Navigation – Plan du site
II. Lectures

Vinatier, Laurent, L’Islamisme en Asie centrale, Géopolitique et implantation des réseaux religieux radicaux dans les républiques d’Asie centrale, Paris, A. Colin, 2002, 253 p.

Gérard Groc
p. 305-306

Texte intégral

1Le problème de l’Asie centrale, c’est qu’il s’agit d’États récents, d’évolutions confuses et fragiles, de destins mal définis, enserrés dans des références ethniques et historiques mouvantes, entre un épisode soviétique assez bref mais fortement normatif où les mécanismes de résistance étaient aussi importants que la recherche d’adaptation ou d’intégration dans le système - O. Roy a fort bien montré (La Nouvelle Asie centrale ou la fabrication des nations, Seuil, 1997) comment cette intégration se révélait la condition même de la résistance – et entre une indépendance à la fois subie et voulue (1991), qu’il fallait alors nourrir par un discours nouveau et des objectifs reformulés, auxquels manquaient souvent des concepts communs.

2La particularité de cette région est d’offrir, à partir d’une communauté apparente de liens anciennement établis sur plusieurs registres (ethniques, historiques, religieux, culturels voire linguistiques), une diversité de trajectoires qui débouchent sur des relations concurrentes et souvent conflictuelles, que rien ne semble pouvoir apaiser ni départager, tandis que tant de synergies sembleraient pouvoir y être échafaudées, mobilisées…

3Nationalisme exacerbé, maladie infantile du passage à la mondialisation, pour laquelle certains de ces pays disposent néanmoins de certains atouts, disposé certes de manière anti-consensuelle.

4Le livre de Laurent Vinatier tente pourtant, autour de l’islam, de poser la question d’une quelconque cohérence à cette région. Mais il ne peut échapper à la difficulté de ceux qui s’efforcent de s’attaquer à la mise en perspective d’un ensemble désuni et, qui plus est, récent, celle de sacrifier sa problématique à une présentation en définitive plutôt informative, tout en restant fort utile.

5Ainsi, ce volume peut être décrit comme un texte généraliste sur cette région du monde où, au-delà de l’islamisme annoncé, on voit en fait énoncées les conditions historiques, culturelles, religieuses d’une région extrêmement parcourue, dans un ordre chronologique volontairement inversé où le panorama politique, social et économique actuel précède un retour historique sur la genèse de l’islam en Asie centrale (développement utile sur la djadidisme). Un troisième chapitre « Finalités de l’Islam de l’Asie centrale » - auquel on aurait préféré un titre plus neutre de « dimension » ou de « modes d’évolution » - retrace de manière détaillée et instructive, les constructions historiques du registre « national » à l’ombre de la soviétisation, autour d’une revendication islamique qui a dû se taire, se cacher mais qui s’est maintenue sous le manteau. Les analyses historiques ne sont pas toutes de première main mais trouvent néanmoins une place légitime dans cet ouvrage. On pourrait objecter que le thème du soufisme (chapitre 2) promet plus que ce qu’il ne livre, ne représentant ici qu’un des modes d’organisation parmi d’autres, plus sociologique que métaphysique, du processus identitaire et de la résistance.

6L’hypothèse de la modernité islamique semble aujourd’hui, au vu des évolutions récentes en Asie centrale (renversement kirghize du pouvoir d’Akaiev, mars 2005, et répression des rassemblements d’Andijan, dans le Ferghana ouzbek, mai 2005) avoir perdu de sa pertinence, encore que pour l’Ouzbékistan, c’est surtout le résultat d’une configuration autoritaire qui pèse sur tout le pays. En tout cas, l’islam ne semble pas non plus permettre « un second dépassement : celui des identités et des rivalités nationales » (p. 175).

7Nous nous permettrons deux critiques à faire toutefois à cet ouvrage. Aborder l’Asie centrale à travers l’islam conduit par trop à ne parler finalement que de deux pays où l’islam a compté sur le plan politique et s’inscrit encore aujourd’hui, de fait, parmi les options politiques exprimées, l’Ouzbékistan et le Tadjikistan ; peu de choses peuvent, en effet, être dites à partir de cette rubrique sur le Kazakhstan, sur le Turkménistan voire la Kirghizie, ce qui réduit un peu la portée d’une appellation d’Asie centrale où ces autres pays sont néanmoins actifs et  influencent l’équilibre régional. Deuxième critique, l’on peut se demander si, à parler toujours de l’Asie centrale, il n’y aurait pas eu avantage à inclure dans l’étude le cas de l’Azerbadjian qui, certes, se situe de l’autre côté de la Caspienne et se rattache ainsi à la géographie caucasienne, mais qui tient une place importante autant dans la genèse historique de l’Asie centrale, dans la définition de son identité islamique, qu’au niveau d’une présence et d’un rôle de l’islam (proximité de l’Iran chiite, conflit avec l’Arménie chrétienne) et qui apparaît de plus en plus comme le débouché obligé (en regard de l’Iran ou de l’Afghanistan) de l’évolution de ces pays, quasi enclavés dans cette région du monde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Groc, « Vinatier, Laurent, L’Islamisme en Asie centrale, Géopolitique et implantation des réseaux religieux radicaux dans les républiques d’Asie centrale, Paris, A. Colin, 2002, 253 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 111-112 | mars 2006, mis en ligne le 31 mars 2006, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/2894

Haut de page

Auteur

Gérard Groc

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page