Navigation – Plan du site
II. Lectures

Nasr J. & Padilla M. (dir.), Interfaces : agricultures et villes à l’Est et au Sud de la Méditerranée, Delta : ifpo, 2004, 429 p.

Georges Mutin
p. 324-325

Texte intégral

1Cet ouvrage présente les résultats des recherches consacrées à « l’interface entre l’agriculture et l’urbanisation sur le littoral libanais » entrepris dans le cadre du Centre d’Etudes et de recherches sur le Moyen-Orient (CERMOC) associé en cette occasion au Réseau d’agriculture urbaine (UAN) entre 1998 et 2001. Ils constituent le thème du colloque organisé en juin 2001. La publication s’est considérablement enrichie avec les contributions de spécialistes engagés dans des problématiques voisines en d’autres lieux de Moyen-Orient et d’Afrique du Nord.

2Trois parties structurent l’ouvrage. La première « Agricultures et villes en Méditerranée » (80 pages et 6 communications) se veut assez générale. La seconde partie « Agriculture urbaine en Afrique du Nord et au Proche-Orient » en 110 pages et 9 communications analyse des situations fort diversifiées en privilégiant les études de cas. Enfin la dernière partie (140 pages et 10 communications est tout entière consacrée au Liban avec des exemples pris uniquement sur le littoral.

3Cet ouvrage est donc riche, il apporte un grand nombre d’observations souvent intéressantes. La diversité des auteurs (géographes, sociologues, agronomes, urbanistes, anthropologues…) conduit à une riche gamme d’analyses ouvrant la voie, pour le lecteur, à des analyses comparatives. Les méthodes d’approche et les grilles d’analyse sont assez foisonnantes. On aurait parfois souhaité une approche plus rigoureuse des concepts.

4Quelques lignes de force se dégagent assez nettement de ces 429 pages. L’agriculture est appréhendée selon les communications sous son double aspect d’agriculture « intra urbaine » ou péri-urbaine. Les communications les plus pertinentes reposent sur de véritables enquêtes de terrain alors que les études qui reposent sur le simple recours à des données statistiques, en restant prisonnières de leurs sources, présentent un moindre intérêt.

5Deux grands thèmes semblent se dégager de cette abondante documentation. La concurrence villes-campagnes dans le domaine foncier ou celui de l’accès aux ressources (en eau notamment) est constamment présente sous ses divers aspects : mitage de l’espace, absence de toute maîtrise foncière, exode agricole, dégâts environnementaux, etc. Cet aspect de la question est notamment privilégiée par toutes les études portant sur le Liban, où cette approche est quasiment exclusive. L’autre thème est plus spécifiquement économique. Deux études fort pertinentes, l’une sur le Caire, l’autre sur Istanbul, dégagent fort bien le rôle joué par l’agriculture intra urbaine (minuscules jardinets, ou petit élevage) dans les stratégies d’intégration à la cité. Elle joue un indispensable rôle d’appoint en autorisant l’autoconsommation ou en permettant un apport de revenus complémentaires même s’il est très limité.

6Quant à l’agriculture péri-urbaine, elle ne bénéficie pas de la proximité du marché urbain en pleine croissance partout et elle ne participe pas massivement à l’approvisionnement des citadins en fruits, légumes ou produits laitiers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Georges Mutin, « Nasr J. & Padilla M. (dir.), Interfaces : agricultures et villes à l’Est et au Sud de la Méditerranée, Delta : ifpo, 2004, 429 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 115-116 | décembre 2006, mis en ligne le 23 octobre 2006, consulté le 24 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/2948

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page