Navigation – Plan du site
II. Lectures

Mouton Jean-Michel, Le Sinaï médiéval. Un espace stratégique de l’islam, Paris, PUF, 2000, 217 p.

Thierry Bianquis

Texte intégral

1De petit format, agréablement présenté sur un papier de qualité et agrémenté de cartes claires, d’une typographie lisible tout en respectant les règles de transcription scientifique, cet ouvrage est plaisant à manier. La langue précise et légère, les idées s’enchaînant logiquement, le lecteur ne ressent aucun ennui à découvrir la topographie de cette péninsule désertique et à en suivre son histoire entre la conquête arabe en 639 et la conquête ottomane en 1516.

2En effet, Jean-Michel Mouton, après la publication de sa thèse qui traitait de la principauté de Damas du départ des Fâtimides à l’avènement de Nûr al-Dîn, s’est tourné vers l’Égypte médiévale, chrétienne ainsi que musulmane, sur laquelle il mène actuellement des recherches archéologiques et textuelles. Désireux d’explorer le passé médiéval du Sinaï, triangle de terres arides et de rocailles reliant Syrie-Bilâd al-Shâm et péninsule Arabique en Asie à l’Égypte-Miṣr en Afrique, il a préparé son travail en rassemblant dans un ouvrage commode les éléments connus de l’histoire de cette région, éléments jusqu’alors disséminés dans des sources disparates et dans de rares études contemporaines.

3J.-M. Mouton traite d’abord de la topographie et de la toponymie de la péninsule, pont entre l’Asie et l’Afrique, sans que l’on sache véritablement auquel des deux continents la rattacher. Longtemps peuplé essentiellement de tribus bédouines, cet espace est illustre tant pour les juifs, par le Mont de Moïse, que pour les chrétiens avec le très antique couvent de Sainte Catherine, et que pour les musulmans, car le Coran y fait nommément allusion. Il fut de tout temps parcouru par les pèlerins, juifs et chrétiens d’Égypte allant à Jérusalem, musulmans d’Afrique allant à La Mecque ou à Jérusalem, chrétiens de Syrie ou d’Égypte se rendant à Sainte Catherine. Par ailleurs, la Méditerranée, au Moyen Âge, n’était considérée comme navigable seulement durant une partie de l’année, et les navires musulmans y furent constamment menacés par les flottes byzantines, puis italiennes ; une partie importante du commerce entre Asie et Afrique traversait donc par caravanes la péninsule.

4Très fréquenté, cet espace était cependant mal délimité et mal situé par les géographes. Bordé au nord de Farama (Port Sa‘îd) en Égypte à al-Arish en Palestine, par la Méditerranée ; au sud-ouest de Qulzum (Suez) au cap de Ra’s Muḥammad, par le Golfe de Qulzum ; et au sud-est de Ra’s Muhammad à Ayla, par le golfe de ‘Aqaba/Ayla. Ces deux golfes débouchant dans la mer Rouge, le littoral y était partout peu hospitalier et n’incitait pas à la circumnavigation. Les pistes qui le traversaient variaient considérablement selon les données météorologiques, tribales ou stratégiques. L’intérieur aride n’était guère généreux avec les voyageurs, toujours menacés par des bédouins pillards. C’est pourquoi ce ne fut qu’à la fin du xixe siècle et au début du xxe que la cartographie de la péninsule put être relevée et établie avec précision.

5J.-M. Mouton retrace dans une première partie la lente reconnaissance de cet espace, sa difficile identification à travers le temps. Il esquisse une géographie administrative d’une région, longtemps considérée comme relevant plutôt de la Syrie-Palestine dans sa partie septentrionale, seul le sud étant perçu comme égyptien. Puis, dans sa deuxième partie, il en suit l’histoire à partir de la conquête arabe et montre que la péninsule ne fut définitivement rattachée en totalité à l’Égypte qu’au xiie siècle, quand le Royaume de Jérusalem érigea une barrière entre la Syrie intérieure et le Sinaï.

6Dans sa troisième partie, il s’intéresse aux habitants permanents de la péninsule, les sédentaires, principalement les moines de Sainte Catherine, et les nomades, les grandes tribus arabes. Il analyse les études qui ont été menées sur le firman de Sainte Catherine qui est censé reproduire « la copie de l’acte par lequel le prophète de l’islam (Muḥammad) aurait accordé aux moines un certain nombre de privilèges ». Il met en évidence les nombreux anachronismes concernant ce document. L’utilité de documents forgés de cette nature, que l’on trouve ailleurs dans le monde musulman médiéval, vient de ce qu’ils permettent de faire apparaître concrètement un lien permanent de protection d’une part, et de soumission associée au versement d’une rente financière d’autre part, entre une institution indigène non musulmane et le pouvoir officiel musulman régional ou califal. Présenté à des bédouins ne sachant pas lire et totalement incapables de se poser le problème de l’authenticité d’un texte ancien, de son support et de l’écriture mise en œuvre, ce document conserve un pouvoir quasi-magique renforcé par l’empreinte de la « paume de Muḥammad » qu’il portait.

7Le chapitre traitant du mode de vie bédouin et de l’organisation tribale est riche d’un grand nombre de noms de tribus glanés dans des sources arabes variées ainsi que de remarques ethnographiques empruntées aux récits de voyageurs occidentaux. J.-M. Mouton insiste sur l’originalité du peuplement bédouin longtemps majoritairement yéménite et sur l’isolement qui marquait les tribus de la péninsule, éleveurs nomades à parcours limité. Ces tribus participaient cependant à l’économie régionale et générale, car elles fournissaient aux commerçants et aux pèlerins chameaux et chameliers, guides et escorte. On ne pouvait sans danger essayer de se dispenser de leurs services. Les tribus faisaient la loi et entretenaient des relations ambivalentes avec les moines du grand monastère de Sainte Catherine, les protégeant parfois, le plus souvent les menaçant, s’efforçant toujours d’en extorquer paiements en numéraires et secours en vivres. Ce n’est qu’à partir de Ṣalâḥ al-dîn - et encore plus sous les Mamlouks - que le pouvoir installé au Caire imposa sa souveraineté aux bédouins de la région et remit un peu d’ordre.

8Dans sa dernière partie, J.-M. Mouton identifie et décrit les principaux itinéraires traversant la péninsule et retrace la variation de leur importance relative selon les périodes.

9Cet ouvrage est novateur et utile et toute étude sur le Bilâd al-Shâm et l’Égypte au Moyen Âge devra s’y référer. Cependant, il faut signaler qu’une présentation mal contrôlée amène parfois l’auteur à se répéter (politique tribale de Ṣalâḥ al-dîn 128-9 et 140-1) ou à avancer (p.120) des affirmations trop tranchées ; même si certaines fractions des Lakhm vivaient en Syrie byzantine, la tribu fut davantage connue comme une auxiliaire fidèle du souverain sassanide que du basileus.

10Quand il traite des moines et des rares populations demeurées chrétiennes, des bédouins arabes islamisés ou même d’un conducteur de travaux juif, on croit, à tort sans doute, deviner chez J.-M. Mouton un choix tranché de civilisation. Ces préférences suggérées sont gênantes pour un lecteur qui a vécu en Orient et qui est blasé sur les valeurs morales des uns comme des autres. Pour ne pas sombrer dans l’anachronisme, les actions des individus devraient davantage être confrontées aux considérables pressions sociales et économiques pesant sur eux. Dans un cadre naturel aussi désolé, pour un nomade, l’impératif absolu, passant avant tout respect de la parole donnée, était la survie de l’individu et de sa famille. Il aurait été possible de citer ici les récits répétitifs d’Ibn al-Qalânisî rapportant pour le ive/xe et le ve/xie siècles la trahison des émirs militaires turcs ou arabes défaits sur le champ de bataille par leurs alliés bédouins qui ensuite les livraient au vainqueur contre forte récompense. C’est pourquoi, la reprise (p.133) sans guère de recul de la description des bédouins comme des êtres frustes et sauvages trouverait davantage sa place dans le carnet de route d’un officier d’une armée coloniale au xixe siècle que dans un ouvrage scientifique actuel, et cela d’autant plus que l’auteur s’appuie sur des écrits hagiographiques ou des récits de voyages, témoignages souvent subjectifs, toujours fragiles et, par essence, difficiles à recouper.

11Ces réserves n’enlèvent rien au fait que l’apport scientifique de cet ouvrage doté d’une riche bibliographie est bien plus considérable que sa taille modeste ne le laisserait présager.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Bianquis, « Mouton Jean-Michel, Le Sinaï médiéval. Un espace stratégique de l’islam, Paris, PUF, 2000, 217 p.  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 107-110 | septembre 2005, mis en ligne le 09 décembre 2011, consulté le 27 mai 2017. URL : http://remmm.revues.org/2840

Haut de page

Auteur

Thierry Bianquis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page