Navigation – Plan du site
II. Lectures

Ramadan et Politique, sous la direction de Fariba Adelkhah et François Georgeon, CNRS Editions, Paris 2000, 153 p.

Kamel Chachoua
p. 535-538

Texte intégral

1Cet ouvrage est, à notre connaissance, l’un des premiers, à traiter d’un rite et d’une pratique religieuse en Islam, le jeûne, ou pour reprendre le terme oral le plus usité, Ramadhan (ramadân). Le terme, sawm, est plus scripturaire, plus savant et provient de la racine arabe “ SM ” qui signifie le summum, le sommet, la cime. En effet, le jeûne est la cime la plus haute de toutes les pratiques d’adoration de Dieu. Ce terme désigne aussi la pointe du jour, le moment ultime avant l’irruption de l’obscurité qui définit le moment de la prise du repas, dit en arabe “ FTR ”, qui signifie cassure, séparation, rupture. On appelle Aïd al-Fitr, la fête qui clôt le mois de jeûne qui sépare le mois de Ramadan des autres. Ainsi, pendant le ramadan et même dans le vocabulaire arabe un peu relevé, on ne dit pas “ on mange ”, mais “ on prend un ftour ”. Plus encore, sawmu désigne une période d’été dans le calendrier musulman qui s’appelle smaïm, période durant laquelle les chaleurs atteignent leur summum. Comme l’écrit F. Georgeon, le mois de Ramadan était à l’origine un mois d’été et la racine RMD veut dire en arabe “ être brûlant ” ; le même auteur ajoute “ Ce n’est qu’après la suppression d’une période intercalaire permettant aux mois lunaires d’être fixes par rapport au soleil qu’il a commencé à se déplacer ”. Le mois de ramadan est aussi un moment plein de sens et d’événements d’histoire religieuse de l’Islam.

2Les contributions réunies dans ce volume écrites par des spécialistes de chacun des pays (Maroc, Algérie, Chine, Turquie, Iran, Bosnie Herzegovine, Syrie, Afrique orientale) ne sont pas motivées et n’ont pas pour but l’étude du ramadan du point de vue théologique stricto sensu ; dans ce cas le sujet serait vite épuisé car même de la part des ulémas et des savants religieux, le Ramadan, plus que la prière, le pèlerinage, l’aumône ou la profession de foi, n’a suscité que de petits fascicules et jamais de volume. Peut être – comme le remarque F. Georgeon dans cet ouvrage – “ parce qu’il se porte de bien ”. Mais il est certain que ce peu d’intérêt des savants de la société ou de la religion à se consacrer à cette pratique correspond au fait que les premiers n’y voient qu’une pratique toute religieuse et les seconds une obligation et une pratique religieuse trop pratique parce que trop pratiquée et donc en prise avec les gens, la réalité et la société. Pour tous en tout cas, le Ramadan comme sujet et objet reste peu pensé et peu pensable. Et parmi tous les auteurs de cet ouvrage, une seule (Andrea CHRISTMANN) a consacré sa recherche (une thèse) au Ramadan, mais tous ont observé, analysé et décrit avec finesse le mois et la pratique du ramadan et semblent tous découvrir dans et à travers ce rite la voie pratique pour parler de toute la société et nous montrer, comme cela a été souligné par plusieurs auteurs, que le Ramadan, est un “ phénomène social total ” tant il se trouve au croisement entre les sphères publique et privée, entre Etat et société, religion et politique, entre pratique sociale et pratique confessionnelle en somme entre Dieu et l’homme.

3Dans sa présentation, F. Georgeon souligne la coïncidence entre calendrier musulman et calendrier grégorien en janvier 2000 où la fête de l’Aid El Fitr s’est déroulé en même temps que la fête de Noël et celle du nouveau millénaire. Mais c’est le regain et la visibilité de la pratique du ramadan en France et surtout le fait que (cf A. Ben Lyes, p. 14o) depuis 1991 le mois de Ramadan est devenu en Algérie un mois de jihad islamique (de guerre sainte) plus qu’un mois de jeûne comme en témoigne Fatima (74 ans) de la ville de Batna “ quel que soit l’avenir de l’Algérie, le Ramadhan n’aura plus la même signification, il y a eu tellement de violence au cours des derniers mois de Ramadhan que pour mes petits-enfants, le Ramadhan signifie violence et enterrement ”. En Bosnie Herzegovine, le Ramadan de mars 1992 écrit X. Bougarel “ est loin d’être un Ramadan ordinaire, se déroulant du 5 mars au 3 avril il s’insère entre deux événements majeurs à savoir le référendum d’autodétermination (29 février-1er mars et la reconnaissance de celle-ci par la communauté européenne et les USA (6 avril). Ce mois de Ramadan, poursuit l’auteur, est marqué par le passage d’une paix fragile à une guerre ouverte et meurtrière ” (p. 89). En effet, les événements d’octobre 1988 en Algérie, l’affaire Salman Rochdie, la guerre du Golf, l’éclatement de la Yougoslavie, l’arrêt du processus électoral en Algérie, tous ces événements ont dans tous les pays musulmans suscité “  l’euphorie nationalo-religieuse ” (p. 85). Quand on y regarde de plus près, ces événement coïncident avec le Ramadan car depuis 1989 le mois de jeûne recule de la saison d’été, de vacances, de temps vide vers les saisons de “ plein exercice ” : le printemps et maintenant l’hiver, saisons durant lesquelles l’Etat, l’école, les administrations, les usines, les champs appellent à l’activité. Or, paradoxalement, le jeûne –religieusement- est un acte qui s’accomplit dans l’innacomplissement d’aucun acte. Ainsi, en reculant des saisons chaudes à des saisons plus humides, le Ramadhan prend une signification plus politique, alors qu’en se situant en été (juin-juillet-aout), ce qui était le cas durant la fin des années 70 et le début des années 80, il était confondu avec le(s) mois de vacance. F. Abderlkhabi montre bien ce croisement entre calendrier scolaire et mois de Ramadan : “ Dans les écoles, écrit-elle, le Ramadan donne lieu à des Iftar somptueux qui sont simultanément des mois de sacralité enfantine ou adolescente (…) organisation des repas, embauche de personnel temporaire, expression d’intérêts devant les responsables politiques et les Parents d’élèves ” (p. 101) et souligne temps de pleine activité administratif, économique et professionnel “ l’espace de la prescription islamique est réduit ” (p. 101). Enfin, l’impact calendaire se ressent jusque dans le marché alimentaire : “ ces derniers Ramadans étaient survenus pendant l’hiver, la consommation de potage s’en est trouvé favorisé et les traiteurs ont pu en profiter pour créer un nouveau marché. En effet, on voit d’après toutes les contributions que depuis la fin de la première guerre mondiale et l’apparition des mouvements réformistes religieux, des débuts du nationalisme anticolonial, mais aussi d’un grand mouvement de modernisation dans de nombreux pays musulmans, marque le début de l’islam politique et public comme signe ultime d’affirmation et d’opposition depuis le port du voile (hidjab), la pratique du jeûne, la prière, tout acte religieux n’a plus pour finalité le religieux mais le politique. Et de la part des individus comme de l’Etat, F. Georgeon le montre en s’appuyant sur l’exemple de l’empire ottoman et de la Turquie républicaine, les sultans se’ sont toujours efforcé d’instrumentaliser le mois de jeûne en exigeant le nettoyage des devantures des maisons, en pénalisant les non jeûneurs ; mais surtout en élargissant les Mahyas (inscriptions caligraphiques suspendues aux devantures des mosquées) aux immeubles administratifs et publics. Mais surtout, c’est le cas de Mustapha  Kamel qui illustre le plus symboliquement laïcité islamique. C’est lui qui a choisit le mois de Ramadan pour opérer la turquisation de l’islam jusqu’alors récité en arabe. A. Ben Lyes rappelle comment le FLN a choisit le mois de Ramadan 1956 pour interdire et punir de mort et de mutilation la consommation de tabac, d’alcool et la fréquentation des cinémas. Leila Chebbi à travers l’exemple des musulmans chinois sinophones, les Hui, montre comment dès 1920 avec l’arrivée du mouvement des réformistes salafi et la création du mouvement des Ikhwan (Frères musulmans), commençait la lutte anti-confrérique et se mettait en place une autre activité religieuse dont le projet n’est autre que l’autoritarisme religieux orienté vers des finalités plutôt politique et identitaire, en l’occurrence l’affirmation de soi en tant que minorité musulmane, protestation contre le centre et contestation des Ikhwan (les frères) rivaux. Et le premier opuscule publié sur l’islam chinois date de l’avant-guerre  et contre un autre livre de deux auteurs sur “ les mœurs sexuelles ” qui en prête de très curieuses aux musulmans “ en assimilant le paradis des houris au bordel ” que les musulmans chinois ont alors envahit les rues en criant “ A bas les Ruchdie chinois ”. Au Maroc ou en Syrie, le pouvoir royal ou baâsiste tente depuis tant bien que mal à maîtriser, canaliser ou intégrer l’opposition islamique. La seule stratégie qui se propose ou s’impose à eux reste la stratégie politicienne qui consiste à se montrer plus pieux, plus scrupuleux, plus conforme aux intérêts de la société, de l’Etat ou de la religion. La télévision, comme le dit Andrea Christmann pour la Syrie, reste la “ star du mois ”, les apparitions du roi Hassan II au milieu des uléma savants d’envergure locale, nationale ou internationale lors des fameuses “ leçons hassaniennes ” contraste fortement avec le simple citoyen qui sait d’avance que le Ramadan aggrave son ardoise par l’envolée des prix. Mais surtout c’est le mois où la société connaît le plus d’accidents, d’insultes, d’hospitalisation, de bagarres (M. Benani Chraibi, p. 43).

4En somme, le mois de Ramadan montre et cache à la fois les vrais problèmes (économiques et politiques) des pays musulmans qui sont surtout des pays sous-développés et doublement dominés de l’intérieur comme de l’extérieur. Et on comprend en refermant ce volume que “ l’euphorie nationalo-religieuse ” qui saisit depuis dix ans les pays musulmans, le désir de l’établissement de l’Etat islamique n’est qu’une solution de désespoir, illusion et mensonge sociologique (c’est a dire inconscient et collectivement entretenu). Sinon pourquoi pense-t-on ou voudrait-on triompher religieusement ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kamel Chachoua, « Ramadan et Politique, sous la direction de Fariba Adelkhah et François Georgeon, CNRS Editions, Paris 2000, 153 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 95-98 | avril 2002, mis en ligne le 27 avril 2006, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/2913

Haut de page

Auteur

Kamel Chachoua

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page