Navigation – Plan du site
II. Lectures

Cohen Martine, Joncheray Jean et Luizard Pierre-Jean (dir.), Les transformations de l’autorité religieuse, Paris, L’Harmattan, 2004, 282 p.

Abderrahmane Moussaoui
p. 339-342

Texte intégral

1Centré sur la question à la fois actuelle et classique de l’autorité religieuse, ce livre est le fruit d’un colloque tenu en 2001 par des spécialistes des sciences humaines et sociales travaillant sur les religions monothéistes. Les organisateurs du colloque et coordonnateurs de l’ouvrage ont réussi à réunir une vingtaine de spécialistes pour examiner la question. L’idée est lumineuse dans ce début du siècle où le religieux a repris des droits inattendus au point de bousculer l’ordre géopolitique.

2Plusieurs contributeurs sont natifs des traditions respectives qu’ils interrogent ce qui, loin d’être un handicap, ajoute à leurs approches une dimension de sensibilité et d’intimité précieuse pour la compréhension de phénomènes où le subjectif et l’émotif prennent une part importante.

3La problématique centrale est une interrogation mettant en regard les trois traditions monothéistes sur la question de l’autorité et de ses transformations au cours de l’histoire longue et immédiate. Il s’agit en fait d’interroger le rapport à la modernité qu’historiquement ces trois grandes religions ont eu à négocier, dans quelle mesure l’engagement dans la modernité a pu encourager des ruptures historiques dans chacune des traditions. Le présupposé d’une telle problématique part de ce que les sociologues qualifient à l’époque contemporaine de “dérégulation” de l’autorité religieuse institutionnelle pour le mettre en résonance avec une “logique de réforme” plus ancrée dans le processus historique.

4Autrement dit, dans quelle mesure cette évolution - transformation de l’autorité religieuse observée actuellement ici et là relève-t-elle d’une même logique historique ? Existe-t-elle dans chacune des traditions avec les mêmes mouvements et les mêmes intensités ? Est-elle souhaitée, acceptée ou rejetée de la même manière dans les trois religions monothéistes ?

5Pour répondre à ces questions, les éditeurs de l’ouvrage ont regroupé les contributions des auteurs en cinq parties. La première se veut introductive et regroupe trois exposés interrogeant chacun la notion d’autorité en matière religieuse dans l’islam de l’Orient, le judaïsme rabbinique et le christianisme contemporain.

6La seconde partie est plus centrée sur les types d’autorités religieuses rencontrées jadis et celles connues aujourd’hui.

7Une troisième partie nous montre l’autorité à l’œuvre en traitant d’une question sensible : celle du genre et du sexe. La quatrième partie est consacrée à « l’islam transplanté » en Europe et aux USA. Les figures, les rituels, les normes et les stratégies sont finement examinés, insistant sur la dimension sociale de la religion. Le cas isolé du bouddhisme occupe ici une place trop grande. Les éditeurs le justifient comme un paradigme de comparaison. Il aurait été souhaitable de voir d’autres religions et croyances (shintoïsme, animisme etc..) venir renforcer cette dimension comparatiste.

8La dernière partie se veut prospective et ouvre sur les nouvelles dérégulations et leurs ambiguïtés dans le christianisme et le judaïsme. Il est dommage que l’islam, malgré l’effervescence de son actualité, n’ait pu trouver place dans cette partie. L’avènement de nouveaux leaders et l’apparition de nouvelles obédiences dans des terres acquises traditionnellement à telle ou telle école (les Ahsh au Liban, les Bahâ’ï en Tunisie etc..) auraient pu fournir des exemples intéressants.

9En confrontant le temps court et le temps long de l’histoire, les différents auteurs tentent de cerner la nature et l’ampleur des évolutions de l’autorité religieuse. Cette “dérégulation” répond à des logiques de réforme connues et intégrées par chacune des trois traditions. L’histoire, le droit, la sociologie, l’anthropologie sont convoqués pour expliquer des moments et cerner des figures de cette réforme.

10Dans le judaïsme, S.A. Goldberg aborde « la notion d’autorité dans le judaïsme rabbinique » en remontant à la destruction du temple en 70 de l’ère chrétienne. Les sages érudits, connaisseurs des textes, vont alors faire leur apparition. Il montre ce souci récurrent dans le judaïsme de l’adaptation de chaque communauté au contexte sociétal global. Ilan Greilsammer, quant à lui, revient sur le processus d’institutionnalisation de l’autorité religieuse et son articulation au pouvoir politique, processus qui a commencé avant la création de l’État d’Israël. Représentants de l’autorité institutionnelle et figures charismatiques négocient constamment leurs places respectives pour capter des fidèles venus d’horizons sociaux et géographiques divers. Une institution religieuse comme celle des « sages de la Thora » se retrouve dans certains partis politiques comme le Shas et joue un rôle éminemment politique en mobilisant des ressources religieuses. Enfin, R. Azria évoque dans le monde juif une “lignée savante” déstabilisée devant un public “volatile” avec des motivations et des sensibilités diverses et variées. Ce sont de telles raisons qui expliqueraient les “stratégies de séduction” et les “opérations médiatiques” déployées pour la captation des fidèles.

11Le christianisme est examiné par Jean Paul Willaime à partir de ses divergences confessionnelles et de ses “recompositions séculières”. L’auteur rappelle le grand schisme entre l’Orient et l’Occident qui a scindé la communauté en deux églises. L’une catholique se référant à l’évêque de Rome et l’autre orthodoxe préférant être sous la tutelle des patriarcats orthodoxes de Constantinople ou de Jérusalem. C’est selon Willaime la principale distinction entre ces deux communautés qui possèdent en général les mêmes éléments de croyance. Le désir d’autonomie dans le catholicisme occidental a été à l’origine des réformes protestantes du xvie siècle. Le catholicisme aurait une conception plus ontologique de l’autorité, tandis que le protestantisme et l’orthodoxie en posséderaient une vision plus “fonctionnelle”. S’appuyant sur des études historiennes, Jean Paul Willaime défend la thèse de l’évolution des modalités d’exercice de l’autorité religieuse en fonction des contextes sociaux. Il ajoute cependant que tout en évoluant, l’autorité religieuse continue à s’inscrire dans une économie symbolique spécifique, gage de son authenticité.

12Cette dérégulation des structures de l’autorité religieuse observée dans le christianisme et les autres grandes traditions religieuses, Fabienne Randaxhe l’a constatée également dans le mouvement minoritaire des laïcs anabaptistes. Il s’agit d’un ordre implanté aux États-Unis, l’Old Order Amish, se réclamant de l’anabaptisme radical. En marge de l’église réformée ce mouvement rejette toute autorité sacerdotale en dehors de celle de Dieu et de la Bible. Même si, dans le discours, cet ordre se présente comme immobile et fidèle à une tradition qui n’aurait pas bougé, dans la réalité, nous dit Fabienne Randaxhe, les négociations avec l’extérieur reformulent aussi bien les pratiques que la structure.

13Bruno Duriez, pour sa part, s’emploie à montrer les transformations de l’autorité religieuse dans l’église catholique française à partir de l’observation de son actualité. La diminution du nombre de prêtres et le rétablissement du diaconat permanent illustrent bien la modification de l’exercice de l’autorité. Les laïcs de plus en plus nombreux remettent en cause la distinction traditionnelle clerc/laïc jusque là structurante dans l’église catholique.

14Jacques Palard nous montre que l’église ne reste pas passive face à ces transformations dont elle devient partie prenante. L’organisation de synodes au niveau diocésain tente de répondre aux brouillages des fonctions que favorise la co-présence de laïcs et de prêtres. Quant à Sébastien Fath, il souligne le paradoxe suivant : la démocratisation grandissante dans l’église s’accompagne d’un développement du charisme qui pourrait jouer en sens inverse. La multiplication des autorités religieuses, preuve d’une certaine liberté de choix individuel, peut à la longue encourager une fragmentation sociale sinon communautaire.

15Les études consacrées au monde de l’Islam se limitent pour l’essentiel à « l’islam transplanté ». Elles insistent notamment sur les nouvelles figures du leadership musulman hors de ses espaces traditionnels (Frank Fregosi, Leila Babes et Jocelyne Cesari). Chacune de ces études nous donne un aperçu sur les usages sociaux de la religion et sur les dimensions de cohabitation et de socialisation qu’elle pourrait servir. La contribution de Michel Reeber s’appuie sur une observation de l’intérieur et tente de pointer les changements et décoder le sens de la prédication dans les mosquées de France et d’Europe pour débusquer la quête d’une nouvelle légitimité.

16À partir du cas algérien, Mohamed Hocine Benkheira essaie d’approcher la pratique récurrente de la fatwa en islam. Il montre l’institutionnalisation de la fonction de mufti et s’intéresse surtout aux aspects sociologiques d’une telle fonction. Au travers des questions adressées à un mufti officiel par les fidèles et les citoyens en Algérie, M.H. Benkheira distingue les préoccupations à forte personnalisation où sont exprimés les tourments du fidèle d’une part, et celles qui relèvent de préoccupations plus sociales ou sociologiques d’autre part. Dans ce deuxième cas, constate M.H. Benkheira, le fidèle pose des questions ne le concernant pas nécessairement dans sa vie personnelle mais relevant de ses préoccupations quotidiennes. À côté d’autres autorités, le mufti joue un rôle de plus en plus important dans une société en voie de réislamisation culturelle.

17La culture critique des fidèles conséquente à une plus grande instruction et à une meilleure connaissance des textes permet de disputer aux “églises”, leur monopole du champ symbolique. Femmes, homosexuels et autres minorisés osent désormais défier les discours officiels et institutionnels sommant les autorités de se justifier publiquement. C’est un des points de vue défendus par H. Buisson-Fenet. Ce mouvement de démocratisation est en résonance avec l’individualisme religieux de plus en plus présent et qui permet de recourir à des formes de religiosité spiritualisées (Nouchine Yavari-D’Hellencourt) ou bricolées et réappropriées (Nadine Weibel).

18Le seul regret que laisse la lecture de cet ouvrage solidement problématisé et assez amplement informé, est l’absence d’autres formes confessionnelles se réclament peu ou prou des grandes traditions monothéistes. Le renouveau charismatique et l’église pentecôtiste auraient mérité une attention en rapport avec leur développement à l’heure actuelle. Les nouvelles formes de religiosité que connaît le monde musulman et que l’islamisme voile auraient pu prendre place dans cet ouvrage. Les églises évangélistes américaines présentes dans plusieurs pays en Afrique, le sont également dans des pays comme l’Algérie ou le Maroc. Qu’en est-il de l’islam en Chine ou dans les Balkans ? Autant de directions encore insuffisamment explorées par les recherches actuelles et qui auraient pu connaître ici une première amorce.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abderrahmane Moussaoui, « Cohen Martine, Joncheray Jean et Luizard Pierre-Jean (dir.), Les transformations de l’autorité religieuse, Paris, L’Harmattan, 2004, 282 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 115-116 | décembre 2006, mis en ligne le 23 octobre 2006, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/2938

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page