Navigation – Plan du site
II. Lectures

Corm, G., Le Liban contemporain. Histoire et société, Paris, Éditions La Découverte, coll. Cahiers libres, 2003, 318 p.

Bruno Dewailly
p. 285-287

Texte intégral

1Depuis 40 ans, Georges Corm ne cesse de promener son regard d’analyste à travers le Moyen-Orient et de prendre la plume pour transmettre des contributions dont les qualités sont unanimement reconnues. Ce nouvel ouvrage s’inscrit dans cette lignée et particulièrement dans celle de ses études proprement libanaises : Géopolitique du conflit libanais, et Liban : les guerres de l’Europe et de l’Orient, 1840-1992.

2Pour cette nouvelle publication, et comme de nombreux auteurs, G. Corm a choisi de circonscrire son cadre d’analyse entre 1840 et nos jours. C’est-à-dire depuis l’insurrection de la montagne libanaise qui, reconfigurant les alliances de la scène régionale, fera renaître les intérêts proche et moyen-orientaux des puissances européennes rivales, jusqu’à la conférence de renégociation de la dette dite de « Paris II » ayant pour principal objectif d’éviter la faillite annoncée de l’État.

3L’introduction ne présente pas de problématique spécifique mais se contente plus classiquement de fixer en neuf pages, dont une carte à l’appui, quelques éléments remarquables de la géographie, de l’organisation administrative et politique, et de la répartition des communautés religieuses.

4Le développement est constitué de onze chapitres, ventilés sous trois parties correspondant chacune à une période historique : avant l’indépendance, 1943-1990, et deuxième république. La première partie aborde successivement les spécificités socio-spatiales du Liban, quelques variables majeures de son histoire complexe, puis se clôt par le passage de l’émirat au Grand-Liban. Le développement intermédiaire est composée de 5 chapitres. L’auteur revient sur les processus qui, depuis l’indépendance, mènent à l’éclatement communautaire. L’analyse est alors déclinée à différentes échelles, d’une vision géopolitique des grandes étapes de la guerre aux facteurs de l’éclatement, qu’ils soient régionaux ou communautaires, et enfin aux spécificités plus locales du système milicien. Dans une troisième partie, la IIe République est passée au crible de trois prismes : histoire, économie et gestion institutionnelle.

5L’ensemble de ce développement est parfaitement cohérent et l’auteur distille tout au long de l’ouvrage les principaux éléments qui servent à la compréhension des chapitres ultérieurs. Les apports essentiels sont contenus dans les parties une et trois. L’auteur démontre d’abord comment les communautés religieuses se transformeront progressivement, à partir du xixe siècle, en organes politiques sous la triple impulsion, certes non exclusive mais essentielle, de l’arrivée des communautés montagnardes dans les villes côtières, des jeux de forces étrangers et du poids des grandes familles notabiliaires. La deuxième partie reprend principalement des éléments déjà avancés dans d’autres publications de l’auteur en insistant toutefois sur les blocages de la société après l’indépendance et le dépassement avorté que, selon l’auteur, le chéhabisme représentait. La troisième partie est sans conteste la plus originale puisqu’elle traite d’une période jusqu’à présent peu mise scientifiquement en récit. Il s’agit de l’après-guerre, lorsque la force des armes est supplantée par des rapports de domination économiques, ce qui semble beaucoup plus acceptable aux yeux des faiseurs d’opinion. Et là, l’apport de l’économiste, de surcroît ancien ministre des Finances de 1998 à 2000, est remarquable. Capable de décrypter le sens de jeux financiers ou monétaires et de recontextualiser leurs enjeux et leurs implications à différentes échelles socio-spatiales, G. Corm esquisse un panorama intéressant de la nouvelle oligarchie affairiste libanaise qui aura raison du gouvernement de Sélim Hoss auquel il participa.  

6La conclusion, un peu légère à notre sens, s’élabore autour d’un « statut d’État-tampon ». Au-delà de la performance métaphorique de l’expression, son versant conceptuel faible ne permet pas d’exploiter la totalité de la complexité mise en évidence dans l’ouvrage. Ainsi, s’en suit quelques considérations sur le renouveau du communautarisme dans la région depuis l’occupation de l’Irak par la coalition emmenée par les États-Unis d’Amérique et sur le moyen d’extirper cette référence du champ politique libanais et de l’ordre public. Ces considérations auraient certainement gagné à être étayées par une présentation plus approfondie des mécanismes qui régissent le quotidien des populations libanaises.

7Ajoutons enfin que l’ouvrage s’appuie sur une bibliographie thématique trilingue (anglais, arabe, français) relativement exhaustive, et toujours judicieusement appelée dans le texte. Mais, de la part d’un ancien ministre, aujourd’hui consultant international, on aurait aimé y voir figurer quelques références supplémentaires en provenance d’organismes internationaux, d’ONG et d’associations, tant aujourd’hui ces offices, qui produisent quantités de données, détiennent une forte capacité discursive à l’énonciation de la norme et à la saturation du champ médiatique. D’ailleurs, l’étude aurait gagné à l’insertion de ces variables dans une analyse transversale à l’ensemble de la troisième partie qui dans le cas de la reconstruction libanaise est essentielle, et la conclusion n’en aurait été que meilleure.

8Au total, l’ouvrage que nous présente George Corm, s’il ne renouvelle pas l’approche des études libanaises, complète de manière heureuse la connaissance dans ce domaine, dressant un premier panorama socio-politique sans concession des dix premières années de la IIe république libanaise, et s’attaquant aux principaux clichés qui ont cours jusque dans certaines publications scientifiques récentes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Dewailly, « Corm, G., Le Liban contemporain. Histoire et société, Paris, Éditions La Découverte, coll. Cahiers libres, 2003, 318 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 111-112 | mars 2006, mis en ligne le 31 mars 2006, consulté le 22 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/2886

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page