Navigation – Plan du site
II. Lectures

Jocelyne Dakhlia ed., Trames de langues. Usages et métissages linguistiques dans l’histoire du Maghreb, Tunis-Paris, IRMC, Maisonneuve & Larose, 2004, 561 p.

Catherine Miller
p. 510-516

Texte intégral

1Ce volume conséquent reproduit la publication des Actes de rencontres organisées dans le cadre d’un programme soutenu par l’EHESS de Paris et l’IRMC de Tunis. Il regroupe 30 articles en huit chapitres (des plurilinguismes dans l’histoire ; brassage et réappropriations ; évincements, dominations ; dynamiques du mixte et du distinct ; passages et passeurs ; territoires et frontières de la langue ; l’air du temps ; la langue de l’état moderne) plus huit articles de synthèse/lecture transversale. Le titre principal ainsi que ceux des chapitres indiquent bien l’objectif de cet ouvrage : saisir les usages linguistiques du Maghreb en sortant d’un schéma dualiste et en soulignant la fluidité des pratiques, l’importance du plurilinguisme, la labilité des frontières linguistiques à travers les époques et les lieux. Il s’agit d’une entreprise ambitieuse et passionnante, qui a voulu à la fois sortir des clichés du prêt-à-penser nationaliste mais également briser l’isolement des disciplines en faisant dialoguer les historiens et les linguistes. La pluridisciplinarité est théoriquement à la mode, mais dans la pratique, c’est une démarche moins commune et relativement difficile. L’introduction de Jocelyne Dakhlia souligne bien l’importance mais également les difficultés d’une telle approche. Elle indique combien la question des langues est un enjeu crucial, un lieu d’affrontement qui est trop souvent schématisée en terme d’une confrontation arabe contre français ou arabe contre tamazigh, dans une lecture qui manque de recul historique, comme si de tout temps les questions de langues avaient été perçues comme nécessairement problématiques et conflictuelles. Elle soulève une question, qui m’a souvent interpellée : « pourquoi les linguistes et les historiens travaillent-ils si peu en commun ? », question que l’on pourrait élargir à bien d’autres disciplines comme les géographes ou sociologues de la ville par exemple, qui s’intéressent fort peu aux questions linguistiques. Mais instaurer un dialogue réel entre historiens et linguistes s’avère relativement ardu, chacun attendant que l’autre lui fournisse des solutions pour les problèmes qu’il n’a pas pu résoudre. Or si les langues ne sont pas des systèmes clos et autonomes, elles ne sont pas un simple reflet des phénomènes culturels et sociaux. Les phénomènes linguistiques ont leur rythme propre qui ne correspond pas nécessairement aux rythmes des transformations politiques et historiques. J. Dakhlia souligne également que, face à la nécessité absolue de déconstruire une perception rigide des contacts de langue, il ne faut pas tomber dans un évangélisme du plurilinguisme et une apologie du métissage et du mélange. Le plurilinguisme du passé ne doit pas être systématiquement perçu comme une coexistence toujours harmonieuse qui trancherait avec l’idéologie nationaliste actuelle. Reprenant un questionnement qui a été souvent abordé par J.-L. Amselme, elle s’interroge sur l’ambiguïté du concept de métissage qui supposerait qu’il y ait eu au préalable des « corps purs » alors que les langues ne se constituent que dans et par le contact. La difficulté de penser le contact dans la durée, d’appréhender une dialectique du un et du composite, s’enracinerait dans une vision monolithique des langues, en partie héritée de la période coloniale et de l’idéologie jacobine. L’ouvrage, perçu comme un état des lieux, un bilan de ce qui peut se dire aujourd’hui de la question des langues au Maghreb, a donc pour ambition de « desserrer » quelques nœuds idéologiques, passionnels et identitaires. Il le fait avec le concours de nombreux chercheurs et universitaires algériens, marocains et tunisiens, qui ont pu se rencontrer et discuter de ces questions souvent épineuses dans le contexte maghrébin, loin des discours politiques formatés et convenus. C’est, il me semble, un des grands mérites de cet ouvrage qui accompagne les changements en cours au Maghreb (reconnaissance progressive de la diversité culturelle incluant l’héritage berbère, roman, juif, français) et qui témoigne que les tabous et les tensions de la période post coloniale sont peu à peu remis en question. En ce sens, cet ouvrage n’a pas seulement une portée scientifique mais s’inscrit dans une démarche de coopération, qui a très certainement nécessité un important travail de contacts préliminaires, de discussions et de relectures.

2L’ensemble des articles, comme il est d’usage dans un ouvrage collectif de ce type, ne répond pas toujours aux exigences théoriques et épistémologiques souhaitées par l’architecte de l’entreprie, mais offre un panorama extrêmement intéressant et documenté de l’évolution linguistique historique et contemporaine des langues au Maghreb. Si, pour le Maroc, une première approche réflexive et historique de l’arabisation a été entreprise (Aguade, Cressier et Vicente, 1998) il me semble qu’il s’agit ici d’un apport très riche pour l’Algérie et la Tunisie. Comme le souligne J. Lentin, on ne dispose pas d’une histoire linguistique du Maghreb, et ce volume pose des premiers jalons extrêmement précieux. Une autre qualité de l’ouvrage est de ne pas masquer les différentes interprétations et analyses concernant le rôle et la diffusion de certaines langues. Ainsi la diffusion et l’influence de la langue turque ou le statut de la langue franque ne font pas l’unanimité, et ceci tient le plus souvent aux types de sources consultées. En fonction de l’approche adoptée, on voit également les langues traitées comme des ensembles plus ou moins homogènes ou, du moins, identifiées par opposition à d’autres langues (cf. le punique versus le latin, le berbère versus l’arabe, le turc, l’espagnol, l’italien, le français versus l’arabe, etc.) ou, au contraire, et plus particulièrement dans le cas de l’arabe, appréhendées comme des ensembles hétérogènes regroupant différentes variétés, plus ou moins identifiées. Le contact linguistique est principalement appréhendé sous l’angle de l’emprunt lexical, et plus rarement sous l’angle de l’interlangue ou du code switching. Selon l’approche adoptée et selon les catégories et les dénominations employées, une même réalité linguistique peut apparaître comme formant une langue unifiée ou au contraire être caractérisée par son mélange et sa diversité. C’est à ce niveau que les catégorisations employées non seulement par les acteurs mais également par les chercheurs doivent être analysées et parfois repensées. Comme le souligne S. Branca-Rossof, c’est très certainement autour de cette question des dénominations et des catégorisations que historiens et linguistes peuvent collaborer. L’éclairage réciproque entre présent et passé me semble ici réussi et la plupart des contributions historiques évitent les pièges de l’anachronisme. Pour faire vite, l’éclairage du passé témoigne que le plurilinguisme et le contact des langues sont parmi les permanences du Maghreb. Pendant longtemps la langue n’était pas un élément déterminant de l’identité, évidence qu’il est nécessaire de rappeler à nos contemporanéistes. Le présent nous rappelle que l’écrit et l’oral ne sont pas identiques qu’ils s’agissent de langues ou de variétés différentes. Lorsqu’on travaille sur des sources écrites il faut donc faire attention à ne pas en déduire des informations qu’elles ne peuvent pas précisément apporter (J. Lentin). L’absence de mention d’une langue dans les sources écrites ne signifie pas que cette langue n’existait pas à l’oral. De même le type de contact de langue n’est pas le même à l’écrit ou à l’oral, la situation actuelle de l’arabe en est la parfaite illustration.

3Il ne saurait être question de discuter ou d’évoquer l’ensemble des articles et je n’en soulignerai que les points qui m’ont plus particulièrement intéressée. En tant que linguiste travaillant sur la période contemporaine, j’ai évidemment beaucoup apprécié les articles historiques à la fois par les informations qu’ils fournissent sur des périodes que nous connaissons mal mais également par l’acuité de leur analyse sur les rapports langue/pouvoir et langue/identité. Parmi les points forts, on retiendra qu’une conquête politique ne s’accompagne pas toujours d’une politique linguistique assimilationiste visant à l’usage exclusif d’une langue officielle ou à l’uniformisation des populations autochtones (cf. la conquête romaine au Maghreb, la conquête normande en Sicile, la conquête ottomane). Les conquêtes et les colonisations instaurent des rapports de domination mais également des situations d’échanges mutuels, de circulations, des possibilités de s’intégrer à un vaste espace méditerranéen que celui ci soit dominé par les romains, les arabes ou les ottomans. Ainsi l’article de H. Jaïdi sur l’usage du néo-punique à la période romaine témoigne que la conquête romaine du Maghreb ne s’est pas traduite pas une imposition exclusive du latin. Le néo-punique s’est maintenu plusieurs siècles comme le montrent les témoignages historiques où l’on voit des membres de l’élite locale urbaine continuer de pratiquer le punique pendant plus de deux siècles. Ce n’est qu’à partir du ve siècle, que l’usage du néo-punique s’est restreint peu à peu aux zones rurales. La Sicile du xiie siècle représente un autre exemple de diversité linguistique avec la coexistence du romain, du grec et de l’arabe pendant les premiers siècles de la conquête normande. L’utilisation de l’arabe ou du grec ne renvoie pas à des appartenances ethniques ou confessionnelles. Juifs et chrétiens peuvent être arabophones, des héllenophones sont de religions diverses. Mais A.-L. Nef ne propose pas une lecture idyllique de ce passé et considère que le pouvoir normand a instrumentalisé le plurilinguisme comme outil de division et de contrôle.

4L’impact de la conquête ottomane concernant la diffusion de la langue turque est diversement interprété. Pour M. Ben Achour, l’influence de la langue turque fut assez tôt concurrencée par l’italien dans la cour beylicale tunisienne et l’arabe resta la principale langue de communication administrative. À l’inverse, S. Bargaoui considère que cette influence fut importante et ne peut être limitée à des rapports de domination et de contrainte. Cette perspective s’appuie sur des travaux comme ceux de L. Blili concernant les modes alimentaires et vestimentaires de la cour beylicale et ceux de A. El Moudden concernant l’influence de la langue turque au Maroc, pays qui n’a jamais été occupé par les Ottomans mais dont la langue garde la trace de nombreux emprunts à la langue turque (A. El Moudden). Rapports de dominations, rapports d’échanges mutuels, imposition, appropriation ? Ces questions sont valables pour toutes les périodes d’occupation et concernent à la fois les dominants et les dominés, les occupants et les occupés, les groupes majoritaires et les groupes minoritaires.

5Particulièrement intéressant de ce point de vue est la situation linguistique des expulsés andalous du xvie siècle et des Mauresques musulmans de l’Espagne chrétienne qui entretiennent un rapport ambigu avec l’arabe, langue perdue et l’espagnol castillan, langue des chrétiens qu’ils essaient de s’approprier de l’intérieur par le biais de certains mots, noms propres et l’emploi de caractères arabes (H. Bouzineb). Les expulsés andalous amènent avec eux la langue espagnole qui s’installe dans de nombreuses villes du Maghreb comme à Salé au Maroc (L. Maziane) ou en Tunisie (B. Vincent) et qui se maintiendra jusqu’au xviiie siècle, laissant de nombreuses traces non seulement dans le lexique mais dans la structure de certains parlers citadins.

6C’est finalement l’histoire de l’arabisation ainsi que la place et le statut du berbère avant et après la conquête qui restent les plus mal connus. Comme pour toutes les périodes anciennes où historiens et linguistes travaillent sur des documents écrits, il n’est pas facile de connaître la réalité des usages oraux. Notre représentation de la situation linguistique est conditionnée par l’accès aux sources écrites et la nature de ces sources. Il est ainsi très difficile d’évaluer la situation exacte du berbère au moment où la conquête arabe s’installe au Maghreb, du fait de l’extension préalable du punique et du romain (D. Caubet). Plusieurs articles traitent de l’histoire et de la présence berbère tant au Maghreb qu’en Andalousie. M. Tilmatine, à travers l’étude d’un manuscrit botanique contenant de nombreux termes berbères, considère que la présence berbère en Andalousie a été largement occultée. M. A. Haddadou étudie l’étymologie lexicale berbère et met en évidence les très nombreux emprunts que le berbère a pu faire aux langues avec lesquelles il a été en contact et soulève la question d’une homogénéisation éventuelle du vocabulaire berbère telle que demandée actuellement par certains militants berbéristes. Si le berbère est essentiellement une langue orale, il existe néanmoins des manuscrits berbères écrits en caractères arabes retrouvés dans le sud marocain qui permettent d’étudier l’évolution des parlers tachelhit-s (A. Bounfounr). Cette production écrite fut essentiellement de nature religieuse et a eu pour fonction de faciliter l’apprentissage du message coranique. Elle témoigne donc de l’histoire de l’islamisation et de l’arabisation de cette région. Que ce soit au Maghreb ou en Andalousie, les positions pragmatiques de l’école juridique malékite permettent l’utilisation d’autres langues que l’arabe pour faciliter la compréhension du message coranique.

7En dehors des sources écrites, l’onomastique, la toponymie et l’anthroponymie sont des domaines très riches pour l’histoire du peuplement et l’histoire des rapports de pouvoir. Les contributions de F. Benramdane et O. Yermèche sont ici très intéressantes car elles montrent combien l’évolution des toponymes, des ethnonymes et des anthroponymes reflète les enjeux de pouvoir, les tentatives d’inscription symbolique mais également d’effacement et de recouvrement de la mémoire collective. Dans les régions berbérophones, les toponymes étaient formés à base d’ethnonymes symbolisant la filiation proclamée et symbolique des groupes qui occupaient ces lieux. Ces toponymes furent partiellement arabisés après la conquête et formés par une base arabe de type douar, ouled, beni et d’un ethnonyme, lui même plus ou moins arabisé mais reflétant toujours une filiation proclamée. La colonisation française introduisit un changement radical en effaçant systématiquement toutes les traces d’affiliation tribale. À l’indépendance, les toponymes français furent rebaptisés et arabisés mais les évocations d’affiliation tribales restèrent toujours aussi effacées… L’usage des toponymes et des anthroponymes indiquent également que les usages officiels et institutionnalisés ne s’accordent pas toujours avec les usages oraux qui résistent aux transformations imposées par le haut.

8Quand à l’arabe, si la dialectologie historique et contemporaine est assez riche (D. Caubet, T. Baccouche et S. Mejri pour l’Atlas de la Tunisie, P. Behnstedt et M. Benabbou pour les frontières arabes/berbères au Maroc), il reste encore beaucoup à faire pour étudier sur le plan historique sa diffusion réelle, ses domaines d’emploi et ses caractéristiques linguistiques, en particulier dans les villes portuaires où se côtoyait une population cosmopolite. On retrouvera l’évocation des contacts culturels et linguistiques dans le Maghreb médiéval chez de nombreux autres auteurs qui évoquent des figures de passeurs ayant fréquemment recours à l’emprunt et à l’interférence : marchands européens au Maghreb médiéval (T. Mansouri), savants polyglottes, comme l’andalou Ibn Zohr (D. Yayouche), mais également traducteurs au xviiie siècle en Algérie ou en Tunisie (K. Bendana), traducteurs comme Venture de Paradis qui écrivait dans des langues mixtes mêlant français, arabe, turco-ottoman (M. Meouak).

9À travers tous ces articles se dégagent un Maghreb et des rivages méditerranéens plurilingues et pluriculturels, avec des villes portuaires ou côtières où se côtoyaient des populations aux origines multiples incluant corsaires, rénégats, captifs, etc. et des « passeurs », hommes ou femmes, permettant ou facilitant les mélanges linguistiques et culturels. Dans ce contexte, deux questions sont posées : quel était le degré réel de plurilinguisme des populations, en dehors des élites urbaines et quelles étaient les langues de communications entre les différentes communautés ? Le débat dans cet ouvrage concerne essentiellement le statut de la lingua franca ou franco ou langue franque. L’éventuelle présence d’une lingua franca ou langue franque qui aurait servit de langue de communication entre les deux rives de la Méditerranée et les différentes communautés des villes portuaires a été régulièrement mentionnée, sans que l’on ait retrouvé de documentation permettant de cerner précisément les caractères linguistiques de cette lingua franca, ni l’étendue de sa diffusion. Un récent ouvrage de Guido Cifoletti (2004), l’un des spécialistes de cette question en fait d’ailleurs le point. Les contributions de N. Lafi, N. Planas et J. Dakhlia se penchent sur cette lingua franca, défendant parfois des thèses différentes en fonction des sources prises en considération. N. Lafi, à partir des archives de la Ville de Tripoli et des chroniques historiques, doute que cette lingua franca puisse être considérée comme une langue à part entière et qu’elle ait eu une diffusion importante. Elle estime que l’arabe était la principale langue de communication même si cet arabe empruntait aux langues turques et européennes (espagnol et italien principalement). N. Planas, se basant sur des récits de voyageurs mais également des sources provenant de l’Inquisition espagnole estime que cette langue franque ou franco était d’usage courant à Alger mais n’excluait pas l’usage d’autres langues. De nombreux renégats installés à Alger continuaient à parler l’espagnol, le français ou l’italien. Comme cette lingua franca était d’un usage exclusivement oral, il est difficile d’en trouver des traces écrites, sauf quand ces écrits ont pour fonction de transcrire des éléments d’oralité. Dans tous les cas cette lingua franca n’effaçait pas le plurilinguisme. Les archives de l’Inquisition espagnole révèlent par ailleurs un phénomène fort intéressant : les critères de distinction entre chrétiens et musulmans sur les deux rives de la Méditerranée sont très flous et la langue n’est pas un critère distinctif pertinent. J. Dakhlia introduit une réflexion plus philosophique concernant le rôle identitaire et symbolique de cette langue franque, langue qui ne serait revendiquée par personne, langue de l’entre-deux. Pour J. Dakhlia l’existence de cette langue franque nous interpelle car elle ne correspond pas à nos conceptions souverainistes de la langue, c’est une langue sans frontières, sans principe territorial. Langue à base romane, la langue franque symboliserait la diversité, la coexistence et le mélange qui prévalaient dans ces villes portuaires. C’est cette diversité et ce mélange qui ont ensuite été refusés par la césure qu’auraient instauré la période coloniale puis le culte nationaliste de l’arabité. Pourtant la romanité de la langue franque transparaîtrait dans les parlers maghrébins actuels.

10Ce débat autour de l’existence d’une éventuelle langue franque interpelle le linguiste, surtout que des thèmes comme « la langue est-elle une invention des linguistes ? » (Calvet, 2004), sont actuellement fort débattus. Il n’est donc pas inutile de rappeler que si les langues sont d’une part formées d’éléments concrets (sons, mots, structures grammaticales) elles sont aussi des constructions sociales et politiques. La nomination, la catégorisation et l’institutionnalisation participent de l’élaboration d’une langue. Dans le cas des langues dites mixtes, il n’est pas toujours facile, critères linguistiques à l’appui, de distinguer entre une variété de langue caractérisée par un fort degré d’emprunt (dans le cas maghrébin, un parler espagnol avec de nombreux emprunts arabes et berbères par exemple qui peuvent également modifier la phonologie et la morphologie du parler) et une « langue mixte », autonome, caractérisée par des structures grammaticales différentes. Comme le souligne S. Branca-Rossof, c’est très souvent le fait de nommer qui va entériner l’existence d’une langue

« le nom constitue ces réalités mouvantes en ensembles homogènes. Les appellations qui viennent s’inscrire dans la conscience collective accompagnent la reconnaissance de nouvelles parlures… ».

11Ce processus de reconnaissance, dénomination, individualisation concerne tout autant l’évolution des variétés/dialectes en langues (cf. le cas des langues romanes) que la stabilisation de langues mixtes types pidgins, créoles, langues véhiculaires. Mais l’on pourra aussi objecter que les activités de nominations/catégorisations varient beaucoup d’une société à une autre, d’une époque à une autre. Beaucoup de peuples n’ont pas de termes spécifiques pour désigner leur « langue », décrite pourtant par les linguistes comme des langues spécifiques…

12La diversité et la mixité des parlers arabes historiques et contemporains sont discutées dans plusieurs articles, décrivant en particulier les nombreux emprunts faits à l’espagnol, au turc, à l’italien et au français. Il faut souligner ici que les emprunts, s’ils sont souvent plus aisément repérables ne doivent pas être les seuls traits considérés dans les phénomènes de contact et d’interférence. Les langues se pénètrent aussi par la phonologie, la syntaxe et parfois la morphologie. Actuellement les parlers empruntent toujours vers le français et l’anglais mais également vers l’arabe classique et là encore il faut distinguer entre usages écrits et usages oraux (Z. Iraqui Sinaceur). En ce qui concerne les dialectes arabes, les catégories linguistiques nécessitent d’être utilisées avec prudence. Qu’est ce qu’un parler citadin dans le monde arabe ? Est ce une catégorie dialectale telle qu’elle a été érigée par les pères de la dialectologie arabe par opposition à des parlers bédouins et ruraux ou est-ce tout type de parler employé dans un environnement urbain ? D. Caubet nous rappelle que les palais des sultans formaient des isolats linguistiques dans les villes marocaines impériales puisqu’ils rassemblaient des groupes d’origine bédouine ne partageant pas du tout les parlers « citadins » utilisés par les habitants de ces villes. H. Miliani, pour la chanson algérienne, montre combien les différents genres musicaux reflètent parfois les oppositions ruraux/urbains ou au contraire mêlent en de nouveaux genres les styles considérés comme bédouins ou urbains. La chanson algérienne a par ailleurs largement mélangé le français et l’arabe. K. Taleb-Ibrahimi décrit ce qui est communément désigné comme « parlers jeunes » (dont là encore on peut débattre de la spécificité ou pas), c’est-à-dire ce langage employé par les jeunes algérois mêlant français, arabe dialectal et nombreux néologismes. On retrouve cet usage mixte dans les technolectes (L. Messaoudi) oraux ou écrits comme la langue du code de la route, la langue des garagistes, les notices médicales, etc. Ces usages mixtes ne reflètent donc pas la coupure entre français et arabe instaurée dans les discours et les registres officiels et éducatifs. Les politiques linguistiques du Maghreb ou politiques d’aménagement dans la littérature plus didactique ont fait et font toujours l’objet de nombreuses études. Celles-ci montrent les limites des politiques volontaristes d’arabisation, limites révélées en partie par les stratégies parentales d’éducation : dans les trois pays du Maghreb l’élite cherche à offrir une éducation francophone (ou au mieux bilingue) à ses enfants et laisse les écoles publiques arabes aux classes populaires. On retrouve ces constatations dans les articles de N. Jerad et F. Bouhadiba ainsi qu’une réflexion sur le degré d’autochtonie du français vis-à-vis de l’arabe littéraire au Maghreb. À ce niveau, il est étonnant de constater combien les élites actuelles du Maghreb semblent « s’accrocher » au français, dont on connaît par ailleurs le déclin sur la scène internationale, en particulier dans les domaines scientifiques et techniques. Quid de l’anglais pour les nouvelles générations, membres ou pas de l’élite ? On a du mal à croire que le Maghreb reste en dehors de la déferlante anglo-saxonne. Si tel est le cas, ce qui est fort possible, comme on peut le constater lorsqu’on côtoie des universitaires maghrébins dans des colloques internationaux, les impacts collatéraux de la colonisation française sont loin d’être finis ! 

13Pour conclure, on soulignera la richesse de cet ouvrage. Parmi les faiblesses, inhérentes à ce type d’entreprise collective qui se veut un état des lieux des recherches en cours, on notera que sur certains points les articles n’apportent pas grand chose de nouveau par rapport à ce qui a été publié ailleurs. Cela me semble plus particulièrement vrai pour la période contemporaine, qu’il s’agisse de la situation dialectale ou des politiques linguistiques. Que ce soit pour l’Algérie ou pour la Tunisie, on attend des recherches dialectales de la qualité de celles entreprises au Maroc. De même, en ce qui concerne les politiques linguistiques, il me semble qu’il faut aller plus loin que le constat d’échec ou la critique de certaines circulaires pour s’interroger, à l’instar de N. Haeri (2004) sur les raisons profondes qui entravent toutes tentatives réelles de réforme de l’arabe.

14Mais il s’agit là d’un constat qui concerne bien d’autres pays arabes en dehors de ceux du Maghreb. On aimerait voir beaucoup d’autres ouvrages de ce type sortir sur ou dans les pays du Mashrek. Et il faut remarquer que, si le Maghreb est supposé connaître des conflits linguistiques beaucoup plus marqués que la plupart des pays moyen-orientaux, il n’y a pas eu, à ma connaissance, beaucoup d’entreprises similaires effectuées au Moyen-Orient (Doss et Miller, 1997). Les résistances les plus fortes ne sont pas toujours là où on le pense, et le Maghreb m’apparaît relativement innovant à l’heure actuelle.

Haut de page

Bibliographie

Aguade Jordi, Cressier Patrice et Vicente Angeles (dir), 1998, Peuplement et Arabisation au Maghreb Occidental, Madrid Zaragoza, Casa de Velazquez- Universidad de Zaragoza.

Cifoletti Guido, 2004, La lingua franca barbaresca, Rome, édition Il Calamo.

Calvet Louis-Jean, 2004, Essais de linguistique. La langue est-elle une invention des linguistes ?, Paris, Plon.

Haeri Niloofar, 2003, Sacred Language, Ordinary People, New York, Palgrave MacMillan.

Doss Madiha and Miller Catherine (dir.), 1997, Les langues en Egypte, Le Caire, Cedej, (Égypte Monde Arabe 27-28).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Miller, « Jocelyne Dakhlia ed., Trames de langues. Usages et métissages linguistiques dans l’histoire du Maghreb, Tunis-Paris, IRMC, Maisonneuve & Larose, 2004, 561 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 107-110 | septembre 2005, mis en ligne le 12 janvier 2006, consulté le 30 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/2844

Haut de page

Auteur

Catherine Miller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page