Navigation – Plan du site
II. Lectures

Gobe, Éric (dir.), L’Ingénieur moderne au Maghreb (xixe-xxe siècles), Paris, Maisonneuve & Larose / Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain, 2004, 389 p.

Olivier Raveux
p. 279-282

Texte intégral

1Cet ouvrage rassemble une grande partie des contributions au programme de recherche « Ingénieurs et société au Maghreb » mené par l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain entre 1999 et 2002 et dirigé par Éric Gobe. Comme le souligne André Grelon dans la conclusion, il répond à l’invitation formulée en 1990 par Elisabeth Longuenesse dans son ouvrage pionnier Bâtisseurs et bureaucrates : ingénieurs et société au Maghreb et au Moyen-Orient1 : entreprendre des études sur les professions modernes – et notamment sur le groupe emblématique des ingénieurs – afin de mieux comprendre la naissance et le fonctionnement des jeunes états du Maghreb et du Machrek. Pour le Machrek, de multiples travaux ont été menés depuis sur les ingénieurs, notamment égyptiens. Une synthèse sur le Maghreb manquait encore et cette publication comble donc un vide scientifique. Autant le dire d’emblée, à plusieurs points de vue, cet ouvrage est une incontestable réussite. Par l’analyse approfondie du groupe socioprofessionnel des ingénieurs, il répond d’abord aux attentes formulées il y a une dizaine d’années et va même plus loin en proposant des pistes de réflexion plus générales qui permettront de guider la poursuite des recherches sur les problèmes de la qualification, de la formation et des professionnalités dans les filières d’activités économiques et techniques. Ensuite, et la pratique est suffisamment peu courante pour être saluée, l’ouvrage se termine par des perspectives de travail et de véritables conclusions. Enfin, cette publication témoigne – si besoin en était encore – de l’intérêt d’un travail sur la longue durée, des vertus de la comparaison entre plusieurs espaces et de la confrontation des méthodes et problématiques de plusieurs disciplines. L’histoire, les sciences de la gestion, l’économie, la sociologie, la statistique et l’agronomie sont ici convoquées pour faire ressortir toute la richesse et toute la complexité du sujet. Parmi les choix méthodologiques de cet ouvrage, seule la comparaison entre des pays aussi différents que l’Algérie, le Maroc et la Tunisie pouvait poser problème. Dans une large perspective historique, peut-on prendre le Maghreb comme un espace homogène ? Non, et les auteurs ne le prétendent pas. Même si la notion de convergence est souvent utilisée pour analyser les politiques d’ajustement à l’actuelle libéralisation des économies, l’Algérie, le Maroc et la Tunisie restent marqués par des histoires différentes. La comparaison à l’intérieur du Maghreb s’imposait pourtant tant la diversité des cas nationaux permet des éclairages mutuels et offre un large éventail de questionnements.

2La première partie de l’ouvrage - « La naissance d’une figure technique moderne au Maghreb : de l’ingénieur réformateur à l’ingénieur colonial » - est très certainement la moins neuve de l’ouvrage. Les contributions sont solides mais étayent plus qu’elles ne renouvellent l’état des connaissances et de la réflexion. Reviennent ici les questions - souvent traitées - de la création des premières écoles d’ingénieurs et des besoins auxquels elles étaient censées répondre, des raisons de l’indigence des effectifs maghrébins dans les corps d’ingénieurs durant la période coloniale et des positions de subordination à l’égard des ingénieurs coloniaux. Pour se faire une idée synthétique sur ces questions, on se reportera aux six pages qu’Éric Gobe lui consacre dans l’introduction générale (p. 14-19). On retiendra toutefois la belle contribution d’Hélène Vacher qui permet d’observer, à travers l’étude de la Société Française des Ingénieurs Coloniaux entre 1895 et 1914, le rôle des groupes professionnels

« qui, à la fois médiateurs économiques et médiateurs sociaux, ont été susceptibles de peser sur les orientations d’une cascade d’autorités qui, en France et dans ses colonies, étaient chargées d’organiser la gestion de l’empire » (p. 140).

3La deuxième partie de la publication est consacrée à « l’agronome : un ingénieur pris dans les contradictions de la société coloniale ». On sait l’importance de ce thème. L’agriculture est depuis toujours le secteur d’activités qui a produit le plus d’ingénieurs dans les pays du Maghreb. Les trois articles montrent parfaitement comment et pourquoi la formation des ingénieurs agronomes a été un objet permanent de tensions dans lesquelles transparaissaient la diversité de la société civile et des mentalités coloniales. Les divergences de vues et d’objectifs socioéconomiques entre les représentants de l’administration et les grands propriétaires terriens illustrent parfaitement cette situation. De même, certains ingénieurs agronomes coloniaux « ont eu parfois une conscience aigüe des problèmes posés par la colonisation » (Omar Bessaoud, p. 189) mais ont dû affronter l’incompréhension d’une administration qui n’avait pas leur vécu de terrain.

4Les troisième et quatrième parties constituent la réflexion centrale de l’ouvrage et traitent de « La formation des ingénieurs maghrébins entre massification et élitisme » et « De l’école au marché du travail : la fin de l’emploi de public ? ». Les liens directs entre les deux thèmes et le fait que plusieurs articles soient à cheval sur les deux entrées impliquent le traitement commun de ces deux parties. Les six contributions forment un riche ensemble permettant d’observer que les deux systèmes de formation des ingénieurs maghrébins2, géré par un État omniprésent depuis les indépendances, a difficilement fonctionné et a fini par devenir un problème majeur depuis la fin des années 1980. La profession d’ingénieur, et plus particulièrement en Algérie, « où l’ingénieur trouve de moins en moins sa place. Son statut social est sérieusement ébranlé depuis quelques années » (Nacer-Eddine Hammouda : 292). Durant les années 1960-1980, l’État se devait de satisfaire les besoins de l’administration et des sociétés du secteur public. Le virage libéral des années 1990 a constitué une rupture et a modifié la donne tant pour l’administration que pour le groupe des ingénieurs. Alors que l’enseignement supérieur continue de former des cadres techniques, l’État a cessé de les embaucher en nombre. Alors que le secteur productif privé a besoin de techniciens opérationnels sur le terrain, le système éducatif continue de former, à l’étranger ou sur les territoires nationaux, des ingénieurs attirés par des carrières dans l’administration. Ici se pose pleinement le problème de la qualification des ingénieurs comme reconnaissance sociale d’un savoir et d’un savoir-faire difficilement négociables sur le marché du travail.

5La cinquième partie, consacrée aux « Professionalités d’ingénieur » est très certainement la plus neuve d’un point de vue problématique car elle permet d’aborder le problème des articulations entre compétences, capacités, motivations, emplois et identités chez les acteurs de la filière technique dans les sociétés du Maghreb. Ainsi, en analysant le groupe des ingénieurs en télécommunication de Tunisie à partir de ce type de variables, Anissa Ben Hassine parvient à faire ressortir la diversité des carrières potentielles (les ingénieurs leaders, experts ou nomades). L’importance de ce thème d’études est centrale, tant les combinaisons de ces articulations déterminent les trajectoires individuelles et collectives des ingénieurs. L’étude sur « Femme, ingénieur et fonctionnaire » au Maroc, menée par Kamal Mellakh, vient d’ailleurs confirmer ce postulat, en montrant comment perdurent, malgré la proportion sans cesse croissante des femmes ingénieurs depuis les indépendances, les inégalités hommes - femmes en termes de carrières et d’accès aux responsabilités. Dans le même ordre d’idées, il convient d’analyser l’activité et l’identité des ingénieurs dans leurs relations avec les autres acteurs de la filière technique, et notamment les techniciens, fait d’autant plus important que, comme le souligne avec justesse Éric Gobe dans son introduction, l’« empiétement de l’ingénieur sur le domaine du technicien est amplifié par le fait qu’au Maghreb, le nombre d’ingénieurs diplômés est nettement supérieur à celui des techniciens supérieurs » (p. 30). Sur ce dernier point, l’ouvrage apporte finalement peu. Il aurait fallu étudier l’ingénieur sur le terrain, dans le cadre de son travail quotidien. Nous y reviendrons en conclusion.

6La sixième et dernière partie de l’ouvrage est tout aussi remarquable. Terminer l’ensemble par une comparaison avec le Machrek ne s’imposait pas mais l’ouvrage présente toutefois cet effort d’ouverture. Elisabeth Longuenesse dresse une comparaison avec une grande maîtrise des questionnements actuels et une perception aigue des recherches qu’il reste à mener. Ainsi, l’accent est mis sur la nécessité d’étudier les organisations professionnelles dans lesquelles

« se maintiennent, semble-t-il, de particularités régionales, opposant Occident et Orient arabes, dans les formes institutionnelles, comme dans les représentations qui les accompagnent » (p. 371).

7La conclusion présentée par André Grelon résume parfaitement les avancées scientifiques de l’ouvrage. Dans le même temps, elle en présente les limites et les lacunes. Ainsi, la question des parcours professionnels des ingénieurs « en soulève immanquablement une autre, celle de l’analyse du travail des ingénieurs » (p. 379). Dans les sociétés privées ou en cours de privatisation, les ingénieurs sont-ils les vecteurs ou les freins des changements et de l’innovation ? L’ouvrage ne peut répondre à cette question « faute d’avoir trouvé les chercheurs disposés à s’investir dans un tel domaine ». Souhaitons que ce constat suscite des vocations tant la question est d’importance pour l’évolution du Maghreb à très court terme. Ce petit reproche ne peut toutefois nuire à la qualité de l’ensemble qui, répétons-le, atteint pleinement l’objectif de départ : présenter une lecture de la naissance et du fonctionnement des sociétés du Maghreb contemporain à l’aune de l’histoire et de l’évolution récente d’une profession moderne, celle des ingénieurs.

Haut de page

Notes

1 Lyon, Maison de l’Orient méditerranéen, 1990.
2 D’une manière très schématique : égalitaire et de masse pour l’Algérie, plus élitiste pour le Maroc et la Tunisie.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Raveux, « Gobe, Éric (dir.), L’Ingénieur moderne au Maghreb (xixe-xxe siècles), Paris, Maisonneuve & Larose / Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain, 2004, 389 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 111-112 | mars 2006, mis en ligne le 31 mars 2006, consulté le 27 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/2882

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page