Navigation – Plan du site
II. Lectures

Larzillière Pénélope, Être jeune en Palestine. Voix et regards, Balland, Paris, 2004, 203 p.

Cédric Parizot
p. 329-332

Texte intégral

1Dans Être jeune en Palestine, Pénélope Larzillière observe les parcours de jeunes Palestiniens de Cisjordanie et de la bande de Gaza entre la période d’Oslo (1994-2000) et la seconde Intifada (2000-2004). À partir de données recueillies pendant de longs séjours sur le terrain, l’auteur s’interroge sur les multiples modes de construction de soi développés par cet “ensemble générationnel ” dans un contexte d’incertitude et de domination extrême. L’échec des accords d’Oslo (1993), l’incapacité de l’Autorité Palestinienne et la violente répression israélienne au cours de la deuxième Intifada (2000-2005) ont effacé tout espoir d’amélioration de la situation politique, économique et sociale. Le renforcement du contrôle de l’armée israélienne autour des enclaves palestiniennes génère un profond sentiment d’enfermement. Les check points, les incursions régulières de l’armée d’occupation au sein des enclaves ont inscrit l’expérience de domination dans le quotidien des Palestiniens.

2Cette recherche sociologique se détache de l’actualité événementielle et se démarque des approches géopolitiques du conflit pour se pencher sur les recompositions qui interviennent au sein de  cette jeunesse palestinienne. Ce détour par le quotidien et le privé est d’autant plus justifié que, comme le souligne l’auteur, la vie des jeunes Palestiniens n’est pas seulement structurée par leur engagement dans la lutte. Elle l’est également par des projets privés : études, relations sociales, familiales, amoureuses, carrière professionnelle, etc. L’étude des multiples formes de gestion de la tension entre l’engagement dans la lutte nationale et l’accomplissement de projets privés permettra de mieux comprendre les modes de construction de soi et, en retour, le sens attribué à l’engagement et à la lutte nationale. Ainsi, tout en se détachant du politique, cette recherche propose un nouvel éclairage sur la société palestinienne et son conflit avec Israël.

3Dans le contexte de l’échec d’Oslo et de la seconde Intifada, la tension entre participation à la lutte nationale et accomplissement de projets privés se pose avec de plus en plus d’acuité pour la jeunesse palestinienne. D’un côté, l’engagement dans la lutte nationale cesse d’être perçu comme un canal de promotion individuelle et de réalisation de soi. Au contraire, elle est de plus en plus envisagée comme une lutte sans lendemain. Associée à l’échec et à la mort, elle devient difficilement compatible avec les objectifs de la vie d’un jeune. Ces jeunes sont donc tentés de se tourner davantage vers l’accomplissement de projets individuels. D’un autre côté, ils peuvent difficilement se couper de l’objectif national et de son imaginaire car celui-ci reste central dans la construction identitaire des individus.

4L’ouvrage se divise en deux parties. Dans la première, Pénélope Larzillière analyse les “modes majoritaires” de mise en cohérence du pôle national et de la sphère privée (ch 1 à 5). Dans la seconde, l’auteur s’intéresse plus précisément à des idéaux-types tels que les martyrs (ch.6), les militants armés (ch.7), ou encore, les jeunes (ch.8) qui font ou ont fait l’expérience d’un séjour à l’étranger (returnees, étudiants). La prise en compte de multiples cas de figures et les allers et retours systématiques entre les genres, permet à l’auteur non seulement de donner un aperçu de la multiplicité des modes de circulation de la jeunesse palestinienne entre les pôles du national et de la sphère privée, mais également de faire une histoire de tous. Bien qu’ayant effectué ses recherches dans une société où prévaut souvent une forte ségrégation entre les genres, Pénélope Larzillière évite le biais de nombreuses recherches qui doivent se cantonner à l’univers masculin ou féminin. Elle donne donc un regard particulièrement englobant et éclairant sur les recompositions en cours parmi cette jeunesse palestinienne.

5On retiendra de cet ouvrage qu’il met bien en lumière la situation de désarroi dans laquelle se trouve cette jeunesse face aux tensions internes et externes à la société palestinienne. L’auteur montre en effet comment l’expérience juvénile palestinienne ne se réduit pas à la seule tension entre le pôle national et la sphère privée. Elle souligne le caractère problématique de la poursuite des projets strictement individuels dans une société où l’individualisme est souvent identifié comme une valeur occidentale opposée aux solidarités familiales dans lesquelles s’inscrivent ces jeunes, ou encore à la spiritualité et à la religiosité musulmane. En somme,

« l’expérience du privé des jeunes Palestiniens se construit en relation à la lutte nationale, à la communauté et à la promotion ambivalente d’une individuation qui ne peut que difficilement être détachée de sa référence occidentale » (p. 97).

6Pris dans ces oppositions centrales, dans ces logiques contradictoires, entre sphère privée et lutte nationale, vie et mort, famille et individu, la plupart des jeunes Palestiniens compartimentent leurs champs d’expériences. Le refus de mise en cohérence des champs d’expérience devient un mode de “gestion des pressions”. Il se retrouve d’ailleurs dans les rapports avec Israël. Dans une situation de domination extrême, la dissociation de ces champs permet de protéger certains espaces.

7Ayant perdu son intérêt stratégique pour la plupart des jeunes Palestiniens, la lutte nationale est transposée à un niveau symbolique. Elle ne renvoie plus à une stratégie dans le cadre d’une lutte politique ou armée pour regagner une terre et une souveraineté. Elle se reconfigure. L’attachement à l’objectif national, indépendamment des perspectives de sa réalisation, permet aux individus d’inscrire leur quotidien d’expériences humiliantes et de domination dans un destin collectif pour en opérer une relecture. Cette relecture est d’autant plus efficace qu’elle s’inscrit dans une temporalité mythique. Le maintien de l’objectif national reste donc une ressource incontournable pour transfigurer le réel et renégocier les rapports de pouvoir avec les Israéliens. Même la lutte armée doit être envisagée dans cette perspective. Pour les martyrs ou les militants armés du Fatah, la lutte se détache de tout horizon palpable et de toute élaboration stratégique dans le long terme. Pour paraphraser Pénélope Larzillière, elle s’emballe et devient une sorte d’action pour l’action, s’apparentant à la logique spécifique de la violence politique terroriste, décrite par Michel Wieviorka (1998). L’objectif est de rendre des coups, de transfigurer momentanément l’adversaire en le rendant vulnérable, et par ce biais de rompre pour un court instant avec son statut de vaincu.

8Au-delà d’une analyse sociologique des modes de construction de l’expérience juvénile palestinienne, Être jeune en Palestine propose une analyse tout à fait intéressante des pratiques ordinaires d’une population qui tente désespérément de redonner un sens  à un monde profondément déstructuré et dominé par l’occupant et d’en retrouver la maîtrise. Ce travail fait donc pendant aux recherches postcoloniales sur la question de la résistance des faibles dans des contextes de domination. D’ailleurs l’auteur s’inspire largement des travaux de Nathan Wachtel dans la Vision des vaincus.

9Néanmoins, on est surpris par l’absence de discussion autour des travaux développés par l’anthropologie post coloniale anglo-saxonne sur ce thème. Certes, n’ayant pas recours au concept de “résistance”, Pénélope Larzillière évite de tomber dans le biais de la perspective romantique dénoncée par Sherry Ortner (1995) et Lila Abu Lughod (1990) à propos des recherches sur cette thématique. En revanche, une discussion de certains de ces travaux aurait permis de préciser l’approche que développe Pénélope Larzillière dans son ouvrage. L’auteur a souvent recours au terme de “stratégie” lorsqu’il s’agit de décrire les modes d’articulation de la sphère privée et du pôle national ou encore lorsqu’il s’agit de décrire des processus d’engagement. Le problème du terme de stratégie est qu’il attribue aux acteurs une intentionnalité et une maîtrise des moyens et des fins qu’ils articulent. Cette approche me paraît trop prométhéenne et réductrice. Comme le soulignent Jean et John Comaroff (1993, 7), pour la plupart des gens, l’expérience du monde et des forces qui le constituent s’étend sur un continuum – une chaine de conscience - partant de l’inconnu, du non aperçu, pour aller progressivement vers le clairement reconnu et l’explicite. Dans des contextes de domination, les modes d’articulation que développent les individus pour redonner un sens et regagner une maîtrise sur un monde qui leur échappe, doivent être considérés moins comme des stratégies articulées, et davantage comme des tentatives ou des efforts incertains, pour tester des moyens peu familiers avec des fins non encore découvertes. Ces tentatives ne donnent pas toujours des résultats fonctionnels, elles peuvent également produire des situations d’indétermination normative (Moore, 1987).

10 En dehors de cette remarque, j’insisterai sur le fait que cette recherche sociologique apporte véritablement un autre regard sur la société palestinienne, souvent déshumanisée par l’information événementielle fournie par les médias et des recherches trop souvent ancrées dans des perspectives géopolitiques du conflit et, ce faisant, offre une lecture palestinienne du conflit avec Israël particulièrement éclairante.

Haut de page

Bibliographie

Abu Lughod Lila, 1990, The Romance of Resistance. American Ethnologist 17 (1) : 41-55.

Comaroff Jean et John. 1993. Resistance and Rebellion in Black South Africa, 1830-1920: Awful acts, Lawful Facts, and Illegal Imaginings on a Colonial Frontier. Research Proposal funded by the NSF and the American Bar Foundation.

Moore Sally F.,1987, Explaining the Present: Theoritical Dilemnas in Processual Ethnography. American Ethnologist 14 (4) : 727-736.

Ortner Sherry, 1995, ‘Resistance and the Problem of Ethnographic Refusal’, Comparative Studies in Society and History 37 (1) : 173-193.

Wachtel Nathan, 1971, La vision des vaincus. Les Indiens du Pérou devant la Conquête espagnole. Paris, Gallimard.

Wieviorka Michel, 1998, Sociétés et Terrorisme, Paris, Fayard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cédric Parizot, « Larzillière Pénélope, Être jeune en Palestine. Voix et regards, Balland, Paris, 2004, 203 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 115-116 | décembre 2006, mis en ligne le 23 octobre 2006, consulté le 22 mai 2017. URL : http://remmm.revues.org/2945

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page