Navigation – Plan du site
II. Lectures

Tachjian Vahé, La France en Cilicie et en Haute-Mésopotamie. Aux confins de la Turquie, de la Syrie et de l’Irak (1919-1933), Paris, éditions Karthala, 2004, 465 p.

Nadine Méouchy
p. 521-527

Texte intégral

1Vahé Tachjian nous offre avec cet ouvrage, de facture classique et sans aspérités stylistiques, un apport documentaire considérable, qui ouvre de véritables horizons à la réflexion des historiens de la Turquie, de la Syrie et de l’Irak dans l’Entre-deux-guerres.

2Cette richesse documentaire est fondée sur l’exploitation des sources diplomatiques et militaires françaises, des sources de presse arménienne et de la bibliographie existante sur le sujet traité. Les sources de la partie turque ne sont pas utilisées mais l’auteur recoupe une partie des données des archives françaises avec les informations fournies par des historiens tel Erik Jan Zürcher, ayant travaillé sur les sources turques.

3Vahé Tachjian est de ces jeunes historiens qui mettent à profit le fonds volumineux des archives diplomatiques et militaires françaises, et notamment celles du Haut-Commissariat de Beyrouth, dont on ne vantera jamais assez les prodigieuses ressources, pour revisiter l’historiographie de la France coloniale au Proche-Orient. Cet ouvrage vient en effet s’inscrire, en France, dans un profond mouvement d’accumulation des savoirs et de renouvellement des questionnements, relatif à l’histoire de la France coloniale mais, aussi, aux sociétés locales du Proche-Orient entre la Première et la Seconde guerre mondiale. Ce mouvement, initié dans les années1980, est véritablement porteur à partir des années 1990. J’ai déjà eu l’occasion de souligner, dans cette rubrique, à quel point le mandat français en Syrie et au Liban est un sujet d’étude récent pour les historiens français ; à quel point ce sujet d’étude porta longtemps l’empreinte des cloisonnements imposés par les historiographies nationales, arabes en particulier ; à quel point l’histoire politique et l’histoire des idées y recouvrirent les autres champs de cette discipline.

4Les principales qualités du travail de Vahé Tachjian relèvent de registres divers : tout d’abord la masse considérable de données qu’il réunit dans ce livre constitue un corpus de premier ordre en phase totale avec les questionnements actuels des sciences sociales, dont l’histoire évidemment mais pas uniquement. Ensuite, l’entrée même de son sujet par la périphérie, aux confins de territoires nationaux, peuplés de communautés multiples et enjeux de forces contradictoires. Enfin, la question centrale de l’ouvrage est celle du rapport entre minorités, territoires et États en temps de crise, c’est-à-dire dans la temporalité de la construction nationale et de l’intervention étrangère. Au regard de ces qualités fondamentales, les critiques, inhérentes à toute production du savoir, m’apparaissent ici tout à fait secondaires.

5L’ouvrage de Tachjian croise les espaces territoriaux et nous dévoile, dans leurs interactions, les acteurs « multiples et hétérogènes » des années vingt : Anglais et Français, Turcs, Arabes de diverses confessions, Arméniens, Kurdes et Tcherkesses. À l’heure du partage de l’Empire ottoman, chacun d’eux retrouve sa place dans le vaste jeu stratégique, aux moults rebondissements politiques et militaires, qui caractérisa la mise en place des États modernes ; et cela, dans le contexte des rivalités entre puissances coloniales1, entre 1919 (année du retrait anglais de Syrie et du début de l’offensive militaire kémaliste) et 1933 (massacre et exode des Assyro-Chaldéens d’Irak). Ainsi, Vahé Tachjian a le mérite, non seulement de restituer des pans entiers de l’histoire partagée (souvent dans la douleur) des Français, des Turcs, des Arabes, des Kurdes et des Arméniens mais aussi d’articuler ensemble des histoires habituellement régionalisées : entre Irak, Syrie et Turquie, entre les portes arméniennes du Caucase et la résidence des Pins à Beyrouth2, le projecteur de l’auteur balaye l’histoire d’une bonne décennie en partant de la Cilicie pour suivre l’incertaine frontière entre les trois pays et s’éteindre en haute-Mésopotamie (ou haute Jazira). L’éclairage choisi par l’auteur pour traiter de la politique mandataire, des minorités et des États locaux, part donc de la périphérie, loin de Beyrouth, d’Ankara et de Bagdad ; cette distance met en perspective, tout-à-fait originale me semble-t-il, les données dont ce livre fourmille.

6En premier lieu, pour ce qui est du rôle de la France en Cilicie et en Haute-Mésopotamie, les développements éclairants de Vahé Tachjian concernent d’une part l’élaboration à Paris de la politique coloniale et, d’autre part, les profondes divergences d’analyse et d’opinion qui apparaissent chez l’acteur français, en particulier dans l’application de cette politique. La France sera passée d’une opposition ferme, en 1914, au démembrement de l’Empire ottoman – où elle est le premier investisseur étranger – au principe du partage de l’Empire, en 1916, avec les accords Sykes-Picot. Ensuite, après la victoire des Alliés et sous la double pression britannique et kémaliste, la politique française s’incarne en partie dans une succession de reculs territoriaux par rapport à ses ambitions premières : premièrement, la région de Mossoul, incluse dans la zone d’influence française selon les accords Sykes-Picot, est « cédée officiellement par la France à l’Irak sous mandat britannique » (p. 27 et 301) ; en second, la Cilicie, dont l’appartenance à la Syrie est unaniment reconnue en France, passe sous l’autorité des kémalistes avec les accords d’Angora en octobre 1921 ; troisièmement, le tracé finalement officialisé de la frontière syro-turque (mai 1930) renonce aux ambitions françaises du Traité de Sèvres (août 1920) au bénéfice territorial de la Turquie ; enfin, le rattachement du mont Sinjar à l’Irak en 1931 et la perte du Sandjak syrien d’Alexandrette en 1939, viendront clore la liste des « concessions » territoriales accordées par la France mandataire (sans évoquer la région méridionale du Lac Houleh rattachée à la Palestine en décembre 1920).

7En Cilicie, tout comme en Haute Mésopotamie, l’auteur décrit bien les mécanismes de l’association entre la politique coloniale et les minorités locales, souvent par le biais de leurs élites. Il montre comment les stratégies spécifiques adoptées par la France vis-à-vis des minorités, selon le temps et le lieu, témoignent de ce que l’on peut appeler la realpolitik coloniale française. La brève histoire de la France en Cilicie apparaît comme celle d’une succession de démissions, voire de trahisons, par rapport aux engagements explicites et implicites pris envers les minorités chrétiennes en particulier, au nom de la réconciliation avec la Turquie et de l’affirmation de la position française en Syrie.

8Tout comme l’étude de J.-D. Mizrahi publiée un an plus tôt3 a mis au jour les redoutables rivalités entre le Service des Renseignements et le Haut-Commissariat, l’ouvrage de Vahé Tachjian ancre dans des situations régionales les contradictions et les conflits entre le Quai d’Orsay à Paris et le Haut-Commissariat à Beyrouth, entre le Haut-Commissaire et certains officiers supérieurs en poste dans les provinces ; les affrontements en sont pas rares en temps de crise. Des crises qui dévoilent les rivalités entre commandement militaire et direction politique et les failles qui en résultent, par exemple une certaine impéritie dans la prise de décision militaire. Impéritie avérée dans l’incroyable défaite de Marach, en février 1920, dans laquelle, près de 75 ans plus tard, les motivations exactes du colonel Normand, qui ordonna l’évacuation de la garnison de la ville, ne sont toujours pas éclaircies. Mais « l’affaire de Marach », au-delà de son importance stratégique sur le cours des opérations militaires, provoqua aussi de violents échanges et des haines inextinguibles, qui ne restèrent pas sans conséquence, entre le commandement de Cilicie et le Haut-Commissariat à Beyrouth, principale instance politique et militaire française au Levant » (p. 130). Dans ce commandement, le lecteur retiendra sans aucun doute la figure du colonel Brémond, « parfait officier colonial français » (p. 56) : ancien d’Afrique du Nord comme la plupart des officiers du Mandat, ancien de la campagne de Palestine, il est nommé administrateur en chef de l’Arménie, c’est-à-dire de la Cilicie, en décembre 1918 (p. 61). Convaincu que les Arméniens représentent le « point d’appui unique » de la France en Cilicie (p. 144-145), il y favorise leur retour et s’affronte pour cette raison avec le commandement britannique et les autorités locales ottomanes. Ensuite, partisan d’un ensemble territorial autonome sur la Cilicie et le sandjak de Marach, il incarnera « le principal pôle d’opposition à la politique de la diplomatie française tendant à aboutir à une entente avec les kémalistes » (p.143). Brémond sera rappelé à Beyrouth par le général Gouraud, en septembre 1920.

9En second lieu, le long de tracés frontaliers progressivement établis dans le conflit, Vahé Tachjian suit pas à pas la tragédie des minorités que les nationalismes arabe et surtout turc, engagés dans la construction étatique moderne, ont voué à l’assimilation ou à l’exode au nom de l’homogénéisation de la nouvelle nation. Dans le rapport entre États modernes et minorités, l’auteur souligne que ces dernières apparaissent désormais comme des « peuples sans État » et donc sans valeur. Plus que jamais les minorités ressentent le besoin au moins de la protection d’un puissant (la France par exemple) et au mieux de la création d’un État autonome ou indépendant, telle l’éphémère Arménie entre le 28 mai 1918 et le 2 décembre 1920, date de la « chute et soviétisation définitive de la république d’Arménie » (p. 367), et surtout tel le Liban : une communauté parmi d’autres y a bâti l’État national en s’appuyant sur la France dans une conjoncture favorable. Dans l’exemple libanais, il y a eu instrumentalisation réciproque entre la France et une communauté locale. Mais le cas existe de petites minorités sans prétention nationale qui se prêtent également au jeu du puissant, comme les Tcherkesses qui assurent leur destin en s’élevant au rang de force de frappe répressive pour le compte des Français. L’instrumentalisation des minorités par les deux grandes puissances coloniales, ici c’est évidemment de la France qu’il s’agit, est le véritable fil conducteur de l’ouvrage.

10Cette entrée de l’histoire moderne du Moyen-Orient – États modernes et instrumentalisation des minorités – est, me semble-t-il dans la filiation méthodologique des travaux de Hamit Bozarslan qui portent sur les mêmes régions et sur la même période. L’ouvrage de Bozarslan (1997) sur la question kurde problématise des questions de portée générale pour l’ensemble de la région : quand il démontre que « nationalisme et mouvement nationaliste ne constituent pas le même objet de recherche », quand il met en relation l’ordre étatique moderne et les dynamiques internes de la société kurde (autrement dit d’une minorité dans l’État national) et quand il les analyse comme des dynamiques centrifuges (p.15-21). Dans le sillage de cette étude novatrice, Tachjian examine la politique française en Cilicie, qui évite de privilégier ouvertement une communauté locale en particulier et qui s’efforce de les gagner toutes grâce à « une stratégie de contrôle et de redistribution », par l’ouverture d’écoles par exemple (p. 69). L’auteur interroge aussi les ajustements des méthodes françaises « aux structures internes à chaque communauté » en Cilicie tout particulièrement et dans les territoires de l’Est pour ce qui est des Kurdes (p. 84-105) ; si les efforts français sont globalement centrés sur quatre communautés, les Arméniens, les Arabes alaouites, les Tcherkesses et les Kurdes, les méthodes de rapprochement varient : les interlocuteurs sont les chefs tribaux chez les Kurdes et les Kurdes alévis, les partis politiques et les chefs religieux chez les Arméniens, les grands notables chez les Alaouites et les Arméniens.

11Nous voyons bien comment, par le biais de l’histoire coloniale, par celui des interactions entre ordre étatique national et minorités, l’historien est conduit à mobiliser l’histoire sociale locale et ultimement à interroger les modes d’action sociale et politique. En ce sens également, et paradoxalement pour certains, l’essor français des études coloniales stimule la recherche sur les sociétés proche-orientales.

12Parce que la phase d’accumulation des savoirs est toujours en cours dans notre domaine, la caractéristique de la majorité des études historiques sur le Moyen-Orient est de ne concerner qu’un seul ensemble (monographie régionale, communauté(s) particulière(s), histoire urbaine, etc.). Vahé Tachjian a le mérite de traiter de l’ensemble des minorités de l’aire géographique concernée par son étude ; il met toutefois l’accent sur les Arméniens de Cilicie puis sur les réfugiés kurdes et arméniens de haute Jazira dont il analyse de façon très pertinente une alliance politique ponctuelle à travers deux partis nationalistes (le Khoyboun et le Tachnagtsoutioun) ; il appréhende ces populations dans leur condition de départ, citadins ou ruraux, dans leur migration transfrontalière, dans leurs rapports à des territoires différents. Parmi ces territoires, il identifie et différencie le sort singulier de la Cilicie, terre d’un projet colonial avorté parce que la raison d’État française et les raisons du terrain minoritaire sont soudainement devenues incompatibles, avec celui de la haute Jazira, qui fut la seule terre de colonisation du Mandat français et dont le projet de développement fut une incontestable réussite.

13L’auteur montre bien que, si le tracé frontalier fut l’objet d’interminables litiges politico-juridiques entre les trois États (Turquie, Syrie sous mandat, Irak sous mandat), les véritables enjeux, eux, étaient situés dans les zones placées de part et d’autre de ces lignes fictives. Que ces enjeux avaient à voir avec les populations habitant ces zones, avec leurs relations passées et présentes au pouvoir central et subséquemment avec la façon dont l’État turc ou la France pouvaient instrumentaliser ces populations au nom de leur intérêt national, économique ou politique. De ces développements émerge la pertinence d’un questionnement sur les zones frontières ou les espaces frontaliers. De ce point de vue, l’étude de Vahé Tachjian rejoint les propositions d’approches socio-historiques qui problématisent de façon renouvelée la notion de frontière. De même, Hamit Bozarslan rend opératoire le concept de « transfrontaliérité » à partir de l’exemple kurde, c’est-à-dire d’un groupe ethnique à forte identité culturelle et à cheval sur plusieurs États. Ce concept défini comme « débordement des frontières, (…) conçoit la frontière et son dépassement dans un processus historique » (Bozarslan, 1997 : 297). Il s’inscrit donc dans une configuration qui part du tracé frontalier pour analyser les « débordements » spatiaux mais dans laquelle la frontière demeure une ligne traversée. De manière plus générale, les sciences sociales, stimulées depuis plus de vingt ans par des données nouvelles (mondialisation, effondrement du bloc communiste, etc.) s’interrogent, à la convergence de leurs disciplines, pour penser autrement la question de la frontière, conçue comme espace et non comme ligne, en sortant des problématiques strictement nationales4: la frontière est réfléchie, de part et d’autre de la ligne juridique et des tracés officiels, dans ses espaces humains et culturels, dans les configurations sociales et économiques qu’elle bouleverse et qu’elle recompose, pour se charger progressivement d’un contenu culturel, sociologique, anthropologique, etc.

14Le moment historique fondateur des tracés frontaliers nationaux fut sans conteste celui de la délimitation des identités attribuées aux territoires. On comprend mieux, dès lors, l’archarnement des kémalistes non seulement à chasser les Arméniens, porteurs d’un double péché originel – leur irréductible différence identitaire et leur alliance avec l’ennemi français –, mais aussi à les priver de toute base territoriale en Cilicie. La confiscation des terres et des immeubles n’avait pas pour but ultime l’enrichissement immédiat des usurpateurs (État turc ou individus privés), elle visait à prévenir toute idée de retour chez les Arméniens. Les kémalistes qui avaient déjà assisté à un retour d’Arméniens, après les massacres de 1915, dans la Cilicie de 1919 et dans le sillage des troupes françaises, voulaient conjurer une telle éventualité : ce retour était considéré par eux comme une atteinte à l’édification de la nation turque. Et puisque les Etats modernes s’affirmaient comme des États de droit, les Arméniens expulsés de Cilicie durent signer un papier disant qu’ils partaient de leur plein gré sans idée de retour. Tachjian nous livre une précieux historique de la législation sur la confiscation des terres et des immeubles entre 1915 et 1932 (p. 202-216), qui place la politique kémaliste dans la succession directe de celle du régime jeune-turc (commanditaire des massacres d’Arméniens de 1915). D’une manière générale, l’étude de Vahé Tachjian atteste, à partir de 1924, d’une « radicalisation et d’une généralisation des mesures de vexation » à l’encontre des populations non turques, chrétiennes surtout, des agglomérations proches de la frontière avec la Syrie : Malatia, Harpout (Kharpert), Diarbékir, Ourfa, Mardin. Tous les chrétiens, Syriaques, Grecs-orthodoxes, Arméniens, citadins et ruraux, sont concernés par cette politique nationale de nettoyage racial par le vide. Quant aux Arabes alaouites de Cilicie, en raison de leur trop grande proximité avec le Sandjak d’Alexandrette et surtout avec la Montagne syrienne qui porte leur nom, ils n’ont pas d’autres choix que l’assimilation ou l’exil. Éloigner tous ceux qui résistent à la turquisation devient en effet la seule politique des kémalistes à l’égard des minorités musulmanes, une fois que Mustafa Kémal a appliqué la séparation des identités turque et musulmane (p. 188) : 1922, abolition du sultanat, 1923, proclamation de la république et 1924 (3 mars), suppression du califat. Comme l’affirme Bernard Lewis, cité par Tachjian, « l’État-nation territorial » est désormais « fondé sur le peuple turc et formé par la Turquie » (ibid). La suppression du lien religieux avec les Kurdes sunnites, première minorité du pays, ouvre la voie au conflit ethnique et culturel. Avec l’exemple des Kurdes, réfugiés politiques en haute Jazira, Tachjian montre bien encore une fois qu’il ne s’agit pas seulement pour l’État turc d’expulser des indésirables de l’autre côté de la frontière mais encore de les chasser des territoires à proximité du tracé frontalier. Son objectif est de faire expulser les chefs kurdes, engagés contre les Turcs, de la zone frontière constituée par la haute Mésopotamie syrienne. Or les Kurdes se retrouvent là au cœur du litige territorial (le « Bec de Canard ») entre la France mandataire et la Turquie kémaliste, et seront instrumentalisés par la première dans le règlement du tracé frontalier avec la seconde.

15Le fait d’éradiquer des populations, en général minoritaires, considérées comme non intégrables dans l’ensemble national, est en soi un classique de l’histoire du nationalisme et des États-nations : il suffit de se reporter au sort des États (et des populations…) issus de l’éclatement récent de la Yougoslavie ou encore à l’exemple israélien dans lequel confiscation des terres et destruction des immeubles sont le lot quotidien du peuple indésirable. L’insuffisance du tracé frontalier pour se protéger du retour (y compris armé) des expulsés et le besoin de l’État national de se garantir un espace de sécurité bien au delà de la ligne officielle de démarcation identitaire, ont conduit le pouvoir étatique israélien d’aujourd’hui à construire un mur un peu à l’image du mur symbolique que les kémalistes voulaient édifier contre les Kurdes en haute-Jazira en faisant éloigner par les Français tous les grands chefs tribaux « ennemis ».

16Finalement, dans l’ouvrage de Vahé Tachjian, le récit de ces exodes multiples et successifs et l’analyse de ces migrations qui, de zones frontalières en zones frontalières, conduisent in fine les expulsés à s’établir pour la plupart au Liban et en Syrie, soulèvent une question qui mérite d’être posée : les actuels États arabes du Proche-Orient ne seraient-ils pas, du point de vue sociologique au moins, les véritables héritiers de l’Empire ottoman, beaucoup plus que la Turquie contemporaine ? La « sécularisation » opérée par Mustafa Kémal et la turquisation « citoyenne » ont en effet éliminé la diversité communautaire qui faisait une des particularités de cet Empire.

17L’ouvrage de Vahé Tachjian constitue un outil indispensable aux historiens du Moyen-Orient dans l’Entre-deux-guerres. Il interpelle l’histoire coloniale française et l’histoire des confins de la Turquie, de la Syrie et de l’Irak pour montrer en particulier comment un certain nombre de diasporas résultent directement du règlement, en Orient, de la Première guerre mondiale. Il apporte ainsi une contribution certaine à une question d’actualité : l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne. Les apports de l’historiographie contemporaine ne devraient-ils pas, en effet, être compris comme un atout pour le régime d’Ankara, à l’heure où il frappe à la porte de l’Europe, si ce dernier souhaite faire la paix avec tous les acteurs de son passé en reconnaissant le lourd tribut payé par de nombreuses communautés, filles de l’Empire ottoman, à la construction de l’unité nationale turque ? Cette révision de l’histoire nationale turque apparaît peut-être d’autant plus indispensable que les diasporas de ces communautés anciennement ottomanes font entendre leur voix dans l’Union européenne. D’ailleurs, cette révision ne pourrait-elle pas constituer une raison supplémentaire d’intégration en un temps où, en Europe, est depuis longtemps ouvert le débat sur les coûts humains, patrimoniaux et culturels résultant de constructions nationales jacobines, « homogénéïsatrices » et à prétentions universalisantes ?

Haut de page

Bibliographie

Battegay A., Gegerly A. et Barou J. (à paraître en décembre 2004), Les villes, leurs cultures, leurs frontières : regards d’anthropologues sur des villes européennes, L’Harmattan, Paris.

Bozarslan hamit, La question kurde. États et minorités au Moyen-Orient, Paris, Presses de Sciences Po.

Lewis Bernard, 1988, Islam et laïcité : la naissance de la Turquie moderne, Paris.

Mizrahi Jean-David, 2003, Genèse de l’État mandataire. Service des renseignements et bandes armées en Syrie et au Liban dans les années 1920, Paris, Publications de la Sorbonne.

Haut de page

Notes

1 La Grande-Bretagne cherche en particulier à renégocier les accords de Sykes-Picot ; elle est en position de le faire puisque le commandement allié du Levant est entre les mains des Britanniques qui contrôlent donc toutes les décisions militaires jusqu’en novembre 1919, date du début du retrait anglais de Syrie. Ainsi, par exemple, les Britanniques ont exclu les Français des négociations de l’armistice de Moudros signé avec la Turquie le 30 octobre 1918. Ainsi encore, jusqu’en 1920-21, la France est alliée aux Chrétiens en Cilicie alors que la GrandeBretagne s’appuie sur les Kurdes des territoires de l’Est anatolien (Tachjian : 31 (Armistice de Moudros), 38-39, 44, 50, 59-60 et 107-109).
2 C’est le nom de la résidence des Hauts-commissaires français.
3 J.-D. Mizrahi, 2003. Voir ma recension in Remmm 103-104 : 271-344.
4 Je suis redevable de ces développements autour de la notion de frontière à mon collègue Alain Battegay (sociologue, Gremmo et grscnrs, Lyon) avec lequel j’ai eu de nombreuses discussions sur cette question. Pour un exemple de lecture anthropologique de cette notion, on peut se reporter à Alain Battegay, Andras Gegerly et Jacques Barou (à paraître 2004).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadine Méouchy, « Tachjian Vahé, La France en Cilicie et en Haute-Mésopotamie. Aux confins de la Turquie, de la Syrie et de l’Irak (1919-1933), Paris, éditions Karthala, 2004, 465 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 107-110 | septembre 2005, mis en ligne le 12 janvier 2006, consulté le 29 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/2847

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page