Navigation – Plan du site
I. Études libres

La répartition des établissements industriels à Sfax : un schéma radio-concentrique

The radioconcentric organisation of industrial establishments in Sfax
Monia Gasmi
p. 245-278

Résumés

Si l'organisation spatiale de l'industrie dans les agglomérations des pays développés a été suffisamment explorée, celle des villes des pays en développement qui ont été engagées dans une entreprise d'industrialisation n'a pas été, à notre connaissance, le sujet d'une étude géogra­phique quantitative. Mobilisant les techniques de l'analyse spatiale qui ont été peu appliquées jusqu'ici sur des terrains de pays dits émergents comme la Tunisie, nous avons tenté, à travers l'exemple de Sfax, d'analyser la répartition des établissements industriels. Les résultats mettent en évidence l'existence d'un schéma d'organisation radio-concentrique, largement dépassé, depuis les années cinquante dans les pays du Nord. L'étude des distributions des industries, thème privilégié de cet article et sans conteste problématique ancienne de la géographie, permet de combler les lacunes de la littérature géographique en Tunisie. Elle fournit des représentations visuelles et argumentées qui sont indispensables pour tous ceux qui ont à prendre des décisions ayant des incidences géographiques, qu'il s'agisse des chefs d'entreprises, des responsables de collectivités locales ou d'acteurs de l'aménagement.

Haut de page

Texte intégral

1Capitale régionale de Tunisie, Sfax comptait 404 092 habitants en 1995 et se présentait comme le deuxième pôle industriel. Toutes les branches manufactu­rières sont représentées et certaines d'entres elles ont un poids économique de portée régionale, voire nationale. C'est le cas des activités liées à l'oléiculture, aux transformations chimiques, à la confection et à certaines branches de l'artisanat comme la menuiserie et la cordonnerie. À partir d'un système d'informations géographiques donnant un ensemble d'informations cartographiées sur le semis des établissements industriels, nous avons essayé de répondre aux questions sui­vantes : à quel schéma correspond la répartition des établissements industriels ? S'agit-il d'un schéma concentrique, linéaire ou polynucléaire ? S'agit-il d'un schéma marqué par de forts dynamismes spatiaux, ou au contraire, ce dernier demeure-t-il classique, l'image de la « cité usine » étant ainsi dominante ? Quelles sont les logiques spatiales de l'organisation des établissements ? Ces interroga­tions constituent les thèmes privilégiés de cet article et sans conteste une pro­blématique ancienne de la géographie comme le confirme B.-M. Schoumaker (2002 : 25)

« Étudier la répartition spatiale des industries est une démarche classique en géogra­phie. La distribution permet, en effet, de traduire la localisation dans l'espace des activités et d'en mettre en évidence la répartition, c'est-à-dire les formes spatiales qui en découlent : concentrations, dispersions et spécialisations. »

  • 1 Le semis désigne la configuration de l'ensemble des points définis par leurs coordonnées spatiales (...)

2Afin d'apporter des réponses à ces questions, nous avons privilégié l'analyse spatiale quantitative des données et la cartographie qui en résulte. Cette analyse est structurée autour de quatre éclairages : le premier a exposé les méthodes mobilisées pour analyser l'espace industriel sfaxien ; le deuxième a analysé le semis1 général des établissements industriels ; le troisième s'est focalisé sur l'étude de la répartition par branche d'activité ; le quatrième a appréhendé, enfin, les logiques spatiales de la localisation des industries.

La répartition des établissements industriels : méthode d'analyse

3L'analyse du phénomène de la répartition des établissements industriels est inscrite dans une démarche conçue en deux temps : dans un premier temps, il s'agit d'exposer quelques modèles théoriques et des exemples empiriques de la localisation industrielle afin de replacer Sfax dans son contexte disciplinaire et construire nos hypothèses par la suite. Dans un deuxième temps, il s'agit de présenter la démarche adoptée pour mettre en place une base de données carto-graphiable pour vérifier la validité des constructions théoriques.

De l'exposition des modèles théoriques et empiriques de la localisation industrielle à l'élaboration des postulats de la recherche

4Pour replacer notre étude dans son contexte disciplinaire et Sfax dans son contexte géographique et construire nos hypothèses par la suite, nous avons jugé nécessaire de présenter quelques modèles théoriques et études empiriques con­cernant la localisation industrielle, qui ont été construits et observés ailleurs.

Un aperçu conceptuel du phénomène de la localisation industrielle

5Il s'agit ici de présenter un aperçu de la pensée géographique et économique spatiale, et d'essayer d'éclairer la voie de développement conceptuel. Depuis de nombreuses années, tant la géographie économique que l'économie spatiale se sont penchées sur les rapports entre industrie et ville ; des schémas globaux d'organisation urbaine font intervenir les répartitions industrielles tandis que d'autres sont spécifiques à la répartition de l'industrie en milieu urbain.

6Au nombre des premiers, si le modèle en zones concentriques de E.W. Burgess (1927) situe l'industrie dans un cercle proche du centre des affaires et à proximité du bassin de main-d'œuvre (fig. 1.1.), le modèle radial de H. Hoyt (1939) décrit, quant à lui, les rubans industriels étirés le long des voies de communication (fig. 1.2.) (Manzagol, 1980). Ces deux auteurs ont dessiné un organisme urbain à centre unique autour duquel se sont organisées les activités urbaines. Pour se rapprocher davantage de la réalité, C.D. Harris et E.L. Ulman (1945) (Manzagol, 1980) ont présenté un modèle polynucléaire, où les localisations ont tendance à s'associer autour de plusieurs petits noyaux (fig. 1.3.). Trois facteurs sont interve­nus dans ce choix : en premier lieu les contraintes imposées à certaines activités par le site urbain, ensuite la formation de chaînes d'activités dont les réseaux de complémentarité imposent les localisations communes, et enfin, l'exclusion de certains sites d'implantation en raison des coûts du sol.

7Parmi les schémas spécifiques à la répartition de l'industrie en milieu urbain, D.J. Bogue (1949) a montré que les implantations industrielles aux Etats-Unis dépendent de la distance au centre (fig. 1.4.). Entre 1940 et 1949, la spécialisation et la
qualification des emplois étaient inversement proportionnelles à la distance au centre. Le solde du nombre d'établissements est positif à la périphérie immédiate des agglomérations alors qu'il est négatif dans les quartiers du centre ville. M. Castells (1975) spécifie trois catégories d'établissements, ayant des rapports différents à l'espace géographique : les établissements qui cherchent la proximité au marché ; ceux qui s'alignent et s'étirent le long des axes de transport et enfin ceux qui dépendent des secteurs les plus prestigieux de l'agglomération.

Agrandir
La typologie de M. Castells est établie par rapport à la capacité d'initiative technique et d'autonomie économique à l'égard de l'espace. Elle fait intervenir des données qui décrivent l'état du marché, le bassin de la main d'œuvre, la présence ou non de matières premières et la localisation des fournisseurs ou de sous-traitants. F. Hamilton (1985), quant à lui, définit quatre aires de localisation industrielle à l'intérieur d'une grande agglomération (fig. 1.5.) :
— des aires de localisations centrales qui accueillent les industries légères, de haute qualité et à forte qualification des emplois (industrie diamantaire, optique, horlogerie, confection, imprimerie, etc.) ;
— des aires de localisations portuaires qui attirent surtout les établissements qui produisent pour le marché extérieur ;
— des aires de localisations en radiales avec des sections d'anneaux, axées sur les voies de transport et abritant des entreprises plus vastes qui sont à la recher­che de la proximité d'une main d'œuvre abondante (les usines de construction automobile, d'appareillage électrique, etc.) ;
— des aires de localisations suburbaines qui accueillent surtout les industries consommatrices d'espace.

8Outre ces modèles théoriques, il existe des études empiriques de l'implantation industrielle en milieu urbain, que nous allons citer afin de placer Sfax dans un contexte plus large.

La répartition des établissements industriels dans le milieu urbain : quelques études empiriques

9Nous avons trouvé utile de citer sommairement quelques formes d'orga­nisation industrielle observées dans les pays anciennement industrialisés, tout en tenant compte des décalages socio-économiques et historiques entre les cas présentés et le cas étudié. M. Palierne, dans son étude sur les mouvements des établissements industriels dans la région de Paris entre 1955 et 1961, a montré la concentration des bureaux, des sièges sociaux et des industries techniquement avancées au centre face à une diffusion des grandes entreprises et des nouvelles usines de production dans les périphéries lointaines. M. Castells (1975), en étudiant la même zone géographique, a défini à son tour quatre aires de locali­sation industrielle :
— une aire urbaine Nord-Ouest, caractérisée par de fortes densités ;
— une aire périphérique où les implantations suivent les axes des vallées, avec une densification autour des nœuds et des intersections entre axes et noyaux urbains ;
— une aire périphérie Sud-Ouest, à caractère résidentiel, qui accueille un centre de recherche et d'enseignement supérieur ;
— une aire diffuse qui ne semble obéir à aucune logique.

10B. Dezert (1978) a montré que les petits ateliers, au centre de Lyon, ne subsis­tent que pour des productions de luxe. Dans la périphérie proche, les industries ont de plus en plus tendance à la concentration. Ainsi le complexe de Saint-Fons, Pierre-Bénite, Feyzin s'étend sur 150 ha. Autour de ce pôle industriel (structuré autour de l'activité chimique), à la périphérie immédiate de l'agglomération lyonnaise, un réseau inter-industriel s'est mis en place avec les usines chimiques de seconde transformation. M.-P. Gabel (1993) a fait apparaître des répartitions industrielles, dans la communauté urbaine de Strasbourg, dépendantes de la proximité au centre et aux principaux axes de communication. Dans les pays du Nord, la localisation industrielle se caractérise aujourd'hui par une forte concentration régionale généralement articulée autour d'une activité dominante, avec des établissements spécialisés opérant entre eux une réelle division du tra­vail composée d'un subtil mélange de coopération - concurrence - émulation. Le constructeur automobile Toyota, par exemple, a choisi de s'installer dans la mégalopole, près de Nagoya, en retrait du littoral, mais avec une bonne desserte routière. Toyota a d'abord recherché une main d'œuvre rurale et urbaine ; il s'est concentré dans une ville, avec sa zone de fournisseurs attitrés puis sa couronne de sous-traitants, conformément au principe des « flux tendus ».

  • 2 Le point de référence pris en considération dans la mesure des distances et des indices est le port (...)

11En partant de l'observation sur le terrain sfaxien et des approches théoriques et empiriques sur le phénomène de la localisation industrielle et les schémas associés, nous avons construit deux hypothèses qui ont structuré ce travail :
— hypothèse 1 : il existe dans la ville de Sfax un schéma d'organisation des établissements industriels classique, « la cité-usine » constitue ainsi un véritable territoire ;
— hypothèse 2 : les répartitions des établissements industriels à Sfax répon­dent à certaines logiques spatiales, la densité des établissements est liée tout particulièrement à la distance au centre2 et à la proximité aux principaux axes routiers.

12Pour vérifier la validité ou non de ces hypothèses, nous avons établi, à partir des fichiers officiels, une base de données traitable et cartographiable.

Une méthodologie de l'analyse, la mise en place d'une base de données

13L'analyse du semis nécessite de définir, tout d'abord, le secteur étudié - celui des industries à Sfax - et d'exposer, ensuite, les techniques mobilisées pour créer une base de données opérationnelle.

Définition du secteur industriel

  • 3 L'API est un établissement public à caractère industriel et commercial qui a été créé par le décret (...)
  • 4 La CCIS est un établissement public régi par la loi 88-43 du 19 mai 1988, complétée et modifiée par (...)

14Par secteur industriel, on entend ici le « secteur secondaire » de la classifica­tion de Colin Clark (1941), entre le primaire qui lui fournit des intrants, et le tertiaire qui distribue ses extrants. En se référant à la nomenclature officielle du 2 août 1987 et aux listings fournis par l'Agence de Promotion Industrielle (API)3 et la Chambre de Commerce et de l'Industrie de Sfax (CCIS)4, qui proposent une classification par branche d'activité, nous avons pu définir notre propre nomenclature, qui répond aux objectifs de l'analyse.

15La nomenclature officielle du 2 août 1987 distingue six activités :
1. industries agro-alimentaires ;
2. industries de matériaux de construction, céramique et verre ;
3. industries mécaniques et métallurgiques, électriques et électroniques ;
4. industries chimiques et caoutchouc ;
5. industries textiles, habillement et cuir ;
6. industries diverses.

16La classification adoptée pour l'analyse est la suivante :
1. industries agro-alimentaires ;
2. industries de matériaux de construction, de la céramique et du verre ;
3. industries de mécanique, métallurgique, électrique et électronique ;
4. industries chimiques ;
5. industries de chaudronnerie, charpenterie, raffinerie et fonderie ;
6. industries du textile et de l'habillement ;
7. industries du cuir et de la chaussure ;
8. industries de biens d'équipement et de consommation ;
9. industries du bois, du liège et de l'ameublement ;
10. industries des matières plastiques ;
11. industrie de l'imprimerie.

17Nous avons veillé à ce que notre classification nous permette de faire, en outre, une cartographie de la répartition industrielle selon certains critères comme :
— La taille des établissements : nous avons ainsi distingué l'industrie du textile et habillement de l'industrie de la chaussure, ou celle de l'imprimerie des industries diverses.
— La nature des activités : dans l'industrie lourde nous avons différencié l'industrie de chaudronnerie, charpenterie, raffinerie et fonderie de l'industrie chimique (traitement de phosphate, caoutchouc et pneumatique, tannerie) ou celle de l'industrie du plastique.
— Si la classification officielle a regroupé les branches de plastique, bois, papier dans une même activité nommée « diverses », nous avons distingué l'activité du bois, du liège et de l'ameublement par rapport à celle de biens d'équipement et de consommation, de l'imprimerie ou de plastique, puisque l'importance de ces activités est différente (en matière de nombre des établissements, de création des emplois, des atteintes environnementales, etc.).

  • 5 Conformément à l'usage des publications officielles tunisiennes, l'expression « industrie manufactu (...)

18L'industrie dans la ville de Sfax se définit donc comme l'ensemble des entreprises ayant pour objet la transformation des matières premières et l'ex­ploitation des ressources minérales et énergétiques en vue de la production de biens matériels. Les activités industrielles sont manufacturières5. Elles existent sous des formes diverses : il y a d'une part celles dont le fonctionnement exige une main d'œuvre féminine et abondante comme les industries de textile et de l'habillement ainsi que les industries agroalimentaires ; d'autre part, celles dont la production nécessite l'emploi de techniques avancées comme la branche de traitement des phosphates ; enfin il existe des activités industrielles, en concur­rence avec les produits d'importation, produisant essentiellement des biens de consommation.

Les techniques mobilisées pour construire une base de données traitable

  • 6 Dans la ville de Sfax, l'appareil industriel est caractérisé par l'importance des petites et moyenn (...)
  • 7 Un gouvernorat est la plus grande division administrative du territoire national tunisien, fixé par (...)

19L'établissement constitue l'objet de cette analyse ; c'est une unité de produc­tion localisée géographiquement, individualisée mais dépendant juridiquement d'une entreprise. Il occupe un lot cadastral d'une superficie plus ou moins grande. Bâtiment ou partie de bâtiment, il est utilisé pour l'assemblage, la fabri­cation, la confection, le traitement, la réparation ou le stockage de produits, de matières ou de matériaux (usine, garage, atelier, entrepôt, stationnement, etc.). En se référant aux listings des établissements appartenant au secteur formel6 et installés dans le gouvernorat7 de Sfax, nous avons retenu uniquement ceux qui sont créés dans les périmètres de la zone d'étude à savoir la ville de Sfax (fig. 2) et cela pour construire une solide base des données.

Agrandir
  • 8 Le capital social est constitué de l'ensemble des apports effectué par les associés ou les actionna (...)

20L'API a mis à notre disposition un fichier de 1162 établissements industriels situés dans le gouvernorat de Sfax, décrivant des variables relatives à l'adresse postale, l'effectif employé, le capital social8, etc. La CCIS, quant à elle, nous a fourni un fichier de 1082 établissements industriels localisés dans la région de Sfax, qui sont décrits par diverses variables comme le capital social, l'effectif employé, la nature de l'investissement, la date de création etc. En examinant dans le détail les données officielles, nous avons pu observer trois déficiences :
— La classification des activités industrielles et surtout le contenu de cha­cune d'entre elles ne nous semblent pas d'admettre, en effet, qu'un garage soit un établissement de « transformation de métaux », ou une boulangerie, aussi importante soit-elle, une unité alimentaire. Nous avons essayé d'écarter tous les établissements n'appartenant pas au secteur industriel.
— Dans l'étude des activités productives, il est d'usage de distinguer l'artisanat de l'industrie et de les traiter séparément. Mais comment faire lorsque certains domaines sont intimement imbriqués ? Deux secteurs coexistent et cohabitent : le secteur industriel proprement dit et le secteur artisanal qui, à un certain niveau, devient industriel. Afin d'écarter les établissements jugés artisanaux, nous nous sommes basés, en outre, sur le critère de l'effectif de l'établissement.
— Les deux fichiers ne répertorient pas souvent la même liste d'établisse­ments ; parfois des informations sur l'un des établissements sont manquantes. Nous avons donc procédé à un croisement des deux fichiers, permettant de conserver les établissements figurant dans l'un et l'autre et décrits par les variables jugées nécessaires pour l'analyse.

21Face à ces lacunes, des sélections successives effectuées selon plusieurs critères sont apparues indispensables pour créer une base plus fiable, traitable et carto-graphiable par la suite.

  • 9 Nous avons jugé crédible le nombre 5, sachant que le nombre 10 a été pris comme seuil dans la défin (...)

22— Une sélection géographique : nous avons exécuté une première sélection par commune, pour ne prendre en compte que les adresses des établissements qui se situent dans le périmètre de Sfax ;
— Une sélection sur l'effectif salarié : une sélection sur la tranche d'effectif salarié a été effectuée pour éliminer tous les établissements appartenant à des entreprises de moins de cinq employés9 ;
— Une sélection sur la branche d'activité : cette sélection consiste à ne con­server que les catégories appartenant à des activités industrielles, c'est-à-dire à ne pas prendre en compte les métiers jugés artisanaux et qui se rapportent à d'autres secteurs économiques comme le commerce ou le service ;
— Une sélection sur « la redondance » : dans les deux fichiers officiels, une confusion existe entre une création et une extension de projet. En effet, le même établissement appartenant au même entrepreneur, situé dans le même local, figure plusieurs fois. L'objectif de la sélection était d'écarter toute information redondante.

23Après de multiples tris, effectués sur les deux fichiers officiels, un croisement des données s'est révélé indispensable pour pouvoir travailler efficacement. Nous avons, par conséquent, construit un fichier qui inventorie 701 établissements industriels, appartenant exclusivement à des entreprises industrielles employant plus de 5 salariés, qui sont en activité et qui indiquent l'adresse postale, nous per­mettant de les localiser ultérieurement sur la carte, et des variables thématiques qui ont été choisies en fonction de nos hypothèses, comme la branche d'activité de l'établissement et sa taille (à travers des indicateurs comme l'effectif salarié, la surface totale de l'établissement et le capital social). Dans la base de données des 701 établissements industriels, 568 uniquement ont, en plus des variables citées plus haut, la variable « date de création » par établissement. Ainsi, nous avons établi un fichier qui répertorie 568 unités afin de vérifier les liens existants entre les répartitions industrielles et les dates de création des établissements.

24Après avoir établi notre base de données, nous avons dans un premier temps numérisé les entités jugées nécessaires comme la limite de la zone d'étude et les axes routiers. Ces mesures ont été effectuées dans un système d'axes X, Y à partir de la carte de la région de Sfax au 1/25 00010. Dans un second temps, sur une carte au 1/10 00011, il a été possible, à partir des adresses postales, de localiser chacun des établissements pris en compte, avant d'effectuer le relevé des coor­données géographiques qui leur correspond. L'analyse du semis industriel prend en compte explicitement les coordonnées géographiques des établissements et donne lieu à une cartographie des industries à l'échelle de la ville. Elle fournit tant des indices statistiques descriptifs que des surfaces associées aux localisations, décrivant ainsi les représentations visuelles de manière comparable.

L'analyse du semis général : une répartition non homogène

25Une première observation de la carte de répartition des établissements révèle un semis loin d'être homogène (fig. 3) : la couronne centrale et les principaux axes routiers abritent davantage les établissements, alors que les périphéries lointaines de la ville en sont presque dépourvues.

Agrandir

26Le groupement central comprend une bonne partie des industries prises en compte dans l'étude. Si la description de la carte constitue un outil de visuali­sation, ce sont les indices statistiques qui peuvent donner un sens rigoureux à l'analyse (tableau 1).

Tableau 1. Indices statistiques du semis industriel (Sfax 2001)

Agrandir

Gasmi Monia, 2001.

27Le centre moyen se situe à proximité du quartier El Gouebssia et de la route de Kaid Mhamed, correspondant aux zones les mieux desservies et où les den­sités de la population sont les plus importantes (fig. 4). En outre, il est proche de la zone portuaire, ce qui se justifie si l'on sait qu'à Sfax, la majorité des zones industrielles se trouve sur le littoral. L'indice du centre moyen permet d'ajouter des précisions sur la position du semis, puisque c'est une valeur calculée à partir de tous les établissements. Les barycentres, qui sont les centres des points pondérés par leurs poids, ont été calculés sur les 701 établissements avec, comme attribut attaché à chaque point, la surface totale de l'établissement, son capital social ou son effectif, trois variables jugées utiles pour évaluer leurs poids dans la répartition industrielle. La tendance générale des répartitions de ces trois indicateurs montre que le poids industriel se trouve sur le littoral Nord de la ville (fig. 5).

28La dispersion indiquée par le cercle de Bachi est importante, avec une valeur de l'ordre de 4,7 km. Le cercle englobe les faubourgs proches du centre-ville et les zones industrielles comme Poudrière 1 et 2, El Maou et Madagascar (fig. 6). Le tracé de l'ellipse standard témoigne de l'importance de la répartition dans la mesure ou l'ellipse couvre une partie importante de la zone d'étude (32,318 km2/ 336,565 km2). Il inclut presque les mêmes zones que celles figurant dans le cercle de Bachi. Les localisations situées en dehors de la direction principale d'ensemble sont, quant à elles, des tentatives plus récentes (années 1990). La forme de l'ellipse est allongée, comme le montre la figure 7.

Agrandir
Agrandir
Agrandir

29Compte tenu de l'axe de rotation, la direction privilégiée de la répartition se fait du Nord-Est au Sud-Est. La concentration de l'industrie est confirmée, sachant que le rapport entre la surface de l'ellipse et la surface étudiée est faible, ce qui signifie une forte concentration (0,096). Les contrastes entre des zones densément occupées et des zones relativement vides sont affirmés à travers la méthode de polygones de Thiessen, qui a permis de construire une partition de l'espace, en ne tenant compte que de la proximité et cela, à partir des 701 points correspondants aux établissements industriels. La carte des polygones de Thiessen (fig. 8) montre une répartition linéaire en fonction des axes routiers.

  • 10 En effet, le test C calculé (36,012) est significatif ; l'hypothèse d'une répartition aléatoire est (...)
  • 11 L'AFI a été créée par le décret 73-598 du 19 novembre 1973. Elle est chargée de réhabiliter les zon (...)

30La répartition est aussi concentrique car les densités des établissements varient en s'éloignant du centre. Les surfaces obtenues par tessellation font nettement ressortir le groupement central. Plus nous nous éloignons vers la périphérie, plus la taille des polygones augmente, plus ces polygones deviennent identifiables. Si à moins de 3 km du centre, la surface moyenne des polygones est de 50,9 km2, elle atteint les 2 724,5 km2 pour les établissements qui se situent à 8 km du port ; les implantations sont donc disséminées. L'indice R du Plus Proche Voisin d'ordre 1 (PPV 1) est d'environ 0,3, ce qui confirme la tendance à la concentration10. Simultanément, nous pouvons observer loin de la zone centrale la formation de regroupements parfois importants le long des principales routes de desserte (Tunis, Grémda et Gabès). Cette tendance s'explique par la création de zones industrielles récentes (décennie 1980) dans les périphéries, suite à l'épuisement du stock foncier de l'Agence Foncière Industrielle (AFI)11 et la délocalisation des huileries depuis les années 1990. Depuis le début du XXe siècle, les sfaxiens ont cherché à établir leurs huileries dans les sites proches des routes et du centre afin de bénéficier d'une accessibilité maximale à une époque caractérisée par la faiblesse des moyens de transport. La révolution des transports réduisant l'espace-temps, l'expansion de la ville et l'occupation par les huileries des sites où la rente foncière est devenue élevée, expliquent leur desserrement récent. L'étude du semis général a montré que la répartition industrielle est loin d'être homogène. Cependant, le caractère global de cette étude masque les logiques inhérentes aux différentes activités, ce qui nous conduit à analyser le semis par branche d'activité.

Analyse du semis par activité industrielle : des classes d'industries

31En examinant les cartes de répartition et les indices statistiques (tableau 2) appliqués à chacune des activités industrielles (Gasmi, 2003 : 25-27), nous pouvons constater des logiques de répartition assez complexes. Cependant, une tendance au regroupement (les indices varient entre 0,3 et 0,6) s'impose et l'hy­pothèse d'une répartition aléatoire est rejetée sachant que tous les tests C calculés sont significatifs. En se référant à la moyenne de l'indice de Bachi appliquée sur les 701 établissements, nous pouvons distinguer deux classes d'industries : la première regroupe les branches caractérisées par une dispersion importante : les indices de Bachi sont supérieurs à celui de la moyenne du semis général ; la seconde rassemble les industries caractérisées par une dispersion réduite, les indices de Bachi sont inférieurs à la moyenne du semis général.

Tableau 2. Indices statistiques par activité industrielle (Sfax 2001)

Agrandir

Gasmi Monia, 2001.

Classe 1 : une répartition caractérisée par une dispersion forte

32Cette classe est caractérisée par une dispersion importante ; la moyenne de la distance standard est de l'ordre de 5,2 km alors qu'elle n'est que de 4,7 km pour l'ensemble du semis. Elle regroupe les industries du bois, du liège et de l'ameu­blement, de l'agroalimentaire, du textile et de l'habillement, des biens d'équi­pements et de consommation, des matériaux de construction, de la céramique et du verre (fig. 9). Nous pouvons observer un regroupement central très dense qui s'oppose à des regroupements plus restreints en périphérie. Le centre moyen pour l'ensemble de cette classe occupe presque la même position que celui de la répartition générale des 701 établissements, c'est-à-dire que nous le retrouvons toujours dans le centre de la ville. Le barycentre, calculé à partir de l'effectif employé, fait apparaître des variations à l'intérieur de cette classe : si le barycentre pour l'agroalimentaire rejoint celui du semis général qui se situe au niveau de la zone de Poudrière 1, le poids en matière d'octroi d'emploi pour le secteur du textile et de l'habillement se décale vers le Nord (à 4 km du centre). En ce qui concerne l'activité du bois et de l'ameublement, de matériaux de construction, céramique, du verre et des biens d'équipement et de consommation, les bary-centres se déplacent vers le Sud-Est de la ville (fig. 10). L'orientation privilégiée de l'ellipse est Nord-Est/Sud-Est pour les industries des biens d'équipements et de consommation, de textile et de l'habillement, de matériaux de construction, céramique, verre, bois et ameublement. Cependant, l'ellipse est orientée Nord­Est/Sud-Est pour les industries de l'agroalimentaire (fig. 11). Quant aux PPV, qui varient entre 0,3 et 0,6, ils expliquent des tendances aux regroupements.

Agrandir
Agrandir
Agrandir
Agrandir
Agrandir
Agrandir

Classe 2 : une répartition caractérisée par une dispersion restreinte

33Cette catégorie d'industries (chaussure, mécanique, métallurgique, électri­que et électronique, plastique, impression, chimie lourde, raffinerie, fonderie et chaudronnerie) se distingue par des dispersions réduites (fig. 12), sachant que la moyenne de la distance standard est de 3,8 km alors qu'elle est de 5,2 km pour la première catégorie et de 4,7 km pour le semis général. Si le poids industriel en termes d'effectif employé pour les 701 établissements se situe vers Poudrière 1, les barycentres se décalent en revanche vers le littoral Sud pour l'industrie de la chimie, du plastique, de la mécanique, de la métallurgie, de l'électrique et de l'électronique. Cependant, les industries de chaudronnerie, raffinerie et fonde­rie et celles de la chaussure rejoignent le semis général (fig. 13). Les cartes des ellipses montrent des formes allongées (fig. 14) ; les indices de circularité varient entre 0,6 et 0,4. Les directions privilégiées se font tout de même du Nord-Est au Sud-Est. Les PPV 1, quant à eux, varient entre 0,5 et 0,4, ce qui témoigne d'une tendance au regroupement.

34Au terme de cette analyse, nous avons pu constater la tendance à la concen­tration qui demeure caractéristique de l'industrie à Sfax. Cette tendance est liée à certaines logiques spatiales que nous allons évoquer dans le paragraphe suivant.

De l'étude de la répartition à l'analyse de ses logiques spatiales

35À ce stade de la réflexion, nous avons énoncé un certain nombre d'hypothèses, en associant la théorie et les constats sur les répartitions : dans la ville de Sfax, les répartitions industrielles s'organisent en couronnes successives (centre/périphérie) et en secteurs le long des voies de communication. Elles se différencient selon la branche d'activité de l'établissement, sa taille et sa date de création.

Une localisation industrielle dépendante de la distance au centre

36La répartition des établissements industriels dans la ville de Sfax est concen­trique ; elle est liée à un facteur traditionnel, à savoir la distance au centre.

Etude générale du semis industriel : une répartition concentrique

37Si le centre se définit, généralement, comme le noyau historique et fonctionnel de la ville elle-même, c'est le port de commerce qui a été sélectionné ici comme point central à cause de l'importance de ce port pour beaucoup d'établissements dont la pérennité est liée aux inputs provenant de l'extérieur ou aux outputs partant vers l'étranger. Les industries à Sfax ont été étudiées en fonction de leur importance numérique par rapport au port. Le procédé consiste à calculer la distance de chaque établissement à ce point central puis à construire des gra­phiques, avec en abscisse la distance au port, et en ordonnée la fréquence des établissements. En se référant à la figure 15 et aux statistiques associées, nous constatons une régularité d'implantation dans une couronne de 500 m autour du centre-ville, couvrant 17 % du tissu industriel (119/701 établissements).

Agrandir

38Cette tendance s'affirme, sachant que 522 établissements se sont installés à moins de 5 km. 75 % des établissements choisissent cette auréole alors que 25 % seulement se trouvent dans les périphéries. Nous retrouvons toujours une opposition marquée entre les quartiers centraux où les densités des industries sont considérables et les quartiers périphériques, où les implantations sont ponctuelles.

Branches d'activités et distances au centre

39L'examen des graphiques (fig. 16 et 17) de la répartition des établissements par branches d'activités, nous permet de constater un croisement de toutes les activités dans une auréole de moins de 1,5 km du centre. La périphérie lointaine (entre 8 km et 16 km), quant à elle, abrite essentiellement les industries de la confection, de l'agroalimentaire, du bois et de l'ameublement, des biens d'équi­pement et de consommation. La tendance à la concentration dans les quartiers centraux et surtout sur le littoral demeure caractéristique de toutes les branches d'activités à Sfax. Une telle tendance est liée à l'action de l'acteur public. Dans le cadre du Plan Directeur Urbain de Sfax (PDU-1977), c'est le littoral qui a été retenu pour recevoir les établissements industriels, et cela parce qu'il est en liaison directe avec un axe important de transports et parce qu'il possède des réserves foncières importantes et à bas prix. L'hypothèse d'une grande zone d'emploi périphérique, sans possibilité de liaison cohérente avec l'ensemble de la ville (zone Gremda-Teniour) a été rejetée. De par sa position qui semble judicieusement choisie par les industriels, cette zone jouit des potentialités industrielles liées à certains facteurs : d'abord, la concentration des infrastructures, des terrains, des bâtiments industriels, des sociétés bancaires, etc. Ensuite, la proximité des douanes et du port qui constitue un facteur déterminant pour les entreprises exportatrices, mais aussi pour celles qui produisent pour le marché local, dont les processus de production sont liés aux intrants, provenant de l'étranger. Puis, le coût du transport demeure un facteur décisif intervenant dans le choix des industriels, ce qui explique la liaison constatée entre l'implantation d'un établis­sement et sa distance au centre. Enfin, les quartiers centraux proches du littoral, regroupant des cités populaires et offrant un bassin important de la main d'œu-vre, permettent l'articulation entre l'espace résidentiel et l'espace productif face à la faiblesse de la qualité des transports, ce qui augmente l'espace-temps.

40Une timide diffusion de certaines activités comme les industries de textile et de l'habillement, bien d'équipement et de consommation, bois, du liège et de l'ameublement, agroalimentaire etc. s'est opérée au cours des années dans les différentes entités territoriales de la ville (fig. 18). La tendance à la diffusion périphérique de ces branches d'activité s'explique, entre autres, par :
— le développement des industries du textile et de l'habillement, des biens d'équipement et de consommation, du bois, du liège, de l'ameublement et de l'agroalimentaire au cours du temps (fig. 19) ; incontestablement, le tissu indus­triel est structuré autour de ces activités. Les établissements situés à la périphérie ont été créés récemment (depuis les années 1980) à la suite de l'épuisement du stock foncier dans les zones réglementées littorales ;

41— la proximité du bassin de la main-d'œuvre féminine (confection), l'effet de vente et du coût de distribution (couscousseries, biscuiteries, pâtes alimentaires), dépendance à l'égard des espaces de production et des aires de collecte (tanne­ries), tant de facteurs qui expliquent les localisation périphériques de certaines branches industrielles appartenant à toutes catégories d'entreprises (surtout la très petite entreprise (TPE) et la petite et la moyenne entreprise (PME)).

42— le développement des PME, implantées dans les périphéries de Sfax, s'est effectué principalement en deux temps. Dans un premier temps, beaucoup de ces entreprises ont exercé pendant longtemps leurs activités dans le secteur informel. L'industriel transforme donc une partie de son logement en un atelier clandestin (une pièce de sa maison ou le rez-de-chaussée de son immeuble). À partir du moment où l'industriel entame la seconde étape de son développement, caracté­risée par la déclaration de son activité, il construit un bâtiment en cohabitation avec son habitat, dont l'usage est principalement industriel.

Agrandir
Agrandir
Agrandir

Tailles des établissements et distances au centre

43Le recours au tableau 4 et au graphique (fig. 19) relatif aux surfaces des établissements à la distance au centre a permis de distinguer deux aires de loca­lisation industrielles :
— des aires centrales : elles accueillent les branches consommatrices d'espace et sources de nuisance (phosphate, raffinerie, charpenterie, etc.). Assez concen­trées (99 % du total de cette catégorie occupent les aires centrales), ces activités sont attirées par le centre et les petits faubourgs.
— des aires d'extensions périphériques : la périphérie proche abrite les petites et les moyennes entreprises (PME) et les très petites entreprises (TPE) ; 75% de cette catégorie se trouve dans une auréole située entre 5 km et 11 km. La péri­phérie lointaine (plus de 15 km), quant à elle, accueille principalement les grosses entreprises, fortement consommatrices d'espace. La moyenne de la surface des établissements situés entre 15 et 16 km est de l'ordre de 8 293 m2 alors qu'elle ne dépasse pas les 1 646 m2 dans l'auréole comprise entre 5,5 km à 9 km.

Tableau 4. Moyenne des effectifs employés et distance au centre (Sfax 2001)

Agrandir

Gasmi Monia, 2001.

Agrandir

Dates de création des établissements et distances au centre

  • 12 La NPK et la SIAPE sont deux unités de traitement du phosphate extrait du bassin de Gafsa situé à l (...)

44La répartition des établissements industriels selon leurs dates de création semble suivre un modèle concentrique. L'auréole de 0,5 km à 5 km abrite les établissements appartenant à diverses dates. Cependant, les périphéries proches et lointaines (6 km-16 km) accueillent les entreprises qui ont été créées récemment (depuis 1990). La tendance à la diffusion industrielle demeure limitée face à l'attractivité des sites proches de la zone portuaire. L'implantation industrielle sur le littoral est un phénomène ancien, elle remonte à la période coloniale, date de la création de la SIAPE (1952), puis de la NPK (1962)12. Cette tendance à l'implantation littorale n'a cessé de se renforcer depuis 1974, suite à la création des zones industrielles sur le littoral (figure 20).

45Si le facteur distance au port est un élément essentiel dans le choix du site industriel pour l'industrie, ce facteur n'est pas unique puisque la proximité aux axes routiers semble être, aussi, importante.

Agrandir
Agrandir

Une localisation industrielle dépendante des axes routiers

46L'extension urbaine de Sfax en « doigts de gant » est due au schéma radiocon-centrique de son réseau routier à vocation locale. Convergeant toutes vers un point focal qui est Bab Jebli (la porte nord de la médina), les routes de Mahdia, Tunis, Teniour, Gremda, Lafrane, El Ain, Menzel Chaker, Agareb, Soukra, Mharza et Gabès ont un rôle de desserte en direction des grandes villes (Tunis, Gabès, etc.). Le croisement de la carte de semis avec celle des axes routiers a per­mis de constater une répartition linéaire, liée à la distance aux routes (fig. 21).

47Les établissements se sont implantés dans les sites proches des axes routiers. Les routes attractives sont tout d'abord la route de Sidi Mansour qui abrite, à elle seule, près du tiers des établissements industriels, suivie par la route de Gabès (1/10). Nous trouvons, ensuite, la route de Grémda et celle de Tunis (chacune a accueilli 8 % des établissements).

48Enfin, vient la route de Saltnia (3 % des établissements). À ce niveau, ces espaces constituent des lieux attractifs, favorisant la pérennité de l'entreprise. Cette distribution, liée à la proximité aux axes routiers, est en relation avec les dynamiques de l'urbanisation propres à cette agglomération, caractérisées par un allongement le long des routes qui rayonnent à partir du port et du centre ville (médina). L'attraction des voies routières s'explique par leur caractère de desserte puisqu'elles relient les périphéries à la médina, aux gares et aux ports. En outre, elles constituent des lieux d'implantations de toutes sortes d'activités. La concentration d'entreprises économiques de toutes natures se traduit par ce que A. Marshall appelle « atmosphère industrielle ». La présence de très nombreux établissements facilite, grâce à des contacts directs entre les agents, les échanges, la circulation des idées nouvelles, l'adoption et la diffusion des innovations.

*

49Au terme de cette analyse, nous avons pu valider notre hypothèse sous-enten-dant l'existence d'un schéma d'organisation radio-concentrique. Ce modèle se schématise comme suit : les quartiers centraux, abritent les industries légères ; le littoral regroupe la masse des grosses usines consommatrices d'espace et génératrices de nuisances. Ce sont des entreprises exportatrices qui cherchent une infrastructure solide ; les espaces péri-centraux ou de la couronne urbaine, accueillent toutes les catégories d'entreprises au voisinage des maisons ; le long des routes, s'alignent les PME et les TPE visant l'accessibilité des terrains à bas prix et une main d'œuvre abondante. Ce schéma classique caractérise aujourd'hui les agglomérations des pays du Sud. Cependant et depuis 1950, la majorité des villes des pays anciennement industrialisés ont connu une profonde désindus-trialisation. Ce phénomène est à l'origine de l'apparition d'un nouveau schéma d'occupation de l'espace urbain, défini par un départ des usines du centre de la ville laissant la place aux bureaux, sièges sociaux et services rares, par une dimi­nution des industries de la proche périphérie et une extension des implantations industrielles sur les zones et les parcs périphériques des villes.

50Ce schéma classique est à l'origine des problèmes environnementaux gran­dissants. La localisation, par exemple, sur le littoral des unités de traitement des phosphates, menace la population et expose les acteurs à des défis de plus en plus importants. Les résidus de la production des engrais phosphatés provenant de la SIAPE et de la NPK sont déchargés dans deux énormes dépôts de phospho-gypse, situés sur la frange littorale de la zone urbaine et répandent dans la mer les particules solides transportées par le vent, ainsi que les acides et les particules lessivées. Pour faire face aux menaces liées à ces unités, Sfax est devenu depuis le début des années 1990 un terrain d'expérimentation. Les résultats des actions de dépollution ne sont effectifs qu'à moyen et à long terme ; ils restent tributaires tout d'abord d'un véritable transfert de technologies et de financements étrangers à des taux acceptables qui ne pénalisent pas le développement économique et social de la Tunisie par un endettement déjà lourd à gérer. Ensuite, ils dépendent d'un changement des comportements et des gestes quotidiens de l'ensemble des agents économiques, mais aussi du simple citoyen qui est loin de s'y intéresser pour l'instant.

Haut de page

Bibliographie

Agence de Promotion Industrielle, 2001, Listing des entreprises du gouvernorat de Sfax, API, Sfax.

Agence Foncière Industrielle, 2001, Fichier statistique des entreprises situées dans les zones industrielles aménagées par l'AFI, AFI, Sfax.

Ben Nasr A., 1993, La dynamique industrielle à Sfax, thèse de DRA, Université de Tunis, 383 p.

Cauvin C. 1998, L'espace géographique des villes : pour une synergie multistrates.

Chambre de Commerce et de l'Industrie de SFAX, 2001, Listing des entreprises industrielles dans le gouvernorat de Sfax, CCIS, Sfax.

Castells M., 1975, Sociologie de l'espace industriel, Paris, Anthropos, 219 p.

Dlala H., 1986, Structuration et fonctionnement de l'espace industriel tunisien : approche macrosco­pique, Thèse de troisième cycle, Université Louis Pasteur, Strasbourg, 459 p.

Dézert B., 1978, L'espace industriel, Paris, Masson, 301 p.

Fagot D., 1995, La répartition des banques dans la CUS, Mémoire de maîtrise de Géographie, Strasbourg, Université Louis Pasteur, 61 p.

Fischer A., 1994, Industrie et espace géographique : introduction à la géographie industrielle, Paris, Masson, 137 p.

Gasmi M., 2003, Espace et acteurs du développement industriel dans la ville de Sfax (Tunisie), nouveau doctorat de l'Université Louis Pasteur, Strasbourg, 456 p. + annexes.

Goyer A., 1996, Le marché et les acteurs de l'immobilier de bureaux dans la communauté urbaine de Strasbourg, Thèse de doctorat de Géographie, Université Louis Pasteur, Strasbourg, 442 p.+bibliographie et annexes.

Gabel M-P., 1993, Une étude de la répartition industrielle : l'exemple de la communauté urbaine de Strasbourg, Mémoire de Maîtrise de Géographie, Université Louis Pasteur, Strasbourg, 193 p. + annexes.

Hamilton F., 1985, Les systèmes industriels : un cadre conceptuel pour l'analyse des structures et des processus évolutifs, Bulletin de la société Languedocienne de Géographie, Montpellier, 108, n° 1-2 : 5-19.

Haggett P., 1973, L'analyse spatiale en Géographie Humaine, Paris, Armand Colin, Collection U, 391 p.

Kaioua A., 1984, L'espace industriel marocain : de Kénitra à Casablanca, Tours, Institut de Géo­graphie, 324 p.

Lahousse P., 1999, L'outil statistique en géographie, Paris, Armand Colin, 95 p.

Lagarde J., 1995, Initiation à l'analyse des données, Paris, Dunod, Coll. Manuel, 162 p.

Laferrere M., 1960, Lyon, ville industrielle, Paris, PUF, 560 p.

ManzagoL C. 1980, Logique de l'espace industriel, Paris, PUF, 248 p.

Merenne-Schoumaker B., 1994, La localisation des industries : mutations récentes et méthodes d'analyse, Paris, 191 p.

— 1975, L'étude des nouvelles localisations industrielles. Problèmes de méthodes et de sources, Bulletin de la Société Géographique de Liège, n° 11 : 97-128.

Pumain D., L'analyse spatiale, 1997, Paris, Armand Colin, 161 p.

Reymond H., Cauvin C. et al., 1998, L'espace géographique des villes. Pour une synergie multistrates, Paris, Economica-Anthropos, Coll. Villes, 557 p.

Saint-Julien T., 1974, La décentralisation industrielle en France. Industrialisation régionale et espace d'accueil, Paris, Aureg, 142 p.

Haut de page

Notes

1 Le semis désigne la configuration de l'ensemble des points définis par leurs coordonnées spatiales X, Y. Il peut présenter des groupements, des concentrations, ou au contraire des auréoles des densité diverses, ou encore une certaine régularité (Cauvin, 1998).

2 Le point de référence pris en considération dans la mesure des distances et des indices est le port de commerce ; le centre à Sfax ne coïncide pas avec ce port, même si la distance est très limitée. Ce choix se justifie, néanmoins, par le rapport important entre l'industrie et le port qui assure à beaucoup d'activités les importations de leurs inputs et les exportations de leurs outputs, nécessaires à leur pérennité.

3 L'API est un établissement public à caractère industriel et commercial qui a été créé par le décret 73-19 du 10 janvier 1973.

4 La CCIS est un établissement public régi par la loi 88-43 du 19 mai 1988, complétée et modifiée par la loi 92-112 du 23 novembre 1992.

5 Conformément à l'usage des publications officielles tunisiennes, l'expression « industrie manufacturière » remplace celle d'industrie de transformation.

6 Dans la ville de Sfax, l'appareil industriel est caractérisé par l'importance des petites et moyennes entreprises dont un grand nombre relèvent du secteur informel et ne sont donc pas répertoriées dans les fichiers officiels et par conséquent dans notre base de données.

7 Un gouvernorat est la plus grande division administrative du territoire national tunisien, fixé par le décret du 21 juin 1956 et modifié par la loi du 20 juillet 1959. Le gouvernorat porte le nom de son siège et l'autorité politico-administrative en est le gouverneur. Sfax est aujourd'hui le siège d'un gouvernorat comprenant 15 délégations, divisées elles-mêmes en 125 secteurs ruraux et communaux.

8 Le capital social est constitué de l'ensemble des apports effectué par les associés ou les actionnaires au moment de la création ou de l'augmentation de capital d'une société.

9 Nous avons jugé crédible le nombre 5, sachant que le nombre 10 a été pris comme seuil dans la définition officielle et que « les industriels sfaxiens ne déclarent pas toujours tous leurs employés » dit B., directeur de l'API. Dans les fichiers officiels, nombreux sont les établissements déclarant 5 employés uniquement.

10 En effet, le test C calculé (36,012) est significatif ; l'hypothèse d'une répartition aléatoire est rejetée et la tendance de regroupement est confirmée, puisque R est compris entre 0 et 1.

11 L'AFI a été créée par le décret 73-598 du 19 novembre 1973. Elle est chargée de réhabiliter les zones industrielles afin de mettre fin à une localisation spontanée et de promouvoir le secteur industriel, considéré comme décisif pour le décollage du pays.

12 La NPK et la SIAPE sont deux unités de traitement du phosphate extrait du bassin de Gafsa situé à l'intérieur et exporté par le port de Sfax.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Monia Gasmi, « La répartition des établissements industriels à Sfax : un schéma radio-concentrique », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 111-112 | mars 2006, mis en ligne le 08 décembre 2011, consulté le 26 mai 2017. URL : http://remmm.revues.org/2879

Haut de page

Auteur

Monia Gasmi

Laboratoire Image et Ville, UMR 7011 du CNRS, Univ. Louis Pasteur, Strasbourg.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page