Navigation – Plan du site
II. Lectures

Lafi Nora, Une ville du Maghreb entre ancien régime et réformes ottomanes. Genèse des institutions municipales à Tripoli de Barbarie (1795-1911). Paris, L’Harmattan, Collection Villes, histoire, culture, société, nouvelle série, 2002, 305 p.

Odile Moreau-Richard
p. 508-509

Texte intégral

1Dans ce livre issu de sa thèse de doctorat, l’auteur présente l’histoire urbaine et municipale de la ville de Tripoli avant la colonisation italienne. Cette contribution à l’étude d’histoire urbaine au Maghreb relative à la ville de Tripoli vient combler un manque, d’autant qu’elle repose sur la consultation des sources locales de la municipalité de Tripoli. La démonstration centrale de l’ouvrage est qu’il existait un système autonome, endogène, de gestion de l’urbain antérieur aux réformes ottomanes du xixe siècle. En effet, dès le xviiie siècle, la cité était régie par une assemblée (jamâ‘at al-bilâd) dirigée par un édile, le cheikh al-bilâd, élu par ses pairs.

2L’ouvrage s’articule autour de deux grandes parties. La première présente Tripoli sous la dynastie des Qaramanlı jusqu’en 1835, avec cinq chapitres. Le premier chapitre est une présentation topographique de cette ville située entre entre mer et désert - avec ses paysages, le tissu urbain et l’habitat ainsi que les différents quartiers et leur population -, que l’auteur définit comme une ville africaine et méditerranéenne. Le deuxième chapitre s’attache à l’activité portuaire de cette cité échelle et montre la décadence du pouvoir dynastique. Tripoli sous la dynastie des Qaramanlı (1711-1835) est le sujet du troisième chapitre. Province ottomane depuis 1551, la Tripolitaine conquiert une certaine autonomie à la fin du xviiie siècle, au profit de la dynastie des Qaramanlı, tout en faisant allégeance à La Porte. L’ensemble du service gouvernemental, du pacha et de son gouvernement, sont décrits ainsi que ceux des militaires, du corps de la marine et de l’administration judiciaire. L’auteur avance une comparaison de l’ensemble du système gouvernemental de la Régence de Tripoli, entre le xviiie siècle et la seconde occupation ottomane (1835), avec le schéma administratif des gouvernements européens d’Ancien régime, où le souverain gouvernait avec l’aide d’un conseil des ministres s’appuyant sur une administration d’officiers. La démonstration étant que la Tripolitaine et la ville de Tripoli étaient gouvernées elles aussi.

3Le quatrième chapitre s’attache aux institutions du pouvoir de l’oligarchie urbaine à Tripoli : machîkhat al-bilâd (institution municipale de Tripoli) et le cheikh al-bilâd. Le système politique urbain reposait sur deux fondements : les corporations et l’assemblée des notables de la ville, la jamâ‘at al-bilâd (assemblée de la ville), qui était donc au cœur de ce système. Composée uniquement de musulmans, de notables et de marchands, elle chapeautait les petites assemblées communautaires des minorités confessionnelles. À Tripoli, le vocable de cheikh, au-delà du titre honorifique, désignait une fonction sociale, le chef d’un groupe ethnique ou d’une entité sociale plus ou moins dégagée. Enfin, le cinquième chapitre présente les compétences et les pouvoirs du cheikh al-bilâd. Notable parmi les notables, cet homme de bonne foi assure des fonctions multiples. Chargé de la bonne tenue de la ville, il est omniprésent et puissant, dispensant conseils, ordres et jugements. Il appartient de droit au gouvernement du pacha et le représente, ainsi que les notables et la population locale. Le territoire de sa juridiction est la medina, la ville intra-muros et il détient les fonctions de police urbaine. Il a un rôle de juge de paix dans les domaines du civil, de l’urbain et de la police, mais il est aussi un acteur de la vie économique avec de nombreuses responsabilités et prérogatives dans le domaine du commerce, faisant figure à la fois de banquier et d’affréteur.

4La seconde partie est dévolue aux pouvoirs urbains et à l’évolution de la fonction municipale de 1835 à 1911, avec deux chapitres. Le sixième chapitre présente Tripoli face à la volonté d’administration directe ottomane et l’exil des cheikh al-bilâd. La seconde occupation ottomane de la Tripolitaine (1835) ouvre une stratégie de conciliation avec les élites urbaines qui évoluera plutôt vers une opposition frontale avec la Porte et ses représentants. Le cheikh al-bilâd, Muhammad al-MaÌsan est exilé à Benghazi et certains notables se réfugient en Tunisie, en Algérie ou en Égypte. Le dernier chapitre présente la création de la municipalité ottomane (belediye) et son fonctionnement dans le cadre des réformes ottomanes (1867-1911). Gouverneur à partir de la fin des années 1860, Ali Riza Pacha fut un fervent promoteur de réformes et de modernisation dans l’eyâlet, parmi lesquelles la création d’une institution municipale. Cette étude débouche sur la question de la dimension comparative : cette figure politique, du cheikh, avait-elle des homologues dans d’autres villes arabes ?

5La continuité dans le changement est certes une lecture possible de l’évolution de l’institution municipale en Tripolitaine, mais certaines mutations apportées par la seconde occupation ottomane, en introduisant les réformes des Tanzimat dans les provinces éloignées, participent aussi de moments fondateurs et de temps de rupture. Les réformes ottomanes dans les provinces sont toujours le fruit d’une négociation pour s’enraciner dans le terreau local et concrétiser l’arrimage du local dans un espace global, celui de la modernité ottomane.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Odile Moreau-Richard, « Lafi Nora, Une ville du Maghreb entre ancien régime et réformes ottomanes. Genèse des institutions municipales à Tripoli de Barbarie (1795-1911). Paris, L’Harmattan, Collection Villes, histoire, culture, société, nouvelle série, 2002, 305 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 107-110 | septembre 2005, mis en ligne le 12 janvier 2006, consulté le 17 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/2842

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page