Navigation – Plan du site
II. Lectures

Bénichou-Safar H., Le tophet de Salammbô à Carthage. Essai de reconstitution, Rome, 2004 (Collection de l’École française de Rome ; 342), 217 p.

Imed Ben Jerbania
p. 362-366

Texte intégral

1Le tophet de Salammbô à Carthage n’a pas cessé, depuis sa découverte en 1921, de faire l’objet d’une controverse dont on perçoit le reflet dans les différents travaux qui lui ont été consacrés. Il demeure dans ce sens un espace particulièrement intéressant pour l’étude de la mentalité religieuse des Carthaginois. Lieu sacré bénéficiant d’une longévité depuis l’époque archaïque jusqu’à la chute de la métropole punique, ce site présente un échantillonnage remarquablement ample de mobilier, d’inscriptions et d’ossements qui sont des indices inestimables dans la connaissance de la société carthaginoise. Un essai de reconstitution du tophet de Carthage renvoie à un ensemble de questions intéressantes qui ont suscité tout au long de ces dernières décennies un large débat : au problème de la stratigraphie et de la chronologie, qui implique notamment une lecture attentive du mobilier et de l’ensemble des vestiges exhumés ; au rituel exercé à l’intérieur de cet espace ; au dossier du sacrifice humain dont nous devons la réouverture à H. Bénichou–Safar, S. Ribichini et à bien d’autres chercheurs, sans oublier surtout le grand spécialiste de la civilisation phénico-punique, S. Moscati ; enfin aux questions qui se rapportent à l’étude de la religion punique.

2Cet ouvrage a pour objectif de réunir tous les documents relatifs à l’exploration du tophet, avec une insistance particulière sur ceux livrés par les fouilles menées plus d’un demi-siècle. C’est dans le but de remédier à une situation confuse caractérisée essentiellement par une documentation lacunaire, imprécise et éclatée que constituaient les rapports de fouille, que l’auteur a engagé cette tâche afin de restituer l’état du tophet aux différentes époques de son utilisation.

3Organisé en quatre chapitres « Les différentes campagnes de fouilles », « Descriptif du sanctuaire », « La chronologie » et « Apports à la connaissance de la religion punique », ce livre ouvre une longue enquête fondée sur une documentation bibliographique, photographique et cartographique afin d’éclairer les multiples zones d’ombre qui caractérisent ce site. Chaque chapitre s’ouvre par des considérations de méthode, comporte souvent des résumés des points acquis et présente parfois des tableaux récapitulatifs et chronologiques qui complètent un texte vigoureux. Au corps de l’ouvrage l’auteur a adjoint cinq annexes dont le troisième comporte une typologie des monuments de surface, qui tient compte des données aujourd’hui disponibles. Les illustrations et les index apparaissent abondants et irréprochables. Enfin, le livre se termine par une bibliographie riche et par une table de matière d’une grande clarté.

4Il s’agit donc d’un travail réputé nous fournir des données pour une étude des différentes phases de l’occupation du tophet. Cet objectif a d’ailleurs été annoncé dés le préambule. Pour y parvenir, l’auteur a suivi une démarche qui reflète un souci important : présenter d’une façon claire et organisée tous les documents disponibles, non seulement publiés, mais aussi inédits, que l’auteur a tirés de l’oubli. Ceci afin de prendre en compte ou de remettre en cause les conclusions partielles des différents investigateurs. Dès l’introduction, nous rencontrons cette volonté d’exposer clairement les choses. Après avoir traité l’histoire de la découverte, et les différentes fouilles effectuées, l’auteur présente l’ensemble des documents disponibles aujourd’hui concernant le tophet de Carthage. H. Bénichou-Safar annonce ensuite le plan adopté et trace les objectifs de son travail.

5Le premier chapitre présente une idée sur la topographie du sanctuaire et l’histoire des fouilles effectuées dans ses limites. C’est l’occasion pour l’auteur de présenter, à partir des plans, les données qui rendent compte de la localisation de ce site, de son étendue et de ses structures. Cette partie dresse aussi un tableau des différentes prospections que le tophet a connues pendant un demi-siècle. À partir de la documentation émiettée livrée par les investigateurs, l’auteur a essayé de présenter les étapes de ces fouilles et de reconstruire l’état des lieux au moment de leur dégagement. Ceci lui a parfois permis d’établir des plans à partir de l’analyse détaillée de la documentation ancienne, afin de surmonter les difficultés relatives à l’absence des relevés et aux données erronées fournies par les plans partiels anciens. C’est avec un sens méthodologique que H. Bénichou-Safar associe à chaque fouille étudiée une liste bibliographique.

6Mais à vrai dire, c’est dans le deuxième chapitre que la démarche de l’auteur acquiert toute son originalité. En effet, il s’agit d’un chapitre riche et foisonnant de données qui intéressent l’organisation de l’espace étudié. Après avoir montré la présence de quatre strates, l’auteur propose un descriptif détaillé de chacune d’elles. Mais fallait-il peut-être commencer par une analyse des données, qui permettent de conclure que dans le tophet nous rencontrons quatre niveaux et non trois comme l’a déjà proposé D. B. Harden (1937) à partir de l’étude de la céramique ? Quoi qu’il en soit, l’auteur, dans cette étape de la recherche, a fait preuve d’une maîtrise de toutes les questions qui se rapportent à ce sujet. Son ouverture sur différentes disciplines lui a permis d’analyser les données relatives à des domaines comme la céramique ou l’étude des ossements. Cependant, nous tenons à signaler que dans la reconstitution des niveaux du tophet, la méthode suivie par H. Bénichou-Safar accorde plus de crédit à l’auteur de la fouille qu’à son rapporteur ou à son observateur (p. 5, note 26). Cette règle n’était pas toujours respectée, puisque l’auteur a parfois octroyé plus d’importance aux données livrées par le rapporteur - qui sont évidemment en harmonie avec ses propres conclusions - qu’à celles proposées par le fouilleur (p. 31)1.

7Cette partie constitue en effet une véritable analyse de différentes étapes de dépositions à l’intérieur de cet espace. C’est en étudiant d’abord les dépôts habituels, puis les dispositifs particuliers, que l’auteur a réuni toute la documentation disponible qui lui a permis de reconstituer l’état des strates au moment du dégagement. Cet examen débouche parfois sur des conclusions dont le nouvel apport est souvent considérable. C’est le cas par exemple de l’étude des formes céramiques et de leurs décors : ici un intérêt considérable a été accordé à certaines parties de la forme, comme l’anse ou le fond externe, afin d’avancer des considérations d’ordre chronologique ; de nouvelles remarques concernant la décoration ont été avancées, telles que celles relatives à la simplification du système décoratif et sa raréfication durant la deuxième époque du tophet. Nous ajoutons aussi certains points acquis relatifs à d’autres domaines, tels que l’étude des ossements humains : l’auteur ici a conclu l’absence de bûcher collectif (p. 49). Ainsi pour le dispositif particulier, qui a souvent attiré l’attention des spécialistes, à savoir la « chapelle Cintas », l’auteur a proposé, sur la base des données livrées par P. Cintas, une reconstitution de la coupe de cet espace. Elle a considéré aussi que le terme cachette, souvent employé, mais parfois avec ambiguïté, désigne l’auge remplie d’offrandes. Cependant, malgré les renseignements tirés nous sommes encore loin de répondre à la question qui concerne la vocation de l’ensemble de la « chapelle Cintas ». Mais la constatation principale qui découle de cet examen est que « le développement du tophet représente un continuum ». D’après H. Bénichou-Safar, la création des strates dans le tophet

8« résulte tout simplement de la saturation ponctuelle (…) des aires d’ensevelissement d’un ensemble cultuel dont l’évolution, progressive et linéaire, n’est marquée par aucune solution de continuité » (p. 109).

9Cette phrase peut paraître ambiguë ; elle évoque l’expression « aires d’ensevelissements » en parlant d’un espace sacré qui est le sanctuaire. C’est l’aspect funéraire du tophet qui est désigné par l’auteur ; il s’agit ici d’une question qui sera traitée plus amplement dans le dernier chapitre.

10Dans une troisième étape de l’étude, l’objectif tracé par l’auteur consiste à définir les points suivants : la durée de chaque époque du tophet, le temps de l’utilisation des différents monuments de surface et la superficie originelle de l’area et son mode d’extension. Concernant la chronologie des différentes strates du tophet, on note que les pages consacrées à la première utilisation de cet espace font suite au débat déjà déclenché par d’autres spécialistes autour de la datation des premières céramiques du tophet. En accord avec les hypothèses avancées dans ce sens par M. Gras, P. Rouillard et X. Teixidor (1989), H. Bénichou-Safar n’a pas, en revanche, fait allusion aux récentes études faites par C. Briese (1998) et N. Kourou (2002). Ces travaux ont permis l’identification d’une origine locale du matériel céramique de la « cachette Cintas », donnée livrée par le premier auteur, et d’une tradition chypriote dans le caractère de la première Carthage, hypothèse avancée par N. Kourou. Mais c’est sur la base d’une comparaison des rituels de crémation et des poteries du Proche-Orient et de Carthage que H. Bénichou-Safar a proposé la conclusion suivante : la continuité rituelle et la fidélité de la qualité des premières urnes carthaginoises à celles orientales suggèrent que l’utilisation du tophet remonte avant 760/740 av. J.-C., datation attribuée à la plus ancienne céramique de ce site. Cependant, nous signalons que l’auteur n’a pas fourni d’indications relatives à la datation et au contexte archéologique de ces modalités spéciales du rituel de crémation en Orient, qui ont fait l’objet de cette comparaison. Ainsi, la filiation orientale de la céramique de la première strate n’implique pas forcément une datation antérieure à 750 av. J.-C. pour cette dernière.

11Quoi qu’il en soit, aucun élément concernant la céramique phénicienne du tophet n’est déterminant pour dire que l’usage de cet espace est antérieur à 760/740 av. J.-C. Ceci confirme la difficulté que rencontrent les chercheurs dans l’étude de cette céramique. On ne peut résoudre ce problème, à notre avis, qu’après avoir étudié le matériel oriental dans ses lieux de production. D'un autre côté, nous pensons que l’intervalle chronologique entre ces premiers vases du tophet (760 av. J.-C.) et la date classique de la fondation de Carthage – selon Timée 814 av. J-C – qui représente à peu près 40-50 ans, est justifiée si on accepte l’idée que les tophets apparaissent dans les sociétés hiérarchisées et non dans les habitats nouvellement construits2.

12Pour ce qui concerne l’étude des monuments de surface, l’auteur s’est fondé essentiellement sur les données des fouilles anciennes afin de nous renseigner sur la durée de leur usage. Néanmoins, les limites de cette documentation utilisée, que l’auteur même a déjà signalées maintes fois, ne permettent pas de déboucher sur des résultats fiables. Nous avons dans ce sens relevé certaines contradictions concernant la datation de ces monuments. Ceci est lié apparemment à la difficulté que l’auteur a rencontrée dans son analyse des données disponibles (exemple : p. 138, type II,1 : l’auteur montre que ce type est peu représenté et uniquement dans la troisième strate. Cependant, dans son analyse des données de la deuxième strate, H. Bénichou-Safar a évoqué la présence de ce type II,1, p. 69.).

13La dernière étape de cette recherche présente des renseignements importants sur la nature et le rôle de l’espace étudié, sur les gestes accomplis dans ses limites et aussi sur ses apports d’ordre religieux. Pour mener cette tâche, l’auteur procède à une étude des rites et des croyances exercés dans le tophet. Nous rencontrons dans une première étape, toute une série d’arguments qui a été avancée afin de montrer la diversité des rites pratiqués et nier l’idée d’un sacrifice humain. D’abord, H. Bénichou-Safar a signalé que dans ce lieu – auquel s’attache une idée de séparation entre deux espaces, un consacré à la divinité et l’autre renvoie au sanctuaire en tant que lieu de culte ou édifice construit – les rites sont variés et difficiles à identifier. Mais l’originalité qui découle de ce travail réside ici dans la reconstitution du rite majeur, que l’auteur a confectionnée afin de nous renseigner sur les différents gestes accomplis dans cet espace. Il s’agit d’une reconstitution qui ne s’appuie sur aucun récit, mais qui a été formulée sur la base des données disponibles : inscriptions, iconographie des stèles. Ensuite, et en continuation avec ses travaux précédents, l’auteur continue à soutenir la thèse considérant le tophet non comme lieu de sacrifice humain, mais plutôt comme enceinte réservée à l’ensevelissement des tout-petits enfants. Nous remarquons donc que la question du sacrifice d’enfants chez les Carthaginois demeure l’objet d’une controverse. Cependant, il est intéressant de signaler que cet espace, dans le monde punique, était fréquenté par des fidèles qui, après avoir formulé un vœu ou rendu un culte, offraient un sacrifice. D’ailleurs, l’auteur a bien montré ici que l’acte de consécration est ordinairement indiqué par le verbe NDR souvent impliqué dans la formule de sens très extensif NDR Sˇ NDR/ « vœu qu’a voué ». C’est une formule qui peut renvoyer à un don que l’on fait, une stèle que l’on érige, un agneau dont on fait le sacrifice. Aussi nous rappelons que l’aire sacrée de ce lieu était ouverte à tous ceux qui désiraient avoir recours à la divinité3. Pour ces derniers, nous ne pouvons pas parler d’un sacrifice d’enfants. Quoi qu’il en soit, nous pensons que H. Bénichou-Safar, par la réouverture de ce dossier, nous a proposé une nouvelle vision du tophet et du sacrifice Molk.

14Au terme de ce travail, une substantielle conclusion résume les points acquis ressortant de ces réflexions.

15Voilà donc un ouvrage précis dans ses descriptions et remarquable par la présence, chez son auteur, d’un sens du concret attentif aux moindres détails mais aussi par l’ampleur de vues d’H. Bénichou-Safar s’appuyant sur ces détails pour s’élever vers des considérations culturelles et historiques. Malgré les difficultés affrontées par H. Bénichou-Safar lors de la reconstitution des recherches antérieures mal documentées, ce livre éclaire diverses facettes du tophet de Carthage, qui a gardé beaucoup de son mystère.

Haut de page

Bibliographie

Briese C., 1998, « Die Chapelle Cintas – das Gründungsdepot Karthagos oder eine Bestattung der Gründergeneration? », dans Rolle R., Schmid K. et Docter R. (éds.), Archäologische Studien in kontaktzonen der antiken Welt. Veröffentlichung der Joachim-Gesellschaft der Wissenschaften Hamburg, 87, Vandenhoeck und Ruprecht, Göttingen : 419-45.

Gras M., Rouillard P. et Teixidor X., 1989, L’Univers phénicien, Paris.

Harden D. B., 1937, The pottery from the Precinct of Tanit at Salammbo, Carthage, dans Iraq, IV, 1: 59-89.

Kourou N., 2002, « Phéniciens, Chypriotes, Eubéens et la fondation de Carthage », Hommage à Marguerite Yon. Actes du colloque international « Le temps des royaumes de Chypre, xiiie-ive s. av. J.-C.  » Lyon, 20-22 juin 2002, Cahier du Centre d’Etudes chypriotes, 32 : 89-114.

Haut de page

Notes

1 L’auteur s’est basé sur les données livrées par G. Ch. Picard confirmant la présence de quatre strates dans le secteur Vb, alors que le fouilleur P. Cintas parle d’un ensemble qui a évolué en trois temps.
2 L’exemple de Monte Sirai, en Sardaigne, fondé au viie s. av. J.-C., mais dont le tophet apparaît un siècle après, est significatif.
3 Nous pouvons rappeler ici certains cas cités par les inscriptions : CIS I, 381 ; CIS I, 5702 et CIS I, 4596.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Imed Ben Jerbania, « Bénichou-Safar H., Le tophet de Salammbô à Carthage. Essai de reconstitution, Rome, 2004 (Collection de l’École française de Rome ; 342), 217 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 115-116 | décembre 2006, mis en ligne le 23 octobre 2006, consulté le 21 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/2933

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page