Navigation – Plan du site
II. Lectures

Ibn Bâq, Kitâb Zahrat al-raw fi taljîs taqdîr al-farḍ (Libro de la flor del jardín, acerca del resumen de la evaluación de la obligación), edición y estudio por Rachid El Hour, Madrid : CSIC, Fuentes arábico-hispanas, 29, 2003, 268 p.

Ana María Carballeira

Texte intégral

1La collection publiée depuis 1991 par le CSIC sous le titre “Fuentes arábico-hispanas” sert de cadre à l’édition et à l’étude réalisées par R. El Hour sur cette œuvre inédite. Les autorités avaient chargé l’auteur de ladite œuvre, Ibn Bâq (m. 763/1362), spécialiste de l’estimation des obligations et paiements légaux dans l’Almería naḍride, de mener à bien un travail qui puisse servir de manuel ou de guide à toute personne intéressée par le sujet. La composition même de l’œuvre a pu être inspirée par le désir de donner des solutions à divers problèmes socio-économiques qui avaient surgi dans l’Almería naḍride, suite aux différents changements survenus durant cette période tardive de l’histoire d’al-Andalus. Ibn Bâq nous fournit ainsi des informations sur les us et coutumes de la société nasride en général, et sur ceux de l’Almería en particulier. Toutefois, il convient de rappeler que l’auteur reprend ici les opinions d’ulémas appartenant à diverses époques et divers espaces géographiques (Orient et Occident), et qu’il a tout particulièrement recours à des spécialistes pour les questions de type juridique, mathématique et monétaire.

2Ces aspects, et bien d’autres encore, sont mis en évidence dans l’étude qui précède l’édition. L’introduction, après un bref compte-rendu biographique de l’auteur et une courte présentation des critères d’édition du texte, propose une vue d’ensemble de l’œuvre grâce à un résumé de son contenu. Elle expose ensuite les sources et la méthodologie adoptées par Ibn Bâq pour la rédaction de son manuel. Cette introduction s’achève sur une analyse de la société de l’Almería durant l’époque naḍride. L’étude est complétée par quelques conclusions générales, suivies d’une bibliographie finale.

3Signalons que R. El Hour nous offre une édition particulièrement soignée de cette œuvre, en se basant sur quatre manuscrits conservés dans des fonds publics (nº 416 Q et nº 3655 D de la Bibliothèque Générale de Rabat, ainsi que les nº 487 MN et 352 de la Bibliothèque Générale de Tétouan) et dans des collections privées (celle de MuÌammad AÌnâna à Tétouan). Bien que le manuscrit nº 416 Q serve de base pour sa qualité et sa clarté, tous les manuscrits ont été utilisés pour compléter quelques paragraphes qui font défaut dans le premier. Ainsi, l’édition est pourvue d’un appareil critique, dans lequel sont consignées comme il se doit les variantes de chacun des manuscrits. L’éditeur manifeste, en outre, son désir véritable de rendre agréable le travail du lecteur, en insérant des mots et des titres susceptibles de faciliter la compréhension du texte, et en ajoutant dans l’édition des index de grande utilité.

4Pour ce qui est du texte de la présente édition, Ibn Baq organise l’information réunie en dix chapitres, dans lesquels il aborde divers thèmes relatifs au droit islamique en al-Andalus. Chaque chapitre contient de précieuses informations et d’intéressantes précisions sur les obligations et les paiements légaux que le chef de famille doit à son épouse, à ses enfants, à ses parents directs et à ses propriétés (esclaves et bêtes). L’auteur commence son œuvre par une introduction générale, dans laquelle il définit divers termes relatifs à la monnaie. Il propose également une analyse des différents types de mesures de capacité et instruments de poids utilisés - de même que la monnaie - tant au niveau local que dans d’autres zones du monde islamique.

5Le chapitre I, le plus long, comporte plusieurs alinéas. Il commence par une référence à l’argent que doit verser le mari lors du mariage, ainsi qu’à la nature de la pension qui revient à sa ou ses femme(s). Etant donné que le mari doit prendre en charge la subsistance de ses plus proches parents, on passe en revue les différents cas dans lesquels il doit verser une pension à ses parents et enfants ; on mentionne également la pension due aux esclaves et l’alimentation qui doit être donnée aux bêtes. D’un autre côté, Ibn Bâq signale les différentes personnes juridiques chargées de subvenir aux besoins des orphelins. Il offre aussi des renseignements concernant la tutelle des enfants, et indique la rémunération qui doit être versée à la personne chargée de l’allaitement. Enfin, il évoque les obligations du mari lors de l’achat des animaux pour la fête du sacrifice.

6Dans les autres chapitres de l’œuvre, Ibn Baq développe quelques-uns des aspects déjà mentionnés, et quelques autres qui complètent l’information donnée auparavant. Le second chapitre évoque l’obligation pour le mari de se charger des frais d’enterrement de sa femme, de ses parents, de ses enfants et esclaves. Le chapitre iii pose la question de la garantie pour les femmes et enfants de bien toucher la pension. Le chapitre iv passe en revue les critères de distribution de la pension en fonction des délais de versement et de la situation économique du payeur. Le chapitre v détaille les critères à prendre en considération à l’heure d’estimer les aliments qui doivent entrer dans la pension de la femme, tandis que le chapitre vi traite de ceux qui doivent être donnés aux enfants en fonction de leur âge, ainsi qu’à la femme enceinte et à la nourrice. Le chapitre vii rappelle les obligations du mari au sein de son foyer pour tout ce qui concerne les différents accessoires (ustensiles de cuisine, matériel de nettoyage, nécessaire de toilette...) et les condiments (épices). Le chapitre viii présente les diverses circonstances dans lesquelles le mari doit obligatoirement fournir les vêtements et les meubles du foyer. Au chapitre ix, l’auteur envisage les cas dans lesquels la femme a le droit de logement, et il se prononce, en outre, sur la conduite sexuelle de l’époux. Le chapitre x complète ce panorama, en évoquant l’obligation pour le mari de fournir des domestiques à sa femme. Le texte s’achève sur un appendice contenant une analyse des monnaies d’or et d’argent sujettes au paiement de la dîme, ainsi que de l’aumône légale en al-Andalus.

7Le besoin d’une édition de l’œuvre d’Ibn Bâq est pleinement assouvi. L’éditeur met à notre disposition un texte d’un indéniable intérêt pour une meilleure connaissance de la société andalouse. La quasi absence de manuels de ce genre concernant la période naḍride accroît encore, si possible, la valeur de ce travail. Il faut, donc, nous féliciter de ce nouvel apport dans l’aire des études arabes et islamiques, fruit d’un inestimable effort dans le champ éditorial.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ana María Carballeira, « Ibn Bâq, Kitâb Zahrat al-raw fi taljîs taqdîr al-farḍ (Libro de la flor del jardín, acerca del resumen de la evaluación de la obligación), edición y estudio por Rachid El Hour, Madrid : CSIC, Fuentes arábico-hispanas, 29, 2003, 268 p.  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 107-110 | septembre 2005, mis en ligne le 09 décembre 2011, consulté le 29 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/2837

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page