Navigation – Plan du site
II. Lectures

Claudot-Hawad, Hélène (dir.), Voyager d’un point de vue nomade, Paris, éd. Paris-Méditerranée, 2002, 175 p.

Maud Nicolas Daniel
p. 282-285

Texte intégral

1C’est à l’exploration de deux concepts qui, contrairement à ce que l’on pourrait penser, ne vont pas toujours de pair que nous convie cet ouvrage original : celui de « voyage » et celui de « nomadisme ». Au moyen d’exemples (études de cas, analyse historique,…) choisis parmi les populations touaregs et maures du Sahara et du Sahel (respectivement appelées les Imajaghen et les Bidân), douze contributions d’anthropologues, historiens et linguistes, explorent ces notions qui structurent l’univers nomade. L’ouvrage s’organise autour de trois grands axes : la conception du voyage nomade (réel ou virtuel), l’interaction entre voyage et évolution politique et sociale qui concerne ces sociétés, et la réalité matérielle et immatérielle qui accompagnent le voyage (les objets, les savoir-faire et les mots du voyage).

2Hélène Claudot-Hawad approche tout d’abord la notion de voyage dans la pensée touarègue en expliquant de quelle manière cette notion fait partie de l’éducation même des individus, et organise la vision nomade du monde. Elle discute la différence conceptuelle dans la pensée nomade entre le nomadisme et le voyage. Si le premier renvoie au franchissement d’étapes déterminées, « à l’idée de boucle, de parcours infini en spirale qui reproduit le mouvement de l’univers », c’est à dire à quelque chose de naturel et cyclique, ce sont des étapes « indécises et instables », un parcours plus aléatoire et moins universel qu’évoque le second. Puis l’auteur nous explique que cette différence se retrouve dans une autre conception symbolique de l’ordre du monde : celle qui est attachée au rôle de l’homme et de la femme touarègue. Ainsi c’est l’homme qui est associé au voyage (awzlu) tandis que les déplacements féminins « tendent à être assimilés plutôt au mouvement fondateur de l’ordre du monde, c’est à dire au nomadisme : taglé ». Le voyage est une nécessité pour les sociétés touaregs qui y voient le moyen, indispensable à leur fonctionnement, de chercher le savoir, l’ouverture et l’échange. À travers l’évocation de chants, de contes et de proverbes qui jalonnent ce premier article très riche, sont abordés divers aspects de l’organisation des sociétés touaregs (les bagages, l’éducation, l’échange, le sacrifice et les axes du voyage) qui montrent la logique du nomadisme. On mesure alors que « la bonne marche du monde » repose sur « la différence, la compétition et la mise en dialogue d’entités jumelles qui le composent : la sphère de « l’identique », du plein, de la « maison » d’un côté et celle du « différent », du vide, de l’essuf, de l’autre ».

3C’est de la problématique femme/maison dont traite ensuite Saskia Walentowitz à travers l’exemple des déplacements féminins chez les Ineslemen de l’Azawagh au Niger. « Que signifie voyager, se déplacer vers l’extérieur pour une femme touarègue ? Quels sont les gestes qui précèdent cette action, quelles précautions rituelles l’entourent ? » Telles sont les questions auxquelles s’intéresse l’auteur en analysant les rites de passage féminins qui préfigurent une « traversée de l’essuf, l’espace non domestiqué en tant que paradigme de la conjonction du masculin et du féminin ».

4Dida Badi, dans l’article suivant, se penche sur la tradition orale des Ifughas, Touaregs de l’Adagh, pour rendre compte de la représentation des espaces de référence à travers quatre récits fondateurs. Ces récits de voyage, qui définissent les espaces de référence des Ifughas et qui mettent en scène leur ancêtre Aitta font des Ifughas « le groupe de plus important de l’Adagh du point de vue démographique » et peuvent expliquer leur souci « de se considérer comme le centre de leur tribu, aujourd’hui éclatée dans tout le monde touareg ».

5Les voyages en quête de savoir effectués par les Bidân – arabophones de Mauritanie et de l’Ouest saharien en général – sont habituellement présentés comme le fait de groupes religieux et leur analyse exclue l’idée d’une influence politique. Mariella Villasante-de-Beauvais met en cause cet état de fait en présentant l’exemple d’un jeune homme, Sîdi Mahmûd wull al Mukhtar dont le voyage d’étude effectué vers le milieu du xviiie siècle « fut aussi une migration influencée par des luttes politiques », pour finalement être à l’origine d’une confédération, celle des Ahl Sîdi Mahmûd. D’un point de vue plus général, ce récit démontre finalement l’interaction qui caractérise les domaines politique, historique et religieux dans l’Ouest saharien.

6Influences politiques là encore dans l’article de Florence Camel qui se penche sur la période coloniale de la fin du xixe siècle au début du xxe siècle. Cette époque est marquée par la domination des Français et le contrôle qu’ils exerçaient sur les caravanes commerciales qui traversaient le Sahara. Organisées essentiellement par les Touaregs, elles « constituaient l’élément central de l’économie d’une vaste région puisque des Touaregs du Sud (Kel Gress, Touaregs du Damergou…) montaient en Aïr avec leurs produits d’échange pour y prendre part ». L’auteur tente d’évaluer les conséquences du contrôle colonial sur le déroulement de ces caravanes.

7Le commerce touareg a récemment pris une forme nouvelle impulsée par les artisans. Certains d’entre eux n’hésitent pas à voyager à l’étranger pour vendre leurs productions. L’article de Susan Rasmussen se propose d’examiner les conséquences des voyages récents des artisans originaires de l’Aïr sur leur milieu d’origine. En effet, ils y occupent traditionnellement « une fonction sociale prépondérante » en endossant « le rôle d’intermédiaire dans de multiples domaines : social, politique, rituel ». La présentation de parcours individuels montre qu’un réajustement de leur rôle et de leur statut est à l’oeuvre, car aujourd’hui ces voyages, qui « s’effectuent dans une zone connue (à l’intérieur de l’Aïr), proche (à Niamey) ou inconnue (vers de nouveaux continents » conduisent les artisans à envisager différemment leur propre culture.

8Le voyage représente d’un point de vue nomade le passage du monde connu au monde inconnu. Pour que ce passage s’effectue dans les meilleures conditions, une attention toute particulière est accordée à l’équipement du voyageur. Catherine Hincker aborde cet aspect de la réalité en détaillant les caractéristiques de cet équipement dans les confédérations imédédaghen et iwellemmeden Kel Ekümmerd (région sud du fleuve Niger et vallée de l’Azawagh). Elle montre comment les objets du voyage (bât, coussin et tapis, selle) sont investis de valeurs esthétiques et symboliques qui « permettent d’opérer une transition entre l’univers familier que le voyageur quitte et celui inconnu dans lequel il entre ».

9C’est le déplacement de ces objets, plus que celui des hommes, qui retient pour sa part l’attention de Tatiana Benfoughal : « Objets étrangers au milieu socioculturel étudié, objets insolites, échoués là on ne sait comment ni à la suite de quelles péripéties ». L’auteur interroge la notion « d’emprunt » posée par A. Leroi-Gourhan en abordant trois grands groupes d’objets de consommation : ceux « utilisés tels quels », ceux « habillés » à la manière locale et ceux « décomposés et incorporés à des créations nouvelles, pour analyser les « situations » liées à leur choix, acceptation et transformation par quelques groupes sahariens ».

10C’est à un voyage entre « chaud » et « froid » chez les Touaregs que nous convie ensuite Christina Figueiredo-Biton. La classification touarègue se caractérise par la recherche d’un équilibre entre ces deux notions qui « s’applique à tous les domaines de la vie, y compris à celui du voyage ». Certains voyages servent ainsi à se refroidir, comme celui des jeunes hommes qui, au moment de la puberté ont « le sang [qui] leur monte à la tête », et d’autres à se réchauffer, quand un homme resté depuis trop longtemps près de la tente de sa femme « risque de lui ressembler ».

11L’étude suivante s’inscrit dans la suite logique de la précédente en s’intéressant au système d’interprétation médicale (auquel renvoient aussi les notions touarègues de « chaud » et « froid »). L’introduction de nouveaux modèles de savoir qui coexistent avec la médecine touarègue dite « traditionnelle » bouleverse le cheminement thérapeutique des Kel Adagh. Marie-France Noël interprète ce dernier comme « un processus dynamique, un croisement permanent de connaissances, où la (re)construction d’un savoir partagé reste la démarche essentielle pour réaffirmer d’une part le champ connu qu’est la médecine touarègue et, de l’autre, pour domestiquer un nouvel espace médical, la bio médecine ».

12C’est sur les mots du voyage que se termine l’ouvrage. Abdoulmohamine Khamed Attayoub propose d’abord « de poser les premiers jalons d’un lexique de la tetserrét » (parler berbère spécifique aussi nommé shinsart en touareg), non documentée jusque-là, avant « d’esquisser une première image de sa parenté avec d’autres parlers berbères ». L’article pose des questions quant à l’origine de la tetserrét tout en témoignant des échanges « sans doute intenses d’un bout à l’autre de la Berbérie et dont la langue berbère, aussi diversifiée et dispersée soit-elle, porte aujourd’hui toujours les traces ».

13Enfin, dans un travail exploratoire, Dahbia Abrous traque le voyage à travers les mots de la littérature touarègue. Le thème du voyage est de fait très représenté dans la littérature touarègue moderne, et notamment dans l’œuvre de Hawad. On retrouve l’idée de voyage aussi bien dans les titres de l’œuvre de Hawad (Caravanes de la soif, Chants de la soif et de l’égarement, L’anneau-sentier) que dans les « mots-fibres » (« route », « sentier », « parcours », « partir », « avancer »…) qui tissent son œuvre. En illustration, un poème, « Buveurs de braises », vient clore l’ouvrage, laissant au lecteur l’occasion de se projeter lui-même dans l’univers du voyage, qu’il soit nomade ou pas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maud Nicolas Daniel, « Claudot-Hawad, Hélène (dir.), Voyager d’un point de vue nomade, Paris, éd. Paris-Méditerranée, 2002, 175 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 111-112 | mars 2006, mis en ligne le 31 mars 2006, consulté le 24 mai 2017. URL : http://remmm.revues.org/2884

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page