Navigation – Plan du site
Première partie – Les partis politiques dans les pays arabes. Tome 2 Le Maghreb

Clivages partisans et partis politiques en Libye

Political cleavages and parties in Lybia
Moncef Djaziri
p. 119-138

Résumés

La société libyenne traverse une période de grands changements socio-économiques qui annoncent à moyen terme d’importants changements politiques. Le bon déroulement de la transition à laquelle la Libye devra faire face, dépend en partie du rôle que pourront y jouer les partis politiques. Cet article est consacré à l’analyse des clivages politiques et partisans en Libye. Après un bref aperçu théorique et un rappel des premières expériences partisanes pendant la période coloniale et au cours des premières années qui ont suivi le prise du pouvoir par Kadhafi, ce texte porte tout particulièrement sur la structuration des oppositions politiques contempo­raines avec leurs ressemblances et différences. Enfin, et s’agissant de la transition, l’hypothèse d’une dynastisation du pouvoir en Libye, évoquée à la fin de l’article, paraît pertinente eu égard à plusieurs facteurs. Une telle transition impliquera la prise en compte des clivages existants et devra s’appuyer sur les organisations partisanes dans ce pays.

Political cleavages and parties in Lybia

Libyan society is undergoing rapid socio-economic change which is likely to bring major political change in the medium term. How smooth the upcoming transition will be depends on the role political parties are allowed to play. This article explores the political and party divides in Libya. After a brief, theoretical outline and review of experiments with political parties during the colonial period and in the years following Kadhafi’s rise to power, the study will focus on the organization of contemporary political opposition groups, their similarities and differences. Finally, and with respect to the issue of transition, the article concludes that the institutionalisation of power through Kadhafi’s heirs, seems a reasonable outcome in view of the factors considered. Such a transition will nevertheless have to make allowance for existing cleavages and rely on partisan organizations.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous reprenons la formule utilisée par Ghassan Salamé, relative à la non-démocratisation du monde a (...)

1Pourquoi s’intéresser aux partis politiques en Libye alors que l’activité par­tisane y est interdite depuis 1952 et qu’elle est actuellement punissable de la peine de mort ? Plusieurs raisons plaident en faveur de l’examen de la question du pourquoi de « la causalité d’un manque »1 de partis politiques en Libye. Il s’agit de voir ce que cette situation traduit, tout en se projetant dans l’avenir pour tenter de déceler les possibilités d’évolution du système politique libyen vers la reconnaissance des partis politiques. Cependant, et au préalable, il est nécessaire de retracer la genèse de l’expérience partisane en Libye et d’expliquer les conditions de son interruption. Ensuite, il s’agit de jeter quelques éclairages sur la dynamique partisane, nécessairement oppositionnelle clandestine et exté­rieure au pays, et sur les lignes de clivage autour desquelles pourrait s’ordonner la transition politique qui impliquera, le moment venu, une reconnaissance et une légalisation des partis politiques dans la perspective d’une ouverture démocratique.

La structure partisane dans la période coloniale (1912-1951)

  • 2 La présence ottomane directe ou indirecte en Libye s'est étendue entre 1522 et 1911. Concernant cet (...)
  • 3 Pour que la notion de parti politique ait un sens, il faut que l'organisation partisane remplisse d (...)

2La Libye, alors Tripoli du Ponant, fut pendant plusieurs siècles une posses­sion ottomane, une wilayat de l’empire2. À la suite d’une guerre avec l’Italie, la Porte signa en 1911 la paix d’Ouchy (Suisse) et Tripoli passa sous domination italienne. L’apparition de formes partisanes comme moyen de promotion d’un gouvernement démocratique et de contribution à l’unification du pays coïncide avec le déclin (seconde guerre mondiale) et la fin de la présence italienne (1949). La multitude d’organisations politiques qui virent alors le jour, ne correspon­daient cependant pas réellement à la définition classique des partis politiques, dans la mesure où il s’agissait d’organisations régionales marquées dans leur idéologie et leur fonctionnement par leurs appartenances provinciales et tribales, qui ne s’inscrivaient pas dans la perspective de l’État-nation et qui, par ailleurs, n’avaient pas de vrais programmes politiques, économiques et sociaux qui leur permettaient d’ambitionner de gouverner le pays3. Cependant, il s’agissait bien d’organisations proto-nationalistes.

Les organisations nationalistes en Cyrénaïque

Le Front patriotique

  • 4 Propos rapportés dans le quotidien Barqa al-Jadida du 11 août 1946, cités par Khadduri, 1968 : 61.

3En 1946, dans le but de soutenir les ambitions de l’émir Idrîs as-Sanûssi sur la Cyrénaïque, soixante quinze membres représentatifs des tribus de cette région décidaient de former un front national appelé Front patriotique (al-Jabha al-Watanîyya) dont l’ambition était de représenter toutes les catégories sociales du pays. Informé de sa création, l’émir Idrîs avait demandé aux Cyrénaïcains de sou­tenir cette organisation4, la considérant utile, car elle lui permettait de renforcer sa position politique. L’objectif immédiat de ce Front était de défendre les intérêts de la Cyrénaïque devant la Commission internationale d’enquête qui avait été dépêchée dans cette région pour connaître les vœux de la population. Ce Front devait également servir d’organe de coordination des activités des anciens leaders locaux, notamment face à la montée en puissance des jeunes nationalistes. Le 30 novembre 1946, le Front patriotique publiait son premier manifeste adressé aux autorités britanniques dans lequel ses leaders demandaient la reconnaissance de l’autorité de Sayyîd Idrîs sur l’Émirat Sanûssi ainsi que l’autorisation de consti­tuer un gouvernement national et indépendant. Il s’agissait pour les leaders de ce Front de renforcer la position hégémonique de l’Émir Idrîs sur la Cyrénaïque et d’obtenir l’indépendance de cette région avant l’engagement d’un processus unitaire avec la Tripolitaine, voulu par des institutions internationales et souhaité par l’Égypte (Khadduri, 1963 : 61).

Le Club Omar al-Moukhtar

  • 5 Parmi les publications de ce groupe, on peut noter Barqa al-Riyadiya (Barqa sportive) ainsi qu'un m (...)
  • 6 Né en 1862 en Cyrénaïque, Omar al-Moukhtar appartenait à la famille Farhan de la tribu Minifa. Il f (...)

4L’unification était également souhaitée par les jeunes nationalistes regroupés au sein du groupe appelé « Club Omar al-Moukhtar » (Nâdî Omar al-Mokhtar)5, du nom d’un résistant sanûssi arrêté, condamné à la peine de mort et pendu par les occupants italiens, le 16 septembre 19316. Les jeunes nationalistes regroupés depuis 1942 au Caire dans le cadre de ce groupe étaient imprégnés des idées nationalistes diffusées par les journaux arabes. Certains d’entre eux avaient étudié au Caire et étaient influencés par les leaders politiques de l’époque. Les objectifs officiels de ce « club » étaient la promotion des activités culturelles et sportives, mais les buts réels étaient de nature politique. Devant l’intensification de la lutte des membres du « Club » contre les autorités britanniques et face à la montée de forces politiques concurrentes, l’émir Idrîs as-Sanûssi, cherchant à sauvegar­der sa position d’interlocuteur privilégié auprès des puissances occidentales, proclama, le 7 décembre 1947, la fusion de tous les mouvements de résistance au sein d’une seule structure partisane, le Congrès national, en remplacement du Front patriotique.

Le Parti du Congrès National

5La dissolution de ces organisations s’est donc accompagnée de la création en janvier 1948 d’un Parti national du Congrès (al-Mû’tamar al-Watanî) sous la direction du frère d’Idrîs, Muhammad Ridha as-Sanûssi. La mission de ce parti cyrénaïcain et sanûssi était d’élaborer un programme politique axé autour de trois objectifs : l’indépendance de la Cyrénaïque et la transformation de l’émi­rat en un État cyrénaïcain constitutionnel monarchique ; l’invitation lancée aux Tripolitains de rejoindre la Cyrénaïque et de se soumettre à l’autorité de Idrîs as-Sanûssi ; la création d’un État souverain avec à sa tête Sayyîd Idrîs et le renforcement de l’hégémonie de la confrérie sanûssi sur l’ensemble du pays. À l’indépendance, ce parti fut dissous (Khadduri, 1968 : 206).

Les organisations nationalistes en Tripolitaine

6En 1918, sous l’impulsion de Soulayman al-Barouni et Ramadan al-Suwayhili - le fondateur de l’Association pour la réforme nationale - s’est constituée la République tripolitaine (Jumhûrîyyah al-Tarabulsîyyah). Rapidement reconnue par l’administration italienne en janvier 1919, elle fut dissoute en 1922 à l’ar­rivée des représentants du gouvernement de Mussolini (Anderson, 1982 : 43­65). L’échec de cette République et le refus des Tripolitains de coopérer avec le gouverneur italien Giuseppe Volpi conduisirent à une escalade de la violence. Organisé au sein du Parlement tripolitain, le Front Tripolitain avait proposé à l’Émir Idrîs de devenir également le leader de la Tripolitaine, mais l’arrivée au pouvoir du nouveau gouverneur italien Giuseppe Volpi et le refus des leaders tripolitains de coopérer avec lui entraînèrent une aggravation de la répression. La vie politique ne reprit de vigueur qu’avec la défaite des forces italiennes en janvier 1943. À l’instar des Cyrénaïcains du Club Omar al-Moukhtar, les nationalistes tripolitains furent autorisés en 1943 à ouvrir un Club littéraire sous la présidence d’Ahmad al-Faqih Hassan, comme ils l’avaient déjà fait de 1918 à 1921. D’autres clubs furent autorisés, comme le Club sportif, le Club des travailleurs et le Club de la Réforme de Misrata, tous fonctionnant comme des organisations politiques dans la mesure où leurs activités culturelles de défense de la langue arabe et de la religion musulmane avaient des visées identitaires et une perspective nationaliste.

  • 7 Pour le programme de ce parti, voir Mahmud al-Shunayti, Qadiyat Libya, Le Caire, 1951, cité par Kha (...)

7La fin de la deuxième guerre mondiale se traduisit en Libye par la naissance de plusieurs partis politiques nationalistes. En premier lieu, il y avait le Parti National (al-izb al-waanî), créé en avril 1946 par Ahmad al-Faqih Hassan. Ce parti avait des ambitions nationales et demandait pour le moins une mise sous tutelle des Nations Unies en vue de l’indépendance. Implanté dans une quinzaine de localités, il comptait environ 15 000 membres7. Il y avait également le Front National Uni (al-jabha al-waanîya al-muttahida) créé le 10 mai 1946. Son programme avait un caractère traditionnel et conservateur et défendait le principe de l’unité du pays sous le leadership des Sanûssis. Le Parti nationaliste et le Front National Uni fusionnèrent en mai 1948 et formèrent le Congrès National Tripolitain.

8Parmi les partis apparus alors, il y avait également le Bloc Patriotique Libre (al-kutla al-waanîyya al-urra). Sinon de tendance républicaine, du moins séculariste, ce bloc rejetait l’autorité des Sanûssi et appelait à l’élection d’une assemblée constituante. Il prétendait grouper 70 000 membres, alors que les Britanniques le créditaient de 800 militants. Il défendait l’indépendance de la Libye, l’adhésion à la Ligue des États Arabes et l’arabisation de l’administration libyenne. Il y avait également le Parti de l’Union égypto-tripolitaine qui fut créé par des dissidents du Bloc national. Son programme prévoyait une union avec l’Égypte qui aurait laissé une grande autonomie à la Tripolitaine et à la Cyrénaïque. Il y avait aussi le Parti des travailleurs, créé en septembre 1947. Dirigé par Bachir Bin Hamza, lui même issu du Bloc National Libre, il défendait l’unité de la Libye sous la direction de l’émir Sanûssi. Enfin, il y eu la création, le 11 mai 1948, du Parti Libéral. Dirigé par un ancien vice-président du Parti natio­naliste, de tendance modérée, il défendait l’unité de la Libye sous le leadership d’Idrîs as-Sanûssi.

9Au-delà de leurs divergences, ces partis avaient des objectifs communs : l’in­dépendance de la Libye, l’unification des trois provinces (Cyrénaïque, Tripolitaine et Fezzan) et l’adhésion à la Ligue des États Arabes. Les tentatives d’unir ces différents partis se heurtèrent aux rivalités personnelles et aux conflits entre familles (Khadduri, 1968 : 86-86). Au cours de cette période, la vie partisane connut des développements plus importants en Tripolitaine qu’en Cyrénaïque. Parmi les causes de cette situation, on peut invoquer la faiblesse d’implantation de la confrérie sanûssi en Tripolitaine et l’affaiblissement général des liens tribaux dans cette province, à la suite de la semi-sédentarisation de la population. D’une manière générale, ces partis politiques furent organisés autour des chefs de tribus et autres leaders traditionnels.

10Bien que certains partis tripolitains et le groupe Omar al-Moukhtar eussent prôné des principes démocratiques, tous s’appuyèrent sur les structures tradi­tionnelles et aucun ne développa d’activités sociales et culturelles à l’échelle du pays, susceptibles de leur permettre d’élargir leur base politique. Il est donc difficile de les considérer comme des partis nationaux dans la mesure où leur rayon d’influence ne dépassait pas les villes principales et ne concernait qu’une catégorie de la population ; dans ce sens, ce sont des partis urbains. Les leaders de ces partis étaient soit issus des grandes familles de riches résidents urbains, parfois des chefs tribaux, particulièrement en Cyrénaïque. Aucun n’avait de stratégie de mobilisation populaire à l’échelle du pays. Dans ce sens, on peut les considérer comme des partis de cadres.

De la normalisation idrissienne à la « glaciation partisane » sous Kadhafi : continuité et rupture

11L’indépendance de la Libye en décembre 1951 et l’accession au trône de l’Émir Idrîs as-Sanûssi changèrent la donne politique. En premier lieu, le « système » des partis nationalistes, qui n’avait aucun caractère institutionnel, a cessé d’exister du fait de la disparition de sa principale raison d’être, à savoir la revendication de l’indépendance. La conquête de la souveraineté nationale, pour laquelle ces partis politiques s’étaient créés, a rendu caduque la persistance d’organisations partisanes qui n’avaient pas su faire évoluer leurs structures et programmes. Par ailleurs, la place prééminente du roi Idrîs dans le système politique de la Libye indépendante excluait la renaissance de ces partis ou la formation d’autres partis qui auraient représenter un obstacle politique et auraient défié l’autorité du monarque dont le souci était alors de consolider son pouvoir et celui de l’État naissant. Aussi, les groupes politiques les plus actifs comme les nationalistes arabes ou les Frères musulmans, entre autre, furent contraints à une activité politique clandestine.

12Très vite après l’indépendance, le régime monarchique entra dans une crise politique qui devait conduire au coup d’État du 1er septembre 1969. Le parle­ment issu des premières élections de février 1952 avait été dominé par les leaders tripolitains, plus politisés que les Cyrénaïcains et plus perméables aux idées républicaines. Ce fut là un des problèmes que le roi Idrîs n’a pu ni su gérer et surmonter. Afin d’éviter le développement et le renforcement de partis politiques qui se seraient renforcés au détriment de la monarchie et de la confrérie sanûssi, le roi décida en 1952 la dissolution du Parti National du Congrès, la confiscation de ses biens, l’emprisonnement de certains de ses leaders et l’interdiction de tous les partis politiques. Il décida également l’abolition de la liberté de la presse, seule subsista une presse gouvernementale. S’ajoutèrent à cela d’autres éléments qui conduisirent à la crise du système monarchique. Il y eu, en particulier, de graves irrégularités commises lors des élections parlementaires de 1952, 1956, 1960 et 1964 qui contribuèrent à discréditer le régime monarchique et les institutions politiques de type occidental qui furent mises en place et sur lesquelles le roi Idrîs entendait fonder une partie de sa légitimité (Fathaly et Palmer, 1980 : 38 ; Djaziri, 1988 : 47-59). Ce sont tous ces facteurs ainsi que l’incapacité de la monarchie à se constituer une base sociale plus large que celle de la confrérie qui contribuèrent à l’affaiblissement du pouvoir du roi, incapable de surmon­ter le crise sociale et politique de la fin des années 1960 qui emporta le régime monarchique, sans même que les partis n’aient été en mesure de proposer à la société libyenne une alternative politique crédible.

  • 8 La période 1969-1972 est pour le moment mal étudiée ; elle mérite que les chercheurs s'y intéressen (...)

13L’arrivée de Kadhafi au pouvoir le 1er septembre 1969 fut marquée dans un premier temps par un regain de l’activité politique et la réapparition des organisations partisanes dans un climat d’enthousiasme révolutionnaire, cha­que organisation pensant pouvoir influer sur le processus politique dont l’issue semblait alors incertaine. Au passage, il faut souligner l’importance politique de la période 1969-1972 qui fut riche d’événements et de débats politiques, la plus riche sans doute que la Libye ait connue avant et par la suite8.

14À partir de 1973, la Libye est entrée dans une période de « glaciation par­tisane » (Djaziri, 1988, 1996). En avril 1973, « la révolution populaire » fut proclamée et le régime jamâhîrîyen fut progressivement instauré. Une des con­séquences de cette évolution fut le fait que toute appartenance partisane d’un citoyen libyen fut déclarée par la loi passible de peine de mort. Comme il fallait cependant continuer à assurer la médiation entre l’État et la société, Kadhafi créa alors les comités populaires et surtout, dès 1977, les comités révolutionnaires qui allaient constituer une force politique « d’avant-garde » sur laquelle le leader libyen s’est appuyé pour mobiliser, s’assurer un soutien dans la société et donc conforter son pouvoir. Ces comités allaient remplir d’une certaine manière une fonction de médiation politique.

15À l’instar d’autres situations révolutionnaires, les comités révolutionnaires se sont partiellement autonomisés par rapport au pouvoir jusqu’à constituer un quasi-État dans l’État, au point d’avoir gêné à quelques reprises les capacités d’action de Kadhafi, censé lui-même contrôler le « pouvoir révolutionnaire ». Si bien qu’à partir de 1992, le leader libyen a tenté d’encadrer leur pouvoir afin de s’en affranchir progressivement. Kadhafi, cependant, ne disposant plus d’al­ternative à ces comités révolutionnaires pour assurer la fonction de médiation entre l’État et la société, semble se trouver dans une situation de vide politique relatif qu’il devra nécessairement combler (Djaziri, 1987, 1990, 1991). À plus forte raison, celui qui devrait lui succéder, dépourvu par définition de toute légitimité révolutionnaire ou charismatico-religieuse, sera contraint « d’ouvrir le jeu politique » et de s’engager dans un processus démocratique.

Crise du système jamâhîrîyen et nouvelle dynamique partisane

16La crise que traverse le système politique libyen depuis 1988, aggravée par l’affaire Lockerbie et les sanctions internationales levées en septembre 2003 mais dont les effets sont multiples, s’accompagne d’une relance de la dynamique parti­sane oppositionnelle. L’analyse des forces politiques de l’opposition fait apparaître des clivages politiques dont certains pourraient préfigurer la structure du système des partis qui devra apparaître aux termes du processus de transition qui devra intervenir dans les prochaines années, voire même dans les prochains mois. Les sanctions internationales et leurs effets socio-économiques ont contribué à configurer les courants d’opposition et ont rendu crédible aux yeux de plusieurs partis de l’opposition une éventuelle alternative à Kadhafi. Il est important de donner quelques éléments de la structure partisane oppositionnelle et des lignes de clivage sur lesquelles elle repose.

L’opposition monarchiste : une double composante

17Les monarchistes constituent le courant d’opposition le plus important, celui dont le projet politique est le plus cohérent et qui se résume dans la volonté de rétablir la monarchie. Animés par le prétendant au trône, Mohamed al-Has-san al-Ridhâ as-Sanûssi (fils de l’ancien héritier du trône, al-Hassan al-Ridhâ as-Sanûssi, neveu du roi Idrîs, décédé à Londres en 1992), les monarchistes considèrent que Kadhafi a confisqué le pouvoir et que son régime n’a aucune légitimité. Ils revendiquent donc le retour à la constitution de 1951, la seule légitime à leurs yeux, même s’ils considèrent qu’elle doit être amendée. Sans appeler au renversement de Kadhafi, l’émir se dit ouvert à toute discussion visant à transformer ce régime dans le sens de son évolution vers un modèle monarchi­que qui sauvegarderait certains aspects du régime actuel. À la question de savoir s’il accepterait de participer à un gouvernement de transition qui préparerait les élections pour une nouvelle constituante en cas de chute du régime de Kadhafi, l’héritier du trône a répondu qu’il fallait restaurer la légalité de la monarchie :

« Nous sommes le point de rencontre pour tous ; nous considérons le retour à la constitution monarchique comme un retour nécessaire à la légalité et à la légiti­mité » (Djaziri, 1996).

  • 9 Cf. le quotidien al-Hayat, 10 décembre 1992.

18À l’adresse de ceux qui tentent de dissocier monarchie et famille Sanûssi, l’émir a rappelé avec insistance que la monarchie en Libye appartient à la famille Sanûssi, qui en est héritière de père en fils. C’est la volonté populaire qui « déci­dera de notre retour pour servir la nation », de même que pour la réforme de la constitution qui se fera par voie référendaire. Le prince a reconnu que de grandes évolutions ont eu lieu en Libye depuis 1969, dont il faudra en tenir compte après le départ de Kadhafi. Notre seule contrainte, a-t-il expliqué, « c’est de respecter le droit du peuple libyen à une vie libre et souveraine ». À ceux qui dans l’opposition lui demandaient l’élaboration d’une nouvelle constitution préalablement à tout référendum, il a répondu que seule une assemblée élue pourra en décider9.

19Les principes monarchiques sont également défendus par un parti monar­chiste, l’Union Constitutionnelle Libyenne (UCL) dont Mohamed Ben Ghalioun est le président. Force politique de soutien au prince héritier, l’Union Consti­tutionnelle se veut à la fois critique à l’égard des autres courants d’opposition et réservée à l’égard du comportement politique de Mohamed al-Moqrîf, secrétaire général du Front National du Salut de la Libye (FNSL) et de Mansour al-Kikhiya, secrétaire général de l’Alliance Nationale Libyenne (ANL).

20Depuis sa création en 1981, l’Union Constitutionnelle Libyenne n’a jamais cessé d’appeler au respect de la constitution de 1951, qui, selon ses leaders, « doit être placée en dessus de tout ». L’Union est opposée à toute action mili­taire étrangère visant le renversement du régime. Considérant qu’il appartient au peuple seul de mettre fin au régime de Kadhafi, Mohamed Ben Ghalioun accuse certains membres de l’opposition qui font appel aux forces étrangères pour renverser Kadhafi, de se comporter de manière honteuse, risquant, par leurs actes irresponsables de compromettre l’indépendance du pays et de le livrer aux ambitions étrangères. Il rappelle que l’Union Constitutionnelle est opposée aux coups d’État militaires qui sont une véritable plaie pour les pays arabes. Pour renverser Kadhafi, dit-il, il faut compter sur le peuple qui est seul en mesure d’introduire des changements démocratiques, éventuellement en s’appuyant sur les tribus.

21Pour le leader de l’UCL, les Libyens veulent vivre comme des citoyens libres dans une société où les pouvoirs des gouvernants sont limités par une consti­tution qui dicte les devoirs et obligations des autorités et précise les droits de chaque citoyen. Ben Ghalioun explique qu’il n’est pas pressé, car il sait que Kadhafi se maintiendra encore longtemps au pouvoir, en raison du soutien des grandes puissances qui ont besoin de lui. Un jour, néanmoins, Kadhafi devra quitter le pouvoir, et c’est à ce moment que le peuple pourra, par référendum, décider du type de régime qu’il désire.

22Pour l’Union Constitutionnelle, la plus grave menace serait le retour au tri­balisme, phénomène encouragé par Kadhafi lui-même, explique Ben Ghalioun. Selon le leader de ce parti, l’État libyen arme certaines tribus, comme la tribu des Kadhadhafa (dont est issu Kadhafi) et son alliée, la tribu des Ouarfala, qui est la force la plus importante de l’armée dans la région de Syrte. Cette tribu considère l’armée comme sienne, et non comme une armée nationale. Ces deux grandes tribus cherchent à s’associer avec d’autres petites tribus pour consti­tuer une alliance tribale. Ben Ghalioun rappelle aussi que Abdesselam Jalloud, numéro deux du régime, a armé la tribu des Mouqaraha. Les autres tribus du pays regardent cette situation avec angoisse, craignant le pire dans le cas d’une débâcle du régime. C’est la raison pour laquelle, ces tribus se sont armées pour pouvoir défendre leurs intérêts le moment venu.

Le Front National de Salut de la Libye (FNSL)

23Le Front National de Salut de la Libye (FNSL) constitue le noyau dur de l’op­position libyenne. Il incarne un projet sinon républicain, du moins séculariste ! Dans un document, publié le 1er septembre 1992, il lie le départ de Kadhafi à une alternative démocratique, avec la création d’un gouvernement provisoire constitué par toutes les forces nationalistes et militaires, de l’intérieur comme de l’extérieur. La première tâche de ce gouvernement serait la suspension de toutes les lois édictées depuis 1969, la dissolution de toutes les institutions et organisations créées par Kadhafi, en particulier le secrétariat général du Congrès général du peuple, les comités révolutionnaires ainsi que les comités populaires. Aussitôt installé, ce gouvernement devra préparer des élections libres en vue d’une constituante, élections auxquelles tous les partis et organisations politiques seraient autorisés à participer. Le projet de constitution élaboré par une cons­tituante devrait être soumis au référendum populaire. Dans cette hypothèse, le gouvernement provisoire aurait également pour tâche de négocier le règlement des contentieux avec les pays occidentaux, dans le respect de la souveraineté nationale et de la légalité internationale.

  • 10 Des extraits du projet du Front National du Salut de la Libye (FNSL) ont été publiés dans le quotid (...)

24Au cours de son troisième congrès (Dallas, avril 1992), le FNSL a repris le même programme, appelant à la constitution d’un Conseil de la présidence et d’un Gouvernement provisoire en exil qui sera chargé, au lendemain du départ de Kadhafi, de gouverner le pays pour une période transitoire d’une année maxi­mum. Les membres du Conseil national ont aussi discuté un document relatif à un projet politique, Projet républicain, appelé Projet civilisationnel. Celui-ci stipule qu’il revient au peuple libyen de décider des affaires du pays selon des règles constitutionnelles, par la désignation de représentants et par l’exercice du pouvoir de contrôle. Il met aussi l’accent sur la nécessité de la séparation des pouvoirs, le respect de l’indépendance et de la liberté des juges. Il affirme la primauté des libertés publiques et des libertés fondamentales, comme la liberté d’opinion, la liberté de croyance, l’intégrité personnelle, le respect de la vie privée, l’égalité devant la loi et le principe de la présomption d’innocence, ou encore le respect du droit d’asile. Il appelle également au respect et au renforcement de l’indépendance nationale, sans oublier le renforcement des capacités humai­nes, matérielles et morales des forces armées. Ce projet insiste sur la nécessaire libéralisation de l’économie dont chacun pourra en tirer profit. Cependant, le projet insiste sur la nécessité vitale et stratégique pour le pays d’avoir un secteur public pétro-chimique. Ni le secteur agricole, ni le secteur bancaire - qui doit être réorganisé et privatisé -, ni le développement d’une politique fiscale équi­table ne sont oubliés10.

  • 11 Al-Hayat du 23 avril 1992 et du 28 avril 1992.

25Selon son secrétaire général, Mohamed al-Mouqrîf, le FNSL est en contact permanent avec des responsables libyens, des officiers et des cheikhs de tribus. Selon lui, les turbulences intérieures et extérieures que rencontre le régime cons­tituent la crise la plus longue et la plus déstabilisatrice qu’il ait eu à affronter. En témoignent, selon lui, les dissensions au sein du leadership libyen. Ces dissen­sions se rencontrent également au sein de la tribu des Kadhadhafa dont est issu le leader libyen, en particulier au sein de la famille de Maghdour Hassan Ichkâl, tué en 1985. Elles se manifestent également dans les rangs du pouvoir, comme en attestent les dénonciations répétées de la situation intérieure par le colonel Barrani Ichkâl, commandant de la région militaire de Gharian11.

L’Alliance Nationale Libyenne (ANL) et la disparition de son leader

26L’Alliance Nationale Libyenne (ANL) représente une autre composante de l’opposition. Elle fut animée initialement par Mansour al-Kikhiya jusqu’à sa disparition en 1993. Politiquement proche de Kadhafi pendant plusieurs années, celui-ci a quitté la Libye en 1980, puis a rejoint l’opposition pour constituer en 1984 l’Alliance Nationale Libyenne (M. Djaziri, 1992). Le but de cette organi­sation, selon son leader, est de favoriser la convergence des efforts de toutes les oppositions, d’éviter les luttes intestines et les dissensions internes et de présen­ter un Front uni. Ce faisant, l’opposition gagnerait en respectabilité auprès de l’opinion publique arabe et internationale et en efficacité dans sa lutte pour la démocratie et l’application des droits de l’homme en Libye.

27S’agissant de la stratégie d’alliance avec les autres forces politiques, M. al-Kikhiya était opposé à tout Front national unifié. Déjà au début des années 1980, lorsqu’il avait rompu avec le pouvoir, M. al-Kikhiya avait refusé de créer une organisation unique de l’opposition, estimant que cela aurait constitué un danger pour la démocratie. Une fois Kadhafi renversé, le Front aurait, selon lui, tendance à se perpétuer, à l’instar d’autres fronts nationaux, tel le FLN en Algérie, qui ne s’étaient pas dissous après l’acquisition de l’Indépendance mais avait confisqué le pouvoir. Dans la perspective d’une société démocratique, Mansour al-Kikhiya avait encouragé la constitution de partis politiques libyens à l’étranger car pour lui, le pluralisme partisan était la condition d’une réussite de l’après Kadhafi.

28S’agissant des pressions internationales exercées sur son pays, le leader natio­naliste a cherché à éloigner l’opposition de toute implication dans ce qui pourrait arriver à la Libye, soit du fait des puissances internationales, ou du fait du régime lui-même. Il estimait la question si grave que le travail oppositionnel ne pouvait être laissé au seul FNSL qui risquerait d’être utilisé par des forces ennemies de la Libye. Considérant que l’opposition devait avoir pour souci premier la défense des intérêts nationaux, il avait demandé l’instauration d’un dialogue avec le régime libyen, à la condition que celui-ci reconnaisse les droits de l’opposition. S’il s’est constamment posé en opposant résolu à Kadhafi, il n’a cependant jamais accepté comme une fatalité les risques d’éclatement et de désintégration du pays, ni l’atteinte à ce qu’il appelait les intérêts supérieurs du peuple libyen.

29Sans doute, l’attitude de Mansour al-Kikhiya, faite de méfiance à l’égard du soutien occidental donné à l’opposition l’a conduit à adopter une attitude critique à l’égard de ceux qu’il considérait comme des aventuriers. En accep­tant d’agir en commun avec le FNSL, Mansour al-Kikhiya cherchait à éloigner l’opposition de toute implication avec les puissances internationales. S’il s’est déclaré un opposant résolu au pouvoir de Kadhafi, surtout après les contacts d’Alger d’octobre 1993, il n’a jamais accepté pour autant de s’allier aux puissances occidentales contre les intérêts de son pays. En tant que démocrate, il estimait que seul le dialogue pouvait conduire à des changements politiques. En tant que nationaliste libyen et arabe, il estimait nécessaire de se méfier du soutien des puissances internationales, dont l’action contre la Libye risquait de plonger le pays dans un néocolonialisme :

  • 12 Al-Hayat, 13 mai 1992.

« Nous devons nous méfier des puissances étrangères qui peuvent manipuler l’opposition ; nous méfier également des ambitions que certains nourrissent à l’égard de notre pays et de ses richesses pétrolières. Les ambitions des puissances étrangères peuvent conduire à la destruction et au sabotage du pays. N’oublions pas que le pays est menacé du tribalisme, phénomène qui est encouragé par le pouvoir lui-même. Nous ne voulons pas que notre pays subisse le même sort que la Somalie »12,

30et il aurait pu ajouter aujourd’hui, l’Irak.

31Le 10 décembre 1993, Mansour al-Kikhiya disparaissait du Caire où il venait d’assister à une conférence sur les droits de l’Homme en Libye. Arrivé à l’aéroport international du Caire le 29 novembre 1993, porteur d’un passeport algérien, il s’était installé à l’hôtel as-Safîr, lieu de la conférence où il resta jusqu’à la fin de la réunion. Il quitta son hôtel le 10 décembre, et n’est plus réapparu depuis. Pendant son séjour à l’hôtel as-Safîr, il avait reçu la visite de plusieurs personnalités.

  • 13 Arabies, février, 1994.

32Comment expliquer cette disparition ? Selon un opposant, Houcine Mah­moud (al-Hayat, 13/4/1994), il aurait été kidnappé par les autorités libyennes, en raison de son rapprochement du Front National du Salut de la Libye et de son refus des propositions de réconciliation nationale présentées par l’envoyé spécial de Kadhafi, lors de la réunion d’Alger quelques mois auparavant. Au-delà de toute approche partisane, on peut invoquer trois hypothèses pour tenter d’expliquer cette disparition mystérieuse. Dans la première hypothèse, il s’agirait d’un enlèvement dirigé par une faction au pouvoir à Tripoli destinée à nuire aux relations égypto-libyennes en voie d’amélioration depuis quelques années et à empêcher ainsi une évolution politique jugée préjudiciable. Dans la seconde hypothèse, il s’agirait d’une opération dont le colonel Kadhafi serait l’instiga­teur direct : l’enlèvement aurait alors été réalisé avec le soutien des islamistes égyptiens, pour se débarrasser d’une personnalité devenue trop active au sein de l’opposition. Selon les partisans de cette hypothèse, Mansour al-Kikhiya qui entretenait des bonnes relations avec plusieurs personnalités libyennes, dont le cousin de Kadhafi, Ahmed Kadhafeddam (responsable de la coordination des relations égypto-libyennes), semblait préparer activement un grand congrès de l’opposition en vue de l’élection d’une instance nationale qui devait définir un programme d’action unifiée contre le régime de Kadhafi. Dans la troisième hypothèse, il s’agirait d’un acte commis par l’opposition elle-même qui aurait vu dans les initiatives récentes de M. al-Kikhiya une grave menace pour le Front uni que l’opposition tentait de constituer. Dans cette perspective, les efforts déployés par l’opposant libyen en vue d’établir un semblant de dialogue entre une partie de l’opposition et le colonel Kadhafi n’auraient été appréciés ni par le FNSL ni par d’autres groupes oppositionnels13.

L’Union des femmes libyennes (UFL)

33L’Union des Femmes Libyennes (UFL) constitue une autre composante ori­ginale de l’opposition libyenne. Initialement constituée d’un groupe au sein de Front National Libyen, l’Union a affirmé son indépendance organisationnelle dès 1983. Les femmes de l’Union ont progressivement pris conscience de la nécessité de créer leur propre organisation. L’ensemble de la dynamique oppositionnelle en Libye a fait apparaître les femmes comme nouvelle force politique montante. Les membres de l’Union des Femmes résident toutes à l’étranger où elles sont souvent étudiantes dans les universités américaines et européennes. Pour Khedija Ahmed, sa présidente, l’UFL vise à défendre une intégration sociale des femmes, respectueuse de la tradition et soucieuse de renforcer les liens sociaux au sein des familles et de mener à bien les programmes d’aide à l’enfance. C’est bien une image traditionnelle du rôle de la femme qu’entrend promouvoir l’Union des Femmes Libyenne.

34L’UFL participe aux rencontres des différentes composantes de l’opposition et entend montrer que les femmes ont toujours été présentes dans la vie politique, qu’elles ont toujours pris une part active dans l’action politique sous la monar­chie. Pour la présidente de cette Union,

« Kadhafi n’a rien apporté de plus par rapport à ce que les femmes avaient aupa­ravant. Il a simplement donné une forme à une revendication sociale qui existait avant 1969, de même qu’il a su intégrer les femmes dans l’action politique. Les prétendus acquis de la femme depuis l’arrivée de Kadhafi au pouvoir ne vont pas au delà du pouvoir donné aux filles de se révolter contre la tradition, les coutumes, la famille et la maison ».

  • 14 Cf. al-Hayat, 13 mai 1992.

35L’Union des Femmes Libyennes est très critique concernant la politisation des femmes et leur intégration dans les comités révolutionnaires, sous la forme des « râhibât » (les « sœurs révolutionnaires »), comme les appelle Kadhafi. Pour l’UFL, les femmes ont tout donné à Kadhafi et ce dernier les a instrumentalisées et les a fourvoyées en les poussant à adopter des mœurs douteuses, en particu­lier en les encourageant à désobéir aux parents14. La position de l’UFL révèle donc un clivage entre les femmes de la bourgeoisie nationaliste qui défendent une intégration douce et partielle des femmes dans les structures sociales, sans aucun bouleversement, et Kadhafi dont l’objectif est de moderniser les rapports hommes/femmes, en s’appuyant sur une avant-garde de jeunes filles, les sœurs révolutionnaires qui contestent les structures familiales traditionnelles. Selon l’UFL, derrière la stratégie de fidélisation des filles à Kadhafi, il y a une instru­mentalisation politique des jeunes filles.

L’opposition islamiste

36Kadhafi mène une lutte sans merci contre les islamistes libyens qui ne sont pour lui que le prolongement local d’une sorte d’internationale islamiste (Dja-ziri, 1994). En usant de la violence, c’est la nation arabe et l’Islam qu’ils veulent détruire. Selon Kadhafi, l’islamisme est une hérésie qui doit être combattue. Face aux islamistes radicaux, Kadhafi défend un retour aux sources de l’Islam : « C’est nous qui sommes les fondamentalistes. Notre révolution est une révolution fondamentale, une révolution de l’authenticité. Nous sommes les leaders d’une authentique et fondamentale révolution ; seuls la révolution et le panarabisme sont en mesure de combattre l’impérialisme, et ses alliés locaux que sont les islamistes » (Djaziri, 1996). Dans un discours de mai 1993, il a reproché aux islamistes d’introduire des pratiques éloignant les musulmans de la Foi et les entraînant sur le terrain de la politique, alors que les vrais croyants, selon lui, doivent surtout se préoccuper des affaires de l’au-delà et de leur salut personnel. Il a ainsi accusé les différentes tendances islamistes, telles que al-takfîr wa al-hijrâ ou al-dawâ ‘al-islamîyya, d’être non seulement des mouvements hérétiques, mais encore des « renégats » soutenus par l’Occident.

37L’une des principales divergences entre Kadhafi et les islamistes porte sur la politique à l’égard des femmes. Dans un discours télévisé du 17 octobre 1993, le leader libyen avait dénoncé les islamistes et toutes les « forces réactionnaires » arabes. Il avait également rappelé que les droits de la femme sont sacrés, qu’ils sont identiques à ceux de l’homme, y compris en matière de divorce. En fait les Frères musulmans, sous couvert de défense l’islam, dit Kadhafi, s’opposent à l’émancipation de la femme, à son instruction, et à son insertion professionnelle.

38Mais qu’en est-il de la réalité et de l’influence de l’islamisme en Libye ? Il existe en Libye deux courants de contestation relevant de cette mouvance. D’une part, le Mouvement Islamiste (al-araka al-islamîyya), de l’autre, le Groupement Isla­miste (al-jamâ’a al-islamîyya). Issu de l’ancienne Association Islamique de Libye (AIL), formé en 1980 à l’étranger, celui-ci constitue la principale composante islamiste de l’opposition libyenne. Après une courte période d’alliance et d’action commune avec le Front national du salut de la Libye, le Groupement a pris ses distances avec le FNSL et a rompu avec le Mouvement islamiste.

39Sur un plan doctrinal, le Groupement Islamiste admet le principe du plura­lisme politique ainsi que le principe de l’alternance au pouvoir. Il est favorable à une économie de marché, tempérée par une participation des travailleurs aux bénéfices des entreprises. Il est également favorable à un retour à la Constitution monarchique de 1951, avec quelques amendements constitutionnels concernant l’islamisation de la société, en particulier l’annulation de certaines lois comme celle de 1984, relative au mariage et au divorce, que les islamistes estiment contraire à l’Islam.

  • 15 Pour le concept de mouvement social, voir F. Chazel, 1993 et A. Touraine, 1973. Pour ce même concep (...)

40Comparé au cas algérien, l’islamisme libyen n’a pas réussi pour le moment à coaliser des forces contradictoires qui ne s’unissent que dans leur opposition à Kadhafi et non pas dans leur condamnation de l’État libyen, comme c’est le cas en Algérie (Leca et Leveau, 1993). En Libye, de nombreuses catégories sociales restent encore attachées à l’État réformateur actuel, en raison de la politique sociale redistributive appliquée depuis 1969 et de la politique de modernisation. Les islamistes libyens n’expriment pas un réel mouvement social et n’incarnent pas un principe de totalité15 au sens des théoriciens du mouvement social. Pour cela, plusieurs conditions seraient requises : une délégitimation de l’État, une incapacité de l’équipe dirigeante à gouverner le pays et une sorte d’homogé­néisation de l’opposition autour de quelques principes, dont le refus total de compromis. Seule la première condition semble être pour le moment remplie.

  • 16 Pour les informations qui concernent l'évolution de la radicalisation islamiste dans le courant des (...)

41En octobre 1995, les islamistes libyens, qui jouissent du soutien de leurs homologues soudanais et algériens, ont annoncé la création d’une aile militaire, appelée l’Association islamiste combattante en Libye, al-jamâ‘a al-islamîyya al-muqâtila bi Lîbya. Dans leur premier communiqué, ils déclarent vouloir « sortir de l’ombre et agir ouvertement » et appellent au jihâd contre le « Diable », « le pouvoir perverti » et demandent le rétablissement de la Sunna du Prophète, dont Kadhafi conteste certains aspects au nom du principe de l’ijtihâd16.

Le régime de Kadhafi menacé d’abord de l’intérieur ?

42L’opposition libyenne semble donc aujourd’hui moins désunie et divisée qu’elle ne l’était il y a quelques années. Il y a cependant des divergences sur les objectifs à atteindre, la stratégie à déployer et les moyens à utiliser. Certains, comme les islamistes et le Front National du Salut de la Libye, souhaitaient l’intervention américaine pour renverser Kadhafi, mais depuis la levée des sanc­tions et la guerre contre l’Irak, les choses ont bien changé. D’autres, au contraire, parmi lesquels l’Alliance Nationale, sont plus circonspects à l’égard du soutien américain et dénoncent même les ambitions de ce pays sur la région.

43La disparition de Mansour al-Kikhiya a affaibli l’opposition. Divisée et soupçonnée de faire le jeu des Américains, ses chances de constituer une alter­native crédible et légitime se sont amenuisées à mesure qu’augmentait le soutien que leur apportaient certains pays occidentaux en plein affaire de Lockerbie. Aujourd’hui, toutes les factions de l’opposition semblent unies dans leur rejet du régime de Kadhafi, mais en même temps divisées sur les réponses politiques à apporter à la crise que traverse le pays et prises au piège de la solidarité avec certaines puissances occidentales. La réunion toute récente des différentes fac­tions de l’opposition ne semble pas avoir permis de dessiner une perspective politique crédible.

44Dans la situation actuelle, les vraies menaces pourraient venir de l’intérieur du régime, en particulier du sein de l’équipe dirigeante elle-même, surtout du côté du commandant Abdesselam Jalloud. Arrêtons nous un instant sur la per­sonnalité de ce dernier pour bien mesurer les enjeux d’une possible rupture entre Kadhafi et Jalloud. Les relations personnelles entre les deux hommes remontent aux années 50. Ils fréquentent alors la même école secondaire de Sebha en 1956, et c’est alors qu’ils organisent les premières manifestations de soutien à l’Égypte nassérienne. Jalloud entre ensuite à l’Académie militaire de Benghazi en 1963. Il en sort en 1965 avec le grade de commandant. En 1967, il est envoyé aux États-Unis pour suivre un stage à l’École du génie civil. Au lendemain du coup d’État de 1969, plusieurs missions spéciales lui sont confiées, dont la présidence de la première délégation libyenne auprès du président Nasser (septembre 1969). Entré au gouvernement, Abdesselam Jalloud occupe d’abord le poste de ministre de l’Intérieur et de l’Industrie de 1970 à juillet 1972, puis dirige le gouvernement libyen de juillet 1972 à mars 1977. Durant cette période, et après avoir mené les difficiles négociations avec les compagnies pétrolières en vue de la revalorisation du prix du pétrole, puis les nationalisations, il assume la responsabilité directe du secteur pétrolier et industriel. Il a joué un rôle important dans toutes les phases de l’instauration du nouveau régime, d’abord au sein des congrès populaires, puis dans l’Union Socialiste Arabe (dont il a été le secrétaire général), et enfin au sein des comités populaires. Il a présidé les comités révolutionnaires constitués en 1978. C’est enfin lui qui, en 1975, remplace Kadhafi, lorsque ce dernier renonce à ses tâches diplomatiques et protocolaires pour se consacrer à l’action révolutionnaire. Au cours des difficiles négociations qu’il a menées sur le plan international, il a acquis une connaissance complète des dossiers les plus impor­tants et les contacts qu’il a su nouer constituent un incontestable atout personnel. C’est dire l’importance stratégique du personnage. Mais celui qu’on considère comme le deuxième personnage du régime est tombé en relative disgrâce depuis plusieurs années en raison de certaines divergences politiques. Compte tenu de son action passée et de ses options nationalistes et étatistes, Abdesselam Jalloud pourrait constituer une alternative rassurante à Kadhafi, aussi bien pour l’armée et les élites étatiques que pour une partie de l’opposition nationaliste.

*

45L’idéologie de Kadhafi, organisée autour des principes et slogans de la « démocratie directe », a contribué à former une conscience et une identité nationale et a permis l’émergence d’une conscience politique et une « politisation » de catégories sociales dans une société qui avait été marqué par l’apolitisme. Le modèle politique sui generis, tel qu’il a été mis en place depuis 1969, est un modèle en transition qui devra se stabiliser autour de certaines caractéristiques de la démocratie représentative, avec probablement le maintien, sous une forme ou sous une autre, de quelques uns des aspects du modèle actuel qui s’inspire de la « démocratie directe ». Cette stabilisation devra s’appuyer sur les clivages politiques tels qu’ils semblent se dégager de la société et qui trouvent leur traduction actuelle dans les différentes organisations partisanes.

46Si les élites politiques libyennes veulent préserver les acquis des changements survenus depuis 1969, elles doivent se préoccuper sérieusement des modalités de la transition politique et de l’« après-Kadhafi ». Faute d’une réflexion sur la transmission du pouvoir et sur les mécanismes de succession, la disparition inévitable de Kadhafi risque de plonger la Libye dans une régression sociale qui ramènerait ce pays à l’état du sous-développement et de misère sociale et humaine qu’il a connu pendant la période coloniale et au lendemain de l’indépendance. La connaissance des forces politiques et des lignes de clivage contribuerait à mieux assurer une transition intégrative.

  • 17 Cf. Djaziri, 2005b : 111-122. Dans cet article, nous examinons l'hypothèse d'une dynastisation répu (...)
  • 18 Dans un entretien accordé à un quotidien arabe, Saïf al-islam Kadhafi a pris position pour la démoc (...)

47Dans l’hypothèse de l’après Kadhafi, une des possibilités qui semble se dessiner c’est que la transition pourrait prendre la forme d’une dynastisation républicaine du pouvoir où le fils succèderait au père (Djaziri, 2005b)17. Dans cette pers­pective, la première question qui se poserait serait celle de la démocratisation des institutions. Saïf al-islam, fils cadet de Moammar Kadhafi et qui est donné pour le successeur de son père, pourrait s’appuyer sur les organisations partisanes existantes pour amorcer un processus de démocratisation qui pourrait être éga­lement une stratégie politique de légitimation de son pouvoir. Ses déclarations récentes relatives à l’ouverture démocratique attestent du fait que le jeune leader semble reconnaître l’inhérence des clivages sociaux et politiques18. C’est cela, entre autres, qui autorise à formuler l’hypothèse que la transition-dynastisation républicaine pourrait annoncer un changement politique profond. Ce change­ment serait une manière adéquate de prendre en compte les bouleversements structurels à l’œuvre dans la société libyenne et de répondre à la jeune généra­tion qui aspire à une société plus libre et plus ouverte. Cependant, le successeur potentiel devra, dans cette hypothèse, s’assurer du soutien des partis politiques et de l’armée qui pourrait jouer un rôle capital dans la transition.

Haut de page

Bibliographie

Agulhon M., 1970, La République au village, Paris, Plon.

Anderson L., 1986, The State and Social Transformation in Tunisia and Libya, 1830-1980, Princeton, Princeton University Press.

— 1982, « The Tripoli Republic, 1918-1922 », in Joffe E. G. H., Mclachlan K. S. (eds.), Social and Economic Development of Libya, London, Middle East and North African Studies Press : 43-65.

Badie B., 1989, « L’analyse des partis politiques en monde musulman. La crise des paradigmes universels », in MENY Y. (dir.), Idéologies, partis politiques et groupes sociaux, Paris, Presses de la FNSP : 271-287.

— 1986, Les Deux Etats. Pouvoir et société en Occident et en terre d’Islam, Paris, Fayard.

Burke ., Lapidus I. M. (eds.), 1988, Islam, Politics and Social Movements, Berkeley, University of California Press.

Chazel F., 1993, Action collective et mouvements sociaux, Paris, PUF, 272 p.

Clapham C., 1985, ThirdWorld Politics : An Introduction, London, Croom Helm.

Djaziri M., 2005a, « La Libye entre normalisation internationale et routinisation du pouvoir », Annuaire de l’Afrique du Nord, T. XLI, Paris, CNRS Éditions : 297-304.

— 2005b, « Dynastisierung der Macht und politische Erbschaft : Zur Entwicklung des Politischen Systems in Libyen », in FÄHNDRICH H. (dir.), Vererbte Macht. Monarchien und Dynastien in der arabischen Welt, Campus Verlag, Frankfurt/New York, 2005 : 111-122.

— 1996, Etat et société en Libye, Paris, L’Harmattan, 288 p.

— 1995, « La problématique partisane dans les systèmes politiques du Maghreb. Relance des études comparatives », Annuaire de l’Afrique du Nord, T. XXXIV, Paris, CNRS Éditions : 423-449.

— 1995, « Creating a New Arab State : Libya’s Political Institutions », in Vandewalle D. (ed.), Qadhafi’s Libya 1969 to 1994, New York, St. Martin’s Press : 177-200.

— 1994, « Libye : Kadhafi, l’Islam et les islamistes », in Confluences Méditerranée n° 12, Paris, L’Harmattan : 91-98.

— 1993, « Les contraintes et les contradictions de la construction nationale en Libye (défis et enjeux) », Annuaire de l’Afrique du Nord, T. XXXII, Paris, CNRS Éditions : 461-495.

— 1991, « Les conditions d’une difficile et incertaine évolution politique en Libye », Annuaire de l’Afrique du Nord, T. XXX, Paris, CNRS Éditions : 709-745.

— 1988, Le Système politique libyen : 1969-1984. Contribution pour une lecture du politique dans une société arabo-islamique, Thèse de doctorat, Université de Lausanne, 373 p.

— 1987, « La dynamique des institutions et structure du pouvoir en Libye (1978-1987). Causes et enjeux du nouveau système politique », Annuaire de l’Afrique du Nord, T.XXVI, Paris, CNRS Éditions : 451-476.

Fathaly O.I., Palmer M., 1980, Political Development and Social Change in Libya, Lexington Mass., Lexington Books, 230 p.

Kepel G., 1993, Le Prophète et Pharaon. Aux sources des mouvements islamistes, Paris, Seuil, 300 p.

Khadduri M., 1968, Modern Libya. A Study in Political Development, Baltimore, John Hopkins School (ed. Origin. 1963), 404 p.

Lipset S.M., Rokkan S., 1967, « Cleavage structures, party systems and voter alignments », in S. M. Lipset et S. Rokkan (eds.), Party Systems and Voter Alignments, New York, Free Press.

Martel A., 1991, La Libye 1835-1990. Essai de géographie historique, Paris, PUF.

Randall V., 1990, Political Parties in the Third World, London, Sage Publications (first ed.

1988).

Salame Gh., 1994, « La démocratie comme instrument de paix civile », in Gh. SALAMÉ (dir.), Démocraties sans démocrates, Paris, Fayard : 129-162.

Seiler D. L., 1986, De la comparaison des partis politiques, Paris, Economica.

Sury S. H., 1982, « The Political Development of Libya 1952-1969 : Institutions, Policies and Ideologies », in ALLAN J. A. (ed.), Libya since the Independance. Economic and Political Deve­lopment, London, Croom Helm : 121-136.

Touraine Alain, 1973, Production de la société, Paris, Seuil, 544 p.

Haut de page

Notes

1 Nous reprenons la formule utilisée par Ghassan Salamé, relative à la non-démocratisation du monde arabe, Salamé, 1994.

2 La présence ottomane directe ou indirecte en Libye s'est étendue entre 1522 et 1911. Concernant cette période et en particulier le xixe siècle, cf. Martel, 1991 et Anderson, 1986.

3 Pour que la notion de parti politique ait un sens, il faut que l'organisation partisane remplisse deux fonctions : une fonction d'intégration (ou fonction de sociabilité) (Agulhon, 1970) et une fonction d'expression des clivages, lesquels présupposent une différenciation sociale et une opposition d'intérêts entre groupes sociaux - ou classes sociales - distincts et conscients de leurs différences. Pour ces aspects théoriques, voir Lipset et Rokkan, 1970, Seiler, 1986 et Djaziri, 1995.

4 Propos rapportés dans le quotidien Barqa al-Jadida du 11 août 1946, cités par Khadduri, 1968 : 61.

5 Parmi les publications de ce groupe, on peut noter Barqa al-Riyadiya (Barqa sportive) ainsi qu'un mensuel, appelé Majallat Mar al-Moukhtar (Revue Omar al-Mouhkhtar), puis al-Watân, publication dans laquelle le groupe appelait à la proclamation d'Idrîs as-Sanûssi comme émir de la Cyrénaïque. En 1946, les membres fondateurs appartenant à l'élite traditionnelle furent remplacés par des jeunes libyens nationalistes.

6 Né en 1862 en Cyrénaïque, Omar al-Moukhtar appartenait à la famille Farhan de la tribu Minifa. Il fut éduqué dans le cadre de la confrérie as-Sanûssiya. Sous la direction de Sayyid Ahmed al-Sharif, il s'engagea dès 1911 dans la lutte contre le colonialisme italien. Il suivit Sayîd Idrîs dans son exil au Caire. Avec l'accord de ce dernier, il retourna en Libye pour conduire la résistance contre l'occupant italien. Après plusieurs années de lutte, il fut capturé le 11 septembre 1931 par les troupes du maréchal-Gouverneur Grazziani alors en vacances en Italie. Le 16 septembre 1931, Sayyîd al-Moukhtar fut pendu en public. Ceci porta un coup fatal à la résistance, Khadduri, 1968 : 25.

7 Pour le programme de ce parti, voir Mahmud al-Shunayti, Qadiyat Libya, Le Caire, 1951, cité par Khadduri, 1968 : 85.

8 La période 1969-1972 est pour le moment mal étudiée ; elle mérite que les chercheurs s'y intéressent car on y observerait un début de politisation et une émergence, pour la première fois dans l'histoire de la Libye, de ce qu'on pourrait appeler, avec prudence, la société civile. Comme nous le savons, cette courte mais importante période s'est clôturée par la « révolution populaire » de 1973 qui n'a constitué qu'une sorte de fuite en avant devant l'impossibilité, voire l'incapacité de Kadhafi, de donner une perspective à la dynamique politique de cette période. Je rappelle également que pendant cette période, la presse a pu débattre librement d'un nombre important de questions politiques, y compris sur les institutions libyennes. Certains proposaient même l'élection de Kadhafi à la présidence de la République, ce qui aurait signifié une républicanisation, voire une présidentialisation du régime libyen. Après la révolution de 1973, les choses ont pris une autre orientation, mais rien n'était absolument défini ni déterminé. Pour des éléments de connaissance de cette période, Djaziri, 1996 : 139-152.

9 Cf. le quotidien al-Hayat, 10 décembre 1992.

10 Des extraits du projet du Front National du Salut de la Libye (FNSL) ont été publiés dans le quotidien al-Hayat, 22 avril 1992.

11 Al-Hayat du 23 avril 1992 et du 28 avril 1992.

12 Al-Hayat, 13 mai 1992.

13 Arabies, février, 1994.

14 Cf. al-Hayat, 13 mai 1992.

15 Pour le concept de mouvement social, voir F. Chazel, 1993 et A. Touraine, 1973. Pour ce même concept appliqué aux sociétés arabo-islamiques, cf. G. Kepel, 1993 ou E. Burke, 1988.

16 Pour les informations qui concernent l'évolution de la radicalisation islamiste dans le courant des années 1990, voir le texte du communiqué n° 1, paru dans le quotidien al-Hayât, 20 octobre 1995 : 1 et 6.

17 Cf. Djaziri, 2005b : 111-122. Dans cet article, nous examinons l'hypothèse d'une dynastisation républicaine du pouvoir en Libye.

18 Dans un entretien accordé à un quotidien arabe, Saïf al-islam Kadhafi a pris position pour la démocra­tie dans son pays et dans le monde arabe et a déclaré : « Comme dans toute société, il y a en Libye des gens de gauche, des extrémistes et des conservateurs ». C'est une manière de reconnaître l'inhérence des clivages sociaux et la nécessité de leur donner une traduction politique, cf. Asharq al-awsât, 10 mars 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Moncef Djaziri, « Clivages partisans et partis politiques en Libye », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 111-112 | mars 2006, mis en ligne le 31 mars 2006, consulté le 29 juillet 2014. URL : http://remmm.revues.org/2866

Haut de page

Auteur

Moncef Djaziri

Institut d’études politiques et internationales, Université de Lausanne.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page