Navigation – Plan du site
II. Lectures

Maqrîzî, Taqî al-dîn Aḥmad b. ‘Alî b. ‘Abd al-Qâdir, Al-mawâ‘iz wa l-i‘tibâr fî dhikr al-khiṭaṭ wa l-athâr, édité et présenté par Ayman Fu’ad Sayyid, Londres, al-Furqân islamic Heritage Foundation, 2002-2004, 4 volumes + 1 volume d’index, cartes, photos.

Sylvie Denoix

Texte intégral

1Ayman Fu’ad Sayyid vient d’établir une magistrale réédition des Khia de Maqrîzî. Ce texte de l’historien polygraphe du xve siècle, présentant une topographie historique de Fustât et Qâhira, bien que très utilisé par les chercheurs, n’était jusqu’à présent lisible que dans l’édition de Bûlâq de 1270/1853, et dans celle établie par Gaston Wiet entre 1911 et 1927. La première était fautive en maints endroits. Quant à la seconde, plus fiable, elle n’avait porté que sur le volume i.

2Pour réaliser ce travail, Ayman Fu’ad Sayyid a, comme il est nécessaire, consulté plusieurs manuscrits. Il n’existe pas de manuscrit autographe de Maqrîzî mais de très nombreuses copies éparpillées dans maintes bibliothèques (d’Istanbul, Paris, Munich, Londres…). Dans les 180 manuscrits fragmentaires ou complets des Khia dispersés sur la planète, nous disposons de plusieurs copies, d’après l’original, datant du ixe/xve siècle. C’est de celles-ci uniquement qu’Ayman Fu’ad Sayyid, qui explique sa démarche dans une introduction très argumentée, s’est servi, et principalement du manuscrit d’Istanbul, complet (un volume à Aya Sofia, trois à la bibliothèque Fatih). Pour établir le volume i ; Ayman Fu’ad Sayyid a en outre utilisé des manuscrits de Paris et de Londres, ainsi que de la bonne édition de Wiet. Pour les volumes ii et iii, en plus du manuscrit d’Istanbul déjà cité, il en a exploité un autre, conservé à Topkapı Saray, une copie d’un premier jet des Khia, dans lequel sont préparées par Maqrîzî, les fiches qu’il n’a pas eu le temps de compléter et que, du coup, on ne trouve pas dans la version finale ; ainsi, 27 madrasas, dont la ẓâhiriyya Barqûqiyya sont éditées ici pour la première fois. On a ici non seulement des notices de bâtiments, souvent importants, qui manquaient dans les éditions actuelles des Khia, mais aussi des réflexions du polygraphe égyptien, utiles à l’histoire sociale comme ce chapitre sur la distribution du pain (iii, 355). Pour le volume iv, il a utilisé, outre celui d’Istanbul, les manuscrits de Munich et de Leyde. Ayman Fu’ad Sayyid a en outre disposé de ce qu’il a appelé le « brouilon » de Maqrîzî, qu’il avait déjà mis à la disposition des chercheurs chez le même éditeur en 1995, et qu’il réédite en début de volume i.

3L’appareil critique donne, comme il se doit, les leçons (souvent très proches les unes des autres, signe que l’on ne s’est guère éloigné de l’original) des manuscrits utilisés en les comparant, éventuellement, à l’édition de Bûlâq, dont la pagination est indiquée dans les marges de cette nouvelle édition .

4On sait que Maqrîzî a travaillé avec un système de fiches, et en consultant de nombreux ouvrages. Il utilise certains d’entre eux en en recopiant des passages, souvent en les citant, d’autres fois non et Ayman Fu’ad Sayyid connaît assez bien le corpus des historiens arabes pour retrouver les citations, qui sont systématiquement données, même lorsque Maqrîzî ne cite pas ses sources. Elles sont alors présentées de façon très repérables, précédées du nom de leur auteur : « Qâla al Mas`ûdî… ». Cela donne une idée du corpus des historiens médiévaux, et de la grande culture de l’un d’entre eux, Maqrîzî.

5Au début de l’ouvrage, l’éditeur présente aussi les notes de Maqrîzî qui étaient sur certains manuscrits mais n’ont pas de relation avec les commes « Informations sur les rois du Soudan (Akhbâr fî muluk al-sûdân) ».

6Ayman Fu’ad Sayyid s’est préoccupé du confort de ses lecteurs : non seulement les notices topographiques sont, comme on l’a dit, accompagnées de plans, cartes, inscriptions, mais encore le texte des Khia, présenté ici est vocalisé. Et puis, les waqfs concernant les notices sont cités.

7Enfin, lorsque Maqrîzî parle de lui, ou bien exprime un point de vue ou une expérience personnels, le texte est souligné, ce qui permet de repérer immédiatement ces passages particuliers où l’auteur se met personnellement en scène : « Adraktu min hadhâ l-sûr(…)wa âkhir mâ ra’aytu minhu (…) fa shahadtu (…) » « J’ai atteint ce mur (…) la dernière chose que j’en vis (…)j’ai observé (…) » (ii, p. 255). Ce point de vue « personnel » de Maqrîzî, laisse augurer de recherches nouvelles.

8Les index sont un des éléments particulièrement précieux de cet ouvrage. Pas moins d’un volume de 819 pages, leur sont consacrés pour une trentaine de thèmes indexés, dans des domaines très variés, et qui faciliteront considérablement la tâche des historiens, voire, ouvriront des pistes de recherche. Citons, à côté des classiques, index toponymiques et anthroponymiques, « les concessions foncières (al-Khia) de l’époque de la conquête et les vestiges archéologiques » ; « la terminologie des éléments architecturaux » ; « les titres honorifiques » ; « les factions religieuses, les tribus, les groupes professionnels et les groupes » (al-firaq wa l-qabâ’il wa l-awâ’if wa l-jamâ‘ât) ; « les fontionnaires » ; « les ministères et les finances publiques » (al-dawâwîn wa l-khazâ’in) ; « les termes techniques (en dehors du vocabulaire architectural) » (al-muṣṭalaşt al-naw‘iyya) ; « les termes techniques contenus dans les marges » (al- muṣṭalaşt allatî ‘urifa bihâ fî l-hawâshî) ; « les fêtes et les festivals saisonniers (al-i`yâd wa l-mawâsim) » ; « nourritures et boissons » ; « vêtements et costumes » ; « monnaies » ; « poids et mesures » ; « outils et instruments » ; « pierres et métaux » ; « plantes et fruits » ; « agriculture » ; « animaux terrestres, célestes et aquatiques » ; « maladies » ; « remèdes et médicaments » ; « les planètes et les termes géographiques » ;« versets coraniques » ; « tradition prophétique (adîth) » ; « dictons et proverbes » ; « rimes » ; « les auteurs, les poètes et les transmetteurs de adîth » ; « les sources de Maqrîzî » ; « les titres des livres cités ».

9En plus de cette pièce maîtresse qu’est l’index, cet ouvrage de « topographie historique » écrit au xve siècle, bénéficie grâce à l’éditeur, d’une iconographie moderne : des photographies en noir et blanc (pas toujours d’une qualité excellente) et des plans ou cartes repris d’ouvrages publiés tout au long du xxe siècle (mais dont l’origine n’est pas toujours citée), sont enchâssées dans le texte et complètent les notices deMaqrîzî. Par ailleurs, le corpus des inscriptions des monuments est retranscrit, pour la plupart à partir du répertoire de MaxVan Berchem.

10Le travail d’ Ayman Fu’ad Sayyid est bien plus qu’une simple réédition car, non seulement nous déposons désormais d’une édition critique fiable, élaborée à partir de plusieurs manuscrits, et dont l’apparat critique renvoie aux différences avec l’édition de Bûlâq, ce qui est nécessaire dans la mesure où c’est celle que les chercheurs connaissent bien, mais encore il s’agit de donner au lecteur un instrument de recherche incomparable. En effet, les nouveaux chapitres, non disponibles jusqu’alors, ainsi que les index extraordinairement fouillés et diversifiés, permettent d’ouvrir des pistes de recherche sur l’histoire sociale, intellectuelle, voire sur la culture matérielle de l’Égypte du xve siècle. Ce qui est un apport particulièrement précieux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Denoix, « Maqrîzî, Taqî al-dîn Aḥmad b. ‘Alî b. ‘Abd al-Qâdir, Al-mawâ‘iz wa l-i‘tibâr fî dhikr al-khiṭaṭ wa l-athâr, édité et présenté par Ayman Fu’ad Sayyid, Londres, al-Furqân islamic Heritage Foundation, 2002-2004, 4 volumes + 1 volume d’index, cartes, photos. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 107-110 | septembre 2005, mis en ligne le 09 décembre 2011, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/2839

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page