Navigation – Plan du site
II. Lectures

Mediano, Fernando Rodríguez et Felipe, Helena de (eds.), El protectorado español en Marruecos. Gestión colonial e identidades, Estudios Arabes e Islámicos, Monografías, 4, CSIC, Madrid, 2002. Felipe, Helena de ; López-Ocon, Leoncio ; Marín, Manuela (eds), Angel Cabrera : ciencia y proyecto colonial en Marruecos, Estudios Arabes e Islámicos, Monografías, 7, CSIC, Madrid.García-Arenal, Mercedes ; Mediano, Fernando Rodríguez ; El Hour, Rachid (eds.),  Cartas Marruecas. Documentos de Marruecos en archivos Españoles (Siglos XVI-XVII), Estudios Arabes e Islámicos, Monografías, 3, CSIC, Madrid, 2002.

Thierry Desrues
p. 317-322

Texte intégral

1Ironie de l’histoire, le regain d’intérêt en Espagne pour le Maroc, en général, et pour le Protectorat espagnol, en particulier, coincide avec la consolidation d’un phénomène récent, à savoir : l’immigration marocaine. L’importance du « retour des morisques » tout au long des années 1990, ainsi que la participation de jeunes immigrés marocains dans les attentats du 11 mars 2004 rejoignent l’existence de contentieux territoriaux non-résolus (Sahara, Ceuta et Melilla ou encore la pêche) parmi les facteurs qui font que les études sur le Maroc et la région de l’ancien Protectorat acquièrent une nouvelle légitimité en Espagne. Le déficit de connaissances et la marginalité des études sur le Maroc au sein de l’académie espagnole des sciences sociales et humaines ne sont pas sans lien avec l’accumulation des rendez-vous manqués entre les deux voisins. Tout au long d’une histoire « commune », alternent en effet les périodes d’une certaine indifférence avec celles de conflits dont les cycles remontent à la fin de la Reconquista (1492) pour se reproduire jusqu’à la mort de Franco et la « Marche Verte » (1975). Bien que cette tendance de l’histoire longue ne se soit pas renversée complètement comme le rappelle l’affaire récente de l’ilôt du Persil/Leila, il serait néanmoins imprudent de s’engager dans des comparaisons hâtives entre des moments historiques différenciés, car, malgré tout, les relations entre les deux pays ont atteint aujourd’hui un niveau de coopération inégalé dans le passé.

2Les trois ouvrages édités dans la collection Estudios Árabes e Islámicos par le Consejo Superior de Investigaciones Científicas (csic) montrent que le Maroc a représenté pour l’Espagne depuis le xvie siècle, ce qu’il serait convenu d’appeler « le problème marocain », perspective que l’établissement du Protectorat ne modifiera pas. L’expérience coloniale n’a jamais su rassembler la population espagnole autour d’un parti colonial semblable à celui existant alors en France. Le rêve d’empire des nostalgiques de la guerre de Cuba (1898), que suscitèrent les visées des puissances européennes sur l’autre rive du Détroit de Gibraltar, provoqua plutôt l’indifférence ou la division de la population, approfondissant la crise interne entre les deux Espagne, au lieu de servir d’échappatoire ; division entre classe ouvrière et républicains, d’une part, et héritiers de l’Ancien Régime, militaires, clergé et propriétaires terriens, de l’autre. Les territoires du Nord du Maroc, Rif et Yebalas, attribués à l’administration espagnole satisfaisaient les arguments géopolitiques de sécurité exprimés par l’Espagne sur la frontière sud de la péninsule ibérique et les enclaves de Ceuta et Melilla, auxquels il faudrait ajouter des intérêts économiques tels que l’existence de ressources minières et halieutiques. Cependant, l’Espagne allait rencontrer de sérieuses difficultés dans son entreprise coloniale devant un territoire enclavé, d’accès difficile et surtout face à une population pauvre dont l’hostilité était à la mesure de sa tradition d’indépendance et de rébellion  vis-à-vis d’autorités extérieures. Les limites économiques de cette entreprise sont souvent mentionnées. L’Espagne n’ayant pas atteint un niveau de développement suffisant pour avoir les moyens d’exploiter voire de développer la région,  son impact colonial sera moindre que celui de la France dans la zone sud. Mais on retient surtout, la « pacification », cette guerre du Rif, longue et lourde en pertes humaines, les revers militaires réactivant l’instabilité politique à Madrid (1923) et annulant les espoirs d’un sursaut de légitimité populaire. Le colonialisme espagnol au Maroc est intimement lié à des événements traumatisants pour la société espagnole qui vont de la semaine tragique de Barcelone (1909) au désastre d’Annoual (1921), en passant par la guerre civile (1936-1939) et la dictature franquiste. D’ailleurs, l’agonie du dictateur « africain » coincidera avec la sortie sans gloire du Sahara Occidental, aujourd’hui encore marquée du sceau de l’illégitimité pour une partie importante de l’opinion publique espagnole. D’où, sans doute

« cette indifférence de la part de l’Espagne péninsulaire envers ses colonies africaines, qui est,(...), un des traits structurants de l’identité des anciens résidents au Maroc, s’étend à l’oubli généralisé que la société espagnole actuelle a projeté sur son passé colonial récent » (Mediano et De Felipe, 2002 : 218).

3Les deux ouvrages, El protectorado español en Marruecos. Gestión colonial e identidades et Ángel Cabrera : ciencia y proyecto colonial en Marruecos s’insèrent dans cette lutte contre l’amnésie.

4 El protectorado español en Marruecos. Gestión colonial e identidades, édité par Fernando R. Mediano et Helena de Felipe, réunit onze contributions présentées lors d’une table ronde organisée à Madrid en 2000. Les travaux publiés s’inscrivent dans le cadre de la redécouverte du passé colonial espagnol au Maroc (1912-1956), avec un souci, qu’il faut saluer, de renouveler les méthodologies et le recours aux archives. Ce souci de rénovation est caractérisé par la présence de spécialistes de diverses disciplines (géographie, anthropologie, histoire des sciences, histoire du cinéma,...) ayant des objets de recherche aussi originaux que pertinents. Cette diversité des objets et des disciplines, des démarches et des perspectives, est souvent le résultat de la passion d’individualités brillantes qui, nous l’espérons, sortiront de leur isolement et feront école, suivant ainsi l’exemple du professeur Bernabé López García, pionnier de la recherche sur le système politique marocain contemporain et l’immigration maghrébine en Espagne ainsi que formateur d’une partie non-négligeable de la nouvelle génération de chercheurs en sciences sociales et politiques sur le pays voisin.

5Les auteurs analysent le colonialisme en action et le rôle joué par les acteurs sociaux dans son évolution et son enracinement. Les contradictions, qui ne manquèrent pas de surgir entre les pratiques et les discours officiels, conditionnées par des facteurs décisifs tels que la guerre civile (1936-1939) ou l’importance du rôle des militaires, sont au coeur de la spécificité du système colonial espagnol. On saura gré aux éditeurs d’avoir signalé les limites de leur entreprise éditoriale, mais on regrettera, d’une part, le déséquilibre entre la présence de chercheurs espagnols et marocains, et d’autre part, une diversité des objets entraînant une hétérogénéité qui met à mal la cohérence de l’ouvrage. Il n’en demeure pas moins que celui-ci est le premier d’un itinéraire de recherche qui contribuera à la connaissance de l’histoire de la colonisation espagnole au Maroc ; contribution qu’on ne peut qu’encourager.

6Parmi les différents travaux, l’article d’Alberto Elena, « Políticas cinematográficas coloniales : España, Francia y el Protectorado de Marruecos» (p. 13-35) souligne le rôle du cinéma de propagande entrepris par des privés. Ce cinéma exalte la fonction militaire et reçoit l’appui de l’armée pour mener à bien sa mission et recevoir les applaudissements du public espagnol. Cette alliance scellée entre l’armée et les cinéastes ne semble pas avoir réussi à éroder l’antimilitarisme des couches populaires et ouvrières face à une guerre interminable. La paix permettra de célébrer l’Empire retrouvé, mais le caractère essentiellement belliqueux de ce cinéma conduit l’auteur à conclure que le cinéma n’était pas appelé à jouer un rôle important au sein de l’action culturelle de l’Espagne dans ses colonies. Il n’empêche que, comme le montre Mohamed Kenbid, des initiatives culturelles eurent lieu telles que la création de l’Ateneo Científico y Literario à Tétouan en 1916, pour servir le rapprochement entre marocains et espagnols. Le libéralisme dont firent preuve les autorités espagnoles tant vis-à-vis de la culture locale dans les tribus que de la culture islamique lettrée des élites urbaines, celles-ci bénéficiant d’un accès à l’éducation et à la presse, en particulier du Proche-Orient, contraste avec l’expérience vécue dans la zone française. Mais l’œuvre culturelle reste dans l’ombre de la prépondérance militaire de l’administration. Celle-ci se retrouve dans l’analyse du rôle des « interventeurs » dont le processus de formation et le caractère militaire de la plupart du personnel ainsi que la carence de moyens marquèrent l’action espagnole au Maroc et ses résultats. « Épine dorsale de l’action espagnole du Protectorat au Maroc » inspirée du Service des Affaires Indigènes français, le rôle de l’intervention est présenté dans deux articles complémentaires de Josep Lluis Mateo Dieste « La oficina de intervención como espacio de interacción sociopolítica entre el Muraqib y la Cabila : de la ideología colonial a las prácticas cotidiana », (p. 138-180) et de José Luis Villanova, « La formación de los interventores », (p. 247-276). L’article de Mourad Zarouk consacré au pouvoir politique des traducteurs qui accompagnaient l’élite protectorale est éloquent. L’auteur montre comment le contexte particulier du colonialisme dota le traducteur d’un pouvoir exceptionnel, qui lui permettait de jouir d’un statut d’intermédiaire indispensable, et partant, le transformait en acteur de la domination (p. 289-306). C’est depuis cette perspective de la domination que l’article de J. Molero, I. Jiménez et F.J. Martínez, « Salud, enfermedad y colonización en el Protectorado español en Marruecos » (p. 180-216), analyse la médecine coloniale, en montrant comment la politique sanitaire contribua à la désarticulation du tissu social. Cette politique fut une réponse à l’inquiétude des autorités espagnoles face à la possibilité de transmission de maladies vers la métropole. Les résistances qu’elle suscita entraînèrent l’incorporation d’auxiliaires locaux et la féminisation du personnel sanitaire ; une innovation en rupture avec la réalité du personnel de ce secteur en Espagne même. Les articles de Manuel Feria sur l’impact du Protectorat en matière juridique ou d’Amalia Zomeño sur l’image du droit islamique, de Manuela Marín sur l’image de la femme marocaine dans la littérature de voyage ou d’Eloy Martín sur la répression durant la guerre civile complètent l’ouvrage. L’ensemble des travaux mérite l’intérêt du lecteur, et en particulier, du lecteur français, peu familiarisé avec l’expérience coloniale espagnole au Maroc. Il faut espérer que les travaux des chercheurs espagnols enrichiront les études historiques françaises sur le Maroc colonial trop souvent concentrées sur le Maroc « utile ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Desrues, « Mediano, Fernando Rodríguez et Felipe, Helena de (eds.), El protectorado español en Marruecos. Gestión colonial e identidades, Estudios Arabes e Islámicos, Monografías, 4, CSIC, Madrid, 2002. Felipe, Helena de ; López-Ocon, Leoncio ; Marín, Manuela (eds), Angel Cabrera : ciencia y proyecto colonial en Marruecos, Estudios Arabes e Islámicos, Monografías, 7, CSIC, Madrid.García-Arenal, Mercedes ; Mediano, Fernando Rodríguez ; El Hour, Rachid (eds.),  Cartas Marruecas. Documentos de Marruecos en archivos Españoles (Siglos XVI-XVII), Estudios Arabes e Islámicos, Monografías, 3, CSIC, Madrid, 2002. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 111-112 | mars 2006, mis en ligne le 31 mars 2006, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/2898

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page