditif de celles menées dans des lieux fraîchement conquis, où le statut personnel des gens était en situation transitoire. Les fonctionnaires locaux, comme en témoigne Aşıkpaşazâde, devaient enquêter, établir des listes, écouter des doléances, ce qui allongeait la procédure et limitait le nombre.

15Un autre obstacle apparaît à l’arrivée des déportés. L’occupation désordonnée des bâtiments et des terrains pendant la première période incitative gêne l’installation des nouveaux venus. Mehmed II, qui avait passé l’hiver 1454-1455 à Edirne et était reparti en Serbie, demande, vers le printemps 1455, à Cebe Ali Beg, gouverneur de Bursa, d’effectuer un recensement des maisons de la ville et de ses habitants. Le bruit se répand aussitôt que le souverain a l’intention de dissocier la propriété du sol, qui lui appartiendra, de celle du bâti déjà accordée aux premiers occupants. Le mécontentement est vif et un grand nombre de personnes quittent la ville et rentrent chez elles. L’entourage du sultan explique que, mise en place aux lendemains de la conquête, cette mesure avait comme finalité de limiter les occupations abusives et que dorénavant chacun pourrait conserver les immeubles pour lesquels il paierait le loyer du sol (Tursun Beg fol. 56v.-57r.).

  • 19 Le 12 décembre 1455 pour Galata, Inalcık, 1991 : 17-105.
  • 20 Témoignages d’Aşıkpaşazâde (Ch. 124) et de Nesri, Ed. Taeschner, 1951 : 181-182.
  • 21 Les premières affectations d’immeubles au vakf de Sainte-Sophie datent de l’année d’hégire 861 (nov (...)
  • 22 Kritovoulos (B.10.2) place la décision d’édifier le Vieux Bezesten à l’automne 1455.

16Le recensement se termine à la fin de l’année 145519. Il fait plus de mal que de bien et semble remettre sérieusement en cause le peuplement de la ville20. Doukas relate qu’au retour de Mehmed II dans la ville, en automne 1455, le monastère de Pantocrator, qui deviendra peu de temps après la medrese de Zeyrek, est affecté aux foulons et aux savetiers, et que des derviches s’installent dans le monastère des Manganes (Doukas, XLII, 13). Au courant de l’année 1456, le souverain se ravise et accorde alors de nouveau la pleine propriété du bâti et du sol aux occupants. Désireux toutefois de se réserver la partie la plus commerçante de la ville, il lègue à la fondation pieuse constituée au profit de Sainte-Sophie21 le secteur autour du marché couvert (Bezesten) qu’il venait d’édifier22 ainsi que les bords de la Corne d’Or.

17Ces tergiversations portent un coup au peuplement de la ville qui progresse déjà très lentement. Mehmed II s’impatiente et cherche à accélérer le processus d’autant plus que ces mêmes années, en 1458-59, il annonce sa décision de faire d’Istanbul la nouvelle capitale ottomane. Même si telles étaient ses intentions depuis la conquête, le sultan ne s’était pas exprimé ouvertement craignant sans doute la réaction des religieux qui ne voulaient pas s’installer dans cette ville infidèle que les récits populaires vouaient à la destruction (Yerasimos, 1990). Les premières années de l’occupation sont placées sous le signe de l’hésitation : on notera notamment la construction d’un palais au centre de la ville, à l’emplacement de l’ancien forum théodosien, ou l’installation du patriarcat grec aux Saints-Apôtres. L’année 1459 marque un tournant. Mehmed II décide de bâtir un nouveau palais sur le site de l’antique acropole de Byzance : ce sera le palais de Topkapı. Il démolit l’église des Saints-Apôtres pour y construire la mosquée Fatih et son complexe. D’autres hommes d’État suivent son exemple : la même année, le grand vizir Mahmud Pacha commence l’édification de sa propre mosquée (Kritovoulos, C.11.3-7, C.12.1-2).

  • 23 Voir également Sphrantzès (Lib. IV, Cap. XV) qui précise que la ville fut livrée au sultan.
  • 24 D’autant plus que la tradition selon laquelle cette église fut fondée, après son veuvage, par une f (...)
  • 25 Codex Barberinus Græcus 111, VII/45. La place citée à cette occasion sous la forme Akriba dans le t (...)

18Ces années marquent aussi le début des déportations massives et coïncident avec la première campagne de la Morée, en 1458. Pendant cette expédition sont conquis le sud de l’Épire et le nord du Péloponnèse. Doukas évalue à 2 000 le nombre des familles déportées à cette occasion vers Constantinople (Doukas, XLV, 12). Kritovoulos (C.11.1) précise que ceux qui avaient un métier ont été installés en ville, les autres dans la campagne environnante. Ce sont probablement ces derniers qui ont formé les villages aux noms grecs et albanais que l’on trouve dans le recensement de 1498. Parmi eux, le village d’Eksastili, nommé autrement Zekeriya Burgas ; il correspond à celui appelé Pyrgos au xixe siècle et Kemerburgaz aujourd’hui et est signalé dans le registre de 1498 comme entièrement composé de déportés d’Angelokastron. Grâce à une brève chronique anonyme de 1460, nous savons qu’Angelokastron, au sud de l’Épire, fut bien conquise en 1458 (Schreiner, 1975). Par ailleurs, Kritovoulos mentionne (C.4.4) la prise, lors de cette même campagne, de la ville de Tegea, dont le nom, précise-t-il, à son époque était Moukhlion23. Faut-il penser que la Vierge de Moukhlion du quartier du Phanar doit son nom à ces déportés et non pas — comme il est admis — à une déformation du nom de Sainte-Marie de Mongols (Maghouliotissa)24 ? Quant à la procédure de la déportation, une chronique anonyme grecque25 nous apprend comment les assiégés des villes du Péloponnèse négociaient le choix entre la captivité et la déportation vers Constantinople.

  • 26 Kritovoulos (C.11.2) et Aşıkpaşazâde, qui place la prise de la ville en 1460, (Ch. 132) précisent q (...)
  • 27 Il s’agit essentiellement des communautés d’Ankara (76 hommes adultes imposables en 1540), Istanos (...)

19Désormais, les conquêtes seront suivies par des déportations massives. En 1459, Amastris (Amasra) est prise et les notables sont déportés vers Istanbul26. Cette même année, commencent aussi, selon Kritovoulos (C.11.2), des déportations d’Arméniens venant d’Anatolie. C’est donc à partir de 1459 qu’a lieu la déportation de populations de villes déjà conquises et recensées dans les registres de 1540 et 154427.

  • 28 Kritovoulos raconte (C.24.4) qu’au retour de l’expédition du Péloponnèse de 1460, au cours de laque (...)

20À la fin de 1459, Mehmed II, qui passe l’hiver à Constantinople, organise la déportation de prisonniers ou de ceux qui s’étaient enfuis avant la conquête et avaient trouvé refuge dans les provinces (Kritovoulos, C.17.3). Il ordonne encore que les populations de lieux conquis auparavant mais n’ayant fait l’objet d’aucune mesure de déplacement soient également déportées. C’est le cas des deux Phocées, conquises en 1455. Selon Kritovoulos (C.17.4), leurs populations respectives ne furent déportées qu’en 1459. En 1540, la communauté de la Nouvelle Phocée (Yenice Foça) comptait 68 hommes adultes, celle de la Vieille Phocée (Karaca Foça) 116. Toujours d’après Kritovoulos (loc. cit.), cette même année 1459, le sultan envoie le commandant de sa flotte, Zaganos Pacha, à Samothrace et à Thasos, respectivement conquises en 1455 et 1456, afin qu’il y organise la déportation des habitants vers Constantinople. 20 personnes originaires de Thasos et 43 de Samothrace figurent dans le registre de 1540. Les déportations à partir de l’île de Lemnos dont la communauté compte 7 membres en 1540 et 10 en 1544 datent probablement aussi de cette époque28.

  • 29 VII/55. Le même texte mentionne la déportation de dix familles de notables à partir d’Athènes.
  • 30 En revanche, le village de Kemer Arnavud, situé dans les environs de la ville, est entièrement comp (...)

21En 1460, le sultan fait sa seconde campagne du Péloponnèse qui entraîne de nouvelles et nombreuses déportations. Le Codex Barberinus mentionne le chiffre de 10 000 personnes déportées de la région de Mégalopolis et du Navarin29 et partagées entre la ville et ses environs. Nous ne savons pas si les 2 000 familles déportées, d’après Doukas, en 1458 en font partie ou non. Au total, le nombre des métayers grecs et albanais dans les villages des environs de Constantinople s’élève à quelque 4 000 personnes. Il est peu probable que ceux-ci aient été installés – même pour partie – dans la ville : en effet, dans les registres de 1540 et 1544, il n’y a pas de trace des communautés originaires des régions conquises en 1458 ou 146030. On y trouve en revanche une communauté juive de Mistras (Mizistra) – bourgade conquise en 1460 –, totalisant 33 hommes adultes en 1540.

  • 31 Kritovoulos mentionne 1 500 garçons recrutés dans la ville et sa périphérie en plus des familles no (...)
  • 32 Un des villages de la banlieue d’Istanbul, celui de Maçukat (l’actuel quartier de Maçka, au nord de (...)

221461 : le sultan part à la conquête de Trébizonde. Différents auteurs se réfèrent aux déportations opérées à partir de cette ville et ses environs31. Le registre de 1540 mentionne une communauté grecque (rum) de Trabzon, composée de 97 contribuables et une autre, arménienne, originaire de la même ville comptant 18 hommes adultes. Dans le même registre, figure aussi une communauté juive de Sinop, ville conquise au cours de la même expédition, totalisant 24 personnes astreintes à la capitation32.

23L’année suivante, Mehmed II occupe l’île de Mytilène et déporte le tiers de la population de son chef-lieu (Kritovoulos, D.12.9-10). La communauté de Mytiléniens est en 1540 la plus importante des communautés grecques de la ville. Ses 136 membres imposables sont répartis à travers onze quartiers de Constantinople et de Galata.

  • 33 Kritovoulos E.2.2-4 ; Chronique courte anonyme n. 33, in Schreiner, 1975.

241463 est la première année d’une longue guerre entre Venise et les Ottomans. Mahmud Pacha occupe la ville d’Argos le 3 avril, le dimanche des Rameaux. Déportée vers Constantinople le lundi 23 juillet, l’ensemble de la population se voit installée autour de l’église de Périvleptos (Sulu Manastır)33. En 1540, elle se trouve toujours au même endroit et compte 83 hommes adultes. Mais l’église de Périvleptos avait été entre temps affectée à la communauté arménienne déportée de Bursa en 1461.

  • 34 Davud Pacha fut gouverneur de Bosnie de 1479 à 1481. Quant aux déportations menées par Terkim Isken (...)

25Cette même année 1463, Mahmud Pacha part aussi en campagne contre la Bosnie, occupe la place forte de Boboca et expédie ses habitants dans les environs d’Istanbul. Ceux-ci forment quatorze villages qui en 1498 totalisent un millier d’âmes, femmes et enfants compris. S’ils sont d’origine bosniaque, ils ne proviennent pas tous de cette même vague de déportation. Qualifiés de « déportés d’Iskender Pacha » ou de « déportés de Davud Pacha », certains d’entre eux avaient été emmenés à l’époque où ces deux personnages étaient gouverneurs de Bosnie34.

26Enfin, en 1466, Mehmed II revient, selon le témoignage de Kritovoulos (E.12.7), de sa campagne d’Albanie avec un certain nombre d’Albanais. Ceux-ci ont dû sans doute être installés dans des villages périphériques, les registres de 1540 et 1544 ne contenant guère de noms albanais.

  • 35 Il existe toutefois au moins trois villages bosniaques catholiques parmi les villages des déportés (...)

27Jusqu’à cette date – treize ans après la conquête – les déportations à grande échelle, qui débutent en 1458, concernent pour l’essentiel des populations non musulmanes et surtout celles de confession grecque orthodoxe (qu’elles soient grécophones, albanophones ou slavophones)35. La raison est simple : les déportations de ces années se font, lors de leur conquête, à partir des régions habitées par des grecs. À côté de ces opérations qui se déroulent dans le sillage des expéditions militaires, il y a aussi les déportations à partir de lieux déjà conquis précédemment et également peuplés de grecs orthodoxes : nous avons déjà cité les cas des deux Phocées et des îles du nord de la mer Égée. Il est à noter que, pour cette même période, nous ne disposons d’aucun élément concernant des déportations de populations musulmanes.

28Durant l’été 1467, alors que le sultan se trouve en Albanie pour sa deuxième campagne, une terrible épidémie de peste, la première après la conquête, s’abat sur Constantinople. Kritovoulos nous laisse un témoignage apocalyptique en mentionnant 600 morts par jour (Kritovoulos : E.17.1-4 ; Hoca Sa’düddin : 93-94). Il est probable que dans ces conditions dramatiques le peuplement de la ville ait été à nouveau compromis. La nouvelle situation nécessite de nouvelles mesures.

  • 36 Il est même possible, si on considère les accusations portées par l’Anonyme de Giese au sujet du tr (...)

29Lorsqu’en 1468 les territoires de l’émirat de Karaman tombent, à leur tour, entre les mains des Ottomans, une vaste déportation à partir de Konya et de Larende est organisée. Aşıkpaşazade, qui cite l’événement, note avec indignation que la mesure avait touché aussi des populations musulmanes, ce qui semble constituer une première – du moins à grande échelle (Aşıkpaşazâde : Ch.143 et 124). Selon ce même auteur, derrière cette opération on aperçoit les sombres desseins du grand vizir Rum Mehmed Pacha, qui venait de succéder à Mahmud Pacha. Mehmed II profite de ce climat troublé par la peste et les nouvelles vagues de populations pour revenir à nouveau sur sa décision d’accorder aux arrivants la pleine propriété du bâti et du sol. Il se réserve la nue-propriété de ce dernier, et exige désormais un loyer aux propriétaires du bâti. Aux yeux de Aşıkpaşazade, c’est encore le même Rum Mehmed Pacha qui est l’instigateur de ce revirement du souverain. L’historien des Karamanoǧlu, Şikâri, note que les membres de 30 000 foyers musulmans et 7 000 chrétiens ont été déportés depuis Karaman vers Constantinople. Même s’il précise que la plupart d’entre eux s’enfuirent trois ans plus tard pour rentrer chez eux, il n’en reste pas moins que cette estimation est hautement exagérée (Şikâri’nin Karaman oǧulları tarihi :197). Les déportés musulmans du Karaman marqueront par leur nom les quartiers de Büyük et Küçük Karaman, situés de part et d’autre de la mosquée Fatih, en cours de construction lors de la déportation36.

30Les musulmans de Konya et de Larende ne sont pas les seuls à prendre la route de la nouvelle capitale ottomane. En 1471, une partie des habitants d’Aksaray, ville d’Anatolie centrale dans le domaine des Karamanoglu (Aşıkpaşazâde : Ch. 146) conquise l’année précédente, sont installés dans l’ancien Forum du Bœuf qui prit le nom d’Aksaray (Ibrahim Hakkı Konyalı , 1974 : 465-474).

  • 37 Ce qui pourrait être interprété comme « Karamaniens ayant la même religion que les Arméniens », c’e (...)

31En ce qui concerne les chrétiens déportés de Karaman, ils correspondent probablement à ceux que l’on trouve, dans le recensement de 1478, désignés comme « Karamaniens sous aspect arménien » (Karamanlı be-şekl-i Ermeni)37 et totalisant 384 foyers. Il s’agit, ainsi que le précisent les registres de 1540 et de 1544, de communautés originaires des villages des environs de Lârende.

32Les conquêtes effectuées à l’ouest continuent d’apporter leur lot de déportés. Le vicentin Giovan Maria Angiolello raconte la longue marche des captifs vers Constantinople au lendemain de la prise d’Eubée en 1470. Les inventaires de 1540 conservent les traces de ces populations : on y trouve notamment 33 foyers grecs et 55 foyers juifs, dont les membres semblent originaires de cette île (Reinhard, 1913 : 2-40).

33C’est probablement entre cette année 1470 et la campagne de 1473 contre le souverain des Moutons blancs, Uzun Hasan, que Mehmed II fait venir à Constantinople une tribu turkmène nomade. Il s’agit des Akçakoyunlu qui vivaient dans la région de Yozgat (Bozok). Cette déportation ne figure à notre connaissance dans aucune chronique. Il n’empêche que le recensement de 1498 mentionne plus de 3 000 Akçakoyunlu répartis à travers 53 villages des environs d’Istanbul.

34En 1472, le sultan établit la fondation pieuse de son complexe religieux, dont la mosquée est terminée depuis janvier 1471. Dans l’acte fondateur sont réunis, outre le complexe de Fatih, la mosquée-medrese de Zeyrek (monastère de Pantocrator), la mosquée-imaret dite Eski imaret (monastère du Christ Pantepopte), la zaviye (couvent) des derviches de l’ordre des Kalenderi’s dite Kalenderhâne (église de Kyriotissa) et l’église de San Domenico à Galata, devenue l’Arab cami’i. Pantocrator, le Christ Pantepopte, Kyriotissa et San Domenico sont les seules églises connues transformées en mosquées du temps de Mehmed II.

35La conquête de Caffa en Crimée en 1475 marque la fin des déportations massives. Une partie de la population de cette ville, de confession chrétienne catholique, est déportée vers Constantinople et installée sur les hauteurs de Balat. Elle compte 267 foyers en 1478.

36Le recensement de 1478, le seul que nous connaissons avant le xixe siècle, est peut-être le signe qu’à cette date le repeuplement de la ville était considéré comme accompli. Exprimés en foyers, les résultats de ce dénombrement sont les suivants :

  • 38 Dénombrement effectué en 882/1478 par le cadi d’Istanbul Muhyiddin et le Za’im Mehmed. Archives du (...)

Istanbul

Galata

Musulmans

8 951

535

Grecs

3 151

592

Juifs

1 647

Originaires de Caffa

267

Arméniens

372

62

Arméniens de Karaman

384

Gitans

31

Latins

332

TOTAL

14 803

1 52138

dont non musulmans

5 821

986

  • 39 Les calculs que nous avons effectués sur un échantillon de 11 178 personnes comprenant hommes, femm (...)

37Sur ce total général de 16 324 foyers, c’est-à-dire environ 54 000 personnes39, les non musulmans représentent 41,7 %. Le pourcentage de la communauté grecque orthodoxe par rapport aux non musulmans est d’environ 55 %. Il est de près de 23 % par rapport au total général.

38Avant la fin du xve siècle, ces données sont notablement modifiées. En 1484, suite à la conquête des villes de Kilia et d’Akkerman sur la mer Noire, une partie de leurs habitants chrétiens, comprenant 670 hommes adultes selon les registres de la capitation de 1487, sont déportés vers Istanbul (Barkan, 1964 : 17). On évalue à quelques trois mille personnes (soit un millier de foyers) le nombre des juifs qui, fuyant à partir de 1492, l’Espagne, le Portugal et l’Italie du sud, élisent domicile à Istanbul (Yerasimos, 1995).

39Le registre de 1498 fournit des informations sur les villages des environs de la capitale. S’y trouvent recensés 5 590 musulmans et 8 532 chrétiens répartis à travers 180 localités. La proportion des chrétiens dans la périphérie urbaine est donc d’environ 60 % (Yerasimos, 1998).

40Malgré les inévitables tâtonnements et changements de politique, le repeuplement de Constantinople et la colonisation de ses campagnes se présente comme le résultat d’une politique cohérente, qui s’observe aussi dans la composition urbaine et rurale d’autres régions de l’Empire ottoman, notamment dans les Balkans. Si les autorités ottomanes installent systématiquement les chrétiens dans les campagnes, c’est parce qu’elles cherchent à obtenir un visage urbain majoritairement musulman, sans pour autant renoncer à la composition pluri-ethnique et multi-religieuse de celui-ci, conformément aux structures et à l’esprit de l’Empire. Dans le cas de Constantinople, pendant le quart de siècle qui a suivi la conquête, cet équilibre recherché entre la ville et son hinterland illustre éloquemment la politique ottomane dans ce domaine.

La localisation des communautés grecques orthodoxes

Dans la ville et à Galata

41Dans ses lignes générales, la localisation des communautés grecques orthodoxes à l’intérieur de la ville présente une grande stabilité et une toute aussi grande permanence. Le peuplement grec s’étale sur la périphérie urbaine, en une bande plus au moins continue, depuis le quartier de Petrion (la partie ouest de Cibali) sur la Corne d’Or jusqu’à celui de Kontoskalion (Kumkapı) sur le mer de Marmara en longeant les murailles terrestres. Cette bande est plus mince à ses deux extrémités, celle de Cibali, où elle se prolonge par les quartiers juifs qui occupent le littoral jusqu’au quartier de Hoca Paşa (actuel Sirkeci), et celle allant de Langa à Kumkapı, où les quartiers grecs se mélangent avec les quartiers arméniens. En revanche, elle s’épaissit pour remplir les deux poches que forment les murailles au nord et au sud. Au nord elle couvre, avec les quartiers juifs de Balat, l’espace reliant Phanarion (Fener) à la Porte d’Adrinople (Edirnekapı) et au sud la région des Sept Tours (Yedikule) et de Psomathia (Samatya). La discontinuité le long des murailles terrestres entre Topkapı et Silivrikapı est plutôt due à l’absence d’urbanisation à cet endroit. Les quartiers qui avancent le plus vers l’intérieur sont d’une part celui qui entoure le patriarcat, installé au couvent de Pammakaristos et l’église voisine de Saint-Jean Baptiste, au nord, mais qui sera déplacé avec la transformation de ses églises en mosquées en 1586, et d’autre part celui d’Exi Marmara (Altımermer) au sud.

  • 40 C’est-à-dire le second grand vizirat de Mahmud Pacha. Publiée par Osman Nuri Ergin, 1944. Il existe (...)
  • 41 BOA., Kâmil Kepeci, n. 3359 et op. cit. : 2.

42Cette description reflète toutefois une stabilisation qui date probablement de la seconde moitié du xvie siècle. En effet, des documents antérieurs indiquent une extension plus importante des quartiers de la communauté grecque orthodoxe dans la ville intra-muros. La fondation pieuse de la mosquée Fatih, dont le plus ancien exemplaire conservé date de 1472-147440, laisse apparaître une présence grecque débordant du cadre cité ci-dessus. Ainsi, aux environs de la Porta Pescaria (Balıkpazar kapısı), où se trouvait le quartier vénitien et la résidence du baile (Yerasimos et Bacqué-Grammont, 1996) jusqu’à son expulsion en 1492, nous rencontrons les propriétés de Komnini, de Marmara (nom masculin), d’Andronikos, d’Angelina et de Makrimallis. De même, la fondation pieuse de Sinan Pacha, qui légua en 1502, au profit de ses œuvres, la résidence du baile qui lui avait été affectée par Bayezid II, précise que celle-ci avoisine une église chrétienne (kenise-i nasâra), distincte de celle de la concession vénitienne, qualifiée de kenise-i Venedik41 (églises des Vénitiens). Il s’agit donc bel et bien d’un quartier grec orthodoxe avec son église, qui est probablement celle de Saint-Georges de Balıkpazarı, citée par Triphon Korobeinikov en 1582. Toutefois nous ne trouvons pas de quartier grec localisable à cet endroit dans les registres de capitation de 1540 et 1544.

  • 42 Voir à propos de celle-ci et de son identification contestée avec le monastère de Kyra Martha, Laur (...)

43La deuxième présence grecque orthodoxe atypique concerne le « quartier de Kırkçeşme ». Ce nom de Quarante fontaines se réfère à un nymphée byzantin restauré par Mehmed II et situé au pied de l’aqueduc de Valens, du côté de la Corne d’Or. Le quartier devait couvrir un espace allant de l’aqueduc de Valens à Pantocrator (Zeyrek). Dans le registre des fondations pieuses d’Istanbul de 1546 (Barkan et Ayverdi, 1970 : 196-197, 240), cette localité est divisée entre deux quartiers, celui de Sekbanbaşı Ibrahim Beg et celui de Ferhad Aǧa, le premier étant plus proche de l’aqueduc. Les deux quartiers prennent leur noms, comme d’habitude, des deux fondateurs de mosquées, dont toutes les deux sont à l’origine des églises. La première avait été transformée en mosquée avant 148642, la seconde à une date indéterminée, mais en tout cas avant 1546. La vakfiye de Fatih signale dix propriétés chrétiennes dans le « quartier de Kırkçeşme », dont celle d’une personne originaire de Trébizonde. On retrouve la mention de deux quartiers proches de Kırkçeşme (der nezd-i Kırkçeşme) dans les registres de la capitation de 1540 et 1544. L’un d’entre eux, qui ne figure que dans le registre de 1544 est désigné sous le nom de Quartier de l’église de la Vierge (Mahalle-i Kilise-i Panaya) et compte six hommes adultes dont deux charbonniers et un tailleur. Dans le second quartier, 14 contribuables sont recensés en 1540 et 12 en 1544. Parmi eux, on note la présence d’un drapier (çukacı), un boulanger et un charpentier.

44Le troisième quartier est celui du monastère de Lips (Mahalle-i Libs Manastırı), où une maison et un moulin appartenant au dénommé Aleksi figurent dans la vakfiye de Fatih. Nous savons que ce monastère avait été transformé en mosquée avant 1498, date de la mort de son fondateur Fenârizâde Alaüddin Ali. Toutefois, dans le registre des vakıfs de 1546, il n’y a pas de quartier portant ce nom, alors qu’une Mahalle-i Lips habitée par neuf sujets grecs imposables apparaît encore dans les registres de la capitation de 1540 et 1544. Si un demi siècle après la conversion du monastère de Lips en mosquée le quartier portant son nom et habité par des chrétiens figure dans les registres, nous sommes en droit de penser que de même l’église de la Vierge citée plus haut correspond à l’une de celles proches de Kırkçeşme, même si celles-ci avaient été à cette date transformées en mosquées. Ce qui précède laisse supposer une certaine résistance des habitants après la disparition de leur église. De toutes façons, cependant, aussi bien dans le cas de Kırkçeşme que dans celui de Lips nous avons affaire à de petites unités dont les dernières traces dans les archives datent de 1544.

45Les deux registres de capitation de 1540 et de 1544 recensent les membres de la communauté grecque orthodoxe (cema’at-ı rumiyân) en fonction de leur quartier d’habitation, leur origine ou leur métier. Malheureusement, les éléments ainsi fournis ne se recoupent pas toujours et la localisation précise de cette population dans l’espace urbain s’avère souvent difficile. Par ailleurs, certains quartiers portant des noms totalement inconnus sont difficiles à identifier et donc impossibles à localiser.

46Pour le reste, les choses se présentent comme il suit en faisant le tour des murailles à partir de la Corne d’Or.

  • 43 Il s’agit en réalité pour tous les chiffres de cette série d’hommes adultes passibles de la capitat (...)

47Le premier quartier localisable dans ce circuit est celui d’Aya (Aghia), correspondant à celui de l’église transformée en mosquée en 1499 sous le nom de Gül cami’i. Cette église a dû être remplacée par celle dédiée à Saint-Nicolas, mentionnée en 1538 (Papadopoulos-Kerameus, 1904 : 135). Dans les années 1540, Aya compte 114 foyers43. Pour 55 d’entre eux, il est indiqué que leurs membres sont originaires de Trabzon ; pour neuf autres cas, le point de départ était Mytilène ; enfin, onze foyers d’Aya sont enregistrés dans la catégorie des « pêcheurs ». Vient ensuite le quartier de Fener avec 120 foyers dont 45 sont désignés comme « pêcheurs », 42 sont originaires de Trabzon et 13 de Mytilène. Plus loin, au littoral de Balat, se trouve le quartier de Kinkoz, déformation de Kynégion. 38 foyers y sont signalés, dont 7 originaires de Mytilène. À Balat, on dénombre 84 foyers, dont 74 pêcheurs. À l’extrémité de la muraille maritime, la Mahalle-i Eksiliporta (Xyloporta) organisée autour de l’église de Saint-Démètre, regroupe 56 foyers, dont 22 Mytiléniens. Pour ce qui est de la Mahalle-i Eleousa ve Alagöz tabi’i Eksiliporta, elle correspond probablement à la Vierge de Balinou, située à proximité de l’église précédente et compte 17 foyers.

  • 44 Les habitants de ce quartier, même s’ils portent tous des noms latins, sont classés dans la rubriqu (...)
  • 45 La localisation de ce quartier est rendue possible grâce à un four à pain et quatre boutiques, légu (...)
  • 46 BOA, Maliyeden Müdevver 90, fol. 15r.-v.

48À l’intérieur, le quartier autour de la Pammakaristos, qualifié de Mahalle-i Batrik contient 56 foyers dont 8 originaires de Mytilène. Entre la Pammakaristos et la Porte d’Andrinople, où se trouvent les deux églises latines de Saint-Nicolas et de Sainte-Marie de Constantinople affectées aux déportés de Crimée et transformées en mosquées en 1626 et 1640 sous les noms respectifs de Kefeli mescidi et Odalar cami’i, nous pouvons placer la Mahalle-i Kefeluyan composée de 83 foyers44. À la Porte d’Andrinople, se trouve la Mahalle-i Çarşuy Bâb-ı Edirne avec 20 foyers. C’est aussi à cet endroit qu’il faut situer le quartier des déportés d’Akkerman, dont l’église de Saint-Démètre est mentionnée par Korobeïnikov45. Toutefois, il convient de souligner que les personnes originaires d’Akkerman ne versent pas de capitation au vakf de Fatih et ne figurent pas dans les registres de 1540 et 1544 qui contiennent les comptabilités annuelles de cette fondation. À travers d’autres documents, nous savons qu’il y avait à Istanbul 670 contribuables originaires d’Akkerman en 1487-1488 (Barkan, 1964 : 17) et 527 en 155146, mais nous ignorons s’il faut les placer tous dans le même quartier.

49En longeant les murailles terrestres vers la mer de Marmara on arrive à la Mahalle Ayo Romano Bâb-ı Tob (6 foyers) et à la Yeni Mahalle à Silivrikapı (6 foyers). De là vers l’intérieur on atteint le quartier d’Altımermer (Exi Marmara). Il se compose de 56 foyers dont une partie sont des déportés de Samothrace. À côté, la Mahalle Kemer-i Isâ, connue à l’époque ottomane comme Isâ kapısı (Porte de Jésus). Elle compte 75 foyers, dont 6 Mytiléniens. Dans la même région, en direction de Psomathia (Samatya) on trouve le quartier d’Argos, peuplé de 83 foyers de déportés de cette ville ainsi que la Mahalle-i Kinkoz Eftalyanos ve Çarsuy Eftalyanos (35 foyers).

  • 47 Ces « Arméniens de Karaman » sont toutefois mentionnés dans le Cema’at-ı Rumiyân et non dans le Cem (...)

50À Samatya même, il y a la Mahalle-i Sulu Manastır, le monastère de Périblevtos, affecté aux Arméniens mais dont les 19 foyers recensés ici sont grecs orthodoxes ; la Mahalle-i Ibsomatya (64 foyers) et la Mahalle-i Kulikarpe (18 foyers) qui nous renvoie à l’église de Saint-Polycarpe citée par Korobeïnikov et située par lui à Psomathia. Dans les mêmes registres, nous trouvons également mention de l’église Saint-Constantin qui existe toujours au même endroit et qui avait été affectée aux « Arméniens de Karaman » (4 foyers)47.

51En longeant le littoral de la mer de Marmara vers le centre de la ville, nous arrivons au quartier de Vlanga (112 foyers, dont 58 de Mytilène). Vient ensuite le quartier de Kumkapı (55 foyers) et celui du port des Galères (Limun-i Kadırga), avec 114 foyers, tous les deux habités par des déportés de la Vieille Phocée. C’est probablement dans ce secteur qu’il faut aussi situer le quartier des déportés de la Nouvelle Phocée comptant 69 foyers.

  • 48 Papadopoulos-Kerameus, 1904 : 121, 125. Elle prend son nom du Kastellion tou Ghalatou (devenu à l’é (...)
  • 49 Tagebuch, Francfort sur le Main, 1674, 62, 83, 167, 470.

52À Galata, la communauté grecque orthodoxe occupe la partie est du faubourg et est divisée en dix paroisses qui correspondent à autant d’églises. Plus précisément, il s’agit des églises suivantes : Kastellion, la Vierge Kastelliotissa d’après Korobeïnikov (1583) et Patérakis (1604)48 ; Eleousa, qui figure sous le même nom uniquement dans la liste de Patérakis ; Ayo-Yani, dont Korobeïnikov, confirmé par Patérakis, précise qu’il s’agit de celle de la Décollation de Saint-Jean Baptiste ; Ayo-Nikola, Saint-Nicolas en 1583 et 1604 ; de la Kilisa-i Harloni ( ?) qui ne peut être que celle de Chrysopighi, mentionnée par plusieurs voyageurs du xvie siècle, dont Stephan Gerlach49, en 1573, ainsi que par Patérakis ; Ayo-Yorgi, Saint-Georges en 1583-1604 ; Hristos, église de la Naissance du Christ, chez Korobeïnikov ; de Hristos de nouveau (Hristos diǧer), qui correspond sans doute à l’église du Christ « suspendu » (Christos o kremastos) de Patérakis et de celle de la Transfiguration du Christ de Korobeïnikov ; Ayo-Dimitri, mentionnée aussi bien en 1583 qu’en 1604 et la Kilisa-i Panaya, citée sous le même nom par Patérakis, tandis que Korobeïnikov précise qu’il s’agit de la Dormition de la Vierge. L’inventaire des églises grecques orthodoxes de Galata, fournie par le registre de 1544, couvre ainsi la totalité de celles qui figurent dans les listes de 1583 et de 1604 (Papadopoulos-Kerameus, 1904 : 121, 125).

53Ces dix paroisses de Galata totalisent 138 foyers. Nous trouvons également une Mahalle-i Eǧribozluyan (17 foyers), composée de déportés de Chalkis en Eubée, ainsi que des groupes des déportés de la Vieille Phocée (19 foyers), de Mytilène (11 foyers) ou de Caffa (5 foyers).

Les environs de la ville d’après le registre de 1498

54Pour reconstituer l’hinterland européen de Constantinople, il faut commencer par identifier les 113 villages chrétiens de la circonscription des domaines royaux (Haslar kazası) ainsi qu’une trentaine d’autres dépendant du vakf de Fatih et des vakf-s de personnes privées : une tâche qui dépasse largement le cadre de cet article. Ici nous proposons seulement un aperçu général comportant quelques indications supplémentaires sur les localités proches de la ville.

55Les villages des différentes communautés se constituent selon l’ordre d’arrivée des déportés. La première vague, venue de Serbie en 1454, est installée autour de la route principale menant d’Edirne à Istanbul et le long du littoral entre le lac de Büyük Çekmece et Silivri. Ceux qui les suivent remplissent les interstices, tandis que les Agçakoyunlu, qui arrivent les derniers, sont placés plus au nord. Dans tous ces villages chrétiens, les habitants ont le statut de serf métayer (ortakçı).

  • 50 Pour la situation de ces villages au xixe siècle voir Stavridis, 1991.

56Les bords de la mer de Marmara et la plaine derrière, qui s’étale entre le lac de Küçük Çekmece et les murailles terrestres, forment la zone où l’identification des villages reste la plus difficile. Sur le littoral, les villages de Flori et d’Ayastefanos, ainsi que celui de Galatarya situé sur l’emplacement de l’aéroport actuel, sont peuplés par des cultivateurs aux noms slaves et comptent, d’après le registre de 1498, respectivement 125, 170 et 123 habitants, femmes et enfants compris. Les noms des habitants du village de Pinakidhia (74 hab.), non localisé, mais situé sans doute dans la même région sont également slaves. En revanche, ceux des villages de Makrihori (99 hab.), l’actuel Bakırköy, et d’Ayo Mama (59 hab.), sur la rivière du même nom, portent des noms grecs. Dans la plaine située immédiatement au nord, l’identification devient plus malaisée : dans le village d’Alomberto (125 hab.), qui apparaît sous le même nom plus ou moins déformé dans les cartes du xixe siècle, en amont sur la rivière d’Ayo Mama, sont recensés aussi des habitants aux noms grecs. Plus au nord, de part et d’autre de la route militaire qui va d’Edirnekapı à Çatalca, des hypothèses d’identification sont possibles. Le village de Litroz (110 hab.) fait apparaître une population aux noms grecs, albanais et latins ; celui d’Agrıpça, appelé également Cühud Burgazı (Fort juif) (170 hab.) ainsi que Nifoz (98 hab.) tout proche ne contiennent que des noms grecs50.

57Au fond de la Corne d’Or, Alibeyköy est un village turc. Plus en amont, à côté d’un pont sur le ruisseau de Kâgıthâne et connu à l’époque ottomane sous le nom de Cisr-i Despine, se trouve le village du même nom peuplé de Grecs et d’Albanais (56 hab.) ainsi que celui d’Arnavud Despine (63 hab.) qui, malgré son appellation, se compose d’habitants aux noms grecs. Sur la rive nord de la Corne d’Or, les villages de Has Kiremitlik (87 hab.) et de Yenice Has (37 hab.) correspondent au quartier actuel de Hasköy et leurs habitants portent des noms grecs. Ils fabriquent des tuiles et des briques pour les chantiers de la capitale.

  • 51 L’église de Saint-Démètre, qui donna son nom au village, est citée pour la première fois par Gerlac (...)

58De là, en contournant Galata par le nord, on ne trouve pas d’autre localité jusqu’aux hauteurs du Bosphore. Ainsi, le village d’Ayo-Dimitri, connu également sous le nom de Tatavla et dont les plus anciennes mentions connues datent du xvie siècle n’existe pas encore à la fin du xve siècle51. Le village suivant est donc Maçukat, le quartier actuel de Maçka (27 hab.) : il convient de souligner ici la singularité de la présence, dans cette localité dont le nom fait référence à l’arrière pays de Trébizonde (mer Noire), d’habitants aux noms exclusivement albanais et slaves.

59Sur le Bosphore, Beşiktaş (47 hab.) est un village des domaines royaux. Ses habitants portent des noms grecs ou albanais. Ensuite, en remontant le Bosphore, à Ayo Foka, l’actuel Ortaköy, dont l’église remémore le lieu d’origine (64 hab.), ne correspondent que des noms slaves. En revanche, dans celui d’Asomato, l’actuel Arnavutköy (187 hab.) nous ne trouvons que des habitants aux noms grecs. Le prochain village cité est Istanya (Steni) (93 hab.), l’actuel Istinye, avec une population musulmane. Vient ensuite Ligorye (68 hab.) dont le nom n’a pas été conservé mais qui correspond probablement à l’actuel Yeniköy : ceux qui y habitent portent majoritairement des noms grecs, mais un petit nombre de noms slaves est aussi enregistré. À Tarabya (Thérapia) (43 hab.), la localité suivante, les noms sont slaves. Quant à Kalonagros (24 hab.) (actuel Büyükdere), les personnes inventoriées sont d’origine hongroise, slovène et même française.

60Les villages nommés Trapeziç (49 hab.) et Yovan (90 hab.), situés entre Büyükdere et Saruyar (Sarıyer), n’apparaissent plus dans les documents postérieurs. Ils ont une population mélangée. À Trapeziç, on rencontre aussi bien des Grecs et des Albanais que des convertis à l’islam de fraîche date. À Yovan, le tableau est encore plus composite : on y trouve, à côté des habitants désignés comme hongrois, croates, slovènes ou valaques, des grecs ainsi que des nouveaux musulmans. À Saruyar (53 hab.), les noms sont slaves, grecs et albanais. Fanar (Rumelifener) (49 hab.), où les noms sont exclusivement slaves, est le dernier village sur la rive européenne. Sur la rive asiatique, un seul village est mentionné dans le registre de 1498, Yoros, l’actuel Anadolukavaǧı ; l’ensemble de ses 82 habitants portent des noms slaves.

61Quelques années après le dénombrement de 1498, tous ces villages seront légués à la fondation pieuse créée par Bayezid II au profit du complexe religieux que celui-ci fait construire à Istanbul.

  • 52 BOA, MM 90, loc. cit.
  • 53 Qui est le nombre de personnes correspondant en moyenne à chaque sujet imposable d’après les donnée (...)
  • 54 BOA, MM 7 634 : 96, 99-101.

62Ainsi qu’il a été noté plus haut, le registre de 1498 recense 8 532 chrétiens. Un dénombrement effectué en 155152 en vue du versement de la capitation affiche un total de 4 451 sujets chrétiens imposables, soit – si on multiplie par le coefficient 3,3153 – près de 15 000 personnes. En un demi siècle, la population chrétienne se signale par une augmentation de près de 73 %. Toutefois, celle-ci ne doit pas être attribuée à un excédent des naissances sur les décès, mais à la poursuite de la colonisation des environs de la ville. À titre d’exemple citons le village de Belgrade, qui a donné son nom à la forêt située au nord-ouest de l’agglomération ; il a été créé par des déportés de la prise de Belgrade en 1521. En 1604, on recense 4 856 sujets chrétiens imposables, ce qui indique un certain ralentissement de la croissance54.

  • 55 Ce chiffre est obtenu en additionnant les 4 122 non musulmans du registre de la capitation versée a (...)

63La situation est tout à fait différente dans la ville intra-muros. Au nombre de 6 807 en 1478, les non musulmans d’Istanbul ne sont plus que 5 734 imposables au milieu du xvie siècle55. Sur ce total, ce sont les grecs orthodoxes qui diminuent notablement : de 3 743 en 1478 ils passent à 1 835 sujets imposables en 1544 ! Si on y ajoutait les déportés d’Akkerman et quelques autres qui ne versaient pas leur capitation au vakf de Fatih, on pourrait – peut-être – atteindre les 2 600. Ainsi, le nombre total des habitants grecs orthodoxes d’Istanbul intra-muros et de Galata au milieu du xvie siècle ne dépasserait pas les 8 500 personnes contre près de 12 000 en 1478. Cette nette diminution d’environ un tiers pose problème. Elle pourrait être attribuée à la nature de nos sources (dénombrement en 1478, registres de la capitation de 1544 et 1551), mais nous n’avons pas actuellement les moyens de vérifier ces chiffres. Par ailleurs, le ralentissement de l’immigration ne suffit pas non plus pour justifier cette diminution. Il est fort probable qu’il y ait eu également des départs ainsi que des conversions, puisque la population totale de la ville augmente et atteint 150 à 200 000 habitants à la fin du xvie siècle. À partir de cette date, la population non musulmane augmentera à son tour grâce à une forte immigration : au cours du xviie siècle, elle représentera à nouveau près de 40 % des habitants de la ville. Le creux que l’on constate au milieu du xvie siècle reste à expliquer.

Les métiers

64Dans cette dernière partie, il ne s’agit pas d’enquêter sur les familles byzantines fortunées qui ont poursuivi leur activité florissante de négoce et d’affermage des revenus de l’État ottoman pendant la seconde moitié du xve siècle, mais de donner un aperçu, autant que le permettent nos sources, des principales activités professionnelles exercées par la communauté grecque orthodoxe d’Istanbul au cours du premier siècle après la conquête. Nous utiliserons pour cela trois sources.

  • 56 On trouve également des pêcheurs dans les villages de Küçük Çekmece (18 personnes) et de Kallikrati (...)

65La première nous est déjà bien connue : ce sont les registres de capitation de 1540 et de 1544 qui recensent les Grecs orthodoxes selon leur lieu d’origine ou leur quartier d’habitation ou leur métier. Ces listes mentionnent notamment le quartier de Yorgi fils de Todoro le calfat qui se compose de 4 foyers et celui des calfats de Nicopolis (Mahalle-i Kalafatçıyân-ı Nikpoli) avec 2 foyers : outre ces calfats, la seule corporation de métier citée est celle des pêcheurs. Mais le nombre de ces derniers s’élève à 182, répartis dans trois catégories : les pêcheurs proprement dits (138 personnes), les pêcheurs à la gabare (igripçiyân, de gripo) (18 personnes) et les pêcheurs en vivier (dalyancıyân, de alieianion) (26 personnes)56. Les pêcheurs représentent donc 10 % des sujets grecs orthodoxes imposables.

66La deuxième source vient des registres de comptabilité de la construction de la mosquée de Süleymaniye, qui couvrent la période entre 1553 et 1559 (Barkan, 1972, 1979 ; Yerasimos, 1997). Sur un total de 3 523 ouvriers qualifiés et appartenant à huit corporations du bâtiment, plus de la moitié (51 %) sont chrétiens (49 % des musulmans). Cette proportion varie toutefois selon les corporations. Ainsi, les chrétiens constituent seulement 11 % des tailleurs de pierre, alors qu’ils représentent 83 % des maçons. Près du quart des charpentiers (23 %) sont des chrétiens, alors que ces derniers ne forment que 8 % des sapeurs-mineurs, spécialistes des fondations. Enfin, ils composent près des deux-tiers des forgerons, tandis qu’ils sont absents des corporations des peintres-décorateurs, des vitriers et des couvreurs en plomb.

67Sur un total de 1 810 maîtres chrétiens, 1 445 (soit 80 %) sont Grecs orthodoxes et 318 Arméniens. À côté de ceux-ci, figurent aussi 33 personnes portant des noms slaves (Serbes ou Bulgares), 6 Albanais, 6 « Francs », 1 Russe et 1 Syriaque. 607 de ces maîtres chrétiens (soit 543 Grecs et 61 Arméniens ) habitent Constantinople. Nous observons donc que, vers le milieu du xvie siècle, 20 % des habitants Grecs orthodoxes de la ville sont des maîtres dans la corporation du bâtiment. La maçonnerie se présente comme la première activité des Grecs de Constantinople suivie par la pêche.

  • 57 Atatürk Kütüphanesi, Muallim Cevdet O 64.

68Troisième source : les comptes du vakf de Sainte-Sophie pour l’année 151957. On y trouve des indications importantes sur la participation de la communauté grecque orthodoxe à l’activité commerciale de la ville. En effet, la quasi-totalité du centre commercial d’Istanbul – que ce soit le bedesten et les boutiques environnantes qui forment le noyau du futur Grand Bazar ou le marché de Taht al-kala’ (Tahtakale) et le front de la Corne d’Or –, appartient au vakf de Sainte-Sophie. Les registres de comptabilité de 1519 inventorient notamment les noms des tenanciers de ces boutiques.

  • 58 Plusieurs boutiques étant tenues par plusieurs associés à la fois et d’autres part certaines person (...)

69À l’intérieur du bedesten, où sont conservées les marchandises précieuses où se tiennent les marchands les plus importants, on compte 168 boutiques. 17 d’entre elles sont tenues par des Juifs, 16 par des Arméniens, deux seulement par des Grecs, et une enfin par un "Franc" (Efrenc). Autour du bedesten, des boutiques accolées aux quatre murs extérieurs de celui-ci forment avec celles qui leur font face des rues commerçantes, comme c’est encore le cas aujourd’hui. Dans la rue de l’est, composée de 52 boutiques, on trouve 8 tenanciers grecs, 13 Arméniens et 5 juifs58 ; dans celle du nord (44 boutiques), il n’y a en revanche qu’un juif et un Arménien ; de même dans celle de l’ouest (36 boutiques) on recense seulement 7 juifs. Appartenant à la corporation des juifs, celle du sud est constituée de 58 boutiques (30 juifs, 3 Arméniens et 2 Grecs). Ainsi, sur les 358 boutiques qui forment le cœur du marché, 12 boutiques – sur un total de 103 tenues par des non musulmans – seulement reviennent à des Grecs.

70Dans les environs du bazar, quelques ensembles de boutiques appartenant à des corporations : celui des drapiers et des fabricants de flèches (10 boutiques ; trois juifs et deux Arméniens) ; celui des joailliers et des changeurs (67 boutiques ; un Franc, deux Arméniens et deux Grecs) ; celui des joailliers de nouveau (28 boutiques ; 6 Grecs, 5 Arméniens, 2 juifs).

71Dans le marché dit Gelincik Çarşısı (79 boutiques), on trouve trois Grecs à côté de sept Arméniens et quatre juifs. Au sein de la corporation des feutriers, six juifs, un Arménien et trois Grecs figurent parmi les tenanciers des 28 boutiques. Dans l’ensemble situé en face de la mosquée de Çakır Aǧa, au marché aux puces (Bit pazarı) (75 boutiques), sont recensés 19 juifs, un Arménien et dix Grecs. 15 autres juifs, 4 Arméniens et 5 Grecs figurent dans le marché des soyers et des tisserands (59 boutiques). Chez les tailleurs (59 boutiques) il n’y a que 2 juifs et 3 Arméniens, chez les joailliers (59 boutiques) un Franc et un Grec. Sont inventoriées aussi 11 boutiques de cardeurs avec un Arménien ; 68 boutiques de savetiers avec 3 Arméniens ; 57 boutiques de fabricants de babouches et des sandales avec un Grec ; 45 boutiques de relieurs avec 2 juifs. Enfin, parmi les 60 boutiques du petit bedesten, pour la plupart vides, on en trouve deux tenues par des Arméniens.

72Pour l’ensemble du marché et ses environs, le registre dresse la liste de 947 boutiques et autres emplacements réservés au commerce appartenant à la fondation de Sainte-Sophie. Au total, 220 non musulmans – dont 43 Grecs orthodoxes – figurent dans ce document.

73Dans le quartier de Tahtakale, autour du marché des dinandiers, le hammam de Tahtakale et la mosquée de Hacı Halil qui sera remplacée en 1560 par celle de Rüstem Pacha, le vakf de Sainte-Sophie possède 424 boutiques. 32 juifs, 5 Arméniens et 13 Grecs y sont présents. Des Grecs, désignés dans le registre comme « pêcheurs » louent un très grand nombre de terrains situés hors les murs, au bord de la mer tout le long de la Corne d’Or. Les 216 noms cités confirment l’importance des pêcheurs au sein de la communauté grecque orthodoxe et la localisation de celle-ci sur les rivage de la Corne d’Or.

74En ce qui concerne les marchés périphériques de la ville, parmi les 119 boutiques du vakf situées à Balat et ses environs, 9 sont tenues par des juifs, 7 par des Grecs et 3 par des Arméniens. Dans le quartier de Kumkapı, le vakf possède 28 boutiques, mais aucun non musulman n’apparaît parmi les tenanciers. Au marché de Karaman, à proximité du complexe de Fatih, parmi les 56 boutiques inventoriées nous comptons quatre Grecs et un juif. Dans le marché aux chevaux, entre l’aqueduc de Valens et Zeyrek, cinq noms arméniens figurent dans un ensemble de 77 boutiques.

75Sur un total de 1 651 boutiques qui appartiennent au vakf de Sainte-Sophie, il n’y en a que 299 tenues par des non musulmans. 54 seulement d’entre eux (soit 18 %) sont des Grecs. Ces derniers représentent, vers le milieu du xvie siècle, 45 % des habitants non musulmans d’Istanbul. L’écart que nous observons est probablement dû à la forte présence grecque orthodoxe à Galata, secteur au sein duquel la fondation de Sainte-Sophie n’a pas de possessions immobilières.

76Quoi qu’il en soit, l’image que proposent ces trois sources a le mérite de la clarté : dans la première moitié du xvie siècle, les Grecs d’Istanbul sont en premier lieu maçons, ensuite pêcheurs et enfin artisans ou boutiquiers.

77Le portrait de la communauté grecque d’Istanbul au cours du premier siècle après la conquête ottomane, que nous nous sommes efforcés de recomposer à partir des données disponibles, est sans doute fragmentaire et de nouveaux éléments pourraient la remettre partiellement ou entièrement en cause. Il n’en reste pas moins que les données fournies permettent une reconstitution qui était jusqu’à ce jour laissée à l’imagination et à des représentations parfois tendancieuses. En conclusion, trois points sont à souligner.

78Le repeuplement de Constantinople, qui se fait pratiquement à partir de zéro après la chute, est le résultat d’une politique qui vise à donner un aspect multiconfessionnel à la ville avec toutefois une prédominance musulmane. La même préoccupation n’existant pas pour la campagne environnante la situation peut se renverser et la population chrétienne y est effectivement majoritaire. Parmi les non musulmans de la ville, l’élément grec orthodoxe reste prédominant, ainsi qu’il ressort du dénombrement de 1478 qui marque la fin du repeuplement.

79La population grecque orthodoxe d’Istanbul diminue considérablement au cours du xvie siècle. Elle ne remontera qu’à partir de la fin du siècle grâce à l’immigration depuis les campagnes.

80Les Grecs qui habitent en périphérie, vers le fond de la Corne d’Or, le long de la mer de Marmara et près des murailles terrestres, s’adonnent moins à l’artisanat et au commerce et sont davantage présents dans la pêche et la maçonnerie. Cette dernière activité notamment reste très importante : la part des maîtres maçons grecs dans la construction des grands monuments impériaux qui ornent la capitale ottomane est prépondérante.

81À travers ces points, le siècle qui suit la conquête de la ville paraît assez atypique par rapport à l’évolution ultérieure de la communauté grecque orthodoxe et l’extrapolation vers l’arrière faite à partir des données du xviie et du xviiie siècle ne semble pas correspondre à la réalité, aussi bien en ce qui concerne le poids démographique que l’importance économique de cette communauté.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Artan Tülay (ed.), 1988, 18, Yüzyıl Kadı sicilleri işıgında Eyüp’te Sosyal Hayat, Istanbul.

Barkan Ö. L., 1964, « 894 (1488/1489) yılı Cizyesinin Tahsilâtına âit Muhasebe Bilânçoları », Belgeler, Türk Tarih Belgeleri Dergisi, vol. I, n° 1.

1972, 1979, Süleymaniye Cami ve Imareti Inşaatı (1550-1557), Ankara, Türk Tarih Kurumu, vol. I, vol. II.

Barkan Ö.L. et Ayverdi E.H., 1970, Istanbul Vakıfları Tahrir Defteri 953 (1546) Târihli, Istanbul.

Ca’fer Çelebi, 1331(1913), Mahrûse-i Istanbul Fethnâmesi, annexe au Târih-i Osmânî Encümeni Mecmu’ası.

Doukas (ed. Grecu) 1958, Bucarest.

Eyice Semavi, 1954, « Sekbanbaşı Ibrahim Aǧa Mescidi ve Istanbul’un Tarihi Topografyası Hakkında Bir Not », Fatih ve Istanbul II: 7-122, 139-149, 154-167.

Gerlach Stefan, 1674, Tagebuch, Francfort sur le Main : 62, 83, 167, 470.

Şikâri’nin Karaman oǧulları Tarihi, Konya, 1946.

Giese Friedrich Aşikpaşade (ed.), 1929, Altosanische Chronik des Asikpasazade, Leipzig, Otto Harrassovitz.

Hacker Joseph, « The sürgün System and Jewish Society in the Ottoman Empire », in Aron Rodrigue (ed.), Ottoman and Turkish Jewry, Community and Leadership, Bloomington, Indiana, Indiana University Press: 1-65.

Hoca Sa’düddin, Tacüt-tevârîh, Ismet Parmaksızoǧlu (ed.), 1979, Ankara, ministère de la Culture.

Ibrahim Hakkı Konyalı, 1974, Âbideleri ve kitabeleri ile Niǧde Aksaray Tarihi, vol. I: 465-474.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Inalcık Halil, 1969-1970, « The Policy of Mehmed II towards the Greek Population of Istanbul and the Byzantine Buildings of the City », Dumbarton Oaks Papers: 232-233.
DOI : 10.2307/1291293

1991, « Ottoman Galata, 1453-1553 », in Edhem Eldem (ed.), Première rencontre internationale sur l’Empire ottoman et la Turquie moderne, Institut Français d’Études Anatoliennes, Istanbul-Paris : 17-105.

Karaca Zafer, 1995, Istanbul’da Osmanlı Dönemi Rum Kiliseleri, Istanbul.

Kritovoulos Reinsch D. (ed.), 1983, Berlin CFHB.

Laurent V., 1939, « Kyra Martha, essai de topographie et de prosopographie byzantine », Échos d’Orient XXXVIII : 296-320 .

Oruç Beg, Tevârih-i Al-i Osman, éd. Atsız, 1972.

Osman Nuri Ergin, 1944, Fâtih ‘Imâreti Vakfiyesi, Istanbul.

Öz Tahsin, 1935, Zwei Stiftungbunden des Sultans Mehmed II Fatih, Istanbul.

Papadopoulos-Kerameus A., 1904, « Naoi tis Konstantinoupoleos kata to 1583 kai 1604 », O en Konstantinoupolei Ellinikos Filologikos Syllogos, XXVIII.

Reinhard Jean, 1913, Angiolello historien des Ottomans et des Perans, Buenos Aires - Besançon.

Schreiner Peter, 1975, Die byzantinischen Kleinchroniken, Vienne.

Sphrantzès Maisano Ricardo (ed.), 1990, Rome CFHB.

Stavridis Vasileios, 1991, I iera mitropolis Derkon, Oikoumenikon Patriarheion, Thessalonique.

Tursun Beg, Tarih-i Ebu’l Feth, Tulum Mertol (ed.), 1977, Istanbul, Istanbul Fetih Cemiyeti.

Vakıflar Umum Müdürlüǧü Neşriyatı, 1938, Türk Vakfiyeleri n.1. Fatih Mehmed II Vakfiyeleri, Ankara.

Yerasimos Stefanos, 1998, « 15. Yüzyıl Sonunda Haslar Kazası », Tülay Artan (ed.), 18. Yüzyıl Kadı Sicilleri işıgında Eyüp’te Sosyal Hayat, Istanbul: 82-102.

Yerasimos Stéphane et Bacqué-Grammont Jean-Louis, 1996, « La résidence du baile de Venise à Balıkpazarı. Essai de localisation, Anatolia Moderna VI : 1-11.

Yerasimos Stéphane, 1990, Légendes d’Empire : La fondation de Constantinople et de Sainte-Sophie dans les traditions turques, Istanbul-Paris, IFEA et Maisonneuve.

1995, « La communauté juive d’Istanbul à la fin du xvie siècle », Turcica XXVII : 101-134.

1997, Istanbul, la mosquée de Soliman, Paris, CNRS éditions.

Haut de page

Annexe

Agrandir
Haut de page

Notes

1 Cet article est une version revue, remaniée et augmentée d'un travail précédemment paru sous le titre « La communauté grecque-orthodoxe de Constantinople aux lendemains de la conquête ottomane (1453-1550) », Fanari, 400 hronia (Phanar, 400 ans), Édition du Patriarcat œcuménique, 2001.

2 Ca’fer Çelebi fait dire à Mehmed II, exhortant ses soldats le matin de la conquête : « La terre et les pierres, les armes et les instruments militaires à moi, tout le reste, biens et richesses, prisonniers, habillement et nourriture du butin pour les combattants » (Inalcık ,1970 : 232-233).

3 Doukas (XLII,2) raconte que le cinquième jour après la conquête de la ville, c’est-à-dire le 2 juin, le sultan visita Galata. Il ordonna un recensement général et l’ouverture des maisons de ceux qui s’étaient enfuis. Il décida que, si leurs propriétaires revenaient avant trois mois, leurs biens leur seraient rendus, mais s’ils ne revenaient pas tout serait confisqué à son profit.

4 Les deux chroniqueurs officiels de Mehmed II, Kritovoulos (A73.4) et Tursun Beg (fol. 54 v.), affirment même qu’il avait déjà l’intention d’en faire sa capitale.

5 « Ils ont pillé pendant trois jours. Après le troisième jour, ils ont interdit le pillage » (Oruç Beg, 1972 : 109). « Le troisième jour, les huissiers de la Porte (Dergâh-ı ‘âlî çavusları) arrêtèrent, conformément à l’ordre du souverain les combattants qui passaient leur temps à piller et à butiner et freinèrent leur action au besoin par la force » (Hoca Sa’düddin, 1979 : 284).

6 L’empereur a été tué au combat le jour de le conquête. A73.6-7.

7 « Mais, cette classe qui constitue le pilier des villes – c’est-à-dire les négociants possédants – ne sentant pas le besoin [de posséder des palais et des grandes maisons] ne voulurent pas quitter leurs contrées » (Tursun Beg, fol. 55a).

8 Cela ressort du passage suivant d’Aşıkpaşazâde (Ch.124) : « Quand le sultan Mehmed Han Gazi conquit Istanbul, il nomma subaşı son serviteur Süleyman Beg et envoya dans toutes les provinces des serviteurs annoncer que ceux qui le souhaitent viennent à Istanbul occuper en pleine propriété des maisons, des vignes et des jardins. Et ils en ont donné à tous ceux qui sont venus. Cette ville ne devint pas prospère avec cela. Alors le souverain ordonna d’envoyer des messagers à tous les cadis et tous les subaşı des provinces avec des ordres. Et eux, conformément aux ordres, déportèrent et emmenèrent un grand nombre de foyers. Et ils donnèrent également des maisons à ceux qui sont venus. Cette fois-ci la ville s’est mise à prospérer ».

9 Recopiée en 1578 par Théodosios Zygomalas, publiée dans Martinus Crusius, Turcogræciæ, 1584 : 13.

10 Başbakanlık Osmanlı Arşivi (BOA.), Tapu Tahrir (TT) 210 et TT 240.

11 Cinq d’entre elles sont originaires d’Anatolie : Ayasolug (Ephèse), Tire, Eǧridir, Borlu et Antalya ; les autres proviennent des Balkans.

12 Eliyah Kapsali, Seder Eliahu Zita cité par Joseph Hacker : 6-7.

13 Izdin (Lamia) (100), Thessalonique (92), Nikboli (83), Kastorya (76), Karaferya (Verroia) (54), Tire (54).

14 Poème d’Abraham Ankivrats, Colophons of Armenian Manuscripts (1301-1480), Harvard University Press, 1969 : 245.

15 D’après Kritovoulos (B.3.1-3), Mehmed II quitta en janvier-février 1454 Constantinople pour Bursa pour mater des révoltes. D’après les registres des tribunaux de Bursa, des déportations ont été opérées et des personnes venant de cette ville ont été installées dans le faubourg d’Eyüp (Inalcık, 1969-1970 : 237).

16 BOA., TT 1086.

17 Le registre TT 1086 a la particularité de recenser nominativement femmes et enfants et pas seulement les hommes adultes comme c’est le cas dans la plupart des registres ottomans.

18 Témoignages recueillis par Hacker, 11-12. Les registres de 1540 et de 1544 précisent que les communautés d’Edirne et de Pravadi sont des karaïtes. La première est composée de 116 hommes adultes et la seconde de 11 en 1540 (Yerasimos, 1995).

19 Le 12 décembre 1455 pour Galata, Inalcık, 1991 : 17-105.

20 Témoignages d’Aşıkpaşazâde (Ch. 124) et de Nesri, Ed. Taeschner, 1951 : 181-182.

21 Les premières affectations d’immeubles au vakf de Sainte-Sophie datent de l’année d’hégire 861 (novembre 1456-novembre 1457) : Inalcık, 1969-1970 : 243.

22 Kritovoulos (B.10.2) place la décision d’édifier le Vieux Bezesten à l’automne 1455.

23 Voir également Sphrantzès (Lib. IV, Cap. XV) qui précise que la ville fut livrée au sultan.

24 D’autant plus que la tradition selon laquelle cette église fut fondée, après son veuvage, par une fille de Michel VIII Paléologue mariée à un khan des Mongols s’est avérée fausse.

25 Codex Barberinus Græcus 111, VII/45. La place citée à cette occasion sous la forme Akriba dans le texte est sans doute Akova, dont la prise est également mentionnée par Sfrantzès (Lib. IV, Cap. XV).

26 Kritovoulos (C.11.2) et Aşıkpaşazâde, qui place la prise de la ville en 1460, (Ch. 132) précisent que ne furent déportées que les personnes les plus riches et les plus importantes. Le Codex Barberinus Græcus 111 écrit que les déportations touchèrent les deux tiers des habitants de la ville.

27 Il s’agit essentiellement des communautés d’Ankara (76 hommes adultes imposables en 1540), Istanos (22), Tokat (26), Merzifon (7), Samsun (11), Amasya (2), Bursa (102). Le colophon d’un manuscrit de 1464 (Colophons of Armenian Manuscripts (1301-1480), Harvard University Press, 1969, 283) confirme des déportations à partir d’Ankara en cette année 1459.

28 Kritovoulos raconte (C.24.4) qu’au retour de l’expédition du Péloponnèse de 1460, au cours de laquelle il avait mis fin au Despotat de la Morée, Mehmed II, affecta au dernier despote Démétrios Paléologue les revenus des îles d’Imvros, Lémnos, Thasos et Samothrace, dont il avait préalablement déporté vers Constantinople la plupart des habitants. Dans les registres de 1540 et de 1544 ne figure pas toutefois de communauté originaire d’Imvros.

29 VII/55. Le même texte mentionne la déportation de dix familles de notables à partir d’Athènes.

30 En revanche, le village de Kemer Arnavud, situé dans les environs de la ville, est entièrement composé de personnes aux noms albanais, qualifiées de déportés du Péloponnèse (« sürgûnan-ı Mora »).

31 Kritovoulos mentionne 1 500 garçons recrutés dans la ville et sa périphérie en plus des familles notables de Trabzon (D.8.2).

32 Un des villages de la banlieue d’Istanbul, celui de Maçukat (l’actuel quartier de Maçka, au nord de la ville), porte des traces onomastiques indéniables de la déportation à partir de l’arrière-pays de Trabzon. Mais, paradoxalement, dans le registre de 1498, le village est composé de personnes ayant des noms albanais et slaves. On serait en droit de supposer que les gens déportés ici à partir de Maçukat furent ensuite déplacés vers un autre lieu.

33 Kritovoulos E.2.2-4 ; Chronique courte anonyme n. 33, in Schreiner, 1975.

34 Davud Pacha fut gouverneur de Bosnie de 1479 à 1481. Quant aux déportations menées par Terkim Iskender Pacha, elles doivent dater de son deuxième gouvernorat de Bosnie de 1485-1489, date à laquelle fut conquise l’Herzégovine (Yerasimos, 1998).

35 Il existe toutefois au moins trois villages bosniaques catholiques parmi les villages des déportés des environs de Constantinople si l’on tient compte du témoignage du prêtre franciscain Girolamo Arsengo qui les visite en décembre 1480, « Visite delle chiese di Costantinopoli », Ms. Archivio Segreto Vaticano, Fondo Pio 107, fol. 107-112.

36 Il est même possible, si on considère les accusations portées par l’Anonyme de Giese au sujet du travail obligatoire imposé aux déportés dans la construction de la mosquée Fatih, que ceux de Karaman aient été utilisés pour cette tâche (Anonyme Giese, p. 99).

37 Ce qui pourrait être interprété comme « Karamaniens ayant la même religion que les Arméniens », c’est-à-dire monophysites ou plus généralement non-chalcédoniens. Il est à signaler que dans les registres de 1540 et de 1544 les membres de ces communautés portent des prénoms turcs.

38 Dénombrement effectué en 882/1478 par le cadi d’Istanbul Muhyiddin et le Za’im Mehmed. Archives du Musée du Palais de Topkapı, E 9524, cité par Barkan et Ayverdi, 1970 : XIV.

39 Les calculs que nous avons effectués sur un échantillon de 11 178 personnes comprenant hommes, femmes et enfants à partir du registre des villages des environs de Constantinople de 1498, donnent un chiffre de 3,10 personnes par foyer. Par ailleurs, 3,31 personnes correspondent en moyenne à chaque homme adulte contribuable. C’est à partir de ce dernier coefficient que nous avons estimé la population totale. À ce chiffre de base il faudra toutefois ajouter celui de la population du palais impérial, des demeures des dignitaires et des casernes pour trouver la population totale de la ville à l’époque.

40 C’est-à-dire le second grand vizirat de Mahmud Pacha. Publiée par Osman Nuri Ergin, 1944. Il existe un deuxième exemplaire, daté de 901/1495, publié par Tahsin Öz, 1935 et un troisième datable du règne de Soliman le Magnifique publié par la direction générale des Vakfs, Vakıflar Umum Müdürlüǧü Neşriyatı, 1938. Il existe également un fragment d’un quatrième exemplaire, BOA, Ali Emiri, Mehmed II, n. 70.

41 BOA., Kâmil Kepeci, n. 3359 et op. cit. : 2.

42 Voir à propos de celle-ci et de son identification contestée avec le monastère de Kyra Martha, Laurent, 1939 : 296-320 et Eyice, 1954 : 7-122, 139-149, 154-167.

43 Il s’agit en réalité pour tous les chiffres de cette série d’hommes adultes passibles de la capitation.

44 Les habitants de ce quartier, même s’ils portent tous des noms latins, sont classés dans la rubrique Cema’at-ı Rumiyan puisqu’il n’existe pas d’entrée séparée pour les Latins dans la ville intra-muros.

45 La localisation de ce quartier est rendue possible grâce à un four à pain et quatre boutiques, légués par Hürrem sultan et situés der mahalle-i Akkermâniyân der kurb-i Bâb-ı Edirne (dans le quartier des déportés d’Akkerman près de la porte d’Edirne) : Barkan et Ayverdi, 1970, vakf n. 2496.

46 BOA, Maliyeden Müdevver 90, fol. 15r.-v.

47 Ces « Arméniens de Karaman » sont toutefois mentionnés dans le Cema’at-ı Rumiyân et non dans le Cema’at-ı Ermeniyân qui suit dans le registre. La faible quantité de la population est à rapprocher du témoignage de Hans Dernschwam qui trouve l’église en ruines lors de son passage en 1553. Celle-ci a été reconstruite peu après et figure dans des documents datant du patriarcat de Métrophane III (1565-1572) : Karaca, 1995 : 220.

48 Papadopoulos-Kerameus, 1904 : 121, 125. Elle prend son nom du Kastellion tou Ghalatou (devenu à l’époque ottomane le Kurşunlu Mahzen), le fort d’où partait à l’époque byzantine la chaîne qui fermait la Corne d’Or.

49 Tagebuch, Francfort sur le Main, 1674, 62, 83, 167, 470.

50 Pour la situation de ces villages au xixe siècle voir Stavridis, 1991.

51 L’église de Saint-Démètre, qui donna son nom au village, est citée pour la première fois par Gerlach, 1576 : 99. En revanche, le nom de Tatavla (d’origine incertaine) apparaît pour la première fois en tant que lieu d’origine d’un poète, Tatavlalı Mahremi, né à la fin du XVe siècle. Une tradition postérieure place la fondation du village en 1537, quand le grand amiral Barbaros Hayreddin Pacha y déporta des habitants des îles de la mer Égée, conquises à cette date.

52 BOA, MM 90, loc. cit.

53 Qui est le nombre de personnes correspondant en moyenne à chaque sujet imposable d’après les données du registre de 1498.

54 BOA, MM 7 634 : 96, 99-101.

55 Ce chiffre est obtenu en additionnant les 4 122 non musulmans du registre de la capitation versée au vakf de Fatih de 1545, aux 527 contribuables originaires d’Akkerman et aux 1 085 imposables dont la capitation n’est pas versée au vakf de Fatih (essentiellement des juifs sépharades) du registre général de la capitation de 1551.

56 On trouve également des pêcheurs dans les villages de Küçük Çekmece (18 personnes) et de Kallikratia (6). Ils portent tous des noms grecs tandis que le reste du village est slave.

57 Atatürk Kütüphanesi, Muallim Cevdet O 64.

58 Plusieurs boutiques étant tenues par plusieurs associés à la fois et d’autres part certaines personnes occupant plusieurs boutiques, nous donnons à partir d’ici le nombre des tenanciers et pas celui des boutiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Yerasimos, « Les Grecs d’Istanbul après la conquête ottomane.  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 107-110 | septembre 2005, mis en ligne le 11 janvier 2012, consulté le 10 décembre 2016. URL : http://remmm.revues.org/2822

Haut de page

Auteur

Stéphane Yerasimos

Architecte, urbaniste et historien, Université de Paris VIII.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page