Navigation – Plan du site
II. Lectures

Burgat François (dir.), Le Yémen vers la République. Iconographie historique du Yémen (1900-1970), Sanaa, CEFAS, 2004, 315 p. (édition bilingue français-arabe).

Anne-Laure Dupont
p. 316-320

Texte intégral

1L’élégante couverture grise rehaussée d’une unique tâche de couleur – le drapeau rouge frappé de cinq étoiles et d’un sabre blanc, qui fut celui du Yémen monarchique de 1927 à 1962 - est déjà une invitation à ouvrir le beau recueil de photographies et de documents que le Centre français d’archéologie et de sciences sociales de Sanaa (CEFAS) a récemment édité sous la direction de son ancien directeur, François Burgat. L’ouvrage s’inscrit dans une vaste entreprise de collecte de matériaux pour l’histoire contemporaine du Yémen. Il succède à la publication de mémoires, notamment ceux d’Ahmad Muhammad Nu‘mân (1909-1996), l’un des fondateurs du mouvement des Yéménites libres dans les années 1940. Rassembler des photographies de l’imamat zaydite puis du Royaume mutawakkilite du Yémen était en soi une gageure, tant celles-ci sont rares et éparses, au moins pour la période antérieure à 1948. Dans ce pays reculé et ultra-conservateur, la photographie était souvent perçue comme de la « sorcellerie » (al-sahr), comme en témoignent les mémoires de Husayn Muhammad al-Muqbîlî cités p. 203. L’imam Yahyâ lui-même, qui fut le chef spirituel et politique des zaydites à partir de 1904 puis étendit son autorité au Yémen du Nord au détriment des Ottomans, ne se laissa guère photographier, se méfiant généralement des innovations qui auraient pu altérer la nature religieuse de son pouvoir et menacer une indépendance aussi fraîchement acquise que farouchement défendue. Il était encore moins question de photographier les femmes de la famille royale. Le passeport d’une princesse, qui dut se rendre en Egypte pour consulter des médecins, fut ainsi exempté de photo au motif que la titulaire était une « femme musulmane » (p. 35). Des étrangers purent néanmoins fixer le Yémen sur la pellicule. Parmi eux -il est intéressant de le relever-, se trouvaient des visiteurs arabes, tels les Syriens Amîn al-Rîhânî au début des années 1920 et Nazîh Mu’ayyad al-‘Azm en 1928, soucieux d’apprécier par eux-mêmes les recompositions de la péninsule arabique, berceau de l’islam et d’un « monde arabe » « renaissant ».

2Constitué à partir de fonds privés et publics yéménites et étrangers, l’ouvrage dirigé par François Burgat est un reportage sur la naissance et les transformations d’un État, le Yémen du Nord, de 1900 à 1970. Il commence avec la reconstitution de l’imamat chiite zaydite, sous la houlette du clan Hamîduddîn qui défia les Ottomans dès la fin du xixe siècle, puis profita de la défaite de ces derniers en 1918 pour étendre sa souveraineté sur Sanaa et constituer l’un des tout premiers États arabes indépendants. Très conservateur, le régime mis en place céda néanmoins à la modernité en se donnant des allures monarchiques. À partir de 1926, le Yémen fut communément appelé le Royaume mutawakkilite, un prince héritier fut désigné, et, sur le drapeau rouge de ce qui était en train de devenir un État, sabre et étoiles prirent la place de la shahâda. Ceci était bien insuffisant pour l’opposition réformiste qui vit le jour dans les années 1930, tenta sans succès d’instaurer une monarchie constitutionnelle après l’assassinat de l’imam Yahyâ en février 1948, puis acheva de se muer en un mouvement révolutionnaire à l’origine du coup d’État du 26 septembre 1962. La guerre civile qui en découla se solda par la victoire des Républicains, confirmée en 1970. Les symboles changèrent. Avec ses trois bandes rouge, blanche et noire et son étoile verte, le drapeau du Yémen républicain ressemblait à ceux de la Syrie et de l’Irak et soulignait l’orientation arabe et progressiste affichée par le nouveau régime.

3Cette histoire des débuts de l’État yéménite moderne est retracée en trois parties, selon un plan à la fois thématique et chronologique. Après l’évocation des derniers imams –Yahyâ (1904-1948), Ahmad (1948-1962) et al-Badr (1962)-, des instruments et des symboles de leur autorité, c’est la vie quotidienne en montagne et au bord de la mer, en ville et à la campagne, et la lente modernisation d’une société encore très majoritairement rurale et clanique qui sont dévoilées. Les Yéménites libres et leurs leaders, Ahmad Muhammad Nu‘mân et Muhammad ibn Mahmûd al-Zubayrî, sont les produits et les témoins de ces transformations qui, contrastant avec un régime quelque peu bloqué, nourrirent un courant révolutionnaire, présenté en fin d’ouvrage. De page en page, c’est un Yémen étonnamment contrasté qui se dessine, un pays tout à la fois pauvre et attirant, archaïque et moderne, marginal et au cœur des grands enjeux régionaux. La couverture d’un magazine égyptien en 1949 dit tout de l’image qu’il véhiculait : un « petit prince » au visage poupin est photographié sur fond de montagne, le bras gauche armé d’un fusil, le bras droit enlaçant le cou d’un agneau (p. 36) ! Perçu tout à la fois comme bucolique et violent, grandiose et sauvage, lointain toujours, le Royaume mutawakkilite fascinait pourtant ses contemporains. N’était-il pas, comme le rappelle François Burgat dans l’introduction, le « bastion de l’indépendance arabe » (p. 11), le précurseur de la révolte contre les Ottomans, le seul État arabe, avec l’Arabie saoudite, qui soit né en dehors de toute tutelle européenne, un rempart contre la domination coloniale britannique qui s’exerçait sur les pourtours méridionaux et orientaux de la péninsule ? Plus largement, le livre montre bien que le Yémen n’échappa en rien aux bouleversements politiques, sociaux et culturels que connut la région au xxe siècle. Par son caractère encore archaïque, il en est même paradoxalement un excellent révélateur. Il est un bon observatoire des conflits de souveraineté au Proche-Orient, des ambiguïtés de la politique nassérienne défendant les intérêts de l’Égypte au nom de la nation arabe, de l’impact idéologique de l’islâh – le courant réformiste musulman - et des virtualités révolutionnaires que celui-ci développa à partir des années 1940, ou encore de la modernisation sociale et des résistances qu’elle ne manqua pas de susciter.

4Parmi les thèmes développés, celui de la diplomatie yéménite occupe une assez large place. Les imams, en effet, étaient en quête de reconnaissance internationale. Il leur fallait consolider une souveraineté encore fragile, notamment face à leurs deux voisins : la Grande-Bretagne, présente au Sud, et l’Arabie saoudite, nouvelle gardienne des lieux saints de l’islam et championne de la plus stricte orthodoxie sunnite. Cet impératif dicta d’une part un rapprochement précoce avec l’Italie mussolinienne, d’autre part une politique arabe qui privilégiait deux partenaires, l’Irak hachémite puis l’Egypte. Le Yémen théocratique fut conduit à signer le pacte fondateur de la Ligue des États arabes en 1945 et, plus tard, à adhérer à la République arabe unie. Des photos suggestives en portent témoignage. Costumes et couvre-chefs disent à eux seuls toute la diversité du « monde arabe » à la construction duquel participait le Royaume mutawakkilite. Aux côtés des Saoudiens coiffés du keffieh et des Égyptiens et Irakiens arborant un tarbouche, les représentants de l’imam, eux, portaient le turban et l’habit traditionnel yéménite. Le chef de la diplomatie choisi par Yahyâ, un qâdî d’origine ottomane, n’en dévoilait pas moins, sous sa longue ‘abâya noire, chemise plastronnée et nœud papillon…

5L’ouverture sur le monde extérieur eut de fortes résonances à l’intérieur du pays. Elle nourrit d’âpres débats sur la nature du régime et contribua à la naissance d’une opposition réformiste et révolutionnaire. Les surnoms des souverains –« al-Mutawakkil ‘alâ l-Allah », « al-Nâsir li-dîn Allah », « al-Mansûr », « Amîr al-mu’minîn »-, le titre porté par les membres de la famille royale –« Sayf al-islâm »-, la profession de foi musulmane inscrite sur les pièces de monnaie et les autres insignes de la souveraineté, tout ceci évoque le caractère religieux du pouvoir, détenu par le chef de la communauté des zaydites, descendant du Prophète. Quand en 1926, celui-ci décida néanmoins de se faire appeler « Roi » dans les usages diplomatiques, il déclencha un tollé : « Nous n’(avons) pas combattu les Turcs pour avoir un royaume, lui opposèrent de nombreux oulémas… Nous (avons) combattu pour un califat islamique » (cité p. 212). D’autres, au contraire, ne tardèrent pas à attaquer le conservatisme étroit et le despotisme du pouvoir et militèrent pour l’établissement d’une monarchie « constitutionnelle », avant que l’idée républicaine ne fît son chemin. Organisée dans les années 1940 dans le mouvement des Yéménites libres, l’opposition s’exprimait dans des journaux édités à Aden ou au Caire. Textes et dessins dénonçaient avec force l’oppression et la torture. La réalité en est attestée par de terrifiantes photographies des fers où étaient jetés les prisonniers (p. 253-255) et des exécutions qui survinrent au lendemain de l’assassinat de l’imam Yahyâ en 1948, et de la tentative de coup d’État contre l’imam Ahmad en 1955 (p. 242 sq). Comme l’opinion conservatrice, les Yéménites libres se référaient à l’islam, justifiant en son nom la nécessaire transformation du régime. Leurs modèles se trouvaient dans le salafisme égyptien et le mouvement des Frères musulmans, découverts notamment dans les années d’exil au Caire. De façon significative, Zubayrî séjourna aussi au Pakistan après 1948 et s’y laissa abondamment photographier en compagnie des participants au Congrès islamique mondial de Karachi en 1951 ou de ‘Umar Bahâ’uddîn al-Amîrî, ambassadeur de Syrie et « poète de l’humanité croyante » (p. 260-265). Pour leur part, les Officiers libres qui renversèrent l’imam al-Badr en 1962 étaient moins inspirés par l’islam réformiste que par la révolution nassérienne. Ce sont eux qui finirent par asseoir leur autorité sur le Yémen républicain, éclipsant quelque peu les Libres et leurs fondateurs, Zubayrî -assassiné en 1965- et Nu‘mân –qui préféra s’exiler en 1971.

6Derrière les transformations politiques, s’opéraient des transformations sociales, moins massives qu’ailleurs mais non moins réelles. Les photographies disent, certes, le caractère apparemment immuable « des techniques de production agricole ou artisanale, de l’architecture, des lieux et modes de socialisation religieuse ou profane, économique ou clanique » (p. 94). Elles montrent « ces déroutantes permanences qui frustrent le collectionneur dont les clichés semblent refuser de prendre de l’âge » (p. 12). Quelques données glanées au gré de la lecture renforcent ce sentiment : 15% de citadins dans les années 1930 (moins de 30 aujourd’hui) ; trois jours nécessaires pour parcourir les 226 km séparant Sanaa de Hodeida, en l’absence de toute route goudronnée avant 1961 ; le poisson inconnu des habitants des montagnes dans la première moitié du xxe siècle, pas même en photo… Les changements, pourtant, se laissent apprécier : ils se trouvent dans le télégraphe légué par les Turcs ; dans les meubles, les miroirs et les tableaux qui s’entassent dans les demeures aristocratiques ; dans les costumes-cravates que commencent à porter quelques citadins instruits ; dans l’aménagement progressif de Mîdân al-Sharâra (la Place des Etincelles), théâtre des parades militaires et des exécutions publiques, devenue après 1962 la Place de la Libération (Mîdân al-Tahrîr) et le cœur névralgique de la ville de Sanaa… Des idées et des postures nouvelles étaient apportées par la radio –le Yémen se dota de sa propre station, Radio-Sanaa, en 1947-, par l’école secondaire ouverte à Sanaa en 1926 (al-Madrasa al-‘ilmiyya), par les photos et affiches publicitaires en provenance d’Aden. Comme ailleurs, ceci n’alla pas sans résistance. Beaucoup estimaient que l’image et la radio menaçaient la religion, surtout lorsqu’il s’agissait de vanter telle marque de whisky ou qu’un joli minois de femme partiellement dénudée faisait la promotion du savon Palmolive (p. 200-205).

7De la nécessaire ouverture diplomatique à la vie quotidienne en passant par la montée d’un mouvement révolutionnaire, c’est un Yémen fort dynamique que François Burgat et ses collaborateurs déroulent ainsi devant les yeux du lecteur. On pourrait déplorer l’absence de bibliographie si l’introduction ne renvoyait au site de la revue du CEFAS, les Chroniques yéménites (www.cy.revues.org), et, surtout, si de nombreuses références ne figuraient dans les commentaires et les témoignages accompagnant les photographies. Beaucoup d’extraits de récits de voyage et de mémoires, toujours judicieusement choisis et cités dans les deux langues, français et arabe, viennent en effet fort utilement compléter la documentation iconographique. Les reproductions de pages de journaux yéménites des années 1940 et 1950, quand elles sont lisibles –ce qui, malheureusement, n’est pas toujours le cas- constituent une ressource supplémentaire. Assorti de surcroît d’une chronologie et de la liste des premiers ministres de 1948 à 1970, ce Yémen vers la République, d’une facture très soignée, présente donc un grand intérêt pédagogique. Mine documentaire pour l’enseignement, il constitue aussi une introduction vivante à l’histoire contemporaine d’un pays qui est à la fois en marge et au cœur du monde arabe, et qui ne cesse de surprendre ses visiteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Laure Dupont, « Burgat François (dir.), Le Yémen vers la République. Iconographie historique du Yémen (1900-1970), Sanaa, CEFAS, 2004, 315 p. (édition bilingue français-arabe). », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 115-116 | décembre 2006, mis en ligne le 23 octobre 2006, consulté le 21 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/2937

Haut de page

Auteur

Anne-Laure Dupont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page