Navigation – Plan du site
II. Lectures

Souami Taoufik, Aménageurs de villes et territoires d’habitants. Un siècle dans le sud algérien, Préface de Michel Maré, Paris, L’Harmattan, 2003, 420 p.

Abderrahmane Moussaoui
p. 306-309

Texte intégral

1À partir d’un terrain (le Sahara algérien) insuffisamment investi et en s’appuyant sur une longue période d’observation allant de la colonisation à l’indépendance, ce travail, issu d’une thèse de doctorat soutenue en 1999 à l’institut d’urbanisme à Paris, tente de montrer combien l’aménagement de l’espace dépend, pour sa réussite, des différentes institutions qui en ont la charge. Prenant en considération les expériences  et les savoir-faire locaux, T. Souami plaide en fait pour une prise en compte du vernaculaire et des manières de faire traditionnelles.

2Pour asseoir son hypothèse, l’auteur, loin de tout discours manichéen, consacre le plus gros de son travail à rendre compte de la complexité de l’œuvre coloniale qui, tout en dépossédant des populations de leurs biens et de leurs libertés, a tenté de construire un projet civilisateur en intégrant l’apport du génie local traditionnel.

3Toute la démarche de l’auteur consiste à rompre avec l’approche évaluative pour scruter sur la longue durée les modalités de constitution et de coordination, au quotidien, des façons de produire l’espace.

4Deux concepts clés sont alors mis en œuvre. Celui de l’institutionnel et celui de l’autoproduction.  L’auteur entend institutionnel au sens, dit-il, utilisé par les Durkheimiens « c'est-à-dire un système de normes qui cristallisent des représentations, des comportements et des rapports humains pour les porter au statut de généralités et de systématicité ». En conformité avec sa conception, T. Souami ne s’intéressera qu’aux « agences de la société qui sont nommément désignées comme institutions pour contrôler le respect de ces systèmes de normes ».

5Quand à l’autoproduction, elle désigne « les démarches et les actions organisatrices d’espace qui ne sont pas de l’initiative institutionnelle et qui échappent à sa conduite, à son contrôle et à ses finalités ». Ce niveau appelé autoproduction, n’est pas un simple extérieur à l’institutionnel, c’est « un monde organisé et animé par des acteurs à part entière » nous dit T. Souami.

6Quand ces deux mondes conjuguent leur savoir-faire et leurs compétences, ils président tous les deux et dans le même temps à la production d’un même espace doublement référencié. L’auteur parle alors de co-production. C’est, du reste, ce à quoi il semble appeler. Coproduire c’est se reconnaître mutuellement. Sous la plume de T. Souami, une telle posture n’a rien d’un élan humaniste. En tous cas, elle semble plus liée à l’exigence d’une efficacité souhaitée. Deux convictions (discutables !) transparaissent tout au long de ce travail : la clairvoyance de l’administration coloniale et la vision idyllique du passé. Notamment quand il écrit (p. 3) : « Dans la société traditionnelle, l’adéquation entre famille et logement est atteinte sans efforts… ». Matériaux et documents historiques à l’appui, T. Souami n’aura de cesse d’argumenter un tel point de vue tout au long de son ouvrage.

7Selon notre auteur, la conquête du Sahara est motivée par des contingences extérieures à l’espace lui-même. La colonisation, qui a déjà pris ses marques dans le Nord du pays, ambitionne désormais d’assurer les voies commerciales menant au Soudan. En effet,  à partir de 1870, après la chute de l’empire, la conquête du Sahara va constituer un symbole de remobilisation des Français. Cependant, malgré une présence de plus d’un demi siècle dans le Nord, l’administration coloniale n’est pas encore parvenue à totalement maîtriser toutes les velléités insurrectionnelles. La conquête du Sahara devient alors un des moyens de renforcer la présence coloniale au Nord. De 1890-1930, le Sahara avait constitué une base arrière pour les événements successifs du Nord qu’il s’agissait de sécuriser. Une loi du 24 décembre 1902 crée alors les « Territoires du Sud », confirmant la spécificité du Sahara en le mettant sous l’autorité militaire. À l’aide d’archives, de documents administratifs et cartographiques de l’époque, l’auteur nous restitue l’organisation administrative spécifique de ces territoires avec leur budget propre et une autonomie relative sous l’égide de l’armée.

8T. Souami nous donne également une idée de l’organisation judiciaire des Territoires du Sud où l’officier bâtisseur occupe une place de choix. L’officier, soldat et administrateur, était l’agent de la politique civilisatrice que prônait la colonisation. À l’instar  de Lyautey appelé à la tête de ces territoires, il réalisait fortifications et casernements mais aussi des édifices édilitaires. Comme le stipulait le Manuel à l’usage des troupes d’outremer, le « soldat bâtisseur »  s’improvise à l’occasion « architecte et constructeur ». Un des principes directeurs de cette politique consistait à respecter les spécificités locales  tant que celles-ci ne gênaient pas  « l’action civilisatrice ».

9Tout un chapitre (le second) est consacré à la période allant de 1880 à 1930, celle de l’installation militaire. C’est la période de la constitution du domaine militaire et de la création des villages. Dans ce chapitre l’auteur nous relate, documents à l’appui, les attitudes successives de la colonisation vis-à-vis de l’espace habité par les indigènes. Ignoré au départ, il fera par la suite l’objet d’un traitement juridique (séquestre, expropriations etc.) tendant à le réduire et à l’éliminer comme espace. Une telle politique ne va  pas tarder à montrer ses limites, imposant de ce fait un changement d’orientation. Dans un souci de survie et d’équilibre du territoire, l’espace indigène bénéficiera de divers équipements et fera l’objet d’attentions particulières. C’est ainsi que cet espace deviendra partie prenante de la composition de la ville coloniale.

10Peu à peu, l’espace produit obéît à un quadrillage militaire systématique. L’affirmation « Dans un premier temps, beaucoup de redoutes et de postes ont été créés sans tenir compte de l’existence des ksour et de leurs positions » (p. 64) est discutable au regard précisément de l’emplacement des redoutes dont l’objectif premier était le contrôle militaire des populations. L’auteur s’en aperçoit vite pour le cas de Aïn Sefra, mais s’empresse de le considérer comme exceptionnel. Comme il l’écrit lui-même, le « ksar était considéré au même titre que les routes ou les monts environnants » et à ce titre était soumis à la même logique sécuritaire qui verra des redoutes érigées auprès de beaucoup de ksour. La périodisation elle-même semble forcée au regard du terrain qui la remet constamment en cause ; même si T. Souami considère ces écarts comme des exceptions. L’auteur nous montre cependant, avec beaucoup de précisions, les négociations avec le terrain qui ont présidé aux choix des sites et à leur modélisation au Sahara.

11Le chapitre qui  traite de l’extension des villages et de leurs équipements nous apporte des éclairages appréciables sur l’histoire urbaine des différents établissements humains du Sahara. T. Souami met à notre disposition des informations et des détails qui permettent de comprendre les mécanismes par lesquels la colonisation a pu s’imposer et développer son armature urbaine.

12Avec le centenaire, la ville et l’aménagement ne sont plus l’objet d’opérations parcellaires et ponctuelles. Ils sont désormais pensés  dans un plan d’ensemble et à long terme. L’introduction de la planification et des règles d’urbanisme vont cependant concourir à l’augmentation du prix du foncier, excluant de fait les indigènes paupérisés. Ce qui, par ailleurs, conforte la politique coloniale et son urbanisme d’exclusion.

13La dernière partie du livre montre l’évolution de la politique coloniale à l’égard de l’espace saharien avec la création d’un organisme technique pour sa promotion et un ministère du Sahara. À la faveur de la découverte récente du pétrole, l’avis des scientifiques est désormais plus sérieusement pris en compte et passe avant celui du militaire ou de l’administrateur. Un rapport désormais plus clément édulcore quelque peu le traitement du militaire et du colon vis-à-vis de l’indigène saharien. La réduction sensible de l’écart entre son statut d’indigène et celui du citoyen est à mettre en rapport avec la politique coloniale en général qui partout sur le territoire de l’Algérie colonisée tend à s’adoucir. Nous sommes en pleine période du plan de Constantine (T. Souami n’y fait pas référence) qui lance un certain nombre de programmes en faveur des indigènes, espérant ainsi apaiser la grogne et les affrontements devenus plus ouverts après le déclenchement de la guerre de libération en novembre 1954.

14Minimisant la rupture de l’indépendance, T. Souami considère qu’après 1962, l’Etat algérien indépendant continua la même politique :

« À l’image des « administrateurs » du Sahara entre 1957 et 1962, les responsables algériens avancèrent des objectifs sociaux et spatiaux égalitaires, et préconisèrent des normes similaires pour tous les citoyens et pour l’ensemble du territoire ».

15Même s’ils utilisèrent « le même champ sémantique et le même vocabulaire » on ne peut assimiler les nouveaux dirigeants à leurs prédécesseurs, ni dans leur philosophie ni dans leur pratique. Cette partie sur l’indépendance pèche par l’insistance de l’auteur à la faire découler d’un mouvement qui ne serait régi que par les modes de gestion de l’espace et qui occulte ainsi les idéologies de libération et leur impact, autant chez les responsables que chez les citoyens.

16Instructif et didactique, le travail de T. Souami est d’un grand apport pour l’historien des villes comme pour le géographe ou pour l’urbaniste. Dommage que l’auteur se soit emprisonné dans un raisonnement tautologique en s’efforçant à démontrer une hypothèse de départ. Ce qui le pousse, quelquefois, à la sélection des seuls arguments en faveur de sa démonstration. Pourtant, dès les premières pages l’auteur nous signale : « le système de production du sol urbain est très complexe, diffère d’un pays à l’autre et même d’une ville à l’autre… ». On s’attend alors à une lecture très localisée ; or l’auteur préfère tracer à grands traits l’évolution de la pratique urbaine de l’Algérie de manière très généraliste en privilégiant quelquefois l’idée, son idée, au détriment du terrain..  

17Ce travail qui vient combler un déficit en la matière aurait gagné à dépasser le stade, nécessaire et salutaire, mais insuffisant de la compilation et de la recension documentaire. Une enquête de terrain aurait pu éclairer davantage un tel phénomène et nuancer la problématique de l’auteur qui par certains côtés semble un peu forcée et anachronique. Il est en effet, pour le moins,  audacieux de vouloir rapporter un débat contemporain sur l’auto-production et la coproduction de l’espace dans une période où celui-ci est difficilement pensable, eu égard à la nature même de la relation entre l’institution et les acteurs potentiels de la production. Car, à l’époque actuelle, tout se fait sans la population, voire contre la population. Les seuls assouplissements sont des tentatives de compréhensions de l’intérieur pour ne pas dire des ambitions de domestication à peine voilées. Ce qui n’a sans doute pas échappé à l’auteur qui comme pour s’en défendre écrit « Ainsi, l’absence de lien ne conduit pas à l’inexistence de la coproduction ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abderrahmane Moussaoui, « Souami Taoufik, Aménageurs de villes et territoires d’habitants. Un siècle dans le sud algérien, Préface de Michel Maré, Paris, L’Harmattan, 2003, 420 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 111-112 | mars 2006, mis en ligne le 31 mars 2006, consulté le 25 mai 2017. URL : http://remmm.revues.org/2895

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page