Navigation – Plan du site
II. Lectures

Von Korff, Yorck, Missing the wave: Egyptian journalists’ contribution to democratization in the 1990’s, Hambourg, Deutsches Orient Institut, 2003, 262 p.

Tewfik Aclimandos
p. 289-295

Texte intégral

1Le titre annonce l’argument central : les journalistes égyptiens ont, comme leurs homologues dans tous les pays, un rôle à jouer à la pointe du combat pour la démocratie. Pendant les années 1990, ils ne l’ont pas assumé ou ne l’ont assumé que partiellement.

2Pour l’auteur, les termes « démocratisation » et « journalistes » sont aussi importants l’un que l’autre. Il présente un modèle permettant d’analyser la « démocratisation », qu’il emprunte à Schubert, Tetzlaff, et Vennewald. La démocratisation est le fruit ou l’issue de conflits entre groupes en compétition pour le contrôle de l’appareil d’État et des ressources qu’il offre, avec l’intégration dans le jeu politique d’acteurs jusque là exclus.

3Des groupes sont dits « stratégiques » : ils contrôlent les principales ressources politiques et économiques d’une société. D’autres sont oppositionnels, car exclus des positions politiques clés. Ils essaient de changer la répartition de l’argent et de la puissance. Pour comprendre un conflit politique autour de la démocratisation, il faut décrire les divers groupes, leur volonté et leur capacité. Ces dernières dépendent du degré d’organisation,  de la cohérence idéologique et culturelle,  de la légitimité desdits groupes, et de leur capacité de mobilisation de la population (ou au moins leur capacité à construire des coalitions avec d’autres groupes, mais l’auteur ne le dit pas). Il faut enfin analyser les activités desdits groupes. Le modèle prétend mettre en lumière les facteurs internes inhérents à la structure sociale mais aussi les facteurs externes : pressions étrangères, culture politique (dé)favorisant la démocratisation, souvenirs des précédentes expériences de démocratisation, chocs externes, etc. Il permet d’identifier les conditions de succès d’un groupe : cohésion, désir de démocratisation, ressources pour conduire le conflit.

4Von Korff passe en revue les études de cas ayant traité du rôle des journalistes dans des transitions réussies ou au contraire avortées, pour parvenir au résultat évident qu’aucune conclusion, dans un sens ou un autre, n’est possible. Après quoi, il s’intéresse à l’Égypte….et là les choses se gâtent, malgré les mérites de l’ouvrage et l’importance de l’effort fourni. Elles se gâtent parce qu’il éprouve le besoin de traiter deux problèmes complexes méritant chacun un ouvrage séparé, c’est à dire l’échec de la démocratisation en Égypte et la crise du monde de la presse. Il ne s’agit pas seulement d’une illustration de la maxime : « qui trop embrasse mal étreint », mais aussi d’un problème de méthode. Étudier les causes d’un échec de la démocratisation suppose une bonne connaissance de la société et de son système ou de son régime politique. De cela l’auteur est conscient, tout son livre le prouve. Mais peut-on parvenir à la connaissance requise d’un système en se contentant de l’étudier à travers le prisme de questions soulignant ce qu’il n’est pas ? Connaît-on un système simplement parce qu’on l’a qualifié, nombreuses et irréfutables preuves à l’appui, de non-démocratique ? L’écueil (cher à Marx) de la « fausse abstraction » guette souvent les explications du non-avènement de la démocratie. Il n’est pas inéluctable, loin de là, mais  notre auteur s’y est empalé.

5Les choses se gâtent aussi parce qu’il a souvent recours à l’histoire (très) longue pour expliquer la crise des années 90. C’est inutile et une analyse des répertoires et des systèmes d’action eut été plus pertinente. Elle n’est pas véritablement esquissée, alors que l’auteur a – et nous donne ici et là – les éléments permettant de conduire à bien cette entreprise. Son découpage de l’objet, qui a pour lui la systématicité, sépare trop brutalement des éléments entrelacés constituant le vécu des acteurs et, ce faisant, ne permet pas d’empathie avec eux – empathie qui me semble un préalable à la critique. Enfin, de nombreuses assertions sont erronées, trahissant souvent une certaine méconnaissance de la société égyptienne et, dans un cas au moins, illustrant les dangers des raisonnements hypothético-déductifs prétendant supplanter un véritable travail de terrain (voir infra).

6Il passe d’abord en revue ce qu’il appelle les « facteurs externes », c’est-à-dire les facteurs (ce terme, cognitivement et épistémologiquement lourd, est le sien) historiques, culturels, économiques et internationaux. Prenons d’abord les « facteurs » historiques. On peut se demander quelle est l’histoire « utile » pour l’intelligence du présent, plus précisément pour l’intelligence de la mémoire, des systèmes de représentation des acteurs et des mobiles qui les poussent à entreprendre une action ou à se lancer dans un conflit. Beaucoup de développements sont inutiles. L’auteur semble postuler que la mémoire des Égyptiens est la même, sans distinction de classe, de milieu, de génération, etc. Sa collection de fiches pointe dans une direction : l’Égypte n’est pas faite pour la démocratie et a gardé un très mauvais souvenir de l’expérience libérale (1923-1952). Mais il s’arrête en 1952 et ceci fausse la démonstration. Il n’est pas d’Égyptiens de 60 ans ou moins qui sache, même grossièrement, ce qui s’est passé avant 1952. L’événement marquant, sera, selon la culture, les goûts et l’appartenance générationnelle, 1967 ou 1973. Ceux qui se souviennent de 1967 ont tendance à attribuer cette défaite à l’absence de démocratie. Tous sont enclins à mythifier la Monarchie, manière de rejeter le régime en place. Mais il a raison sur le legs libéral égyptien : même s’il est non négligeable, il n’a pas pénétré toutes les couches de la société.

7Considérons son traitement des facteurs culturels. L’auteur pose deux questions : celle de l’attitude de la population vis-à-vis de la démocratisation et celle des facteurs culturels expliquant cette attitude.

8La démocratisation n’est pas un « problème prioritaire » pour la population, affirme-t-il. Il en veut pour preuve la faiblesse du taux d’inscription sur les listes électorales et souligne que la population participe informellement à la vie politique. Mais cette participation, loin de préparer l’avènement de la démocratie, consolide l’autoritarisme. Sur cela, on peut le suivre. On n’approuvera pas, par contre, sa « description » des « facteurs culturels » expliquant cette indifférence. La « faiblesse des traditions démocratiques » n’est pas, quoi qu’en dise von Korff, un obstacle. Les régimes démocratiques précèdent souvent les traditions démocratiques. Dans le même ordre d’idées, ce n’est pas parce que la « démocratie » n’est pas perçue comme prioritaire par les acteurs que ceux-ci pensent qu’elle est « mauvaise » et à rejeter. Il y a pire : sont évoqués, entre autres grands méchants maux, l’hostilité « culturelle » (arabe) à tout changement, la conception « orthodoxe » de l’islam, un imaginaire estimant insuffisant (pour la construction d’une légitimité ?) un mandat populaire, la glorification/mythification du passé, décrétée incompatible avec la démocratie. Réfuter ces énormités dépasse le cadre de ce texte. Je me contenterai de dire que l’attitude des Égyptiens vis-à-vis de la démocratie est très complexe et ne peut en aucun cas être résumée par le diagnostic sommaire d’une phobie culturalo-congénitale. La conclusion est cependant difficilement contestable : les militants démocrates sont confrontés à d’énormes difficultés et la population est indifférente à leur sort. La « démocratisation » a deux ennemis redoutables : le régime, bien sûr, mais aussi les acteurs de la mouvance islamiste. L’auteur souligne que dans son combat contre ces derniers, le régime a été amené à s’allier avec al-Azhar et à multiplier les concessions à cette institution, dont l’essentiel des messages est contre la liberté d’expression. Tout ceci est correct, mais pourrait être nuancé.

9Après de longs (et tout à fait inutiles) développements sur les grands traits de l’histoire des présidences Nasser et Sâdât, l’auteur aborde l’ère Mubârak. Sa thèse est simple : les ressources des groupes stratégiques sont écrasantes mais ils n’ont ni envie de (ni intérêt à) démocratiser. Il passe en revue les différents acteurs de l’élite du pouvoir (et leurs ressources) : le président, l’armée, le cabinet, les gouverneurs, les hauts fonctionnaires, les patrons du secteur public, le pnd, Al Azhar, et les hommes d’affaires. Si le diagnostic (indifférence voire hostilité de ces acteurs à la démocratisation) est incontestable, la description est souvent faible, traduisant une profonde méconnaissance de ces milieux, de leur structuration, des interactions en leur sein, etc. Exemple : selon lui, les querelles d’influence entre ministres seraient déplorables en ce qu’elles saperaient l’unité du gouvernement et l’empêcheraient de parler d’une seule voix contre le président, rendant impossible l’émergence de contre-pouvoirs au sein de l’exécutif. Or, même en France, le président est beaucoup plus fort que le gouvernement, que ce dernier soit uni ou non. L’auteur connaît-il un gouvernement sans lutte d’influences en son sein ? Ou encore : « they (les modifications dues à des décrets présidentiels) reminded cabinet members that their position eventually depends on presidential decisions ». Quel ministre ne le sait pas ? De tels exemples peuvent être multipliés ad infinitum : ces pages sont parmi les plus faibles d’un livre qui en compte beaucoup.

10Plus intéressante est son histoire du journalisme, ne serait-ce  que parce qu’elle concerne directement son propos. Mais là encore les développements auraient pu être plus brefs : combien de journalistes vivant au début des années 1990 avaient-ils une expérience professionnelle directe de la Monarchie ? Sans doute la transmission des traditions et de la mémoire historique est-elle subtile, mais les évolutions historiques le sont également et les ruptures moins brutales qu’on ne le croit souvent. Faire du journalisme pendant les dernières années du Roi n’était pas un exercice exempt de risques matériels ni sans danger pour la sécurité personnelle. L’ère nassérienne et ses multiples entreprises de domestication de la profession sont mal décrites et l’auteur n’en restitue pas toute la complexité. La situation n’était certes pas brillante : le régime brimait la presse et fit tout pour restreindre la liberté d’expression, mais il était une polycratie conflictuelle et cela offrait des ressources aux journalistes. Les conseils d’administration du syndicat ne furent jamais monolithiques. Le régime, tout en désirant tout contrôler, tolérait les divergences de vue : Hâfiz Mahmûd, qui battit Fathî Ghânim lors des élections du syndicat en 1965, n’était pas, contrairement à ce qu’affirme Korff, un « opposant » : il était un représentant de l’aile droite du régime. Kâmil Zuhayrî était l’homme de l’Union socialiste arabe. Mais il réussit à obtenir du pouvoir une libéralisation relative de la loi… Et les questions de la « servitude volontaire » des journalistes de l’époque ou du dosage entre adhésion/collaboration et contestation ne sont ni posées ni résolues. Accuser Nasser et son régime d’être à l’origine de la détérioration de la qualité des articles et du niveau général des médias n’est pas faux – les autoritarismes durs ne sont pas bons pour la presse – mais cette détérioration, qui s’accélère vertigineusement sous le nassérisme, ne débute pas (et ne s’achève pas) avec lui et s’explique partiellement par l’évolution des attentes et des « modes de consommer » du lectorat. Plus généralement, l’histoire des relations entre les pouvoirs post-1952 et la presse est écrite avec une focalisation quasi-exclusive sur la répression, la domestication des journalistes et la résistance de ces derniers. C’est bien sûr nécessaire (dans l’absolu, mais aussi vu le thème du livre) et l’on ne doit pas sous-estimer l’impact des « souvenirs » et de la mémoire de ces sombres moments sur les journalistes et sur leur comportement. Mais un sociologue doit faire plus.

11Pour ce, l’auteur aurait pu s’intéresser aux autobiographies des journalistes ou aux nombreux romans qui décrivent le monde de la presse et qui auraient incontestablement pu compléter, nuancer, colorier le tableau qu’il brosse, certes puisé aux meilleures sources secondaires. Je serai très critique vis-à-vis de son rapport aux discours des acteurs : il ne les utilise presque pas et quand il le fait, c’est sans précaution1.

12Enfin, le distinguo publiciste-journaliste eut pu constituer une piste intéressante, qui n’est exploitée que pour l’ère Mubârak.

13Le sujet proprement dit, « la contribution des journalistes à la démocratisation pendant les années 90 », n’occupe que 130 pages sur 246. Mais elles sont les plus intéressantes, même si l’on peut proposer d’autres méthodes de traiter le sujet. L’auteur commence par étudier les conditions socio-économiques des journalistes, mentionnant la pauvreté d’un grand nombre d’entre eux, notamment parmi les plus jeunes. Il note un phénomène intéressant, l’étonnant faible nombre de jeunes inscrits au syndicat (qui fonctionne comme une corporation de métier) mais il se méprend radicalement sur sa signification. En note 12, page 122, il explique cela en proposant implicitement un schéma : les premières années de la carrière sont consacrées au « démarrage dans la vie » et au mariage, c’est après s’être « casé » que l’on s’inscrit au syndicat et s’intéresse à la politique… Ce raisonnement est erroné, si j’en crois ma propre expérience et les indications que j’ai pu recueillir. L’auteur note lui-même plus loin, en critiquant le syndicat, que ce dernier se préoccupe en général de l’amélioration des conditions matérielles des journalistes, plutôt que de la liberté de la presse et de la démocratisation (sa dépendance et celle des journalistes vis-à-vis des subsides de l’État est telle qu’il n’a pas beaucoup de marge de manœuvre, comme le montre ailleurs l’auteur). De surcroît, le journaliste ne peut s’inscrire au syndicat que si la maison de presse pour laquelle il travaille donne son aval à la candidature. Ce ne sont pas les jeunes journalistes qui ne veulent pas s’inscrire – ils ont autant voire davantage besoin des avantages matériels que les plus âgés – ce sont les chefs des maisons de presse, proches du pouvoir, qui n’inscrivent que rarement les plus jeunes, à la fois pour des considérations de politique salariale (les jeunes sont ainsi fragilisés) et pour des raisons politiques : c’est généralement (au moins selon le savoir conventionnel) quand on est célibataire et jeune que l’on conteste l’ordre social. Il y a là une piste qui aurait pu être creusée : les relations de travail (entre autres) sont organisées dans le monde de la presse de telle sorte que le journaliste dépend énormément du bon vouloir de son supérieur : ainsi, les primes octroyées par ce dernier peuvent lui permettre de multiplier par deux, trois, voire dix son salaire. Pour les correspondants auprès des ministères, des articles élogieux permettent d’espérer que les publicités et appels d’offres dépendant dudit ministère seront publiés dans son journal – avec une commission pour le journaliste ayant obtenu le « marché ». Le sens de mon propos est clair : la précarité des journalistes (qui aurait en soi pu être un facteur de révolte) s’accompagne de multiples incitations à l’adhésion au régime. Paradoxalement, le principal inconvénient du dispositif sous Mubârak – à savoir que les postes de direction (et à un moindre degré les postes intermédiaires) sont occupés depuis longtemps par les mêmes personnes – est partiellement compensé par la multiplication même des organes indépendants et d’opposition, qui servent ainsi d’école et de stages de formation aux jeunes journalistes et de voie d’ascension pour les moins jeunes.

14Soyons juste, les cent trente dernières pages sont intéressantes, informatives, instructives et d’une lecture agréable. Le texte est fluide. Mais on trouve trop souvent, ici et là, une assertion de trop.  L’auteur a tenté d’esquisser une typologie des journalistes en fonction de la stratégie qu’ils adoptent vis à vis du régime. On peut l’accepter, à condition de voir que les journalistes tentent parfois de combiner plusieurs options. Une phrase, dans ce passage, est de trop : « ils veulent augmenter leurs revenus mais non leurs compétences professionnelles ». C’est présupposer que les deux sont incompatibles. Si tel est le cas, il faut dire en termes sociologiques pourquoi.

15L’analyse de la diversité sociale du milieu est excellente, même s’il la gâche en expliquant le manque de cohésion des journalistes face au pouvoir politique par cette diversité. Si l’on désigne, par manque de cohésion, le fait que les arrestations de journalistes n’entraînent pas davantage de réactions dans la presse, on peut accepter le diagnostic, même si l’explication me semble résider ailleurs. Une diversité sociale peut « compliquer » la construction des alliances, mais ce n’est pas inéluctable. Son analyse des limites des revendications des journalistes est irréprochable. Quelques passages, sur le divorce entre les centres d’intérêts de l’opinion et les sujets intéressant le « microcosme » journalistique, sont saisissants.

16Les développements sur le syndicat des journalistes, sur les groupes de presse, sur les effets pervers d’un système où le PDG d’un groupe de presse est souvent le président du syndicat, sont très bons (il y a bien sûr des phrases de trop – comme celles où l’auteur se lamente sur les divisions au sein du conseil d’administration du syndicat). Sa revue de l’arsenal juridique à la disposition du gouvernement me semble exhaustive – et si elle ne l’est pas, elle donne un aperçu des ressources du pouvoir. Ses développements sur le niveau de la presse sont intéressants, malgré quelques faiblesses. Son analyse des attitudes de l’opinion vis à vis des différents médias ouvre des pistes, même si elle nous laisse sur notre faim et si l’on peut sourire de son étonnement vis-à-vis du manque de crédibilité des médias occidentaux : ceux-ci sont, à tort ou à raison, perçus comme pro israéliens et islamophobes, mais cette explication simple ne lui traverse pas l’esprit. Plus intéressante est sa conclusion : plus on est exposé à un média (la télévision), plus on lui accorde de la crédibilité. Je ne sais si elle est exacte mais elle mérite des tests sérieux.

17Les affirmations de l’auteur concernant « le manque d’influence des journalistes sur l’opinion » me semblent courtes et inexactes. Courtes, car une mise en contexte eut été utile et passionnante. J’ai moi-même eu l’occasion de conduire des entretiens portant sur les lectures de la presse sous la Monarchie et sous Nasser, avec des personnes appartenant aux classes moyennes et moyennes supérieures. Toutes m’ont signalé que dans les années 40, 50 et 60, les éditorialistes et les bons journalistes étaient des stars et que l’on achetait certains hebdomadaires presque exclusivement pour les lire. Selon mes interlocuteurs, les journalistes avaient progressivement perdu cette place de choix au profit des prédicateurs religieux. L’hypothèse mériterait sans doute d’être testée… En sens contraire – et ceci m’incite à penser que l’affirmation de von Korff est inexacte – je peux affirmer2 que Haykal est un véritable « gourou » pour toute l’opinion publique égyptienne3. Ce n’est pas l’exception qui confirme la règle : même si, Haykal excepté, aucun journaliste n’a la popularité et l’audience des grands prédicateurs, même si les « stars » de la presse n’ont plus l’aura qui fut la leur, il reste qu’un grand nombre d’entre eux (Salâma Ahmad Salâma, Salâh al Dîn Hâfiz, pour donner des noms qui font l’unanimité) est lu et respecté. L’on a une situation assez paradoxale (mais logique) où le mal que l’on pense de la presse n’exclut pas la lecture admirative de certains journalistes. D’ailleurs, Von Korff cite une étude qui contredit ses conclusions4.

18 Ce compte-rendu, trop critique, doit être relativisé par un hommage appuyé à l’importance énorme de l’effort de collecte d’informations et de systématisation de leur présentation. Le livre m’a appris beaucoup de choses. Il faut peut-être déplorer que le régime actuel des thèses oblige les étudiants curieux à aller trop vite, ce qui, pour certains sujets, est déplorable.

Haut de page

Bibliographie

Schuber G., Tetzlaff R., Vennewald W. (Hrgs.), 1994, Demokratisierung und politischer Wandel, Münster und Hamburg.

Haut de page

Notes

1 Je ne crois pas, par exemple, au caractère absolu du distinguo entre journalistes professionnels et journalistes par favoritisme. Sans mentionner le cas extrême d’un indicateur de police, qui finit par être rédacteur en chef, et dont la performance fut excellente, supérieure à celle de ses collègues “journalistes professionnels”, je peux prouver que nombreux, parmi les meilleurs, n’étaient pas des professionnels.
2 Un sociologue aussi averti que Sa’ad al-Dîn Ibrâhîm pense la même chose. Voir ses interventions dans le cadre des journées d’études du programme animé par Dîna al-Khawâga sur le thème “Savoir et pouvoir”, en 2002.
3 Ibrâhîm pense que les offensives de Haykal contre son centre, qui ont donné le signal de sa diabolisation, ne s’expliquent que par l’influence croissante de ses (Ibrâhîm) écrits.
4 Autre erreur : p. 202, il affirme que selon les journalistes la présidence pèse plus sur l’opinion qu’eux mêmes, mais il cite une étude…qui dit tout autre chose !
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tewfik Aclimandos, « Von Korff, Yorck, Missing the wave: Egyptian journalists’ contribution to democratization in the 1990’s, Hambourg, Deutsches Orient Institut, 2003, 262 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 111-112 | mars 2006, mis en ligne le 31 mars 2006, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/2889

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page