Navigation – Plan du site
II. Lectures

Amaro Monteiro Fernando et Vazquez Rocha Teresa, A Guiné do século XVII ao século XIX. O testemunho dos manuscritos, Lisbonne, Editora Prefacio, 2004, 287 p.

Martin Soares
p. 309-310

Texte intégral

1Le présent ouvrage est une contribution majeure à l’Histoire de l’Afrique lusophone et des stratégies de l’islamisation contre la christianisation dans le contexte de la colonisation portugaise de la Guinée Bissau entre le xviie et le xixe siècles. Pas moins de deux siècles d’histoire d’une concurrence méconnue sont minutieusement parcourus à travers quarante-six manuscrits rédigés au cours de cette époque, pour comprendre la formation d’une cohabitation complexe entre deux religions monothéistes, croyances animistes et syncrétisme de résistance. L’étude, originale, ne présente pas un face-à-face entre Christianisme et Islam mais plutôt une lutte déviée à travers des stratégies morales d’occupation et de conversion, entre colonisation et prosélytisme. L’intérêt de l’analyse réside surtout dans la mise en comparaison des formes d’acculturation provoquées par la diffusion des monothéismes, en suivant d’une part le parcours terrestre, progressif et expérimenté de l’islamisation de l’Afrique noire jusqu’en Guinée Bissau, et d’autre part l’arrivée subite des Portugais par voie maritime, ignorants des cultures locales et du terrain. C’est au cours du xve siècle que ces derniers accostent en Guinée et, comme dans l’ensemble de l’Afrique noire qu’ils colonisent alors, usent de métissage, autant pour asseoir leur domination que pour symboliser un centrisme chrétien. Cet objectif non programmé permettait néanmoins de répondre efficacement aux désavantages matériels du transport maritime comme au faible nombre de colons. Marginaux et aventuriers commerçants étaient chargés d’accomplir ce métissage en se dispersant autant que possible à l’intérieur des terres. Ironie du sort, l’acculturation n’est jamais à sens unique et présente des réciprocités d’influences contrariant fort les intentions coloniales de la couronne portugaise. À défaut d’obtenir entière satisfaction dans l’européanisation des Africains, le métissage engendre une africanisation des Européens. Les injonctions coloniales de la métropole ne parviennent pas à s’accorder à la réalité du terrain et génèrent jusqu’au xviiie siècle des tensions politiques dont les principaux protagonistes sont les Portugais créoles occupant des statuts sociaux importants mais peu désireux de constituer une unité nationale et religieuse. Ce contexte de fragilisation de l’expansion portugaise offre un terreau favorable au prosélytisme islamique, déjà bien investi sur place et dans les zones limitrophes, et n’efface guère les croyances traditionnelles africaines. En réaction, le Portugal persévère dans son erreur stratégique d’évangélisation par l’envoi de missionnaires catholiques incapables de concevoir la civilisation en dehors du christianisme. Les politiques d’assimilation se rigidifient et méprisent les différences ethniques, augmentant de la sorte les mouvements contre-acculturatifs et sapant considérablement dès le xviiie siècle les vocations du clergé aux missions d’évangélisation dans cette région. En parallèle, l’expansion de l’Islam s’effectue efficacement en agissant exactement selon un mode contraire. Adoptant un rythme lent mais progressif, et en œuvrant à la construction d’une subtile compatibilité avec les structures religieuses des sociétés africaines, les Arabes dont les contacts s’effectuent par échanges commerciaux et terrestres bien avant l’arrivée brutale des Portugais engendrent une forme d’acculturation plus respectueuse des cultures locales et donc mieux acceptée. En évitant de renier les mythes locaux mais en prenant aussi en compte les facteurs géographiques et historiques en partie déterminants des organisations sociales des groupes ethniques colonisés, l’Islam qui se dispense de missionnaires tout en confirmant une connaissance profonde du milieu environnemental confirme très vite une plus grande facilité d’absorption. L’histoire du continent africain au cours de la première moitié du xixe siècle confirme cette victoire de l’Islam sur le Christianisme, période marquée par les « djihads » Fulas. En effet, cette ethnie composée de nomades pasteurs convenait parfaitement pour prendre le relais de l’islamisation en se dispersant à travers la vaste région soudanaise d’alors, d’Ouest en Est et faisant surgir les royaumes du Nigéria, du Futa-Djalon, des Macina et des Adamawa. Dans l’ensemble islamisés mais en développant également des pratiques religieuses syncrétiques, les Fulas déchaîneront systématiquement les guerres saintes contre les autres groupes ethniques récalcitrants, et après s’être superposés aux puissants voisins Mandingues. Stratégies géopolitiques, le mérite de ses controverses coloniales revient à l’importance des confréries musulmanes organisées en réseaux à travers le continent africain, ainsi qu’à la présence des marabouts qui ne manquèrent pas de contribuer aux résistances contre la colonisation européenne.

2Le chercheur qui s’intéresse aux contextes historiques de la mondialisation, et notamment celles du continent africain, trouvera satisfaction à la lecture de cet ouvrage, la somme des références fournies le garantit autant que l’analyse proposée. C’est aussi un outil précieux pour mieux comprendre l’expansion de l’islam en Afrique noire. Une lecture attentive y décèlera une méthode originale proche de l’ethno-histoire maiselle sera en revanche plus critique quant aux faibles connaissances ethnologiques de la société guinéenne. Celle-ci est souvent présentée de manière générale, parfois absente quand bien même elle se situe au cœur des enjeux des conquêtes coloniales et religieuses. La recherche serait davantage plus satisfaisante en prenant en compte la pluralité ethnique et souvent conflictuelle de la Guinée Bissau, fut-elle historique et afin de mieux en comprendre ses propres stratégies de collaboration et de résistance. Cependant les auteurs de l’ouvrage en ont conscience et désamorcent cette critique en précisant qu’il s’agit beaucoup plus d’une étude des victoires de l’Islam sur le Christianisme en Afrique noire ou, du moins, des différenciations morales et politiques exercées au sein des enjeux géostratégiques de la longue colonisation de l’Afrique. Il n’empêche que cet ouvrage nous invite à considérer avec beaucoup plus de sérieux l’historicité d’un problème encore contemporain et complexe, en interrogeant nécessairement les formes de contacts culturels et d’interpénétration des cultures comme l’utilisation des connaissances qui en résulte. Rien de tel que ce livre pour nous rappeler que l’approche ethnologique de l’Autre différent fut longtemps au service du colonialisme et qu’elle peut encore s’avérer l’instrument de tendances coloniales. Hélas, ce livre écrit en portugais reste réservé aux lusophones, il n’existe pas à ce jour de traduction en français.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin Soares, « Amaro Monteiro Fernando et Vazquez Rocha Teresa, A Guiné do século XVII ao século XIX. O testemunho dos manuscritos, Lisbonne, Editora Prefacio, 2004, 287 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 115-116 | décembre 2006, mis en ligne le 23 octobre 2006, consulté le 25 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/2927

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page